Accueil Tags Crématorium

Tag: Crématorium

ATRIUM : Pose de la première pierre du crématorium de Beaucaire

0
crématorium de Beaucaire

Le 16 octobre 2017, Julien SANCHEZ, Maire de Beaucaire et Conseiller régional d’Occitanie participe 14h à la pose de la première pierre du crématorium de Beaucaire, en présence de nombreux élus, de la Société ATRIUM, le délégataire, représentée par Valérie HUET, Directrice de projets, Jean-Antoine GOURINAL, Directeur des crématoriums et de l’environnement du Groupe OGF, et Philippe BARNOLE, Directeur Délégué Région Sud-Est d’OGF.

Ce projet, d’un montant de 2 M€, concerne la construction d’un crématorium avec aménagement d’un site cinéraire contigu.

Ce crématorium répond à une demande croissante de crémations dans tout le bassin de vie. En effet, une famille sur trois fait ce choix.

Le crématorium sera construit sur un terrain d’une superficie d’environ 58 600 m2 fourni par la Collectivité. Il est situé à côté du Cimetière des Melettes – chemin Exploitation Enclos Argent – 30300 Beaucaire.

Le bâtiment

Le bâtiment d’environ 650 m2 comportera deux parties distinctes ayant chacune des entrées séparées. L’une est destinée à l’accueil et au recueillement des familles. L’autre est réservée au personnel et aux entreprises de pompes funèbres. L’espace technique sera situé en retrait par rapport aux espaces publics.

Les objectifs du projet

Le crématorium doit être un lieu de calme et de recueillement permettant d’honorer dignement la mémoire de nos défunts. La réalisation d’un équipement de proximité répond aux besoins des familles endeuillées.

Une attention toute particulière sera donc portée à la construction du site :
des espaces de cérémonie adaptés et propices au recueillement,
un espace de convivialité sobre et confortable, espace conçu pour les retrouvailles des familles,
des installations techniques performantes strictement conformes aux normes en vigueur,
un site cinéraire dans lequel des espaces de mémoire seront prévus

Les rejets atmosphériques

Atrium a fait le choix d’installer la filtration conforme à la loi de janvier 2010. Cette loi impose des quantités maximales de polluants dans les rejets atmosphériques. L’obligation légale impose la filtration des rejets atmosphériques d’ici février 2018.

Atrium souhaite que ce projet architectural et technique offre toutes les garanties à la collectivité en matière de qualité des services proposés aux familles.

Le contrat de délégation de service public porte sur une durée de 30 ans.

Les travaux ont commencé le 21 aout 2017 pour une ouverture prévue 2ème trimestre 2018.

Atrium, filiale à 100 % du groupe OGF, accompagne les collectivités locales pour la gestion de leurs services funéraires.

Créée en 1995 pour répondre aux nouveau x enjeux des collectivités en matière de services publics, et offrir un mode de gestion alternatif aux opérateurs de pompes funèbres, l’activité funéraire aujourd’hui portée par Atrium s’appuie sur sa longue expérience en matière de délégation de services publics.

Contacts Presse :
Rachel RIGHI – rachel.righi@atrium-sitesfuneraires.com tel : 07 62 56 96 83
Marie Auzias-El Kadiri – marie.auzias@agencebabel.com tel : 01 53 00 73 66

Défunt trop gros et addition hors cote au crématorium de Pamiers

0
crématorium de Pamiers
crématorium de Pamiers. Crédit photo : Meilleurs pompes funèbres.com

Visiblement, parfois la douleur face au décès d’un être cher ne suffit pas. Je vous en parlais dans la revue de presse de ce matin, si vous avez suivi, c’est bien, pour les autres, rattrapage ici. Le témoignage de Régine qui, suite au décès de son mari se voit facturer un montant bien plus élevé que prévu. La raison : son mari, « un défunt trop gros » causerait des coûts supplémentaires liés aux risques de la crémation.

Un défunt trop gros

Régine explique :  » Les volontés de mon mari étant une crémation, l’agent funéraire nous propose d’appeler le crématorium de Pamiers afin de fixer immédiatement une date. Elle est arrêtée au vendredi 22 septembre à 17 h 30. Je donne mon accord pour le devis proposé d’un montant de 782 €. De retour chez moi, je préviens tous mes proches de la date et de l’heure des obsèques ».

