Accueil Tags Hygeco

Tag: hygeco

Georges Arveuf, figure de la thanatopraxie nous a quittés

1

C’est une page de l’histoire de la Thanatopraxie qui se tourne. Georges Arveuf, grande figure d’Hygéco et de la profession nous a quittés hier.

Entré à la CGPF comme « toiletteur carboteur » en 1976 et diplômé de l’IFT en 1978, Il fut formé par Denis Gilotin, Paul Clerc et Marc Sastre et exerça ce noble métier pendant 35 ans, dont 15 à la tête de la SRT où il développa aussi un service de transport.
Membre du jury national de 2007 à 2013, il enseignait également à l’école de Lyon depuis 7 ans.
Son intelligence, son humour, son amour pour la Thanatopraxie à laquelle il a consacré sa vie et sa passion, pour le foot et l’OL resteront à jamais dans les mémoires de ceux qui l’ont côtoyé. Généreux et fidèle en amitié, il fut un mentor pour certains et laisse plusieurs orphelins.
Nous nous associons à la douleur de sa famille et de ses proches.

Justice SPTIS/HYGECO : réaction d’HYGECO au verdict

0

Suite à la décision de justice déboutant le SPTIS et dix thanatopracteurs indépendants de leur action contre HYGECO, nous avons recueilli la réaction de la société.

HYGECO-PMA-300x56 Justice SPTIS/HYGECO : réaction d'HYGECO au verdict C’est par téléphone que Patrick De Meyer, Vice-Président Commerce et Marketing, Carmen de Oliveira, Directrice PMA France et Catherine Cantin, Directrice Marketing & Communication nous ont fait part de leurs conclusions.

« Nous sommes satisfaits de ce résultat, sans triomphalisme. La décision n’a pas été une surprise, dans le sens ou, respectant la législation et agissant loyalement, nous n’avons rien à nous reprocher.

Certains des thanatopracteurs étaient déboutés pour la troisième fois, lors d’une première procédure en référé, puis lors de l’appel de celle-ci, et enfin maintenant devant le tribunal de commerce. Il y avait onze procédures en cours, le SPTIS et dix thanatopracteurs indépendants, et tous ont été déboutés, condamnés à nous verser 3000 euros pour les frais de justice et aux débours. Les conclusions de la justice ont donc été claires et sans ambiguïté.

Nous pourrions poursuivre à notre tour certaines personnes pour diffamation ou procédure abusive, mais nous ne le ferons pas. En ce qui nous concerne, l’affaire est terminée et il faut passer à autre chose.

Il y a beaucoup à faire, comme l’avait déjà dit Patrick De Meyer en vos colonnes. La levée de l’interdiction des soins sur les patients atteints du HIV, par exemple, est un sujet d’actualité important pour la thanatopraxie, et il y en a d’autres, qui concernent directement notre profession, et son avenir.

C’est en quoi nous nous interrogeons sur l’attitude du SPTIS et ses préoccupations.

Nous travaillons constamment à améliorer la thanatopraxie, les conditions de travail des thanatopracteurs, aux problèmes d’aujourd’hui et surtout, à faire en sorte que notre métier soit pérenne. Nous pensons que les thanatopracteurs devraient consacrer leur énergie à l’avenir de notre profession, et surtout, que nous devrions le faire tous ensembles, unis et non divisés. »

Lien vers le site d’HYGECO

Sptis contre Hygeco, thanatopraxie d’une décision de justice

0

L’actualité du funéraire se poursuit pendant l’été. Pour preuve, le 21 juillet, le tribunal de commerce a rendu son jugement dans l’affaire opposant le SPTIS, Syndicat professionnel des thanatopracteurs indépendants et salariés, contre Hygeco. Ce procès qui devait s’annoncer comme l’acte fondateur de la thanatopraxie moderne d’après certains, se termine en pétard mouillé entre les feux d’artifices du 14 juillet et du 15 août.

Nous étions à l’audience le 17 mars dernier et nous vous proposons de relire l’article pour vous rafraichir les neurones en cette période estivale en suivant ce lien, avant de connaître l’épilogue de ce feuilleton…

L’action du syndicat est, sans surprise, déclarée irrecevable.

