Accueil Tags Funéraire numérique

Tag: Funéraire numérique

Simplifia, la start-up lyonnaise lance son logiciel pour pompes funèbres

0
Simplifia logiciel de pompes funèbre

Dépoussiérer, innover, mettre en lumière. À Funéraire-Info nous connaissons bien ces problématiques. Bousculer le secteur n’est pas simple, d’autant que, comme je vous l’ai déjà dit le milieu du funéraire, doit rester le monde des coulisses de par son essence même. Pour autant doit-il être morne, flétri et sans éclat ? Pas du tout, c’est ce que je fais quotidiennement dans mon travail auprès de vous et ce que fait aussi la Start-up lyonnaise Simplifia.

La French Tech : c’est bon vous avez la pub Renault en tête ? Welcome. La semaine dernière je voulais parler d’En Sa Mémoire à l’occasion de l’angle de la presse lors de cette Toussaint 2017. Réputée pour son esprit collaboratif je dis toujours – oui je radote aujourd’hui– que les entreprises sont à l’image des valeurs de leurs dirigeants. Collaboratif, conseil et accompagnent. Allez venez avec moi je vous emmène chez Simplifia.

Capture-d’écran-2017-11-07-à-16.04.45 Simplifia, la start-up lyonnaise lance son logiciel pour pompes funèbresSimplifia, un trait d’union

La vie change et la mort aussi, les paperasses administratives elles, restent inchangées, c’est pourquoi Simplifia est là pour vous aider dans vos démarches dès plus basiques, aux nécessaires, aux obligatoires jusqu’à celles qui vont vous aider dans votre travail de deuil : démarches administratives, recherche d’assurance-vie, clôture de compte, etc. Du socle on part vers des choses plus enclines à faire fonctionner le travail de deuil, e-memory book, condoléances en ligne, commande de fleurs, entre autre.

Simplifier la vie de ceux qui vont accompagnent

Le postulat c’était ça, vous simplifier la vie, sauf que depuis, la croissance de la start-up lui a fait entrapercevoir d’autres objectifs : accompagner ceux qui vous accompagnent. Si je vous en parle aujourd’hui, vous me connaissez, ça n’est pas pour rien, Simplifia vient de lancer son logiciel pour pompes funèbres.

Vous allez me dire, « oui enfin faire des devis, des factures, je le fais déjà ». Certes, mais qu’est-ce-qui vous distingue vous, de la concurrence ? Quelles sont les raisons pour lesquelles vous aller travailler chaque matin ? La relation de confiance que vous entretenez avec vos familles.  Avec un catalogue produit à disposition, une base de données des lieux complète, la relation avec les familles est renforcée à chaque entretien, car vous passez moins de temps les yeux rivés sur votre écran, mais plus à l’écoute. De toute façon je ne vais pas paraphraser Simplifia, tout est expliqué dans la brochure, que je vous invite à voir ci-après.

Brochure logiciel : logiciel-simplifia

Simplifia ne vous laisse pas seul face à vos obligations, des conseillers sont à votre écoute et à votre disposition. En somme, quoique vous vous posiez comme question, Simplifia a forcément la réponse.

Un logiciel pour et par le funéraire

Pourquoi est ce que c’est une grande innovation pour le marché funéraire ?

Parce que ce logiciel n’est pas juste un outil pour la logistique de votre agence, mais il a été pensé, travaillé, étudié, pendant des années, par les acteurs du funéraire eux mêmes en partenariat avec les équipes de Simplifia afin de correspondre à la réalité du marché et du quotidien des professionnels du funéraire.

Exit la logique comptable, place à l’humain dans un seul logiciel qui, suivant son utilisateur va donner des outils concrets et simples pour réaliser les différentes tâches. Si le terme de conseiller funéraire a pris tout son sens ces dernières années, c’est parce que, et ça aussi je suis venue régulièrement vous le dire, le rôle même du poste a évolué pour être dans le conseil et l’accompagnement. Un conseiller funéraire n’aura pas besoin des mêmes outils et fonctionnalités qu’un maitre de cérémonie. Si pour le premier la facturation sera nécessaire le maitre de cérémonie aura besoin quant à lui d’organiser sa présentation. Pour autant ils doivent pouvoir communiquer entre eux afin d’assurer un service de qualité. Le logiciel sait s’adapter aux besoins de chacun.

Le digital oui mais l’humain avant tout

C’est pour ne pas réduire l’activité à des démarches fastidieuses qui grignotent en grande partie le temps de l’entretien si précieux et privilégié avec les familles, que Simplifia a adapté ses fonctionnalités.