Jusque là tout est en ordre, mais le jeudi en début d’après midi, soit la veille de la crémation et de la cérémonie, la veuve reçoit un appel de l’entreprise de pompes funèbres qui lui explique qu’en raison « du poids important de son mari » la crémation devra être reportée au lundi suivant. Elle refuse, car la famille et ses proches ont déjà planifié leur déplacement. En fait la raison était qu’il y avait un risque de surchauffe du four en raison du poids de son mari et que le crématorium refuse ce genre de crémation en fin de journée. À force de discussions, un compromis est trouvé, et la crémation maintenue au jour et à l’heure prévue.

Problème : Quelques jours après, Régine reçoit la facture d’un montant qui dépasse les 782 € initialement prévu. Le montant est de 1 337 € soit près du double. Et c’est la qu’est la subtilité, sur le devis il était écrit « jusqu’à 145 kg » mais personne n’avait prévenue la veuve que son mari pesait plus que ce poids et que donc elle allait devoir payer bien plus cher la crémation.

Défunt trop gros : un devis oversize ?

Si les devis types sont désormais obligatoires en mairie par les opérateurs de pompes funèbres qu’en est-il de la ligne crémation ? La crémation ou l’inhumation fait partie du devis de la pompe funèbre. Le crématorium de Pamiers explique que le prix correspond bien au montant inscrit sur la grille tarifaire consultable en mairie :  » Si un mort est lourd, la crémation dure plus longtemps et monopolise plus de personnel. Le coût supplémentaire est justifié ». En réalité le problème est à un autre niveau. Lorsqu’un défunt a un soin de conservation, c’est le thanatopracteur qui prend les mesures et indique à la pompe funèbre si oui ou non il faudra prévoir du hors-cote. En l’absence de soin, c’est aux employés de pompes funèbres de s’en charger. Bien sûr, impossible de peser le défunt, mais devant « un défunt trop gros » il y a lieu de pédagogie avec la famille. Ici c’est la famille qui avait donné le poids du monsieur, hors une longue hospitalisation (coma) avait fait prendre du poids à ce dernier et la famille ignorait son poids final. Pourquoi la pompe funèbre n’a pas prévenu la famille qu’il risquerait d’y avoir un surcoût ? Car finalement au delà du montant, c’est surtout de s’être retrouvée devant le fait accompli que Régine s’offusque.

Défunt trop gros et discrimination

C’est un peu comme ces magasins de vêtements qui vont font payer plus cher si vous êtes plus gros en raison de plus de tissus. Dans sa douleur et sa colère, Régine réfléchit à attaquer le crématorium pour discrimination. Ce dont se défend le crématorium de Pamiers qui dit ne pas deviner la charge pondérale d’un individu. La pesée s’effectue le jour même. En 2018 tous les fours dans les crématoriums seront mis aux normes et l’on vous en parle régulièrement. Un four crématoire classique à du mal à accueillir un cercueil hors côte ce qui fait que certains crématoriums en France refusent carrément la crémation. Il y a quelques années suite à un autre cas similaire, la Société des Crématoriums de France avait expliqué qu’il y a entre 10 et 20 % de crématoriums équipés en hors-cote. C’est peu, mais il n’y a aucune obligation légale, comme pour beaucoup de choses en France, la législation est floue. Mais la Société des Crématoriums de France défend un service public et considère donc qu’il ne doit y avoir aucun surcoût supplémentaire pour les familles. Dans ce flou artistique légal, seul la pédagogie est utile. Soit le crématorium considère que c’est l’état qui doit assurer la prise en charge, soit il doit avoir un devis clair et affiché en mairie, ce qui est le cas ici. Encore une fois, un manque de délicatesse et d’information sont à l’origine d’un deuil mal entamé.

Colloque, « Droit et crémation : le statut juridique des restes humains » à Nancy

0
crémation

Colloque, « Droit et crémation : le statut juridique des restes humains » à la Faculté de Droit de Nancy : Amphithéâtre AR06, le Vendredi 27 octobre 2017

L’Université de Lorraine (UDL) et l’Union Crématiste Européenne (UCE) organisent le vendredi 27 octobre 2017, à Nancy, un colloque sur le thème : « Droit et crémation : quel statut juridique pour les restes humains ?».

La journée sera consacrée à plusieurs communications d’invités ainsi qu’à des échanges en ateliers.

