Accueil Tags Capiton

Tag: capiton

Les Arts Funéraires en France avec la CSNAF

0
les Arts Funéraires en France

La CSNAF est un syndicat professionnel regroupant les industriels spécialisés dans les arts funéraires. Son objectif est de valoriser les savoir-faire de ses adhérents et de pérenniser les métiers de l’art funéraire en France.

La Chambre Syndical Nationale de l’Art funéraire a également créé le Salon Funéraire que l’on connait tous aujourd’hui en 1987. Rendez-vous incontournable pour tous les professionnels des Arts Funéraires. Cette année il se tiendra au Parc des Expositions du Bourget à Paris, du 23 au 25 novembre. Vous retrouverez toutes les informations sur http://www.salon-funeraire.com ainsi que la liste des exposants arrêtés au 26 juin ici.

Afin de promouvoir les Arts funéraires, une Websérie est réalisée par la CSNAF sur les arts funéraires dont l’objectif est de faire découvrir les métiers du funéraire en France et transmettre une image de « métiers d’art », de savoir-faire à la française, de compétence et de créativité.

Les vidéos des Arts Funéraires par le CSNAF

« Les métiers de l’art funéraire sont des métiers de transformations, ancrées dans une culture et des traditions Françaises. Notre série sur les métiers du funéraire met en en avant la puissance et la modernité des outils de travail : grande capacité de production, modernité des outils de travail »

Retrouvez ici les vidéos de la CSNAF sous six publications distinctes : le Cercueil, le monument, la composition florale, le soin de conservation, la plaque funéraire ou encore le capiton

Ce sont des vidéos courtes explicatives et concises qui permettent d’avoir un aperçu des différents corps de métiers du funéraire.


La Chambre Syndicale Nationale de l’Art Funéraire (CSNAF) est un syndicat de fabricants ayant pour vocation de réunir tous les métiers du funéraire : cercueils, capitons, plaques, vases, fleurs, accessoires, monuments, urnes, soins aux défunts et matériels de thanatopraxie, registre de condoléances, véhicules funéraires … et de mener ainsi une vaste réflexion commune.


Retrouvez tous les professionnels des Arts Funéraires au Salon du Funéraire au Parc des Expositions, le Bourget, Paris, du 23 au 25 novembre prochain.

Le support de capiton de cercueil Juca vu par ses utilisateurs

0
funemraket juca support capiton cercueil

La Juca est un support rigide de couverture de capiton. Pratique, solide, peu onéreuse, elle remplace avantageusement la ouate et permet de supporter des objets (fleurs, photos, livres) lors de présentations en cercueil. Un utilisateur et une distributrice, tous deux fidèles du produit, partagent leur expérience avec nous.

Laurent Ceotto, Funéris, utilisateur

Pour nos lecteurs qui ne vous connaîtraient pas, pouvez-vous vous présenter ? « FUNERIS est le premier réseau de professionnels du funéraire qui a été créé en 1990. Sa vocation a pour but d’améliorer sans cesse le service funéraire en apportant ou en combinant les expériences des entreprises adhérentes. L’entreprise où je travaille est une entreprise familiale, basée à Saint Dizier et Vitry le François, nous avons deux chambres funéraires, de 5 salons à Saint Dizier et 8 salons à Vitry, que nous avons agrandie récemment. Notre entreprise réalise entre 500 et 600 convois par an. »

Et vous-même êtes Maître de Cérémonie « Entres autres ! Au besoin, je reçois des familles, fais des contrats obsèques, m’occupe de marbrerie. Vous savez comment c’est, les sociétés familiales, il faut être polyvalent. Mais ma fonction de Maître de Cérémonie est très importante, oui, parce que c’est le poste porte-drapeau de notre entreprise ».

Laurent Ceotto est utilisateur de la Juca « Nous l’utilisons dans 100 % des cas ». Depuis combien de temps « Je ne sais plus exactement, 3 ans, peut être quatre, je sais que nous avons adopté le produit très peu de temps après sa présentation ».

