Accueil Tags Deuil

Tag: Deuil

L’actualité du funéraire du lundi 02 octobre 2017

0
actualité du funéraire 02 octobre 2017

Dans la presse et sur le web, la revue de presse du funéraire, des pompes funèbres, des crématoriums et des thanatopracteurs du lundi 2 octobre 2017. Revivez l’actualité sur Funéraire-info.

Décès

Edmond Maire, dirigeant de la CFDT de 1971 à 1988  est décédé dimanche à l’âge de 86 ans des suites d’une maladie, c’est sa famille qui l’a annoncé.

Le journaliste André Campana qui était aussi producteur de télévision, est un des créateurs en 1970 de l’émission à « A armes égales » est décédé samedi à l’âge de 77 ans, l’annonce a été faite par sa famille.

Gérard Cahn, ancien bâtonnier du barreau de Colmar est décédé ce matin à l’âge de 92 ans. Gérard Cahn était inscrit au barreau de Colmar depuis 1948 et en avait été le bâtonnier.  Il a défendu entre autres le professeur Netter dans l’affaire du sang contaminé dans les années 90 et les frères Schlumpf de Mulhouse.

Bernard Aprile, ancien jouteur vainqueur du tournoi de la Saint-Louis de Sète et père de David Aprile, lui aussi ancien vainqueur, est décédé ce dimanche 1er octobre. Il avait 63 ans.

La religieuse française Yvonne Pierron, est décédée à 89 ans dans la province argentine de Misiones, où une journée de deuil a été décrétée vendredi.Elle avait réussi à fuir l’Argentine pendant la dictature militaire. Deux de ses camarades avaient été jetées vivantes en pleine mer.

Philippe Médard, le gardien de but des « Bronzés » qui ont apporté sa première médaille au handball français lors des JO-1992, est décédé à l’âge de 58 ans des suites d’une longue maladie. C’est la Fédération française (FFHB) qui l’a annoncé.

Sept fois champion NBA aux côtés de Phil Jackson, Frank Hamblen est décédé samedi à l’âge de 70 ans. La famille n’a pas donné les causes de sa mort.

Schizophrénie

Les personnes souffrant de schizophrénie ont un risque de décès prématuré multiplié par 3, révèle cette large étude du Centre for Addiction and Mental Health de Toronto, menée sur 1,6 million de décès. 

Cérémonie

Ce dimanche 01 octobre, une cérémonie d’hommage au cimetière juif d’Ettendorf dans le Bas-Rhin. Sept hommes morts pour la France durant la Seconde Guerre Mondiale y ont discrètement été enterrés après le conflit. Afin de leur rendre hommage, une stèle avec leur nom a été inaugurée en présence des enfants du village.

Deuil

Depuis ce vendredi, Pairi Daiza est en deuil. Géraldine Labille, une des soigneuses du parc animalier, est décédée. Face aux centaines de messages reçus, la famille remercie tout le monde. Pour rendre hommage à leur fille, sa famille annonce qu’un fonds va être créé, avec la Fondation Pairi Daiza, pour réaliser le rêve de Géraldine…réintroduire dans la nature certains des éléphants nés au Parc.

Cercueil

Le fabricant français Distribution Funéraire, présente aujourd’hui en avant première HOMAJE, son nouveau modèle de cercueil premium. Il est destiné aux familles souhaitant rendre un hommage particulier à leur défunt lors d’une cérémonie et recherchant un cercueil élégant et sobre.

Port de cercueil

Il a fait état de la mort de trois personnes désignées par le cercueil transporté par des jeunes en une journée dans un village de Lakota et la mort d’un sous-chef tué dans les mêmes circonstances dans un autre village du même département.

Actualité

Un homme a tué deux passantes à l’arme blanche à la gare Saint-Charles de Marseille ce dimanche. Il a été abattu par un militaire. Le parquet antiterroriste est saisi.

La revue de presse vous est offerte par Funéraires de France
Organisme certifié de contrôle des installations funéraires, véhicules de transport de corps,
chambre funéraire, crématorium. Nos contrôleurs se déplacent en région, et vous préviennent des dates d’échéance, pour que le contrôle technique obligatoire ne soit plus une contrainte et redevienne un service.

Votre actualité funéraire de ce vendredi 22 septembre 2017

0
revue de presse 22 septembre 2017

Dans la presse et sur le web, la revue de presse du funéraire, des pompes funèbres, des crématoriums et des thanatopracteurs du vendredi 22 septembre 2017. Revivez l’actualité sur Funéraire-info.

Liliane Bettencourt – 20 minutes

Le décès de Liliane Bettencourt ce jeudi a fait revenir « l’affaire Bettencourt » sur le devant de la scène. Des mots simples, mais qui recouvrent une multitude de procès et d’enquêtes qui se sont multipliés au fil des années. 20 Minutes remonte le cours du temps pour y voir un peu plus clair.

