Accueil Tags Internet

Tag: internet

Comparobsèques, internet est l’avenir des pompes funèbres

0
comparobseques

Bonjour Olivier, depuis le lancement de votre nouvelle version en Juin 2017, que s’est il passé chez COMPAROBSEQUES ?

Depuis le lancement de la V2 du site comparobsèques en Juin 2017 et la création de la SAS, nous sommes présents dans plus de 150 villes en France. Et nous allons finir le mois de septembre avec plus de 40 000 vues et plus de 100 demandes qualifiées ( pas toujours dans les villes où nous sommes présents mais ça viendra ). C’est encore très loin de nos objectifs.

Un gros travail reste à faire: de communication, de prospection et de pédagogie pour convaincre les entreprises de pompes funèbres de nous rejoindre et de jouer le jeu de la transparence des prix sur internet.

Les freins sont bien réels mais c’est une question de temps. Le secteur du funéraire ne peux plus échapper à internet. Et une entreprise seule ne pourra plus être à tous les coups en première page de google, même sur sa propre ville.
Il suffit de chercher sa propre entreprise sur un moteur de recherche pour se rendre compte que les 3 plus importants opérateurs funéraires ont commencé à faire monter « les enchères » et à capter cette très importante première
page pour être vu, contacté et faire du chiffre d’affaire ! La concentration du secteur va accroitre ce phénomène.

Pourquoi un modèle totalement gratuit pour les familles et les pompes funèbres ?

Pour le modèle « 100% gratuit », c’est très simple: si un devis doit être gratuit pour une famille ( c’est la loi ! ) alors il doit être totalement gratuit pour toutes les entreprises de pompes funèbres.

Le choix de la transparence a été très important sur le plan économique pour nous. Mais c’est une des valeurs qui doit construire notre ADN. On est transparent ou on ne l’est pas !
C’est aussi un choix élémentaire pour que la confiance puisse se créer et s’installer durablement avec tous nos partenaires privés ou publics ( pompes funèbres, assureurs, mutuelles, groupements ).

Ce choix est peut etre une des raisons pour lesquelles une grande partie des adhérents de l’enseigne LOST FUNERAIRE ont mis en ligne leurs propres devis.
Je remerçie au passage leurs dirigeants de nous avoir « poussé » vers leurs adhérents.

Pourquoi vouloir baser absolument la stratégie de Comparobsèques sur l’affichage instantané des devis obsèques sur internet ?

Le 1er critère de sélection d’un produit ou d’un service sur internet, quelque soit le marché: c’est le prix. C’est aussi simple que cela.
Le funéraire ne pourra plus éternellement échapper à cette tendance de vouloir tout comparer avant de ce déplacer.

Quand vous partez en voyage, nous comparons tous des sites qui proposent à 100 % des offres alléchantes pour vous « capter« . Et ensuite à la charge du conseiller en agence ou par téléphone de vous vendre des prestations qui viendront mieux répondre à vos besoins, pour un voyage au final « sur mesure » donc plus cher.

Et c’est exactement ce que nous voulons réussir avec comparobsèques, que les familles puissent s’informer et comparer. Pour ensuite choisir librement telle ou telle pompes funèbres.
Sur notre plateforme collaborative, c’est la famille qui sélectionne directement la pompes funèbres de son choix et pas le télé-conseiller qui oriente la fiche contact vers telle ou telle pompes funèbres.
Là aussi pour plus de transparence !

Donc charge à elle de mettre en ligne des informations fiables, complètes et d’éviter les offres à – de 1 000 €. En effet tout le monde sait que c’est impossible d’organiser des obsèques à ce prix et d’inhumer un proche dans de telles conditions financières.

Un groupe comme Funecap, l’a parfaitement compris sur la partie prévoyance en proposant des offres à – de 3€ par mois en ligne pour 1 000€ de capitaux assurés et pour une personne âgée de 40 ans.
Ce prix très « accrocheur » est fait pour attirer l’attention d’un particulier qui compare sur internet entre 10H00 et 23H00. Et je me doute que les capitaux souscrits via leurs conseillers funéraires sont bien supérieurs.
C’est même une évidence !

D’autres comme ADVITAM, proposent aujourd’hui sur internet, des obsèques en ligne à « 2 000€ & tout compris » sur Paris et l’IDF. Et ce n’est pas le fruit du hasard mais d’une très bonne vision de l’évolution du marché à 5 ans.
Leurs premiers résultats financiers ont permis à cette start-up une levée importante de capitaux ces derniers jours.

Ils ne vont pas rester longtemps « unique » sur le marché des pompes funèbres 100 % digitales ! Nous testons nous mêmes la-pompes-funebres.com. Site qui sera aussi fait par et pour les entreprises de pompes funèbres qui souhaiteront nous rejoindre dans ce projet encore plus ambitieux. Il est en ligne, non actif mais nous n’avons rien à cacher.

