Accueil Tags Cinéraire

Tag: Cinéraire

Jean Ruellan et OGF :  » nous devons éduquer le marché « 

0
Jean Ruellan - OGF

J’ai interrogé pour vous, Jean Ruellan, directeur du marketing et de la communication d’ OGF. Après avoir lu sa tribune dans le magazine Atlantico sur les prix du marché des services funéraires en France et à l’international, nous revenons ensemble sur cette Toussaint 2017 et les objectifs du groupe, leader français des services funéraires.

Une Toussaint 2017 à oublier

Si mon bilan sur cette Toussaint 2017 était plutôt mitigé, pour Jean Ruellan en revanche, elle « est à oublier ». C’est vrai que cette année encore, les médias n’ont pas hésité à relayer l’enquête de Familles Rurales. Il n’en fallait pas moins des mots « arnaque », « abus » « business » pour entacher vite toute la profession. C’est comme une nappe de pétrole dans la mer, il faut du temps pour que tout redevienne à la normal, en sachant pertinemment qu’on n’y arrivera jamais tout à fait. Pour le directeur de la communication d’ OGF , le problème n’est pas tant le fond que la forme qui vient s’ajouter à un débat biaisé dès le départ. « Nous dénonçons la méthode, le référent est erroné. 37 devis ont été réalisés sur 13 départements, alors qu’il y a aujourd’hui en France près de 6 000 agences de pompes funèbres ».

Pourtant, et c’est ce dont je suis venue vous faire part également avec mes « portraits », il y avait matière cette année, de faire de belles choses pour parler du milieu funéraire. Pour OGF aussi le discours était de mettre en avant des personnes, des histoires, des métiers.

Éduquer le marché

Pour Jean Ruellan, la responsabilité est collective. Ceux qui pèsent dans le marché économique funéraire doivent faire preuve de pédagogie. D’autant qu’ « avec cette enquête tout le monde a du se justifier, au lieu de parler des services, nous avons du nous expliquer ».

« Nous faisons autre chose que vendre un cercueil ».

La lumière sur la crémation

Pour Jean Ruellan, le marché passe à côté de la crémation. Pourtant avec un taux sans cesse en augmentation, c’est comme passer à côté de la moitié de l’activité. Une ineptie pour le groupe, leader du marché, qui use de pédagogie, pour conseiller les familles au mieux lors d’une crémation et éviter les dispersions brutales qui nuisent au travail de deuil des familles. Comment prétendre accompagner les familles du début à la fin, en leur rendant une urne et en leur disant, « bon maintenant on a fini ». Ça n’est plus ça un service funéraire aujourd’hui, c’est de l’accompagnement post-obsèques. « Il faut s’en occuper, créer une animation plus dense autour du cinéraire. C’est également capital pour maintenir un équilibre économique global ».

En marge des tumultes de la Toussaint

Toujours sur sa lancée, le groupe OGF maintient son assise. Comment ? Par le service de qualité. En ce moment, le groupe renouvelle sa flotte de véhicules. Ça n’est pas la première fois que j’entends cela cette année, et Jean Ruellan me le confirme. « En France, le corbillard est un véhicule utilitaire, ce qui n’est pas le cas en Angleterre par exemple. OGF est le seul à partir d’un véhicule de particulier, et à l’adapter au service funéraire pour un meilleur accompagnement et un service haut de gamme ». C’est une manière d’allier le confort et l’élégance grâce aux modèles Mercedes-Benz.

Pour la deuxième année consécutive, PFG arrive en tête du classement des enseignes plébiscitées par les consommateurs dans le secteur des services funéraires du magazine Capital n° 314 ( nov 2017). Le groupe prend la deuxième place générale, toutes enseignes confondues dans la catégorie « services à la personne ».​​Capture-d’écran-2017-11-17-à-14.21.49 Jean Ruellan et OGF : " nous devons éduquer le marché "

 OGF est le leader français des services funéraires, fort d’un savoir-faire de plus 170 ans, il représente le quart du marché en valeur. Le Groupe accompagne les familles endeuillées et OGF_300x250 Jean Ruellan et OGF : " nous devons éduquer le marché "les collectivités à travers des enseignes de renom : PFG, Maison Roblot, Henri de Borniol, Dignité funéraire. Le Groupe affirme son expertise sur l’ensemble des activités liées au funéraire, des services de pompes funèbres à la gestion de crématoriums, de la production de cercueils à la pose de monuments funéraires, des contrats de prévoyance à l’accompagnement après obsèques.