Blasphème – Causeur 

le sacré ne se discute ni ne se négocie. Renoncer au droit au blasphème au nom du sacré serait aussi calamiteux que de supprimer, pour des « raisons humanitaires », les droits de la défense pour des auteurs de crimes abominables. En démocratie, aussi ignoble que soit un criminel, le droit à la défense que la société lui reconnaît est, pour le coup, « sacré » et témoigne précisément de ce que nous sommes dans un État de droit.

Le cimetière de le Chartreuse – Bordeaux7

C’est le cimetière urbain le plus grand de France derrière le Père Lachaise à Paris et le plus ancien de Bordeaux : le cimetière de la Chartreuse a de quoi se distinguer dans le patrimoine architectural du quartier Mériadeck.

Guérir des attentats – Actualité

Guérir le stress post-traumatique, comme après des attentats, est-ce possible? Plusieurs chercheurs ont mis au point un traitement qui semble porter ses fruits.

Aide au suicide – Actualité

L’American College of Physicians (ACP) maintient son opposition ferme à l’aide au suicide qui consiste à la légalisation du suicide assisté par un médecin. L’ACP estime que les arguments pour le contre sont beaucoup plus convaincants et qu’il faut améliorer l’accès aux soins palliatifs. L’aide au suicide est différent de l’euthanasie.

Le suicide au Brésil – L’Express

Brasilia – Le nombre de suicides au Brésil a augmenté de plus de 11% de 2011 à 2015, selon un rapport officiel présenté jeudi, qui montre que les Indiens et les personnes âgées présentent des taux supérieurs aux autres couches de la population.

Découverte – Actualité

Une étude montre les différences dans le développement du cerveau chez le Neandertal en se basant sur un squelette d’un enfant parfaitement bien conservé. Le Neandertal pourrait avoir un développement cérébral plus prolongé ce qui expliquerait sa physiologie.

La revue de presse vous est offerte par Facultatieve Technologie
Facultatieve Technologies, leader mondial dans les domaines des fours de crémation et
d’incinération, depuis la conception et la construction jusqu’à la maintenance chez les utilisateurs. Facultatieve Technologies dispose de toutes les compétences et l expérience sous un même toit, de la première ébauche des projets jusqu’à un service clientèle optimal. Création de nouveaux crématoriums, mise aux normes et entretien des filtrations existantes, Facultatieve Technologie s’adapte à vos beseoins.

Mauvaise journée : elle se réveille à la morgue avant de mourir à nouveau

0
morgue mort

La famille de Rathnam, une femme de 51 ans, habitante de Kerala, en Inde, a reçu le choc de leur vie quand la défunte s’est avérée bel et bien vivante. C’est après avoir passé une heure à la morgue de l’hôpital que la famille l’infortunée a constaté l’erreur.

De vie à trépas…

Il faut dire à la décharge du corps médical que Rathnam était gravement malade et était traitée pour la jaunisse, une maladie du foie, et un dysfonctionnement rénal dans un hôpital universitaire de Madurai depuis deux, selon le journal « la Chronique de Deccan ».

Placée sous assistance respiratoire, les médecins l’avaient déclarée condamnée, à court terme, sans trop prendre de risques. Ses proches avaient alors décidé de l’hospitaliser à domicile, avec un suivi de soins palliatifs, afin qu’elle puisse mourir chez elle.

Mercredi dernier, le 6 septembre, sa famille constaté qu’elle ne respirait plus. Ils ont alors contacté l’hôpital, qui a envoyé une ambulance, pour la transférer à la morgue du secteur.

De trépas à la vie

Le temps de prévenir quelques proches, et la famille, une heure plus tard, la défunte s’est retrouvée à la morgue locale, pour une cérémonie d’hommage, comme le veut la coutume en Inde. Rapidement, un doute s’est fait jour : pour un défunt, la morte était très agitée et respirait bruyamment.

La famille a alors prévenu les autorités, et, quelques instants plus tard, une patrouille de police s’est rendue sur les lieux. Bien que n’ayant pas fait d’études de médecine, les policiers ont déclaré sans ambages que la morte était bien vivante. La ressuscitée a été transférée en urgence à l’Hôpital St John.

Les policiers, curieux de nature, sinon ils ne seraient pas de bons policiers, se sont alors mis à farfouiller un peu partout et à poser des questions, avec d’autant moins de gêne qu’ils n’importunaient plus une famille en deuil, désormais. Il s’est avéré que l’hôpital a ordonné le transfert du corps vers la morgue sans qu’aucun médecin ne soit venu, au préalable, constater le décès.

Un sursis de courte durée

Quand à l’infortunée, elle a malheureusement peu profité de ce répit inespéré : elle est décédée à nouveau dans la soirée. Oui décédée à nouveau, jamais je n’aurais cru écrire ça un jour. Définitivement, cette fois-ci, les médecins ont vérifié deux fois.

L’article original, en anglais, est à lire ici. Mais le nôtre est meilleur.

Elmer Food Beat en deuil : décès de Vincent Lemoine, alias Twistos (MàJ)

0
twistos

L’information a été confirmée par le management du groupe Elmer Food Beat : Vincent Lemoine, alias Twistos, est décédé. Coup dur pour la formation nantaise, dont Twistos était membre fondateur, guitariste et compositeur, et dont les refrains égrillards ont fait le succès du groupe.