Comment cela s’est il passé ? « Mon oncle, Thierry Ceotto, président du réseau Funéris, l’avait vue sur un salon, et il avait trouvé l’idée excellente. A son retour, il nous en a parlé, et nous avons commencé à l’utiliser peu après. »

Pourquoi la Juca ? « Avant la Juca, nous utilisions de la ouate. Ce qui implique d’en utiliser beaucoup, de passer du temps à enrouler les feuilles, et le résultat n’est pas toujours garanti, quand la famille souhaite poser quelque chose d’un peu pesant dans le cercueil. Sans compter que, régulièrement, il s’en trouve un pour soulever le capiton, par curiosité, et ce bourrage de ouate, ce n’est pas esthétique, ça fait bricolé. Avec la Juca, on la déplie, on l’installe, le résultat obtenu est visuellement impeccable immédiatement, et la famille peut poser ce qu’elle souhaite, des fleurs, des livres, on sait que le support assurera la stabilité. »

2PFC-300x225 Le support de capiton de cercueil Juca vu par ses utilisateurs
Pascal Corson, le créateur de la Juca

Sonia Abrial, Velay Capiton, distributeur

Pour nos lecteurs qui ne vous connaissent pas, pouvez-vous vous présenter ? « Velay Capiton est fabriquant de capitons pour cercueils et distributeur d’articles funéraires. C’est une société familiale qui existe depuis bientôt 45 ans. Nous proposons toute une gamme de produits : des accessoires de cercueils, papeterie funéraire, produits d’hygiène, housses, urnes, fonds de chapelle ainsi que différents matériels et équipements funéraires. »

Et vous même en êtes dirigeante ? « J’en fais partie. Nous sommes trois dirigeants à la tête de l’entreprise. Et nous avons un effectif de 23 employés. »

Depuis combien de temps distribuez-vous la Juca ? « Cela fait plusieurs années, je vous avoue que je ne me rappelle pas exactement la date, mais nous avons suivi le produit depuis le début, oui. »

Que pouvez vous nous dire, en tant que distributeur, sur la Juca ? « Peu de choses, en vérité, c’est un produit qui manque sans doute encore un peu de notoriété. Mais, c’est un élément très intéressant, nos clients qui achètent des Juca sont fidèles. Les clients qui achètent des Juca juste une fois et n’en recommandent pas ensuite sont très rares, la plupart utilisent régulièrement ce produit. »

On l’a compris : l’essayer, c’est l’adopter. La Juca fait partie de ces idées simples, mais géniales, qui simplifient la vie des équipes tout en améliorant la qualité des convois chaque jour. Qu’attendez-vous ?

La Juca est disponible sur le site de Funémarket : www.funemarket.com

Le site de Velay Capiton : www.velay-capiton-articles-funeraires.com

Le site de Funeris : www.funeris.com

Pompes funèbres : Thierry Morice, entendez-moi !

1

L’affaire des pompes funèbres des Côtes d’Armor n’est pas prête de connaître son dénouement. Directement visé, l’entrepreneur Thierry Morice est sorti de son silence chez nos confrères de l’Echo de l’Armor et de l’Argoat. Droit dans ses bottes, il est prêt à s’expliquer.

L’affaire costarmoricaine

Depuis quelques mois, une affaire secoue le petit monde des pompes funèbres ne Côtes d’Armor : un entrepreneur, Thierry Morice, est accusé par une ex employée et un gardien de cimetière d’avoir subtilisé un capiton dans un cercueil juste avant la fermeture, et aurait également été surpris en train de s’affairer autour d’un cercueil, dernier lit d’un défunt paré de nombreux bijoux.

Plainte a été déposée, et deux exhumations ont été réalisées. Peu de choses ont filtré de la part des enquêteurs, mais aucun vol de bijoux n’aurait effectivement été constaté.

Alors, sombre affaire de croque-morts escroc, ou malveillance sur fond de règlement de comptes personnels ? A la justice de trancher. Une information judiciaire a été ouverte, ce qui signifie simplement qu’un juge a chargé la gendarmerie de collecter des éléments à charge et à décharge.

Sauf qu’au royaume du funéraire, les tripes parlent avant la raison.

Les victimes potentielles s’associent

Des associations de victimes potentielles se sont constituées, à l’initiative de l’avocat des premiers plaignants. L’objectif de l’avocat est de créer un collectif, qui aurait, selon lui, un plus grand effet sur la justice. Dans les colonnes d’Ouest France, il regrettait, en effet, que le parquet garde sur les éléments du dossier en cours d’instruction un silence absolu, pourtant clairement défini par le code de procédure pénale.

Une réunion publique s’est déroulée lundi, dans le petit village de Pludual. Dans la salle ou a eu lieu la réunion d’information visant à la création de ce collectif, des professionnels du funéraire, angoissés à l’idée que cette affaire ternisse la réputation de toute la profession, comme c’est, hélas, souvent le cas.