En effet, selon les principes de la procédure civile, seule la victime directe d’un préjudice peut agir en justice pour en obtenir réparation. Ainsi, lorsque seul est en jeu l’intérêt individuel d’un salarié, qu’il soit ou syndiqué, le syndicat ne peut se substituer à lui pour engager un procès contre l’auteur du fait dommageable. Certes, il existe des dérogations, des cas dans lesquels les syndicats peuvent ester en justice. D’une part, les syndicats peuvent agir en défense de l’intérêt collectif de la profession, à condition de rapporter la preuve qu’un tel intérêt collectif, distinct de l’intérêt individuel de ses membres, a été atteint. D’autre part, les syndicats peuvent se substituer à l’action individuelle d’un salarié, mais cette action n’est ouverte qu’aux syndicats représentatifs.

En l’espèce, le SPTIS ne remplissait pas les conditions à agir. Le tribunal le rappelle clairement et nettement :

« Attendu que le SPTIS ne rapporte pas la preuve de sa représentativité ni d’un mandat exprès de ses membres à ester en justice.

Attendu qu’en tout état de cause que l’assignation délivrée contre HYGECO est identique à celle des thanatopracteurs adhérents et que l’action du SPTIS vise à la protection des intérêts individuels de ces derniers, que le SPTIS n’a donc pas qualité à agir ».

L’action du SPTIS est donc déclaré irrecevable et le syndicat est débouté de toutes ses demandes.

Maigre consolation : HYGECO n’est pas parvenu à convaincre le tribunal de considérer la procédure intentée comme étant abusive et n’a donc pas obtenu de dommages-intérêts à ce titre. L’abus de droit est sanctionné lorsque la partie qui l’invoque rapporte la preuve de la faute de son adversaire, par exemple lorsque celui-ci a avancé des griefs dénués de fondement, qu’il a accumulé des procédures injustifiées, que la procédure n’était fondée sur aucun élément précis et déterminant, qu’elle était particulièrement téméraire ou encore que l’action n’était motivée que par l’intention de nuire ou la volonté d’intimider l’autre partie. La jurisprudence apprécie strictement l’abus de droit d’ester en justice afin de préserver le principe essentiel selon lequel chacun a le droit de défendre ses intérêts en justice. Cela explique sans doute le rejet, en l’espèce, de l’abus de droit.

Toutefois, le SPTIS est tout de même condamné à payer 3000 euros au titre de l’article 700 du CPC et les dépens sont mis à sa charge. Toute la question est maintenant de savoir que le SPTIS va faire appel de cette décision devant la Cour d’appel de Paris ou préférer arrêter les frais maintenant…

Pour prendre connaissance de la décision du Tribunal de commerce, il suffit de suivre le lien : Sptis Contre Hygeco, verdict

M.D., Maitre de conférence en Droit privé à L’Université.

Note: Les commentaires seront sévèrement relus pour éviter les débordements…

Flash info : SPTIS contre HYGECO, le verdict est tombé

1

Dans l’affaire qui opposait le SPTIS à HYGECO international, le tribunal de commerce de Paris a rendu son verdict.

Hygeco21-300x238 Flash info : SPTIS contre HYGECO, le verdict est tombéLe Syndicat Professionnel des Thanatopracteurs Indépendants et Salariés avait intenté une action judiciaire contre HYGECO, dénonçant des pratiques, selon les membres du syndicat, « anticoncurrentielles ». Nous vous avions tenus informés de ces actions au cours des derniers mois.

Le tribunal de commerce de Paris, après examen du dossier, a rendu ses conclusions : le SPTIS est débouté de toutes ses demandes.

Nous nous sommes procurés les attendus du tribunal auprès du Greffe. Si HYGECO se voit débouter de sa demande de dommages et intérêts pour procédure abusive, le SPTIS a pour le reste été condamné à payer 3000 Euros à la société au titre des frais de justice et devra également s’acquitter des dépens de procédure.

Le tribunal a estimé que le SPTIS n’était pas compétent à agir faute de mandat de ses membres, et que rien, dans les pratiques de la société HYGECO, n’enfreignait le droit ou pouvait être considéré comme déloyal.