Matinée : 9h-13h

8h30 : Accueil 9h : Introduction du colloque : M. le Représentant de la Métropole Nancy M. F. GARTNER, Doyen Faculté de Droit M. B. PY, Pr. UL M. Maurice THORE, UCE

9h10 : Les mots et les sens Marc MAYER (ULB/UCE)

9h30 : La loi française et la crémation Jean-Pierre SUEUR, Sénateur du Loiret

10h10 : La loi française et les restes humains Bruno PY, Professeur Droit privé, UL

10h30 / 10h45 : Pause

10h45 : Et dans les autres pays… M. Xavier GODARD, Directeur du Crématorium de Bruxelles M Roberto FERRARI, Italie M. Pierre VIDALLET, France

11h15 : Quelques approches anthropologiques Loïc LALYS, Directeur de recherche au CNRS, AMU

11h45 : Quelques approches éthologiques Didier DESOR, Professeur UL

12h15 : Débats avec la salle

Après midi : 14h30-16h30

Atelier 1 : Volonté du défunt et cadre juridique Animation : J-P. PETIT (UCE) et F. PLAISANT (FFC) Amphithéâtre AR06

Danielle ADRIAENSSENS (Directeur en Chef chez Ville de Liège) – Guénaël DEVILLET (Directeur du SEGEFA, Service d’Étude en Géographie Économique Fondamentale et Appliquée à l’Université de Liège) – Xavier GODARD, Directeur du Crématorium de Bruxelles – Pierre VIDALLET (Co-fondateur de La Société des Crématoriums de France)

Atelier 2 : Restes humains et univers médical Animation : Bruno PY et Laurent MARTRILLE Salle des Assemblées

Pr. Bernard FOLIGUET (foetopathologiste UL) – Anne FROMENT-MAIRE (Directrice Juridique CHR Metz- Thionville) – Aurore PLENAT (Directrice juridique CHU Nancy) – Pr Jean Michel VIGNAUD (anatomopathologiste UL)

17h : Synthèse par les modérateurs de chaque atelier

17h30 : Synthèse générale et conclusion UCE & UL

18h30 : Cocktail à la Faculté de Droit

Fédération Française de Crémation

logo-cremation-ffc1 Colloque, « Droit et crémation : le statut juridique des restes humains » à NancyBP 411-09 – 50 rue Rodier – 75423 PARIS CEDEX 09

Tél : 01.45.26.33.07 – Fax : 01.48.74.07.40

Le site de la Fédération Française de Crémation

L’actualité du funéraire de ce vendredi 29 septembre 2017

0
actualité du funéraire 28 septembre 2017

Dans la presse et sur le web, la revue de presse du funéraire, des pompes funèbres, des crématoriums et des thanatopracteurs du vendredi 29 septembre 2017. Revivez l’actualité sur Funéraire-info.

Suite au décès de Hugh Hefner le fondateur du magazine érotique Playboy, la planète people s’est exprimée. Un message touchant a particulièrement attiré l’attention des internautes, il s’agit de celui de Pamela Anderson, que Hugh Hefner avait repéré le premier, alors qu’elle était âgée de 22 ans. Elle écrit sur son compte Instagram « Je pense tellement à toi. Je suis ce que je suis grâce à toi. Tu m’as appris tout ce qu’il faut savoir sur la liberté et le respect. Mis à part ma famille, tu étais la personne la plus impor­tante dans ma vie. Tu m’as donné la vie (…) Je suis si profon­dé­ment choquée. À présent, je m’ef­fondre. »

Le Fake du jour est l’annonce du décès du chanteur Johnny Hallyday sur la page Facebook de France Bleu. Le message a été vite supprimé mais le mal est fait. Les internautes ont réagi vivement, mais France Bleu s’est expliqué sur le fait qu’il ne s’agissait pas d’une erreur. En effet, le site a été hacké et un message malveillant a pu être publié. Des excuses ont été présentées à la famille et au chanteur.

Une série de profanation a eu lieu au cimetière de Bondy en Seine Saint Denis. Neuf tombes ont été profannées appartenant à la communauté des gens du voyage. Derrière le geste infâme, se cache des raisons crapuleuses. La communauté des gens du voyage étant connue pour enterrer leurs morts avec leurs bijoux.

Un drame comme il y en a trop s’est produit dans un lycée New Yorkais. Un élève a poignardé à mort un de ses camarades et en blessé un autre. Il s’agirait d’une accumulation de disputes qui soit à l’origine de l’affaire. Le jeune homme qui a commis cet acte aurait été harcelé depuis un long moment, ce qui l’a conduit à l’école avec un couteau.

