Accueil Tags Marbriers

Tag: marbriers

La plaque signature FunerArts, montrez votre savoir-faire au cimetière

0
Plaque FunerArts Signature

Le Diable se cache dans les détails, dit l’adage. Plus précisément, se demande FunérArts, pourquoi se priver d’un support de communication efficace sur un monument au seul endroit où c’est autorisé ? La réponse, c’est la plaque Signature, nouvelle idée brillante sortie des planches à dessin du Nord.

ROC-ECLERC-EXINCOURT--300x171 La plaque signature FunerArts, montrez votre savoir-faire au cimetièreLa plaque Signature

« Je ne sais pas vraiment comment est née l’idée » explique Cristelle, de FunérArts « Simplement, nous nous sommes rendus compte que, dans les cimetières, il y avait un, et un seul support de communication autorisé, et qu’il n’était pas suffisamment exploité par bon nombre de pompes funèbres et marbriers. »

Si FunérArts aime poser les bonnes questions, l’équipe de Wormhout, dans le Nord, aime encore plus y apporter d’excellentes réponses. Sous la forme, dans ce cas précis, d’une plaque à coller sur le monument, dans la nouvelle gamme Signature réservée aux professionnels.

« L’idée est que si une famille, au cimetière, voit un monument qui lui plaît, et qu’elle aperçoit, en dessous, quelque chose de joli, en couleur, elle regardera de quoi il s’agit ».

Lost-Funeraire-St-Martin-les-Tattinghem-01-300x171 La plaque signature FunerArts, montrez votre savoir-faire au cimetièreL’alternative

Jusqu’à présent, l’indication de la marbrerie ou de la pompe funèbre qui avait posé le monument était une gravure au bas, juste au-dessus de la semelle, qui, déjà difficilement visible, s’estompait avec le temps.

L’idée de FunérArts est de proposer une indication plus visible et plus durable de la société, sans pour autant envahir ou dénaturer le monument, bien au contraire.

« C’est une indication du nom et du savoir-faire de la société qui a posé le monument dans le cimetière. Et aussi une projection de son image. Ces plaques Signatures à coller, donc, sont complètement personnalisables. Que la société veuille quelque chose de neutre et sobre, ou une image plus chaleureuse et colorée, c’est elle qui décide. »

Plusieurs formats sont disponibles, et, si vous avez une idée précise, FunérArts peut concevoir des formes sur mesure.

2015-11-30-SENS-PF-Delassasseigne-signature-de-momuments-7x4-choix-5-300x180 La plaque signature FunerArts, montrez votre savoir-faire au cimetièreLa qualité FunérArts

Concrètement, comment ça se passe ? « Il suffit de nous adresser par mail les fonds, textes et logo. Nous proposons une maquette, puis nous concevons les plaques Signatures. Il est indispensable de bien réfléchir à la conception de votre Signature, c’est pourquoi nos graphistes travaillent avec le client. C’est une étape importante, parce que c’est une représentation extérieure des magasins. »

Les Signatures sont ensuite livrées, par cinquante minimum, et sont posées très facilement « Nous n’utilisons que des adhésifs de la marque 3M, qui sont les plus résistants du marché, les seuls capables d’endurer les conditions extérieures, chaleur, froid, pluie… et qui ont une durée de vie similaire à celle de la plaque Signature».

Celle-ci est réalisée ensuite selon les critères de qualité poussés de FunérArts, dont le produit est garanti transparence pendant trente ans, l’image est réalisée en quadrichromie, sur une plaquette de plexiglas de 3 mm d’épaisseur.

