Accueil Tags Funexpo

Tag: Funexpo

Hadès collection : Des urnes pour un deuil sur mesure

0

Vous vous souvenez de SECOFIN ? Je vous en avais parlé peu après le salon FUNEXPO. Les urnes d’Hadès collection, étaient mon coup de coeur du salon. Leur nouvelle collection me confirme pourquoi ce sont toujours autant mes préférés.

Chez Hadès, personne n’a chômé depuis la fin du salon, toujours dans la fabrication d’urnes personnalisables en plexiglas , ils ont travaillé cette fois sur le design même des urnes afin de proposer une collection complète adaptée aux demandes de chacun.

Les formats changent

Alors qu’auparavant nous étions sur un format standard de 163 X 225 X 163 mm, les urnes sont cette fois plus petites, notamment en ce qui concernent celles pour les animaux. chat-hades-noir- Hadès collection : Des urnes pour un deuil sur mesure

Cette urne par exemple mesure 163 X 163 X 112. L’impression est sur quatre faces + le couvercle. La contenance est de 3  kg.  Une urne qui est donc plus petite pour s’adapter aux différentes tailles d’animaux.

Et pour les ptits rikiki ?

urne-coeur-pattes-hades Hadès collection : Des urnes pour un deuil sur mesure

Encore plus petit c’est possible avec des urnes, – ci-après pour un chien– ou –ci-dessous pour un chat-, qui ne dépassent pas une contenance de 0,5 kg, pour une dimension de 70 X 70 X 120

urne-chat-hades-2 Hadès collection : Des urnes pour un deuil sur mesure

Un souvenir persistant, mais discret.

Les urnes plates

La grande innovation d’Hadès, ce sont les urnes plates, si bien que l’alliance du travail remarquable sur le plexiglas, et la personnalisation en font des objets de décoration, tout à fait singuliers. Personne ne peut se douter un instant que l’intérieur de l’objet contient des cendres et font de ces urnes une dimension symbolique particulière pour son propriétaire.

chat-plat-noir- Hadès collection : Des urnes pour un deuil sur mesureurne-plate-hades- Hadès collection : Des urnes pour un deuil sur mesure

Pour les défunts, l’urne ci-dessus mesure 360 X 220 X 45 mm. Quand à celle pour animaux, elle est légèrement plus petite, mesurant alors 225 X 205 X 35 mm. Les particularités de ces urnes font qu’elles peuvent se poser à plat, mais elles peuvent tout à fait s’accrocher au mur, une attache est fournie. Elles sont personnalisables sur le dessus.

Ah l’amour

Alors ça…c’est mon coup de cœur de coup de cœur. Bref une mise en abîme de l’amour.

urne-yin-yang-hades-1-1 Hadès collection : Des urnes pour un deuil sur mesure

Chez Hadès on ne fait pas les choses à moitié…

Ou si plutôt ! Des urnes particulières afin de réunir deux amours.

Cette urne Yin Yang par exemple est en impression une face à l’avant. L’urne fait 150 mm X 330 mm X 100. Toujours en plexiglas les deux urnes se place sur le support fourni.

Efficacité et précision

Si les urnes sont plus petites pour la plupart, elles n’en sont pas moins esthétiques, bien au contraire. Le plexiglas est toujours travaillé avec beaucoup de soin et les finitions impeccables. Une solidité et une robustesse qui garantissent au propriétaire une tranquillité d’esprit sur son objet symbolique.

Hadès c’est aussi une efficacité remarquable. Ces passionnés travaillent sans relâche pour vous proposer des urnes adaptées à vos besoins et à votre deuil. Quelques heures à peine pour l’envoi et l’impression de vos photos, 12 heures pour la réalisation de l’urne et un envoi sous 24 à 48H.

Contact : http://Pour en savoir plus : http://hades-collection.com/

 

POMPES FUNÈBRES DE FRANCE en croissance sur le marché français

0
POMPES FUNEBRES DE FRANCE srand funexpo

Madame Thiéfine, bonjour, nous venons de recevoir un communiqué de presse de POMPES FUNÈBRES DE FRANCE pour la Toussaint et nous souhaiterions vous poser quelques questions sur ce texte et sur votre présence à Funexpo en septembre dernier.

Funéraire-Info : Vous évoquez le développement de la marque POMPES FUNÈBRES DE FRANCE depuis le rachat au printemps dernier, pouvez-vous nous faire un point de la situation?

Sandrine-Thiéfine-Sept-2016-200x300 POMPES FUNÈBRES DE FRANCE  en croissance sur le marché français
Sandrine Thiéfine, Présidente de POMPES FUNÈBRES DE FRANCE

Sandrine Thiéfine : Il est important d’informer les acteurs du funéraire que notre réseau a commencé sa croissance. Nous avons réalisé toutes les fondations depuis le rachat au printemps dernier, nous sommes repartis d’une feuille blanche concernant le marketing, la communication et internet, nous y avons mis des moyens financiers importants. Nous sommes maintenant en train de déployer notre marque sur l’ensemble du territoire français. Nous  allons ouvrir prochainement 12 nouvelles agences, notamment en région parisienne, dans le Nord et dans le Sud de la France. Nous avons à ce stade plusieurs dizaines de dossiers en cours d’analyse, nous avons un travail important à réaliser concernant nos implantations qui sont très stratégiques. Nous sommes obligés de renforcer notre équipe pour pouvoir répondre à la demande de candidatures à la franchise, mais pas seulement, nos franchisés recrutent des Conseillers Funéraires, nous sommes des créateurs d’emplois. Notre marque est en train de s’imposer dans le paysage funéraire, et nous en sommes très heureux. Notre réseau se définit par des valeurs de partage et d’échange ce qui attire forcément les entrepreneurs.

