Accueil Tags Crématorium

Tag: Crématorium

Quand l’Angleterre sacrifiait ses animaux de compagnie

0
Esterel et Kamala chien et chat
Esterel (le chat) et Kamala (le chien)

« Ach, la guerre, gross malheur ». Derrière cette phrase devenu un gimmick amusant se cache une réalité dont nos aînés ne se souviennent que trop bien : des souffrances importantes, et quotidiennes. Pour les hommes comme pour les animaux de compagnie. Et certains, à l’approche de la seconde guerre mondiale, voulurent épargner cela à leur fidèle compagnon. A n’importe quel prix.

Londres, au début du mois de septembre 1939. Des files s‘allongent, s’allongent indéfiniment.

Quelques heures plus tôt, le 3 septembre, à 17 heures, l’Angleterre venait de déclarer la guerre à l’Allemagne, précédée par la France, le même jour, quatre heures plus tôt. Les britanniques honoraient ainsi une promesse faite à la Pologne en mars de la même année.

La population ne resta pas indifférente, et un sentiment se développa rapidement dans la population : une sorte de résignation déprimée. Les Anglais savaient pertinemment que laisser Hitler agir à sa guise n’était pas la bonne solution : ce ne serait qu’une question de temps avant qu’il ne tourne son regard vers les îles Britanniques, considérées par les nazis comme un gigantesque porte-avion ennemi stationné au large de leurs côtes.

Mais nombreux sont ceux qui se rappellent encore des horreurs de la Première Guerre Mondiale, qui s’est achevée à peine 21 ans auparavant. La mobilisation, les privations, les pénuries, l’inquiétude constante… Les souvenirs, affreux, affleurent aux mémoires meurtries.

Le plan de Hitler n’est pas une surprise, en même temps, ses options sont limitées. Conquérir l’Angleterre est un plan en trois phases, blocus, pour affamer la population et empêcher les approvisionnements en munitions, bombardements, pour saper les défenses et le moral, et enfin, débarquement pour l’invasion.

L’Amérique est, et restera neutre, jusqu’à un certain point. Hitler n’a pas l’intention d’offrir à Roosevelt un Lusitania comme prétexte à l’entrée en guerre des États-Unis. Il faudra attendre 1941 et Pearl Harbor pour que les États-Unis s’engagent, d’abord contre leur agresseur japonais, puis contre son allié Allemand.

Mais, en ce 5 septembre 1939, on est encore loin de la grande histoire. Tout ce que les anglais savent, c’est qu’ils sont en guerre, et qu’ils vont souffrir. Alors, ils se résignent et organisent un massacre déchirant.

Des files de britanniques font la queue devant les vétérinaires avec leurs animaux de compagnie adorés. Des chiens, des chats, tous aimants et aimés de leurs maîtres, tous sans doute surpris de ce changement soudain de leur routine, tous ignorants qu’ils sont dans les derniers instants de leur vie. Quelques minutes, quelques heures plus tard, parfois, leur maître sanglotant les abandonneront à la piqûre létale du vétérinaire.

Hitch-chien-et-chat-300x300 Quand l’Angleterre sacrifiait ses animaux de compagnie
Hitchcock

La foule obéit à une sorte d’instinct. Cette initiative n’est pas concertée. Il n’y a eu aucun appel médiatique, aucune consigne gouvernementale. Tous ces gens ne se connaissaient pas et ne se sont pas concertés. Spontanément, les milliers de britanniques, apprenant leur entrée en guerre, ont décidé de tuer leur animal de compagnie.

Pourquoi ? Les versions divergent. Les positivistes virent dans ce mouvement un acte de charité, le souci de personnes aimantes d’épargner à leur animal innocent les affres de la guerre. Les cyniques y virent l’élimination pragmatique de bouches à nourrir. Soyons honnête : il y avait sans doute à la fois de l’un et de l’autre.

Rapidement, les vétérinaires et les crématoriums, où les animaux étaient ensuite amenés, arrivèrent à saturation. Il n’est pas exagéré de parler de mouvement de foule : en quelques jours, avant la mi-septembre, environ 400 000 animaux furent euthanasiés, soit, d’après les estimations de l’époque, un animal domestique sur quatre. C’est plus que le nombre de victimes humaines en Angleterre durant toute la durée de la guerre.