Homicide volontaire ou involontaire ? C’est la question que pose aujourd’hui Franck Ferrand, sur Europe 1 dans son émission au coeur de l’histoire. Obtenez des éléments de réponses à 14h, sur le mystère qui entoure la mort d’Émile Zola décédé le 29 septembre…1902.

Un projet d’équipement vient d’être voté au Conseil Municipal à Saint-Yrieix : La ville va se doter d’un crématorium. Les plus proches crématoriums sont à plus de 40 km de la ville, Limoges, Tulle, Périgueux, Allassac, nécessitant en moyenne 30 à 60 minutes de transport et, dans certains cas, un délai d’attente de plusieurs jours pour la crémation d’un cercueil lorsqu’il y a suractivité à certaines périodes », a rapporté le conseiller municipal Jean-Claude Dupuy.

La revue de presse vous est offerte par Hydrosystem
Hydrosystem se définit comme constructeur et surtout ingénieur en solutions hydrauliques et mécaniques, et rappelle que tout reste possible. Son engin de creusement Crocopelle et son chariot motorisé sont devenu les plus fidèles alliés des marbriers.

Le broyeur de calcius EMC, le tout-en-un indispensable des crématoriums

0
broyeur de calcius Europe Metal Concept

Le broyeur de calcius mis au point par EMC est désormais dans sa version définitive. Un équipement à la pointe de la technologie pour un aspect souvent peu considéré, dans les crématoriums, le broyage des fragments osseux à fin d’obtenir les cendres, et la récupération des métaux. EMC propose une solution tout-en-un.

Un appareil complet

Le principe du broyeur de EMC est d’utiliser les vibrations à haute fréquence : les ondes sont modulées à une fréquence très précise qui entre en résonance acoustique avec le calcius. Ceux-ci sont réduits en cendre par fissuration et non plus par écrasement et malaxage.

Le déroulement des opérations est simple : l’opérateur retire les restes à l’issue de la crémation, encore incandescents, les place dans un autoclave, qu’il installe dans le broyeur EMC. De l’autre côté, il place l’urne destinée à recueillir les cendres du défunt.

Le broyeur EMC procède alors automatiquement à toutes les opérations : tri des métaux ferreux et non ferreux, broyage et refroidissement des calcius, disposition des cendres dans l’urne. A l’issue, l’opérateur de four récupère l’urne et la scelle, les cendres étant déjà froides.

A l’intérieur de l’autoclave, les calcius sont réduits en poussière par les ondes modulées. Un aspirateur les envoie au fur et à mesure vers l’urne. Ce dernier est calibré de façon très précise, pour pouvoir avoir assez de puissance afin de transporter les cendres, mais pas assez pour soulever quelque chose de plus lourd, comme les parties métalliques ou les parties non encore broyées. Le refroidissement est assuré durant le trajet des cendres de l’autoclave à l’urne par échange thermique.

Version définitive

Nous avons demandé à Louis Piazza, directeur de EMC, ce qui avait évolué par rapport à la première version qu’il nous avait présenté en 2015« Le design, tout d’abord. Ce n’est pas la partie essentielle des modifications, mais c’est ce qui se verra en premier, donc je commence par là. Mais l’essentiel réside dans sa simplification ».

Une simplification technique, tout d’abord ergonomique « Nous avons réduit le nombre d’opérations auxquelles l’opérateur doit procéder. Nous voulions un fonctionnement simple et intuitif, et nous avons pour cela combiné des opérations et supprimé tout ce qui était inutile. L’opérateur a désormais un nombre très minime de manipulations à effectuer ».

Mais cette simplification technique a aussi d’autres avantages « En réduisant le nombre de pièces mécaniques et électroniques, nous avons amélioré la fiabilité de l’appareil, sa longévité, et ses besoins en entretien. C’est un investissement sur le long terme, et les crématoriums doivent pouvoir compter dessus sans se poser de questions. EMC a la réputation d’être un partenaire fiable, nos appareils doivent l’être aussi. »

La commercialisation officielle débutera sous peu « Officiellement. Mais nous avons déjà une dizaine d’appareils pré-commandés, dont un à l’étranger, en Italie, et d’autres qui ont manifesté leur intérêt. Les crématoriums intéressés peuvent dores et déjà nous contacter. »

Le site de EMC : europemetalconcept.fr

Anarchie : quand les scellés disparaissent avant la crémation

0
scellés police cercueil

Des soucis de toute sortes peuvent venir contrarier une crémation. Retards divers et variés, pannes, mais cette histoire est assez unique dans son genre. Même si quelques détails de décorum sont de mon cru, Angélique, qui me l’a racontée, s’est vraiment fait faucher ses scellés. Vous avez bien lu.

