Accueil Tags Ffpf

Tag: ffpf

Dématérialisation du certificat de décès : Expérimentation Mars 2017

0
france connect

C’était attendu par bon nombre d’entre vous, la dématérialisation du certificat de décès arrive sur le territoire français grâce à la concertation du ministère de la santé et des fédérations CPFM et FFPF, ainsi que les médecins et l’état civil. Pour l’instant en projet expérimental, ce certificat de décès dématérialisé arrive dans quelques communes.

Simplifier :

C’est pour faire face à la complexité des démarches administratives qui sont aujourd’hui imposées aux famille lors d’un décès et afin de les simplifier que le certificat dématérialisé voit le jour. Cette simplification voulue par l’État ne touche pas que le secteur funéraire et vise à un projet d’ensemble de simplification de la vie des citoyens.

Collecter :

En parallèle, cette dématérialisation a vocation de mieux collecter les données sur les causes de la mort afin d’en faire profiter la recherche médicale.

Couvrir et expliquer :

Cette dématérialisation aura lieu non seulement en établissement de santé, donc à l’hôpital ou en maison de retraite, mais sera aussi valable lors d’un décès à domicile grâce à la « transmission sécurisée de ses volets administratif et médical ». Le volet administratif du certificat de décès sera donc transmis de manière électronique dès sa signature par le médecin à l’état civil de la commune du lieu de décès et par ce biais sera à disposition des opérateurs funéraires choisis par la famille, par un mode de téléchargement afin d’organiser les obsèques. Une application mobile totalement sécurisée, réalisée par une identité numérique de « FranceConnect » sera mis à leur disposition.

Expérimenter :

L’Institut national de la santé et de la recherche médicale et le ministère de l’intérieur, soutenu par les crédit du Programme d’investissement d’avenir – qui s’occupent de la transition numérique de l’état et de la modernisation de l’action publique – va expérimenter cette transition numérique dans six communes dès le 1er mars 2017 dont voici la liste :

Antibes, Aurillac, Créteil, La Rochelle, Montluçon et Villejuif.

Vous pouvez trouver des renseignements complémentaires sur le site  https://franceconnect.gouv.fr/ et nous ne manquerons pas de vous faire un retour sur cette nouvelle évolution des pratiques.

L’Ecole Nationale des Métiers du Funéraire : portes ouvertes le 3 février

0
ENAMEF FFPF voeux 2017

Vous vous posez des questions sur les métiers du funéraire ? Vous voulez embrasser la profession ? Noter en grand dans vos agendas le 3 février : la Fédération Française des Pompes Funèbres et L’Ecole Nationale des Métiers du Funéraire organisent une journée porte ouverte pour éclairer les futurs candidats… Et futurs collègues.

La Fédération Française des Pompes Funèbres (FFPF) et L’Ecole Nationale des Métiers du Funéraire (ENAMEF) présentent leurs vœux aux lecteurs de Funéraire Info pour cette nouvelle année. Une année qui démarre sur les chapeaux de roues, puisque la FFPF organisera, dès février, une journée porte ouverte, pour tout, tout savoir, sur les métiers du funéraire.

L’accueil se fera par le président de l’ENAMEF. Puis les différents métiers seront présentés par des professionnels. Marbriers, opérateurs funéraires, thanatopracteurs expliqueront ainsi leur métier, la réalité du travail sur le terrain, et les cursus pour y arriver. C’est une constante à l’ENAMEF : ainsi, tous les formateurs de l’Ecole sont des professionnels en exercice, pour que l’enseignement dispensé aux stagiaires soit au plus proche des réalités du terrain.

Tous les points y seront abordés. Les formations obligatoires et réglementaires, bien entendu, ainsi que les diplômes nationaux par lesquels elles sont validées. Mais aussi, c’est important, le marché de l’emploi et les profils recherchés, afin que les aspirants aient, dès le début, une idée claire des possibilités offertes pour faire carrière.

Les professionnels seront là pour répondre à toutes les questions que vous pouvez vous poser sur le funéraire.

Alors, à celles et ceux qui se demandent ou trouver des informations sur les métiers des pompes funèbres et de la marbrerie, la réponse est simple et claire, ce sera là.

