Accueil Tags Funéraires de France

Tag: Funéraires de France

Nécrophilie, cimetière marin de Sète…au menu du réveil funéraire du mercredi 29 novembre 2017

0
réveil funéraire mercredi 29 novembre
Cimetière marin de Sète

Nécrophilie, cimetière marin de Sète…au menu du réveil funéraire du mercredi 29 novembre 2017. Dans la presse et sur le web, la revue de presse du funéraire, des pompes funèbres, des crématoriums et des thanatopracteurs dans le réveil funéraire du mercredi 29 novembre 2017. Revivez l’actualité dans le réveil funéraire sur Funéraire-Info

Nécrophilie

Ce mardi après-midi, un homme a été retrouvé mort à son domicile. Il s’agit de l’homme âgé de 70 ans qui a été mis en examen le 2 novembre pour avoir commis des attouchements sexuels sur des cadavres du funérarium de Roanne. D’après le procureur Éric Jallet, il s’agit « possiblement d’un suicide ». Une enquête a été ouverte pour rechercher les circonstances de sa mort.

Table ronde

Autour de la table du conseil municipal de Bagiry, l’entente n’est pas au beau fixe entre le maire, sa première adjointe et deux conseillères municipales qui ont dénoncé des décisions sans concertation préalable, sur l’évacuation de pièces funéraires, du cimetière à la décharge, et la construction d’une dalle dans le cimetière destinée à recevoir un abri métallique pour stocker du matériel (voir notre édition du 1er novembre) Le maire, Joseph Morettot précise que l’évocation de «dégradations au cimetière dépassait largement les faits».

Cinéma au cimetière marin de Sète

Il régnait au cimetière marin de Sète, ce lundi 27 novembre, un silence encore plus prégnant qu’à l’habitude. L’équipe de la série de France 2, Candice Renoir, y tournait en effet deux scènes d’enterrements, qui seront diffusées dans deux épisodes distincts de la 6e saison à partir de mai prochain.

 Deuil périnatal

Sophie Maré, photographe à Freyming-Merlebach, est bénévole au sein de Souvenange. L’association accompagne par la photo le deuil périnatal. Il peut s’agir de retouches de clichés, ou de séances à la maternité pour offrir aux familles un souvenir digne de leur enfant.

Pas d’un bon oeil

Tous les riverains ne sont pas pour le crématorium et le font savoir. Il ne reste que quelques détails actuellement en possession du ministre René Collin avant que le dossier du crématorium ne soit bouclé. Mais certains riverains sont inquiets. Le trafic va-t-il augmenter dans leur rue et gêner les habitants ?

Contrat obsèques

Avec l’aide de l’association AGIRA, les assureurs de la Fédération Française de l’Assurance (FFA) ont mis en place deux dispositifs de recherche. Ils permettront aux français de connaître l’existence d’un contrat obsèques, suite au décès d’un proche et celle d’une assurance dépendance, si une situation de perte d’autonomie se déclare.

Katia, agent d’état civil

Katia agent d’état civil est l’une de nos plus fidèle lectrice. Venue en visite avec deux amies récemment diplômée ( conseillère funéraire ) elle souhaitait se tenir informée des évolutions de la profession.

Etaernel

Etaernel c’est une équipe réactive capable de mettre à disposition dès le jour de la cérémonie un ensemble d’offres et de services de grande qualité afin de matérialiser un hommage et transmettre des émotions tout en allégeant les familles de cette lourde tâche.

La revue de presse vous est offerte par Funéraires de France
Organisme certifié de contrôle des installations funéraires, véhicules de transport de corps, chambre funéraire, crématorium. Nos contrôleurs se déplacent en région, et vous préviennent des dates d’échéance, pour que le contrôle technique obligatoire ne soit plus une contrainte et redevienne un service.

Taxe sur la mort, restauration…au menu du réveil funéraire du mardi 28 novembre 2017

0
réveil funéraire du mardi 28 novembre 2017

Taxe sur la mort, restauration…au menu du réveil funéraire du mardi 28 novembre 2017. Dans la presse et sur le web, la revue de presse du funéraire, des pompes funèbres, des crématoriums et des thanatopracteurs dans le réveil funéraire du mardi 28 novembre 2017. Revivez l’actualité dans le réveil funéraire sur Funéraire-Info.

Taxe sur la mort

Aucun impôt n’est populaire. Mais le plus détesté de tous est la taxe sur les successions, écrit The Economist. Et l’hostilité contre « la taxe sur la mort », comme l’appellent les Américains, est plus forte chez les contribuables les moins favorisés. « Tout politicien a intérêt à saisir une occasion de s’attirer des électeurs dès qu’il en perçoit une », poursuit l’hebdomadaire. Ainsi aux Etats-Unis, la chambre des Représentants vient de passer un projet visant à abolir d’ici à 2025 « la taxe sur la mort ». 

