Son abonné est mort, SFR le relance quand même

0
370
(capture d'écran site SFR)

C’est un peu le symptôme d’opérateurs téléphoniques en forte concurrence, et aux politiques commerciales agressives. Jusqu’à l’absurde, si on s’en tient à la mésaventure d’un habitant du Morbihan, rapportée par le quotidien « Ouest-France ».

Il s’appelle Georges, habite Saint-Avé. Une commune bretonne de 10.000 habitants près de Vannes. Georges, selon la dernière facture reçue le 13 février de son opérateur SFR, doit 71,86 euros. « Nous vous mettons en demeure de régler cette créance sous dix jours », écrit solennellement la société, qui menace : faute d’un règlement, « nous procéderons au recouvrement de la dette par voie judiciaire. » Bigre.

L’ennui, dans cette histoire, c’est que Georges est mort récemment. Et que SFR le savait. Dans le même courrier, ses services sont en effet formels : « Nous constatons que votre règlement a été rejeté par votre banque pour le motif suivant : titulaire décédé » ! Et disons-le afin d’aider l’opérateur, décédé signifie en langage téléphonique que le correspondant demandé n’est plus en service, ni actuellement, ni à jamais.

Face à ce courrier ubuesque, la famille s’est dite choquée. SFR s’est platement excusée et a annulé la dette, expliquant que cette lettre « n’aurait pas dû être envoyée. Nous allons modifier la méthode ». Peut-être, en définitive, que l’opérateur téléphonique aurait pu passer un petit coup de fil.

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.