Revue de presse du funéraire du 5 février 2014

0
477
pressenationale-300x287 Revue de presse du funéraire du 5 février 2014
Revue de presse

Décès

Richard Bull, qui incarnait le légendaire épicier Nels Oleson dans la série culte américaine «La petite maison dans la prairie», est décédé lundi à l’âge de 89 ans. Pendant 147 épisodes (sur les 205 que compte la série), de 1974 à 1983, son personnage a supporté l’horrible Harriet Oleson. Débonnaire, Nels était aussi, dans le village de Walnut Grove, l’infortuné papa des insupportables Nellie et Willie. Avant de se voir confier ce rôle d’une grande popularité, Richard Bull avait tourné dans des films à succès au côté de Clark Gable, Steve McQueen et Clint Eastwood. Il avait également dirigé une petite compagnie de théâtre à Los Angeles. Né le 26 juin 1924 à Zion, dans l’Illinois, il est décédé sur le campus de Fonds canadien de télévision Picture Motion, à Calabasas. C’est Alison Arngrim, interprète de Nellie Oleson dans «La Petite Maison dans la prairie», qui a confirmé sa disparition : «Aujourd’hui, nous avons perdu mon père de télévision», a-t-elle déclaré. Elle a ajouté en hommage qu’il «était aussi merveilleux, gentil et intelligent que l’était son personnage dans la série».

Pathétique

Vendredi 17 janvier, un homme s’est jeté sous le RER A. Il travaillait chez Orange. Ce matin-là, le journaliste de Rue 89 n’a pas pu rejoindre la rédaction. A cause de ce qu’on appelle « un accident de voyageur ». C’est cette histoire qu’il raconte ici.

Vol

ELLE a tout simplement disparu. L’une des pierres tombales qui servait de banc devant la grotte de la Vierge à Arzannes (construite en 1958 avec plusieurs matériaux provenant de l’ancien cimetière allemand de l’IR 24 de Soumazannes, le régiment brandebourgeois ayant pris le fort de Douaumont le 25 février 1916) a été dérobée. Pour Pierre Lenhard, historien de la commune, « c’est un vol caractérisé. » La pierre présentait une sculpture de casque allemand sur une face et avait été placée à l’envers pour ne pas attiser les convoitises. « D’un autre côté, utiliser une telle relique de notre passé comme assise pour un banc dans une grotte dénote qu’on ne tenait pas vraiment à ce vestige historique », déplore l’historien. Depuis 2002, une association allemande a commencé la réhabilitation de l’ancien cimetière dans lequel la stèle et plusieurs autres pierres de la grotte devaient à terme réintégrer leur emplacement original.

Calendrier

Les éboueurs sont passés, vous avez refusé. Les postiers sont passés, vous avez encore refusé. Parce que non vraiment, les calendriers affichant des chatons dans une corbeille ou une vue du mont Saint-Michel sur fond de ciel chargé de nuages lourds d’orage, ça ne vous disait rien. Sauf que voilà, un calendrier est tout de même utile. Ne serait-ce que pour y entourer le jour où vous devez absolument emmener la bagnole au contrôle technique, le rendez-vous chez le dentiste pour le petit, ou l’enterrement de Mémé Huguette qui aura lieu quand ça, déjà ? Ah oui, samedi prochain. On l’aimait bien, mémé Huguette. Ce serait dommage de rater son enterrement. Il vous faut un calendrier pour noter tout ça. Un calendrier original, si possible. Connaissez-vous ceux de la société Lindner ? Cette vénérable entreprise polonaise fabrique des cercueils. Eh oui. Il faut bien que quelqu’un les fabrique, les cercueils. Et les vende. Alors quoi de mieux qu’un calendrier ? Avec de pétillantes jeunes femmes dedans, à l’instar des calendriers Pirelli. (Arrêtes sur Image) et c’est à admirer ici.

Radio

« Faire son deuil » est le thème de l’émission le Gimmick de Frédéric Pommier sur France Inter le 4 février. Elle est à réécouter ici.

Progrès de la science

C’est une information inquiétante qui vient d’être rendue publique par l’Association Française des Médecins. Son porte-parole, Jean-Jacques Boulard, est plus que formel : la mort serait « potentiellement dangereuse » pour l’organisme humain et pour n’importe quel organisme vivant de façon générale, « voire peut-être pour les minéraux ». C’est un scoop que nous révèle Bilboquet Magazine, à lire ici. Attention, cet article peut contenir des traces d’humour noir.

Et dans le vaste monde des vivants

Voilà une nouvelle qui va faire froid dans le dos. En prenant en compte leur évolution, un géologue réputé du nom de Jan Zalasiewicz prédit que les rats deviendront un jour beaucoup plus gros qu’ils ne le sont aujourd’hui. « Les rongeurs prennent la forme qu’il faut pour survivre et se reproduire », affirme ce scientifique issu de l’Université de Leicester, en Grande-Bretagne. Selon lui, ces rongeurs pourraient dépasser la taille et le poids des moutons voire des vaches dans le futur. « Les animaux vont évoluer comme ils l’ont toujours fait. A l’époque des dinosaures, les rats étaient des animaux minuscules. Si l’écosystème est suffisamment vide, ils auront l’occasion d’être beaucoup plus grands », a-t-il ajouté. Pour rappel, le plus gros rongeur ayant jamais existé était le Josephoartigasia monesi qui avait un crâne de 57 cm, il y a trois millions d’années. Sa longueur totale était évaluée à trois mètres alors que sa masse approchait la tonne. « Les rats sont l’un des meilleurs exemples d’espèces que nous avons aidé à s’étendre à travers le monde. Ils sont parvenus à s’adapter à énormément de nouveaux environnements qu’ils ont trouvé eux-mêmes », a expliqué le docteur Jan Zalasiewicz avant d’ajouter que ces rongeurs « sont aujourd’hui dans beaucoup d’endroits dans le monde, notamment des îles. Une fois implantés, ils sont extrêmement difficiles à éradiquer. » D’après le scientifique, on pourrait ainsi trouver dans le futur des nouveaux rats, « rapides et féroces, lents et lourds voire même des rats aquatiques ». D’autres animaux tels que les chats ou les lapins pourraient suivre la même voie…

 ephemeride-150x150 Revue de presse du funéraire du 5 février 2014

 

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.