Reste à savoir, pour le reste de l’assistance, ce que le terme de victimes potentielles recouvre. Pour l’instant, il s’agit juste de familles ayant fait appel aux pompes funèbres Morice. Rien ne prouve qu’elles aient été victimes d’une malversation. Rien, ne prouve, pour le moment, qu’une malversation ait été commise.

Thierry Morice sort de sa réserve

Il manquait une voix à cette cacophonie d’incertitudes : l’intéressé lui-même, Thierry Morice. Resté silencieux jusqu’à présent, sans doute sur les conseils de son avocat, l’entrepreneur ne s’est pas terré dans son bureau. Il a au contraire accordé un entretien à l’Echo de l’Armor et de l’Argoat. Rien que le choix du journal est un message : en choisissant un titre très spécifiquement local, il choisit la proximité et semble dire que le côté national donné à cette affaire est très exagéré.

Thierry Morice regrette de n’avoir toujours pas été entendu, deux mois après le début de l’enquête, et n’avoir pas pu donner sa version des faits. Plus grave, n’ayant reçu aucune notification pour le moment, il ne sait même pas de quoi on l’accuse exactement.

Droit dans ses bottes, Thierry Morice a finalement la seule attitude à avoir dans ces circonstances : ses agences restent ouvertes, les familles y sont les bienvenues pour poser toutes les questions qu’elles souhaitent poser. Visiblement très calme, l’homme assure : il veut répondre aux questions.

Présumé innocent, il serait souhaitable de le questionner avant de le lyncher…

Cercueils, capitons, urnes et plaques, Personifia personnalise

1

La société Personifia propose aux opérateurs de faire bouger les lignes, avec sa gamme de cercueils personnalisés. Serge Clapier nous détaille les nouveaux produits de la société et nous parle de son attachement à la personnalisation des obsèques.

Une offre ciblée

Serge Clapier a une idée précise sur la feuille de route à tenir pour Personifia « Ce que nous voulons, c’est fournir aux opérateurs funéraires des solutions nouvelles et modernes dans l’organisation de funérailles ». Il précise « Nous faisons bouger les lignes. Ce n’est pas une utopie : les familles qui ont pu bénéficier d’une cérémonie personnalisée axée sur un thème en harmonie avec la vie du défunt sont unanimes sur l’hommage rendu et sur la symbolique de l’image qui perdure à l’issue. Devenir les référents dans la personnalisation, en proposant les outils et produits innovants dans toutes les phases d’accompagnement de la famille, tel est l’unique objectif qui ne se limite pas à l’unique personnalisation du cercueil. ».

Mais comment personnaliser ? « Pour personnaliser les obsèques, il faut sortir du schéma classique, surtout dans l’approche de la famille où un travail de découverte du défunt permet la construction d’une cérémonie en adéquation avec ce qu’il était.

Travailler sur la base d’une passion, d’un métier ou d’un thème qui colle au défunt permet la construction et le traitement événementiel de la cérémonie.»

D’événementiel ? « Oui. La cérémonie est faite en mémoire du défunt, pour ceux qui restent et souhaitent l’honorer. Sachant cela, il faut organiser des obsèques autour de ce qu’il était de son vivant, de sa personnalité, de ce qu’il aimait. C’est malheureusement dans ces rares moments que les familles se retrouvent. Combien de fois on entend, « il faut venir aux enterrements pour se retrouver… ». Dans des pays voisins, on organise même un repas avec traiteur avec toute la famille où le passé est généralement évoqué. Ressurgissent alors les bons moments partagés. C’est quand même plus méritoire de partir ainsi accompagné par les siens. Il ne s’agit pas de construire un événement festif, bien au contraire, mais simplement de respecter un vécu dans la dignité.