Un coup dur pour le syndicat, qui aura sans doute du mal à se remettre de cet échec cuisant.

Nous vous feront bien entendu part des réactions des principaux intéressés, s’ils souhaitent commenter cette décision.

Le Safe Balm d’Hygeco, le fluide de thanatopraxie pour réduire les risques

2
Patrick De Meyer, directeur général de Hygeco

Hygeco est un acteur incontournable de la filière funéraire en France. La filiale du groupe Hollandais de Facultatieve, est un acteur soucieux de sa communication et de sa prise de parole en publique par respect pour ses clients et pour les familles. Patrick De Meyer, directeur général de Hygeco et vice-président du Groupe de Facultatieve a accepté de répondre à nos questions pour évoquer « Safe Balm® » et le «Hygeco bashing» qui semble poindre aujourd’hui.

Funéraire-Info : Monsieur De Meyer, bonjour, pouvez-vous nous présenter Hygeco Post Mortem assistance ?

Patrick De Meyer : Bonjour Éric. Pour répondre à votre question, Hygeco PMA pour Post Mortem assistance, est composée 222 salariés, 147 thanatopracteurs, 40 chauffeurs et des administratifs assurant des fonctions de supports, en particulier le planning. Le siège est à Garges les Gonesse et nous comptons neuf établissements secondaires dirigés par un responsable, répartis en France pour être plus proche de nos clients. Nous avons également une filiale dans l’ouest, STG, avec 40 salariés et 24 thanatopracteurs. En 2013, nous avons réalisé 97000 soins et plus de 14000 transports de corps ; nous devrions atteindre 100000 soins en 2014.

Hygeco Post Mortem assistance, c’est aussi une entreprise doté d’IRP, institutions représentatives du personnel qui fonctionnent. Délégués du personnel et Comités d’entreprise se réunissent une fois par mois et le CHSCT, tous les trois mois. La direction, responsable, a le souci du bien-être et de la sécurité des collaborateurs. Port des EPI, élimination des DASRI, conformité des véhicules, temps de travail, formation, utilisation de produits homologués et autorisés sur le territoire national par les ministères compétents. Hygeco Post Mortem assistance est un employeur responsable respectant la législation, en organisant par exemple des formations « postures » ou la mise en place d’un protocole en cas d’accident, coupure ou piqure, du salarié dans le cadre de son activité professionnelle.

Funéraire-Info : Vous avez présenté au Salon Funéraire Paris 2013 le « Safe Balm® » dont la commercialisation devait débuter au second trimestre, pouvez-vous revenir sur les grandes dates de ce nouveau produit ?

Patrick De Meyer : Les recherches concernant un nouveau produit sans formaldéhyde ont débuté en 2006/2007. Le groupe OGF et la Faculté de médecine de Lyon ont travaillé pendant plus de 6 ans sur le sujet. L’ AFSSET, puis ANSES depuis 2010 – Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail, ayant compétence sur les substances chimiques tels que les biocides, a suivi les travaux, examiné les rapports détaillés sur le Bronopol et ses réactions sur les corps, pour autoriser sa mise sur le marché en milieu d’année 2013. L’arrêté portant agrément de produits destinés aux soins de conservation du corps de la personne décédée a été publié le 6 septembre 2013 (http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000027941112)

En novembre 2013, le « Safe Balm® » était dévoilé au salon funéraire Paris 2013 sur le stand d’Hygéco. Ont suivi, pendant le premier trimestre 2014, la formation des thanatopracteurs de la société et, au second trimestre, le début de l’utilisation. Aujourd’hui, quelques 10000 corps ont été traités, permettant un retour d’expérience sur différents types de corps et différents dosages suivant la physionomie. La formation – information du thanatopracteur est nécessaire car, à la différence des produits à base de formaldéhyde, le corps ne se rigidifie pas, il reste souple. Il faut noter aussi que pour gérer certains cas particuliers comme les œdèmes, suite à des retours, un additif sera disponible. La commercialisation va débuter le 15 juin 2014 vers l’ensemble des entreprises de thanatopraxie, sans oublier la formation : les demandes sont nombreuses et nous sommes en train de les planifier. La fabrication de ce produit est extrêmement contrôlée avec la mise en place de normes utilisées dans la cosmétique, vérification des matières premières, respect des protocoles de fabrication, échantillonnage et test, personnel dédié et, bien sûr, contrôle de fin de production.