Salon de Villepinte : In Terra ne se disperse pas

0

Fabricant de sépultures cinéraires spécialisé dans les tombes en pleine terre, la société languedocienne In Terra sera elle aussi présente au salon de Villepinte pour y présenter sa production. C’est sur le stand K21.

Funéraire-Info : Pouvez-vous tout d’abord nous présenter votre société ?

La société In Terra est dédié exclusivement aux sépultures cinéraires « en pleine terre » avec deux classes de produits : la « minitombe », tombe familiale pour deux à quatre défunts et « l’urne-tombe », urne qui sert ensuite de tombe au cimetière.

F.I. : Vous participez au Salon Funéraire Paris 2015, est-ce votre première participation ou êtes-vous un habitué ? Comment définiriez-vous ce rendez-vous du marché du funéraire ?

2014-10-logo-150x150 Salon de Villepinte : In Terra ne se disperse pasC’est la première fois que nous présentons nos produits aux professionnels du funéraire. En 2011 nous avions présenté la mini tombe au salon des Maires et avions été honorés du Prix de l’Innovation. Nous espérons trouver ici la même synergie.

F.I. : Qu’allez-vous présenter sur votre stand ? Tout particulièrement, quelles nouveautés, quels produits phares ?

Les produits présentés sont des nouveautés pour les professionnels et nous espérons qu’ils les aideront à satisfaire leur clientèle. Nos urnes-tombes, en particulier,  qui sauront ramener à une sépulture et aux cérémonies des familles qui auraient « par défaut » opté pour une dispersion en pleine nature. Une opportunité pour les opérateurs funéraires, les marbriers et tous les professionnels impliqués dans les sépultures. Les sépultures cinéraires en pleine terre sont pratiquement inexistantes sur le marché et dans les cimetières. Il s’agit d’un secteur « oublié » et qui, si l’on s’en réfère aux sépultures de cercueils et au goût actuel pour le naturel, a un bel avenir devant lui.

F.I. : Un célèbre publicitaire aurait dit « Si tu n’as pas de Rolex à 50 ans, tu as raté ta vie. ». Pour quelle raison pourriez-vous dire « Un visiteur qui n’est pas passé par mon stand a raté son salon » ?

En innovant tant sur les pratiques cinéraires que sur les produits, nous représentons une petite partie de  ce qui sera l’Avenir. Qui se vanterait d’être passé à coté ?

A savoir :

 

Sansone Collection en perpétuel mouvement.  

0
Sansone Catalogue cinéraire
L’actualité est très riche chez nous : cette fois, nous nous retrouvons avec l’équipe dédiée aux produits cinéraires.
Sansone-vase-V1801-MAE-217x300 Sansone Collection en perpétuel mouvement.  
Vase V1801 en Maes Blue, Hauteur 18 cm

Comme vous le savez sans doute le cinéraire est en augmentation permanente, les choix ont évolué avec le temps. Souvent présentée comme un choix économique, la crémation est surtout un choix personnel, très loin des simples considérations budgétaires.  À ce titre, les familles attendent aujourd’hui bien plus qu’une offre de produits basiques dénuée de toute considération sentimentale. Sansone Collection l’a bien compris et présente une gamme adaptée à la demande actuelle.

Tout d’abord merci de partager cette fois encore votre point de vue en exclusivité sur Funéraire Info, le marché cinéraire a évolué : pensez-vous qu’il est arrivé à maturité ?

Je ne le pense pas, le marché a changé, et il changera encore, c’est un marché que nous connaissons parfaitement, nous avons été parmi les premiers à créer des columbariums en granit, tout comme les premières urnes il y a près de 40 ans. Aujourd’hui il n’y a pas une demande, mais des demandes.

Pouvez-vous préciser ?

Les familles abordent l’incinération chacune différemment. En effet, selon les volontés, les cendres peuvent être dispersées ou placées dans un columbarium, une concession cinéraire ou même une concession familiale. Chacun de ces modes d’inhumation a évolué, le jardin du souvenir (lieu destiné à la dispersion) dispose maintenant d’un endroit avec les épitaphes des défunts dispersés. Pour ce dispositif, nous sommes allés plus loin, nous proposons des plaquettes cinéraires avec l’épitaphe et la photo du défunt.