Facile à poser, durable, la Signature FunérArts répondra ainsi à la seule question qui compte vraiment : « Quel joli monument ! Ça vient de chez qui ? »

Le site de FunerArts : www.funerarts-express.com

Les stèles Funeral Concept, l’acier se marie au granit

0
Catalogues stèles Funéral Concept

Les stèles Funeral Concept, que nous vous présentions en exclusivité il y a quelques semaines, sont disponibles. Le catalogue est, d’ailleurs, en route vers toutes les marbreries de France. Présentation de ce produit au design recherché et simple d’utilisation.

colombe-modifiée-fin-225x300 Les stèles Funeral Concept, l'acier se marie au granit
Stèle Funeral Concept tombe granit colombe

Réponse à une demande

Comme souvent chez Funeral Concept, l’élaboration de ces produits a été faite dans un dialogue constant avec les pompes funèbres, les marbreries, et les familles. La société vendéenne a en effe l’avantage de pouvoir recueillir en direct les avis des clients finaux.

Il arrive fréquemment que des familles contactent personnellement Funeral Concept par l’intermédiaire de leur site internet, pour se renseigner sur leurs monuments. Et même si les vendéens orientent les acquéreurs vers leurs partenaires locaux, lorsqu’il y en a un dans le secteur ou se situe le cimetière, cet échange reste toujours riche d’enseignement.

« Certaines familles avaient envie de renouveler leur monument sans pour autant le changer intégralement, par exemple » explique Freddy Pineau, fondateur et directeur de Funeral Concept. « Et de l’autre côté, nous avions des demandes de marbriers, qui avaient envie de travailler avec nous, sans pour autant tourner le dos à leur métier. Ces stèles sont notre réponse ».

girafe-face-sur-granit-225x300 Les stèles Funeral Concept, l'acier se marie au granitLes stèles métal

Ces stèles sont tout à fait dans l’esprit Funeral Concept, design, modernes et créatives, sobres et élégantes, en se mariant aisément avec le granit. Le monument, bien que toujours sur base minérale, en est totalement transformé.

« Le marbrier est un véritable partenaire » souligne Freddy « Il s’occupe du monument, et conseillera au mieux la famille sur le choix du granit pour un mariage idéal avec la stèle ».

La pose, également, est aisée « Le kit est fourni, et la pose en elle-même est tout à fait simple. »

Le granit est durable, mais l’acier ? « Comme pour toutes nos réalisations », explique Freddy, « nous utilisons de l’acier traité haute performance, la stèle offre une garantie anticorrosion de trente ans. Et tout est fait en France, chez nous, en Vendée »

papillon-granit-noir-modifié-225x300 Les stèles Funeral Concept, l'acier se marie au granitUne gamme complète

La gamme de stèles est vaste, et chacun pourra y trouver un design à son goût. Classiques, avec des symboles religieux, des fleurs, des oiseaux… Toute une gamme de stèles arbres, qui symbolise l’arbre de vie.

Et les stèles enfants « C’est une gamme très réfléchie » Explique Freddy « Il y avait un besoin une demande des familles, pour ce deuil particulier, qui demandait une réponse particulière ».

Et puis, découverte, le papillon 3D « Dans de nombreuses cultures, le papillon symbolise l’âme du défunt qui prend son envol. Ce papillon invite à la rêverie, à la spiritualité, une forme de retrait en soi qui implique le recueillement et la remémoration des souvenirs partagés. »

Le catalogue arrive cette semaine chez les marbriers de France. Si vous ne l’avez pas eu, n’hésitez pas à le demander à Funeral Concept.

Le site de Funeral Concept : www.funeral-concept.fr

Hydrosystem, partenaire du confort et de la santé des marbriers

1
confort des marbriers

Hydrosystem est une des rares entreprises à s’investir et à trouver des systèmes permettant d’améliorer le confort des marbriers et leur épargner la santé.

 

Santé des marbriers : Hydrosystem répond présent !

Les marbriers ont du mérite : port de charges, travail les pieds dans l’eau, froid… Un dos fichu après 10, 20, 30 années de travail, ça ne se répare pas. Tout comme les articulations douloureuses, les problèmes d’arthrite, de genoux…

Heureusement, le 21ème siècle aussi, a du mérite ! L’avancée de la technologie et des techniques industrielles modernes, permet aux travailleurs des cimetières un confort largement amélioré. Fini les pelles, pioches et chariots manuels, les machines et produits ne manquent plus pour leur simplifier la vie, gagner du temps, et surtout, s’épargner – au maximum – la santé.