Funéraire-Info : Dans une récente Interview, Jean-Luc Roméro évoquait la principale cause de mortalité du thanatopracteur, à savoir le cancer, ce nouveau produit répond donc à un objectif de protection des praticiens ?

Patrick De Meyer : J’ai en effet lu cette déclaration dans vos colonnes, mais je n’ai aucune information permettant de confirmer cette assertion de M. Roméro. Je n’ai pas connaissance de requalification en maladie professionnelle de décès suite à un cancer d’un thanatopracteur dû à l’utilisation d’un produit à base de Formol. Mais Hygeco est une entreprise responsable et à ce titre se doit d’appliquer le principe de précaution, les produits à base de formaldéhyde sont cancérigène, nous nous devons de protéger l’environnement de travail de nos thanatopracteurs salariés, nous nous devons de proposer aux thanatopracteurs indépendants ce produit pour les mêmes raisons et nous devons aussi le faire pour les employés des entreprises de pompes funèbres et pour les familles qui ne doivent plus être en contact avec des produits réputés à juste titre dangereux pour la santé.

Funéraire-Info : Nous pouvons lire de nombreux commentaires des pour et des contre, sur le « Safe Balm® », que répondez-vous ?

Patrick De Meyer : Sur les quelques 200 thanatopracteurs qui ont testé ce nouveau produit nous avons un retour positif. Les commentaires contre, pour certains diffamatoires, existent, mais je le répète, il faut être formé et informé sur l’utilisation de ce fluide. Il faut un temps d’adaptation et le thanatopracteur doit s’adapter au produit dans sa pratique des soins. Le « Safe Balm® » et même actif là où le formol était inefficace. Et si les retours étaient négatifs, comment aurions-nous pu pratiquer quelques 10000 soins en moins de trois mois ?

Certains thanatopracteurs ont utilisé le « Safe Balm® » sans être formés, se permettant ensuite de le dénigrer. Sans formation, c’est de l’irresponsabilité, c’est prendre des familles en otage.

Funeraire-Info : Hygeco est la cible préférée du SPTIS, que pouvez-vous lui répondre ?

Patrick De Meyer : Le SPTIS même une véritable vendetta contre Hygeco, hier c’était la concurrence déloyale en attaquant l’accord cadre passé avec OGF et son volet financier, maintenant c’est le « Safe Balm® ». Le coût de développement d’un produit permettant de substituer le formaldéhyde dans son application à la thanatopraxie est astronomique. Les contraintes et obligations réglementaires et législatives européennes et nationales sont importantes. La profession cherche depuis de nombreuses années cette opportunité. Le produit existe aujourd’hui et il est autorisé, je ne comprends pas cet acharnement.

Le SPTIS se présente comme un syndicat et Hygeco est une entreprise qui se préoccupe de la santé et de la qualité de l’environnement de travail du thanatopracteur et qui respecte le code du travail qui dispose que l’employeur doit utiliser les produits les moins toxiques dans son article L4121-2. Avec le « Safe Balm® », nous mettons en place une démarche vis-à-vis de l’ensemble de la profession et de nos collaborateurs visant à réduire le risque.

Article L4121-2 du Code du Travail : L’employeur met en œuvre les mesures prévues à l’article L. 4121-1 sur le fondement des principes généraux de prévention suivants :

1° Eviter les risques ;

2° Evaluer les risques qui ne peuvent pas être évités ;

3° Combattre les risques à la source ;

4° Adapter le travail à l’homme, en particulier en ce qui concerne la conception des postes de travail ainsi que le choix des équipements de travail et des méthodes de travail et de production, en vue notamment de limiter le travail monotone et le travail cadencé et de réduire les effets de ceux-ci sur la santé ;

5° Tenir compte de l’état d’évolution de la technique ;

6° Remplacer ce qui est dangereux par ce qui n’est pas dangereux ou par ce qui est moins dangereux ;

7° Planifier la prévention en y intégrant, dans un ensemble cohérent, la technique, l’organisation du travail, les conditions de travail, les relations sociales et l’influence des facteurs ambiants, notamment les risques liés au harcèlement moral et au harcèlement sexuel, tels qu’ils sont définis aux articles L. 1152-1 et L. 1153-1 ;

8° Prendre des mesures de protection collective en leur donnant la priorité sur les mesures de protection individuelle ;

9° Donner les instructions appropriées aux travailleurs.