Portes ouvertes de l’ENAMEF (inscription obligatoire) :

Bulletin d’inscription ici : portes ouvertes ENAMEF

le 3 février 2017 à 15 h 00

100 rue de Ménilmontant

75020 Paris

 

Review du 5 au 11 déc : Ça s’est passé cette semaine sur Funéraire-Info

0
Review de la semaine du 5 au 11 décembre

Entre deux emballages cadeaux prenez deux minutes pour aller jeter un œil à la review de la semaine. Voici ce qu’il ne fallait pas manquer cette semaine sur Funéraire Info.

Funérailles Républicaines

Suite de la proposition des funérailles républicaines proposée par le député Hervé Féron, les avis divergent depuis deux semaines surtout après que le député ait déclaré les maitres de cérémonie comme étant incompétents. Guillaume a de son côté, interviewé Florence Fresse, directrice du centre de formation ENAMEF et Déléguée Générale de la Fédération Française des Pompes Funèbres –FFPF- qui place les maitres de cérémonie au cœur du débat et répond au député Féron. Quant à moi je suis allée retrouver François Michaud-Nérard, directeur des Services Funéraires de la Ville de Paris qui vient à contre courant des protestations de la profession. Point de vue et regards croisés.

Conseils

C’était aussi la semaine conseils, si Guillaume nous explique comment faire face à une famille qui fait de la provocation, de son côté Mélanie nous explique les bienfaits de la construction d’un moment funéraire…à l’avance.

Éclairage

De même si Guillaume est venu nous parler d’Eco-cerc, le cercueil en carton, Mélanie est revenu pour nous sur l’emblématique série Six Feet Under.

Économie

Le point éco de la semaine à ne pas manquer c’est cette étude Xerfi-precepta dont Éric retrace pour nous les grandes lignes. Les services funéraires à l’horizon 2020 ? Des éléments de réponses et de nouvelles problématiques viennent s’ajouter dans cette étude.

Hommages

Cette semaine c’était aussi l’anniversaire de la mort de Nelson Mandela.

Nous avons aussi joint notre peine à celle de centaines de personnes attristées par le décès de Jean Paul Rocle, nous lui avons consacré un hommage.

Bon ça y est, chez moi il ne gèle plus, je viens de dépasser la barre des 0°C donc je sors. Mais je vous retrouve dès demain pour une nouvelle semaine d’informations et d’actualités, on vous accompagne pendant les fêtes. Merci de m’avoir laissé rentrer chez vous.

Funéraire Info, pour vous, par vous.

ENAMEF : formation aux métiers des pompes funèbres, les clefs du succès

0
ENAMEF, conseiller funéraire et maitre de cérémonie

Au cœur de toutes les attentions, ces derniers jours, la formation funéraire est un passage obligé pour tous les professionnels. Florence Fresse, directrice de l’ ENAMEF et Déléguée Générale de la Fédération Française des Pompes Funèbres (FFPF), nous explique ce qu’on attend d’un élève aujourd’hui.

Un recrutement efficace

Il existe deux types d’élèves dans les formations de l’ ENAMEF : des candidats venus « de l’extérieur » et d’autres déjà en poste dans une pompe funèbres et envoyés là pour prendre des responsabilités.

Pour les Maîtres de Cérémonie, les statistiques sont claires « Sur six stagiaires Maîtres de Cérémonie à l’ ENAMEF, en moyenne » détaille Florence Fresse, « cinq sont en poste dans une entreprise, qui nous les envoie. Généralement, il s’agit de valoriser un salarié qui est en poste depuis longtemps, un porteur plus, en lui donnant une qualification supplémentaire ».

Et pour les personnes qui arrivent de l’extérieur « Je les mets en garde » explique Florence Fresse « Tout simplement parce qu’en étant Maître de Cérémonies pur, il est très difficile d’avoir suffisamment d’heures pour vivre, si on n’a pas un autre emploi à côté. Généralement, c’est un emploi de porteur. Je conseille aux personnes qui voudraient entrer dans la profession de postuler directement à la formation d’assistant funéraire. Le programme de la formation de Maître de Cérémonies est inclue dans celle d’assistant funéraire, métier qui offre plus d’opportunités et de polyvalence. »

L’ENAMEF, une méthode qui marche

Quelles qualités sont exigées pour être admis à l’ENAMEF ? « Un seul critère est vraiment excluant, c’est de ne pas maîtriser l’expression française. Il est arrivé, dans certaines circonstances, d’accueillir en formation des stagiaires non francophones, mais le minimum exigé est d’être capable de lire un texte en français de façon compréhensible ».