Presque immédiatement, le massacre fut suivi d’un immense moment de regret. Ombreux furent les maîtres, sans doute, à contempler leurs foyers désormais trop calme, vidés de l’affection de leur chien ou chat adoré.

Dans le ciel trop calme, en ce mois de septembre 1939, montèrent de nombreux sanglots. Les bombes du blitz d’Hitler ne se mirent à pleuvoir qu’un an plus tard, en septembre 1940.

Inauguration du nouveau crématorium du Grand Gueret ce 2 juin

0
Crématorium de Guéret

Ce 2 juin sera inauguré le nouveau crématorium du Grand Gueret, dans la Creuse. Un équipement réalisé par Atrium et une groupe d’entrepreneurs locaux selon un cahier des charges soumis par la communauté de commune, qui respectera les normes environnementales les plus strictes et dont la conception a été entièrement tournée vers l’accueil des familles.

Un équipement attendu

Ce crématorium et son site cinéraire contigu, situés route de Guéret – RN 2145 – à AJAIN, ont été conçus pour répondre aux attentes des familles. Dans ce lieu de calme et de recueillement permettant d’honorer dignement la mémoire de nos défunts, ATRIUM privilégie la qualité de l’accueil des familles. Le personnel du crématorium est qualifié pour recevoir avec attention les familles accompagnées de leurs opérateurs funéraires, et les guider tout au long de leur présence au crématorium.

Le bâtiment comporte deux parties distinctes ayant chacune des entrées séparées. L’une est destinée à l’accueil et au recueillement des familles. L’autre, réservée au personnel et aux entreprises de pompes funèbres, se situe à l’abri des regards.

Le crématorium est équipé d’un four de marque ATI et d’un système de filtration de dernière génération conforme aux nouvelles normes de rejets atmosphériques imposées d’ici fin février 2018 (cf. arrêté de janvier 2010). L’appareil de crémation est assisté par ordinateur, ce qui permet de mieux le gérer et d’intervenir à distance.

crematorium-grand-gueret Inauguration du nouveau crématorium du Grand Gueret ce 2 juinCette salle peut accueillir plus de 60 personnes assises. Elle dispose d’équipements son et vidéo pour que les familles puissent personnaliser la cérémonie et honorer, une dernière fois, le défunt selon leur volonté.

A l’entrée du crématorium un espace peut être aménagé pour que la famille puisse réunir les proches et partager ainsi un moment autour d’une collation.

Un espace dédié permet la remise de l’urne aux familles, soit environ 2 heures après la cérémonie, soit sur rendez-vous.

La famille peut disperser les cendres dans le puits jouxtant le crématorium ou inhumer l’urne au cimetière limitrophe.

Une inauguration sous de bons auspices

Cette manifestation se déroulera en présence, de Monsieur Eric CORREIA, Président de la Communauté d’Agglomération du Grand Guéret, Monsieur Michel VERGNIER, Député de la Creuse, Monsieur Guy ROUCHON, Maire d’Ajain, et de nombreux élus. Seront également présents Valérie Huet, Directrice d’Exploitation de la Société ATRIUM, Jean-Antoine GOURINAL Directeur des crématoriums et de l’environnement du groupe OGF et Didier HEREAU, Directeur Délégué Région Sud-Ouest.

Il est implanté sur une surface aménagée de 4 800 m2 de terrain dont 410 m2 sont consacrés au bâtiment. La construction de ce bâtiment a duré moins d’un an pour un budget de 1,8 millions d’euros entièrement financé par Atrium le délégataire. L’ouverture du site au public se fera courant juillet.

Le site web de Atrium : www.atrium-sitesfuneraires.com

Le site web de OGF : www.ogf.fr

Le site web de ATI : www.ati-environnement.com

cremtaorium-grand-gueret-2 Inauguration du nouveau crématorium du Grand Gueret ce 2 juin

Le Nano pacemaker : autopsie d’un arrêté et encore des questions

0
Medtronic Micra

 

C’était la galère pour les familles, le casse-tête des pompes funèbres et la hantise des thanatopracteurs. Ce tout petit stimulateur qui est si important pendant la vie, cause bien des soucis une fois qu’il ne joue plus son rôle.