F.I. : Vous avez une approche résolument moderne du métier, de son évolution, de l’évolution des demandes des familles, pouvez-vous nous en dire plus ?

Sandrine Thiéfine : Dès le départ, nous avons souhaité nous démarquer de ce qui se passe sur le marché funéraire français. Notre marque est à la fois puissante et rassurante rien que par son nom. Nous avons souhaité lier la modernité avec la sobriété. Notre objectif est d’offrir une image globale cohérente afin de définir notre identité. Une chose est sure, nous nous mettons systématiquement à la place d’une famille et nous analysons ce qu’elle est en droit d’attendre d’une entreprise funéraire. Même si le choix des familles reste très traditionnel, nous devons analyser et tester la modernité et l’évolution des produits et des services que nous offrons dans notre réseau.

F.I. : Code de déontologie, label « Partenaire d’Excellence » pour promouvoir l’art funéraire français, démarche de développement responsable, simple argument marketing ou volonté forte et assumée de transparence vis-à-vis des familles ?

Sandrine Thiéfine : Concernant la  fabrication française, ce n’est pas simplement du marketing, ce sujet est très important. Nous devons faire travailler l’industrie française et nous avons souhaité nommer nos partenaires des « Partenaires d’Excellence » car nous souhaitons les meilleurs et les plus performants pour les familles et pour nos franchisés. Nous avons visité nos partenaires dans leurs usines, et je vous confirme que nous avons de très bons produits et d’excellents ouvriers en France, il ne faut pas oublier que ces acteurs sont aussi la réussite de notre métier.  Côté marketing, notre transparence est totale vis-à-vis des familles qui nous font confiance, car nous avons un réel respect pour nos clients.

Pour le Code déontologie, c’était une évidence, il est signé par chaque franchisé du réseau et je n’ai pas d’inquiétude pour leur professionnalisme.

F.I. : Funexpo 2016, Le stand des POMPES FUNÈBRES DE FRANCE faisait partie des stands incontournables du Salon, pouvez-vous revenir sur vos 3 jours Lyonnais ?

Sandrine Thiéfine : Nos journées ont été très intenses, c’était fabuleux de voir l’enthousiasme des entrepreneurs funéraires pour notre marque, nos discussions étaient constructives et de grandes qualités. Nous avons aussi pu constater que nous avions l’ensemble de la profession à nos côtés et cela fait particulièrement plaisir. Nous avons de véritables soutiens, aussi bien les entrepreneurs funéraires que les fournisseurs, nous avions des ambassadeurs qui véhiculaient notre marque lors de ce salon. D’ailleurs, j’en profite pour les remercier une nouvelles fois.

F.I. : Le marché Funéraire est en pleine transformation, concentration, rapprochement, financiarisation, que dire aux indépendants pour les convaincre de vous rejoindre ?

Sandrine Thiéfine : Je leur dit simplement de ne pas se tromper d’enseigne, comme déjà précisé dans une précédente interview, le choix d’une entreprise pour rejoindre notre réseau est stratégique, financier et personnel. De notre côté, nous souhaitons les meilleurs entreprises funéraires du marché et je sais dire « non » si le candidat n’est pas à la hauteur de notre marque, le candidat doit être exemplaire et véhiculer parfaitement notre beau métier avec le plus grand professionnalisme et le plus grand respect vis-à-vis des familles et des défunts. Notre réseau, nous le construisons avec nos franchisés, car il ne faut pas oublier que ce sont eux les acteurs de notre marque, il est donc important de ne pas se tromper.

F.I. : Merci Sandrine pour vos réponses et en cette veille de Toussaint, je vous laisse la conclusion.

Sandrine Thiéfine : La période de la Toussaint, comme chaque année est intense pour l’ensemble des entreprises funéraires, je leur souhaite bon courage. Les médias parlent de notre métier principalement à la Toussaint, mais de mon côté je n’oublie pas que les professionnels du funéraires travaillent douze mois dans l’année pour répondre aux attentes des familles.

Europe Metal Concept, Louis Piazza valorise Funexpo

2
Louis Piazza de europe Metal Concept à côté du prototype du broyeur de calcius

Europe Metal Concept était présent à Funexpo, et Louis Piazza, son dirigeant, y a donné une conférence très suivie sur la réglementation du recyclage des métaux et de la revalorisation des déchets. On pouvait également y découvrir son broyeur de calcius. Retour sur ce salon apprécié.

Funéraire-Info : Bonjour, présentez-vous en quelques lignes et présentez votre société :

Europe Metal Concept (EMC) : Nous sommes une société spécialisée dans le recyclage de métaux, et de revalorisation des déchets, et notre activité dans le funéraire se concentre principalement sur le traitement des métaux issus de la crémation.