Demain, 2 familles sur 3 passeront via un opérateur présent sur internet, relayé par un call center performant et qui aura préempter l’argument « prix & solutions » mieux que les autres.
Pensez ou imaginer le contraire ce serait illusoire et une erreur stratégique.

Si vous deviez ajouter quelques chose ?

Qu’il y a sur internet encore quelques places à prendre avant qu’il ne soit trop tard ! Que seule la première page sur google, yahoo, safari fait vendre …
Qu’avec comparobsèques nous sommes la solution pour être ensemble le N°1 sur internet !

Et enfin qu’il y a trois questions que tout opérateur funéraire doit se poser aujourd’hui et pas dans une année:

  • « Est ce que j’y vais complètement et à 100% sur INTERNET ? »
  • « Est ce que je dois laisser mon concurrent préempter l’argument « prix » sur le WEB et avant moi ? »
  • « Est ce que je dois continuer à dépenser, tout seul dans mon coin, un budget important sur la toile pour des résultats proche de 0 ? »

ComparObseques_Logo Comparobsèques, internet est l'avenir des pompes funèbres

Quand les malades d’internet vont aux pompes funèbres

0
malade internet

Le funéraire de demain se fera sur internet. D’ailleurs, le web est déjà bien présent, de plus en plus, dans les agences. Parfois dans les recoins les plus inattendus. Retour estival des tranches de vie, histoire d’adoucir la rentrée, et tant pis pour ceux qui font la sieste à la plage.

L’homme entra dans l’agence de pompes funèbres dès l’ouverture. Pâle, les yeux cernés, les vêtements froissés, il avait tout l’air de celui qui n’a pas connu une bonne nuit de sommeil depuis longtemps. Le conseiller, qui rangeait des plaques au fond du magasin, se dirigea vers lui pour l’accueillir.

« Je viens pour préparer un décès » expliqua l’homme puis il ajouta aussitôt « le mien. Je suis condamné. »

Le conseiller funéraire en avait vu d’autres. Il présenta des regrets soigneusement calibrés, puis invita l’homme à se rendre dans son bureau. Une fois installés, il ^proposa à son futur client un café.

« Non, merci. J’ai de l’hypertension ».

Une boisson chaude ? Un chocolat ?

« Non, merci, à cause de mon intolérance au lactose ».

Le conseiller funéraire fit une dernière tentative : du thé ?

« Non merci » déclina l’homme, avant d’ajouter « là, c’est juste que je n’aime pas ça. »

Le conseiller passa ensuite directement au vif du sujet. Il savait que les gens condamnés par un pathologie mortelle n’aimaient pas perdre leur temps en palabres, bien souvent. Efficacité et concision, ils n’étaient pas venus là pour gaspiller de précieux instants de vie.

« Combien de temps est valable le devis ? » demanda l’homme, durant la conversation.

« Trois mois, monsieur », répondit le conseiller, ajoutant « l’idée, ici, c’est surtout de cerner vos volontés essentielles. Pardon de poser la question abruptement, mais… sur votre espérance , qu’on dit les médecins ? »

L’homme serra la mâchoire « Les médecins sont des incapables. »

Le conseiller funéraire s’étonna, mais ne dit rien. Il se contenta de regarder l’homme en silence, l’incitant ainsi à poursuivre.

« Ce sont des abrutis, ça, c’est sûr. Je souffre d’une Aniridie-tumeur de Wilms, combinée à un Robinow et un syndrome de Seckel. Mais ce qui va me tuer, c’est une tumeur au cerveau, une bête tumeur, qui fait déjà quinze bons centimètres. Et bien ils ne m’ont diagnostiqué aucune de ces maladies. Vous savez pourquoi ? »

Le conseiller funéraire souligna prudemment que, non, il ne savait pas.

« Tout simplement parce qu’il n’existe pas de traitement pour ces maladies, ils ne peuvent pas me vendre de médicaments et toucher leur commission de l’industrie pharmaceutique. Alors, ils prétendent que je vais bien. Vous voyez ? »

Le conseiller funéraire opina. Il voyait. Pas la même chose, mais il voyait. Il tenta une question « Mais si vous savez tout ça, c’est bien qu’un médecin vous a fait un diagnostic ? »

L’homme soupira profondément « Je vous ai dit que ce sont des incapables. Non, heureusement, j’ai pu savoir par un autre moyen à quelles maladies correspondaient mes symptômes. »

« Quel moyen ? » s’enquit le conseiller.

