Accueil Tags Incinération

Tag: Incinération

Un simulateur pour expérimenter la mort en Chine

1
Simulateur de mort

Un appareil permettant à ses visiteurs d’expérimenter la mort, suivi de la crémation avant la renaissance, vient d’être proposé pour la modique somme de 60 € les deux heures, dans un tout nouveau musée de Shanghai Xinglai (« le réveil »).

Une attraction chinoise originale, mais plutôt effrayante qui propose aux curieux une expérience étonnante vient de voir le jour. Un appareil permettant d’expérimenter la mort vient d’être inventé par des entrepreneurs chinois. Ce simulateur de mort chinois propose de répondre à tant de questions, parmi lesquelles ce qui se passe à la fin, s’il y a de la souffrance ou si on voyait la lumière, de nombreuses interrogations que posent certains d’entre nous, qui sont terrifiés rien que d’y penser. Nous mourrons tous un jour et c’est inévitable.

Une poignée d’entrepreneurs a décidé, en Chine, d’expérimenter dans un musée, des « simulateurs de mort » qui a pour but d’aider les gens à accepter leur inéluctable destin et à mieux apprécier la vie. Pour certains, il s’agit d’une attraction mortelle tandis que pour d’autres c’est une expérience morbide. Malgré la divergence des impressions à la sortie du simulateur à la mode en Chine, à Shanghaï, ce qui est sûr c’est que l’attraction du musée « Xinglai » qui propose aux non frileux et curieux de goûter pleinement, avant d’avoir un pied dans le cercueil, la mort, ne laisse personne indifférente. L’appareil qui permet à chacun, à Shanghai, d’expérimenter son propre décès est baptisé « Samadhi Death Simulator ». L’effet de la mort, suivi de l’incinération, avant la résurrection, dans un four crématoire de leurs corps est proposé aux participants pour la somme de 68 $.

La nouvelle attraction, une idée de rechercher intensément l’expérience de la mort, du fondateur du musée Xinglai, Ding Rui, qui court depuis presque maintenant quatre ans, est, selon le Mirror, très prisée. Les visiteurs curieux de vivre leur mort peuvent, avant le départ vers l’au-delà, rédiger leurs dernières volontés qu’ils emporteront, comme souvenir de cette expérience rarissime, avec eux.

Le fondateur du musée Xinglai, Ding Rui a annoncé qu’il a pensé à ce qu’il pourrait faire pour sensibiliser les gens à la vie, vu que nous ne digérons ni comprenons vraiment la mort, afin qu’au moment où celui qui approche la mort n’a pas à penser à ces problèmes constamment.

Du sang dans la nature : un thanatopracteur condamné

0

Un an de prison avec sursis, cinq ans d’interdiction d’exercer et des dédommagements : soupçonné d’avoir conservé du sang humain chez lui et l’avoir déversé dans la nature, un thanatopracteur catalan a été condamné hier mardi par le tribunal correctionnel de Perpignan (Pyrénées Orientales).

Cet homme âgé de 58 ans, raconte le journal L’Indépendant, exerçait en libéral pour le compte de plusieurs pompes funèbres du département, fort d’une vingtaine d’années de pratique… mais sans licence depuis fin 2012.

Selon l’enquête menée sur dénonciation par les gendarmes au printemps 2013, ce thanatopracteur se serait débarrassé frauduleusement de milliers de litres de sang et de déchets humains, peut-être dans des fossés sur le bord de routes et dans des canalisations d’eaux usées, pour ne pas avoir à payer l’incinération des déchets. Aucune trace d’élimination plus classique ni de contrats avec des sociétés spécialisées n’ont été trouvées.

Quelques 700 litres de sang se trouvaient encore conservés dans des bocaux, dans son garage. En deux années, il serait intervenu sur près de 1.400 corps. Devant ses juges, le prévenu a nié les faits.

 

USA, le crématorium se trompe de défunt

0
Val-Jean McDonald

Une maison funéraire du Bronx fait l’objet d’une enquête dans l’État de New York à cause de l’inversion du corps d’un défunt avant son incinération.