Ni Dieu, ni Maître

Angélique était encore dans le hall du crématorium quand la directrice l’interpella « Attends, il y a un problème, viens voir. ». La conseillère funéraire pâlit « Avec le convoi Chombier ? Encore ? ».

Deux jours avant, alors qu’elle préparait les obsèques de Monsieur Chombier avec la famille, cette dernière avait expliqué « Il était musicien, est-ce que c’est possible que ses amis jouent de la musique pendant de la cérémonie ? De la guitare, ce genre de choses ? ». C’était possible, bien entendu, ce que Angélique s’était empressée de confirmer aux proches.

Sauf que, dans la tête de la famille, « ce genre de choses » consistait en un piano et une batterie. Le personnel du crématorium avait fait une tête de six pieds de long en les voyant arriver, et c’est grâce au monte-charge qu’ils avaient pu être amenés dans la salle de cérémonie. Le petit morceau musical s’était changé en bœuf.

Devant l’air affolé de la directrice, Angélique se demanda ce qu’il pouvait bien y avoir de pire que de trimballer un piano droit et avoir une batterie complète à monter dix minutes avant la cérémonie… « Les scellés du cercueil ont disparu » oui, il y avait ça, évidemment.

« Disparus ? » répéta la conseillère funéraire d’un voix blanche.

« Disparus », en effet, à ne pas confondre avec « oubliés ». Angélique avait convoqué elle-même la police, assisté à leur pose, et la présence des cachets de cire, à la tête et aux pieds du cercueil avaient été contrôlés à l’arrivée au crématorium par un agent. Ils avaient été là, et ils n’y étaient plus.

Ce fut sur ces entrefaites qu’un agent du crématorium surgit, une corbeille à papier à la main « Madame la Directrice » cria-t-il presque, montrant le contenu de la corbeille.

A l’intérieur se trouvaient des débris de ce que tous identifièrent immédiatement comme des scellés. LES scellés, ceux qui s’étaient mystérieusement envolés. Et tous se posaient la même question « qu s’était-il passé ? »

Angélique et la directrice se rendirent dans la salle d’attente où la famille patientait pour le départ en crémation. D’emblée, la conseillère funéraire se lança « Il y aura du retard, on a un gros problème » avant de se lancer dans l’explication. Elle comme la directrice notèrent que la réaction de la famille était curieuse : au lieu de s’affoler ou de se mettre en colère, ils se lançaient des regards gênés.

« C’est obligatoire, ces scellés ? » demanda l’un.

« Oui, c’est obligatoire » intervint la directrice du crématorium « Sans eux, je ne peux pas faire partir le cercueil en crémation. Si je m’avisai de le faire, le crématorium serait fermé et je risquerai de finir en prison ». C’était un peu exagéré, pour tout dire, mais les deux professionnelles avaient deviné que la famille cachait quelque chose, et elles étaient bien déterminées à découvrir quoi, quitte à les bousculer un peu.

Angélique en rajouta une couche « Il va falloir demander à un policier de revenir, et il est en droit d’exiger l’ouverture du cercueil pour vérifier l’identité du défunt ».

La famille blêmit,avant qu’un homme, le pianiste et meilleur ami du défunt, n’explique « Ben… ce sont ses copains. Vous savez comme c’est, nous, les musicos, on est un peu anars… Et bon, les potes, quand ils ont vu écrit ‘’police’’ sur les cachets de cire, là, ils ont mal supportés qu’il parte avec les condés. Donc… »

« Donc, ils ont enlevés les scellés » finit la directrice.

« Ouaip, et ils les ont mis à la benne » acheva le pianiste.

La police fut rappelée d’urgence par la conseillère funéraire. Par chance, le brigadier était disponible, et, sympathique, n’exigea pas la réouverture du cercueil. Mais, comme il le signala à Angélique et à la directrice du crématorium, c’était un délit, et il serait obligé de faire une main courante.

Tout fut arrangé, et Monsieur Chombier fut finalement crématisé avec une demi-heure de retard. C’était la dernière crémation de la journée pour ce four, le dépassement était possible.

Les proches de Monsieur Chombier quittèrent le crématorium, et essayant de se composer un air contrit. Mais le pianiste sifflotait entre ses dents « Ni Dieu, ni Maître » de Ferré.