« Ben.. Internet, évidemment ! »

Thanatopraxie : la vidéo du scandale

0
video thanatopraxie

Une vidéo sur You Tube a causé l’émoi en thanatopraxie en toute fin de semaine dernière. Un jeune homme prétendait y expliquer sa profession de thanatopracteur. Deux problèmes : il n’était pas thanatopracteur et il racontait, globalement, n’importe quoi. S’il n’a pas semblé voir le problème, la profession, si. Attention à ce qu’on raconte sur Internet…

La vidéo du scandale

C’est une pastille vidéo comme il en existe tant sur Youtube. Un jeune homme explique, en cinq minutes et quelques, en quoi consiste son métier de thanatopracteur. Sauf que… Il apparaît assez rapidement, au vu de ses nombreuses approximations, que, non seulement il n’est pas thanato, mais que, de surcroît, il ne s’est manifestement pas donné la peine de se renseigner auprès des personnes compétentes.

Jusqu’ici, rien que de très classique : des bêtises, on en trouve à la pelle sur le web, Youtube ou ailleurs. Le problème particulier, dans le cas qui nous (pré)occupe, c’est que, dans le titre et la vidéo, son auteur se présente lui-même comme étant thanatopracteur.

Thanatofantaisie

Un thanatopracteur, en France, est une personne correspondant aux critères régis par une partie législative définie par l’article L 2223-45 du CGCT et par une partie réglementaire définie par le Décret D 2223-122 modifié par le Décret n° 2010-516 du 18/05/10-article 1 et définis par les articles D2223-122 à D2223-131. (Nous ne détaillons pas les dispositions antérieures, l’auteur de la vidéo étant manifestement très jeune, il n’est très probablement pas concerné).

En un mot : c’est un métier réglementé. Ce qui veut dire que l’exercer sans disposer de la qualification adéquate revient à s’exposer à des sanctions très lourdes.

Dans ce cas précis, l’auteur de la vidéo n’exerce pas à proprement dit la thanatopraxie. Mais il se prétend thanatopracteur, et peut donc être attaqué par les syndicats et associations professionnelles pour diffusion de fausses informations, voire diffamation. Il suffit d’un bon avocat.

La défense de l’interessé

Interpellé, souvent vivement, le jeune homme s’est rapidement mis sur la défensive. On passera sur sa défense, les critiques à son endroit étant considérées comme du racisme, puisqu’il est noir. Nous lui ferons remarquer que, que l’on soit blanc, noir, asiatique, amérindien, quel que soit son sexe, son origine, sa religion, quand on dit une bêtise, ça reste une bêtise. Argument infondé et irrecevable, donc.

Deuxième axe de défense : « Houla, mais c’est une parodie » Oui, mais ce n’est mentionné nulle part. Dans ce cas, une incrustation dans la vidéo précisant que « ceci est une parodie » serait nécessaire. Si il ne sait pas faire, il y a des tutos, sur Youtube, justement.

Comitam, après la levée de fonds, le travail sur l’avenir

0
comitam site accueil

Nous vous l’avions annoncé en janvier dans Funéraire Info : Comitam, leader des comparateurs de pompes funèbres en ligne, avait levé 600 000 euros auprès de Day One Entrepreneur et Partners, et de business angels. Quelques moins plus tard, Camille Strozecki, fondateur de Comitam, nous explique ce à quoi cet argent a servi.

Augmentation de capital

Après cinq ans durant lesquels Comitam a développé son activité et s’était imposé comme leader des devis de pompes funèbres en ligne, la société avait souhaité franchir un cap. Ceci s’est fait en janvier dernier : 600 000 euros levés, des investisseurs professionnels dans le capital, preuve indubitable de la bonne santé et du potentiel de la société. Comitam a frappé un grand coup, sans nul doute.

Mais dans quel but ? A quoi peut servir un tel apport d’argent frais ? On se doutait bien que, pour des esprits créatifs, cette manne était une clef ouvrant un immense champ des possibles. Camille Strozecki nous en fait la visite guidée.

Renforcement logistique

« En fait, on peut dire que nous avons développé, grâce à cet apport, trois axes. Le premier est, tout simplement, une montée en puissance de la logistique de Comitam. Gérer une équipe de 15 personnes qui font 11 métiers différents, cela demande un peu d’organisation. »

Camille souligne « C’est un des axes qui ne se voit pas par les utilisateurs de notre service, pompes funèbres ou particuliers, mais qui leur apporte pourtant un vrai confort supplémentaire. Pour accueillir ces nouveaux membres dans notre équipe, nous avons déménagé, également. »

Améliorer le fonctionnement de Comitam au quotidien, et à l’avenir « Ce pôle, comme les autres, est tourné vers le développement de Comitam, dans le futur. » Notamment, une partie significative de ce développement doit permettre d’atteindre le cap fatidique des 10% de familles qui organisent des obsèques en passant par Comitam.