Et en tant que formateur ? « Nous avons fait le choix de na pas prendre de formateurs uniquement formateurs, mais des professionnels en exercice. Ce sont des gens qui sont en contact tous les jours avec la réalité du terrain, qui interviennent sur une ou plusieurs journées de formation, qui étaient dans leurs agences la veille, et qui y seront le lendemain. Une façon pour nous de dispenser un enseignement qui n’est pas que purement théorique. »

Florence Fresse a mais en place une politique, à l’ ENAMEF, sur l’examen « L’inscription à l’examen n’est pas inclue automatiquement dans la formation, et doit faire l’objet d’une démarche indépendante. Ce n’est pas par hasard : seuls les candidats motivés font la démarche de s’inscrire ».

Parce qu’il y a des candidats pas motivés ? « Il y a des personnes qui viennent nous voir parce qu’elles sont envoyées par Pôle Emploi ou parce qu’elles se font des illusions sur le métier. Nous avons un certain nombre de stagiaires qui arrêtent la formation en cours, parce qu’ils se rendent comptent que cela ne leur correspond pas. »

Mais ce ne serait pas plus simple de ne pas les admettre ? « Il y a pléthore d’écoles de formation. Il y en a de très sérieuses, mais d’autres qui font ça pour l’argent et prennent tout le monde. Il vaut mieux, je crois, montrer aux stagiaires ce qu’est le métier et qu’il n’est pas pour eux, le cas échéant, plutôt que de lâcher dans la nature des jeunes diplômés qui ne trouveront pas de travail ».

Les qualités pour réussir

Quelle réussite pour l’ENAMEF aujourd’hui ? « Nous avons 80 % de réussite à l’examen, ce qui est un excellent score, mais ce dont je suis la plus heureuse, c’est que 100 % de nos diplômés trouvent du travail ensuite. » Un chiffre impressionnant « Le travail et la réputation d’ENAMEF y tiennent une bonne part, les employeurs savent que ceux qui sortent de notre école sont motivés, puisqu’ils ont été jusqu’au bout de la démarche, et qu’ils ont eu une formation proche du terrain. »

Quelles qualités faut il pour réussir ? « Il en faut trois : une oreille affûtée, de la bienveillance, et du respect, la famille le ressent. Il faut trouver le juste milieu entre l’écoute et l’aide que l’on peut fournir aux familles et la démarche commerciale qu’il y a au bout. »

La question qui fâche, le député Féron a récemment attaqué la formation de Maître de Cérémonies « Je trouve cela un peu étonnant, vous savez, certains journalistes retiennent une phrase sortie du contexte. Mais si c’est le cas, le programme est celui fixé par le décret de 2012, il semble curieux que personne ne s’en soit aperçu, s’il est si lacunaire » Florence Fresse conclut avec humour « Je me demande ce que les élus municipaux ont reçu comme formation en psychologie du deuil. En tout cas, si ils veulent approfondir leurs connaissances, ils sont les bienvenus à l’ENAMEF. »

Le site internet de l’Ecole NAtionale des MEtiers du Funéraire

Braumat à Funexpo, revenez à mi-novembre !

0
braumat funexpo

BRAUMAT depuis 30 ans vous propose la gamme la plus étendue d’équipements de gravure. Après avoir introduit les plotters de découpe des masques de sablage en 1988, puis la gravure laser quelques années après, complétée par des machines de gravures pour les pompes funèbres, nous pouvons présenter un bilan de totale satisfaction de nos clients. C’est donc toujours avec plaisir que nous exposons aux salons funéraires en France et ailleurs quand c’est possible. Braumat était présent à Funexpo, retour sur cette participation!

Funéraire-Info : Changement de Hall, changement de date, finalement qu’en avez-vous pensé ?
Raphaël BRAULT pour BRAUMAT : Dès l’annonce du changement de date nous avons fait état auprès des organisateurs de nos réticences, fin septembre tombant aussi bien pour nos clients que pour nous-mêmes, dans la période probablement la plus chargée de l’année. L’argument que septembre était le mois le moins mortel et que cela libérerait davantage les clients nous a paru un peu bizarre. Depuis 30 ans que ces salons existent on sait bien que c’est après la Toussaint que les clients et fournisseurs tirent un premier bilan de leur exercice et que les portefeuilles un peu plus garnis que d’habitude sont plus faciles à ouvrir. C’est le business.