Hostilité

Dans un quartier proche du cimetière de La Ciotat, une chambre funéraire doit être aménagée au rez-de-chaussée d’un immeuble. Les habitants et la mairie s’y opposent mais l’Etat a donné l’autorisation. Un bras de fer est engagé et va se poursuivre devant les tribunaux.

Restauration

En amont du centenaire de l’armistice, le Souvenir français s’attache à restaurer les tombes et monuments rendant hommage aux victimes militaires et civiles de la Grande Guerre.

Hommage inventé

Dans « La France a un incroyable talent », sur M6, un adolescent avait interprété une chanson en hommage à un ami disparu au Bataclan. Une invention.

Salon Funéraire, le point de vue d’Eric

3 jours de fête au Bourget ! Le Salon Funéraire Paris 2017 vient de fermer ses portes et nous avons encore tous dans nos yeux des images inoubliables de cette édition… et mal aux jambes. La filière funéraire se porte bien et l’évolution de cette industrie était bien visible.

Salon Funéraire, le point de vue de Mélanie

Trois jours de salon intenses s’achèvent, et l’édition du salon du Funéraire 2017 est un grand cru ! A Funéraire Info nous avons parcouru les allées pour rencontrer les exposants, Eric s’est fait son fer de lance de vous présenter en direct les exposants via de nombreux live sur Facebook qui en ont entraîné de nombreux autres. Retour sur les temps forts, les exposants, les produits marquants.

Salon Funéraire, le point de vue de Sarah

Je plaide coupable, je suis probablement responsable de l’usure des sols lors de cette 30 ème édition du salon funéraire tant j’ai parcouru les allées à votre rencontre, exposants, et visiteurs. Des choses j’en ai vu et entendu et vais même vous fournir un compte rendu en vidéo tant j’ai de choses à dire. Dans l’œil de Funéraire Info et plus modestement, le mien. Allez venez, petite visite guidée rétrospective.

La revue de presse vous est offerte par Funéraires de France
Organisme certifié de contrôle des installations funéraires, véhicules de transport de corps, chambre funéraire, crématorium. Nos contrôleurs se déplacent en région, et vous préviennent des dates d’échéance, pour que le contrôle technique obligatoire ne soit plus une contrainte et redevienne un service.

Crématoriums : norme 2018, après la mise à niveau, le contrôle

0
Four de crématorium inspection

Nous vous avions déjà parlé, avec Michel Chazottes de Funéraires de France, du contrôle technique des crématoriums. Le dirigeant de Funéraires de France revient sur les points particulier du contrôle technique après équipement d’un filtre à la norme 2018, alors qu’il ne reste que quelques mois avant son entrée en vigueur.

Mise aux normes

La mise aux normes 2018 sur les émissions de gaz des crématoriums entraîne des travaux importants et nécessitent un contrôle technique avant la remise en service du crématorium. Un contrôle de l’émission des gaz, donc ? « Pas seulement » explique Miche Chazottes. « Les filtres de crémation sont des appareils de taille conséquente. Dans certains cas, des travaux sur le bâti du crématorium sont nécessaires. Le contrôle d’un crématorium après mise aux normes porte donc sur trois points : les émissions de gaz, la sécurité et le contrôle du bâti. »

Pour le bâti, le contrôleur technique se base sur la documentation de l’architecte, appuyée par un contrôle visuel.

La sécurité

La partie sécurité comporte un dispositif de contrôle de température à l’introduction : « elle ne doit pas être inférieure à 350 degrés, ni supérieure à 900 degrés » souligne Michel Chazottes. L’introduction en elle-même ne doit pas durer plus de 20 secondes. Second dispositif, il doit y avoir un contrôle manuel de l’ouverture et la fermeture de la porte du four, et un second dispositif contrôlé manuellement qui permet de finir l’introduction du cercueil. Ces deux systèmes sont destinés à pallier une panne électrique.

Contrôle d’une crémation

« Le contrôle passe par la vérification de présence des équipements obligatoires. On vérifie la présence d’une chambre de combustion à sole plane, et d’au moins une chambre de postcombustion, visuellement et en s’appuyant sur le documentation du constructeur » explique le contrôleur technique.