Renforcement des services

« Pour ce qui est des apports plus visibles, nous avons apporté des suppléments et des améliorations à notre gamme de services, surtout vis à vis des pompes funèbres. Notre agence web qui permet de réaliser des sites Internet pour les pompes funèbres qui leur rapporte de l’argent au lieu de leur en coûter a beaucoup évolué. Et nous ajoutons au fur et à mesure des modules à ces sites Internet dont tout le monde peut profiter : avis de décès, témoignages familles,… » Un autre module aide également à établir une passerelle entre les témoignages familles en ligne et les témoignages pris physiquement, en agence « Tout cela est destiné à simplifier la vie de nos partenaires pompes funèbres et à améliorer leur présence numérique, en y intégrant leur activité physique, en agence. Nous mettons ces outils à disposition, libre à eux de les utiliser ou non, notre objectif en les créant était à la fois d’apporter plus de possibilités et de la souplesse d’utilisation » confie Camille Strozecki en parlant du site Internet http://www.avispompesfunebres.fr/.

Recherche et développement

Le troisième axe de développement est plus confidentiel : c’est la recherche et le développement.

« Je ne peux pas trop rentrer dans les détails » explique Camille « parce que les solutions que nous apportons aux besoins sont encore en cours de développement. En moyenne sur 6 projets sur lesquels nous travaillons un seul sort car nous ne voulons pas faire des pompes funèbres nos cobayes comme cela peut arriver avec des entreprises plus jeunes que Comitam. Je préfère donc ne pas faire d’annonces sur quelque chose qui pourrait très bien ne jamais arriver. ».

Bon, s’il n’est pas possible de nous donner pour le moment les réponses de Comitam, quelles sont les questions que vous avez posées ? « Notre obsession depuis le début c’est de permettre aux pompes funèbres de profiter du numérique le plus efficacement et le plus simplement possible. Nous continuons à travailler sur des méthodes pour simplifier la vie des conseillers funéraires et améliorer pour les familles le sentiment d’accompagnement. Nous travaillons également comme nous le souhaitions au premier jour sur l’accompagnement des personnes qui assistent aux funérailles ».

Un apport en capital, donc, qui permet d’améliorer le présent et de prévoir l’avenir.

 

Le site de Comitam : www.comitam-obseques.com

Funémarket : mais au fait, comment ça marche ?

0
Funemarket à Funexpo

Funémarket est une place de marché du funéraire. Le principe est simple : sur internet, on remplit son panier, on valide sa commande, et… Et oui, au fait, ensuite, il se passe quoi ? Visite guidée des coulisses.

Un règlement sécurisé et simple

La première chose à faire, pour valider sa commande, est tout simplement… de la régler. Pour cela, Funémarket offre plusieurs possibilités « Trois moyens de paiement sont proposés, par carte bancaire, par virement bancaire, ou par chèque », explique Pascal, de Funémarket. « Bien entendu, le paiement est entièrement sécurisé, on passe pour cela par Click-n Pay, qui est une filiale spécialisée dans le paiement sécurisé en ligne d’une banque. »

Le paiement par virement remporte la majorité des suffrages « Généralement, on constate que nos clients règlent leur première commande par carte bancaire, puis optent pour le virement. C’est plus simple, puisqu’une fois nos coordonnées indiquées à leur banque, il n’y a plus besoin de les saisir à chaque fois ».

Et ensuite

« Une fois la commande validée, elle est envoyée directement chez nos fournisseurs, qui la traitent. » Funémarket n’a pas de stock ? « Non, surtout pas, ce n’est pas notre vocation, nous sommes une place de marché du funéraire, pas une entreprise de VPC ».

Comment faites-vous pour savoir s’il y a du stock ou pas ? « Lorsqu’une entreprise choisit de travailler avec nous, elle nous donne une quantité définie à commercialiser sur le site, puis nous communique les variations de stock. »

Et les frais de port ? « Ils sont indiqués pour chaque produit et sont ceux du fournisseur. Sur certaines quantités, il y a des variations, comme franco de port au-delà d’un certain nombre, dans ce cas, c’est appliqué automatiquement. De même, chaque produit voit indiqué dans sa fiche quelle est sa date de livraison, à laquelle le fournisseur s’est engagé. Elle n’est pas la même si vous commandez des plaques et des bougies ou un monument. ».

Funémarket, vous simplifie la vie

Ce n’est pas là l’intérêt majeur de Funémarket « L’idée de Funemarket est de regrouper les commandes de divers fournisseurs en une seule, en une seule session. Plutôt que de devoir aller chez votre fournisseur de capitons, remplir une commande, valider, puis chez votre fournisseur de monuments, remplir une nouvelle commande, valider, puis votre fournisseur de bougies… et ainsi de suite, là, vous trouvez les produits dont vous avez besoin, de vos fournisseurs habituels s’ils sont référencés chez Funémarket. Vous remplissez votre panier, et vous procédez à une commande et un paiement, au lieu de plusieurs. »

Ajoutez à cela que Funémarket est ouvert sept jours sur sept, vingt quatre heures sur vingt quatre.

