Salon funéraire : le bluzz des gestionnaires de crématorium

1
351
Carton rouge

Nous avons pu rencontrer de nombreux gestionnaires de crématoriums pendant le salon funéraire et discuté avec eux. Le marché des filtrations attise les convoitises mais il faut penser aussi au futur, à l’après 2018.

Vous avez un projet de mise aux normes de votre crématorium, vous devez dans les deux ans vous mettre en conformité avec la législation de 2018. En cette fin de période de COP 21, ne soyez pas tentés par le low cost dans ce domaine.

Rappel de la loi

Des dispositifs de filtration devront être installés dans les crématoriums avant le 16 février 2018, pour limiter toute pollution atmosphérique en particulier, mercure provenant d’amalgames dentaires, métaux lourds, dioxine…. Cette mise aux normes engage la responsabilité du gestionnaire de l’équipement à travers sa DSP et les collectivités.

Plusieurs gestionnaires, désirant garder l’anonymat, évoquaient avec nous les soucis qu’ils pouvaient avoir avec leur équipement et nous confiaient qu’ils avaient fait une erreur dramatique dans le choix du fournisseur concernant les filtrations. Il n’existe en France que deux fournisseurs sérieux alliant technologie, parc installé, pérennité et SAV efficace. Un système de filtration doit s’amortir sur de nombreuses années et nous voyons arriver sur ce secteur de « nouvelles » sociétés qui tentent de casser les prix et dont la pérennité technique et juridique ne semble pas être garantie.

Éthique et Crémation

Un système de filtration efficace dans un crématorium est nécessaire par éthique et par déontologie, cette loi est une obligation et un manquement à l’obligation de filtrer les fumées ne pourrait entrainer qu’une défiance de la population vis-à-vis de ce type d’équipement, un recul de la pratique de la crémation dans une logique de préoccupation environnementale de plus en plus prégnante par nos concitoyens et des conséquences judiciaires pour le délégataire qui ne respecterait pas ses engagements et sans doute un durcissement de la loi et de ses contrôles.

Lire aussi :  Inscrivez-vous gratuitement au 1er Salon du Funéraire Grand Sud

Certains équipements de crémation réalisés dernièrement fonctionneraient en by pass[1]… et des filtrations seraient déjà à l’arrêt… Des remplacements de filtrations installées depuis quelques années seraient à l’étude. Le risque financier peut être lourd de conséquences pour le gestionnaire de crématoriums.

D’autre part, les préfectures auront des arguments pour demander la surveillance automatique des rejets atmosphériques avec des analyseurs en continu qui fonctionnent 24 H/24 (pour un coût de 150.000 euros HT par four). Ce système existant dans les usines d’incinération où il est obligatoire.

La tentation du low-cost dans ce domaine aurait des répercussions sur l’ensemble de la filière funéraire, alors ne prenez pas le risque de vous faire prendre par la patrouille, faites le bon choix en investissant pour l’avenir avec des sociétés ayant de sérieuses références en France depuis plusieurs années et une équipe de maintenance reconnue par la profession.

[1] Un by-pass ou bypass ou bipasse, « est un circuit d’évitement contournant un appareil, une installation, un dispositif, en l’occurrence le système de filtration pour un crématorium»

1 commentaire

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.