Nous avons également développé un broyeur de calcius. Celui-ci fonctionne grâce à un système de vibrations à haute fréquences, et s’occupe automatiquement du tri des métaux. Nous les présentions à Funexpo.

Funéraire-Info : Changement de Hall, changement de date, finalement qu’en avez-vous pensé ?

EMC : A mon avis, c’est trop tôt dans l’année. Pour les entreprises, une année commence en septembre, à la rentrée, et il y a beaucoup de choses à faire. Le salon arrive beaucoup trop tôt, on n’a pas eu le temps de se retourner.

Funéraire-Info : Quelles sont vos impressions globales sur la fréquentation du salon ? Et sur la fréquentation de votre stand ?

EMC : J’ai l’impression que la fréquentation était en baisse par rapport aux années précédentes. La fréquentation de notre stand n’est pas très parlante : nous avons de nombreux clients qui sont passés au salon et venus nous rencontrer, mais il est vrai que notre activité très spécifique attire un nombre plus réduit de personnes, qui sont spécialisées dans le domaine de la crémation.

Funéraire-Info : Avez-vous vendu ? Avez-vous identifié de nouveaux clients potentiels ?

EMC : Oui, nous avons pris des contacts, français et étrangers, d’ailleurs, qui vont déboucher sur des partenariats très prochainement.

Funéraire-Info : Le salon est l’occasion de rencontrer ses clients, les visiteurs, mais est ce aussi l’occasion de nouer des partenariats avec d’autres exposants, vous avez fait de belles rencontres ?

EMC : Oui, on en fait toujours. Après, comme je vous le disais, notre activité est très spécifique, donc au-delà du plaisir de se rencontrer, les exposants avec un secteur d’activité éloigné du nôtre et nous avons peu de chance de travailler ensemble.

Funéraire-Info : Avez-vous atteint les objectifs que vous vous étiez fixés en venant, ou ce que vous espériez ?

EMC : Oui, nous ne nous étions pas fixés d’objectifs définis, mais nous avons noué des contacts fructueux, et j’ai pu, lors de mon intervention aux ateliers, rappeler la réglementation. Elle est claire et précise, et malheureusement trop mal connue des professionnels du secteur.

Funéraire-Info : Avez-vous vu sur des stands des choses qui vous ont particulièrement marqué ?

EMC : Oh, oui, j’ai vu de belles choses, il serait trop long de les énumérer. Mais ce qui m’a le plus marqué, dans cette édition, c’est que le salon était plus aéré, moins fouillis  et qu’il était beaucoup plus agréable de s’y promener que durant les éditions précédentes, dans mon souvenir.

Funéraire-Info : Quel bilan tireriez-vous de cette édition, et quel conseil pourriez-vous donner aux organisateurs pour une meilleure édition 2018 ?

EMC : Garder cet aspect moins fouillis et aéré, qui est très plaisant. Je pencherai aussi pour un retour en novembre. Et puis, peut être, réfléchir à organiser les ateliers au centre du salon, y créer un point duquel on pourrait rayonner ensuite. L’assistance serait plus fournie que si les ateliers se trouvent au fond.

Funéraire-Info : Et en 2018, vous serez présents ?

EMC : C’est beaucoup trop tôt pour le dire. Je vous le dirais dans un an et demi.

Site web de Funexpo : www.funexpo-expo.com

Site Web Europe Metal Concept : europemetalconcept.fr

Europe Metal Concept

c/o 2 Place Alexandre Farnèse

84000 AVIGNON

Funexpo 2016 : Stéphane Piccolo, l’homme à la moto

1

Stéphane Piccolo s’est fait remarquer à Funexpo avec ses urnes cinéraires en forme de casque de moto et de ballon de football. Il nous donne sa vision et son ressenti du salon.

Funéraire-Info : Bonjour, présentez-vous en quelques lignes et présentez votre société :
Stéphane Piccolo : Je suis Stéphane Piccolo, artisan-commercant, et créateur d’urnes personnalisées en résine avec des designs très ciblés, pour les fans de moto et de football, notamment.

Funéraire-Info : Changement de Hall, changement de date, finalement qu’en avez-vous pensé ?
Stéphane Piccolo : Je n’ai pas d’avis à ce propos, c’était ma première participation, donc je n’ai pas d’élément de comparaison.

Funéraire-Info : Quelles sont vos impressions globales sur la fréquentation du salon ? Et sur la fréquentation de votre stand ?
Stéphane Piccolo : La fréquentation était un peu en dessous de celle attendue. Nous avons eu beaucoup de monde le jeudi, mais un peu moins le vendredi et le samedi.

Funéraire-Info : Avez-vous vendu ? Avez-vous identifié de nouveaux clients potentiels ?
Stéphane Piccolo : Nous avons vendu quelques modèles, qui arrivent juste sur le marché, des ventes concrètes en direct en plus des contacts.

Funéraire-Info : Le salon est l’occasion de rencontrer ses clients, les visiteurs, mais est ce aussi l’occasion de nouer des partenariats avec d’autres exposants, vous avez fait de belles rencontres ?
Stéphane Piccolo : Oui, nous avons rencontré des personnes du funéraire avec qui nous avons eu des échanges sympathiques, et des curieux qui seront peut être de futurs clients.