« Et, atout non négligeable » explique Pascal, « Funémarket offrant toutes sortes de produits de toutes sortes de fournisseurs, de grandes sociétés connues jusqu’aux artisans qui fabriquent de petites séries, en vous promenant sur le site, vous pouvez trouver le produit qui vous permettra de vous démarquer de la concurrence, et dont vous n’auriez peut être jamais entendu parler sans cela ».

Donc, Funémarket est une plate-forme internet performante « Pas seulement, parce qu’il y a des gens derrière. S’il arrive quoique ce soit, un impondérable sur la commande, par exemple un camion coincé quelque part, ou que vous même voulez modifier quelque chose, on vous appelle ou vous pouvez nous joindre. »

L’espoir des artisans ?

Funémarket a eu un effet que n’avaient pas prévu ses créateurs à la base « On en a encore un exemple récent, un produit qui arrive chez nous, je ne dis pas ce que c’est, vous le découvrirez dans quelque jours. Mais il a été inventé par un entrepreneur local, qui l’a utilisé d’abord pour lui, puis s’est dit que ça pourrait servir à d’autres. Mais comment le distribuer, se faire connaître, trouver des clients ? Un de ses collègues lui a dit de venir nous voir. »

Funémarket, plate-forme de lancement d’innovations ? « Tout à fait. Une entreprise qui a une bonne idée, un bon produit, mais pas les moyens de faire de la communication, qui peut coûter cher, en le référençant chez nous, voit son produit atteindre d’autres professionnels qui cherchent précisément ce type de produit, se retrouve référencé sur le web, commercialisé à l’échelle nationale, en un mot, atteint un niveau de visibilité qu’il aurait mis beaucoup de temps à se créer autrement. Funémarket, comme Funéraire Info, qui parle aussi de ces produits là, offrent tous les avantages du numérique aujourd’hui, ciblés pour les professionnels du funéraire, puisque conçu par eux, et pour eux. »

Le site Funemarket : www.funemarket.com

Pamplona achète le leader des avis de décès aux USA

0
Legacy Pamplona avis obsèques mémoriaux nécrologie

Pamplona Capital Management, membre éminent de l’actionnariat du groupe OGF en France, continue ses investissements dans le monde, particulièrement dans le domaine funéraire. Le groupe vient d’acquérir une participation majoritaire dans le site web Legacy.com, leader mondial des nécrologies en ligne.

C’est ce 22 mars que la nouvelle a été officialisée : Pamplona Capital Management est devenu actionnaire majoritaire du site américain Legacy.com, leader mondial des avis de décès en ligne.

Pamplona n’en est pas à sa première expérience dans le funéraire : le groupe est bien connu dans nos contrées pour être un des deux actionnaires du groupe OGF, leader du funéraire en France. Pamplona conforte ainsi sa ligne funéraire, mais pas seulement : le groupe est également présent dans Dyn, le leader mondial dans gestion de prestations Internet, Logicworks, un provider de nuage et d’hébergement de données, et des Sciences de Nova, une nouvelle entité de plate-forme formée pour poursuivre des acquisitions dans l’industrie d’instrumentation industrielle.

A travers Legacy, Pamplona acquiers des compétences, outre le domaine des nécrologies et des sites d’hommage, dans le commerce électronique et l’optimisation de gestion de bases de données, domaines dans lesquels Legacy possède un véritable savoir-faire.

Pour cette opération, ce sont un milliards de dollars qui ont été levés. Un investissement qui profitera à Legacy, « mais aussi à ses partenaires, journaux, funérariums, pompe funèbres » a souligné Stopher Bartol, PDG et fondateur de Legacy.

A propos de Legacy

Legacy, c’est une société d’abord fermement ancrée à Chicago, sa ville d’origine, et profondément implantée sur le territoire américain. Une croissance à deux chiffre pour ces vingt dernières années, 43 millions de visiteurs mensuels, et des partenariats durables avec des groupes de pompes funèbres, mais aussi d’articles funéraires et de fleurs, font de Legacy un leader solide, qui entame une phase d’expansion en dehors des frontières américaines.

Legacy fournit des services funéraires à 1500 journaux et 3500 sociétés de pompes funèbres aux États-Unis, Nouvelle-Zélande, Canada, Angleterre, et en Europe.

A Propos de Pamplona

Pamplona Capital Management est une société basée à New-York, Londres et Boston, constituée de spécialistes de l’investissement proposant une alternative aux fond d’investissements ou aux conseils en gestion de patrimoine individuels.

Pamplona gère des capitaux pour le compte de fonds de pensions, de sociétés d’investissements, des sociétés multinationales et des investisseurs particuliers. Pamplona privilégie les investissements de long terme à travers son portefeuille. La branche américaine est spécialisée dans l’investissement éthique, à travers des sociétés de nouvelles technologies, de médias et de télécommunications.

