Accueil Tags Funérailles

Tag: Funérailles

Pompes funèbres MANGEL, cimetière, funérailles… L’actualité du 5 juin 2018

0

Pompes funèbres MANGEL, cimetière, funérailles… L’actualité du mardi 5 juin 2018. Dans la presse et sur le web, la revue de presse du funéraire, des pompes funèbres, des crématoriums et des thanatopracteurs dans le réveil funéraire du 5 juin 2018. Revivez l’actualité dans la revue de presse sur Funéraire-Info.

Un cimetière retourné, des os éparpillés, la colère des habitants à Saint-Arcons-de-Barges

Un cimetière retourné, des os éparpillés, la colère des habitants à Saint-Arcons-de-Barges. Des travaux d’aménagement sur l’ancien cimetière ont débuté il y a deux semaines à Saint-Arcons-de-Barges. De multiples ossements humains ont soudainement et logiquement refait surface provoquant la stupeur. Les gendarmes sont intervenus. Un ossuaire a été mis en place.

Orages : nouvelle alerte pour 15 départements

Une nouvelle vague orageuse va toucher la France ce lundi. Météo France a placé 15 départements en vigilance orange. De son côté, l’Eure, durement frappée lundi, est toujours en alerte pluie-inondation.

Faute de prêtres, les fidèles laïcs conduisent les funérailles

Des habitants tiennent eux-mêmes les funérailles pour remplacer des prêtres de moins en moins nombreux. Mais certaines familles pensent que l’enterrement a moins de valeur quand il est conduit par un laïc.

Dans la petite église en pierre grise de Loures-Barousse, les enterrements ne sont plus célébrés par le prêtre depuis un an. Des ennuis de santé et trop de clochers à couvrir (45 à lui tout seul) : il a fallu trouver une solution pour tenir les cérémonies dans ce village pyrénéen de 800 âmes. L’assemblée paroissiale de laïcs a résolu le problème. Six fidèles se sont réunis au sein du groupe funérailles, ils préparent et conduisent les enterrements. «On personnalise la cérémonie avec la famille, on programme le déroulé des obsèques, on choisit les textes, on en fait la lecture pendant les obsèques et on accompagne la famille après», explique Cathy Garcia qui gère l’équipe des laïcs, composée exclusivement de retraités.

Au Royaume-Uni, les plus pauvres n’ont pas le droit d’assister aux funérailles de leurs proches

Au Royaume-Uni, le coût moyen des obsèques avoisine les 4.500 euros (contre 2.632 euros en moyenne en France pour une inhumation) euros–une somme bien trop élevée pour les plus pauvres. Ainsi, les administrations locales proposent des «public health funerals», des services funéraires gratuits pour les personnes qui ne sont pas en mesure de payer.
Une journaliste s’est infiltrée au sein du conseil de Bracknell Forest (autorité unitaire faisant partie du comté de Berkshire) pour le quotidien britannique The Sunday Times. Cette dernière s’est présentée comme une proche d’une personne défunte bénéficiant du service de funérailles gratuits. Elle a découvert que les familles ayant recours au «public health funerals» n’ont pas le droit d’assister aux obsèques de leurs proches. D’après The Independent, qui relaye l’enquête, l’administration locale de Bracknell Forest n’informerait même pas les familles de la date de l’enterrement ou de la crémation.

La Réunion : sa carte Vitale pas à jour, il est refusé chez un médecin puis meurt

​A Saint-Louis, sur l’île de La Réunion, un homme de 33 ans s’est vu refuser l’accès au cabinet d’un médecin généraliste au motif que sa carte Vitale n’était pas à jour. Alors qu’il se plaignait d’une forte toux, il a succombé dans la journée d’une embolie pulmonaire.

Pompes funèbres MANGEL : C’était comme une évidence ….

Cela fait maintenant 3 ans que Laurence & Dylan dirigent l’entreprise des pompes funèbres suite au départ tragique de Gilles MANGEL.