C’est très intéressant. Peut-on dire que la crémation ce n’est plus « ni fleurs ni couronne » ? Je précise, on entend souvent chez certains professionnels : « vous savez avec l’incinération, on ne vend plus d’ornements, le minimum c’est tout », qu’en pensez-vous ?

Non ce n’est pas exact, nous vendons autre chose, parce que la demande a changé, nous devons nous adapter comme dans tous les marchés.

À ce propos, en quoi votre offre a changé, suite à cette évolution ?

Sansone-Vase-T5-18_HIM-300x266 Sansone Collection en perpétuel mouvement.  
Vase boule T5-18 en Himalaya Blue, Hauteur 16 cm, existe aussi en Hauteur 13 cm

Et bien, nous avons commencé par miniaturiser quelques-uns de nos produits pour qu’ils puissent être posés sur les monuments cinéraires, comme nos vases boules qui sont plus que jamais actuels. Nous avons créé des ornements délicats comme un cœur tout en volume à poser en l’état ou à personnaliser. Nous avons pensé aussi une gamme adaptable aux columbariums comme des vases par exemple.

Je suis toujours surpris par votre dynamisme créatif, Sansone est en perpétuel mouvement !

C’est exact, c’est ce que nos clients attendent !

Vous avez raison, dans votre introduction vous parliez de concession cinéraire ? Est-ce une alternative au columbarium ? Et que proposez-vous chez Sansone Collection ?

Je dirai plutôt que c’est un complément. Cela permet aux familles de se recueillir dans un espace plus personnel.

Toujours le choix des familles, n’est-ce pas ?

Absolument, le choix d’une concession cinéraire permet souvent une totale personnalisation, du monument aux accessoires.

Vous proposez une gamme de monuments cinéraires?

Oui, nous avons créé une gamme : des modèles simples élégants, une gamme de couleur actuelle, nous avons tout pensé, même l’outil de vente que nous proposons à nos clients pour leur simplifier la vente. Le produit est présenté dans toutes les couleurs disponibles, sur la même page il y a des suggestions de produits et même le choix des gravures, comme notre gamme de lettres et décors en aluminium.

J’ai de la chance, vous me présentez en avant-première votre tout nouveau catalogue dédié au cinéraire, pouvez-vous nous expliquer votre démarche, je ne serai pas surpris si vous me dites qu’il est novateur.

Novateur, non seulement dans la présentation, mais également dans le fait de regrouper tous les produits dédiés dans un seul catalogue, simple d’utilisation véritable aide au conseil et à la vente.

Sansone-Catalogue-cinéraire-couvert-300x143 Sansone Collection en perpétuel mouvement.  
Sansone Catalogue cinéraire

Il sera disponible bientôt?

Oui d’ici quelques jours tous nos clients en seront équipés.

Et bien encore une actualité bien chargée chez Sansone Collection, merci encore, nous avons hâte de recevoir d’autres infos.

SANSONE

eMail : info@sansone-collection.com
Site Web : www.sansone-collection.com

470 rue de Tourcoing
59420 MOUVAUX

Téléphone : 03 20 01 01 90

Fax : 03 20 26 88 20

 

 

 

Cinéraire : Bonna Sabla, solution en béton

0
Bonna Sabla lance sa gamme cinéraire Spiritus

Chez Bonna Sabla on l’espère : pouvoir installer d’ici l’été ses premiers espaces cinéraires modulables dans des cimetières français. A entendre l’un de ses responsables, « plusieurs dizaines de collectivités » ont déjà sollicité le spécialiste français du béton high-tech.

Qui ? Combien ? Pas de réponse, « pour ne pas attirer la concurrence ». Christophe Lacaze, chef de produit environnement et aménagement urbain à Bonna Sabla, préfère vanter le « concept innovant » de sa gamme Spiritus : créer au sein d’un cimetière un espace tout en courbes et béton (teintes multiples), qui s’aménage comme un jeu de cubes, selon les besoins, l’espace disponible, le budget.

