Accueil Tags Décédée

Tag: décédée

Mort de l’ancien premier ministre et président israélien Shimon Peres

0
Shimon Peres est mort

C’est après la dégradation de l’état de santé de l’ancien président, prix Nobel de la paix et dernier survivant de la génération des pères fondateurs Israéliens, Shimon Peres, mardi, qu’il est mort à l’âge de 93 ans a annoncé son gendre et médecin personnel .

Shimon Peres a été déclaré mort dans la nuit du mardi 27 à mercredi 28 septembre, quelques jours après l’AVC qui l’a terrassé.

Szymon Perski  connu comme Shimon Peres qui est né à Vishnev le 2 août 1923, migre en 1934 avec ses parents en Palestine.

Après avoir milité dès son plus jeune âge, dans de nombreuses organisations sionistes de gauche, en 1947, il se mobilise au sein d’une organisation paramilitaire clandestine, des rangs de la Haganah pour fournir des Forces de défense de l’État Israël.

Il fut nommé en 1949, au ministère de la Défense aux États-Unis et s’y installe avec sa défunte épouse Sonya Gelman, qui est décédée en 2011 et leur fille, en tant que dirigeant de la délégation.

De retour au  pays, il fut nommé directeur général adjoint par David Ben Gourion puis directeur général du ministère de la Défense en 1953. Avant d’être ministre de la défense de 1974 à 1977, il était à la tête des ministères distincts.

Décidé de faire carrière dans la politique, il a été, pour la première fois élue, en 1959, député à la Knesset et occupa en même temps, le poste de vice-ministre de la Défense jusqu’en 1965. Shimon Peres a tenu le poste de Premier ministre à trois reprises dans un gouvernement de coalition et par intérim.

En 1994 c’est aux côtés du Palestinien Yasser Arafat et Yitzhak Rabin qu’il a reçu le prix Nobel de la Paix, après avoir signé l’accord d’Oslo.

Shimon Peres a été élu le 15 juillet 2007, président de l’État hébreu.

Rude avec ses alliés tout comme avec ses adversaires, il manquera aux siens, car tous les Israéliens pleurent aujourd’hui la mort du dernier des pères fondateurs de l’État hébreu.

Ses obsèques seront célébrées vendredi en présence de nombreux chefs d’État

La dengue a fait un mort en Nouvelle-Calédonie

0
Moustique Aedes aegypti

La dengue a fait un mort ce dimanche 4 septembre, en Nouvelle-Calédonie. Admise la veille à l’hôpital en Nouvelle-Calédonie, dans le service de soins intensifs, cette femme, qui vivait dans la périphérie de Nouméa, à Dumbéa, est décédée à l’âge de 61 ans.

Le gouvernement a annoncé mardi qu’après cette mort à cause de la dengue, les autorités craignent une reprise de l’épidémie.

Il s’agit donc depuis le début de l’année, du premier décès de la maladie. Durant cette période, 528 cas ont été confirmés et qu’une trentaine d’entre eux ont nécessité une hospitalisation.

Dans un communiqué, l’exécutif a annoncé que dimanche, une femme domiciliée à Dumbéa, dans la périphérie de Nouméa, et âgée de 61 ans est décédée de la dengue même si elle avait été admise dans le service des soins intensifs de l’hôpital la veille.

Le médecin de prévention à la Dass, Anne Pfannstiel a annoncé à l’AFP d’avoir également mener, comme lors de chaque cas confirmé, dans le voisinage, une recherche active sur le terrain de personnes infectées qui sont non connues, mais qui risqueraient d’infecter d’autres moustiques.

Afin de détruire tous les moustiques adultes probablement infectés dans la zone, des insecticides ont été pulvérisés aux abords du domicile de la victime.

La persistance jusqu’en juillet de l’état d’épidémie de la dengue a été entrainée par les conditions climatiques inaccoutumées avec des températures élevées durant la saison fraiche et de fortes pluies en mars et avril.

C’est les moustiques de l’espèce « Aedes aegypti » qui transmettent cette maladie virale, connue sous le nom de la dengue, engendrant douleurs articulaires et fièvres, qui en prenant une forme hémorragique, peut être mortelle.

Le nombre de cas annuels de la dengue selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS) est estimé à 50 millions. Dans plus de 20 % des cas, 500 000 sont de cas de dengue hémorragique létal.