Les membres de la famille McDonald qui ont perdu Val-Jean McDonald, leur grand-mère des suites d’une longue bataille contre le cancer à l’âge de 81 ans, le 18 décembre dernier sont encore sous le choc. 11 jours plus tard, ses obsèques ont eu lieu dans des conditions très difficiles. La famille de Val-Jean McDonald a remarqué quelque chose d’anormal, en trouvant son apparence carrément changée au moment de sa mise en bière.

D’abord, les membres de la famille ont pensé que les traits de leur grand-mère ont été modifiés par le cancer. L’un de ses fils, Errol McDonalds, âgé de 57 ans, s’est étonné selon Fox News en se demandant « pourquoi lui ont-ils coupé tous ses cheveux ? », et comme toute la famille, il a fini par se convaincre que cela est peut être dû à sa maladie, avant que l’un des 20 petits-enfants de la défunte, le petit âgé de 10 ans n’interpelle à son père, devant le cercueil, que ce n’est pas sa grand-mère. Ce dernier a alors tenté de donner une explication à son fils qu’à cause de la mort, le corps de sa grand-mère a changé et que ce sont les choses de la vie.

Persuadée que le salon funéraire ne pouvait pas avoir fait d’erreur, la famille McDonald s’est au bout du compte rendue à l’évidence. Le propriétaire de la maison funéraire, Mc Call a avoué que c’était le moment de trouver la vraie grand-mère, car il s’est certainement trompé de personne. L’ incinération a donc été repoussée au lendemain et pour se défendre, le crématorium a assuré qu’il s’agissait de la première affaire de ce genre depuis 50 ans. Désormais, celle-ci fait l’objet d’une enquête que les fonctionnaires de l’État de New York cherchent à connaitre l’origine de l’inversion.

Cercueil remplacé en habit de champignons.

0
Jae Rhim Lee - Capture Vidéo (Conférence à propos du champignon en remplacement du cercueil)

Une combinaison qui comporte des spores de champignons afin de neutraliser les toxines après le décès et accélérer la décomposition pour remplacer le cercueil vient d’être inventée par Jae Rhim, l’artiste coréenne.

Une nouvelle façon d’organiser son enterrement a été élaborée depuis plusieurs années par Jae Rhim Lee, l’artiste coréenne. Elle propose une méthode alliant culture, science et art qui selon elle est mieux que d’avoir recours à l’enterrement classique avec toutes sortes de produits chimiques afin de préserver le corps le plus longtemps possible ou encore l’utilisation de la crémation qui serait nocive pour l’environnement.

Selon le site internet RIP, le projet baptisé « Infinity Burial project » (enterrement d’infinité) se compose d’un habit et de champignons. Nos corps possèdent 219 polluants toxiques selon le centre de prévention des maladies aux USA. Une question se pose sur ces toxines à l’heure de notre mort, surtout quand nos pratiques funéraires empirent la situation. La réponse rapide est son retour d’une façon ou d’une autre dans l’environnement. Nous abîmons encore plus l’environnement, empoisonnons les vivants, en niant la mort par notre pratique de conservation de nos défunts.

L’artiste a étudié les champignons afin de choisir les plus adaptés. Des matières organiques pouvant être décomposées par une espèce de super-champignon ont été élaborées par Jea Rhim. Afin d’avoir une décomposition optimale, elle a pu définir, avec des morceaux de ses ongles et de ses cheveux qu’elles donnaient à ses cultures, ceux qui étaient les plus aptes à incorporer le costume du mort.

Lors d’une conférence TED (Technology Entertainment and Design) en 2011, l’artiste coréenne Jae Rhim Lee a déjà présenté son projet. L’intérêt croissant pour les initiatives écologiques, même si le grand public ne s’intéressait guère au point de vue de Jae Rhim il y a 5 ans, permet la commercialisation de son projet. À leur mort, une centaine de personnes souhaiteraient bénéficier de son invention.