Funéraire-Info : Avez-vous atteint les objectifs que vous vous étiez fixés en venant, ou ce que vous espériez ?
Stéphane Piccolo : L’objectif était de vendre quelques modèles, donc oui, il a été atteint. Le produit arrive juste sur le marché, c’est encourageant.

Funéraire-Info : Avez-vous vu sur des stands des choses qui vous ont particulièrement marqué ?
Stéphane Piccolo : Beaucoup de jolies choses, le secteur funéraire est ouvert à la nouveauté, et c’est tant mieux.

Funéraire-Info : Quel bilan tireriez-vous de cette édition, et quel conseil pourriez-vous donner aux organisateurs pour une meilleure édition 2018 ?
Stéphane Piccolo : Je préférerais un salon en novembre, après la Toussaint, période peut être plus propice à ces offres.

Funéraire-Info : Et en 2018, vous serez présents ?
Stéphane Piccolo : Oui, je serais présent en 2018, et j’aurais certainement une vision plus claire à ce moment là.

Nom de votre enseigne : Picolo Stéphane Designs
Nom du responsable : Stéphane Piccolo
Adresse : 12 rue des vignes
CP : 71460
Ville : ST MARTIN DU TARTRE

Adresse mail : stephane.piccolo@orange.fr

AJA Confection, le salon Funexpo de tous les succès

1

Aja Confection était présent pour la première fois à Funexpo. Ils se sont aimablement prêtés à notre questionnaire exposants, profitant de l’occasion pour décerner un satisfecit aux organisateurs.

Funéraire-Info : Bonjour, présentez-vous en quelques lignes et présentez votre société :

Aja Confection : AJA est une entreprise familiale, basée à Liverdun à côté de Nancy, qui opère sur le marché du prêt à porter depuis 1995. Nous fournissons plus de 500 magasins indépendants en France. Nous disposons d’un stock de 80 000 pièces suspendues pour un stock permanent de 40 000 pièces afin de satisfaire au mieux nos clients. AJA est également un fournisseur de l’habillement pour des collectivités locales et plus particulièrement les réseaux de transport en commun.

Aja est également fabriquant de vêtements de cérémonie à destination des pompes funèbres, ce qui était la raison de notre présence à Funexpo.

Funéraire-Info : Changement de Hall, changement de date, finalement qu’en avez-vous pensé ?

Aja Confection : Nous n’avons pas d’avis sur la question : c’était notre première participation au salon Funexpo de Lyon, et nous ne pouvons donc pas comparer avec les éditions précédentes.

Funéraire-Info : Quelles sont vos impressions globales sur la fréquentation du salon ? Et sur la fréquentation de votre stand ?

Aja Confection : Il y avait moins de monde qu’à Paris. Mais la différence vient du fait qu’il y avait beaucoup moins de promeneurs. Le salon nous a donnés l’impression d’être plus qualitatif dans cet aspect du visitorat, et nous avons eu du monde en permanence sur le stand.

Funéraire-Info : Avez-vous vendu ? Avez-vous identifié de nouveaux clients potentiels ?

Aja Confection : Tout cela. Nous avons fait des ventes directes sur le stand, et nous avons convenu de rendez-vous ultérieurs avec des clients potentiels. Au delà de ça, nous avons pris beaucoup de contacts, nous verrons quels en seront les développements futurs.

Funéraire-Info : Le salon est l’occasion de rencontrer ses clients, les visiteurs, mais est ce aussi l’occasion de nouer des partenariats avec d’autres exposants, vous avez fait de belles rencontres ?

Aja Confection : Nous avons effectivement tissé des liens avec des exposants, du fait que les stands étaient plus rapprochés. Des lins de bonne entente avec une forme d’affection qui débouche sur de vraies amitiés.

Funéraire-Info : Avez-vous atteint les objectifs que vous vous étiez fixés en venant, ou ce que vous espériez ?

Aja Confection : Alors là, la réponse est claire, nette et précise : non, nous n’avons pas atteints nos objectifs, nous les avons très largement dépassés ! En terme de résultat, sur tous les plans, nous avons eu beaucoup plus de résultats que ce que nous espérions.

Funéraire-Info : Avez-vous vu sur des stands des choses qui vous ont particulièrement marqué ?

Aja Confection : Nous avons vu de jolies choses, pour le peu de temps ou nous pouvions nous promener sur le salon, mais la seule chose qui nous ait marqué, peut être, c’est la difficulté pour des petits exposants de se faire voir, parfois cachés derrière le stand des gros.

Funéraire-Info : Quel bilan tireriez-vous de cette édition, et quel conseil pourriez-vous donner aux organisateurs pour une meilleure édition 2018 ?

Vous : Difficile de donner des conseils aux organisateurs, comme nous l’avons exprimé, nous sommes contents de ce salon et nous n’aurions peut-être pas fait mieux. Mais… Si ils pouvaient me prévenir dès le moment de l’ouverture des inscriptions, afin que nous choisissions un emplacement encore meilleur, ce serait parfait !

Funéraire-Info : Et en 2018, vous serez présents ?