Canonisation à Rome de la protectrice des pauvres, Mère Teresa

0
Canonisation de Mère Teresa

La canonisation de la religieuse fondatrice des Missionnaires de la charité en Inde, au sari blanc bordé de bleu, Mère Teresa de Calcutta a été effectuée ce dimanche 4 septembre par le pape François.

C’est à Rome, place Saint-Pierre que la messe de canonisation de cette religieuse devenue une icône mondiale, et controversée qui s’est engagée en faveur des plus pauvres, a été effectuée. 120 000 fidèles, parmi lesquels Marcilio Haddad Andrino, le brésilien qui a été guéri de plusieurs tumeurs au cerveau miraculeusement, après avoir prié Mère Teresa, se sont réunis pour assister à la canonisation de la religieuse, devant la basilique Saint-Pierre, à Rome, où le portrait géant d’elle trône sur la façade.

Marcilio Haddad Andrino, originaire de Rio de Janeiro était à Rome dimanche pour assister à la cérémonie. Il a attribué sa guérison miraculeuse qui a ouvert la voie à la canonisation de la religieuse, à ses prières à Mère Teresa, qu’il s’est dit très reconnaissant.

Le pape François a proclamé Mère Teresa, sainte, ce dimanche, 13 ans après l’avoir proclamée bienheureuse et dix-neuf ans après son décès. Il a par la suite offert aux 1 500 personnes sans ressources, à l’issue de la cérémonie, un déjeuner de pizzas.

Pour l’Église, la canonisation est la déclaration officielle qu’une personne morte est au paradis. En signe de sa proximité avec Dieu, le futur saint, pour la béatification et pour la canonisation, doit avoir obtenu deux miracles. En ce qui concerne Mère Teresa, cela s’est manifesté en 1998, après la guérison d’une Indienne souffrante d’un cancer, puis de celle d’un Brésilien atteint de tumeurs au cerveau en 2008.

De son vivant, Mère Teresa accompagnait, accueillait et soignait les démunis, particulièrement les lépreux qui ont été rejetés par leurs familles. Elle a annoncé qu’ils ont vécu comme des bêtes et qu’ils meurent là au moins comme des êtres humains. C’est à l’âge de 87 ans, le 5 septembre 1997, que Mère Teresa est décédée.

Un Indien porte sur son épaule le corps de sa femme morte

0
Dana Majhi Amang portant le corps de sa femme morte

Alors que l’hôpital n’a pas donné une ambulance pour transporter à leur village le corps d’une femme morte, un homme pauvre en Inde, qui n’est autre que son mari, l’a porté sur une distance de 12 kilomètres.

L’homme est rentré dans l’un des quartiers les plus pauvres du pays, en Odisha, avec le corps de sa femme morte sur son épaule, avec sa fille de 12 ans en pleurs à ses côtés.

L’épouse de Dana Majhi Amang, est morte à l’hôpital du district de la ville Bhawanipatne, dans l’État d’Orissa, des suites d’une tuberculose. Selon M.Majhi, son village se trouve à 60 kilomètres et il n’a pas les moyens de louer un véhicule. Les autorités de l’hôpital, même s’il a plaidé, ont refusé de prendre en charge du frais de transport.

Interrogé par une équipe de télévision qui l’a surpris parcourir 12 kilomètres avec le corps de sa femme décédée, M. Majhi a déclaré avoir dit aux autorités de l’hôpital d’être un homme pauvre et ne peut pas se permettre de louer un véhicule. « J’ai demandé, mais ils ont dit qu’ils ne pouvaient pas aider », a-t-il ajouté.

C’est alors qu’il a enveloppé le corps d’Amang Dei, sa femme âgée de 42 ans, morte, dans un drap et l’a hissé sur son épaule pour le porter vers sa maison. Tenant un sac avec leurs maigres biens, sa fille marchait à ses côtés en pleurant.

D’après Brunda D, le contrôleur du district de Kalahandi, M. Majhi a quitté l’hôpital au milieu de la nuit sans informer quiconque. S’il avait demandé de l’aide, nous l’avons fourni disait-elle en ajoutant que sous un régime du gouvernement, l’administration offre de l’aide pour les funérailles.

Alors qu’il a marché sur une distance d’environ 12 kilomètres, certaines personnes sur le chemin et l’équipe de la télévision sont intervenues en appelant un officier supérieur pour mobiliser une ambulance, qui est finalement arrivée, pour ramener la dépouille d’Amang pour le reste du trajet.