Bien que le monde du funéraire ait amorti de belles avancées dans beaucoup de domaines, les marbriers étaient, jusqu’à il y peu, les oubliés de la profession. Hydrosystem s’est présenté, il y a quelques années, comme un acteur œuvrant pour faciliter le travail des marbriers. En 2014 l’entreprise mettait la Crocopelle sur le marché, et n’a cessé de réfléchir à des systèmes permettant d’améliorer le confort des marbriers.

L’entreprise présentait récemment son chariot motorisé radiocommandé, un engin peu encombrant, aux grandes capacités.

Un investissement aux bénéfices multiples

La semaine dernière, Hydrosystem était nominée aux Awards du salon Be Positive, dans la catégorie bâtiment et aménagement. Remarqué pour les progrès que le chariot motorisé apporte à diverses activités, le CM 80 et le CM 160 avaient deux stands dédiés. La CAPEB (Confédération de l’Artisanat et des Petites Entreprises du Bâtiment) avait pour l’occasion organisé un parcours thématique sur le confort au travail, dans lequel Hydrosystem avait une place toute trouvée.

Avec ses fonctionnalités multiples, le chariot motorisé est un engin pensé pour le confort des marbriers : intelligent, compact et costaud, il remplacera les outils rudimentaires dans un investissement bénéfique sur plusieurs points.

chariot-motorisé-300x169 Hydrosystem, partenaire du confort et de la santé des marbriersLe chariot motorisé peut effectivement bénéficier d’une subvention dans le cadre de la réduction de la pénibilité au travail. Auprès des petites entreprises, dont la capacité d’embauche, si elle n’est pas possible d’un point de vue financier, serait pourtant bien utile, le chariot motorisé procurera une aide précieuse. Sa faible largeur mais ses capacités de chargement en font un compagnon tant des allées de cimetières que de votre santé, évitant le port de charges lourdes, délétères pour le dos. Enfin, le chariot étant radiocommandé, il est même probable qu’il traverse les cimetières plus vite que vous et votre brouette, tout en pouvant en charger 2 fois plus !

Équipé d’une potence, d’un plateau tournant, d’une grue Palfinger 1500, de vérins lève-charge ou de sa benne, il devient peu à peu le remplaçant de plusieurs outils de travail coûteux. Le chariot motorisé standard possède toutes les prédispositions à ces nombreux accessoires, et pourra être personnalisé par tous autres outils à la demande du client.

 

Hydrosystem

540 avenue Pierre Brossolette
26800 Portes lès Valence
Tel : +33 (0)4 75 57 70 73

http://www.hydrosystem.fr/

fiche-technique-CM160 Hydrosystem, partenaire du confort et de la santé des marbriers
Fiche Technique CM160

Les Saints Patrons des pompes funèbres, des marbriers et des fossoyeurs

0
La mise au tombeau du Christ, dont le corps a été donné à Saint Jospeh d'Arimathie sur autorisation de Ponce Pilate

On nous pose parfois la question : tiens, au fait, mais qui est le Saint Patron des Pompes Funèbres ?

Mise-au-tombeau-du-Christ-st-joseph-269x300 Les Saints Patrons des pompes funèbres, des marbriers et des fossoyeurs
La mise au tombeau du Christ, dont le corps a été donné à Saint Joseph d'Arimathie sur autorisation de Ponce Pilate

Après des recherches effectuées au péril de notre vie dans des grimoires poussiéreux, nous sommes en mesure de dévoiler l’identité de ce Saint… Et du Saint Patron des marbriers, en prime. Non, ne dites rien, c’est cadeau, ça nous fait plaisir.