Vinent Le moine s’est éteint des suites d’un cancer. Il avait encore donné un concert avec le groupe ce 16 août, mais était absent dimanche soir, lorsque le groupe avait joué en Normandie.

Elmer Food Beat apparaît dans le courant du rock alternatif français des années 1980. Il donne son premier concert le jour de la Fête de la musique, le 21 juin 1986, place de la Bourse, à Nantes. Formé de Vincent (batterie), Pats (guitare), Twistos (guitare), Manou (chant) et Alain (basse), le groupe enchaîne durant l’été dans les bars de Piriac-sur-Mer.

En 1988, Elmer Food Beat sort un Maxi 45 tours autoproduit comportant les premières versions de Daniela, de La Caissière de chez Leclerc, ainsi que Est-ce que tu la sens ? et Roméo sur Juliette. Il se vend à 6 000 exemplaires dans les concerts et il est distribué par New Rose.

En décembre 1989, aux Trans Musicales de Rennes, les Elmer Food Beat rencontrent l’équipe du label Off The Track, qui va produire leurs trois premiers albums. Le 24 avril 1990, sort le premier de ces albums, 30 cm. On y retrouve Daniela et La Caissière de chez Leclerc, accompagnés de nouveaux titres comme Couroucoucou roploplo, La Complainte du laboureur et Le plastique c’est fantastique… Le 20 octobre, Daniela entre dans le Top 50. En décembre, Elmer Food Beat joue à guichets fermés à l’Olympia, où lui sont remis deux disques d’or (200 000 exemplaires vendus).

Le 2 février 1991, lors des Victoires de la musique, Elmer Food Beat est désigné meilleur groupe de l’année. Le 23 mars, Le plastique c’est fantastique entre à son tour dans le Top 50. La chanson est adoptée par le ministère de la Santé pour une campagne en milieu étudiant recommandant le port du préservatif. L’album 30 cm se vend à plus de 650 000 exemplaires. Le 12 juin, le groupe sort un deuxième album, Je vais encore dormir tout seul ce soir… Le 22 juin, la chanson titre s’installe dans le Top 50. Le groupe donne 150 concerts par an, et commence à tourner à l’étranger. Durant l’été 1993, cependant, le groupe se sépare après que leur label ait connu des difficultés.

Les 21 et 22 décembre 2001, à l’Olympic de Nantes, à l’occasion des deux concerts anniversaire d’EV, le groupe se reforme. Grand Lolo remplace le guitariste Kelu. Elmer Food Beat donne alors, de temps à autre, quelques concerts de 20 ou 30 minutes.

Le véritable nouveau départ a lieu le 2 décembre 2006, pour l’ouverture du Zénith de Nantes. En 2007, le groupe se produit aux festivals de Bobital, de Poupet et Couvre-feu. En 2009, il reprend les tournées.

En 2010, il sort 25 cm, qui comporte six titres et se vend dans les concerts, en CD et vinyle, à 1 500 exemplaires. Le 13 novembre 2013, vient le quatrième album du groupe, Les Rois du bord de mer. Le cinquième album, À poil, les filles, sort le 22 avril 2016.

L’avenir d’Elmer Food Beat est encore incertain. il faudra un temps certain au groupe pour récupérer de cette disparition. La date des obsèques de Twistos n’a pas été communiquée.

Nous présentons nos condoléances aux membres de Elmer Food Beat et à la famille de Vincent lemoine, qui restera Twistos pour les milliers de fans du groupe.

Replika, l’application qui vous remplace à votre mort

1
Replika

Deux entrepreneurs Russes établis en Californie viennent de créer Replika, un moteur d’intelligence artificielle mimétique. Le principe en est très simple : prendre votre place quand vous serez mort, à peu de choses près. Bien entendu, à Funéraire Info, l’idée nous intrigue, mais une choses est sûre : ce n’est pas la première tentative du genre. On a exhumé son lointain ancêtre pour vous…

Replika, sa vie, son œuvre

L’idée de Replika est simple : c’est une application à base d’intelligence artificielle qui vous fait la conversation. Un ChatBot, comme on dit, ou, en langage moins geek et plus français : un robot de conversation, programmé pour être votre ami, et, c’est très important, pour apprendre à votre contact.

L’idée est simple : plus vous conversez avec le robot, plus il apprend à vous connaître, et donc, plus il saura orienter la conversation vers un sens qui vous plaît. Pour enfoncer le clou, l’application demande l’accès à tous vos comptes de réseaux sociaux et analyse vos posts en profondeur. D’accord, vous exclamerez-vous, c’est bluffant, impressionnant, mais en quoi est-ce que ce robot a sa place dans Funéraire Info ?

Et bien, tout simplement, lorsque vous serez mort, ce robot mettra en œuvre tout ce qu’il aura appris de vous, avec une mission simple et claire : prendre votre place auprès de vos amis. Ceux-ci n’auront qu’à télécharger l’application sur leur téléphone ou leur tablette, appeler votre profil, et ils auront l’impression d’échanger des messages chat avec vous.