Selon l’information, c’est mercredi soir que la crémation a eu lieu.

Un très grand nom de la mode disparaît, Sonia Rykiel est morte

1
Sonia Rykiel est morte

L’icône de Saint-Germain, la fondatrice de la maison éponyme, la créatrice de mode libre et insolente, Sonia Rykiel, également surnommée « la Reine du tricot » est morte ce jeudi 25 août 2016 d’après l’annonce de sa famille à l’AFP.

Sa fille, Nathalie Rykiel, qui est également femme de mode a révélé que sa mère est morte des suites de la maladie de Parkinson, chez elle, à Paris, cette nuit, à 5 heures du matin.

La silhouette noire et chevelure rousse incendiaire de Sonia Rykiel manquera à Saint-Germain-des-Prés, où sa maison de couture y est établie. Le mode de la mode est en deuil, car la couturière, quintessence de la femme française, la créatrice de mode qui ambitionnait d’avoir parsemé de strass la Tour Eiffel est décédée.

Née Sonia Flis, le 25 mai 1930 à Paris, d’une mère Roumaine et d’un père français, Sonia Rykiel, celle qui avait fondé la griffe « Sonia Rykiel » en mai 1968, avait commencé sa carrière en 1948 comme étalagiste. En plus de sa carrière en tant que couturière, elle avait également joué dans son propre rôle dans « Prêt-à-porter », le film de Robert Altman qui a été tourné au printemps 1994, durant la semaine de la mode à Paris.

Dans un livre sorti en 2012, Sonia Rykiel, qui était élevée la même année au rang de commandeur de l’ordre des Arts et Lettres, avait dévoilé sa maladie qu’elle décrivait dans un portrait que Le Monde a publié en 2013 comme son « P de P » ou sa « putain de Parkinson ». Maladie qui malheureusement l’a emporté à l’âge de 86 ans.

À l’annonce de sa mort et pour lui rendre hommage, François Hollande a immédiatement réagi dans un communiqué en annonçant que c’était une femme libre, une pionnière qui a su tracer sa voie en offrant aux femmes, une liberté de mouvement. Quant à Audrey Azoulay, la ministre de la Culture, elle l’a qualifié de femme exceptionnelle, libre et féministe engagée qui incarnait l’indépendance d’esprit et la liberté de mouvement.

La date de l’enterrement et des obsèques de Sonia Rykiel sera communiqué ultérieurement.

Anne de Bourbon-Parme est décédée, la Roumanie pleure sa reine

0
La reine Anne de Roumanie est décédée

L’agence ATS, citant la famille a rapporté qu’Anne de Bourbon-Parme, l’ancienne reine de Roumanie est décédée dans un hôpital de la ville suisse de Morges, au bord du lac Léman, ce lundi 1er août 2016 à 13 heures 45.

Selon un communiqué que la famille royale de Roumanie vient de publier, l’épouse de l’ancien roi Michel de Roumanie, la reine Anne de Roumanie, née Anne de Bourbon-Parme est décédée à l’âge de 92 ans dans un hôpital de Morges.

Depuis 2004, l’ex-souveraine vivait avec son époux, l’ancien roi Michel Ier, dans le canton de Vaud, dans la commune d’Aubonne. Elle a rendu par la suite son âme en terre helvétique et pour l’instant, il n’y a aucune précision sur ce qui a causé sa mort.

La princesse Anne de Bourbon-Parme, fille de la princesse Marguerite de Danemark, une cousine du grand-père de la reine actuelle danoise Margrethe II, et du prince René de Bourbon-Parme, la descendante du roi Louis XIV, selon l’article du Figaro, et qui est née à Paris le 18 septembre 1923, avait épousé l’ancien roi Michel de Roumanie en 1948, en lui donnant cinq filles.

Son époux le Roi Michel, sous la pression des communistes, avait dû abdiquer en décembre 1947 et est parti en exil en Grande-Bretagne, puis en Suisse. Son époux, le roi Michel âgé de 94 ans avait annoncé en mars dernier son retrait de la vie publique après avoir été diagnostiqué d’une leucémie et d’un cancer.

Selon la tradition, un communiqué a rapporté que la reine devrait être exposée dans le Hall d’honneur du Château de Peles durant un jour et puis dans la salle du Trône du Palais royal de Bucarest pour un jour. Cité par l’ATS, un communiqué de la famille royale a annoncé que la reine sera inhumée dans le centre de la Roumanie, à Curtea de Arges, où reposent les anciens souverains du pays et que la cérémonie devrait se dérouler dans la nouvelle cathédrale de Curtea de Arges.