Vous vous souvenez tous de la malheureuse affaire de la famille à …. , qui, à cause d’un petit objet de la taille d’une pièce d’un euro a vu des obsèques retardées de …. mois. Il y avait des refus de toute part concernant l’extraction de ce nano pacemaker et son risque pour le crématorium.

Comme souvent nous faisons preuve d’innovation, mais nous nous rendons compte après coup que nous nous retrouvons en situation compliquée lorsque nous devons enlever, recycler, extraire. C’est un peu le cas également avec les batteries de téléphone.

Il y a peu un thanatopracteur courageux a décidé de contacter directement Medtronic, le fabricant du nano pacemaker pour connaître son fonctionnement mais aussi son retrait. Il a suivi tout le protocole, et à même assisté à son implantation au CHU de Clermont Ferrand. Il est le premier thanatopracteur en France a avoir extrait ce nano pacemaker. Son but était de montrer que la profession pouvait faire preuve d’évolution. Malheureusement son retour à la réalité de la vie des réseaux sociaux n’a pas été accueilli à sa juste valeur, c’est-à-dire dans un but pédagogique. Je tairais ici son nom afin de le laisser poursuivre son travail en paix.

Ça c’est pour la partie thanato, de l’autre côté, l’État a voulu pallier à ce problème, vous noterez par ailleurs l’urgence de cet arrêté qui, pour une fois, fait figure d’exception dans la rapidité de l’exécution. Cet arrêté le voici, nous vous l’avons communiqué dès la semaine dernière. Il précise que les personnes décédées qui portent un nano pacemaker de la société Medtronic – et seulement Medtronic, nous y revenons après – peuvent être inhumées ou crématisées sans avoir besoin que  ledit stimulateur soit retiré, ni par un médecin, ni par un thanatopracteur.

Ouf, soulagement, tout va bien dans le meilleur des mondes ? Mmmhhh pas sûr, les thanatopracteurs s’interrogent. Comment savoir si le ou la défunt(e) possède un stimulateur de la marque Medtronic ? Là on touche à un point sensible puisque cette info se trouve dans son dossier médical et est donc par définition strictement confidentielle. Il faudrait ainsi, pour que ça se passe sans heurt, que le médecin lors de la signature du certificat de décès précise de quel type de stimulateur il s’agit.

Mais… Mais encore faut-il que le médecin le stipule, encore faut-il que les mairies soient confiantes sur les autorisations et encore faut-il que les crémas ne soient plus frileux à cette idée d’autant que cet arrêté est en phase test de six mois, qui lance un silence perplexe sur sa raison.

Et surtout ! Le dilemme reste entier, que faire pour les nano stimulateurs d’autres marques ? Pourtant cette question n’est pas nouvelle, elle se posait déjà avant même l’implantation, comme l’on peut le lire sur le site de l’actu des CHU, CHU réseau en 2014.

nano-stimulateurs-CHU-réseau Le Nano pacemaker : autopsie d'un arrêté et encore des questionsLe nano stimulateur reste cependant une formidable évolution, 50 ans après la pose des premiers pacemakers, il est désormais possible grâce à ce tout petit objet de le poser sans opération chirurgicale, une avancée majeure pour la médecine, mais qui, encore une fois, n’a pas délivrée toutes ses réponses quant à son devenir.

 

Organiser un recueillement personnalisé, l’art de se faire oublier

0
pupitre recueillement cérémonie civile hommage obseques

Après avoir vu, la semaine dernière, la définition et les raisons pour organiser un recueillement, cette semaine, penchons-nous sur la façon dont il doit être conçu et réalisé. L’objectif est simple : faire tenir beaucoup de choses en peu de temps, sans brusquer.

Le recueillement

Pour des raisons qui ne regardent qu’elle, la famille a souhaité organiser un recueillement. L’assistance sera de 20 personnes dans une petite salle, qui contiendra outre des chaises, un pupitre, un catafalque pour y déposer le cercueil et… c’est tout. Exception faite, bien entendu de la décoration de la salle.