L’application est conçue pour être une véritable éponge. Vos sujets de prédilection, mais aussi d’agacement, seront assimilés, tout comme vos tics de langage. Techniquement, si vous chargez mon profil, vous pourrez mettre en rogne mon double virtuel rien qu’en utilisant la conjonction de coordination « car », car vous aurez peut-être remarqué que je ne l’utilise jamais, car je trouve ça vraiment moche.

Elle a tout, en tout cas, pour enterrer les cimetières virtuels

Génération startup

Les deux jeunes Russes ont rapidement trouvé des investisseurs intéressés par le potentiel de l’application. Potentiel à double tranchant, vous vous en doutez bien : une si intime connaissance de votre personne ressemble fort à une vraie corne d’abondance pour tous les commerciaux désireux de vous vendre quelque chose.

Ce sont aujourd’hui 20 développeurs qui travaillent sur le logiciel à temps plein. Celui-ci est d’ailleurs téléchargeable, sur Apple IOS ou sur Android, et, comme nous vous l’avons expliqué, est très, très intrusif.

L’interface ressemble à un échange de SMS, pour le côté pratique. Au tout début, vous devrez lui donner un nom, le vôtre, ou un pseudonyme. Ensuite, vous subirez, les premiers temps, un feu roulant de questions pour apprendre à vous connaître. Lampe braquée sur le visage, radiateur, menottes et annuaire des Yvelines en option, sans doute.

Mais à quoi je sers ?

Vous serez, dès lors, en droit de vous demander « Mais à quoi je sers ? » et ce cri de désespoir existentiel ne sera pas si immotivé que cela. En effet, votre vous virtuel mort sera beaucoup, beaucoup plus facile à vivre que le vous réel, vous, quoi, suivez un peu.

Déjà, quand votre vous virtuel sortira avec des amis, ça fera un verre de moins à payer sur la tournée générale. Il est en effet très déconseillé de plonger un smartphone dans un verre, ou de le nourrir avec une purée-saucisses.

Ensuite, et c’est là que c’est le plus grave, votre vieil ami/ennemi, celui d’avec lequel vous êtes inséparables, mais avec qui vous n’êtes jamais d’accord sur rien, aura toujours le dernier mot lors de vos débats enflammés, puisqu’il suffira d’un geste dédaigneux de l’index sur son écran pour vous fermer le clapet. Déloyal, mais efficace.

Et, plus sérieusement : comment voulez-vous faire correctement le deuil de quelqu’un quand il vous suffira de sortir le téléphone de votre poche pour avoir l’impression de parler avec lui ? Surtout qu’à l’origine de l’idée de Replika, il y a un deuil : le meilleur ami de sa créatrice est mort percuté par une voiture à Moscou. Incapable de se passer de lui, elle a commencé à développer un algorithme en s’appuyant sur les milliers de textos qu’ils avaient échangés, leurs conversations sur Facebook, etc. Jusqu’à parvenir à une simulation « plausible » de cet ami décédé, une impression de sa présence immortelle à ses côtés.

Juste une impression, d’ailleurs. Et l’on peut s’interroger sur la part « réelle » de la personnalité du défunt qui subsistera dans ce paquet de bits. Vous avez quatre heures.

Je vous présente Racter

Replika n’est pas le premier logiciel capable de faire la conversation, en réalité. Le premier programme « conversationnel » s’appelait Racter. Les origines de ce programme sont à chercher du côté d’un programmeur, William Chamberlain, qui avait créé un logiciel capable d’écrire un livre. L’ouvrage, premier du genre, s’appelait « The policeman’s beard is half constructed », approximativement « La barbe du policier est à moitié construite », et avait fait grand bruit.

Un éditeur de logiciel, Mindscape, avait saisi tout le potentiel du programme, et en avait édité une version plus « aboutie », capable de converser avec son utilisateur, baptisée « Racter », une abréviation de « character », personnage en anglais.

Le tout… en 1986, sur un Amiga 500. Le logiciel était capable d’apprendre des mots, de poser des questions, et de restituer le tout sous la forme d’une conversation, disons, souvent surréaliste. Le logiciel n’allait pas pomper vos informations sur les réseaux sociaux, à l’époque, pour la simple et bonne raison que tous es créateurs desdits réseaux sociaux étaient occupés à autre chose, comme apprendre à marcher ou à manger proprement.

La prochaine étape est peut-être de vous remplacer par une version virtuelle et améliorée de vous-même. Sans vouloir vous effrayer, quelqu’un, quelque part, est certainement déjà en train d’y travailler.

Revue de presse du mardi 04 juillet

0
revue de presse pompes funèbres

Dans la presse et sur le web, la revue de presse du funéraire, des pompes funèbres, des crématoriums et des thanatopracteurs. Revivez l’actualité sur Funéraire-info.

Midi Libre – Baclofène

Principalement prescrit pour soigner la dépendance à l’alcool, le baclofène utilisé à fortes doses est associé à un risque de décès de plus du double par rapport à celui observé avec les médicaments commercialisés pour cette maladie.

