Rite funéraire hindouiste

Les rites funéraires dans l’hindouisme

 

La religion hindoue respecte le dharma, l’ordre universel cosmique. Chaque homme est relié indéfectiblement à cet ordre qui confère à l’âme l’immortalité et la réincarnation. C’est par le karma, fruit de ses actions et de ses pensées, que la destinée de chacun s’accomplit, au-delà du temps.

Ainsi la mort est vécue dans l’hindouisme comme un passage, il est essentiel que ce passage se fasse dans les meilleures conditions afin que l’âme puisse accomplir son cycle d’incarnations.

Accompagnement du mourant

La tradition veut que l’on rase la tête du mourant pour permettre à l’âtman (l’âme) de s’échapper plus facilement. Un travail de purification consiste à apposer des cendres sur son front ainsi que quelques gouttes d’eau et des feuilles de basilic sur sa bouche. On le couche à l’extérieur en prenant soin de tourner sa tête vers le sud, direction où vont les morts. Un image de sa divinité préférée est posée devant ses yeux, des textes ou poèmes peuvent être lui : l’essentiel est d’apaiser celui qui va mourir, de lui éviter des émotions trop intenses qui viendraient perturber sa pensée. Cette pensée est de la plus grande importance car elle le lie à son sort prochain. Enfin, une bougie est posée derrière sa tête pour attirer l’âtman.

Crémation rituelle

Les hindous pratiquent systématiquement la crémation. Le cadavre est préparé, lavé, baigné d’une eau parfumée, enduit d’onguents (beurre clarifié, souvent) et enroulé dans un linceul blanc (parfois rouge pour les femmes), recouvert enfin de fleurs. Une procession emporte le corps vers le lieu de crémation, en tête de cortège une personne asperge d’eau le chemin emprunté. L’emplacement de la crémation est lui aussi purifié avec de l’eau. Le bûcher est orienté vers le sud. La famille assiste à la mise en flammes, pratiquée à l’aide de bois ou parfois de galettes de bouse séchée. Pour finir, les cendres sont versées dans une jarre et immergées dans un cours d’eau, rivière ou fleuve. Tous les cours d’eau on un lien avec le Gange, le fleuve sacré. Commence alors la migration de l’âme…