Le Maître de Cérémonies, dès lors, doit vaincre un premier obstacle : ne pas être l’intrus dans cette sphère intime. Pour cela, pas de solution miracle : c’est un ensemble de comportements que l’on met au point et que l’on affine au fur et à mesure de sa carrière. La règle d’or est : ne pas chercher à adopter un comportement familier, mais savoir quand se faire oublier.

Maîtrise de l’espace et du temps

Dans un si petit espace, le micro est superfétatoire. L’objectif est de maîtriser sa voix : être audible par tout le monde, sans crier. En somme, parler normalement, en se tenant droit, tête légèrement levée pour dégager la gorge. On rappelle la règle de base de toute cérémonie : on ne lit pas. Exercez votre mémoire, ayez votre texte sous les yeux si cela vous rassure, mais connaissez le par cœur.

Bien entendu, la famille peut vous demander de lire des textes. Entraînement : apprenez à lire un texte sans le regarder, en mémorisant les phrases au fur et à mesure, en lisant rapidement les parties suivantes, en profitant de la ponctuation.

Créer une intimité

Le contenu d’un hommage est assez simple en soit : une musique d’entrée, une musique de sortie, éventuellement, un morceau de musique durant la cérémonie, et des textes.

Les transitions sont globalement les même que celles d’une cérémonie civile classique, en tenant compte de l’assemblée plus restreinte. Vous pouvez vous permettre de détailler, après vous être renseignés auprès de la famille, « Votre père, votre époux, votre frère, votre oncle » en regardant, si possible, les personnes concernées.

Essayez de créer le sentiment d’intimité. Cela tient à peu de choses. Par exemple, lors d’une cérémonie civile classique, avec une vaste assemblée, vous direz généralement « Nathalie, sa fille, va à présent lire un hommage à Jean-Luc ». Durant un hommage devant si peu de personnes, vous pouvez personnaliser, en vous tournant vers l’intéressée, avec une phrase comme « Nathalie, vous avez préparé un mot pour votre père », désignant le pupitre de la main.

Sobriété

Dans l’immense majorité des cas de figure, la famille qui demande un recueillement dans l’intimité est en quête de sobriété. Ce n’est ni le lieu ni le moment de faire une folle démonstration de charisme ou de déborder d’imagination.

La clef de voûte, c’est de repérer un coin, ou vous pourrez vous reculer discrètement lorsque votre présence n’est pas requise. Par exemple, si l’hommage est entrecoupé d’une musique centrale, pour éviter de vous retrouver debout comme un idiot à côté du cercueil. Ne soyez pas envahissant. De même pendant les lectures. Gardez en tête que la salle est petite : où que vous soyez, en quelques pas, vous arriverez au pupitre pour prendre la relève si besoin.

Enfin, certaines familles peuvent avoir en tête une idée très précise d’hommage. Auquel cas, laissez-les faire, soyez présent simplement en tant qu’assistant technique. Assurez-vous simplement que le coin où vous vous ferez oublier ne soit pas trop inconfortable.

EMC, valoriser en toute sécurité les métaux des crématoriums

1
EMC louis Piazza

Spécialiste français du traitement des métaux issus de la crémation humaine, EMC assure, sur ce marché sensible, toute tranquillité à ses clients. Par un respect scrupuleux de la réglementation, et par la mise en place de solutions innovantes. Louis Piazza, le directeur, nous les détaille.

Le traitement des calcius

EMC récupère une certaine quantité de calcius, ce qui a fait s’interroger Louis Piazza « Selon les endroits, les métaux étaient mêlés d’une certaine quantités de calcius, plus ou moins importante. Ce sont des matières issues de la crémation humaine, qui doivent donc être respectées. Nous nous sommes mis en quête d’une solution qui soit à la fois respectueuse, efficace, et naturelle. Nous avons mis au point un procédé : après avoir broyé à nouveau très finement les calcius, nous les plongeons dans un bac contenant de la chaux et de l’eau. Ils se dégradent ainsi en plusieurs semaines. Nous n’utilisons que des produits naturels, non polluants, et surtout, nous ne jetons pas ces calcius, ce qui serait irrespectueux ».