BRAUMAT-Bandeau-Internet Braumat à Funexpo, revenez à mi-novembre !Funéraire-Info : Quelles sont vos impressions globales sur la fréquentation du salon ? Et sur la fréquentation de votre stand ?
Raphaël BRAULT : C’est la première année où on a trouvé du temps pour se balader dans le salon et dire bonjour aux collègues. Habituellement le stand BRAUMAT est envahi du matin au soir, alors que cette année on a eu droit à : tiens cette année on a le temps de discuter alors qu’habituellement c’est comme à la Sécu, faut prendre son tour.

Funéraire-Info : Avez-vous vendu ? Avez-vous identifié de nouveaux clients potentiels ?
Raphaël BRAULT : Donc vous avez bien compris, nous avons eu moins de visiteurs, moins de visite de nos clients parce qu’ils ne sont pas venus, et par conséquence moins de ventes, même si les contacts engagés auront quelques résultats plus tard.

Funéraire-Info : Le salon est l’occasion de rencontrer ses clients, les visiteurs, mais est ce aussi l’occasion de nouer des partenariats avec d’autres exposants, vous avez fait de belles rencontres ?
Raphaël BRAULT : Disons que de ce côté là on se connait déjà pas mal entre nous. Le plaisir de se rencontrer est toujours aussi fort mais ça aussi été l’occasion de critiquer le choix des dates. Je n’en n’ai pas rencontré un qui m’ait dit sa satisfaction de venir en septembre.

Funéraire-Info : Avez-vous atteint les objectifs que vous vous étiez fixés en venant, ou ce que vous espériez ?
Raphaël BRAULT : A ce salon de Lyon, notre objectif principal est d’être présent pour répondre à l’attente de nos clients qui attendent de notre part qu’en fait nous les représentions d’une manière positive et justifier leur choix. Ensuite les contacts et les affaires suivent leurs cours.

Funéraire-Info : Avez-vous vu sur des stands des choses qui vous ont particulièrement marqué ?
Raphaël BRAULT : Je suis toujours épaté de ce que les clients arrivent à produire, à créer avec nos machines. Nous on regarde principalement les performances mécaniques, techniques, eux avec, créent des produits nouveaux et beaux. On dira ce qu’on voudra mais l’Art Funéraire, ça existe.

Funéraire-Info : Quel bilan tireriez-vous de cette édition, et quel conseil pourriez-vous donner aux organisateurs pour une meilleure édition 2018 ?
Raphaël BRAULT : En 2015 à Villepinte, comme les autres années, le salon de novembre booste le chiffre d’affaire de fin d’année mais cette année NON. Heureusement que 2016 est un bon crû par ailleurs. La raison : les dates! Revenez à mi-novembre !

Funéraire-Info : Et en 2018, vous serez présents ?
Raphaël BRAULT : Si c’est en novembre certainement. Si c’est en septembre je crains qu’il y ait de la défection dans l’air.

Braumat en images:

Nom de votre enseigne: BRAUMAT
Nom du responsable: BRAULT Raphaël
Adresse:2 ZA le Clair de Lune
CP: 44360
Ville: SAINT ETIENNE DE MONTLUC (près de NANTES)
Téléphone: 02 40 86 91 68
Adresse mail: contact@braumat.fr
Site Internet: braumat.eu
Page Facebook: https://www.facebook.com/braumatfrance/

CFTC Funéraire: FUNEXPO est pour nous une réussite!

0
CFTC Funéraire

Le syndicat CFTC des pompes funèbres, thanatopraxie et marbrerie funéraire est un syndicat de salariés plus connu sous le nom de CFTC Funéraire. Syndicat de construction sociale, nous sommes un acteur majeur au sein de la branche des services funéraire et défendons les intérêts de l’ensemble des salariés du funéraire. La CFTC était présente à FUNEXPO, retour sur une première expérience du salon… Une réussite!

Funéraire-Info : Changement de Hall, changement de date, finalement qu’en avez-vous pensé ?
CFTC Funéraire : C’était notre première participation au salon FUNEXPO, donc il est difficile pour nous de faire un retour précis là-dessus. Cependant nos nombreux échanges sur le salon ont laissé penser un nombre moins important de visiteurs qui viendrait du changement de date.