La Voix du Nord – Émoi

Julian Capelle, un enfant de 11 ans, est décédé vendredi d’une leucémie foudroyante, diagnostiquée il y a seulement quinze jours. Ses obsèques auront lieu ce mardi à Abbeville. Son père, qui l’élevait seul, se bat pour l’avenir de ses deux autres enfants et lance un appel au secours.

Public – Venus Williams

La championne de tennis a en effet été reconnue responsable de la mort d’un homme de 78 ans, après un accident de voiture. Le 9 juin dernier, elle s’était engagée au volant de son 4×4 dans un croisement et n’avait pas respecté la priorité. Résultat : elle avait été percutée par un autre véhicule, à bord duquel se trouvait un couple. La conductrice, âgée de 68 ans, et son passager, son mari âgé de 78 ans, avaient été blessés et hospitalisés. Malheureusement, ce dernier est finalement décédé il y a quelques jours.

La Depêche – Diabète

A l’heure où le diabète est « à l’origine de 5 millions de décès par an dans le monde, soit 1 victime toutes les 6 secondes », une meilleure prise en compte de ce grave trouble métabolique relève de l’urgence dans les pays pauvres.

La Depêche – Cimetière abandonné

Est-ce un cimetière abandonné ? On se pose la question lorsque l’on voit l’état du cimetière de Saint-Juéry-le-Haut. Herbes hautes qui jonchent les allées, ronces et chiendents de presque 1 m de hauteur arrivant devant les tombes. Certains propriétaires de concession ont nettoyé eux-mêmes le devant de leur tombe. «C’est une honte de laisser le cimetière dans cet état. Il n’y a même plus le respect des morts.

Voa Afrique – Nigeria

Le désert du Ténéré nigérien est « un véritable cimetière à ciel ouvert » pour les migrants africains sur la route de l’Europe via la Libye, ont alerté lundi une trentaine d’élus de la région d’Agadez (nord).

Le Figaro – Fusillade

Une fusillade a éclaté ce lundi soir, peu après 21 heures, dans le quartier sensible de la Reynerie à Toulouse, faisant un mort et six blessés, dont deux graves, selon un bilan provisoire fourni par la préfecture.

Pure People – Suicide

C’est une triste nouvelle qui a été confirmée lundi 3 juillet par People. Citant le bureau du coroner du comté de Los Angeles, le magazine révèle que la Youtubeuse Stevie Ryan, qui avait été révélée en 2006 sur la célèbre plateforme, est morte samedi 1er juillet.

La Depêche – Foi

Comment dépasser le deuil d’un être cher ? Dans un livre autobiographique intitulé «Vanessa mon ange», la Carcassonnaise Justin Nadal tente d’apporter une réponse. Après la mort de sa fille, Vanessa, en 1996, elle réussit à faire son deuil en se tournant vers la foi. Son roman témoigne de cet éveil spirituel. «Il y a une vie après la mort

Funéraire Info – Thanatopraxie

Orage sur la thanatopraxie : suite à notre article de l’autre jour sur le spleen des thanatopracteurs, de nombreux témoignages ont continué à nous parvenir, attestant la crise profonde que traverse cette profession. Un témoignage fort et un condensé de l’histoire de la thanatopraxie qui explique, sans doute, beaucoup de choses.

La revue de presse vous est offerte par Hydrosystem
Hydrosystem se définit comme constructeur et surtout ingénieur en solutions hydrauliques et mécaniques, et rappelle que tout reste possible. Son engin de creusement Crocopelle et son chariot motorisé sont devenu les plus fidèles alliés des marbriers.

Revue de presse du jeudi 29 juin

0
Revue de presse
Revue de presse

Dans la presse et sur le web, la revue de presse du funéraire, des pompes funèbres, des crématoriums et des thanatopracteurs. Revivez l’actualité sur Funéraire-info.

Le Figaro – L’ours Paddington

L’écrivain anglais Michael Bond, créateur du célèbre ours Paddington, est mort hier à son domicile à l’âge de 91 ans, après une courte maladie, a annoncé mercredi sa maison d’édition, HarperCollins.

Le Parisien – Quick

L’ancien gérant d’un restaurant Quick d’Avignon (Vaucluse) a été condamné mercredi à deux ans de prison avec sursis pour homicide involontaire, après la mort en 2011 d’un adolescent qui avait dîné dans son fast-food. Le tribunal correctionnel d’Avignon a également condamné à une amende de 50 000 euros la société qui gérait le restaurant, dans lequel de nombreux manquements à l’hygiène avaient été relevés.

Le Figaro – Pierre Combescot

Pierre Combescot, Lauréat du Prix Goncourt en 1991 pour les Filles du calvaire, l’écrivain, passionné de danse, est décédé mardi 27 juin à l’âge de 77 ans.Ce qui l’intéressait dans l’écriture, c’était de «trouver par où entre le péché mortel». Son maître à penser s’appelait Machiavel et la danse était sa passion.

