Superstitions et coutumes aux pompes funèbres

1
2579

Nous sommes le 12 décembre 2012, et cette date a quelque chose de symbolique… Pour les superstitieux. Y a-t-il des superstitions aux pompes funèbres, au fait ?

Je ne suis pas superstitieux, ça porte malheur

rn60q3k71-300x215 Superstitions et coutumes aux pompes funèbresPeut on parler de superstitions aux pompes funèbres ? Pour un métier qui amène à côtoyer la mort tous les jours, notre profession en est, au final, assez dépourvue.

Certes, il existe un certain nombre, pour ne pas dire un nombre certain, de superstitions qui entourent la mort, et encore : à une époque de plus en plus rationnelle, ou la vulgarisation scientifique a porté ses fruits, celles-ci tendent à disparaître. Celles qui subsistent tiennent plus de la tradition dont le symbole s’est perdu.

Les pompes funèbres, elles, semblent dispensées de croyances mais bien fournies en coutumes. L’on peut s’interroger sur l’absence quasi totale de croyances généralisées dans ce terreau que l’on pourrait penser fertile. Peut être l’explication, tout simple, est qu’un superstitieux, au milieu des morts, symbole du malheur par excellence, deviendrait fou à lier. Ce serait comme habiter sous une échelle.

Des superstitions sont attachées aux pompes funèbres, par les personnes extérieures. Ainsi, à certains endroits, on considère que croiser un corbillard le jour de son mariage porte malheur : c’est une union promise à un symbole funeste. A d’autres, au contraire, c’est signe de bonheur, le symbole du cycle de la vie.

Se faire enterrer un vendredi 13 ? Il faut vraiment ne pas être superstitieux

Par contre, la profession conserve un certain nombre de coutumes, qui ont leur raisons symboliques, quoique parfois ignorée, plus ou moins bien ancrées.

Par exemple, déplacer un cercueil, surtout lorsqu’on franchit un huis, les pieds devants. L’explication en est toute simple : poser le cercueil par devant, puis le mettre debout, placerait le défunt à l’intérieur dans la situation de l’homme dressé, regard en avant, comme un vivant. C’est une marque de respecte que de diriger le défunt comme une personne, et non comme un objet, condition à laquelle son état de mort l’aurait ravalé.

Dans certaines régions, les suicidés étaient admis à l’église, mais la tête en avant. L’on symbolisait ainsi le fait qu’ils avaient tourné le dos à Dieu, en commettant l’un des plus graves péchés, mais que Jésus savait leur pardonner en les couvant d’un regard bienveillant.

Une autre coutume, quasi totalement oubliée, concernait la fermeture du cercueil. L’on fermait en dernier l’avant-dernière vis (ou clou) à gauche du défunt, à hauteur d’épaulement, vis qui symbolisait le cœur. On marquait ainsi son attachement à l’organe qui était considéré comme le siège des émotions.

Ces coutumes sont en voie de disparition, peut être qu’on a négligé d’en expliquer le sens lors des formations.

Ca ne porte pas malheur si tu passes en dessous d’un chat noir, mais il n’y a presque personne qui le sait

Ces coutumes sont elles une forme de superstition ? Non, puisque les pompes funèbres, même dans leur forme la plus primitive, ont été inventées après que quelqu’un soit mort et que son entourage se soit avisé qu’il fallait peut être ranger le corps quelque part. Les pompes funèbres n’ont donc pas inventées les croyances d’où découlent ces coutumes, mais se les sont appropriées, non pas pour se créer une mythologie propre qui s’avérerait superfétatoire, mais pour marquer leur respect du défunt vis à vis de ses proches, en respectant, donc, la carte intime des croyances locales.

En quelques sortes, ne pas respecter ces coutumes en dehors de la présence de témoin peut aussi porter malheur : cela signifie que l’on ne porte pas assez d’attention à son travail, que l’on se relâche, que l’on devient négligent ou fainéant, bref, que l’on ne porte pas assez d’attention aux défunts qui nous sont confiés, et ça va finir par se savoir…

Nous nous sommes dis, à Funéraire Info, qu’un article sur les superstitions le 12/12/2012 serait de circonstances. Pour éviter les redites, l’année prochaine, envoyez nous dès aujourd’hui vos idées pour le 13/13/2013

1 commentaire

  1. Un article sur le 13ème jour du 13ème mois de l’année ? Intéressant…comment s’appelle le 13ème mois de l »année déjà ?
    Celui ci je ne m’en rappelle jamais, j’écoutais pas beaucoup à l’école maternelle, moi !

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.