Funéraire-Info : Quelles sont vos impressions globales sur la fréquentation du salon ? Et sur la fréquentation de votre stand ?
CFTC Funéraire : Pour notre part, comme je vous le disais précédemment, c’était notre participation. Le salon est pour nous une réussite et la fréquentation de notre stand également.

Funéraire-Info : Avez-vous vendu ? Avez-vous identifié de nouveaux clients potentiels ?
CFTC Funéraire : Un de nos slogan était : « ici rien à vendre, tout à défendre ». Vous aurez donc compris que nous n’étions pas concernés par la vente de produits, mais par la mise à disposition de nos services et là nous avons rencontré plus d’un client potentiel !

Funéraire-Info : Le salon est l’occasion de rencontrer ses clients, les visiteurs, mais est-ce aussi l’occasion de nouer des partenariats avec d’autres exposants, vous avez fait de belles rencontres ?
CFTC Funéraire: Oui complétement. Nous avons pu faire découvrir la CFTC Funéraire a beaucoup d’employeurs, d’exposants et à des salariés en visite. Toutes ces rencontres nous ont déjà permis certains partenariats et d’autres dans un avenir plus ou moins proche.

Funéraire-Info : Avez-vous atteint les objectifs que vous vous étiez fixés en venant, ou ce que vous espériez ?
CFTC Funéraire : Bien sûr ! Notre objectif premier était de faire découvrir la CFTC Funéraire et notre implication au sein de la branche afin de faire avancer le secteur funéraire dans un esprit constructif et dans un intérêt commun. Nouer des contacts et des partenariats était le second :  Nous avons donc atteint nos objectifs.

Funéraire-Info : Avez-vous vu sur des stands des choses qui vous ont particulièrement marqué ?
CFTC Funéraire : Beaucoup de stand étaient très intéressants. Les urnes en résine qui représentent un casque ou un ballon étaient plutôt novateur. Le stand de cleaners corp ou encore la personnalisation des cercueils nous ont également beaucoup intéressés.

Funéraire-Info : Quel bilan tireriez-vous de cette édition, et quel conseil pourriez-vous donner aux organisateurs pour une meilleure édition 2018 ?
CFTC Funéraire : Un bilan très positif. Concernant les conseils à donner, il nous aurait fallu des participations précédentes afin de pouvoir comparer les plus et les moins. Malgré tout, nous pensons que les « deux minutes express » ou les « ateliers » pourraient être mis plus en avant d’attirer un maximum de monde.

Funéraire-Info : Et en 2018, vous serez présents ?
CFTC Funéraire : Nous l’espérons ! Après nous ne sommes pas maître de tous les paramètres, mais on a vraiment envie d’y être ! Alors rendez-vous en 2018 !

La CFTC Funéraire:
Nom du responsable : Bernard GUILHEM
Adresse :7 avenue Gambetta – 53340 POMPEY
Téléphone : 06 74 68 14 15
Adresse mail : bernard.guilhem@orange.fr
Site Internet : http://www.funeraire.cftc-transports.fr
Page Facebook : https://www.facebook.com/cftc.funeraire
Lien divers réseaux sociaux : https://twitter.com/CFTCfuneraire

Crédit photo: Photo profil Facebook Bernard Guilhem

Promenade dans les allées de FUNEXPO avec Pascal et Olivier

1
Funemarket à Funexpo

Pascal et Olivier, de Funémarket, ont déambulé dans les allées de Funexpo pour connaitre les dernières tendances du marché et découvrir les innovations de l’édition 2016 de l’évènement à destination des pompes funèbres.

FunéMarket est la première place de marché française à destination de l’ensemble des professionnels du funéraire. Sans adhésion et ouverte à tous, notre plateforme e-commerce dédiée au funéraire est basée sur un modèle collaboratif.

Nous assurons à nos fournisseurs partenaires, la gestion technique de leurs commandes et fluidifions leurs échanges commerciaux.

Funeraire-Info : Vous avez visité Funexpo, pourquoi ? Êtes-vous venus pour les produits, pour les services ou pour la sphère professionnelle ?

> Fort de notre rôle place de marché, nous sommes venus saluer nos nombreux partenaires qui exposaient au salon de Lyon. Nous avions fait le choix de ne pas participer à cette édition de 2016 alors nous avons essayé de prendre le temps de découvrir les innovations de cette année. Nous avons profité également de ce salon pour nouer de nouveaux partenariats prometteurs.

Funeraire-Info : Qu’avez-vous pensé de l’accueil des exposants sur leurs stands ? Des produits proposés ?