La dépêche – Journalisme

Des journalistes mexicains ont protesté mercredi à coups de « SOS » contre la mort d’un de leurs collègues, le sixième tué cet année au Mexique, l’un des pays les plus dangereux pour exercer cette activité.

20 minutes – SOS

La mère d’un jeune mort en Syrie écrit à Emmanuel Macron. Fin décembre 2013, le fils de Dominique Bons mourrait dans un attentat suicide près d’Homs, en Syrie. Elle se bat depuis contre la radicalisation des jeunes et vient d’écrire au nouveau Président…

Le progrès – Nouveau cimetière

Le cimetière de Champagnole, partagé avec les communes de Cize, Ardon, Équevillon et Sapois, arrive au bout de ses capacités. Le conseil municipal de Champagnole, réuni mardi soir, envisage la création d’un deuxième cimetière.

Le journal de Montréal – Cimetière

Une femme a percuté avec son véhicule mercredi un cycliste qui aurait tenté de lui voler son sac à main pendant sa visite au cimetière Notre-Dame-des-Neiges. Elle pourrait maintenant faire face à de graves accusations.

Le Temps – deuil

La jeune entreprise romande ambitionne de proposer une aide sur mesure aux personnes endeuillées. Pour ceux qui souhaitent prendre les devants et soulager leurs proches en anticipant la gestion de leur disparition, Separate Ways propose même un service idoine. Une manière d’alléger un peu la peine de ceux qui restent, dans une société où la mort demeure un des derniers tabous.

Funéraire-Info – Témoignages

De la naissance au premier anniversaire, le risque de décéder est aujourd’hui très faible, de l’ordre de 40 pour 10 000, et les décès avant 1 an sont concentrés juste après la naissance. Le risque annuel est minimal pour les enfants : entre 5 et 10 ans, un enfant sur 10 000 décède chaque année. Le risque augmente fortement à l’adolescence, jusqu’à atteindre, à 18 ans, 3 pour 10 000 chez les filles et 8 pour 10 000 chez les garçons. Le décès d’un enfant est un véritable tsunami pour sa famille, mais il est aussi difficile à gérer pour les professionnels du funéraire.

Funéraire-Info – Adolescents

Organiser une cérémonie pour un adolescent est chose compliquée. Outre le contexte tendu, ces morts avant l’âge de vingt ans étant généralement soudaines et imprévisibles, il convient de considérer quelques spécificités. Au premier rang desquels, le fossé des générations.

La revue de presse vous est offerte par le groupe Roc-Eclerc
Devenez affilié, rejoignez ROC•ECLERC : Vous partagez nos valeurs : l’écoute, l’assistance, une famille traitée avec égard, une information accessible, loyale et transparente, un prix juste, rejoignez-nous!

Affaire non résolue, comment faire le deuil ?

0
affaire non résolue deuil

Affaire Dupont de Ligonnès, Francis Heaulme, le petit Grégory. Ces titres dans les journaux depuis des années, toutes ces impasses, ces questionnements et derrière les tabloïdes des familles endeuillées incapables d’avancer. Entre deuil médiatique, deuil collectif, retardé et deuil impossible comment faire le deuil d’un proche lorsque son corps est au cœur d’une enquête et d’une affaire non résolue ?

Après un décès, on le sait, notre monde est bouleversé mais notre famille et notre entourage le sont aussi, d’autant plus si le décès se médiatise et lors d’une affaire non résolue. Certaines familles rompent sous le poids du chagrin.

Affaire non résolue : la justice comme seule horizon

J’ai coutume de dire que le deuil commence lors de la cérémonie, bien sûr dans ces cas précis, la cérémonie est toute aussi importante, mais la justice devient la représentante ultime de la porte qui se ferme. Plus le temps passe, plus le besoin de trouver les réponses et de punir les coupables deviennent obsessionnels pour calmer la souffrance. C’est comme une sorte de porte battante qui ne pourrait pas se refermer et qu’à chaque vent ou passage de quelqu’un, elle faisait ce bruit insupportable. Leur porte du deuil ressemble à ça, à une porte battante.

Avancer et faire le deuil sont deux choses différentes

Avancer est inévitable et même si l’on est là immobile, la vie se charge pour nous de nous pousser avec elle, c’est-à-dire de vieillir. En revanche faire le deuil est une démarche active contrairement à ce que l’on en dit souvent. « Il faut laisser faire le temps », certes, mais le temps est un outil et le deuil est une action, un mouvement, une mobilité. Dans le cas des affaires non résolues, les faits restent figés dans le temps. Un événement T a marqué l’histoire personnelle et le fait de ne pas trouver le coupable ou le fait que la justice ne soit pas rendue ou le corps non retrouvé, font de cet instant quelque chose d’immuable. Or c’est complètement antinomique avec l’élan nécessaire au chemin du deuil.