Le site Legacy : www.legacy.com

Le site de OGF : www.ogf.fr

24 heures six pieds sous terre dans un cercueil en Russie

0

Vous connaissez Gabar ? A moins que vous ne soyez russophone, le nom de cette star du net vous échappe probablement. Loin des youtubeurs planplan qui font des blagues devant leur caméra, Gabar aime faire des expériences extrêmes. Aujourd’hui, par exemple, il a décidé de se faire enterrer.

Ne bougez plus, nous avons un vainqueur ! Alors que cette semaine, l’actualité du funéraire était, certes riche, mais relativement classique, nous nous inquiétions : « Mais où sont passés les fous »? demandait le chef, errant dans la rédaction de Funéraire Info, un pli soucieux sur le front. Pas d’inquiétude, nous vous en avons déniché un, et il est juste bien gratiné comme il faut pour le week end.

Gabar, c’est un youtubeur célèbre en Russie. Comme Cyprien en France ou Pewdiepie dans les payas anglophones, sauf que Gabar est slave de corps et d’esprit, autant dire que rester assis au chaud chez lui et raconter des blagues, ce n’est pas trop son truc. Gabar préfère l’extrême. Son truc à lui, c’est de grandes ambitions et de petits espaces.

Ce brave garçon s’est donc demandé « Que puis-je inventer aujourd’hui pour faire mon intéressant ? » et il a eu une idée lumineuse : « Tiens, et si je me faisait enterrer vivant ? »

Gabar a en effet décidé de passer 24 heures dans un cercueil. De surcroît, son séjour sous terre sera retransmis en direct sur la toile.

Enfin, cercueil, il ne faut pas exagérer : parlons plutôt d’une grande boîte. Dans celle-ci, on trouvera su matériel électronique nécessaire pour la captation et la transmission vidéo, un sac de couchage, du jus d’orange, de l’eau, et un blogueur Russe sain d’esprit, mais ça, c’est lui qui le prétend.

Le but de tout ceci ? « une expérience » expliquait Gabar au journal le Sun. Sans plus de précisions. On ne sait pas non plus, d’ailleurs, si il sera alimenté en oxygène ou si il a calculé le volume de sa boîte pour avoir une réserve suffisante. Dans ce cas, il reste à prier pour qu’il n’ait pas été un cancre en maths.

Notons au passage que YouTube a signalé qu’ils diffuseraient en direct l’exploit, mais qu’ils se dégageaient de toute responsabilité en cas d’incident. On n’est jamais trop prudents.

D’ailleurs, à l’heure actuelle, Gabar est sur la fin de son exploit. Dans quelques minutes, à l’heure ou j’écris, son staff technique le ressortira du trou ou il repose sous un mètre de terre. Il ira, sans doute, ensuite, délivrer son message au monde, dont il a livré un court extrait avant que le couvercle de son cercueil ne se referme « Ne tentez pas ça chez vous ».

Nous tenions à le rassurer : on n’en avait pas l’intention.

Funéraire Info, aux cotés des professionnels en 2017

0
Sarl Senegats

La recette d’un journal réussi, qu’il soit funéraire ou non, tient à trois composantes essentielles : une équipe soudée, des lecteurs réguliers et fidèles, et des annonceurs confiants. Et sans ces derniers, tout particulièrement, rien ne serait possible. Ce début d’année est le moment idéal pour le leur redire.

L’annonceur Funéraire Info

Les annonceurs de Funéraire Info sont représentatifs de tout ce que représente le funéraire aujourd’hui : non pas un, mais plusieurs métiers, qui demandent chacun des spécialités et des compétences spécifiques : fabricants, de cercueils, de plaques, d’articles funéraires, de monuments, de produits de thanatopraxie, de corbillards… Pompes funèbres et marbriers, utilisateurs et revendeurs de ces produits qui viennent appuyer leur offre de service sur le terrain, ou bien techniciens et juristes aux compétences pointues, en contrôle techniques, rapatriements, recyclage, mais aussi associations, fédérations, la liste est longue.

Dans cette auguste assemblée, la notion de taille ne compte pas. Les plus grands comme des sociétés de taille plus contenue ont opté pour Funéraire info.

Un grand merci

A tous nos annonceurs, nous souhaitons, à l’occasion de cette nouvelle année, adresser un grand merci. Voire même plusieurs.

Merci, tout d’abord, parce que votre confiance nous honore. Communiquer sur Funéraire Info, ce n’est pas seulement appliquer son logo sur un site web, c’est associer son image à un média. Ceci ne peut se faire si l’annonceur n’a pas confiance dans la solidité et le sérieux de son support. Annoncer sur Funéraire Info est une reconnaissance de la fiabilité et du sérieux de notre journal. Merci.

Merci, ensuite, parce que le soutien de nos annonceurs nous permet de poursuivre, jour après jour, l’aventure Funéraire Info, de nous y consacrer à temps plein, et nous conforte dans l’idée que lancer un grand média d’information funéraire sur internet était une idée qui saurait trouver sa place et son utilité dans notre profession. Merci.