Les ambulances DAVAL-MANGEL avaient été vendues 10 ans auparavant, elles ne sont pas gérées par Mr et Mme MANGEL.Un grand défi pour Laurence & Dylan :« Nous avons dû bouleverser notre vie afin de pouvoir nous consacrer pleinement au métier du funéraire. »Un choix éclairé puisqu’aujourd’hui, l’entreprise familiale a su se développer pour mettre l’accent sur la qualité des prestations et sur l’acquisition de formations qualifiantes du personnel

Cercueil à paillettes et funérailles en ligne…l’actualité du 12 avril 2018

0

Cercueil à paillettes et funérailles en ligne…l’actualité du Jeudi 12 avril 2018. Dans la presse et sur le web, la revue de presse du funéraire, des pompes funèbres, des crématoriums et des thanatopracteurs dans le réveil funéraire du jeudi 12 avril 2018. Revivez l’actualité dans le réveil funéraire sur Funéraire-Info.

Cercueil à paillettes sur newsmonkey.be

Pourquoi partir dans le recueillement solennel alors que l’on peut laisser une dernière impression de furieux style disco des années 80? C’est l’idée de The Glitter Coffin Company. Pour être bling-bling jusqu’à la mort, et même au delà, cette compagnie britannique a créé des cercueils à paillette.

Funérailles en ligne sur 24heures.ch

Une start-up qui gère des funérailles en ligne est nominée au Best of Swiss. Tooyoo.ch, un site qui permet à ses utilisateurs de préparer leur mort, espère gagner un prix à Zurich.

Cimetières abandonnés d’Écosse sur courrierinternational

Si j’ai toujours bien aimé les cimetières un peu partout dans le monde, ceux que l’on voit en Écosse m’ont totalement conquise. Ils sont mélancoliques, mystérieux et délicieusement poétiques. Voici une petite sélection de merveilles funéraires, qui se trouvent toutes dans les régions de l’Ayrshire et de Dumfries & Galloway, dans le sud-ouest du pays.

Mort de Jean-Claude Servan-Schreiber sur Europe 1

Résistant, homme de presse et député gaulliste, Jean-Claude Servan-Schreiber, figure discrète de la dynastie qui s’est illustrée dans la politique et le journalisme, est mort mercredi à Paris, le jour de ses 100 ans, a annoncé sa famille.

Accident de corbillard

Mercredi, vers 17 h 10, une automobiliste de 23 ans a été victime d’une crise d’épilepsie au moment de s’engager sur la RN88 à Monistrol-sur-Loire, en direction d’Yssingeaux. Elle est allée effleurer l’arrière droit d’un corbillard de l’entreprise Celle d’Yssingeaux.

Accident d’avion, partout dans la presse

Un avion de l’armée de l’air algérienne s’est écrasé ce mercredi à l’aéroport de Boufarik, près d’Alger. Selon un bilan provisoire,au moins 257 personnes ont péri dans la catastrophe.

Évacuation pendant les obsèques, Saint Valentin…au menu du réveil funéraire du mercredi 14 février 2018

0

Évacuation pendant les obsèques, Saint Valentin…au menu du réveil funéraire du mercredi 14 février 2018. Dans la presse et sur le web, la revue de presse du funéraire, des pompes funèbres, des crématoriums et des thanatopracteurs dans le réveil funéraire du mercredi 14 février. Revivez l’actualité dans le réveil funéraire sur Funéraire-Info.

Nécrologie – Lu sur Le Parisien 

 » Le palais royal du Danemark a annoncé mercredi le décès à 83 ans du prince Henrik de Danemark, époux d’origine française de la reine Margrethe, qui avait été hospitalisé fin janvier. »

Rougeole – Lu sur La Depeche 

 » Ce 13 février, l’Agence régionale de Santé (ARS) de Nouvelle-Aquitaine a annoncé le décès d’une femme de 32 ans des suites de la rougeole au CHU de Poitiers. Le point sur cette grave maladie infectieuse contre laquelle le vaccin reste le seul moyen de protection chez l’enfant comme chez l’adulte. « 

Nécrologie – Lu dans Libération

 »  L’ancien leader du groupe de folk psychédélique Pearls Before Swine, Tom Rapp auteur d’une poignée de chefs-d’œuvre à la fin des années 60, vient de s’éteindre à l’âge de 71 ans.  » 

Nécrologie – Lu sur Sports

 »   C’était le 22 avril 2017 à Filottrano dans la région des Marches. Michele Scarponi, le grimpeur de l’équipe Astana, trouvait la mort sur la route, à quelques kilomètres de son domicile, renversé par un camion qui lui avait refusé une priorité, alors qu’il était en pleine séance d’entraînement. Plus de neuf mois plus tard, le chauffeur responsable de cet accident, un artisan de 58 ans, nommé Giuseppe Giacconi, est lui aussi décédé, des suites d’une maladie qui s’est déclenchée il y a quelques mois, nous apprend la presse italienne. » 