Le silence tue

Faire le deuil d’une affaire médiatique et non résolue est tout aussi délicat que faire le deuil de quelqu’un dont on n’a jamais retrouvé le corps. Il y a beaucoup de spéculation, et dans le brouhaha des opinions peu de faits sont concrets, réels ou utiles. Il suffit de voir les commentaires sur les réseaux sociaux. De la même manière au cœur des familles les conflits éclatent, les clans se forment, des gens divorcent, et lorsqu’il n’y a pas de procès, certaines personnes peuvent même en arriver au suicide. Au milieu de tout ce bruit, c’est finalement le silence qui ressort le plus, celui du secret, des choses non dévoilées, des choses que l’on apprendra jamais et ce sont ces choses là, ces non réponses qui marquent un obstacle dans les étapes de deuil, bloquées irrémédiablement sur la colère.

Comment en arriver jusqu’à l’acceptation ?

Pour faire le deuil de la personne décédée il faut comprendre qu’il n’y a pas un mais deux deuils à faire, et le premier étant celui qui va permettre d’amorcer le second, un peu comme deux rouages. Il s’agit de faire le deuil des réponses, accepter de ne pas savoir. Ça à l’air facile, là, comme ça mis bout à bout sur mon article et pourtant c’est l’une des choses les plus difficiles à faire.

Ça n’est pas qu’une question de justice, c’est parfois une question de survie, dire au revoir, dire je t’aime, avant que la vie s’achève sur un deuil inachevé.


Pour aller plus loin :

Les différentes catégories de deuil : apprendre à les repérer

Le deuil collectif : première partie, les accidents et catastrophes

Témoignage : « Ta sœur est morte », depuis j’ai appris à vivre

0
Cyril et Delphine témoignage

« J’ai toujours été un tourbillon, à faire la fête en vivant davantage la nuit que le jour et en essayant d’absorber le plus de vie et d’énergie possible. À moins de 25 ans, j’avais derrière moi un père absent, infidèle envers ma mère, qui, pour oublier qu’elle l’avait épousé, et qu’il nous avaient eues ma sœur et moi, se plongeait dans l’alcool. Delphine, n’avait que deux ans de plus que moi, beaucoup plus sérieuse, elle prenait le rôle du papa et de la maman, pendant que je prenais le rôle de l’éternel Peter Pan. Travailleuse acharnée, elle rentrait un soir du travail lorsqu’elle s’est tuée en voiture.

Mon père, qui ne parlait presque pas, est venu me balancer comme ça de but en blanc « ta sœur est morte ». En une fraction de seconde, je suis passé d’un gamin qui se croyait éternellement avoir 5 ans, à un homme flasque, mou, avec plus aucune possibilité de bouger. Comme si tout était nécrosé d’un coup. Toute l’énergie que j’avais mis à vivre pendant ces années là s’était brutalement envolée.

J’ai repris bien vite mon souffle et je suis allé lui faire écouter de la musique à la chambre funéraire. Mes parents devenaient fous, je lui mettais du vernis, lui racontais comment je m’étais séparé de ma copine, et que, de toute façon elle n’aimait pas trop. La cérémonie était belle, ma mère a sorti les mouchoirs et mon père faisait semblant de ne pas pleurer.

Sauf qu’après ? il a fallu se remette à vivre. J’ai arrêté de courir, je n’avais plus de souffle. C’est comme si j’étais sur une rampe de lancement et que là j’avais été stoppé net. Je me suis paradoxalement rapproché de mon père en essayant de comprendre pourquoi il était comme ça. A peine eu-je le temps de m’y faire et de l’aimer en tant qu’homme et en tant que père que la maladie l’emportait. Je lui ai tenu la main jusqu’à la fin, et il est parti à mes côtés. En prenant sa respiration une dernière fois il a pris un bout de moi dans son dernier souffle.

La mort est partout, tout le temps, et elle avait frappé en mon cœur et en mon sein, deux fois, deux fois de manière brutale, soudaine, laide et inconsolable. Depuis je suis devenu papa, et j’ai sans cesse peur, pour ma femme, pour ma fille. La vieillesse me semble si loin, alors que la mort peut me les prendre comme ça, en une seconde d’inattention. Je me console en me disant que je suis toujours là, oui ça paraît égoïste, mais je vis, et tant que je vis, il y a de la vie tout autour de moi, tout renaît, tout doucement, en prenant soin des gens que j’aime. J’essaie d’être un meilleur père que le mien, et j’espère avoir un jour ou un autre enfant qui ressentira tout l’amour fraternel que j’ai pu avoir et que j’aurais toujours pour Delphine.

Lorsqu’on a du chagrin, qu’on est perdu, dans les plaies béantes et abyssales du deuil, la seule solution : c’est la vie. »

Merci à Cyril pour son touchant témoignage.

la mort et l’onirisme : que nous révèlent nos rêves ?

0
rêves mort

On ouvre une page onirisme aujourd’hui. Loin d’être une croyance reléguée au spiritisme, la science des rêves est étudiée depuis 1900 grâce aux théories de Sigmund Freud reprises par d’autres depuis. La mort fait tellement partie de notre quotidien, qu’elle s’invite aussi dans les songes. Alors mauvais présage ? simple cauchemar ou clé inconsciente ? Que dit la science des rêves ?