Le crématorium aéroport : ça vous dit, un petit voyage ?

0
crématorium aéroport

Avis aux voyageurs, l’embarquement se fera porte A. Alors que vous êtes des milliers à avoir franchi le portail métallique des aéroports cet été, un crématorium a décidé de repenser sa manière d’organiser les cérémonies en faisant du crématorium une sorte d’aéroport pour aider au processus de deuil en assimilant la mort à un voyage.

Le crématorium géré par Somabhai Patel du groupe Rupaben Sitaram en Inde a été totalement repensé. Inauguré d’ici fin octobre, l’endroit ressemblera à un terminal aéroportuaire afin de diminuer la douleur due à la perte d’un être cher. Pour le président de du crématorium, le départ serait « plus doux ».

Tout est fait selon le modèle d’un aéroport, avec des salons de départ, et d’arrivée. Deux répliques d’avion sont également présentes. Ce crématorium appelé Antim Yatra «  voyage final » est situé dans le Bardoli au sud du Gujarat à 300 km de la capital Ahmedabad.

Le président déclare : «Les gens sont plus heureux de vous accompagner dans l’aéroport que dans un crématorium. Je veux atténuer la douleur des personnes qui perdent leurs proches en leur faisant croire que l’âme vient de commencer un nouveau voyage ».

Cela fait près de 30 ans que le crématorium existe mais cela fait de nombreuses années que tous pensaient à sa transformation. Des dons ont même été faits pour donner une touche d’ambiance au crématorium.  Des répliques de quarante pieds de deux avions, portant les noms Moksha Airlines (salvation) et Swarg Airlines (paradis), sont garées au dessus du dôme du crématorium. Lors d’une cérémonie, les responsables du crématorium emmènent la famille vers l’une des cinq barrières qui constitue le terminal de l’aéroport. Dès que la mise à la flamme s’effectue, la famille peut entendre une bande son où est joué l’air d’un avion qui décolle, et lorsque la crémation est finie, le son d’un avion qui atterrit.

Pour justifier son choix, Patel explique qu’on lui a toujours dit de ne pas pleurer pour les âmes disparues, si celles-ci partent pour un nouveau voyage ».

 

Gendarmerie Nationale, « vos papiers s’il vous plaît  » à un corbillard…

1
corbillard

Comme tout artisan du funéraire, il y a des anecdotes que, si nous ne les vivions pas personnellement, nous ne les croirions pas. Un lecteur de funéraire-Info nous a relaté l’aventure, vécu hier, mercredi 5 juillet 2017, pendant des obsèques…

En effet, hier matin, se déroulait les obsèques de Robert, décédé à Gourdon dans Lot et qui avait choisi la crémation. A 9h30, le convoi s’élance donc depuis l’hôpital de Gourdon à destination du Crématorium de Capdenac.

Quand la réalité dépasse la fiction

Après seulement quelques minutes, le chauffeur du corbillard voit dans son rétroviseur, non seulement les véhicules de la famille, mais également un véhicule banalisé de la gendarmerie tout feu et gyrophare allumés. Lequel véhicule vient s’intercaler, toutes sirènes hurlantes entre le corbillard et le reste du convoi.

Un corbillard contrôlé pendant des obsèques

Regardant toujours dans ses rétroviseurs le chauffeur voit les gendarmes lui faire des signes. Toutes les pensées lui viennent alors à l’esprit : l’autorisation de crémation a été donné à tort, il y a une pile que les services médicaux n’ont pas signalé…  ou des pensées encore plus folles comme : on s’est trompé de défunt…

Le chauffeur se gare, les gendarmes également et viennent à la hauteur du chauffeur du corbillard.

Et là, après les vérifications traditionnelles du permis et des papiers du véhicule, ……

ils souhaitent vérifier le journal des appels du portable du chauffeur pour vérifier qu’il n’avait pas téléphoné en conduisant dans les minutes qui précédent !!!!!!

Oui vous avez bien lu !!!!

Comme il en était rien, si les occupants du corbillard, après avoir été époustouflés par la question,  ont plutôt pris la chose avec humour, il n’en fut pas de même de la famille.  On peut imaginer aisément son désarroi et sa stupeur sur une telle intervention d’autant que pour des raisons de sécurité leurs véhicules s’étaient arrêtés quelques centaines de mètres plus loin et ne pouvaient donc en entendre la raison. Les mêmes types de pensées que celles du chauffeur, décrites plus haut, traversant également leurs esprits.