Un métier extrêmement réglementé

Le recyclage des métaux est soumis à plusieurs lois : « Nous nous soumettons à la législation européenne sur le recyclage, et à la législation sur le funéraire ».

Le plus important, pour être dans la légalité, est la traçabilité « à chaque étape, nous remettons un document CERFA. Nous acquittons également, pour les crématoriums, la TVA. Toutes les transactions sont basées sur le cours des métaux : il ne pourrait en être autrement dans une opération de recyclage. »

C’est d’ailleurs la base du système Italien, que Louis Piazza cite en exemple « Pour pouvoir faire des affaires avec l’Italie, vous devez remettre un document fiscal attestant que vous n’êtes pas de la mafia » sourit-il « mais, mieux encore, pour les appels d’offre de recyclage, ils se basent sur les cours des métaux : trop haut ou trop bas, c’est que soit vous êtes louche, soit vous voulez gagner trop d’argent, et vous êtes éliminés. Alors qu’en France, les appels d’offre se traitent au mieux disons, sans se poser de questions. »

EMC-250-300x250 EMC, valoriser en toute sécurité les métaux des crématoriumsCas concret

Comment est-ce que cela doit se passer ? « Je prends l’exemple d’EMC, qui est soumise à la législation française : pour chaque enlèvement, un bordereau est établi, les métaux triés sont notifiés sur un registre, avec leur nature et leur provenance, nous envoyons une photo au client de chaque pesée, avec la nature du métal, et tout est soumis à l’analyse de laboratoires indépendants français. Nous avons également une unité en Italie, où nous appliquons la législation italienne. »

Transparence égal sécurité

Louis Piazza appelle toutefois à la vigilance « il existe une législation, qui s’appelle la  ‘responsabilité élargie du producteur’ et que personne, dans les crématoriums, ne semble connaître » pour faire simple, cette législation stipule que les crématoriums peu regardants sur l’usage des métaux confiés ou les déclarations fiscales peuvent être tenus pour responsables par la justice. De quoi faire peur.

« Il suffit, pour éviter tout ennui, de faire appel à une société qui a une autorisation préfectorale de négoce, et de courtage de déchets, une autorisation de transport par route de déchets, qui délivre un CERFA autorisant le transport des déchets et le suivi de traçabilité des produits à revaloriser ou à éliminer. Pour les sociétés qui traitent les déchets dans un pays étranger faisant partie de la CEE : délivrance du CERFA transfrontalier, qui déclarent leurs exportations de métaux précieux et s’acquittent de la taxe de métaux précieux, et de la caution intra communautaire si les métaux sont traités à l’étranger ».

Ce qui a l’air compliqué, comme cela, se résume pourtant à un coup de fil : appeler EMC.

Le site de EMC : europemetalconcept.fr

Revue de presse des pompes funèbres du 16 mars 2017

0
revue de presse
Une aventure numérique avec Funéraire-Info

Dans la presse et sur le web, la revue de presse du funéraire, des pompes funèbres, des crématoriums et des thanatopracteurs du 16 mars 2017. Revivez l’actualité sur Funéraire-info.

Obsèques du petit Yanis

Une charge émotionnelle lourde pour François Xavier Devaux des pompes funèbres à Saint Martin Laert. Un témoignage à Lire sur Funéraire-Info

Politique

Nicolas Sarkozy ne serait guère optimiste quant aux chances de victoire à la Présidentielle de François Fillon, « Fillon est mort de chez mort », selon des propos rapportés par le Canard Enchaîné, à lire sur Sud Ouest.

Crématorium de Crouël
Après 13 jours de travaux, le crématorium de Clermont-Ferrand reprend son activité demain, jeudi 16 mars, en attendant l’achat d’un troisième four cet été.  C’est à lire dans la Montagne.

Personnalisation
Deux jeunes femmes ont souhaité dire adieu à leur ami défunt en frottant généreusement leurs fessiers respectifs sur son cercueil. Des adieux assez particuliers pour ce qui s’annonce déjà comme l’un des pires enterrements de l’histoire. C’est en vidéo et de très mauvais gout.

Cimetière de Daesh
Découverte d’un vaste cimetière appartenant aux terroristes de Daesh à Falloujah en Irak avec quelques 500 tombes de combattants de DAESH.

