Simplifia : le funéraire français à la conquête de l’international

1
816

Lancée il y a cinq ans par deux jeunes diplômés, Simplifia s’est rapidement imposé comme un acteur majeur du funéraire Français. C’est aujourd’hui vers l’international que les deux entrepreneurs se tournent, avec détermination, méthode – et succès. Maxime Nory répond à nos questions.

Le made in France s’exporte

Maxime Nory garde la tête froide face au développement de Simplifia « Nous avons lancé Simplifia il y a cinq ans, et, à ce moment là, il y avait un vrai besoin, et une offre pauvre. C’était une opportunité. A ce moment là, nous n’avions aucune visée à l’international, notre objectif était de proposer un bon produit sur le marché français, et d’y développer notre offre. » l’international s’est fait par hasard ? « Ce n’est pas vraiment un hasard. Petit à petit, nous nous sommes rendus compte que, dans d’autres pays, la problématique et le contexte étaient les même. Bien que les législations soient différentes d’un pays à l’autre, elles ont en commun de demander des démarches administratives qui laissent les familles démunies. Et les pompes funèbres sont demandeuses d’un produit qui serait capable de répondre à cette problématique. »

Simplifia-salon-international-funeraire-225x300 Simplifia : le funéraire français à la conquête de l'internationalUne stratégie réfléchie

C’est l’offre globale que Simplifia exporte « Nous avons une offre technologique qui est très facilement exportable » souligne Maxime « Et la tendance de fond, quel que soit le pays, reste la même : trouver une pompe funèbre, se recueillir, et le partage social, c’est à dire l’avis de décès. Toutes ces offres sont facilement transposables, et le registre de condoléances en ligne est un succès commercial dans les pays ou nous nous implantons. »

Mais le cœur de métier de Simplifia, les démarches administratives « Dès le début, nous avons conçu notre outil en gardant à l’esprit que la législation française était assez fluctuante. Nous avions donc conçu le pack pour qu’il soit souple et facilement adaptable, nous pouvons le proposer dans chaque pays ou nous nous implantons en conservant la base et la méthode. »

Maxime souligne « Nous avons pour l’instant des offres en Espagne, Belgique, Italie, et le Brésil est en cours de mise en place. Tout le traitement se fait en France, avec un opérateur dédié pour chaque pays, natif et dont la langue est la langue maternelle. Ca rassure les familles d’avoir au téléphone quelqu’un qui les comprend parfaitement, y compris les nuances de langage. »

Made in France avant tout

Comment s’implante-t-on à l’étranger « Pour nous, la première étape, c’est toujours un salon. Nous pouvons ainsi nous faire connaître des pompes funèbres locales. » ensuite, la commercialisation proprement dite « Pour chaque pays, nous avons un country manager, qui s’appuie sur des distributeurs locaux. Si la force de vente est externalisée, en revanche, nous conservons tout le backoffice en interne : le client a directement affaire à nous. C’est une manière de répondre plus rapidement et précisément à la demande, ce qui augmente la qualité perçue. »

Vous avez également participé à un salon au Mexique « Entre autres, oui. Je ne sais pas si nous allons nous implanter dans le monde entier, chaque chose en son temps. Mais ce dont nous sommes certains, c’est que les services proposés par Simplifia sont universels. »

Ce qui rend le plus fier l’entrepreneur « Baptiste Dhaussy, mon associé, et moi-même, partageons la même fierté, celle d’être une entreprise française qui fonctionne et s’exporte. Il y a tellement de frensh bashing, ces temps-ci, nous sommes vraiment heureux de montrer qu’une entreprise française peut y arriver. »

Le site web de Simplifia

Simplifia-Tanexpo Simplifia : le funéraire français à la conquête de l'international
Simplifia à Tanexpo

1 commentaire

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.