Accueil Tags Filtration

Tag: filtration

Crématorium du Grand Guéret, pose du four ATI, ce mardi

0
Crématorium de Guéret

Le chantier du crématorium du Grand Guéret, dans la Creuse, va franchir un cap décisif demain, avec la pose du four et de la ligne de filtration. Une étape délicate, menée par ATI, à qui Atrium accorde une nouvelle fois sa pleine confiance après plusieurs collaborations couronnées de succès.

C’est une étape à la fois spectaculaire et précise : la pose du four et de la ligne de filtration dans un crématorium. Des équipements de plusieurs tonnes à placer avec précision. Atrium, le délégataire, a de nouveau fait appel à ATI, après des collaborations couronnées de succès, à Noyal-Pontivy, inauguré récemment, par exemple.

Une grue sera présente sur le chantier pour déplacer les éléments, qui, assemblés pèsent environ 20 tonnes.

Si la partie la plus spectaculaire, la pose et la disposition des éléments de crémation et filtration, sont toujours de nature à impressionner l’assistance, la partie la plus technique intervient durant les semaines qui suivent. Trois au minimum, pour assurer le montage des éléments, leur vérification scrupuleuse, et toute une batterie de tests destinés à assurer le bon fonctionnement de chaque équipement.

Afin de répondre au mieux à la demande, et d’anticiper les évolutions futures, Atrium a fait le choix d’un four grande taille pouvant accueillir les cercueils hors gabarit. La ligne de filtration fournie par ATI répond, bien évidemment à la norme 2018, et va même au-delà, garantissant le zéro émissions.

Le projet de la communauté d’agglomération du Grand Guéret a choisi Atrium pour porter ce projet. Il sera constitué d’un crématorium et d’un site cinéraire adjacent, pour un montant de 1,8 million d’euros, entièrement financés par le délégataire, Atrium. La collectivité a fourni un terrai d’environ 4800 mètres carrés, situé à proximité de la RN2145, afin de desservir au mieux les usagers.

Le site web d’Atrium : www.atrium-sitesfuneraires.com

Les site web de ATI : www.ati-environnement.com

 

Inspection des crématoriums après la mise aux normes 2018

0
Four de crématorium inspection

Nous vous avions déjà parlé, avec Michel Chazottes de Funéraires de France, du contrôle technique des crématoriums. Le dirigeant de Funéraires de France revient sur les points particuliers  du contrôle technique après équipement d’un filtre à la norme 2018.

Mise aux normes

La mise aux normes 2018 sur les émissions de gaz des crématoriums entraîne des travaux importants et nécessitent un contrôle technique avant la remise en service du crématorium. Un contrôle de l’émission des gaz, donc ? « Pas seulement » explique Miche Chazottes. « Les filtres de crémation sont des appareils de taille conséquente. Dans certains cas, des travaux sur le bâti du crématorium sont nécessaires. Le contrôle d’un crématorium après mise aux normes porte donc sur trois points : les émissions de gaz, la sécurité et le contrôle du bâti. »

Pour le bâti, le contrôleur technique se base sur la documentation de l’architecte, appuyée par un contrôle visuel.

La sécurité

La partie sécurité comporte un dispositif de contrôle de température à l’introduction : « elle ne doit pas être inférieure à 350 degrés, ni supérieure à 900 degrés » souligne Michel Chazottes. L’introduction en elle-même ne doit pas durer plus de 20 secondes. Second dispositif, il doit y avoir un contrôle manuel de l’ouverture et la fermeture de la porte du four, et un second dispositif contrôlé manuellement qui permet de finir l’introduction du cercueil. Ces deux systèmes sont destinés à pallier une panne électrique.

Contrôle d’une crémation

« Le contrôle passe par la vérification de présence des équipements obligatoires. On vérifie la présence d’une chambre de combustion à sole plane, et d’au moins une chambre de postcombustion, visuellement et en s’appuyant sur la documentation du constructeur » explique le contrôleur technique.

Le contrôleur assiste ensuite à une crémation « On choisit un cycle standard, partant du principe que l’opérateur peut augmenter le cycle en fonction de la corpulence du défunt. » le cycle ne doit pas excéder 90 minutes « Nous chronométrons l’opération et nous comparons nos résultats avec ceux de l’indicateur numérique ».