Découverte – Lu sur Pour la Science 

 » Une tombe princière scythique découverte en Sibérie datant du IXe siècle avant notre ère et probablement inviolée promet d’éclairer les origines de ces cavaliers nomades d’Asie centrale.  » 

Casse-tête – Lu sur Ouest France 

 » En Vendée, la famille d’un défunt n’a pas pu déposer l’urne funéraire au cimetière. La veille de la cérémonie, le maire de Soullans a refusé que son officier municipal travaille le samedi. « 

Évacuation – Lu sur France Bleu 

 » Grosse frayeur ce jeudi après-midi à Uhart-Cize près de Saint-Jean-Pied-de-Port : les pompiers ont dû intervenir pendant des obsèques, face à un risque d’effondrement. 300 personnes ont été évacuées de l’église. »

Désastre – Lu sur Info Sud 

 » Les funérailles virent au drame: le défunt est en pyjama, le cercueil est vide et une bagarre éclate au crématorium! « 

 » Lily était un bébé « mort-né » dont le corps avait disparu dans des conditions étranges à l’hôpital du Havre. Sa mère Anne-Sophie s’est battue pour faire reconnaître son accouchement. « 

Découverte – Lu sur Sciences et Avenir 

 » Des sépultures d’enfants gaulois très bien conservées ont été récemment mises au jour à Jort, dans le Calvados.  » 

 Profanation – Lu dans Le Figaro 

 »  Une quinzaine de tombes catholiques ont été profanées au cimetière de Saint-Louis, du 15e arrondissement de Marseille. Dix chapelles ont été endommagées, une urne vidée, cinq livres funéraires et dix amphores cassés », liste le maire, Jean-Claude Gaudin dans un communiqué. « Si aucune revendication ni inscription xénophobe ou raciste n’ont été relevées, ces actes de vandalisme n’en viennent pas moins salir la mémoire des défunts et heurter le recueillement des familles », dénonce-t-il. »

Crématorium – Lu sur Funéraire Info 

 » Il y en a qui s’offusquerait de voir un sex shop ouvrir au coin de la rue. Et bien pour d’autres c’est le crématorium la bête noire de leur ville. Ils sont quatre. Quatre à avoir bien voulu témoigner anonymement. Quatre avec des raisons bien différentes de voir le crématorium le plus loin de chez eux possible…Voire ne plus exister du tout. « 

Saint Valentin – Lu dans l’Obs

 

 » Même pour les incroyants, l’hagiologie, c’est-à-dire l’étude de la vie des saints, ce petit exercice spirituel auquel nous nous efforçons ici de nous entraîner, est pleine de ressources précieuses. Prenez notre candidat de la semaine, dont nul n’ignore qu’on le fête le 14, le célèbre Valentin. »

« 

 

Indonésie : Les morts sont encore vivants pour les Torajas

0
Torajas
Source : Science Post

En Indonésie, un peuple, les Torajas ont des pratiques funéraires bien différentes des nôtres, révèle le science post, via un documentaire du National Geographic. Pour eux, les morts restent vivants tant qu’ils vivent en famille. Une veillée sur le long terme et une approche de deuil, plus qu’intéressante à 12 000 km de chez nous.

A 12 000 km de la France, en Indonésie, sur l’île de Célèbès, vit le peuple des Torajas. Une ethnie indigène des régions montagneuses de près de 650 000 personnes. Toraja signant littéralement « les gens d’en haut ». Les Torajas sont connus pour leurs rites funéraires élaborés, leurs sites funéraires taillés dans les falaises rocheuses. Les funérailles constituent ainsi un important évènement social qui peut durer des jours entiers.

C’est pourquoi un documentaire à été tourné sur l’île de Célébès – dans la région du Sulawesi – afin de mettre en avant ces pratiques hors du commun.

« Nous n’avons pas peur des corps sans vie, car notre amour pour nos ancêtres est bien plus grand que notre peur »

indique une personne interrogée dans le documentaire.

Chrétiens, musulmans ou animistes, ce peuple inhume leur défunt parfois longtemps après la mort de ce dernier. D’ailleurs la personne n’est pas considérée comme « morte » mais comme « malade » – to masaki.