Merci, enfin, parce que nos rapports ont toujours été à la fois très professionnels et toujours empreints de cordialité.

Et en 2017 ?

Cette nouvelle année nous verra poursuivre la collaboration avec l’immense majorité de nos annonceurs, qui nous ont dores et déjà renouvelés leur confiance. D’autres nous ont rejoint, d’autres encore s’apprêtent à le faire. Peut être vous ?

Mais surtout, pour cette année 2017, à nos annonceurs et futurs annonceurs, toute l’équipe de Funéraire Info présente ses vœux pour une année 2017 pleine de succès. Nous y seront présents pour vous comme vous l’êtes pour nous.

Funéraire-Info, +50% de visites en 2016

0
audience funéraire-info

La fin de l’année, c’est les fêtes, les cadeaux, les cotillons et surtout la période du bilan. A la même époque, il y a un an, l’objectif de visiteurs pour 2016 avait été fixé à 1,5 millions versus 1 million en 2015… Nous allons atteindre, 1,6 millions à la fin décembre, champagne. Plus de 16.000 fans nous suivent sur Facebook et quelques 500 personnes ont téléchargé l’application gratuite IOS/ Android, lancé à l’occasion de Funexpo à Lyon à la mi-septembre.

Le web change, et nous aussi

Depuis 1993 et l’arrivée d’internet le numérique est en perpétuelle évolution. Yahoo, le moteur de recherche apparait en 1994, Google en 1998, les plateformes sociales comme Facebook en 2004. Mais chaque jour le web se transforme, à l’origine documentaire, il combine aujourd’hui du contenu et du service pour les utilisateurs et demain, avec l’arrivée de l’intelligence artificielle, une nouvelle révolution est en marche.

L’internaute change, et nous aussi

« L’année 2016 est marquée par le développement soutenu des équipements nomades, tablettes tactiles et smartphones. L’utilisation d’internet en mobilité s’accroit également, grâce à la poussée des différents usages : regarder des vidéos sur mobile, utiliser des applications de messagerie instantanée, faire des achats ou utiliser les services de géolocalisation. Au total, un Français consacre aujourd’hui presque autant de temps à internet qu’à la télévision » Source ARCEP

J’ai un site internet, et nous aussi

Combien de fois j’ai entendu cela en disant bravo, mais ce n’est que le début du travail, le plus facile. Il faut ensuite le faire vivre, donc publier, c’est déjà moins facile. Et à compter de ce moment les choses chronophages et compliquées commencent. Il faut suivre très régulièrement avec Google Analytics et Google Webmaster les performances de son site, jeter un œil sur son positionnement et un œil dans le rétroviseur pour suivre les performances de ses concurrents, faire les mise à jours recommandées sur son site, survivre aux attaques (virus ou déni de service), suivre avec un autre œil les évolutions technologiques d’internet et les consignes sur les évolutions des bonnes pratiques. Un full time job quand il faut en plus suivre l’actualité du funéraire.

Et en 2016, nous avons fait quoi à Funéraire-Info?

Un long travail ingrat, nous avons travaillé notre référencement, nous avons retravaillé nos anciens articles pour nous adapter aux nouvelles bonnes pratiques, adopté la technologie AMP, nous avons sorti une application pour vos téléphones, nous avons aussi travaillé notre orthographe, nous avons commencé à tester le marquage sémantique et en fin d’année nous passons en HTTPS sur un serveur dédié.

Et en 2017, vous allez faire quoi à Funéraire-Info ?

Nous devons en 2017 dépasser les 2 millions de visiteurs sur le site et augmenter notre audience sur Facebook. Funeraire-info.fr doit consolider sa place de premier site internet professionnel à destination des pompes funèbres, des crématoriums, des thanatopracteurs et des fournisseurs du secteur.

Funeraire-info.fr doit permettre de toucher directement les professionnels à la recherche d’informations, d’idées, de conseils ou nouvelles sources de revenus et/ou d’optimisation. Les vecteurs comme Facebook, Twitter, Google+ ou notre nouvelle appli, permettent de doper l’audience sans oublier notre référencement sur Google actualités ou Bing actualités. Et pour arriver à cela nous avons beaucoup d’idées !

« Un jour ou l’autre, vous y passerez… à Funéraire-Info », le portail du monde du funéraire, pour vous, par vous.

Pompes funèbres et publicité : Internet, la voie de la communication

1

L’Étude du CREDOC2014– sur « la montée de l’immatériel dans les pratiques funéraires » révèle que près de 30 % des familles passent désormais par internet pour choisir leur opérateur funéraire, leur contrat obsèques ou leur fourniture annexe. Malgré la réglementation encadrée de la publicité « passive » du secteur funéraire, communiquer sa présence et ses produits sont des enjeux considérables aujourd’hui. Pourquoi ? et comment ?