Les émissions de gaz

Pour le contrôle des rejets des crématoriums, qui demandent des installations et des compétences poussées, le contrôleur technique fait appel à un expert. Michel Chazottes, nous avait adressé à Jean-Christophe Auduberteau du laboratoire CERECO, dont l’interview est à lire ici.

On le voit, la mise aux normes 2018 implique une contrôle technique du crématorium poussé. « Nous avons de plus en plus de demandes » explique Michel Chazottes « au fur et à mesure que les crématoriums sont équipés ». Ceux qui sont sur la limite de date pourraient donc se trouver immobilisés en attendant le contrôleur ? « Non » rassure le directeur de Funéraires de France « Nous avons des contrôleurs dans chaque région, nous pouvons répondre à la demande ».

Le site internet de Funéraires de France : funeraires-de-france.fr

Salon funéraire : le bluzz des gestionnaires de crématorium

1
Carton rouge

Nous avons pu rencontrer de nombreux gestionnaires de crématoriums pendant le salon funéraire et discuté avec eux. Le marché des filtrations attise les convoitises mais il faut penser aussi au futur, à l’après 2018.

Vous avez un projet de mise aux normes de votre crématorium, vous devez dans les deux ans vous mettre en conformité avec la législation de 2018. En cette fin de période de COP 21, ne soyez pas tentés par le low cost dans ce domaine.

Rappel de la loi

Des dispositifs de filtration devront être installés dans les crématoriums avant le 16 février 2018, pour limiter toute pollution atmosphérique en particulier, mercure provenant d’amalgames dentaires, métaux lourds, dioxine…. Cette mise aux normes engage la responsabilité du gestionnaire de l’équipement à travers sa DSP et les collectivités.

Plusieurs gestionnaires, désirant garder l’anonymat, évoquaient avec nous les soucis qu’ils pouvaient avoir avec leur équipement et nous confiaient qu’ils avaient fait une erreur dramatique dans le choix du fournisseur concernant les filtrations. Il n’existe en France que deux fournisseurs sérieux alliant technologie, parc installé, pérennité et SAV efficace. Un système de filtration doit s’amortir sur de nombreuses années et nous voyons arriver sur ce secteur de « nouvelles » sociétés qui tentent de casser les prix et dont la pérennité technique et juridique ne semble pas être garantie.

Éthique et Crémation

Un système de filtration efficace dans un crématorium est nécessaire par éthique et par déontologie, cette loi est une obligation et un manquement à l’obligation de filtrer les fumées ne pourrait entrainer qu’une défiance de la population vis-à-vis de ce type d’équipement, un recul de la pratique de la crémation dans une logique de préoccupation environnementale de plus en plus prégnante par nos concitoyens et des conséquences judiciaires pour le délégataire qui ne respecterait pas ses engagements et sans doute un durcissement de la loi et de ses contrôles.

Certains équipements de crémation réalisés dernièrement fonctionneraient en by pass[1]… et des filtrations seraient déjà à l’arrêt… Des remplacements de filtrations installées depuis quelques années seraient à l’étude. Le risque financier peut être lourd de conséquences pour le gestionnaire de crématoriums.

D’autre part, les préfectures auront des arguments pour demander la surveillance automatique des rejets atmosphériques avec des analyseurs en continu qui fonctionnent 24 H/24 (pour un coût de 150.000 euros HT par four). Ce système existant dans les usines d’incinération où il est obligatoire.

La tentation du low-cost dans ce domaine aurait des répercussions sur l’ensemble de la filière funéraire, alors ne prenez pas le risque de vous faire prendre par la patrouille, faites le bon choix en investissant pour l’avenir avec des sociétés ayant de sérieuses références en France depuis plusieurs années et une équipe de maintenance reconnue par la profession.

[1] Un by-pass ou bypass ou bipasse, « est un circuit d’évitement contournant un appareil, une installation, un dispositif, en l’occurrence le système de filtration pour un crématorium»

Crématorium : La Balme peut continuer son activité

1

Un plan de continuation validé fin novembre par le tribunal de commerce d’Annecy, des investissements à la clé : en difficultés financières, le crématorium de La Balme de Sillingy (Haute-Savoie) est peut-être désormais sauvé. Mais le vent du boulet est passé tout près.