Veillée

Les défunts, continuent de faire partie de la vie de famille. Des offrandes de nourritures leurs sont apportés régulièrement et une petite lampe reste éclairée pour eux durant la nuit. Un peu comme au Mexique pendant le dia de Muertos. Avec d’éviter des problèmes d’hygiène, et de putréfaction, ils sont sans cesse entretenus.

Pourquoi cette pratique ? Ce n’est pas pour effacer la mort, au contraire, ils essaient de l’insérer dans une vie quotidienne, pour en faire une transition. Là bas, aucune dépression, ni aucun suicide n’est à compter parmi des deuils pathologiques qui sont, inexistants. Le corps du « malade » est conservé de plusieurs semaines à plusieurs mois, en fonction de la classe sociale de la famille. « Les plus riches peuvent garder leurs morts avec eux pendant plusieurs années. »

Funérailles

220px-COLLECTIE_TROPENMUSEUM_Rotsgraven_en_lijkbaren_in_de_vorm_van_Toraja-woningen_TMnr_20000390 Indonésie : Les morts sont encore vivants pour les Torajas
Tombes rupestres fermées par des planches de bois devant lesquelles se trouvent des poupées à l’effigie des défuntsFunérailles

Ce qui fait la particularité de ces funérailles c’est l’enterrement dans des tombes creusées dans les falaises. Au bord de celles-ci, une petite poupée trône en l’honneur du défunt ainsi qu’une effigie de bois sculptée – les tau tau, qui signifie « personne »– directement à l’image du défunt pour que les morts et les vivants puissent se regarder.

Le tongkonan, ces édifices en bambou, sont décorés avec des feuilles de cordyline, une plante sacrée qui servent à transporter les porcs dont le sacrifice apportera  fécondité lors de la grande fête Ma’bua’. On sacrifie également des buffles car les Torajas croient que les buffles accompagnent le défunt au pays des morts.

Comme la mise en tombeau peut venir longtemps après le décès, ce moment précis est très important dans le rituel. Enveloppée dans un linceul rouge et or, la dépouille est hissée le long d’un échafaudage, tandis que l’on ouvre la porte du caveau de la famille.

Les rites funéraires sont essentiels parmi de nombreuses cultures. Ce pont entre les morts et les vivants permet une relation intergénérationnelle dont les croyances protègent contre les maux et attirent les bienfaits, notamment ceux de la santé, de la fertilité et de l’agriculture. Même après l’inhumation, les défunts peuvent être exhumés, afin d’être à nouveau entretenus, changés, et présentés aux nouveaux arrivants de la famille.

 

Toussaint : le bilan de la presse 2016

0
La Toussaint dans la presse

La Toussaint est passée, ça y est. L’équivalent pour les pompes funèbres de Noël pour les magasins de jouets est toujours une célébration épuisante et prenante. La presse n’est pas en reste, mettant notre profession à l’honneur. Fort heureusement, nous avons compilé pour vous les tendances et articles, opinion et sommaire.

Sommaire des revues :

Revue de presse des portraits

Bois et carton, revue de presse du cercueil

Revue de presse du nettoyage de sépulture

Revue de presse des cimetières

Revue de presse des thanatopracteurs

Revue de presse de la crémation et des crématoriums

Revue de presse de l’Art funéraire

Revue de presse des nouvelles technologies dans le funéraire

Revue de presse de l’argent du funéraire

Revue de presse des corbillards

Revue de presse du deuil

Revue de presse de la société et des associations

Revue de presse de la religion

Revue de presse des divers et de l’ailleurs

Globalement positif

La tendance, dans la presse, cette Toussaint 2016, a été globalement positive. Les journalistes se sont beaucoup intéressés aux personnes dans le costume de croque-morts, ce qui a donné une galerie de portraits assez intéressante.

Le seul bémol a été l’article assassin de RTL sur les devis. Basé sur une étude de familles rurales, la profession en a pris pour son grade… Sauf que les critiques formulées se basaient sur un postulat irréaliste. Ces fameuses prestations minimum sont hors de propos. Un cercueil et un véhicule habilité, point barre. Qui va porter le défunt ? Conduire le véhicule ? Ouvrir le monument ? Faire les démarches ? J’en passe. Certes, la loi est du côté de Familles Rurales, mais théoriquement uniquement. Parce que la législation ne tient pas compte du savoir-faire. Le chapitre est donc clos.