Funeraire-Info : Quel message souhaitez-vous faire passer aux indépendants qui ont souvent travaillé pour vous précédemment ?

Patrick De Meyer : Nous sommes dans un marché libre, Hygeco représente plus de 25 % des thanatopracteurs exerçant en France. Nous avons aussi de nombreux partenariats avec des indépendants qui se passent bien. Un syndicat tente de fédérer la profession sans être présent aux réunions de la CPFM évoquant le sujet ? Certains font la promotion de produits qui ne sont pas autorisé en France ? Je me pose des questions … J’engage vivement les indépendants à rejoindre la cellule thanatopraxie de la CPFM pour être présents dans les prochaines discussions et peser sur une évolution de ce métier.

Funeraire-Info : Les thanatopracteurs d’Hygeco sont en proie à ces critiques virulentes et souvent injustifiées sur les réseaux sociaux, un véritable Hygeco Bashing : La place de leader expose aux critiques. Que leur diriez-vous pour leur remonter le moral ?

Patrick De Meyer : Je profite de votre question pour remercier les thanatopracteurs d’Hygeco qui ont relevé le défi de travailler différemment avec un nouveau produit entrainant une remise en cause. C’est grâce à eux que le succès est arrivé. Faire progresser le métier, améliorer la sécurité et les préoccupations environnementales en fournissant un bon travail aux familles dans des situations douloureuses. Qu’ils gardent le moral, je suis fier d’eux et je suis très satisfait des remontées : elles sont indispensables car elles ont permis d’améliorer les protocoles d’utilisation du « Safe Balm® » en fonction des observations de terrain.

F.I. : Quelle est la question que vous auriez aimé que l’on vous pose, et quelle est votre réponse ?

La question de Patrick De Meyer : Le « Safe Balm® » sera-t-il disponible hors de France?

La réponse de Patrick De Meyer : Dès juillet en Europe et en fin d’année dans le monde entier.

SafeBalm-Hygeco-300x212 Le Safe Balm d'Hygeco, le fluide de thanatopraxie pour réduire les risques

Pour en savoir plus:

Hygeco SAS

20, boulevard de la Muette

95140 Garges lès Gonesse

France

Safebalm®, le seul fluide de conservation sans formaldéhyde

1

Depuis de nombreuses années la profession mène des recherches afin de trouver des fluides de conservation des défunts sans formaldéhyde.

Comme vous l’avez probablement lu dans les magazines spécialisés et dans les communiqués de presse, un nouveau fluide sans formaldéhyde a été agréé par le Ministère de la Santé en date du 20 Septembre 2013.

Ces nouveaux fluides Safebalm® se déclinent en trois produits, Arterial, Cavity et Gel.

Safebalm® est, le seul produit sans formaldéhyde, agréé sur le territoire Français. Nous vous joignons, à ce sujet, la liste complète des produits agréés.

Ces fluides répondent aux impératifs du code du travail obligeant à substituer un produit dangereux par un produit moins dangereux (Code du Travail art : R4412-15).

A ce jour, plus de 7000 corps ont été traités avec succès. Un retour positif des familles en confirme la réussite. La particularité de ce produit repose sur la souplesse des tissus.

L’utilisation des fluides Safebalm® est simple, comme la gamme actuelle des fluides HYGECO, mais demande néanmoins un accompagnement pour se familiariser avec le produit.

Disponible courant mai, il sera commercialisé en carton de 10 bouteilles d’un litre pour Arterial et Cavity.

N’hésitez pas à nous contacter au 01 34 53 40 60 pour avoir tous les renseignements relatifs à l’organisation de cet accompagnement.