Fort de son expérience pour les particuliers depuis six années, la base de données de Simplifia est complète.

Tous les lieux en France qui concernent les activités du funéraire y sont répertoriés : hôpitaux, EPADH, crématoriums, etc. Plus besoin de chercher pendant une durée certaine, les coordonnées de tel ou tel service pour obtenir pour une disponibilité dans le cadre de l’organisation d’obsèques. Le temps gagné permet de nouer une relation de confiance avec la famille, nécessaire au bon déroulement de l’organisation des funérailles.

Capture-d’écran-2017-11-07-à-16.05.17 Simplifia, la start-up lyonnaise lance son logiciel pour pompes funèbresUne logistique implacable et impeccable

La famille souhaite une crémation à tel endroit ? Parfait le logiciel vous remplit automatiquement le lieu, coordonnées et coût de la prestation. Vous devez faire une sortie de corps et vous rendre à telle chambre funéraire ? le logiciel vous calcule le coût d’entrée à la chambre funéraire, les couts de transports etc. On nous parle sans cesse des devis types, et des lignes obligatoires, oui, mais pour un conseiller funéraire il y a tout un tas de petites lignes, notamment en termes de taxes, qui sont obligatoires et qu’il faut aller chercher ci et là. Hors de question de devoir dire à la famille lors du règlement des obsèques « ah au fait, il y avait ça comme taxe ».

Le devis doit être limpide, clair et surtout mis à jour en temps réel. Le nouveau logiciel pour les pompes funèbres de Simplifia vous facilite cette tâche en automatisant les données.

La transparence en ligne de mire

Pourquoi s’arrêter là quand on peut aller encore loin ? L’entretien collaboratif est une idée que j’entends souvent chez les pompes funèbres. Un écran d’un côté, une tablette de l’autre, et surtout une communication claire et limpide entre les familles et son conseiller. Les devis pourront être mis à jour en temps réel, et montrer à la famille le coût de chaque prestation en toute transparence. Ça sera un jour possible, et ça viendra de Simplifia. Mais promis je viendrai vous en reparler d’ici là.

Il n’y a rien de pire que de recevoir quelque chose, et de prendre une heure à le comprendre avant de l’utiliser. Un temps de travail optimisé avec ce logiciel, puisque sa prise en main est très simple, et parfaitement ergonomique. De quoi rester fidèle à son image de simplifier la vie des utilisateurs des services de Simplifia. En plus le logiciel est gratuit pour tous les partenaires qui travaillent déjà avec la Start-up lyonnaise. Eh ! je vous donne la brochure en exclusivité là, alors…Vous attendez quoi ?


Vous retrouverez Simplifia au Salon Funéraire Paris Le Bourget, du 23 au 25 novembre prochain au stand H64, et attendant retrouvez la présentation de l’entreprise ici.

Photo-stand Simplifia, la start-up lyonnaise lance son logiciel pour pompes funèbres

Brochure logiciel : logiciel-simplifia

 

Simplifia au Salon Funéraire Paris, la start-up qui vous accompagne

0
Simplifia

Cette start-up lyonnaise existe depuis 6 ans. Elle est à votre service afin de faciliter la vie des familles et des pompes funèbres en leurs proposant des services numériques innovants afin de les accompagner dans leurs différentes démarches.

Présentation

Pouvez vous, vous présenter ainsi que votre entreprise ?

Kévin Pressacco, Directeur Commercial de l’entreprise.

Je représente aujourd’hui l’entreprise dans le cadre de son développement en B to B.

Pourquoi le funéraire et le job de directeur commercial ?

La création de l’entreprise est née d’un projet scolaire, qui s’est très vite développé en projet d’envergure.

Tout d’abord car les rencontres avec les professionnels ont été dès leurs origines profondément humaines et simples.

Ensuite car le secteur d’activité est une source d’inspiration énorme pour des entrepreneurs passionnés par le digital et l’innovation … dans le funéraire il y a tout à faire.
Enfin le commerce car plus qu’un métier c’est une passion, le plaisir d’accompagner, de conseiller et de créer des projets collaboratifs avec des entrepreneurs ou des salariés animés par la croissance de leur entreprise et en recherche de produits et services novateurs pouvant créer de la valeur.

Quels sont vos activités et vos services ?

Notre business model comporte deux axes.
Axe n°1 l’accompagnement des entreprises de pompes funèbres sur leur acquisition via les canaux web et auprès des prescripteurs bancassurances.