Le contrôleur assiste ensuite à une crémation « On choisis un cycle standard, partant du principe que l’opérateur peut augmenter le cycle en fonction de la corpulence du défunt. » le cycle ne doit pas excéder 90 minutes « Nous chronométrons l’opération et nous comparons nos résultats avec ceux de l’indicateur numérique ».

Les émissions de gaz

Pour le contrôle des rejets des crématoriums, qui demandent des installations et des compétences poussées, le contrôleur technique fait appel à un expert. Michel Chazottes, nous avait adressé à Jean-Christophe Auduberteau du laboratoire CERECO, dont l’interview est à lire ici.

On le voit, la mise aux normes 2018 implique une contrôle technique du crématorium poussé. « Nous avons de plus en plus de demandes » explique Michel Chazottes « au fur et à mesure que les crématoriums sont équipés ». Ceux qui sont sur la limite de date pourraient donc se trouver immobilisés en attendant le contrôleur ? « Non » rassure le directeur de Funéraires de France « Nous avons des contrôleurs dans chaque région, nous pouvons répondre à la demande ».

Le site de Funéraires de France : funeraires-de-france.fr

Contrôle technique des installations funéraires : tout ce qu’il faut savoir

0
funeraires de france contrôle technique des installations funéraires

Le contrôle technique des installations funéraires est une obligation. Mais, au-delà de la contrainte légale, elle présente un intérêt réel et inestimable pour les entreprises. Michel Chazottes, de Funéraire de France, nous explique pourquoi.

Qui contrôle ?

Funéraires de France est la filiale d’Etoile de France spécialisée dans le contrôle technique des installations funéraires. L’organisme est habilité COFRAC, Comité FRançais d’ACcreditation. Des inspecteurs sont recrutés et formés selon un cahier des charges très précis.

« Les procédures venaient d’évoluer, et il fallait des inspecteurs pour le contrôle technique des installations funéraires. Nous avons donc créé Funéraires de France, parce que le secteur nous intéressait vraiment. »

Mais comment se fait-on contrôler ? « La demande de contrôle est une démarche personnelle de l’entrepreneur. Souvent, suite à un courrier de la préfecture, pour un renouvellement d’habilitation. »

« Ҫa n’a rien à voir avec le contrôle technique de sa voiture » rassure Michel Chazottes « Nous traitons du matériel professionnel, utilisé par des professionnels, entretenu par des professionnels, et ce que je peux dire, à la lumière de mon expérience, c’est que les professionnels français travaillent bien. Dans l’immense majorité des cas, le contrôle est bon, et quand il ne l’est pas, c’est souvent pour une petite chose qui peut être facilement corrigée. ».

Le service de Funéraires de France est réfléchi pour apporter le maximum de satisfaction à son client « Nous avons pris un engagement de fournir notre rapport en 48 heures, maximum, pour que notre client puisse faire les démarches auprès de la préfecture, ou procéder, si besoin, à une remise à niveau de son matériel. Nous avons également créé un service de rappel. Un peu avant l’échéance, on envoie un courrier au client, afin qu’il ne soit pas pris de court au dernier moment et puisse s’organiser sereinement. »

Présent nationalement, Funéraires de France se déplace chez le client « Même pour les véhicules. Inutile ainsi de faire un trajet trop long, et d’immobiliser plus longtemps que nécessaire un véhicule indispensable à l’activité. »

Le rappel des points

Avec Funéraire Info, Funéraires de France est à l’origine d’une série d’articles sur divers aspects du contrôle technique.

Pourquoi cette démarche ? « La plupart des petits problèmes constatés sur les contrôles sont dû à un oubli, ou une méconnaissance d’un point technique de la législation. Souvent, ce n’est pas très grave, mais les professionnels, c’est normal, peuvent s’inquiéter. Ces petits rappels permettent de bien se préparer au contrôle, et de surveiller l’état de son parc. »

Vous pourrez retrouver ces articles listés ci-dessous.

Le site web de Funéraires de France : www.funeraires-de-france.fr

Les articles sur le contrôle technique :

Habilitation, y voir plus clair

Opacité et occultation des vitres du corbillard, l’expert explique

Le contrôle technique des corbillards

Transport sans cercueil, le contrôle des caissons

Accueil du public dans les crématoriums, les normes
Le contrôle technique des fours de crémation

Contrôle des rejets de crématorium, un expert explique

Normes : la ventilation dans les funérariums

La dispersion des cendres et l’immersion de l’urne en mer

Michel Chazottes, les bons conseils du contrôleur technique

Contrôle technique des cellules réfrigérées de Transport Sans Cercueil

0
Jaguar Pilato TSC

Les cellules réfrigérées des véhicules de transport de corps avant mise en bière sont un élément essentiel de l’habilitation des véhicules. Comme tous les équipements réglementés, le caisson doit faire l’objet d’un contrôle technique. Michel Chazottes, de Funéraires de France, le détaille et donne quelques conseils.