Un crématorium à Antibes!

Nice et Cannes saturent, les délais d’attente sont indécents. L’épidémie de grippe a pointé l’urgence d’un troisième crématorium à Antibes dans le département des Alpes maritimes

Pollution en Chine

En Chine, 3 millions de décès prématurés par an à cause de la pollution à lire dans les échos reprenant  une étude parue dans « The British Medical Journal »

La revue de presse est offerte par FUNICO

Funico est un groupe européen actif dans la production et la vente de cercueils vers des entreprises de pompes funèbres et des groupes funéraire. Ensemble nous travaillons à une évolution bien pensée et fondée du secteur funéraire.

pressenationale4 Revue de presse des pompes funèbres du 16 mars 2017

Pompes funèbres : Funecap déménage tour Montparnasse

0
Funecap, Luc Behra, tour montparnasse
Funecap, Luc Behra, tour montparnasse, février 2017

Au mois de mars 2017, l’ensemble des équipes du siège de Funecap seront rassemblées sur un seul site, partagé entre le 23ème et 22ème étage de la Tour Montparnasse. Fin février, Funéraire-info a visité les locaux accompagné de Luc Behra, suivez le guide.

Construction de la tour Montparnasse

La tour Montparnasse, également appelée tour Maine-Montparnasse, est le plus haut gratte-ciel de Paris intra-muros, situé en face de la gare éponyme dans le 15e arrondissement de Paris. Sa hauteur, de 210 m, en a fait jusqu’en 2013, l’immeuble le plus haut de France. La tour, est constituée de 6 niveaux souterrains et 58 étages, le tout surmonté d’une terrasse sur le toit offrant une vue panoramique à 360° sur Paris.

La construction, dont le projet a été lancé en 1958, a été inaugurée en 1973 après 4 ans de travaux. Elle fut conçue par les architectes Jean Saubot, Eugène Beaudouin, Urbain Cassan et Louis de Hoÿm de Marien.

Les raisons du déménagement de Funécap

Le second opérateur de pompes funèbres français, se devait pour faire face à sa croissance de rassembler ses collaborateurs sur un lieu unique pour favoriser la cohésion des équipes et la fluidité des échanges, améliorer les conditions de travail, accompagner la croissance de l’entreprise dans les années à venir, rationaliser les coûts …

Comptabilité, marketing communication, digital, prévoyance, Ressources Humaines, achats, services généraux, informatique, direction des opérations et direction générale sont répartis aujourd’hui sur deux plateaux représentant une surface de près de 3000 m2, respectivement au 22ème et 23ème étages de la Tour Montparnasse.

Visite des locaux de Funecap avec Luc Behra

Les locaux, modernes et lumineux offrent une vue panoramique permettant de voir toute la capitale : la Tour Eiffel, le Louvre, l’Arc de Triomphe, la Défense, Montmartre, Notre Dame, les Invalides…

Je ne vous cache pas que le jour où nous sommes passés, le déménagement n’était pas terminé et que les techniciens étaient en train de monter des meubles, brancher des ordinateurs ou de passer des câbles dans les faux plafonds et que l’ensemble des équipes n’étaient pas encore sur le site… Mais à l’évidence, l’emménagement de Funécap dans un lieu central parisien, à proximité immédiates des gares et des transports en commun, avec une possibilité de se garer facilement va permettre aux équipes, aux fournisseurs et aux visiteurs de travailler sereinement et avec efficacité dans les années à venir au développement de l’entreprise.

Des conférences pourront être organisées sur place, tout comme des réunions de travail. Les locaux accueilleront aussi le pôle formation avec notamment  ROC ECLERC Académie.

Un déménagement qui augmente considérablement la productivité du groupe qui a d’ores et déjà une foule de projets pour 2017 que nous ne manquerons pas de vous communiquer.

Adresse : FUNECAP, Tour Maine Montparnasse – 33, avenue du Maine – 75015  PARIS

Attention, Contrôle Vigipirate renforcé à l’entrée et nécessité d’avoir ses papiers d’identité pour accéder aux locaux.