« Nous nous battons depuis mai 2014 », rappelle Ghislaine Mas, la directrice générale déléguée de l’établissement. Depuis le placement en redressement judiciaire de la société qui l’exploite en délégation de service public. « Aujourd’hui, avec ce plan, les créanciers ont accepté un remboursement sur dix ans, et des augmentations de capital sont prévues. Le personnel lui aussi est sollicité, puisqu’il consent à abandonner temporairement son 13e mois dès janvier ». 14 emplois sont en jeu. Une dizaine a déjà disparu ces derniers mois.

Créé en 1987 par des associations crématistes de Savoie, de Haute-Savoie et de l’Ain, ce premier crématorium de la région a vu naître peu à peu des concurrents. A Annecy (1999), d’abord, à Bonneville (2014) ensuite. Le chiffre d’affaires de La Balme a baissé de 30% après la mise en service de l’établissement de Bonneville.

Mauvaise opération pour un crématorium déjà en difficulté financière après une rénovation mal dimensionnée. Avec des remboursements d’emprunts à la clé. Ajoutons une remise aux normes environnementales 2018 à prévoir dans les deux ans. Coût estimé à 500.000 euros pour une zone de filtration double. Difficile d’y faire face pour la nouvelle équipe de direction, en place depuis 2013.

Toutefois, assure Ghislaine Mas, le chiffre d’affaires a eu un sursaut depuis l’été dernier, avec une fréquentation accrue du complexe funéraire (5 salons de cérémonies, 5 columbariums, deux jardins du souvenir). Un motif d’espoir pour la directrice générale déléguée, qui a aussi vu la délégation de service public reconduite jusqu’en 2032. Le plan de continuation accepté par le tribunal d’Annecy prévoit que les associations crématistes injectent un peu plus de 36.000 euros dans l’entreprise. Le personnel a consenti un gros effort, une cotisation qui s’élève à 64.000 euros. Enfin, le capital s’ouvre à des partenaires privés, pour 40.000 euros. L’établissement savoyard a dix ans pour remonter la pente.

ATI à Villepinte, four et filtration pour votre crématorium

0
ATI au Crématorium de Mulhouse
ATI au Crématorium de Mulhouse

ATI, le leader en fours de crémation et systèmes de filtration, avec plus de 3 000 références dans le monde, dont les lignes de filtration s’adaptent sur tous les fours de crémation existants pour une conformité aux normes 2018 participe au Salon Funéraire Paris 2015. Rendez-vous sur le stand D034!

Funéraire-Info : Pouvez-vous tout d’abord nous présenter votre société ?

Philippe Berchon : ATI est un constructeur de four et de filtration pour les crématoriums depuis 1962. Nous avons équipé une soixantaine de sites en France et nous avons une expérience de plus de 10 ans dans les filtrations.

F.I. : Vous participez au Salon Funéraire Paris 2015, est-ce votre première participation ou êtes-vous un habitué ? Comment définiriez-vous ce rendez-vous du marché du funéraire ?

Philippe Berchon : Nous avons une dizaine de participation à notre actif. Ce rendez-vous est incontournable pour rencontrer nos nouveaux clients, nos prospects et nos clients existants. Les rendez-vous sont nombreux pendant les trois jours du salon car l’échéance de 2018 approche.

F.I. :Qu’allez-vous présenter sur votre stand ? Tout particulièrement, quelles nouveautés, quels produits phares ?

Philippe Berchon : Venez découvrir les produits innovants ATI et en particulier:

Les nouvelles lignes de filtration compacte modulaire, (Emprise au sol  inférieure a 15 m2, extérieur ou dans votre bâtiment, pas de génie civil, pas d’autorisations administratives, délai de montage rapide et un prix très compétitifs).

Et le nouveau système de récupérateur a air chaud permettant une économie de gaz naturel de 25 %.

F.I. : Un célèbre publicitaire aurait dit « Si tu n’as pas de Rolex à 50 ans, tu as raté ta vie. ». Pour quelle raison pourriez-vous dire « Un visiteur qui n’est pas passé par mon stand a raté son salon » ?

Philippe Berchon : Nous avons des produits réellement innovants qui n’existent pas chez nos confrères, nous avons aussi un service de maintenance en France avec 10 techniciens expérimentés et opérationnels 24H/24 et 7 jours sur 7. Vous avez un projet, venez à notre rencontre !