On peut ainsi (par exemple) imaginer des cavurnes avec un banc, un point d’eau, un puits de dispersion, un mur commémoratif, des jardinières, un plan du cimetière, une signalétique personnalisée. Ou une toute autre disposition. Parti pris : « Nous avons préféré  mettre l’ouverture des cases vers l’intérieur, et non vers l’extérieur, de façon à favoriser cette impression de cocon, de recueillement. »

Avec ce dispositif, « on peut choisir le nombre de cases dont on a besoin, la disposition (le long d’un mur ou en ilot au milieu du cimetière), l’espace dédié, et augmenter au fil des années selon les besoins et le budget disponible. Les coûts sont ainsi maîtrisés. »

Le béton fibré coûte de vingt à trente fois moins cher que la pierre utilisée d’ordinaire, et dure plus de trente ans. Ce béton nouvelle génération, Bonna Sabla l’utilise notamment dans son activité de travaux publics. Le leader français de ce matériau l’a employé notamment au stade Jean-Bouin et à la Fondation Louis-Vuitton, à Paris, et au MuCEM de Marseille. L’entreprise présentera son concept mi-avril au parc floral de Vincennes, près de Paris, lors du salon des Maires d’Ile-de-France et au prochain salon des Maires de la Porte de Versailles , à l’automne 2015 à Paris. Elle ne sera en revanche pas présente au salon Funéraire Paris 2015.

Le funéraire s’expose au Salon des Maires (Paris)

0
Les nouveautés de Granimond

Il faut bien chercher. Mais s’il se fait discret, le petit monde du funéraire est bien présent au Salon des Maires et des collectivités locales. Une manifestation mastodonte qui accueille jusqu’à demain jeudi soir 800 exposants très divers à la Porte de Versailles (Paris).

Et tout se passe au sein du pavillon 3, derrière le stand d’OGF. Le leader français des services funéraires est un partenaire privilégié des communes. Absent à Funexpo Lyon, il expose à Paris son savoir-faire en matière de sites cinéraires et de gestion de cimetières.

Il n’est pas le seul. Spécialiste du béton préfabriqué, la société Bonna Sabla présente ici une nouvelle gamme cinéraire entièrement modulable, baptisée Spiritus. L’ensemble, en béton lisse aux formes arrondies et aux teintes à la carte, peut allier du mobilier, un point d’eau, des stèles de signalétique, un espace de dispersion, un columbarium ou des cavurnes. « Les collectivités peuvent ainsi gérer selon leurs besoins l’extension de l’ensemble », explique t-on sur le stand.

Tout près, la société Granimond (qui équipe plus de 6.000 collectivités locales en columbariums) profite également de l’occasion pour montrer l’une de ses créations en granit à peine encore commercialisée : un espace cinéraire sphérique. Une sorte de spoutnik du genre qui n’irait pas dépareiller la gamme futuriste de son concurrent Munier Columbariums, qui s’expose à quelques mètres de là. « L’espace du souvenir est aussi jardin de vie », argumente la société et ses monuments modulables, adepte de lieux paysagés favorables au recueillement des familles.

A noter que nos confrères du magazine « Résonance » animaient hier mardi au Salon des Maires une conférence destinée aux responsables municipaux, visant à les informer sur les droits et devoirs des collectivités locales en matière de durée des concessions funéraires.

PACS, mariage gay et mort du conjoint

3

La loi sur le mariage homosexuel est soumise aujourd’hui au vote de l’assemblée Nationale, et, si la loi est adoptée, elle signera peut être la lente agonie du PACS. Cette forme d’union civile, quoique considérée comme un progrès à l’époque, n’était certainement pas une panacée.

Pourquoi PACS ?

assemblee_nationale-300x157 PACS, mariage gay et mort du conjointLe PACS, PActe Civil de Solidarité est, avec le mariage civil, une de deux formes d’union civile en France.

La loi instaurant le Pacs a été votée en 1999 sous le gouvernement Jospin. Cette forme d’union est née d’une volonté de combler le vide juridique entourant les couples non mariés par une reconnaissance officielle de leur union. Il place le couple dans un cadre juridique précis instituant des obligations réciproques, à la différence du concubinage, qui est une simple union de fait dépourvue de tout statut. Le Pacs offre plus de souplesse que le mariage, notamment en matière de séparation. Les formalités à la signature et à la dissolution sont en outre fortement réduites. Contrairement au mariage civil français, le Pacs est également ouvert aux couples de même sexe.

Mais cette forme d’union n’est pas, contrairement au mariage, absolue : c’est une reconnaissance du conjoint plus que la création d’une cellule familiale, ce qui n’est pas sans poser problème.

Le décès

A la surprise et à la grande consternation de nombreux conjoints PACSés, le décès du conjoint n’ouvre, en terme d’organisation des obsèques, aucun droit.