Je ne vais pas vous faire un cours sur l’inconscient, le moi, le ça, le subconscient etc, déjà parce que mes cours en la matière datent un peu et que j’aimerais que l’on se focalise uniquement sur l’angle de la mort dans nos rêves. Si pour la plupart des psys, la plupart de nos problèmes viennent de notre mère, pour Freud, ils viennent de notre sexualité, nos pulsions.

L’interprétation freudienne

Rêver de la mort, dans son sens général, c’est essayer d’échapper à ses propres pulsions qui seraient dues à une tension entre le surmoi – les obligations, les lois et les limites – et le ça qui correspond aux pulsions sexuelles. Lorsque la mort apparaît en rêve, elle met en évidence ce conflit entre ces deux parties. Lorsque la tension est trop forte, le rêve met en exergue la punition et le sentiment de culpabilité du rêveur de ne pas réussir à apaiser ce conflit. Comme la perte de dents, ou encore la chute dans le vide, la mort fait partie des rêves dit « typiques ».

L’interprétation jungienne

Jung, quant à lui, considérait que la mort revêtait un sens complétement différent de celui de Freud au sens où la mort apparaît comme un dépassement et non comme une limite. Pour Freud, il s’agit de rêves typiques et pour Jung, de rêves de l’inconscient collectif. L’idée du renouveau est clairement exprimée ici, renouveau d’une situation mais aussi et surtout de l’être en lui-même. La mort est le processus de continuation. Pour ceux qui sont un peu familiarisés avec le tarot, la mort correspond à l’arcane n°XIII, la mort, qui apparaît avec une faux, là encore lorsqu’elle apparaît dans le jeu, elle évoque un changement brusque et une nouvelle possibilité peut apparaître alors.

Rêver de la mort serait donc extrêmement positif, car c’est la preuve de la disparition de l’ancien moi au profit d’un développement plus harmonieux. Les désillusions tombent et amènent le rêveur à une grande lucidité. La mort est donc synonyme de changement.

D’un point de vue ésotérique, la mort est le message de la renaissance, c’est une transformation de l’être qui va passer d’un état à l’autre.

Rêver de défunt

C’est un rêve extrêmement fréquent qui peut apporter soit la sécurité, soit la peur suivant les rapports que l’on entretenait avec la personne de son vivant. Quoiqu’il en soit, voir un défunt en rêve, peut apparaître comme étape essentielle du processus de deuil. Dans certaines interprétations, c’est aussi une manière de tuer l’être symbolique pour devenir un être à part entière. Pour Freud, la perte d’un proche c’est un désir inconscient de cette mort déguisée, un désir qui, selon lui, remonterait à l’enfance où l’autre était alors perçu comme un rival. Dans la même lignée, ce rêve peut aussi signifier l’angoisse de l’abandon, rêve et interprétation que l’on fera plus facilement dans les rêves d’enfant.

reve-mort la mort et l'onirisme : que nous révèlent nos rêves ?Sa propre mort

On a tous déjà rêver de cela, que l’on est en danger, poursuivi ou au bord de l’agonie et pourtant on se voit peu réellement mort, car en vérité notre instinct de survie nous pousse inexorablement au réveil. En revanche nous ressentons violemment toutes les étapes qui la précèdent, cela traduit souvent une angoisse existentielle, la peur d’un changement. Tout ce que l’on peut considérer comme menace physique ou symbolique dans notre environnement lors de la vie diurne. Notre inconscient va donc assimiler cette agression extérieure comme une mort physique dans le rêve. Même si le changement nous fait peur, il est souvent salutaire. En rêve l’on peut aussi se voir « après » cette mort, comme si nous gardons néanmoins la conscience des choses et des êtres, alors que nous ne sommes plus là. Le rêve devient une allégorie de la mort. Là encore, c’est un message encourageant et positif, il nous appelle à un passage initiatique et à une transformation qui s’est réalisée avec la fin d’un attachement.

Jung était une de ces personnes qui s’est intéressée de très près aux rêves où la mort était présente et en particulier la mort du rêveur et celui de l’entourage proche. C’est aussi pour lui une manière de se familiariser avec l’idée même de la mort et donc…de mourir. On passe du mythe, à la possibilité réelle de la fin de notre existence. Si pour nous, de manière consciente la mort peut être effrayante, l’inconscient n’en a que faire de ces considérations et c’est pour cela qu’il est tout à fait possible de rêver de quelqu’un qui est déjà mort, ou même de nous, alors que nous sommes mort dans le rêve. On trouve d’ailleurs ce processus totalement normal. Tout va se dérouler exactement comme si l’individualité de chacun continuait son chemin. En ce sens, ce processus va être une préparation à la mort.

Bien sur cela reste terrifiant, le message onirique vient nous confronter à nos limites ou à nos croyances. Les rêves ne sont pas prémonitoires du décès d’un proche, ils ne sont en réalité, jamais négatifs, au pire, ils nous révèlent notre peur du changement et le poids du passé. C’est toujours le symbole d’une transformation d’un passage vers un autre.