Pour en savoir plus:

Hygeco SAS

20, boulevard de la Muette

95140 Garges lès Gonesse

France

SPTIS contre Hygéco, on ne lave pas ses DASRI en famille

1

C’était lundi 17 mars, en salle 2 du tribunal de commerce de Paris, l’audience opposant le SPTIS à Hygeco. Ambiance déjeuner de famille pendant la guerre froide dans la salle, côté gauche, Carmen de Oliviera Directrice PMA France et Luc Nauroy Directeur Hygeco Nord, Est et Normandie, côté droit 7 membres du SPTIS entourent Cédric Ivanes. Maître Cyril Tournade, assisté de Maitre Mélaine Tanguy représentent le SPTIS, coté Hygéco Maitre Fabien Blondelot est à la barre.

Les débats sont présidés par Madame Béatrice Charlier-Bonatti assistée de Madame Nathalie Dostert et Monsieur Laulan

Un demi-mètre cube de dossiers se trouve sur le bureau de la greffière, pour une affaire qui a commencée il y depuis plus de deux ans. C’est parti pour 6 heures d’audience.

Tribunal-de-Commerce-Paris-300x180 SPTIS contre Hygéco, on ne lave pas ses DASRI en famille
Tribunal de Commerce Paris SPTIS contre Hygeco

La présidente va ouvrir les débats en demandant une explication sur le marché de la thanatopraxie et du funéraire, avec les acteurs, les volumes, les pratiques, le nombre de thanatopracteurs en exercice …

Le SPTIS revendique 76 entreprises membres, ce qui représente 148 thanatopracteurs, Hygéco 170 thanatopracteurs salariés et 93 000 soins réalisés en 2013.

La genèse de la discorde

Le groupe OGF a externalisé toute sa branche thanatopraxie à partir de début avril 2012. Les thanatopracteurs des PFG, dans le cadre d’un article L122-12, se sont vu proposer une migration vers le repreneur Hygéco qui à cette occasion a passé un contrat d’exclusivité avec le cédant. Le prix du soin étant facturé 110 Euros. 11 dossiers de thanatopracteurs se sont retrouvés au tribunal estimant avoir perdu une part importante de leur chiffre d’affaire en raison de cette opération.

La présidente s’étonnera plusieurs fois de ne pas voir OGF à la barre et que Hygéco n’ait pas fait un appel en garantie des PFG.

Lecture du droit

L’avocat du SPTIS plaide l’abus de position dominante, utilise le terme de prix prédateur, prix abusivement bas, entente et concurrence déloyale dans sa plaidoirie, Le conseil d’Hygéco démonte un à un les arguments en argumentant que la cour d’appel de Versailles a tranché le 23 mai 2012 sur le même dossier, en ayant recours à la jurisprudence, en démontrant que « l’effet volume entrainant une baisse des prix n’est pas synonyme d’entente » et que les prix pratiqués par Hygéco sont cohérents avec les prix pratiqués de l’autre côté de la barre ! Il prouve aussi au tribunal que la société Hygéco ne possède aucun autre accord d’exclusivité, mais des accords de référencements avec Roc-Eclerc et Pascal Leclerc (contrat n’ayant pas été renouvelé). Maitre Blondelot termine par un « Le grief principal fait à Hygeco est d’avoir des prix bas pour les familles » répondant ainsi à la cherté des obsèques…

Les 11 dossiers

La cour a ensuite appelé les 11 dossiers , pour un préjudice estimé de 1 500 000 Euros, à la barre du tribunal, interrogeant le thanatopracteur demandeur ou l’avocat le représentant, sur la perte estimée de CA, sur la méthode pour signifier la fin du contrat, sur la méthode d’estimation du préjudice, sur la concurrence dans la région, sur ses prix et sur les actions menées pour faire face à cette baisse d’activité. Il faut relever aussi une passe d’arme entre les deux avocats sur la recevabilité du dossier du SPTIS à déposer lui aussi une demande de réparation de préjudice. Il y a eu aussi une intervention poignante d’un membre du SPTIS demandant à la cour de protéger l’artisanat face aux grosses entreprises et expliquant que dans son cas, cette affaire avait eu des répercussions sur sa vie familiale avec un divorce à la clé.