« L’évolution des normes a augmenté l’espérance de vie des caissons » Souligne Michel Chazottes, directeur de Funéraires de France. Le contrôle technique, donc, outre assurer de meilleures conditions de travail et sanitaires, est bénéfique pour les entreprises.

Transmission thermique, la clef

Lorsqu’il est mis en service, le caisson d’un véhicule de transport de corps avant mise en bière (ou mixte) fait l’objet d’un contrôle de conformité, qui le suivra toute sa vie. « La première étape consiste à contrôler la présence de ce document, et de vérifier que le numéro qui y est indiqué correspond bien au numéro de série de l’appareil ».

Plus technique, on calcule un coefficient de transmission thermique des caissons isothermes.

« Il est réalisé habituellement un calcul de coefficient de transmission thermique approché en fonction de l’âge du caisson, en utilisant la formule de la circulaire 2001/153 du 22/03/2001, c’est-à-dire en appliquant un coefficient d’actualisation qui augmente le coefficient de transmission thermique du caisson neuf de 10% tous les 3 ans. La circulaire a donné 3 exemples à 3/6/9 ans en arrondissant le coefficient à 1.1, 1.2 et 1.3. Cette formule est désormais applicable au-delà de ces dates. » explique Michel Chazottes

« Le coefficient d’actualisation a donc une valeur de 1.1 Puissance (n/3) à l’année n, soit respectivement 1.1/1.21/1.33/1.46/1.61 au bout de 3/6/9/12/15 ans. Pour un caisson dont le coefficient thermique en neuf serait de 0.48 W/mÇ/°K, les valeurs calculées à 3/6/9/12 ans seront ainsi de 0.53/0.58/0.64/0.70. L’utilisation de la formule permet de définir l’année où l’isolation du caisson ne sera théoriquement plus conforme (>0.7) et donc l’année où il devra être remplacé ou subir un contrôle en station d’essai pour vérifier sa conformité. Bien entendu cela suppose que le caisson reste en bon état. »

Devant notre mine déconfite, le contrôleur technique rassure « C’est notre métier, de faire ces calculs. »

Et de rajouter : « Si vous avez un doute, communiquez-nous votre PV de station d’essai, nous vous informerons…»

Contrôles

« On contrôle l’état de l’isolation du caisson, pour vérifier qu’il n’y a pas de défauts, ces derniers pouvant entraîner une déperdition thermique ». L’inspecteur poursuit ensuite son inspection « On vérifie qu’il n’a pas de système d’aération ou de partie vitrée. On inspecte aussi la surface interne du compartiment, pour vérifier qu’elle est lisse et imperméable ».

L’inspecteur vérifie les équipements du caisson ; la porte, qui doit pouvoir être bloquée en position ouverte, et doit également pouvoir s’ouvrir de l’intérieur. De même pour les civières, qui constituent des équipements obligatoires « Elles doivent être lisses, imperméables, et pouvoir être nettoyées sans que cela engendre de la corrosion. Sont vérifiés aussi les guides de ces civières à l’intérieur du caisson, sous forme de rails, ainsi que leur dispositif d’amortissage et de blocage ».

Mesure de température

Le point crucial du contrôle est la mesure de température. « On réalise cette mesure à vide, sans civière. On place le thermomètre dans le caisson, qu’on met en marche. Le compartiment doit atteindre une température donnée dans un délai imparti. Ainsi, pour une température ambiante entre 15 et 30 degrés, la température du caisson doit se situer entre zéro et 7 degrés, en moins d’une heure. Bien entendu, nous tenons compte des éléments. Si le véhicule est situé en plein soleil alors qu’il fait quarante degrés, les résultats sont impactés ; nous différons le contrôle ».

Les résultats sont corrélés avec ceux de la sonde externe destinée à indiquer à l’utilisateur du véhicule son bon fonctionnement. « On vérifie la température affichée, la sonde doit fonctionner. Ceci, la pompe funèbre doit déjà le savoir, sinon ça veut dire qu’elle ne contrôle jamais sa sonde, ce qui est grave ».

Si tous ces éléments sont en conformité, votre véhicule est prêt à repartir, bon pour le service.

Le site de Funéraires de France : funeraires-de-france.fr

Funérarium, contrôle technique, hygiène et sécurité par la ventilation

0
Inspection controle chambre funéraire funeraires de france

Le funérariums sont soumis à des normes très strictes, encore récemment renforcées. Que ce soit lors de leur ouverture ou ensuite régulièrement, des contrôles techniques sont impératifs pour obtenir ou maintenir leur habilitation. Au centre de toutes les attentions, la ventilation. Michel Chazottes, de Funéraires de France, nous éclaire.