Aja Confection : Oui, nous serons présents en 2018, en espérant retrouver la même qualité que l’édition 2016.

Nom de votre enseigne : AJA CONFECTION

Nom du responsable : ALEXANDRE PIGACHE

Adresse : 31, AVENUE DU GARD

CP : 54460

Ville : LIVERDUN

Téléphone : 0682497121

Adresse  mail : commercial@aja-confection.fr

Site Internet : www.aja-confection.fr

Funexpo 2016, coup de coeur et de chapeau à la FFPF

0

Il me reste un coup de cœur à décerner suite au Funexpo Lyon. Un coup de cœur d’ailleurs commun à toute la rédaction de Funéraire Info, décerné à l’unanimité du jury de nos journalistes, et accompagné de notre gratitude. Coup de cœur, donc, à la FFPF et à Etai.

Le stress de l’avant

Il suffisait de voir le visage de Florence Fresse durant les derniers préparatifs du stand de la Fédération Française des pompes Funèbres mercredi soir pour se rendre compte des efforts et de l’importance consacrée par tous les membres de la FFPF à l’organisation de ce salon Funexpo. Fatiguée mais concentrée, Florence contrôlait jusqu’au moindre détail l’agencement du stand.

Le lendemain, elle entamait un marathon de trois jours, jonglant sans cesse entre ses propres interventions en conférence, l’accueil des visiteurs, la résolution des problèmes et questions, plus que jamais, elle méritait sa place de cheville ouvrière de la Fédération.

Donc, merci, Florence.

Un fédération ouverte et unie

De Alain Hoffarth à Roger Schvartsman, co présidents, de Dimitri Girardi à Loïc d’Heilly, de Marie-France Bleyer à Anthony Pueyo, et Fabrice Biras, représentant des outre-mer, l’état-major de la FFPF était présent et se rendait disponible, pour travailler à l’avenir de la profession, afin que chacun, des groupes aux indépendants, puisse continuer à exercer son métier dans les meilleures conditions.

Le programme des conférences mis en place montrait bien les ambitions de la FFPF, notamment centraliser tous les renseignements, aussi bien nationaux qu’internationaux, concernant la profession d’entrepreneur de pompes funèbres, afin d’en informer les adhérents.

Mais la FFPF n’était pas le seul organisateur : Etai a accompagné la Fédération à chaque étape de l’organisation du salon, et mérite largement de partager le coup de chapeau.

Le tout, toujours dans une ambiance conviviale.

Merci, donc, aux administrateurs et à l’ensemble de la FFPF.

Un salon réussi

Il faut reconnaître que le salon a été reconnu par la plupart comme une franche réussite, même si certains ont pu regretter des déficit de fréquentation ressentie. L’analyse revenue la plus souvent, néanmoins, est que le visiteur de Funexpo n’est pas là par hasard. Il est venu pour découvrir de nouveaux produits et acheter. Les exposants tombaient quasiment tous d’accord sur le fait que Funexpo n’est pas un salon quantitatif, mais qualitatif.

Les visiteurs, eux, appréciaient le fait d’avoir le temps de discuter avec les exposants, de regarder en détail les produits exposés, et, d’une manière plus intangible, l’ambiance familiale et décontractée qui régnait au salon.

Soulignons la présentation en deux minutes, une excellente idée. Pouvoir présenter son entreprise en allant à l’essentiel et donner envie d’en savoir plus en visitant le stand, voilà un challenge que les participants ont relevé avec brio.

Enfin, nous n’oublions pas, dans ce coup de coeur et de chapeau, l’infatigable Cyril Ladet, sachant toujours manier efficacité et bonne humeur. Cyril, la fédération de marathon nous a demandé votre numéro de portable, quelque chose à voir avec les prochains jeux olympiques, on leur donne ou pas ?

Mais, attendez, on n’oublie personne ? Si, bien entendu, les visiteurs. Parfois venus d’à côté, Lyon, par exemple, parfois venu de loin, Tahiti (24 heures d’avion), merci d’avoir visité le salon et rendu hommage au travail de ses organisateurs.

Funexpo : www.funexpo-expo.com

Le site de la FFPF : www.federationpompesfunebres.com

FUNEXPO, retour du salon Lyonnais

0
salon funexpo 2016

Funéraire Info a couru les allées, interviewé, inauguré… bilan du salon.

Première expérience en tant que journaliste

Et premier salon à Lyon pour ma part. Les lieux sont accueillants, l’ambiance moins « rush » qu’à Paris, les exposants sont plus disponibles.

J’ai été très chaleureusement reçue par les exposants qui ont eu la gentillesse de m’accorder du temps. J’ai appris beaucoup de choses, découvert des produits prometteurs, des entrepreneurs enthousiastes et confiants dans leurs marques.

Si beaucoup déploraient le manque de visiteurs vendredi, se demandant si le jeu en valait encore la chandelle, samedi matin a vu une affluence beaucoup plus prononcée.

Heure-300x225 FUNEXPO, retour du salon Lyonnais
Le temps, au cœur des préoccupations du funéraire.