Les mœurs évoluent. Il suffit de regarder les plaques commémoratives à présent colorées qui reprennent les passions et où on identifie souvent ce qui animait l’être cher. »

Serge Clapier a puisé son inspiration dans des expériences personnelles « Particulièrement dans les obsèques d’un ami intime disparu le jour de ses 20 ans, d’un accident de moto. Pour lui rendre hommage, tous les jeunes du village, dont je faisais parti, ont organisé ses funérailles avec un cortège à moto entourant le corbillard, des textes et musiques évoquant ses passions de la moto et de la musique. C’était la meilleure façon d’évoquer sa mémoire, et quand je pense plus de 30ans après à ses obsèques, c’est cet image d’un hommage exceptionnel qui reste à jamais gravé dans ma mémoire avec le sentiment d’avoir organisé des funérailles à la hauteur de la représentation que nous avions de lui. »

Le PDG de Personifia a d’ailleurs un test pour montrer l’importance de la personnalisation « Nous avons tous enterrés des proches. Faites le test : essayez de vous rappeler du cercueil. Alors que les Personifia, maintenant qu’on a un peu de recul dessus, les familles ne les oublient pas. Je viens de vivre l’expérience avec mon beau Père avec un cercueil Lumière. Il ne passe pas une semaine ou ma belle Mère ne me remercie pour la beauté de l’image qu’elle garde. C’est aujourd’hui une approche moderne et colorée des funérailles. »

Une gamme complète

Ainsi, Personifia propose une offre très vaste gamme sur divers thèmes, en plus d’une offre de personnalisation totale. « Nos cercueils, bien entendu, commencent à très connus.

Nous constatons une montée en puissance de la signature de contrats de prévoyance avec des modèles PERSONIFIA retenus. Nous proposons également une gamme de capitons personnalisés, des urnes personnalisées et des plaques personnalisées, pour poursuivre le travail de mémoire. Nous travaillons également avec un compositeur interprète capable d’écrire une chanson personnalisé en moins de 48h qui peut être écoutée durant la cérémonie et pour laquelle un CD est remis à la famille en fin de cérémonie. ».

On peut ainsi faire des obsèques entièrement personnalisées avec ou sans cercueil personnalisé. « Oui, tout ou partie, d’ailleurs, à la famille de piocher dans l’offre ce dont elle a besoin, et aussi en fonction d’un budget maîtrisé ».

Parce que ça représente un budget « Un hommage personnalisé n’est pas à un tarif élevé par rapport à une cérémonie traditionnelle. Et la famille, comme je l’ai dit, pioche dans la gamme ce dont elle a besoin. Nous sommes une boîte à outils pour les pompes funèbres qui souhaitent se démarquer. »

Profitons de cette interview pour présenter les nouveaux modèles développés.

Personifia : www.personifia.com

Funexpo, les capitons personnalisés Anoblis

0

Une nouveauté sur Funexpo 2014, avec la présence d’Anoblis sur le Stand C76. Cette société présente de beaux capitons personnalisés, en harmonie avec ce que le défunt aimait. Un produit « couture » qui répond à une demande croissante de personnalisation et un produit breveté dont l’installation s’effectue en une minute. Quelques questions à Maryse Labbé et ses réponses!

Funéraire-Info: Pour commencer, pouvez-vous vous présenter et présenter votre société, vos produits, vos activités ?
Maryse Labbé pour Anoblis:  Je m’appelle Maryse Labbé, j’ai 50 ans et je suis décoratrice d’intérieur depuis de nombreuses années.
Pour avoir subi à de nombreuses reprises, des décès de proches, j’ai eu à « choisir » des capitons. J’ai, à chaque fois, subi ce choix comme une épreuve et j’ai choisi par dépit, ne trouvant aucun décor intérieur de cercueil pouvant représenter ce que mes proches avaient aimé durant leur vie.

Nous mettons une vie à nous construire et quelques jours à partir…

J’ai créé une gamme «d’écrins», «d’enveloppes funéraires», de  «derniers décors » autres que des « capitons ». Ceci, avec la volonté d’apporter  un produit « couture »  beau et accessible en relation avec ce que le défunt aimait durant sa vie. J’insiste toujours sur le beau « accessible » considérant que le beau n’est pas l’apanage du cher et du riche.
Pour que nos produits soient beaux, nous fabriquons exclusivement en France dans une entreprise du nord de la France. L’entreprise est labellisée « Entreprise du patrimoine vivant » ce qui symbolise le travail de main d’œuvre effectué par des femmes et des hommes, et non par des machines qui fabriquent « au kilomètre » et parfois à l’étranger.
Pour que nos produits soient toujours beaux, nous utilisons des tissus de qualité et un molleton en laine de mouton pour plus de « confort respectueux »
Nous avons conçu ce produit avec l’aide et la volonté de différents professionnels des pompes funèbres. C’est la raison pour laquelle nos décors intérieurs de cercueils s’installent en moins d’une minute (système breveté) et sont fabriqués avec des matières biodégradables.
Ces « ultimes décors » sont doux, discrets, respectent l’intimité du défunt et de ses proches pour laisser une dernière image moins traumatisante et atténuer ce moment difficile.
La Nouveauté des « ultimes décors d’intérieur de cercueil » d’Anoblis répond à une demande croissance de personnalisation discrète et permet une réelle différenciation pour les enseignes qui proposent ce nouveau produit.