Dans la cas, par exemple, du décès du conjoint d’un PACSé, la mairie du lieu du décès, au moment d’établir les démarches pour le transfert de corps, et/ou l’inhumation ou la crémation, devra d’abord s’enquérir de l’existence d’une famille proche, par ordre de priorité par ascendant. A aucun moment, le conjoint PACSé n’apparaît comme ayant-droit aux démarches. En cas d’absence de famille, celui-ci peut alors pourvoir aux obsèques, mais ses décisions peuvent être contestées même par la famille éloignée.

Le conjoint PACSé ne peut, en cas de présence d’une famille, organiser les obsèques que si les ascendants du défunt lui ont rédigé un document faisant de lui leur représentant légal. Contestées devant la justice, certaines opérations, comme l’attribution d’une urne, font l’objet d’un vide juridique. Dans certains cas, un défunt PACSé en opposition avec sa famille pourra voir son conjoint totalement exclu de l’organisation de ses obsèques.

Sur l’acte de décès, la mention du PACS n’apparaît pas. Ainsi, un défunt divorcé, puis PACSé à un(e) nouveau ou nouvelle conjoint(e) se verra considéré par l’administration comme simplement divorcé.

Difficile, dans ce cas, pour le conjoint du PACSé de faire son deuil dans de bonnes conditions.

Et après, la succession

Pour la succession, le cas est encore plus simple : le PACSé a droit à une part, par testament, sur la quote part disponible. Ainsi, si le défunt a deux enfants, le conjoint PACSé a droit à un tiers de l’héritage, et un tiers pour chacun des enfants. Cette quote part disponible passe à un quart si il y a trois enfants, et ainsi de suite.

Le PACSé ne dispose donc, au final, que de peu de droits sur la succession de son conjoint, la donation entre époux étant, par exemple, impossible.

Alors, le mariage homosexuel, bonne idée ? C’est un débat d’opinion, et chacun le verra en fonction de ses propres valeurs. Il a toutefois un mérite : aller jusqu’au bout de l’idée du PACS, qui laissait un sentiment d’injuste et d’inachevé. Quitte à faire les choses, autant les faire bien.

Michel Leclerc répond à Michel Kawnik

1

La semaine dernière, nous avions publié une interview de Michel Kawnik, président de l’AFIF (à lire ICI), qui avait fait grand bruit. Interpellé, Michel Leclerc a tenu à répondre.

Fleurets mouchetés

Michel-115-225x300 Michel Leclerc répond à Michel Kawnik
Michel Leclerc

Michel Leclerc n’est pas en colère, ni n’a bondi de sa chaise : ce n’est pas le genre de l’homme. « Je connais Michel Kawnik, qui est un homme charmant. Lorsque nous nous rencontrons sur les salons, nous nous serrons la main et nous échangeons quelques mots. Mais ça s’arrête là. » Ce que nous disions dans notre article : quoique courtois tous les deux, ils ne partiront pas en vacances ensemble.

« Michel Kawnik critique beaucoup. Mais qu’à-t-il fait ? C’est quelqu’un qui n’a jamais rien fait dans le domaine du funéraire. » la première expérience de Monsieur Kawnik remontant à Roc’Eclerc « Il a passé deux mois chez nous, et nous ne nous sommes pas entendus. Peut être qu’il m’en veut, je ne sais pas. » Mais c’est l’inexpérience de son attaquant qui amuse Michel Leclerc « Il a fait quoi, concrètement ? Citez moi une loi qu’il a fait voter, un projet qu’il a mené et qui a changé le secteur ? » quand au monopole « Il dit que j’ai eu de la chance. Moi, je veux bien. J’en ai peut être eu. Mais vingt ans et 1700 procès pour faire tomber le monopole, je n’appelle pas ça de la chance. Il ne faut pas qu’il oublie que, si je n’avais pas mené ce combat, il ne serait pas là. Aujourd’hui, il revendique presque la liberté du funéraire. Je ne l’ai pas vu, à l’époque ».