Emportée par le cancer, elle a annoncé son décès sur Facebook

0
L'annonce de décès sur Facebook

Emportée par un cancer dimanche, l’ancienne chef de cabinet de Laurent Beauvais, l’ex-président de la Région Basse-Normandie, Claudette Peyron a choisi d’annoncer elle-même en publiant un texte sur sa page Facebook, son décès le lundi 25 juillet.

Après son décès dimanche 24 juillet 2016, elle a partagé sur le réseau social Facebook, un émouvant témoignage publié lundi 25 juillet de sa lutte contre le cancer, à Caen, dans le Calvados. La sexagénaire a annoncé à ses proches dans ce texte post mortem, son décès et raconte son combat contre la maladie.

Claudette Peyron, celle qui a été vaincue par le cancer, l’alien, le crabe, le squatter comme elle l’a dénommé, est décédée dimanche. « Je suis morte hier. Un dernier hommage me sera rendu au crématorium de Caen à 9 heures le mercredi 27 juillet » posta-t-elle sur sa page Facebook.

Claudette Peyron qui était elle-même engagée dans la lutte contre le cancer, surtout contre le cancer du sein, dont elle était ambassadrice de la Rochambelle, a fait passer dans ce dernier message émouvant un appel à l’aide pour la lutte contre cette maladie qu’elle avait tant méprisée. Elle a invité tout un chacun pour aider la recherche médicale, à verser au Centre de lutte contre le cancer François-Baclesse, qui se trouve à Caen.

Laurent Beauvais, l’ancien président de la Région Basse-Normandie a été très affecté par le décès de Claudette Peyron. C’était une personne douée, exceptionnelle et d’une très grande force de caractère. Dans un cadre familial formidable, elle a vécu avec une grande lucidité sa maladie commenta-t-il. L’ancien président s’est confié d’être plein de chagrin, car il a perdu une amie. Claudette a mené contre la maladie, un combat lucide, courageux et avec humour et elle mordait la vie à pleines dents disait-il.

C’est au crématorium de Caen, ce mercredi 27 juillet 2016 à 9 h qu’un dernier hommage lui sera rendu.

La résistante Raymonde Tillon est décédée à l’âge de 100 ans

0
Raymonde Tillon est décédée

La dernière des trente-trois premières femmes entrées en 1945 à l’Assemblée nationale, Raymonde Tillon est décédée dimanche 17 juillet 2016 selon l’Élysée.

L’Élysée a annoncé que c’est à l’âge de 100 ans que Raymonde Tillon-Nédelec, la résistante communiste, est décédée.

Le président de la République François Hollande, d’après un communiqué de l’Élysée, a salué cette femme, députée communiste de 1945 à 1951, des Bouches-du-Rhône, au parcours exemplaire et engagé qui était la dernière survivante des 33 premières femmes députées à la première Assemblée constituante de la IVe République, élues en 1945.

Quant à Claude Bartolone, le président de l’Assemblée nationale, il a aussi rendu hommage à sa soif de justice, son esprit de liberté et sa lutte contre sous toutes ses formes de l’arbitraire.

Raymonde Tillon, née Raymonde Barbé en Hauts-de-Seine, à Puteaux, le 22 octobre 1915, avait épousé le militant communiste Charles Nédelec en 1935. Sous ce nom, elle était devenue députée des Bouches-du-Rhône avant de se marier en secondes noces, avec le dirigeant du PCF, Charles Tillon, ministre avant d’être exclu du Bureau politique du PCF en 1952 et qui est mort en 1993.

Raymonde Tillon, qui est entrée tôt dans la Résistance selon sa biographie sur le site de l’Assemblée nationale, a été condamnée par le tribunal maritime de Toulon, à vingt ans de travaux forcés après son arrestation le 31 mars 1941. En juin 1944, elle avait été livrée aux Allemands et déportée au camp de Ravensbrück après sa déportation du camp de Sarrebruck. Elle est ensuite affectée à Leipzig dans une usine de guerre et avait réussi à s’évader pour regagner Marseille le 20 avril 1945. Elle était par la suite devenue députée.

Jean-Marc Todeschini, le secrétaire d’État chargé des Anciens Combattants et de la Mémoire a rendu hommage à la résistante Raymonde Tillon. « Je célèbre et salue la mémoire de cette femme engagée, très jeune et qui a consacré toutes ces années à l’action politique et syndicale », a-t-il annoncé.