> Nous sommes restés une journée et demie sur Lyon et avons tenté de voir un maximum de stands. L’accueil était à chaque fois très convivial et le discours professionnel. La fréquentation raisonnable de cette édition nous a permis d’établir de très bons contacts. Près d’une dizaine de nos 40 partenaires étaient présents sur le salon et nous profitons de votre question pour les remercier chaleureusement car leur accueil a été parfait !

Funeraire-Info : Quel conseil pourriez-vous donner aux organisateurs pour une meilleure édition 2018 ?

> L’organisation de l’édition 2016 était très bien, seul le nombre d’exposants pouvait sembler un peu faible cette année. Le seul conseil (puisqu’il en faut un) que nous donnerions pour l’édition 2018 serait d’ouvrir le salon à « Internet » et d’inviter ses visiteurs à découvrir toutes les nouveautés du funéraire numérique.

 

Eco-Urne à FUNEXPO, des ventes et des nouveaux contacts

1
funexpo-2016 urnes funeraires eco-urne

Eco-Urne est une marque française d’urnes funéraires. Nous proposons deux lignes de modèles bien distinctes pour les êtres humains et les animaux. Nos produits se caractérisent par un design innovant, des fonctions de personnalisation et une structure en fibre de bois contribuant au respect de l’environnement. Proposant un catalogue de plus de 600 variantes, chaque pompe funèbre peut créer son propre catalogue sans aucun minimum de quota. Les contenances des modèles varient de 1 litre à 5 litres.

Funéraire-Info : Changement de Hall, changement de date, finalement qu’en avez-vous pensé ?
Eco-Urne : Le nouveau hall s’est distingué par son accessibilité légèrement plus proche pour les visiteurs. Concernant la date, nous pensons que le mois de septembre reste une période compliquée pour assurer une plus large participation des pompes funèbres.

Funéraire-Info : Quelles sont vos impressions globales sur la fréquentation du salon ? Et sur la fréquentation de votre stand ?
Eco-Urne : Nous avons principalement apprécié la qualité des rencontres et des échanges réalisés. Le faible nombre d’exposants et la présence quasi-nulle des étrangers ont suscité notre interrogation.

Funéraire-Info : Avez-vous vendu ? Avez-vous identifié de nouveaux clients potentiels ?
Eco-Urne : Oui, nous avons réalisé des ventes et établi de nouveaux contacts.

 Funexpo-2016-Urnes-Funéraires-Eco-Urne-Funéraire-Info-1 Eco-Urne à FUNEXPO, des ventes et des nouveaux contacts

Funéraire-Info : Le salon est l’occasion de rencontrer ses clients, les visiteurs, mais est ce aussi l’occasion de nouer des partenariats avec d’autres exposants, vous avez fait de belles rencontres ?
Eco-Urne : Outre les commandes et les nouveaux contacts clients, cet événement est une très belle opportunité pour mieux découvrir et percevoir les évolutions du marché funéraire. Un moment propice pour découvrir les nouveautés et les activités des autres métiers du funéraire puis percevoir les besoins futurs du secteur. Dans ce cadre, nous avons évoqué des idées de collaboration.

Funéraire-Info : Avez-vous atteint les objectifs que vous vous étiez fixés en venant, ou ce que vous espériez ?
Eco-Urne : Nous sommes satisfaits de la qualité des échanges et des feedbacks reçus de la part de nos clients et des nouveaux contacts. Indéniablement, nous avons ressenti le besoin de nouveautés et de différenciation dans un marché de plus en plus concurrentiel.

Funéraire-Info : Avez-vous vu sur des stands des choses qui vous ont particulièrement marqué ?
Eco-Urne : Dans notre segment, nous avons pu bien identifier les mouvements en cours et l’offre produits actuelle. Dans les autres catégories, nous avons noté quelques belles innovations dans les cercueils et les limousines. Concernant le secteur des assurances, nous avons bien noté l’intérêt des groupements de pompes funèbres à se rapprocher de cette source en contrats obsèques.

Funéraire-Info : Quel bilan tireriez-vous de cette édition, et quel conseil pourriez-vous donner aux organisateurs pour une meilleure édition 2018 ?
Eco-Urne : Bien que le trafic fût incontestablement plus faible par rapport aux précédentes éditions, le bilan reste très positif. Des compliments unanimes sur la qualité et le caractère unique de notre offre produits ainsi que de son positionnement tarifaire très compétitif pour un produit français. Un retour à une date plus propice au secteur funéraire serait appréciable.