Le Saint Patron des pompes funèbres est…

… Saint Joseph d’Arimathie ! Il est adjoint à Saint Nicodème. Saint Joseph d’Arimathie est fêté le 17 mars. Saint Joseph d’Arimathie était un Sanhédrin, tribunal juif de Jérusalem. Devenu disciple du Christ, très discret, il prit son courage et sa foi à deux mains pour aller demander à Ponce Pilate le corps du Christ crucifié, qui devait être inhumé dans la fosse communes de malfaiteurs. Aidé de Saint Nicodème, ils recueillirent le corps de Jésus, et le déposèrent dans le coûteux caveau que Saint Joseph d’Arimathie avait fait construire pour lui-même. Les deux le parèrent d’une fortune en encens et parfums, qui tenaient lieu d’embaumement, dans l’attente de la résurrection, trois jours plus tard.

Saint Nicodème, également Sanhédrin, ne doit pas être confondu avec les huit autres Saint Nicodème. Fêté le 3 août, il est surtout célébré par l’église d’Orient. Mais le Saint patron des Pompes Funèbres est bien Saint Joseph d’Arimathie, et la fête de notre profession est donc le 17 mars.

Il est indifféremment saint patron des thanatopracteurs, ayant oint le corps du Christ d’huile.

Enfin, la légende prétend que c’est Saint Joseph d’Arimathie qui recueillit le sang du Christ dans un calice, qu’il amena en Europe. Ce calice appartient à la culture européenne, sous le nom de Saint Graal.

Saint-Joseph-Graal-225x300 Les Saints Patrons des pompes funèbres, des marbriers et des fossoyeurs
Joseph d'Arimathie est également à l'origine de la légende du Graal

Le Saint patron des marbriers…

… Est Saint Clément, fêté le 23 novembre. Il fut le quatrième pape de l’église de Rome. Disciple de saint Paul qui en parle dans sa lettre aux Philippiens (4.3), il est l’un des premiers successeurs de saint Pierre sur le siège de Rome. Mais on sait peu de choses de son pontificat en ce temps de l’Eglise naissante. Sa lettre aux Corinthiens est le premier document où l’on voit l’Eglise de Rome intervenir dans une autre Eglise pour qu’y vive la charité, document inappréciable par la fraîcheur du texte si proche des rédactions des évangélistes. On ignore pourquoi il est Saint Patron des Marbriers, qui le partagent avec les navigateurs.

Et le Saint Patron des fossoyeurs…

Est Saint Maur, fêté le 15 janvier. Ce saint chrétien est mentionné dans la biographie de saint Grégoire le Grand en tant que premier oblat; jeune garçon, il est offert au monastère par ses parents nobles romains pour être éduqué dans la vie monastique. Quatre histoires impliquant Maurus raconté par Grégoire ont formé un modèle pour la formation idéale d’un moine bénédictin. Le plus célèbre de ces derniers implique saint Maurus dans la délivrance de saint Placide, un plus jeune garçon offert à saint Benoît en même temps que saint Maurus. Selon La vie de Saint Maur, après le grand voyage, saint Maur a fondé Glanfeuil comme premier monastère bénédictin en France.

La pénibilité pour les pompes funèbres, marbreries, thanatopracteurs

4
(source : http://www.pcf-ardeche.fr/spip.php?article241)

La réforme actuelle du régime des retraites, et celles qui suivront, ne pourront pas faire l’impasse sur un enjeu sensible : la pénibilité du travail. Comment la définir, comment l’apprécier, et surtout, concerne-t-elle les métiers du funéraire ?

feignasse-300x179 La pénibilité pour les pompes funèbres, marbreries, thanatopracteurs
(source : http://www.pcf-ardeche.fr/spip.php?article241)

Vu de l’extérieur, les pompes funèbres donnent l’impression d’un métier certes lourd moralement, mais plutôt décontracté : porter le cercueil sur quelques mètres, attendre, porter les fleurs, travailler en costume-cravate sont des éléments d’apparence. Il en va du professionnalisme de donner à voir une équipe rodée qui semble ne même pas faire d’efforts en réalisant un convoi impeccable, toute difficulté montrée pouvant inquiéter la famille. Pourtant, loin de l’image lisse, la profession pourrait prétendre à une reconnaissance de sa pénibilité, à l’instar d’autres pays.