« Funérailles civiles, mode d’emploi », aux Editions Vivre Tout Simplement

0
obsèques civiles

Un guide d’accompagnement pour les personnes endeuillées qui ne passent pas par une cérémonie religieuse, « Funérailles civiles, mode d’emploi« , va sortir prochainement aux  Éditions Vivre Tout Simplement.

Il a été écrit par deux auteurs, Camille Gouzien et dominique Riquier, soucieux du fait que beaucoup se trouvent démunis face au vide, au manque de rituel, lorsque, par exemple, ils ne peuvent pas se recueillir parce qu’aucune salle n’est prévue pour des obsèques civiles.

Cet livre s’articule en trois grands volets :
– une approche philosophique sur ce que la mort d’un proche peut avoir comme sens (sens sur la vie du défunt, sur ce que sa disparition représente pour nous, sur notre propre existence etc.) et pourquoi nous devons ritualiser ce « départ ».
– Un rappel des lois (Claes-Léonetti, projet d’Hervé Féron…)
– une proposition de déroulement d’un rituel profane et les démarches administratives à effectuer. Des textes à lire sont proposés ainsi que les chants et musiques possibles. Beaucoup de futurs lecteurs nous témoignent le besoin d’avoir recours à des informations de ce genre lors d’un décès. C’est pourquoi le livre est considéré comme « mode d’emploi ».

Funérailles civiles, mode d’emploi, pour préparer des obsèques civiles

La mort d’un proche laisse souvent les survivants perplexes : outre la douleur qui les accable, c’est aussi le temps des doutes, des questions inévitables sur l’à-venir du défunt.
Le mystère est si absolu que, pour tous ou presque, croyants ou non, ritualiser ce départ apparaît comme une nécessité.
Les croyants ont leur Dieu, leur prêtre, leur lieu de culte… Les non-croyants, eux, sont bien seuls et démunis.
Si les pouvoirs publics mettent à disposition — en particulier dans les crématoriums —, des salles pour se recueillir auprès du défunt, aucun officiant n’est là pour les accueillir, les apaiser et leur donner matière à réflexion.
C’est donc aux proches et à eux seuls d’organiser ces funérailles laïques qui leur permettront, s’ils le souhaitent, de conserver en leur mémoire des traces de l’esprit du cher disparu.

Après une amorce sur les questions du deuil et du sens de l’existence, cet opuscule aidera, de façon pratique, les personnes endeuillées à organiser un temps de souvenir du défunt.

En proposant un ensemble de démarches à effectuer ainsi que de textes à lire ou à méditer, ce livre permet d’aborder le travail de deuil à venir…

« Funérailles civiles, mode d’emploi« , aux  Editions Vivre Tout Simplement
ISBN :979-10-91951-14-2, 116 pages, format 11 x 18 cm, prix : 12 euros

Sommaire :
Préface de Guy Arcizet ………………………….. p. 4
Approche philosophique ……………………….. p. 11
Regards sur la loi ………………………………… p. 45
Déroulement du rituel profane ………………. p. 53
Démarches administratives …………………… p. 5
Textes, citations, musiques et chansons …. p. 73
La lumière accompagne la mort ……………… p. 109
Remerciements, bibliographie et documents … p. 115

Crématorium du Grand Guéret, pose du four ATI, ce mardi

0
Crématorium de Guéret

Le chantier du crématorium du Grand Guéret, dans la Creuse, va franchir un cap décisif demain, avec la pose du four et de la ligne de filtration. Une étape délicate, menée par ATI, à qui Atrium accorde une nouvelle fois sa pleine confiance après plusieurs collaborations couronnées de succès.

C’est une étape à la fois spectaculaire et précise : la pose du four et de la ligne de filtration dans un crématorium. Des équipements de plusieurs tonnes à placer avec précision. Atrium, le délégataire, a de nouveau fait appel à ATI, après des collaborations couronnées de succès, à Noyal-Pontivy, inauguré récemment, par exemple.

Une grue sera présente sur le chantier pour déplacer les éléments, qui, assemblés pèsent environ 20 tonnes.