Une ombre a aussi plané pendant toute cette audience sur la qualité des soins et le temps de réalisation, opposant thanatopracteurs salariés versus thanatopracteurs indépendants. Madame la présidente a balayé le sujet en demandant si la DGCCRF avait été saisie.

Il faut saluer ici la dignité des débats présidés par Béatrice Charlier-Bonatti, qui inlassablement a questionné les avocats, les demandeurs, ou les responsables d’Hygéco présents pour tenter de faire la lumière sur cette affaire qui empoisonne le milieu funéraire depuis presque deux ans.

Le délibéré sera disponible le 16 mai 2014 au greffe du tribunal de Paris.

 

Funexpo : André Chabot, écrivain heureux et érotisme des cimetières

0

André-Chabot-présente-son-ouvrage-etrotique-du-ciletière-eéditions-musardine2-300x225 Funexpo : André Chabot, écrivain heureux et érotisme des cimetières

André Chabot, c’est celui que les aspirants écrivains de ce pays vont haïr. Alors qu’ils rament à trouver un éditeur, ceux-ci, plus précisément les Editions La Musardine, ont sollicité Monsieur Chabot « Mon livre Erotique du Cimetière était indisponible depuis les années 80, et les Editions la Musardine m’ont contacté parce qu’ils l’avaient bien aimé et qu’ils souhaitaient le rééditer. » André Chabot est bien connu des amateurs pour ses livres iconographiques sur l’art funéraire, toujours richement illustrés et savamment commentés. Les Editions la Musardine est une maison bien connue pour ses publications polissonnes « La première fois que j’ai été à La Musardine, qui est aussi une librairie, à leur invitation, j’ai été un peu surpris » nous confie l’auteur. Nous lui souhaitons bonne chance pour le succès de son livre, et aux jaloux, nous diront « Au boulot ! »

Le site d’André Chabot se trouve ICI : http://andrechabot.com/

Le site de la Musardine se toruve ICI (+ 18) : http://www.lamusardine.com/accueil.php

Funexpo : ATI, un stand chaleureux !

1

IMG_1595-300x225 Funexpo : ATI, un stand chaleureux !

La crémation, ce ne sont pas que les urnes, il faut aussi un crématorium, et un four. C’est précisément ce que propose la société ATI, qui faisait la présentation de son système sur un stand aux couleurs à tout le moins chaleureuses, et pour cause. Le système présenté par ATI se veut écologique, respectueux des normes européennes, et permet même de faire de la récupération d’énergie. De plus, le tout est fait à Gien, totalement Made in France, donc. Alors que je quittai le stand, un grand gars en marinière s’y dirigeait d’un air décidé…

ATI : www.ati-environnement.com

Contact : jmerlin@ati-environnement.com

Funexpo : pauvre Natacha !

0
Natacha-hôtesse-du-Vieux-Domaine-et-des-marbriers-dégustent-le-beaujolais-300x225 Funexpo : pauvre Natacha !
Natacha, accorte hôtesse du Vieux Domaine et des marbriers venus en voisins dégustent le beaujolais

Funexpo s’ouvrant le même jour que le traditionnel dévoilement du beaujolais nouveau, un stand de vins trônait sur le salon, tenu par un sympathique jeune couple, Thomas et Natacha. Viticulteurs, ils avaient été invités par le salon, qui souhaitait un stand de beaujolais. « Ca nous faisait une opportunité de présenter nos produits, dans un milieu que nous ne connaissions pas du tout, on a accepté » explique Thomas, vigneron au Vieux Domaine. Bon, alors, et cette incursion dans le funéraire ? Les amoureux se regardent, embêtés. « C’est intéressant » avance Natacha, diplomate, « On a fait un petit tour, on a vu plein de choses, maintenant, on n’a pas forcément compris à quoi servait tout ce qu’on a vu… » On a omis, par exemple, de vous expliquer l’utilisation du trocart ? En un sens, tant mieux pour vous. « En tout cas, les gens sont très sympas, et on a été très bien accueillis ! » Lancent-ils en cœur. Tant mieux, à la bonne vôtre !

Le Vieux Domaine, Thomas Kuhnel : thomas.kuhnel@orange.fr