Funéraire-Info : Et en 2018, vous serez présents ?
Eco-Urne  : Il est encore tôt pour se prononcer.

Nom de votre enseigne: Eco-Urne
Nom du responsable: Brigitte PINAULT DELVAUX
Adresse: 10, rue de la mare aux loups – 27 160 – Les Baux de Breteuil
Téléphone: 02.32.30.63.28
Adresse mail: contact@eco-urne.com
Site Internet: www.eco-urne.com
Page Facebook:

http://www.facebook.com/ecourne
http://www.facebook.com/pages/Eco-Urne-la-nouvelle-urne-fun%C3%A9raire/167480786638856
http://www.facebook.com/pages/Eco-Urne-the-new-cremation-urn/286526751369651

Application : Instagram

Instagram : Eco_Urne

Lien divers réseaux sociaux : Pinterest, Twitter

http://pinterest.com/ecourne/
https://twitter.com/EcoUrne

 

FRIMA Concept à FUNEXPO, un bilan mitigé

2
FRIMA Funéraire

Bonjour, je me présente, Yann DERVIEUX, responsable commercial chez FRIMA Concept depuis 10 ans. FRIMA Concept est une société de 38 personnes spécialisée dans la conception et la fabrication d’équipements frigorifiques. Depuis 4 ans la marque FRIMA Funéraire a été créée. Nous accompagnons nos clients dans le choix de leurs équipements pour le transport (caissons réfrigérés), la conservation (équipements de la salle technique dont la morgue) et la présentation des défunts (tables réfrigérées, tables de présentation…). Nous étions à FUNEXPO à Lyon en septembre.

Le-funexpo-de-FRIMA-Funéraire-2 FRIMA Concept à FUNEXPO, un bilan mitigéFunéraire-Info : Changement de Hall, changement de date, finalement qu’en avez-vous pensé ?

Yann DERVIEUX pour FRIMA Concept : Initialement, je pensais que c’était une bonne idée de changer de Hall et de date. Mais force est de constater que la date ne doit pas être bonne. On pouvait espérer un report des visiteurs ne s’étant pas déplacé au salon de Paris suite aux tragiques événements mais ce ne fut pas le cas.

Funéraire-Info : Quelles sont vos impressions globales sur la fréquentation du salon ? Et sur la fréquentation de votre stand ?

Yann DERVIEUX : Pour moi, la fréquentation du salon est insuffisante et très régionale. Beaucoup de nos clients nous ont indiqué que la date était mal choisie. Au vu du monde dans les allées, nous sommes relativement satisfaits sur la fréquentation de notre stand mais qui reste insuffisante par rapport à l’investissement que représente la participation au salon.

Funéraire-Info : Avez-vous vendu ? Avez-vous identifié de nouveaux clients potentiels ?

Yann DERVIEUX: Les ventes ont été bonnes mais comme chaque salon, il s’agit de ventes sur des dossiers en cours. Nous avons identifié de nouveaux clients potentiels mais leur nombre est nettement en baisse du fait du nombre faible de visiteurs.

Funéraire-Info : Le salon est l’occasion de rencontrer ses clients, les visiteurs, mais est ce aussi l’occasion de nouer des partenariats avec d’autres exposants, vous avez fait de belles rencontres ?

Yann DERVIEUX : En effet, la salon est pour nous l’occasion de rencontrer des clients exposants ou des partenaires. Il est toujours agréable d’échanger et de partager dans un cadre plus convivial.

Funéraire-Info : Avez-vous atteint les objectifs que vous vous étiez fixés en venant, ou ce que vous espériez ?

Yann DERVIEUX : Tous les objectifs n’ont pas été atteint malheureusement, notamment celui des nouvelles opportunités lié au manque de visiteurs.

Funéraire-Info : Avez-vous vu sur des stands des choses qui vous ont particulièrement marqué ?

Yann DERVIEUX : Rien de particulier.

Funéraire-Info : Quel bilan tireriez-vous de cette édition, et quel conseil pourriez-vous donner aux organisateurs pour une meilleure édition 2018 ?