Le port de charges lourdes

Porter un défunt, porter un cercueil, porter des compositions florales, en cuillère, à l’épaule, au bois : peu importe la technique, ce qui compte est la charge. Et avec des défunts pouvant peser plus de cent kilos, des cercueils dont certains modèles, à vide, atteignent les 80 kilos, la charge à supporter est importante. Certes, il existe des techniques, mais elles impliquent que toute l’équipe soit parfaitement coordonnées et les applique à la lettre. Beaucoup d’entre nous connaissent la joie de porter un cercueil à l’épaule, lorsque votre voisin mesure quinze centimètres de moins que vous. Et la descente dudit cercueil, si les quatre porteurs ne font pas tous exactement le même mouvement au même moment : ce sont vos vertèbres qui vous signaleront que votre position était mauvaise. Pas de grand-chose, mais l’accumulation est dangereuse.

De même pour les mises en bière. Un défunt pesant, dans une pièce exiguë, et voilà les porteurs qui se contorsionnent pour pouvoir bien se placer avec plusieurs dizaines de kilos au creux du coude. Les brancardages également : procéder à l’enlèvement d’un corps dans un domicile qui n’a pas été pensé pour cela s’avère souvent usant pour les articulations et les muscles.

Le problème supplémentaire auquel doivent se confronter les employés de pompes funèbres, c’est le travail à froid : de longues périodes d’inactivité physique sont brusquement interrompues par des efforts violents. Hors de question, bien entendu, pour le porteur resté au fond de l’église afin d’ouvrir la porte aux retardataires de s’échauffer, ou à l’équipe de faire des étirements devant le registre de condoléances. Pendant trois quart d’heures, vous êtes inactifs au fond de la salle, à écouter l’officiant, et sans transition, vous voilà à soulever cent cinquante kilos de cercueil occupé : c’est le plus grand danger et la plus grande cause d’usure.

Toxicité naturelle, toxicité chimique

Le travailleur de la mort est également confronté à nombre de menaces chimiques ou naturelles. La décomposition, pour commencer : dès le début du processus, peu de temps avant la mort, le corps se met à multiplier de façon incontrôlée des bactéries dont certaines peuvent engendrer des désordres importants sur la santé des vivants.

Les maladies, ensuite. Un défunt, par définition, n’est pas en très bonne santé. Et le professionnel du funéraire n’a pas forcément accès à toutes les informations. Certes, lors d’une intervention sur un accident de la route, la cause du décès semble évidente, mais qu’en est il des antécédents, et des éventuelles maladies que porte le corps ? Si certaines ne survivent pas très longtemps après le décès, d’autres en revanche ont une persistance suffisante pour contaminer un manipulateur peu protégé. Idem pour les souches nosocomiales : si le personnel se transmet efficacement les consignes sur les précautions de contact, la chaîne est longue jusqu’aux pompes funèbres, et un signalement de staphylocoque peut s’égarer en route.

Les thanatopracteurs en savent quelque chose : le formol n’est pas un produit anodin. Toxique, cancérigène, il envahis la salle de soins, en particules aériennes, en fluides répandus. Si tous les employés des pompes funèbres passant par un labo sont susceptibles d’en inhaler ou d’entrer en contact dermique avec lui, les thanatopracteurs passent plus d’une heure dans une pièce qui en est saturée, plusieurs fois par jour. Il serait intéressant de faire une étude sur la santé de la profession.

Que dire enfin des marbriers et fossoyeurs qui descendent dans des fosses et des caveaux pour procéder à des exhumations ou des réductions, par exemple ? Même protégés, cela revient à plonger dans un bouillon de culture sans combinaison NBC, seule réellement étanche.

Aspects non quantifiables

Il reste les aspects non quantifiables, le domaine moral de la profession.