De premières explications visant à les rassurer furent données lors du redémarrage du convoi par l’assistant funéraire. Mais ce n’est qu’arrivé au crématorium, soit 1 heure plus tard, que celui-ci leur expliqua en détail.

Contrôler un corbillard en convoi, inapproprié ?

Si dans un premier temps la colère traversa leurs esprits devant cette intrusion inopinée de la force publique dans un moment de recueillement, celle-ci s’estompa rapidement grâce à la présence d’un petit fils qui, comble du hasard, était élève gendarme à l’école de gendarmerie de Tulle. Il y voyait certainement là le bon exemple (ou le mauvais, c’est selon) à suivre (ou ne pas suivre).

Contrôle technique des installations funéraires : tout ce qu’il faut savoir

0
funeraires de france contrôle technique des installations funéraires

Le contrôle technique des installations funéraires est une obligation. Mais, au-delà de la contrainte légale, elle présente un intérêt réel et inestimable pour les entreprises. Michel Chazottes, de Funéraire de France, nous explique pourquoi.

Qui contrôle ?

Funéraires de France est la filiale d’Etoile de France spécialisée dans le contrôle technique des installations funéraires. L’organisme est habilité COFRAC, Comité FRançais d’ACcreditation. Des inspecteurs sont recrutés et formés selon un cahier des charges très précis.

« Les procédures venaient d’évoluer, et il fallait des inspecteurs pour le contrôle technique des installations funéraires. Nous avons donc créé Funéraires de France, parce que le secteur nous intéressait vraiment. »

Mais comment se fait-on contrôler ? « La demande de contrôle est une démarche personnelle de l’entrepreneur. Souvent, suite à un courrier de la préfecture, pour un renouvellement d’habilitation. »

« Ҫa n’a rien à voir avec le contrôle technique de sa voiture » rassure Michel Chazottes « Nous traitons du matériel professionnel, utilisé par des professionnels, entretenu par des professionnels, et ce que je peux dire, à la lumière de mon expérience, c’est que les professionnels français travaillent bien. Dans l’immense majorité des cas, le contrôle est bon, et quand il ne l’est pas, c’est souvent pour une petite chose qui peut être facilement corrigée. ».

Le service de Funéraires de France est réfléchi pour apporter le maximum de satisfaction à son client « Nous avons pris un engagement de fournir notre rapport en 48 heures, maximum, pour que notre client puisse faire les démarches auprès de la préfecture, ou procéder, si besoin, à une remise à niveau de son matériel. Nous avons également créé un service de rappel. Un peu avant l’échéance, on envoie un courrier au client, afin qu’il ne soit pas pris de court au dernier moment et puisse s’organiser sereinement. »

Présent nationalement, Funéraires de France se déplace chez le client « Même pour les véhicules. Inutile ainsi de faire un trajet trop long, et d’immobiliser plus longtemps que nécessaire un véhicule indispensable à l’activité. »

Le rappel des points

Avec Funéraire Info, Funéraires de France est à l’origine d’une série d’articles sur divers aspects du contrôle technique.

Pourquoi cette démarche ? « La plupart des petits problèmes constatés sur les contrôles sont dû à un oubli, ou une méconnaissance d’un point technique de la législation. Souvent, ce n’est pas très grave, mais les professionnels, c’est normal, peuvent s’inquiéter. Ces petits rappels permettent de bien se préparer au contrôle, et de surveiller l’état de son parc. »

Vous pourrez retrouver ces articles listés ci-dessous.

Le site web de Funéraires de France : www.funeraires-de-france.fr

Les articles sur le contrôle technique :

Habilitation, y voir plus clair

Opacité et occultation des vitres du corbillard, l’expert explique

Le contrôle technique des corbillards

Transport sans cercueil, le contrôle des caissons

Accueil du public dans les crématoriums, les normes
Le contrôle technique des fours de crémation

Contrôle des rejets de crématorium, un expert explique

Normes : la ventilation dans les funérariums

La dispersion des cendres et l’immersion de l’urne en mer

Michel Chazottes, les bons conseils du contrôleur technique

Quand l’Angleterre sacrifiait ses animaux de compagnie

0
Esterel et Kamala chien et chat
Esterel (le chat) et Kamala (le chien)

« Ach, la guerre, gross malheur ». Derrière cette phrase devenu un gimmick amusant se cache une réalité dont nos aînés ne se souviennent que trop bien : des souffrances importantes, et quotidiennes. Pour les hommes comme pour les animaux de compagnie. Et certains, à l’approche de la seconde guerre mondiale, voulurent épargner cela à leur fidèle compagnon. A n’importe quel prix.