Les grands vainqueurs, les nettoyeurs de tombe

Chaque année, un sujet se trouve mis en avant, et cette année, les nettoyeurs de tombe décrochaient la timbale.

Personne n’explique vraiment le phénomène. C’est un peu comme quand vous parlez d’une couleur de voiture qu’on ne voit jamais, et que, le lendemain, vous ne cessez pas d’en croiser. Bon, plus plausiblement, soit un journaliste a eu l’idée, et les autres se sont dit qu’ils allaient la reprendre à leur compte, soit ils ont erré comme des âmes en peine dans les cimetières et ont rencontré ces fameux nettoyeurs.

Ceci dit, il en existe deux catégories. Les ultra-professionnels et les bricoleurs. Au niveau ultra-professionnels, on citera évidemment En Sa Mémoire, très présents, surtout au travers de leur application.

Au niveau moins professionnel… Bon, je ne cafterai pas, mais le type qui nettoie les tombes au nettoyeur haute pression, il n’y a que moi qui suis tombé de ma chaise ? Bon, l’inspection de travail a sifflé la fin de la récréation, un certain tri sera fait…

Petite polémique l’air de rien…

L’autre mot à la mode, c’était Uberisation. Des start up ambitieuses (j’en ai compté trois) veulent uberiser le funéraire pour faire baisser les coûts. Noble intention, mais, pourquoi est-ce que je m’énerve ? Ah, oui, voilà pourquoi : en uberisant, comme vous dites, le funéraire, vous allez vous débarrasser en premier d’un truc qui coûte des sous, mais qui me paraît, moi, assez essentiel : le professionnalisme.

Mais bon, si les familles préfèrent faire appel à un uber croque-morts qu’à un vrai professionnel, formé, équipé de matériel agréé, expérimenté, qui a pignon sur rue, qui a fait ses preuves, et dont l’honnêteté peut être certifiée rien que par le fait qu’il a son habilitation, grand bien leur fasse.

Par contre, qu’elles ne s’étonnent pas d’en avoir pour leur argent.

Je reste persuadé que les pompes funèbres sont un métier qui perdra à être uberisé, dans le sens où les familles y perdront, et je suis tout à fait disponible pour expliquer aux journalistes sur quoi je base cette affirmation.

Mais bon, déjà, voyons combien de ces start-up qui veulent révolutionner le funéraire existeront encore dans trois mois, et on en reparlera.

A part ça, c’était une bonne Toussaint.

Nécropole de Rookwood : un train funéraire pour le transfert

0
La gare de la nécropole de Rookwood

Chaque jour, des dizaines de corps, depuis le centre-ville de la métropole australienne, ont été transportés par son train funéraire de 1860 à 1950, vers la nécropole au sud de Sydney, de Rookwood, qui est un cimetière très éloigné de la ville et la plus vaste de l’hémisphère sud.

Dans ce pays surprenant, qui est l’Australie, la nécropole de Rookwood, qui est également dans le monde, le plus grand cimetière victorien actif s’étend sur des centaines d’hectares. Depuis son ouverture dans les années 1860, plus d’un million de personnes y sont enterrées. Vu son immensité, il a fallu différentes organisations pour la diriger, parmi lesquels les religieux qui y sont implantés.

À l’époque, le seul moyen qui est capable d’acheminer en un temps décent les défunts et leurs proches pour célébrer des funérailles, est son train funéraire. Tout comme celle à l’arrivée dans l’enceinte de Rookwood qui est de 700 hectares, c’est en forme d’église, si spéciale, que la gare de départ de ce train corbillard fut bâtie. Mais faute de corps à transporter, depuis le début des années 1950, le train pompes funèbres a cessé de fonctionner.

La gare de départ existe toujours, mais a été transformée actuellement en mémorial afin de rendre hommage aux personnes décédées qui ont été transportées par ce lieu si spécifique. Quant à la gare d’arrivée, elle a été délocalisée dans la capitale du pays, à Canberra, après avoir été démontée et ensuite érigée également comme mémorial.

Chose étrange, le train funéraire, les deux gares, et ainsi que le cimetière qui sont connus à travers tout le pays et même au-delà, ont également fait parler d’eux pour leur activité paranormale. Nombreux visiteurs des sites ont témoigné avoir vu entre les tombes de Rookwood, l’apparition d’ombres, des phénomènes étranges.