Une tendance s’est démarquée côté marbrerie : le temps. Gagner du temps, aller vite ! Un vrai problème quand on y pense : avez-vous déjà vu un marbrier livrer un chantier dans les temps ? J’exagère à peine. Mais il est vrai qu’à l’ère d’internet et sachant par exemple qu’Amazon livre ses produits en 1 jour ouvré, les clients des PF et marbreries en attendront bientôt de même. Et beaucoup de fournisseurs du funéraire ont eu du flair en proposant des outils faisant gagner du temps, qui sont livrés vite, et/ou que les clients peuvent obtenir sur internet.

Les coups de cœur

Rien ne m’a totalement transcendée par rapport aux salons que j’ai déjà pu faire. Mais !

J’ai été particulièrement marquée par quelques exposants. Tout d’abord Mémograv qui a complètement innové en proposant des motifs en bronze sur mesure. L’innovation se trouvant dans le fait que l’entreprise ne fait pas couler les bronzes sur mesure ce qui reviendrait à vendre des plaques à 3000€ l’unité. L’innovation est ailleurs et j’y reviendrai dans l’article qui leur est consacré.

Le monuments de la collection Absolu par CIMTEA pouvaient être admirés. J’avais déjà eu un coup de cœur pour la collection lorsque je l’ai présentée ici. Les voir en vrai, c’était confirmer qu’ils sortent du lot, qu’ils ont fait l’objet d’une réflexion et qu’ils sont bien uniques en leur genre.

Je donne la note de 10/10 à tous les exposants qui m’ont accueillie ! Les Granits Michel MAFFRE, l’équipe de Fonda Pieux, l’équipe d’Isuzu, de En Sa Mémoire, de Gravograph, de FIMO, Braumat, Nova … Comme le soulignait Sarah, on peut parfois rencontrer du sexisme dans la profession, mais leur accueil m’a rassurée : oui une femme peut parler marbrerie et bagnoles ! Et les échanges allaient au delà de la simple interview, échanges d’idées, discussion, questions dans les 2 sens, (des cafés!), en résumé un bon moment passé avec chacuns !

Les moins

Les moins ce sont les quelques exposants qui n’ont pas paru vouloir être interrogés, malgré l’absence de visiteurs lors de mon passage, partie remise je l’espère. Petit rappel aux exposants qui ne le savaient pas : à Funéraire Info, quand on vous demande une interview, on ne vous demande pas un chèque en repartant ! Connaître les fournisseurs du funéraires et parler de leurs produits, c’est cela aussi, l’actualité du funéraire. Pour nous, c’est notre métier, et pour vous, de la visibilité.

Et bien sûr le manque de temps puisque j’aurai aimé rendre visite à beaucoup plus d’exposants !

WP_20160925_16_31_44_Pro-300x169 FUNEXPO, retour du salon LyonnaisCôté Funéraire Info

L’équipe s’est retrouvée au complet pour la première fois. Notre vision commune du funéraire et surtout de Funéraire Info nous a conduit à une certitude : nous faisons une belle équipe !

Guillaume a été particulièrement occupé à dédicacer son livre, mais saura vous faire part de ses impressions sur le salon.

Sarah, à force de courir le marathon, a perdu une cheville (merci aux organisateurs de lui renvoyer s’ils la retrouvent) ; mais a su séduire plus d’un exposant avec son beau sourire et SURTOUT son professionnalisme.

Quand à Eric notre grand manitou, il a su représenter et séduire pour Funéraire Info, son bébé, sa vie, sa bataille !

Je pense que nous sommes tous gonflés à bloc pour vous faire notre compte rendu en bonne et due forme. Et surtout continuer à faire avancer le TGV que devient notre journal web, prenez le temps en marche !

Train-vite-300x225 FUNEXPO, retour du salon Lyonnais

 

Funexpo , Projets, Programme : On fait le point

0

Mais BON-JOUR ! Nous sommes revenus. Pour être tout à fait honnêtes nous avons failli ne pas rentrer, ou du moins pas en entier. Le corps qui vous lâche, la fatigue accumulée et nous voilà soit malade, soit tout cabossé. On a donné de notre corps à ce salon ! Mais nous aurions quand même trouvé un moyen de revenir vers vous. Pour ceux que l’on a pas croisé, j’espère que l’on vous a manqué un petit peu, en tout cas, à moi, vous m’avez manqué. Eh oui, il y a du soleil ( chez moi en tout cas ), je suis mignonne tout plein aujourd’hui. Beaucoup de blabla qui en disent long sur mes cernes, mais tout ça pour dire que nous sommes revenus avec plein de nouvelles idées.

Vous nous aviez demandé une application ? Elle est disponible sur Apple et Android.

Vous nous aviez demandé plus de photos ? Il y en aura.

Vous nous aviez demandé plus de vidéos et de reportages ? C’est comme si c’était fait.

Profitez-en Noël approche, vous pouvez envoyer vos listes. Je ne vous garantis pas que Guillaume vous prendra sur ses genoux déguisé en Père Noël mais je vous promets de demander.

Des têtes bien remplies d’idées qui débordent jusqu’au prochain salon où là encore on travaille dès aujourd’hui à vous surprendre.