Si la partie la plus spectaculaire, la pose et la disposition des éléments de crémation et filtration, sont toujours de nature à impressionner l’assistance, la partie la plus technique intervient durant les semaines qui suivent. Trois au minimum, pour assurer le montage des éléments, leur vérification scrupuleuse, et toute une batterie de tests destinés à assurer le bon fonctionnement de chaque équipement.

Afin de répondre au mieux à la demande, et d’anticiper les évolutions futures, Atrium a fait le choix d’un four grande taille pouvant accueillir les cercueils hors gabarit. La ligne de filtration fournie par ATI répond, bien évidemment à la norme 2018, et va même au-delà, garantissant le zéro émissions.

Le projet de la communauté d’agglomération du Grand Guéret a choisi Atrium pour porter ce projet. Il sera constitué d’un crématorium et d’un site cinéraire adjacent, pour un montant de 1,8 million d’euros, entièrement financés par le délégataire, Atrium. La collectivité a fourni un terrai d’environ 4800 mètres carrés, situé à proximité de la RN2145, afin de desservir au mieux les usagers.

Le site web d’Atrium : www.atrium-sitesfuneraires.com

Les site web de ATI : www.ati-environnement.com

 

Devenir des métaux après la crémation, la réponse Orthometals

0
orthometals recyclage metaux crematoriums

Que deviennent les métaux issus de la crémation humaine qui ne sont pas détruits durant celle-ci ? Prothèses, plaques, implants médicaux, sont souvent fabriqués en alliages de métaux rares qui représentent une charge pour les crématoriums, en terme de tri et de stockage. Des sociétés proposent de gérer ce recyclage, à l’image d’Orthometals.

Métaux issus de la crémation

Les métaux issus de la crémation proviennent d’appareillages médicaux. Prothèses, plaques pour réparation de fracture et consolidation, etc.

Ces métaux résistent à la crémation. Une fois celle-ci terminée, il reste dans le four les calcius et ces prothèses. Les calcius sont en fait les résidus carboniques du corps humain, les os, qui seront broyés, pour devenir les cendres, remises à la famille ou dispersées.

Les prothèses, elles, sont conservées par le crématorium. En effet, leur statut s’apparente à celui des DASRI, ils ne peuvent donc être ni réutilisés, ni restitués à la famille, ni jetés, tout simplement.

Ce qui pose deux problèmes. Le premier est un problème de stockage : au fur et à mesure du temps, ces déchets occupent de plus en plus de place, et cet espace finit par avoir un coût. Le second est un problème de valeur. Les matières concernées sont des alliages de métaux précieux, soigneusement sélectionnés pour leurs qualité intrinsèques, et qui, par leur rareté, ont une valeur marchande importante.

La problématique du crématorium

La problématique du crématorium est dès lors simple à cerner. Ou les problématiques, d’ailleurs : comment stocker ces métaux, à qui les confier pour retraitement, que faire de la somme d’argent obtenue vis à vis de cette transaction

En effet, si la famille ne peut pas prétendre à récupérer ces métaux, il est assez difficile pour le crématorium de se les approprier pour en tirer un bénéfice.

Une solution originale

La société Orthometals propose, depuis quelques années, une solution originale. Après avoir signé un contrat de partenariat avec le crématorium, Orthometals fournit une box de stockage des métaux bruts, qu’elle passe collecter régulièrement.

Ces métaux sont ensuite triés, transformés en lingots et revendus sur le marché. Sans spéculation : la société ne souhaite pas spéculer sur la valeur de ces lingots en les entreposant, ils sont revendus immédiatement au cours de l’argus officiel.

Orthometals prélève sur le fruit de cette vente l’argent nécessaire à assurer son fonctionnement, et restitue le reste aux crématoriums. Charge à ces derniers, comme il est convenu avec Orthometals, de l’utiliser à des fins de mécénat d’actions locales ou nationales dans le tissu associatif. Œuvres de bienfaisances, actions écologiques, l’idée est de donner du sens à l’expression « développement durable ».

De nombreux groupes ont accordé leur confiance à Orthometals, à l’exemple d’Atrium, qui vient d’inaugurer un crématorium à Noyal Pontivy.

Le site d’Orthometals : orthometals.com

Sur les réseaux

17,918FansJ'aime
64FollowersSuivre
460FollowersSuivre
15AbonnésSouscrire