Axe n°2 l’accompagnement des entreprises de pompes funèbres sur la digitalisation de leur activité grâce à un logiciel nouvelle génération et à l’enrichissement des offres familles via des produits et services à forte valeur ajoutée.

Nos produits et services :

  • Logiciel de gestion commerciale et productive
  • Démarches administratives après décès
  • Avis de décès en ligne
  • Registre de condoléances numérique
  • Organisation d’obsèques en ligne

Le Salon et vous

Ce n’est pas la première fois que l’on vous voit au salon. Que se cache-t-il derrière cette fidélité ?

Tout à fait ! Car il s’agit de l’événement qui réussit aujourd’hui à réunir une grande majorité de professionnels sur un seul et même lieu.

Il s’agit aujourd’hui de l’événement le plus adapté à notre marché et à ses acteurs (pour combien de temps … ?)

Organisation, mise en valeur de votre espace, où en êtes-vous dans votre organisation ?

Toujours à la dernière minute ! tout n’est pas finalisé mais tout est bien avancé.

A notre image ce stand sera épuré, et chacun pourra s’y rendre pour discuter business, croissance et développement de son entreprise, boire des bulles et de bonnes bières, manger de la junk food et des petits fours tout en s’amusant.
Tout ça parce qu’on tient à notre réputation d’être une start up innovante, passionnée par l’humain et le business

Entre la mise en valeur de vos services/produits et les contacts clients, comment assurez-vous du trafic sur votre stand ?

Ce salon est pour nous le lieu pour présenter notre produit qui fait le buzz depuis 2 mois … notre logiciel de pompes funèbres et ses services associés !

Le premier logiciel conçu avec une logique uniquement funéraire et avec une vision à 20 ans des métiers du funéraire afin d’anticiper les évolutions du secteur d’activité

Notre objectif : apporter à chaque pompes funèbres la solution lui permettant d’accompagner sa croissance, et son évolution tout en prenant en compte les évolutions du marché, du métier, des consommateurs ….

Allez-vous offrir des cadeaux à vos visiteurs ou organiser un jeu ?

Et pas qu’un !

Plusieurs séjours à Lyon sont à gagner : restaurant étoilé, hôtel et visite de la start up !

Plusieurs cadeaux seront distribués à l’issue de jeux concours envoyés via mail et facebook.

Le salon, la 30 ème édition

Retour au Bourget ! C’est important pour vous ?

Pratique

Quels seront les éléments gages de réussite de cette 30 ème édition ?

Le dynamisme des fournisseurs sur le salon et la volonté de l’ensemble des acteurs de faire évoluer et grandir ce marché passionnant.

En quelques mots …

Le Salon du Funéraire pour vous c’est : 3 jours de folies, de plaisir, de business

Tous ces exposants c’est, concurrence ou convivialité ? : convivialité, la concurrence est bonne quand elle est saine !

La 30 ème édition c’est l’occasion de dire un petit mot aux organisateurs : merci et allons vers encore plus de simplicité et flexibilité dans l’organisation.
Valoriser les fournisseurs et les considérer c’est essentiel pour mettre en avant le salon auprès des professionnels du funéraire.

L’équipe funéraire info est invitée à venir à Lyon pour une journée dans nos locaux, visite, présentation du business model, déjeuner dans un bouchon !

> Nom commercial:  Simplifia

23365131_1202227193255003_1840185271_n Simplifia au Salon Funéraire Paris, la start-up qui vous accompagne> Votre numéro de Stand: H 64
> Nom du responsable: Pressacco Kévin

Adresse: 65 rue du Bourbonnais, Lyon

> Téléphone:  06 95 05 49 66
> Mail: kevin.pressacco@simplifia.fr

 > Site Internet: www.simplifia.fr

 

La Toussaint 2017 est-elle un bon cru ?

0

Admirez un peu mon côté optimiste. La Toussaint est terminée pour cette année. Vous voyez c’était simple, le calendrier Grégorien est votre ami. Bon alors pendant que je vous ratissais l’ensemble de la presse ici, ici, ici et encore ici, un bon verre de vin à la main, j’ai fait le bilan de votre Toussaint. Alors cette année, la Toussaint 2017 est-elle un bon cru ?

Des cépages divers et variés

Petite analyse de fond et de forme. Si le cimetière est incontestablement la star de la Toussaint et ce peu importe les années, en revanche pas un mot sur l’inhumation. Par contre la crémation était dans tous les articles ou presque, la mode scandinave s’invite dans le funéraire. Une « étude » de Familles Rurales, qui n’est autre que la même que l’an passé a fait frémir vos feuilles. Mais heureusement pas de documentaire accablant sur la profession. Quelques portraits de thanatopracteurs dans la presse, dont un seul homme mais pas un mot sur les grandes réformes de l’année qui pourtant ébranlent la profession. Alors finalement un cépage de mauvaise qualité ? Pas si sûr, je vous explique.