Cette semaine, évidemment on vous raconte tout…

Vous saurez tout des clins d’œil en coin de stand. Dans ma chronique je vous amène dans mes coups de gueule, dans mes coups de cœur. Vous verrez que la misogynie à de jolis jours devant elle. Je vous parlerai de Laura, cette petite perle de lectrice, parce que c’est pour des personnes comme elle que tous les jours nous allons chercher de nouvelles idées.

Aujourd’hui on ira du côté de Nova qui lance sa formation en thanatopraxie, demain je vous ferai découvrir des urnes pas tout à fait comme les autres. Mercredi (rose on se repose, oui rhoo) vous apprendrez que le deuil ça peut être très coloré. Jeudi je vous donne des nouvelles du SPTIS, et vendredi un article 100% féminin avec la revue de presse d’Univers-Obsèques.au-travail-post-funexpo Funexpo , Projets, Programme : On fait le point

Éric vous rendra jaloux avec la liste des plus jolies filles du salon, (d’ailleurs il parlera des « canons » en tout genre, mais pas forcément ceux auxquels vous pensez) , je vous ferai aussi ma liste de ces hommes que l’on ne pouvait pas rater, histoire d’équilibrer tout ça. Guillaume a fait chauffer son poignet au salon, il a pas mal de choses à vous raconter.

Bien sur vous aurez l’humble point de vue de notre Funexpo à Guillaume, Mélanie, Éric et moi (phrase que l’on pourrait mettre en chanson, mais je vous épargne ça)

Bon ce n’est pas tout ça, mais on y va. De toute façon partout où je vais, je vous prends avec moi. Et vous aussi ! maintenant que vous avez l’application…n’est-ce-pas ?

Sarah

 

Mes sincères condoléances, le Tome 2 à FUNEXPO à Lyon

0

Attention, les commissures de vos lèvres vont dangereusement approcher vos oreilles. Vous l’attendiez ? Nous aussi. Guillaume Bailly revient avec un deuxième Tome de Mes sincères condoléances toujours aussi gourmand en histoires et anecdotes.

Déjà deux ans depuis le premier livre et le succès mérité de Nos sincères condoléances. Maintenant que c’est un auteur émérite, impossible de faire son article lui-même. J’en ai donc profité et me suis délectée de lui poser quelques questions. Une interview pleine de sourires.

Guillaume, deux ans après le tome 1, mes sincères condoléances reviennent pour un tome 2 Qu’est-ce-qui a motivé ce nouveau livre ?

Il me restait plein d’histoires en stock et je trouvais dommage de les laisser mourir dans un carton. En plus la première édition avait rencontré un franc succès, j’ai donc décidé de renouveler l’expérience.

Comment travailles-tu ? Tu as un carnet de notes où tu griffonnes tes histoires ?

Je n’ai pas de carnet de notes…J’ai une boîte de carnets de notes ! Chacune des anecdotes peut aller de quelques lignes à une dizaine de pages.

Quelles sont les difficultés que tu as rencontré face à ce nouvel exercice ? Un peu de pression peut-être ?

Pas vraiment de pression, je me rends bien compte de la chance que j’ai eu avec le premier tome, et même si le deuxième ne rencontrait pas le succès escompté, c’est une formidable aventure que je suis content d’avoir vécu.

Pour moi la difficulté se situait vraiment par rapport à mes lecteurs. Je voulais à la fois qu’ils se sentent en terrain familier mais également qu’ils n’aient pas l’impression de relire la même chose.

Justement reste-t-il dans la ligne du premier tome et sinon sur quoi diffère-t-il ?

Il y aura toujours autant d’anecdotes, et des histoires. Il y aura aussi plus de témoignages. Mais cette fois-ci je voulais parler davantage de technique, on y retrouvera pas exemple un texte sur la médecine légale écrit de manière…humoristique.

Je parle aussi d’histoires internationales, afin de montrer qu’il n’y a pas qu’en France que l’on commet des erreurs.

J’ai écouté mes lecteurs et j’espère avoir tenu compte de leurs demandes.

Es-tu stressé pour sa sortie ? 

Oui et non. Comme je le disais, je mesure la chance exceptionnelle que j’ai, à côté de ça j’ai passé du temps à l’écrire et à en prendre soin, finalement c’est un peu mon « bébé ».

Je suis davantage stressé du côté de mes lecteurs, je ne veux pas décevoir leurs attentes.

La question que l’on se murmure déjà, y aura-t-il un tome 3 ? 

Lorsque j’ai envoyé mon texte à l’éditeur, je me suis dit « plus jamais ! » et le lendemain j’avais déjà des choses à rajouter.

On verra l’accueil de ce deuxième livre, mais ce qui est sur c’est que j’ai encore pas mal d’histoires dans mes cartons.

As-tu en tête d’autres projets qui t’éloigneront peut-être de ces brèves ?

Tout à fait, j’ai d’autres projets, mais je resterai quand même dans le domaine du funéraire.

Une date de sortie officielle ?

Oui ! il sortira le 03 Octobre.

Mais bien sur nous te retrouverons toi et ton livre à FUNEXPO ?

Bien sur, on sera là tous les deux et il sera disponible dès le premier jour du salon, en avant-première. 

Merci Guillaume, nous avons hâte de le découvrir !

Un petit avant-goût ? Allez…parce que c’est vous !


