Strip-tease pour le défunt qui aimait les femmes

2
1123

Jusqu’où se niche l’amour… Madame Jian, de Taïwan, est une femme dévouée. Quand son honorable époux a fait un accident vasculaire cérébral, elle l’a veillé à son chevet. Une fois l’homme mort, elle a voulu des funérailles à son image. Avec strip-teaseuses.

C’était le 12 avril dans une maison funéraire de Taipei, raconte le quotidien britannique « Daily Mail ». Au matin, la veuve éplorée a tout fait pour satisfaire une dernière fois son cher et tendre. Comme un dernier cadeau, pour que son dernier voyage lui soit doux. C’est que madame Jian est une épouse conciliante, même si son regretté mari regardait souvent les jolies femmes.

Ainsi, famille et invités ont eu la surprise de voir arriver près du cercueil deux danseuses sexy petitement vêtues (et avec cuissardes), qui ont commencé à se déhancher sur un air de Maroon 5, groupe pop californien. Les pleureuses en sont restées bouche bée. Surtout quand au deuxième morceau les deux artistes ont ôté leurs vêtements, tout en virevoltant autour de la bière. Les néons clignotaient. Et dans l’assistance, raconte le journal, nombre de téléphones portables ont gardé des images de ce chaud moment. « Certains étaient plus intéressés à chercher le meilleur angle pour filmer qu’à se recueillir à la pensée du mort », notent nos confrères.

[membership-content]

Evidemment, le trouble a été semé. Stupeur et réprobation ont envahi une partie de l’assistance. Une fois la musique achevée, les danseuses ont mis les voiles. Les tambours ont roulé, le cercueil a été transporté jusqu’à une voiture et les funérailles se sont poursuivies.

Lire aussi :  Danseuses érotiques aux funérailles...au menu du réveil funéraire du mercredi 20 février 2018

Le quotidien britannique reprend en fait le récit d’un journal chinois, pays en froid avec Taïwan. Prudence donc quant à ce qui pourrait passer pour une dénonciation d’une certaine dérive capitaliste. Une coutume funéraire de Taïwan veut qu’on mesure le respect porté au défunt au niveau sonore et aux dépenses occasionnées lors des obsèques. On y a déjà vu des défilés de chars et d’orchestres dans les rues, des chanteuses interprétant des chansons de variétés, des danseuses virevoltantes allant jusqu’à se dénuder. Certaines obsèques peuvent y coûter jusqu’à dix fois la valeur du salaire moyen.

[other]
Pour lire la suite et voir la vidéo, vous devez être connecté.

[membership-login-form]

[/membership-content]

2 COMMENTAIRES

  1. Jusqu’où peut aller le dévouement d’une femme aimante, quand même…
    Comme dernières volontés, vous avez aussi le célèbre : »J’veux qu’on rie, j’vous qu’on danse, j’vous qu’on s’amuse comme des fous / J’veux qu’on rie, j’veux qu’on danse, quand c’est qu’on m’mettra dans l’trou » de l’inoubliable Jacques Brel. Tiens, je vais demander que pour mes funérailles, on fasse un lâcher de ballons multicolores, histoire de mettre un peu de gaieté dans tout ça.

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here