« Il faut distinguer deux cahier des charges différents » explique Michel Chazottes, « celui de la ventilation des parties publiques, et celui de la ventilation des parties techniques. »

La ventilation dans les salons

« Dans un salon funéraire, il n’y a pas lieu de prendre de précautions spéciales, puisque soit le défunt a subi des soins de conservation, soit il repose sur une table réfrigérée, soit il est en bière, toutes ces solutions ne posant pas de problèmes d’hygiène particulière. » explique Michel Chazottes. « La ventilation est donc un circuit classique, avec prise d’air au sol et évacuation en hauteur. Le débit de remplacement de l’air dans la pièce est donc de 1 volume d’air par heure, c’est à dire que la ventilation doit évacuer et remplacer en une heure l’équivalent du volume d’air contenu dans la pièce, qui se calcule tout simplement en multipliant la hauteur par la largeur et la profondeur ».

La ventilation dans les salles de soins

Dans les salles de soins, la problématique est toute différente. « Les thanatopracteurs utilisent des produits volatiles qui peuvent s’avérer dangereux à l’usage. Le but du système de ventilation est donc de les envoyer à l’endroit où ils sont le moins dangereux, éloignés des voies respiratoires. C’est pour cela que la norme impose pour les salles de soins une ventilation avec prise d’air en haut et évacuation en bas, pour que les particules soient entraînées vers le sol ».

« Le volume d’air qui doit être renouvelé, selon le même mode de calcul, est de quatre par heure. » Soit l’équivalent de l’intégralité de l’air de la pièce renouvelé tous les quart d’heure. « Les évacuations d’air à l’extérieur doivent être munis de filtres à charbons et à odeurs. » complète Michel Chazottes.

Les pièges à éviter

Quelles sont les erreurs le plus souvent commises par les professionnels qui conduisent à une contre-visite ? « Dans les funérariums aux normes, rien de bien grave en général » rassure Michel Chazottes « Ce qui se produit, c’est que le gestionnaire oublie de remplacer les filtres. Ces derniers s’encrassent, font obstacle, et le débit d’air baisse au bout d’un moment. Il suffit de les remplacer. Si cette tâche a été planifiée et attribuée à une personne précise, c’est une sécurité. ».

Les contrôles

« Nous procédons aux contrôles avec des instruments tels que les anémomètres et les débitmètres à insertion. Funéraires de France, la société, est homologuée COFRAC, et chaque appareil l’est aussi, individuellement. Chaque nouvel instrument dont nous nous équipons est numéroté, envoyé dans un organisme certificateur COFRAC, testé sur banc d’essai. Nous nous devons d’assurer une fiabilité à toute épreuve. L’important, ce n’est pas le contrôle en lui-même, mais son implication : toutes ces normes ont été conçues pour protéger la santé des professionnels et usagers des funérariums, il ne faut pas l’oublier »

Il importe donc, pour l’ouverture d’un funérarium, de prêter attention à la ventilation de la salle de soins, quatre volumes d’air par heure du haut vers le bas. Et, pour l’entretien, de vérifier régulièrement les filtres.

Le site de Funéraires de France : funeraires-de-france.fr

La dispersion des cendres et l’immersion de l’urne en mer

0
bateau dispersion cendres immersion urne mer
(bateau : Antarès de Beneteau)

La dispersion des cendres en mer : un sujet qui suscite toujours de nombreuses questions, tant sur le site que sur la Page Facebook de Funéraire Info. Que peut-on faire ? Qu’est ce qui est interdit ? Avec Michel Chazottes, de Funéraire de France, nous répondons à vos questions.

La dispersion des cendres en mer : la législation

On voit de plus en plus de demandes de dispersions de cendres en mer, sur les communes littorales, par exemple. « C’est vrai. Depuis la loi de 2008 qui interdit de conserver les cendres au domicile, les désirs des familles en terme de destination des cendres ont beaucoup évolués. La dispersion des cendres en mer, par exemple, a connu un essor, mais ce procédé est régi par des règles précises » explique Michel Chazottes, directeur de Funéraires de France, contrôleur technique d’installations funéraires.