Lancer de rose olympique – disqualification

A la porte du cimetière, alors que le corbillard s’était stationné dans une allée pour attendre la famille qui arrivait en ordre dispersé depuis l’église, le Maître de Cérémonies eut la surprise de voir sortir une ambulance, suivie par un confrère dans son véhicule de service. Ce dernier s’arrêta pour saluer l’équipe. Le maître de Cérémonies entrant ne put refréner sa curiosité.

« C’était quoi, cette ambulance ? »

« Le veuf de la dame que je viens d’enterrer ».

« Ah ? Il s’est évanoui ? »

« Non » rétorqua l’autre, d’humeur morose « Après l’inhumation, il a voulu jeter une rose dans la tombe, sur le cercueil. Mais il semblerait que personne ne lui avait signalé qu’il fallait la lâcher après l’avoir lancée ».


Plan ORSEC (Foot VS pompes Funèbres -3)

Le directeur des pompes funèbres arrive au pas de course dans le dépôt « José, Denis, vous prenez le TSC, vérifiez que vous avez suffisamment de housses de corps, la charge des téléphones portables, le plein, tout ! Robert, avec moi, on va charger le corbillard mixte, vérifie que la cellule réfrigérée fonctionne, et prends des housses, je vais chercher le brancard. Magnez-vous ! »

Les trois porteurs se lèvent précipitamment. Les tasses de café volent. « Bon sang, chef, il se passe quoi ? » demande l’un.

« Un attentat, c’est ça ? » demande l’autre.

« Une bousculade géante à l’entrée d’une Fan Zone ? » surenchérit le dernier.

« Pire » répond le directeur des pompes funèbres.

« Pire ?!? » s’exclament, stupéfaits et en choeur, les porteurs.

« Oui. Pire. La France vient de se faire sortir. Entre tous ceux qui se retenaient de mourir en espérant la victoire et tous ceux qui vont se tuer en faisant n’importe quoi, on est pas couchés, les gars ».

Mes sincères condoléances 2 , Guillaume Bailly, 03 Octobre 2016. Broché. 

Retrouvez le Tome 1 ici, désormais en livre de poche à emporter partout.

 

 

 

Chronique FUNEXPO : Le salon dans tous ses états

0

Chose promise, chose due, cette semaine, nous partageons tout. Chronique, temps mais aussi nos souvenirs. Hiérarchie oblige, nous débutons la semaine dans les méandres de la mémoire d’Éric qui nous relate ses impressions depuis son tout premier salon à FUNEXPO, il y a six ans.

Mes souvenirs de Funexpo, et un, et deux, et trois… Et quatre

Novembre 2010, c’était mon premier Funexpo, départ de la gare de Lyon avec Thierry pour se rendre à Lyon et retour le soir. Un voyage express d’une journée pour se faire une idée des nouveautés et du dynamisme de l’industrie funéraire, nous étions des inconnus sauf chez les pure-Player du web… depuis beaucoup d’eau a coulé sous les ponts traversant le Rhône.

Eric-2012 Chronique FUNEXPO : Le salon dans tous ses étatsNovembre 2012, retour dans la capitale des Gaules avec Guillaume, nous venions de lancer Funéraire-info, deux nuits à Lyon pour aller à la rencontre des fournisseurs du funéraire, deux jours à parcourir les allées du salon le CR en suivant ce lien : https://www.funeraire-info.fr/promenade-a-funexpo-2012-6397/.

Éric Fauveau dans les allées du Salon en 2012

Nous pouvions reconnaitre certains VIP du funéraire et nous commencions à apparaitre dans l’univers du numérique, mais il restait encore beaucoup de travail à faire.

En novembre 2014, nous étions exposants pour la première fois et nous ne remercierons jamais assez les organisateurs ; ETAI et la FFPF, car c’était notre premier salon, nous vivions l’événement de l’intérieur, acteur et observateur, une première. J’ai le souvenir de belles rencontres, les nordistes de enhommage ou FunérArts, ObsèquesenFrance, les capitons personnalisés d’Anoblis, la remise des diplômes sur le stand de la FFPF et la soirée de la fédération, Pilato et ses limousines, le sourire d’Annabelle chez Nova, sans oublier les discussions avec les exposants…

C’était aussi sur notre Stand des rencontres, un concert d’Elicci et les dédicaces de Guillaume à l’occasion de la sortie de « Mes sincères condoléances », beaucoup de beaux souvenirs.

Et un, et deux, et trois… Et quatre FUNEXPO

C’est la dernière ligne droite avant notre quatrième FUNEXPO, dans 3 jours direction Lyon. Vous nous retrouverez comme exposant sur 
préparation-salon-2016 Chronique FUNEXPO : Le salon dans tous ses étatsle salon. Sarah, Mélanie, Guillaume et moi-même, pendant trois jours. Trois jours de découverte dans les allées, trois jours pour découvrir les pépites des exposants, trois jours pour aller à la rencontre des visiteurs. Et à l’occasion venez nous rendre visite, le nouvel opus de Guillaume, « Mes sincères condoléances 2 » sera disponible sur notre stand, en exclusivité, 10 jours avant sa sortie officielle.

                                                                                Préparation salon 2016