Sangaris, deux soldats français tués Nicolas Vokaer et Antoine Le Quinio

0
1777

Deux soldats français, pour Europe 1, il s’agirait de deux militaires du 8ème régiment Parachutiste d’Infanterie de Marine de Castres ont trouvé la mort lundi lors d’un accrochage à Bangui en Centrafrique, a déclaré le porte parole du ministère de la défense  auprès de BFMTV le mardi 10 décembre. Une information confirmée par l’Elysée à l’AFP. L’opération Sangaris, du nom d’un petit papillon rouge, a commencé le 5 décembre au soir….

«Le président s’arrêtera à Bangui quand il repartira d’Afrique du Sud ce soir après la cérémonie en hommage à Nelson Mandela, en fin de journée», a indiqué une source à la présidence française,  avant l’arrivée du chef de l’Etat, François Hollande à Johannesburg.

Le ministère de la défense vient de dévoiler les identités des deux soldats de 1ère classe du 8e RPIMa tués cette nuit, Nicolas Vokaer, 23 ans et Antoine Le Quinio, 22 ans.

Le soldat de 1re classe Antoine LE QUINIO était titulaire de la médaille outre-mer avec agrafe RCA. Il était célibataire, sans enfant.

Le soldat de 1re classe Nicolas VOKAER était titulaire de la médaille outre-mer agrafe Centrafrique et de la médaille de bronze de la défense nationale. Il était célibataire, sans enfant.

le ministère des armées a apporté des précisions sur les circonstances du drame :  » Hier soir, peu avant minuit, une section de la force Sangaris a été prise à partie à très courte distance par des individus munis d’armes légères d’infanterie, au cours d’une patrouille menée à Bangui. Les militaires français ont immédiatement riposté. Durant l’échange de tirs, deux militaires français ont été grièvement blessés. Ils ont immédiatement été pris en charge par leurs camarades avant d’être évacués vers l’antenne chirurgicale avancée sur l’aéroport M’Poko, où ils sont décédés des suites de leurs blessures. « 

Lire aussi :  Crématorium, cimetière, Pompes funèbres… L’actualité du 4 juillet 2018

Le président François Hollande fait part de  » sa profonde tristesse  » face à ce drame et   » Le chef de l’État exprime son profond respect pour le sacrifice de ces deux soldats et il renouvelle sa pleine confiance aux forces françaises engagées, aux côtés des forces africaines, pour rétablir la sécurité en République centrafricaine, protéger les populations et garantir l’accès de l’aide humanitaire.  »

Jean-Yves Le Drian, le ministre de la Défense,  » s’associe aux compagnons d’armes de nos deux soldats et à l’ensemble de la communauté militaire pour adresser ses plus sincères condoléances à leur famille et à leurs proches. Un hommage national sera prochainement rendu à nos deux militaires, morts pour la France « .

Les derniers parachutistes du 8e RPIMa tombés date de l’embuscade d’Uzbeen, en Afghanistan, le 18 août 2008 avec 8 morts au champ d’honneur.

Les biographies

Nicolas VOKAER
Né le 11 juillet 1990 à Tremblay en France (93), le soldat de première classe Nicolas VOKAER aura servi la France durant plus de deux ans.
A 21 ans, le 6 juin 2011, après avoir obtenu son brevet d’études professionnelles option vente action marchande, il souscrit pour trois ans un contrat d’engagé volontaire de l’armée de Terre au Centre d’information et de recrutement des forces armées (CIRFA) de Noisy le Sec (93).
Ce même jour, il rejoint le 8e régiment de parachutistes d’infanterie de marine (81) et suit sa formation initiale pour une durée de 6 mois durant laquelle, remarqué par sa hiérarchie, il fait preuve d’un fort potentiel et de prédispositions pour le métier des armes.
Le 6 décembre 2011, il est élevé à la distinction de soldat de 1re classe et est affecté à la 1re compagnie de combat du 8e RPIMa. La même année, il obtient le brevet parachutiste à Pau. Motivé, discipliné et volontaire, il y occupe la fonction de tireur spécialiste appui direct. Le 29 juin 2012, il obtient son certificat technique élémentaire (CTE) « voltige » dans le domaine combat de l’infanterie. (Lire la suite sur le site du ministère de la défense)

Lire aussi :  Vivante à la morgue, cimetière, Pompes funèbres… L’actualité du 3 juillet 2018

 Antoine LE QUINIO
Né le 10 mai 1991 à Angers (49), le soldat de première classe Antoine LE QUINIO aura servi la France durant plus de deux ans.
A 20 ans, le 4 juillet 2011, après avoir obtenu son baccalauréat option pilotage des systèmes de production automatisée, il souscrit pour cinq ans un contrat d’engagé volontaire de l’armée de Terre au Centre d’information et de recrutement des forces armées (CIRFA) d’Angers (49).
Le 3 novembre 2011, il rejoint le 8e régiment de parachutistes d’infanterie de marine (81) et suit sa formation initiale pour une durée de 6 mois. Le 24 février 2012, il y obtient son brevet parachutiste. (Lire la suite sur le site du ministère de la défense)

Le-drapeau-francais-300x225 Sangaris, deux soldats français tués Nicolas Vokaer et Antoine Le Quinio
Le drapeau français en berne

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.