La maman des Schtroumpfs, Nine Culliford est décédée

0
Nine Culliford est décédée

Nine Culliford, coloriste attitrée de tous les albums des Schtroumpfs créés en 1958 par Peyo, célèbre dessinateur belge qui est également son époux, est décédée mardi 5 juillet dernier en Belgique.

La veuve du dessinateur belge Peyo, le papa des Schtroumpfs, de son vrai nom Pierre Culliford, qui était à l’origine de la couleur bleue des petites créatures célèbres, Nine Culliford est décédée à l’âge de 86 ans selon les éditions Le Lombard qui publient depuis le tome 13 de la série, les albums des Schtroumpfs. Sa disparition a par la suite été confirmée par la presse belge.

Depuis le décès de Peyo en 1992, Janine Devroye, connue sous le nom de Nine Culliford, avait continué à assurer les indications de couleurs des albums de Benoît Brisefer, mais aussi de ceux des Schtroumpfs. La maison d’édition Le Lombard a de son côté rappelé que c’est elle qui a suggéré de peindre les Schtroumpfs en bleu, couleur qu’elle trouvait plus harmonieuse dans un décor de verdure.

Jusqu’à la mort de Peyo en 1992, Nine Culliford a assuré le coloriage des aventures des Schtroumpfs, avec Johan et Pirlouit. Elle a continué de travailler, après la mort du « Papa des Schtroumpfs », en respectant fidèlement l’œuvre de son mari, avec les petites créatures bleues au chapeau blanc, accompagnée de sa fille Véronique et de son fils Thierry.

Sur un scénario d’Alain Jost et Thierry Culliford, des couleurs de Nine Culliford et des dessins de Miguel Diaz et Jeroen De Coninck, le dernier tome de la série a été publié en avril 2016, « Les Schtroumpfs et le demi-génie », le numéro 34.

Dans un message, l’éditeur a annoncé qu’aujourd’hui, les petits hommes bleus pleurent leur maman et nous retiendrons de cette grande dame son entrain, sa jeunesse de caractère et son énergie. La direction, l’ensemble des auteurs, les collaborateurs et dessinateurs du Lombard s’associent à la douleur de Véronique et Thierry, de sa famille et de ses petits-enfants a-t-il ajouté.

Superman a perdu sa première femme, Noel Neill est décédée

0
Noel Neill est décédée

Noel Neill, la toute première dans l’histoire de Superman qui a interprétée pendant une série télévisée et deux films, Lois Lane, l’intrépide journaliste du Daily Planet, est décédée en Arizona, à Tucson, aux États-Unis.

Noel Neill, la première comédienne à avoir incarné Lois Lane, la téméraire et célébrissime journaliste du Daily Planet, en 1948 dans le film « Adventures of Superman » et dans les années 50 dans la série télé Superman, à qui le héros a sauvé de bien nombreuses fois, est décédée à l’âge de 95 ans.

Pour les films, Noel Neill a joué avec Kirk Alyn tandis que pour la série, elle a partagé l’écran avec George Reeves.

C’est au côté de Kirk Alyn, celui qui personnifiait l’homme d’acier dans 15 épisodes d’une série pour Columbia Pictures que Noel Neill a joué en 1948, dans les salles de cinéma. Puis ils se sont réunis pour « Atom vs Superman », une autre série qui a duré 15 épisodes en 1950.

Malgré sa grande renommée où elle avait gagné 225 $ par épisode, elle a décidé de quitter le monde du cinéma en 1958. Dans une entrevue qu’elle a accordée au New York Times en 2006, elle a annoncé qu’elle pensait avoir assez travaillé et n’avoir jamais eu beaucoup d’ambition. « Je suis une vagabonde des plages. Je me suis marié et nous avons vécu près de la plage, et c’était assez pour moi » ajouta-t-elle.

Pour ses contributions aux films Western, Neill a reçu un prix Golden Boot et une statue d’elle incarnant Lois Lane a été érigée à Metropolis, Illinois en 2010.

Le Hollywood Reporter a rapporté que Noel Neill est décédée dans la ville de Tucson, dans les sud des États-Unis à l’âge de 95 ans.

À l’annonce de la mort de Noel Neill, l’acteur de « Breaking Bad » et de « Crimson Peak », Jim Beaver a été parmi les premiers à réagir sur Twitter.