Soins palliatifs, nouvelle priorité gouvernementale

0
78
MarisolTouraine

Un grand plan (2016-2018) pour améliorer la fin de vie des Français, et rattraper le retard national : c’est ce qu’a présenté hier jeudi la ministre de la Santé Marisol Touraine.  190 millions d’euros vont être mobilisés. Selon son constat, seule une personne sur cinq recevrait les soins palliatifs dont elle a besoin.

C’est parce que la durée de vie s’est allongée, et que les maladies chroniques sont mieux traitées que le besoin en soins palliatifs (notamment à domicile) est devenu plus criant depuis une dizaine d’années. Le souhait de la majorité des Français reste un maintien chez eux. La réalité est autre : ils finissent pour la plupart dans un hôpital ou une maison de retraite.

La ministre chiffre les besoins : pour elle, 225.000 personnes décèdent chaque année « dans des conditions requérant des soins palliatifs », avec plus ou moins de facilité selon les régions. Six nouvelles unités vont être créées l’an prochain, qui s’ajouteront aux 127 recensées en 2013 (soit 1.412 lits existants). L’objectif est d’atteindre « au moins un lit pour 100.000 habitants ».

Parallèlement,  le gouvernement entend éviter les hospitalisations à tout prix. « Au moins 30 nouvelles équipes mobiles de soins palliatifs » vont s’ajouter dans quelques mois. Elles interviendront soit à domicile, soit dans les maisons de retraite (Ehpad).

Un effort d’anticipation est demandé aux Agences régionales de Santé pour détecter en amont les patients susceptibles d’avoir recours à ces traitements de fin de vie. Les citoyens sont également sollicités, au travers d’une des dispositions de la future loi Claeys-Leonetti : laisser des directives anticipées, qui s’imposeront aux médecins. Une campagne de communications sera lancée sur ce point en 2016.

Lire aussi :  Cercueil d'or, théorie du complot et fourgon funéraire ...au menu du réveil funéraire du jeudi 18 janvier 2018

Enfin, le personnel soignant sera mieux formé. Une filière universitaire va être créé, avec des enseignements pluridisciplinaires (médecine, philosophie, droit, psychologie). Il n’existe actuellement aucun diplôme spécialisé en soins palliatifs.

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here