Revue de presse spécial Toussaint, 4 : Juste prix, internet et chrysanthèmes

0
374
pressenationale-300x287 Revue de presse spécial Toussaint, 4 : Juste prix, internet et chrysanthèmes
Revue de presse

La revue de presse spéciale Toussaint : beaucoup, beaucoup d’articles, nous en avons certainement oublié, mais l’idée est là : une Toussaint Médiatiquement plutôt positive.

Tous les articles cités sont présents, avec leurs lien, sur la page Facebook de Funéraire Info.

Le juste prix

Le sujet qui fâche : le coût des obsèques…

« Entre le cercueil, la cérémonie, le fossoyage, les taxes et autres prestations, la perte d’un proche vous coûtera facilement entre 2 000 et 5 000 euros » explique l’Union de l’Ardennais. Vaste fourchette, qui n’insiste pas sur le poids des taxes dans le prix final.

La mort, la grande faucheuse… Depuis que la crise économique frappe durement le monde et la Corse en particulier l’expression commune pour désigner l’ultime étape de la vie n’aura jamais eu autant de signification. Et s’il y a quelques années les enterrements en grande pompe étaient légions aujourd’hui c’est vers plus de simplicité que les familles des défunts se tournent. Non pas par humilité mais davantage par volonté de réaliser des économies. C’est l’explication de Corse Matin du 1er novembre.

Internet, innovation : obsèques pour demain

De nombreuses applications permettent de gérer sa fin de vie numérique. Voire même de continuer à tweeter, même post-mortem… Coffres-forts en ligne, nécropoles digitales, activités post-mortem, prise en compte du décès par Google : Les Echos.fr expliquent dans leur édition du 31 octobre les solutions mises en place par les éditeurs numériques.

Face aux problématiques de place et aux enjeux écologiques de plus en plus importants, l’industrie des pompes funèbres rivalise d’innovations pour proposer aux défunts et à leurs proches des funérailles sur mesure. Ce qui a préoccupé France Bleu le 1er novembre.

De l’aimé disparu, on portait autrefois une mèche de cheveux. Convoquerons-nous bientôt, à la demande, sa voix et son image sur l’écran de nos téléphones tactiles ? Pourrons-nous virtuellement dialoguer avec lui, comme le met en scène la série télévisée britannique d’anthologie Black Mirror, créée par Charlie Brooker ? L’un des épisodes de sa saison 2 (2013), intitulé « Be Right Back » (« Je reviens tout de suite »), pousse en effet jusqu’à l’extrême les conséquences que pourraient avoir les nouvelles technologies sur nos relations avec les défunts. Une jeune femme, brisée par la mort accidentelle de son compagnon, fait appel à une compagnie spécialisée dans l’accompagnement des endeuillés. Laquelle, en utilisant le profil laissé par le défunt sur les réseaux sociaux et les données numériques qu’il a enregistrées durant sa vie, lui propose un sosie-robot presque aussi vrai que nature… A lire dans Le Monde du 31 octobre.

La publication sur internet d’avis de décès conjointement à leur parution dans des journaux prend de l’ampleur en France, le site dansnoscoeurs.fr revendiquant désormais 50 quotidiens participants et un million d’annonces publiées depuis sa création en 2009. Le Point.fr les présente.

Faire-part de décès et condoléances en ligne, obsèques à suivre en temps réel sur tablette, cimetière virtuel : les services connectés fleurissent dans un marché funéraire promis à un bel avenir. C’est ce qu’explique La Depeche.fr dans son édition du 30 octobre.

Chrysanthèmes

Véritable star des cimetières, le chrysanthème n’est pas épargné par la crise et les changements de comportement face aux obsèques. Si les végétaux d’ornements constituent donc une bonne partie des fleurs vendues tous les ans, le marché connaît une baisse constante du nombre de pots écoulés, et ce depuis plusieurs années. Selon les chiffres de FranceAgriMer, les ventes ont baissé de 5% entre la Toussaint 2011 et 2012. Pour Jacques, l’explication est toute trouvée : « Il n’y a plus que les vieux qui vont au cimetière. On a notre clientèle d’habitués, qui vient chaque année, mais elle ne se renouvelle pas ». Un excellent article du Nouvel Observateur sur une fin de règne annoncée.

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.