Londres, au début du mois de septembre 1939. Des files s‘allongent, s’allongent indéfiniment.

Quelques heures plus tôt, le 3 septembre, à 17 heures, l’Angleterre venait de déclarer la guerre à l’Allemagne, précédée par la France, le même jour, quatre heures plus tôt. Les britanniques honoraient ainsi une promesse faite à la Pologne en mars de la même année.

La population ne resta pas indifférente, et un sentiment se développa rapidement dans la population : une sorte de résignation déprimée. Les Anglais savaient pertinemment que laisser Hitler agir à sa guise n’était pas la bonne solution : ce ne serait qu’une question de temps avant qu’il ne tourne son regard vers les îles Britanniques, considérées par les nazis comme un gigantesque porte-avion ennemi stationné au large de leurs côtes.

Mais nombreux sont ceux qui se rappellent encore des horreurs de la Première Guerre Mondiale, qui s’est achevée à peine 21 ans auparavant. La mobilisation, les privations, les pénuries, l’inquiétude constante… Les souvenirs, affreux, affleurent aux mémoires meurtries.

Le plan de Hitler n’est pas une surprise, en même temps, ses options sont limitées. Conquérir l’Angleterre est un plan en trois phases, blocus, pour affamer la population et empêcher les approvisionnements en munitions, bombardements, pour saper les défenses et le moral, et enfin, débarquement pour l’invasion.

L’Amérique est, et restera neutre, jusqu’à un certain point. Hitler n’a pas l’intention d’offrir à Roosevelt un Lusitania comme prétexte à l’entrée en guerre des États-Unis. Il faudra attendre 1941 et Pearl Harbor pour que les États-Unis s’engagent, d’abord contre leur agresseur japonais, puis contre son allié Allemand.

Mais, en ce 5 septembre 1939, on est encore loin de la grande histoire. Tout ce que les anglais savent, c’est qu’ils sont en guerre, et qu’ils vont souffrir. Alors, ils se résignent et organisent un massacre déchirant.

Des files de britanniques font la queue devant les vétérinaires avec leurs animaux de compagnie adorés. Des chiens, des chats, tous aimants et aimés de leurs maîtres, tous sans doute surpris de ce changement soudain de leur routine, tous ignorants qu’ils sont dans les derniers instants de leur vie. Quelques minutes, quelques heures plus tard, parfois, leur maître sanglotant les abandonneront à la piqûre létale du vétérinaire.

Hitch-chien-et-chat-300x300 Quand l’Angleterre sacrifiait ses animaux de compagnie
Hitchcock

La foule obéit à une sorte d’instinct. Cette initiative n’est pas concertée. Il n’y a eu aucun appel médiatique, aucune consigne gouvernementale. Tous ces gens ne se connaissaient pas et ne se sont pas concertés. Spontanément, les milliers de britanniques, apprenant leur entrée en guerre, ont décidé de tuer leur animal de compagnie.

Pourquoi ? Les versions divergent. Les positivistes virent dans ce mouvement un acte de charité, le souci de personnes aimantes d’épargner à leur animal innocent les affres de la guerre. Les cyniques y virent l’élimination pragmatique de bouches à nourrir. Soyons honnête : il y avait sans doute à la fois de l’un et de l’autre.

Rapidement, les vétérinaires et les crématoriums, où les animaux étaient ensuite amenés, arrivèrent à saturation. Il n’est pas exagéré de parler de mouvement de foule : en quelques jours, avant la mi-septembre, environ 400 000 animaux furent euthanasiés, soit, d’après les estimations de l’époque, un animal domestique sur quatre. C’est plus que le nombre de victimes humaines en Angleterre durant toute la durée de la guerre.

Presque immédiatement, le massacre fut suivi d’un immense moment de regret. Ombreux furent les maîtres, sans doute, à contempler leurs foyers désormais trop calme, vidés de l’affection de leur chien ou chat adoré.

Dans le ciel trop calme, en ce mois de septembre 1939, montèrent de nombreux sanglots. Les bombes du blitz d’Hitler ne se mirent à pleuvoir qu’un an plus tard, en septembre 1940.

Sur les réseaux

18,686FansJ'aime
64FollowersSuivre
496FollowersSuivre
20AbonnésSouscrire