F.I.: Vous participez à Funexpo pour la première fois, qu’est-ce qui a présidé à votre décision ?
M.L.: C’est notre première exposition à Funexpo. Nous avons besoin de présenter et de faire connaître ce réel nouveau produit et nous  espérons que ce salon professionnel nous permettra de combler nos espérances.

F.I.: Qu’attendez-vous du salon Funexpo 2014 ?
M.L.: Nous espérons utiliser ce salon  comme une vitrine, une tribune pour présenter de réels nouveaux produis et pouvoir démontrer et prouver la beauté du produit et de sa mise en œuvre simple et rapide.
Nous espérons convaincre de nombreux visiteurs de reconnaître ce nouveau produit comme un complément à leur gamme traditionnelle de capitons.

F.I.: Qu’allez-vous présenter aux visiteurs cette année, des nouveautés ? Des grands classiques de votre gamme ? Participez-vous au parcours des nouveautés ?
M.L.: Nous allons présenter lors de ce salon uniquement des produits innovants, principalement notre « ultime décor intérieur de cercueil ».
Nous espérons être prêts pour présenter, en avant-première un autre nouveau produit. Une présentation informative se fera sur notre stand toutes les heures durant 10 minutes.

F.I.: Comment compter vous prévenir vos clients et prospects de votre participation pour assurer du trafic ?
M.L.: Nous allons réaliser un Emailing et envoyer les quelques invitations que nous avons reçues à nos clients.

F.I.: Avez-vous des synergies avec d’autres exposants, pouvez-vous les citer ?
M.L.: Nous n’avons pas de synergies particulières. Nous entretenons une parfaite entente avec nos clients et les grandes enseignes qui nous ont référencé, ainsi qu’avec nos commerciaux multicartes présents sur le salon.

Personne à contacter :
Maryse LABBE (créatrice-fondatrice) . Tél 06 72 86 27 39

Un site internet, en suivant ce lien

En route pour Funexpo

FUNEXPO 2014

Jeudi 20 et vendredi 21 novembre 2014 de 10h00 à 19h00
Samedi 22 novembre 2014 de 10h00 à 18h00

Parc des Expositions EUREXPO
HALL 3, Parking PO, Accès Espace Convention
Boulevard de l’Europe – F 69680 Chassieu

Visions du salon, 2PFC cartonne !

3
Pascal Corson, le créateur de la Juca

Normands Visions du salon, 2PFC cartonne !Il y a des sociétés, comme cela, qu’on est content de revoir. Avec son soutien de capiton en carton, remplaçant facile et impeccable des ouates, 2PFC nous avait tout simplement épatés il y a un an.

Malheureusement, nos tentatives de contact avec la société étaient restées vaines, ou reportées aux calendes grecques. Le patron nous a fournis l’explication, tout autant désolé que nous de la situation. Celle-ci étant aujourd’hui décantée, nous vous l’annonçons : en 2014, on parlera de 2PFC dans Funéraire Info. Enfin !

Surtout que, si au niveau de la communication, ils se sont un peu loupés, leur succès commercial est bien au rendez-vous, et leurs sources d’idéess n’est pas tarie. Comme par exemple cette urne en carton, pour dispersion, biodégradable, peu onéreuse, montée en un instant, soignée jusque dans le moindre détail, bref : du boulot à la 2PFC : simple d’utilisation, efficace, bien conçu.

C’est avec plaisir que nous avons constaté que le stand de 2PFC était, à chacun de nos passages, plein de visiteurs. L’objectif que le patron nous avait annoncé en riant « Détenir 100 % du marché de la ouate » pourrait bien se réaliser, si ils ne se méfient pas. Et après tout, tant mieux : de bonnes idées ne restent jamais impunies.

2PFC-1024x768 Visions du salon, 2PFC cartonne !
Ouate aux oubliettes, urnes de dispersion au placard, 2PFC innove avec des idées simples qui tiennent du génie