Yann DERVIEUX : Je pense que ce salon n’a plus d’attrait pour les clients. En effet, de nombreux fournisseurs n’étaient pas présents et nos clients nous ont fais part de leur mécontentement. Je pense que les 2 organisateurs de Lyon et Paris devraient se mettre d’accord pour faire un seul salon tous les 2 ans. Il deviendrait ainsi un véritable évènement national et international.

Funéraire-Info : Et en 2018, vous serez présents ?

Yann DERVIEUX: nous nous posons cette question à chaque édition. Mais étant un acteur local, il nous est difficile de ne pas venir. L’attrait du salon étant moins bon et les coûts toujours aussi important, nous serons certainement obligés de réduire la surface de notre futur stand.

Pour aller plus loin:

logo-Frima-Funéraire FRIMA Concept à FUNEXPO, un bilan mitigéNom de votre enseigne: FRIMA Concept / FRIMA Funéraire

Nom du responsable: Yann DERVIEUX

Adresse: Rue de la démocratie, ZI DU GIER – 69700 GIVORS

Téléphone: 04 78 07 20 56

Adresse mail: info@frima-funeraire.com

Site Internet: www.frima-funeraire.com

Page Facebook: https://www.facebook.com/yanndervieuxfrimafuneraire

Lien divers réseaux sociaux : https://twitter.com/frimafuneraire

 

chronique funexpo : Les VIP du salon

0
tapis rouge

Nous avons beaucoup parlé du salon FUNEXPO cette semaine, et nous ne manquerons pas de revenir en détail ces prochaines semaines sur les diverses entreprises qui font et défont le monde du funéraire aujourd’hui. Je vous avais parlé de faire un article sur les femmes dans le milieu du funéraire et je ne manquerai pas d’y revenir. En attendant je me réjouis de voir que la plupart d’entres elles, nous les retrouvons dans ce que j’appelle les VIP du funéraire.

Le groupe Facultatieve Technologies était présent et avec lui l’ensemble des personnalités qui constituent le groupe. Poignées de main franches et discussions sérieuses, Damien Comandon à parcouru longuement les allées et est allé à la rencontre des exposants. Jean-Pierre Guillermin, directeur France de  Facultatieve Technologies. Catherine Cantin directrice communication et marketing était également présente sur le site et ça a été un vrai plaisir pour moi d’aller à sa rencontre. Nous avons pu également échanger avec Luc Nauroy directeur Hygeco Nord Est et Normandie pour le groupe Post Mortem Assitance. Nous avons pu apercevoir également Alain Giraudon directeur commercial France – notamment pour la thanatopraxie-. Bien évidemment Patrick De Meyer vice président commerce et marketing était présent afin de représenter son groupe.

Dans les allées nous avons également pu voir Xavier Thoumieux, Thierry Gisserot, Philippe Gentil, Luc Berhra, de FUNECAP,  société totalement incontournable dans le paysage funéraire d’autant plus depuis le rachat du groupe ROC ECLERC. Le groupe a également fait l’acquisition des Crématoriums de France.

Et c’est aussi avec grand plaisir que j’ai pu rencontrer Sandrine Thiéfine. Elle fait partie de ces femmes dont on dit qu’elles ont un main de fer dans un gant de velours. C’est assez juste. Sandrine Thiéfine a même du avoir une main de fer dans un gant de fer ces derniers mois. Depuis son départ de ROC ECLERC, elle a racheté le réseau de franchise POMPES FUNEBRES DE FRANCE dont le déploiement est en marche avec notamment, il y a peu, la signature d’un partenariat entre son réseau et Le Vœu & Fape Obsèques. Je pouvais la croiser dans les allées ou la rencontrer à son stand très raffiné, très souriante durant toute la durée du salon.

Bien évidemment je suis ravie d’avoir pu aller à la rencontre des deux co-présidents de la FFPF et organisateurs du salon Roger Schvartsman et Alain Hoffarth ainsi que la directrice de l’ENAMEF et la déléguée générale de la FFPF Florence Fresse.

Ernest Ibanez, Président d’ATI et Tolek Matkowski étaient également présents au salon. À noter, la présence de Philippe Berchon dans les allées.

J’ai également pu rencontrer et converser avec Anne Tourres, venue en visiteuse, secrétaire générale de la Chambre Syndicale Nationale de l’Art Funéraire que je retrouverai avec plaisir lors des Assises le 03 octobre prochain.

A ce titre, ma chronique de la semaine prochaine sera entièrement consacrée aux Assises, les premières en France.

Sarah