À noter que vers la fin de septembre, chaque année, la nécropole de Rookwood a une grande journée porte ouverte pour ceux qui sont intéressés. Des visites guidées de crématoriums, de visites historiques, de la discussion, embaumement, des corbillards, entre autres sont aux programmes, et ils valent bien un coup d’œil.

Suicide assisté au Canada : Pas de funérailles religieuses

0
Illustration funérailles

Des directives indiquant aux prêtres de refuser la célébration de funérailles à certains fidèles qui ont eu recours à l’aide médicale pour mourir, appelée également suicide assisté, ont été transmises par les évêques canadiens catholiques des Territoires du Nord-Ouest et de l’Alberta.

Un document de 32 pages qui s’intitule « Directives pour la célébration des sacrements aux familles et aux personnes qui considèrent ou choisissent l’euthanasie ou la mort par le suicide assisté » vient d’être signé par six évêques qui revendiquent plus d’un million de fidèles catholiques des Territoires du Nord-Ouest et de la province d’Alberta, dans l’Ouest.

Les évêques de l’Ouest canadien ont donné une consigne aux prêtres selon Le Devoir, de refuser l’accès aux rites religieux à ceux qui ont recours à l’euthanasie ou aux services d’aide médicale à mourir.

À la fin du printemps, le Parlement canadien a adopté définitivement, dans un texte la légalisation, sans inclure l’euthanasie, de l’aide médicale à mourir. Il s’agit ni plus ni moins pour les responsables religieux, d’euthanasie et de suicide médicalement assisté.

Le président des évêques des Territoires du Nord-Ouest et de l’Alberta, l’archevêque Richard Smith a annoncé mardi qu’en raison souvent d’informations reçues à travers la culture laïque, les évêques savent que sur les questions de la famille et de la vie, bon nombre de catholiques en sont arrivés à de sérieuses incompréhensions.

Quant à l’évêque du diocèse de Joliette, Monseigneur Raymond Poisson qui désapprouve l’aide médicale à mourir, il tenterait de dissuader un fidèle malade qu’il accompagnait et qui a choisi cette voie.

En citant les hérétiques, les apostats notoires ou même « les pécheurs manifestes dont les funérailles créeraient un scandale public », les évêques ont écrit dans leur document que les rites funéraires de l’Église ne sont pas accordés aux personnes qui ont gravement déchu la foi. Les évêques affirment que les obsèques à l’Église ne pourront pas être célébrées pour une personne qui a choisi l’euthanasie ou le suicide assisté.

Ouverture du congrès annuel des thanatologues au grand public à Québec

0
Congrès annuel de la Corporation des thanatologues du Québec

Dans le cadre de son congrès annuel, la CTQ (Corporation des thanatologues du Québec) n’a lésiné sur les moyens afin de démystifier le monde des morts.

Des chambres mortuaires d’époque lointaine ou un corbillard de Ghostbusters entre autres, sont parmi les moyens que la Corporation des thanatologues du Québec a déployé. Investissement qui a bien fonctionné, car pour la première journée du dimanche, pas moins de 700 personnes ont franchi les tourniquets du Centre des congrès de Lévis.

Selon la présidente du congrès, Valérie Garneau, en 2016, le domaine funéraire est encore rempli de préjugés. La Corporation des thanatologues du Québec a donc choisi pour son 60e anniversaire d’y aller avec cette exposition engagée. Elle a souligné que le travail avec la mort est un sujet dont les gens n’ont pas envie de parler. En tant qu’entreprise, a-t-elle expliqué, en souhaitant ainsi démystifier cette réalité, ils ont leur côté avide, et que finalement, ils se retrouvent avec deux aspects que personne n’a pas vraiment envie d’aborder.

Néanmoins, Valérie Garneau croit que les mentalités envers les thanatologues changent de plus en plus et que pour mieux faire connaître la profession, ces genres d’exposition sont importants. D’après elle, il y a un côté mercantile dans leur travail, mais les thanatologues sont là pour voir à des solutions face au deuil et aider les gens, car ça ne sert à rien de s’endetter pour les funérailles qui sont un moment à passer.

Depuis de nombreuses années, la profession a beaucoup changé, concède Garneau, qui depuis qu’elle est toute jeune, a travaillé dans le domaine. C’est de la popularisation de la crémation, d’après elle, que viennent les plus grands changements.