« Je voudrais juste que Monsieur Kawnik fasse cinq propositions. Pas des choses sorties du musée, des idées concrètes qui feraient avancer le secteur. Moi, j’en ai fait et je continue d’en faire : ce n’est pas bien à chaque fois, je peu me tromper, comme tout le monde. Mais j’essaie. Si Monsieur Kawnik n’a rien à proposer, qu’il cesse de critiquer ceux qui essaient de faire avancer les choses. »

Florian Leclerc

« Il a aussi attaqué mon fils » (Florian Leclerc, accusé d’être un prête nom de son père, NDLR) « Je peux vous dire qu’il a 22 ans, qu’il est seul aux commandes, et qu’il a déjà signé 47 nouveaux contrats. Ce qui va porter le nombre de Sublimatoriums, lorsqu’ils seront ouverts, à 80, des gens qui viennent de tous horizons. » pas mal « Il a 22 ans, toute la vie devant lui, il vaut mieux pour lui n’être pas qu’un simple prête nom… »

« Il a sa philosophie, et maîtrise les fondamentaux du secteur. » Michel Leclerc est clair, son fils vole de ses propres ailes, et ses succès en sont la preuve.

Le progrès

« Michel Kawnik attaque également le salon. Bien, il est vrai que, lorsqu’il a été créé, c’était nouveau. Aujourd’hui, il manque un d’innovation. » Michel Leclerc pousse l’analyse plus loin : « Il faudrait proposer de nouvelles choses. Chez les marbriers, par exemple. Certains expliquent que la crémation, c’est pour le futur, mais dans certaines régions, on atteint déjà des taux de crémation de 60, jusqu’à 80 pour cent » phénomène qui modifie la demande « Vous avez peut être noté que de plus en plus de personnes dispersent les cendres. C’est dangereux, pour la perte des racines, pour notre civilisation. Il est vrai qu’on leur propose des columbariums, des empilements de cases HLM. Certes, on en fait de beaux, aujourd’hui, mais ça fait quand même penser un peu à la fosse commune, non ? » Michel Leclerc explique que les marbriers doivent chercher quelque chose de neuf, de plus adapté, « et cesser de raisonner en terme de kilos de marbre ».

Pareillement pour les crémations « Le prix des crémations augmente inexorablement. Pour cela aussi, il faut de nouvelles solutions. » Il croit en l’hydrogène « On a fait baisser son coût de 40 euros à 2 euros. C’est une énergie d’avenir. » le problème vient des lobbys, explique-t-il. Et son appareil de crémation, que Michel Kawnik a moqué ? « Ça avance, nous avons résolu de nombreux problèmes techniques. J’aimerai pouvoir le montrer au salon du Bourget, l’année prochaine. »

Toujours, Michel Leclerc garde en tête l’intérêt des familles et le progrès du secteur. « Michel Kawnik va encore dire que je radote… Mais si c’est cela, radoter, alors oui, je veux bien radoter. En attendant, moi, je fais quelque chose ».

Le columbarium

0
columbarium

Le columbarium est un monument ou l’on dispose les cendres d’un défunt après crémation, dans un cimetière.

Origine du mot columbarium et usage

osiris-columbarium-10-300x218 Le columbarium
Un columbarium typique

Le mot vient du latin « columba », qui signifie « niche de pigeon ». A l’époque romaine, des niches étaient creusées dans les murs des nécropoles, ou l’on installait les restes des défunts après leur crémation. Déjà appelés columbariums à l’époque, il est intéressant de constater que le mot n’a subi aucune modification ou francisation. Du strict point de vue étymologique, ce mot est d’un ennui mortel.

Pour mettre columbarium au pluriel, on se contentera d’ajouter un « s ». Un columbarium, des colombariums.

Pratique

300px-Paris_Columbarium_du_Père-Lachaise01 Le columbarium
Columbarium du Père Lachaise, Paris

L’on appelle columbarium les constructions colportant de multiples cases considérées comme autant de concessions, pouvant chacune accueillir une ou plusieurs urnes.

Il ne faut pas confondre les columbariums, monument unique multiconcessionnels, avec les concessions cinéraires. Individuelles, celles-ci se définissent par un carré de terrain ou peut être implantée un « cavurne », caveau en béton formaté pour accueillir plusieurs urnes, et sur lequel on peut installer un monument.

Pour désigner une concession en columbarium, on parlera généralement de « case de columbarium ». L’ouverture d’une case, pour un dépôt d’urne, se fait par un marbrier ou un agent de cimetière.

Même si l’expression est parfois utilisée, le terme « inhumation d’urne » pour un dépôt en case de columbarium, est incorrect, puisque « inhumation » signifie « in humus », dans la terre, et que ces monuments sont « ex humus », aériens, donc.

KM61-7-396-300x227 Le columbarium
Columbarium romain, époque antique