Mais alors, Michel, qu’est-ce qui est autorisé, et qu’est ce qui est interdit ? « La dispersion des cendres est interdite dans une rivière ou un fleuve. Elle peut se faire en mer, mais il convient de distinguer deux cas de figure. »

La dispersion des cendres et l’immersion d’une urne, c’est bien ça ? « Oui. Pour une dispersion des cendres, il faut s’éloigner au minimum de 300 mètres du rivage. Pour une immersion d’urne contenant les cendres d’un défunt, le minimum d’éloignement d’un rivage est de 3 milles marins, hors des voies et espaces publics maritimes clairement balisés ou délimités (port, chenal d’accès, parc de culture ou d’élevage marin …), ce qui représente un peu plus de 5500 mètres. »

Il y a un type de bateau précis qui soit exigé ? L’embarcation doit elle disposer d’une habilitation funéraire ? « Non, les dispersions de cendres en mer, que la famille use de sa propre embarcation ou passe par un prestataire disposant d’un bateau, entre dans le cadre du transport privé d’une urne, qui est autorisé. En revanche, un opérateur funéraire qui proposerait un tel service doit respecter la législation. Ce qui implique qu’il ne peut pas embarquer plus de passagers et membres d’équipages, le cas échéant, que le nombre pour lequel le bateau est homologué par son constructeur. La réglementation maritime doit être respectée, même si on ne s’éloigne que de 300 mètres, l’embarcation doit être à jour des équipements obligatoires. Enfin, l’activité doit être déclarée à la capitainerie du port d’attache. »

Être en règle administrativement

La famille doit-elle faire une déclaration ? Comme une dispersion en pleine nature ? « la dispersion en mer est un cas particulier. La famille (ou le prestataire) doit faire deux déclarations. La première est faite à la mairie du lieu de naissance du défunt. Elle mentionne la date et le lieu de dispersion. »

Enfin, pour faire les choses correctement, un prestataire de services « doit vérifier la présence d’un certificat de crémation, et délivrer un certificat de dispersion des cendres en pleine mer, ou d’immersion de l’urne selon les cas ».

Merci beaucoup, Miche Chazottes, et rappelons que Funéraires de France peut vous accompagner sur ces problèmes.

Le site de Funéraires de France : funeraires-de-france.fr

Funéraires de France, 2017, l’année du contrôle technique réussi

0
Inspection controle chambre funéraire funeraires de france

Démarche à la fois obligatoire juridiquement et utile logistiquement : le contrôle technique des installations funéraires. Funéraires de France et Funéraire Info travaillent de concert pour vous éclairer sur ce sujet important.

Le contrôle technique, mythes et réalités

Funéraires de France est une filiale d’Etoiles de France, société spécialisée dans le contrôle technique, créée par Michel Chazottes. « Les procédures avaient subi des évolutions, et des inspecteurs étaient nécessaires pour contrôler les installations techniques du funéraire. Nous avons donc créé Funéraires de France, parce que le secteur nous intéressait vraiment. » Le COFRAC, Comité FRançais d’ACcreditation, habilité par la société, pour répondre à la question « qui contrôle les contrôleurs ? » « Les inspecteurs sont formés selon un cahier des charges très précis » explique Michel Chazottes, « Et nous sommes suivis par le COFRAC qui atteste que nos contrôles sont réalisés dans les règles de l’art ».

Mais comment se fait-on contrôler ? « C’est une démarche personnelle de l’entrepreneur. Généralement, suite à un courrier de la préfecture, pour un renouvellement d’habilitation. »

« Cela n’a rien à voir avec le contrôle technique de sa voiture » rassure Michel Chazottes « Nous traitons du matériel professionnel, utilisé par des professionnels, entretenu par des professionnels, et ce que je peux dire, à la lumière de mon expérience, c’est que les professionnels français travaillent bien. Dans l’immense majorité des cas, le contrôle est bon, et quand les remarques sont formulées, la plupart du temps, elles portent sur des points de détail. ».

Michel a mis en place, à Funéraires de France, des services pour simplifier la vie de ses clients professionnels « Nous avons pris un engagement de fournir notre rapport en 48 heures, maximum, pour que notre client puisse faire les démarches auprès de la préfecture, ou procéder, si besoin, à une remise à niveau de son matériel. Ce que nous avons mis en place, aussi, c’est un service de courrier. Un peu avant l’échéance, on envoie un courrier au client, pour lui rappeler l’échéance. »

Présent nationalement, Funéraires de France se déplace chez le client « Cela évite aux entreprises de déplacer leur véhicule parfois assez loin, et donc de l’immobiliser trop longtemps »

Funéraires de France et Funéraire Info, ensemble pour vous aider

« Souvent, les petits problèmes constatés sur les contrôles sont dûs à un oubli, ou une méconnaissance d’un point technique de la législation. Même si ce n’est pas très grave, c’est une cause de stress pour des professionnels qui n’en ont vraiment pas besoin. Nous avons pensé que des rappels et conseils pouvaient être utiles. » explique Michel Chazottes. Depuis deux ans, maintenant, à travers des articles qui portent sur des points précis soumis à contrôle, Michel Chazottes aide les pompes funèbres à préparer les contrôles et à faire en sorte que les normes soient respectées au quotidien.

