Revue de presse du funéraire du 4 février 2013

0
487
pressenationale-300x287 Revue de presse du funéraire du 4 février 2013
Revue de presse

Thanatopraxie et HIV, suite

Les Elus locaux contre le sida ont adressé une pétition à la ministre de la Santé Marisol Touraine et au Premier ministre Jean-Marc Ayrault pour lever l’interdiction de soins funéraires pour les personnes séropositives. L’arrêté du 20 juin 1998 mentionne en effet que l’infection du VIH fait partie de la liste des maladies faisant obstacle à la pratique de soins de conservation sur les corps. « Une discrimination jusque dans la mort » qui révolte les associations de défense des malades du sida.  Pourtant, le Conseil national du sida en 2009, puis le Haut conseil de la santé publique en 2013 se sont prononcés en faveur de la levée de cette interdiction. Mais rien n’a changé dans les faits. Le président de l’ELCS Jean-Luc Romero, figure de la lutte contre le VIH, se livre à L’Express sur ses revendications et les difficultés auxquelles il est confronté.  Interview à lire dans l’Express.

Rebelles aux services postaux

Suite à des incidents survenus lors de transports d’urnes funéraires, les Pompes funèbres de France invitent les professionnels de ce domaine à ne plus envoyer de colis de la sorte aux familles des défunts par La Poste dans une note mensuelle du mois de janvier 2014.
« Au cours de l’année 2013, des entreprises  de pompes funèbres nous ont alerté sur des problèmes rencontrés lors du transport d’urnes funéraires par la poste. Notamment des cendres se déverssant du colis livré par la poste, l’urne s’était ouverte et les scellés manquants. Les familles ont été extêmement choquées de constater que les cendres de leur défunt étaient ainsi éparpillées, sans respect ni décence bien qu’elles avaient accepté le principe de transport proposé.
L’article 16-1-1 du code civil nous précise : « Le respect dû au corps humain ne cesse pas avec la mort. Les restes des personnes décédées, y compris les cendres de celles dont le corps a donné lieu à crémation, doivent être traités avec respect, dignité et décence. »
(…)
N’acceptez plus ce mode de transport, même si une famille vous le demande, et même si la Législation Funéraire ne l’interdit pas de manière précise. Une personne crématisée a droit à un minimum de respect. Le transport par un membre ou un véhicule funéraire est le minimum que nous puissions faire pour la dignité du défunt.(…) »

Bienvenue

Le 9 janvier dernier, Stéphanie et Romain Goury ont ouvert une agence de pompes funèbres à l’enseigne Pascal Leclerc. « Avec cette franchise, explique ce dernier, nous proposons un service et des produits de qualité, avec 70 % de fabrication et de création française. » Également proposée, une prestation « hommage » pour l’entretien et le fleurissement des sépultures. Installé à l’emplacement de la papeterie Nicole Martin, le magasin offre des espaces appropriés à l’accueil et l’attente des familles. 140, avenue de Châteaudun, 41000 Blois, tél. 02.54.58.88.88 ; du lundi au samedi : 9 h 30-12 h et 14 h-18 h ;

La mort du web ?

Cela fait déjà plusieurs mois que le débat a commencé aux Etats-Unis. A l’origine, une intuition : les adolescents déserteraient Facebook. D’abord nié par les dirigeants du réseau social, le phénomène a pris suffisamment d’ampleur pour qu’ils le reconnaissent finalement à demi-mots. C’était en octobre dernier et le directeur financier David Ebersman expliquait que Facebook avait constaté un « léger déclin dans l’usage quotidien, en particulier parmi les adolescents les plus jeunes. » Il reste encore de la marge de manoeuvre : Facebook continue de gagner des utilisateurs et demeure de loin le réseau social le plus utilisé, même chez les jeunes. Une analyse des Echos et une revue des réseaux morts ou moribonds à lire ici.

Et dans le vaste monde des vivants

47 % des professions seraient remplacées par la robotique dans les 20 années à venir, d’après deux chercheurs de l’université d’Oxford. Carl Benedikt Frey et Michael Osborne ont publié fin 2013 leurs résultats d’enquête sur le futur de l’emploi et les chances de survie des professions face aux avancées technologiques à venir. Sur les 702 professions étudiées, le télémarketing disparaîtrait totalement du marché du travail, de même que le métier d’expert-comptable. A l’inverse, les statistiques indiquent que les spécialistes de la thérapie récréative resteront largement à l’écart de la robotisation. Et les économistes, mi-figue mi-raisin, n’ont qu’une chance de survie sur deux d’ici à 2033. Au contraire des mathématiciens et des directeurs commerciaux qui semblent avoir un bel avenir devant eux. Aucune trace des pompes funèbres…

ephemeride-150x150 Revue de presse du funéraire du 4 février 2013

 

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.