Elle a souligné que le coût des funérailles a beaucoup baissé avec la crémation, car en ajoutant le prix du cercueil, le coût s’approche de 8 000 $ alors que le coût moyen des funérailles est aux alentours de 5 000 $.

Costa Rica : Il est décédé après avoir fait danser sa fille

0
mariage
Illustration mariage

Samedi dernier, après avoir fait danser sa fille Michele le jour de son mariage, Tim Buchanan, âgé de 54 ans est décédé.

Lors du mariage de sa fille au Costa Rica, l’ancien détective à Rock Hill âgé de 54 ans est décédé de suite d’une attaque cardiaque qui l’a foudroyé quelques minutes après avoir dansé avec sa fille.

Michele, cette Américaine de Caroline du Nord avait choisi pour son mariage une destination exotique, qui est la Costa Rica. Pour célébrer le bonheur de leur fille, ses parents, Jeni et Tim Buchanan étaient ravis de s’y rendre.

Tim Buchanan, qui a des problèmes de santé avait repoussé son rendez-vous chez le médecin où il devait se rendre, pour pouvoir se rendre à la cérémonie au Costa Rica et être de la noce.

L’épouse du défunt a posté sur Facebook une photo d’elle en compagnie de son mari prise quelques instants avant sa mort. C’est la dernière photo où on le voit en vie.

Nous ne savions pas que quelques heures plus tard, nous l’aurions perdu écrivit-elle. Elle a ajouté qu’on ne sait jamais quand la dernière fois sera la dernière fois. La veuve a par la suite demandé à leurs proches dans Facebook de prier pour eux.

Le jour du mariage, le 3 septembre, Tim Buchanan a accompagné sa fille à l’autel. Ils se livrent plus tard dans la soirée à la traditionnelle danse d’ouverture du bal. Quelques minutes après avoir dansé avec sa fille, Michele Howard, Tim Buchanan a succombé à une crise cardiaque. Sa fille Michele a donc dans la même journée vécue l’un des plus beaux et l’un des plus tristes moments de sa vie.

Afin d’aider la veuve à faire face à cette disparition soudaine, un proche de la famille a créé une page pour financer les funérailles et cela a permis de récolter plus de 15 000 dollars.

Enterrement de Jordy : une solidarité organisée

0
Jordy Brouillard

Une collecte de fonds afin de financer l’enterrement du jeune homme dénommé Jordy Brouillard, mort de soif et de faim, dans une tente près de Gand, dans le domaine provincial Blaarmeersen, en fin août, a été lancée par un couple de Steenokkerzeel.

Pour financer l’ enterrement de Jordy, le couple est déjà parvenu à recueillir près de 7 000 € lundi. En espérant, collecter quelque 4 500 €, le compteur de la plate-forme crowfunding generosity.com, a affiché lundi en fin d’après-midi, près du double, soit près de 7 000 € que 250 personnes ont promis. C’est une somme importante que le cout de la cérémonie d’adieu qui est une initiative de Jef Verbeeck.

Jef Verbeeck a souligné que le surplus de cette collecte de fonds ira à des associations engagées dans l’aide à la jeunesse, parmi lesquelles Ter Muren, l’association qui avait accueilli Jordy.

C’est à Ninove à 11 heures ce jeudi que les funérailles du jeune homme de 19 ans auront lieu. À noter que la Flandre était très affectée par le décès de Jordy Brouillard.

D’après le journal « Het Laatste Nieuws », Jordy Brouillard est mort de soif et de faim. Il avait quitté le centre qui l’a hébergé après son 18e anniversaire après avoir passé sa vie dans des établissements pour jeunes. Plusieurs appels à l’aide avaient été publiés par lui sur Facebook. Il avait écrit particulièrement « où sont tes amis si tu as besoin d’eux ».

Le week-end dernier, Jordy Brouillard, âgé de 19 ans, a été retrouvé mort dans une tente plantée près de Gand, dans le domaine provincial Blaarmeersen, par un randonneur. Selon le parquet de Gand, Jordy est vraisemblablement mort de soif et de faim, car aucune trace de violence n’a été constatée. À sa majorité, Jordy a été livré à lui-même, a annoncé Saskia Van Nieuwenhove, la journaliste et activiste, et elle avait été prévenue que Jordy avait dû quitter l’établissement en mars 2015.