C’est avec plaisir que nous continuerons cette collaboration en 2017. Collaboration utile pour simplifier les contrôles, comme l’explique un client de Funéraires de France.

Bonne et heureuse année avec Funéraires de France sur Funéraire Info !

Vous pourrez retrouver ces articles listés ci-dessous.

Le site web de Funéraires de France : www.funeraires-de-france.fr

Les articles sur le contrôle technique :

Habilitation, y voir plus clair

Opacité et occultation des vitres du corbillard, l’expert explique

Le contrôle technique des corbillards

Transport sans cercueil, le contrôle des caissons

Accueil du public dans les crématoriums, les normes
Le contrôle technique des fours de crémation

Contrôle des rejets de crématorium, un expert explique

Normes : la ventilation dans les funérariums

La dispersion des cendres et l’immersion de l’urne en mer

Michel Chazottes, les bons conseils du contrôleur technique

L’accès aux installations funéraires des personnes handicapées

1
Handicap, accessibilité aux pompes funèbres, crématorium, chambre funéraire, funerarium, marbreries

Mais, au fait, quelles sont les règles d’accessibilité des pompes funèbres aux personnes handicapées ? C’est la question que nous nous sommes posés avec Michel Chazottes, de Funéraire de France. Vous allez voir que la réponse légale est beaucoup, beaucoup plus précise sur le terrain.

Le mot magique : ERP

En matière de pompes funèbres, crématoriums, funérariums, il n’y a qu’un seul mot à connaître : ERP. D’accord, c’est un acronyme, qui signifie tout simplement « Établissement Recevant du Public ». A partir du moment ou vous ouvrez une officine funéraire destinée à recevoir des familles, des visiteurs, en un mot, du public, vous êtes un ERP et devez vous conformer à la législation idoine.

Et pourtant… De nombreux établissements, pompes funèbres, marbreries, funérariums et crématoriums ne sont pas équipés en conséquence. Pourtant, aucun statut dérogatoire n’est accordé aux pompes funèbres. Au contraire, leur mission de service public devrait leur conférer, en la matière, un devoir d’exemplarité.

Ce que dit la loi

La loi est claire : quel que soit le handicap, les personnes concernées doivent pouvoir circuler avec la plus grande autonomie possible, accéder aux locaux et équipements, utiliser les équipements et les prestations, se repérer et pouvoir communiquer. Plus que cela : l’accès doit garantir les même possibilités d’accès qu’aux valides, ou, à défaut, l’équivalent. (article L 111-7 du code de la construction).

Sont concernés :

  • le stationnement des véhicules,
  • Les cheminements extérieurs,
  • les conditions d’accès et d’accueil dans les bâtiments,
  • les circulations horizontales et verticales (si étage) à l’intérieur des bâtiments,
  • les locaux intérieurs et les sanitaires ouverts au public,
  • les portes, les sas intérieurs et les sorties,
  • les revêtements des sols et des parois,
  • les équipements et mobiliers intérieurs et extérieurs susceptibles d’y être installés (dispositifs d’éclairage et d’information des usagers, par exemple).

Dérogations

Comme presque toutes les lois, celle-ci donne lieu à diverses dérogations. Elles sont néanmoins très précises.

Ainsi, vous pouvez vous trouver dispensé pour « impossibilité technique ». Alors, d’emblée, on se calme : un très faible nombre de bâtiments sont concernés. On citera, pour vous donner une idée, la Station Spatiale Internationale. Plus prosaïquement, si votre agence est située en pleine zone piétonnière, vous serez dans l’impossibilité technique de fournir des places de stationnement adapté.

La seconde hypothèse porte sur des contraintes patrimoniales. Ainsi, si votre agence (ou votre funérarium, ou votre crématorium etc.) sont dans un bâtiment classé et que ces modifications ne sont pas autorisées par les architectes des Bâtiments de France, alors vous êtes dispensé.

Dernier point, la disproportion entre le coût et les effets. Assez difficile à prouver, mais si vous avez une agence qui fait deux convois par mois, et que la transformation vous revient à trois ans de chiffre d’affaire, vous pouvez plaider votre cause. Autre hypothèse, une grande partie de vos locaux est « naturellement » accessible, et des transformations onéreuses n’amélioreraient pas cette accessibilité de façon significative, vous pouvez demander une dérogation.