On mise tout sur le vin bio

En réalité je crois sincèrement que le marronnier de la Toussaint est devenu pour les journalistes une jolie petite châtaigne. Rendez-vous compte, hormis quelques « croque mort » ci et là, la majorité des médias ont compris que le secteur funéraire était une niche d’innovations, de services, d’accompagnement et qu’il y avait des choses à dire, il n’y avait qu’à cueillir.

Bémol : une grappe un peu trop mûre

L’an dernier, la star de la Toussaint c’était la personnalisation, il y a deux ans, c’était le prix des obsèques et ça a fait beaucoup de mal au secteur, ça sentait le bouchon, mais ne rouvrons pas les plaies. Cette année sans aucune hésitation je peux vous dire que c’était l’écologie. En fait ça n’est pas compliqué, si vous regardez bien, les médias calquent la mode in du moment dans tous les secteurs et l’appliquent au funéraire aussi. Humusation par ci, devenir un arbre par là. Sauf que l’humusation n’existe pas en France et qu’hormis les urnes biodégradables on est encore loin de l’enterrement de Nate à la Six Feet Under au pied d’un arbre en pleine nature.  L’éthique oui, la mise en pratique non. Du coup, ça a fait un peu un sujet vide mais bon, c’est l’intention qui compte.

Toussaint 2017 : un goût de déjà vu

Cette année sera numérique… ! Oui enfin ça c’était vrai en l’an 2000 et depuis ? Pas grand chose, la presse a beaucoup mêlé le numérique et le funéraire cette année en pensant que c’était l’innovation du siècle sauf que… ça ne l’est pas. Du vu, du déjà vu. En revanche, je remets ma cape d’optimiste, ceux dont on a parlé, pérennisent leur entreprise et vont de l’avant. D’ailleurs ceux qui réussissent le mieux ne sont pas ceux qui se sont positionnés comme étant du funéraire, mais comme étant du numérique, je pense particulièrement à En Sa Mémoire en vous écrivant cela.

Le rosé le grand oublié ?

D’accord ça nest plus l’été mais tout de même, où est passé le granit rose ? Chaque année, la marbrerie est la grande absente des médias et pourtant c’est un des domaines le plus en danger dans le milieu funéraire et, est paradoxalement pourtant la plus regardée dans les cimetières. Une ineptie.

Idem pour le deuil, une association a parlé dans la presse, il s’agit d’un sourire après les larmes. On nous a ressorti le fait que 70 % des français pensent à la mort, oui enfin…70 % des français pensent aussi à manger et se laver (et plus j’espère) ça ne va pas faire avancer l’histoire tout ça. Pourtant derrière la Toussaint et la fête des morts il y a quand même une histoire de tradition et d’hommage, donc de souvenir, et donc de deuil.

Les vendanges se font  en famille

Là encore je trouve que c’est une belle année pour cela, loin de vouloir expliquer le funéraire, les médias ont dressé des portraits de familles cette année, rendant le secteur touchant et entreprenant. On les retrouve ici notamment ou encore ici.

Verdict, Toussaint 2017 une médaille d’or ou non ?

Une médaille d’argent pour notre Toussaint 2017 parce qu’au final je suis assez ravie de la diversité des articles et j’ai pu entrapercevoir  de timides rapprochements entre le secteur funéraire et ( non pas la presse ) mais l’ensemble de la population. Hormis quelques ‘’je ne pourrais jamais faire ce boulot’’ d’un côté et ‘’les médias ne disent que du mal de nous’’ de l’autre, j’ai relevé de jolies choses que je tenais à vous faire partager :

« Il me permet de me rendre compte de la fragilité de la vie, qui peut s’éteindre à, tout moment. Mais aussi de la beauté de la vie, dont il faut profiter à chaque instant. »

« Des métiers qui demandent un bon sens de l’organisation, de l’empathie et une capacité à gérer ses émotions. »

« Le dialogue et l’écoute font aussi partie du job. Certains se confient à moi et, à mon tour, je me laisse aller à la confidence. Il m’est arrivé de recroiser des personnes dont j’avais organisé l’enterrement d’un proche. Et toutes m’ont reconnu, malgré les années. Le contact humain, voilà ce qui m’attache à ce métier. »

« Contrairement aux idées reçues, les conseillers funéraires accomplissent un travail remarquable dans l’accompagnement des familles. L’empathie dont ils font preuve contribue à les soulager dans le deuil. »

Bon et maintenant je vous dis à bientôt, on se voit au Salon du funéraire, dans les allées, sur vos stands. Un marathon s’engage parce que je sais oh combien un salon est sportif. Courage, nous ne sommes jamais très loin. De quoi faire de cette année entre vous et moi, un millésime.