Pour aller plus loin :

logo-ati-environnement ATI à Villepinte, four et filtration pour votre crématorium

  • Nom de l’entreprise : ATI
  • Nom du dirigeant : Philippe Berchon 
  • Adresse courriel de la société : info[at]ati-environnement.com
  • Adresse de l’entreprise : 2 Rue Gustave Eiffel, 45500 Gien
  • Site internet : www.atienvironnement.com

Clichy-Batignolles : un deuxième crématorium à Paris

0
Une vue du prochain quartier Clichy-Batignolles

 

 

Feu vert : le deuxième crématorium de Paris devrait ouvrir en 2017, pour suppléer celui du Père-Lachaise. Le projet se veut parfaitement « propre » et « exemplaire ». Il sera intégré à la réorganisation urbaine du quartier Clichy-Batignolles (17e arr.).

Œuvre de l’architecte colombien Federico Diaz, le bâtiment mêlera bois, pierre, acier et un toit végétalisé, dans la veine des nouvelles constructions de l’avenue de Clichy. Il sera équipé de quatre fours à gaz, dont deux XXL pour fortes corpulences, avec une filtration aux normes 2018. Un four électrique de secours sera utilisé en période de pollution urbaine, alimenté par des panneaux solaires. On prévoit environ 4.000 crémations annuelles en ce lieu. Un « jardin de l’éternité », où disperser les cendres, sera créé dans le parc Martin Luther King adjacent revitalisé.

Dans le bâtiment, quatre salles de cérémonies (dont une de plus de 800 places) côtoieront dix salons funéraires de présentation et deux salles de convivialité où les familles se retrouveront après une cérémonie. Bois, couleurs pastel, clichés du vieux Paris par de grands photographes accrochés aux murs : les promoteurs entendent installer un climat apaisé, à la manière du Père-Lachaise, son pendant à l’ouest de Paris. Une morgue de 120 places et deux laboratoires de thanatopraxie seront à disposition des professionnels. Un scanner à cercueil viendra enfin éviter les accidents de crémation, en détectant les objets métalliques.

Chauffage urbain

Labellisé « Haute performance environnementale », ce centre funéraire tiendra lui-aussi les promesses du projet Clichy-Batignolles  en matière d’énergies renouvelables. Ainsi, un système de récupération de chaleur alimentera logements, piscines et administrations du XVIIe arrondissement.

L’alimentation du chauffage urbain par ce moyen, sujet polémique encore il y a quelques années, progresse en Europe. Ainsi, le plus grand crématorium danois chauffe déjà deux écoles. La Suède a également instauré ce mode d’énergie dans plusieurs villes, dont Stockholm. La Belgique et l’Angleterre s’en inspirent. Près de Birmingham, une piscine réalise ainsi près de 17.000 euros d’économies par an grâce au crématorium voisin.

La construction du futur bâtiment des Batignolles ne faisait pas partie du projet initial de réhabilitation du quartier dans le cadre du projet Grand Paris, comme ont pu l’être le futur Palais de justice ou le prochain siège de la police judiciaire. Il concrétise toutefois un dossier déjà ancien, le Père Lachaise peinant à absorber toutes les crémations parisiennes. On compte dans la capitale près de 15.000 décès, qui sont suivis dans 48% des cas d’une mise à la flamme. Une pratique fortement en hausse.

L’ouverture de ce nouvel établissement funéraire s’inscrit dans une réflexion d’ensemble de la municipalité. Des pratiques qui changent. Des cimetières en manque de places. Ici comme dans les grandes agglomérations, les pouvoirs publics doivent imposer de nouvelles règles. La concession perpétuelle, notamment, n’est plus envisageable.

Immeuble funéraire

Viendra t-on à Paris, comme au Brésil, en Israël, en Inde ou au Mexique à ériger des immeuble-cimetières ? Celui de Santos, bâti sur 32 étages, permet par exemple d’inhumer jusqu’à 180.000 personnes. En 2011, les designers Romaric Fillette et Chandrasegar Velmourougane sont parvenus en finale du concours d’architecture Skyscraper Competition. Leur projet ? Un cimetière vertical dans un immeuble près de la tour Eiffel. Au cœur de ce gratte-ciel, un puits de lumière. Tout autour, une rampe montante proposant une promenade le long des tombes, avec vue sur Paris. Etudié un temps pour le quartier de Clichy-Batignolles, un projet semblable a finalement été abandonné. On craignait que le bâtiment soit trop d’avant-garde, et n’indispose les riverains.