Pourquoi ?

Nous le savons « la publicité des opérateurs funéraires a été encadrée et le démarchage interdit à l’occasion ou en prévision d’obsèques (articles L. 2223-31 et L. 2223-33 du code général des collectivités territoriales » * Mélanie de son côté nous explique comment mettre en avant une entreprise de marbrerie.

Pourtant aujourd’hui des facteurs déterminants sont à l’origine de la multiplicité des canaux de communication par et pour le secteur funéraire. Internet est partout, surtout depuis l’émergence des réseaux sociaux ; La vie privée est exposée et ce parfois, même avant la naissance. Par analogie, malgré les problématiques actuelles sur la vie numérique après le décès, force est de constater qu’une fois passé de vie à trépas, internet vous survivra. Achats privés, professionnels, nous sommes tous et toutes ultra connectés, et la génération des personnes âgées n’est pas exclue de ce marché. Près d’un tiers des familles passent aujourd’hui par internet lorsqu’elles sont confrontées à un décès. Législation, choix de l’opérateur funéraire, accessoires complémentaires, démarches etc., beaucoup sont celles qui vont aller chercher des conseils en ligne.

Deuxième facteur important, il s’agit de la personnalisation. Du body de naissance personnalisé, au pot de Nutella avec votre nom dessus, le secteur funéraire n’échappe pas à la tendance. Vous êtes uniques, votre défunt l’est aussi et le marché du funéraire l’a bien compris. Personnalisation de plaques, d’urnes, de cercueils, le secteur se spécifie. Les entreprises de personnalisation sont souvent très créatives et elles ont besoin de communiquer leur présence pour des prestations qui sont par définition uniques. C’est le cas de FunérArts au site très coloré qui propose de créer une plaque funéraire en ligne ou encore de Personifia dont je viendrais vous reparler à la fin de la semaine.

Autre point qui vient s’insérer dans les méandres de la toile, ce sont les signatures exponentielles pour les contrats obsèques. Sur internet fourmille une multitude d’informations pour des familles qui recherchent soit un bon placement, soit une sécurité pour eux et leur proche si demain ils venaient à mourir. C’est souvent quelque chose qui se décide en prenant le temps de bien choisir entre les options proposées et met donc un certain temps. Prendre tous les renseignements nécessaires chez soi tranquillement par internet permet aux familles de se rassurer et ensuite d’aller chercher des informations complémentaires auprès des opérateurs funéraires d’où l’importance d’avoir une prestation complète en ligne et un formulaire de contact.

Comment ?

Le site internet. C’est une valeur sûre pour toute l’économie de marché, mais c’est aussi vrai pour les pompes funèbres, un site internet ergonomique, et facile d’accès favorisera l’augmentation du chiffre d’affaire, mais je viendrais vous en parler mercredi où un article sera consacré entièrement à la mise en valeur d’un site internet.

Les rapporteurs d’affaires, tel que Comitam ou Meilleures-pompes-funèbres.com, apportent une offre de service aux particuliers en mettant en concurrence trois devis conformes à leurs souhaits. Puis elles contactent les pompes funèbres et les mets en relation avec les familles en leur transmettant leurs souhaits. Ils sont souvent de vrais partenaires de choix pour de nombreuses entreprises de pompes funèbres et il s’agit là d’un investissement mesuré.

Reste les annuaires. Nombreux sur internet, des pages jaunes au plus spécialisés ils permettent aux familles de trouver rapidement l’entreprise de leur choix, qui est souvent en corrélation avec la proximité de leur lieu d’habitation. L’investissement financier est souvent conséquent, mais la rentabilité est à étudier.

Certains choisissent de développer l’application mobile, c’est le cas des pompes funèbres Kryszke ou encore Tixier-Chavaroux qui proposent à leurs utilisateurs toutes les informations concernant leur service à porté de smartphone. Et bien sûr la nôtre, toute belle toute nouvelle à Funéraire-Info, votre vecteur de communication premier.

« Internet » et « incontournable » sont synonymes aujourd’hui pour un grand nombre d’entreprises du secteur funéraire. Même si encore certaines agences historiques dans leur ville assurent la proximité avec les familles, de plus en plus souvent cela se joue en ligne et même parfois avant le décès. L’accumulation des entreprises complémentaires au service des pompes funèbres vient grandir la nécessité d’une communication numérique.

 

  • Les entreprises ou associations habilitées ne peuvent ainsi employer dans leurs enseignes, leurs publicités et leurs imprimés des termes ou mentions tendant à créer une confusion avec les régies, les délégataires des communes ou les services municipaux. Les délégataires des communes peuvent, seuls, utiliser la mention : « Délégataire officiel de la ville ». Les régies communales peuvent, seules, utiliser la mention : « Régisseur officiel de la ville ». www.senat.fr