 

Revue de presse du funéraire du 13 novembre 2015

0

Dans la presse et sur le web, la revue de presse du funéraire, des pompes funèbres, des crématoriums et des thanatopracteurs. Revivez l’actualité sur Funéraire-info.

Dans le Huffington Post – décès de Phil Taylor, ancien batteur de Motorhead

Phil « Philthy Animal » Taylor, l’ancien batteur de Motörhead, est mort à l’âge de 61 ans, a annoncé jeudi un autre ancien membre du groupe de hard rock britannique. Phil Taylor était le batteur de Motörhead entre 1975 et 1984 et entre 1987 et 1992 aux côtés notamment du chanteur légendaire Lemmy Kilmister, qui a longtemps incarné le style de vie des rockeurs. Ce dernier a lui-même connu quelques soucis de santé récemment, obligeant le groupe à annuler plusieurs concerts aux Etats-Unis.

Dans Metronews – décès de Nathaniel Marston
Il était entre la vie et la mort depuis plusieurs jours, suite à un accident de voiture. L’acteur américain Nathaniel Marston, ancien partenaire d’Angelina Jolie dans « Love is all there is », est décédé à l’âge de 40 ans. Il a finalement succombé à ses blessures. Né à Torrington dans le Connecticut, Nathaniel Marston s’était fait connaître en 1996 en donnant la réplique à Angelina Jolie dans le film Love is all there is. Il était particulièrement connu sur le petit écran, notamment grâce à son rôle dans la série On ne vit qu’une fois. Ces dernières années, on avait pu le voir faire des apparitions dans Castle ou encore dans Blue Bloods.
Dans 20 Minutes – double attentat à Beyrouth

Quarante et une personnes ont été tuées et près de 200 blessées jeudi dans un double attentat suicide perpétré dans un fief du Hezbollah et revendiqué par le groupe Etat Islamique (EI) en banlieue de Beyrouth, ont indiqué la Croix-Rouge libanaise et la police. L’attaque est la plus sanglante contre un bastion de ce mouvement libanais depuis son implication début 2013 dans la guerre en Syrie voisine.

Sur Europe 1 – Morts de la rue

Près de 500 décès de SDF ont été recensés en France en 2014 par le Collectif les morts de la rue, soit une moyenne de 9 décès par semaine, selon le rapport annuel du Collectif dévoilé jeudi. Il s’agit surtout d’hommes (à 88%), morts en moyenne à 49 ans. Le Collectif les morts de la rue note que les décès sont les plus nombreux en juin et octobre, deux mois où les SDF doivent changer leurs habitudes.

Dans Slate – Funéraire numérique

Sur les réseaux sociaux, on a le droit de pleurer des inconnus comme si c’était nos parents. C’est ce qu’explique la site Slate dans un article à lire ici.

Dans La Provence – mort en boite

Un homme de 32 ans est mort dans la nuit de mardi à mercredi dans une discothèque de l’Essonne après avoir effectué une acrobatie hasardeuse sur la piste de danse, a-t-on appris de source policière. La victime se trouvait dans la discothèque Le Gossip, à Savigny-sur-Orge (banlieue sud de Paris). Il a réalisé un salto arrière, mais il est retombé sur la tête », a expliqué mercredi à l’AFP cette source. « C’est purement accidentel. »

Sur France TV Info – barbare ordinaire

Un homme de 30 ans a été interpellé et placé en garde à vue à Saint-Estève (Pyrénées-Orientales) pour avoir battu à mort une chatte errante, rapporte Midi Libre jeudi 12 novembre. Lors de son audition par la police, le suspect, âgé de 30 ans, a reconnu s’en être pris à l’animal pour « se passer les nerfs » sur quelque chose. Grâce aux images de vidéosurveillance de la ville, les gendarmes ont pu identifier le suspect.

La revue de presse vous est offerte par le groupe Roc-Eclerc

Devenez affilié, rejoignez ROC • ECLERC : Vous partagez nos valeurs : l’écoute, l’assistance, une famille traitée avec égard, une information accessible, loyale et transparente, un prix juste, rejoignez-nous!

presse-papier-300x225 Revue de presse du funéraire du 13 novembre 2015
Presse papier en France