Attention néanmoins : les dérogations d’accès aux personnes handicapées n’englobent pas tous les points. Par exemple, s’il vous est impossible de créer une rampe d’accès pour les fauteuils roulants devant votre agence, vous devez pourvoir à l’aménagement des locaux intérieurs et sanitaires malgré tout.

Enfin, si vous vous situez dans un immeuble en copropriété (cas rarissime) et que l’assemblée générale ne donne pas son aval pour les travaux extérieurs et des parties communes, vous devrez réaliser tous les aménagements intérieurs.

Un délai

La mise aux normes effective est traduite par une attestation d’accessibilité. Cette dernière doit être envoyée à la préfecture et à la commission d’accessibilité de la commune  ou est sis l’établissement concerné.

Une première obligation de mise aux normes avait été fixée pour 2015. Qui est toujours en vigueur… Pour ceux qui y avaient souscrits volontairement. Mais un report a été accordé jusqu’en 2018 pour les commerces de proximité et les services publics, et 2021 pour l’ensemble des commerces et ERP.

Les associations d’handicapés ont vivement regretté ces reports. Il faut les comprendre : 2021 correspondrait à l’application d’une loi d’accessibilité votée… en 1975.

Il n’empêche : les pompes funèbres se doivent d’être aux normes, sinon pour 2018, au moins pour 2021. Il semble même étonnant que personne, jusqu’à présent, n’ait pris le marché.

Funéraires de France : funeraires-de-france.fr

Inspection des crématoriums après la mise aux normes 2018

0
Four de crématorium inspection

Nous vous avions déjà parlé, avec Michel Chazottes de Funéraires de France, du contrôle technique des crématoriums. Le dirigeant de Funéraires de France revient sur les points particuliers  du contrôle technique après équipement d’un filtre à la norme 2018.

Mise aux normes

La mise aux normes 2018 sur les émissions de gaz des crématoriums entraîne des travaux importants et nécessitent un contrôle technique avant la remise en service du crématorium. Un contrôle de l’émission des gaz, donc ? « Pas seulement » explique Miche Chazottes. « Les filtres de crémation sont des appareils de taille conséquente. Dans certains cas, des travaux sur le bâti du crématorium sont nécessaires. Le contrôle d’un crématorium après mise aux normes porte donc sur trois points : les émissions de gaz, la sécurité et le contrôle du bâti. »

Pour le bâti, le contrôleur technique se base sur la documentation de l’architecte, appuyée par un contrôle visuel.

La sécurité

La partie sécurité comporte un dispositif de contrôle de température à l’introduction : « elle ne doit pas être inférieure à 350 degrés, ni supérieure à 900 degrés » souligne Michel Chazottes. L’introduction en elle-même ne doit pas durer plus de 20 secondes. Second dispositif, il doit y avoir un contrôle manuel de l’ouverture et la fermeture de la porte du four, et un second dispositif contrôlé manuellement qui permet de finir l’introduction du cercueil. Ces deux systèmes sont destinés à pallier une panne électrique.

Contrôle d’une crémation

« Le contrôle passe par la vérification de présence des équipements obligatoires. On vérifie la présence d’une chambre de combustion à sole plane, et d’au moins une chambre de postcombustion, visuellement et en s’appuyant sur la documentation du constructeur » explique le contrôleur technique.

Le contrôleur assiste ensuite à une crémation « On choisit un cycle standard, partant du principe que l’opérateur peut augmenter le cycle en fonction de la corpulence du défunt. » le cycle ne doit pas excéder 90 minutes « Nous chronométrons l’opération et nous comparons nos résultats avec ceux de l’indicateur numérique ».

Les émissions de gaz

Pour le contrôle des rejets des crématoriums, qui demandent des installations et des compétences poussées, le contrôleur technique fait appel à un expert. Michel Chazottes, nous avait adressé à Jean-Christophe Auduberteau du laboratoire CERECO, dont l’interview est à lire ici.

On le voit, la mise aux normes 2018 implique une contrôle technique du crématorium poussé. « Nous avons de plus en plus de demandes » explique Michel Chazottes « au fur et à mesure que les crématoriums sont équipés ». Ceux qui sont sur la limite de date pourraient donc se trouver immobilisés en attendant le contrôleur ? « Non » rassure le directeur de Funéraires de France « Nous avons des contrôleurs dans chaque région, nous pouvons répondre à la demande ».

Le site internet de Funéraires de France : funeraires-de-france.fr