Les pompes funèbres sont confrontées, chaque jour, par définition, à la mort, au deuil, à la souffrance humaine. Par nécessité, ils ont accès à des informations sur la vie du défunt, et, par proximité avec les proches, à des informations parfois lourdes sur le passé de celui-ci. Notre profession est un observatoire quasi parfait sur notre société, dans ce qu’elle a de plus beau, parfois, lorsque la mort est vécue entourée d’une famille aimante et dans une atmosphère de sérénité qui accompagne un décès vécu comme une délivrance, mais aussi dans ses aspects les plus sordides : mort d’un enfant, décès brutal, homicide, accident tragique, suicides, tout cela forme une accumulation de souvenirs lourds, qui peuvent travailler et miner quiconque ne sait pas les gérer.

L’environnement psychologique de la profession, si l’on peut l’appeler ainsi, est donc lourd à porter, et un professionnel du funéraire, même d’un tempérament jovial, glissera doucement vers le pessimisme. Non, il n’est pas naturel, lorsqu’un vous annonce qu’un couple attend un heureux événement, de penser immédiatement à la mort prématurée des enfants in utéro. Si la première chose à laquelle vous pensez lorsqu’on vous annonce ce genre de nouvelles, c’est le pire, c’est que le métier vous as pris. A combien cela peut il s’estimer ?

Pénibilité-300x211 La pénibilité pour les pompes funèbres, marbreries, thanatopracteurs
(source : http://www.fed-cfdt-sante-sociaux.org/content/la-cfdt-se-mobilise-contre-la-penibilite)

Pour conclure

Bien d’autres aspects encore peuvent justifier, non pas la reconnaissance, mais au moins une enquête sérieuse sur le travail aux pompes funèbres. Et l’on a beau guetter les bulletins officiels, rien n’est fait. Les mauvaises langues diront que c’est parce que quand les pompes funèbres font grève, l’économie n’est pas paralysée. Les personnes plus sympathique diront que c’est parce que notre profession se fait trop discrète. Certains représentants du patronat diront sûrement que c’est parce qu’on exagère beaucoup ces histoires de pénibilité.

Certains observeront que cet article ne parle que des employés. Les patrons d’entreprises de pompes funèbres et de marbrerie n’y sont donc pas exposés ? Si, bien sûr : ils doivent supporter certains employés, qui sont vraiment, vraiment pénibles, parfois.

 

Editorial – concours de Noël

0
gal_09_Small_-879871 Editorial - concours de Noël
"il a été sage, lui ?"

Chaque année, c’est la même chose : on se dit que Noël commence de plus en plus tôt.

Tenez, l’autre jours, je me rendais au supermarché, à la recherche d’un rouleau de ruban adhésif, et le rayon était inaccessible parce que les employés s’activaient déjà à libérer des linéaires afin de les remplir de jouets qui s’amassent par palette entière. Ca ne me dérange pas, notez : j’adore Noël.

Comme de surcroît Halloween n’a pas pris en nos contrées, les publicitaires et commerçants se sont retrouvés avec une période à combler. Évidemment, c’est un réflexe, vous pensez « Toussaint », mais dans les hypermarchés, ils n’ont pas encore trouvé le moyen de « lisser » un peu la chose pour la rendre plus vendable. C’est vrai, imaginez le catalogue dans votre boîte aux lettres : « Promo sur les chrysanthèmes » « Plaque funéraire : pour une achetée, la seconde à 50 % » « Urnes pour toute la famille », ou bien sur le modèle des catalogues de rentrée : « Mourez, c’est le moment ! ».

Délicat, oui. Et les supermarchés jalousent les pompes funèbres, qui n’ont pas ce genre de soucis. A tort, évidemment.

Parce que chaque année, c’est la même chose. Un petit matin frisquet, à l’agence, réunion sur le thème « Bon, on fait quoi pour Noël ? »

Parce que c’est bien gentil, tout ça, mais chaque année, c’est la même chose : dans les rues baignées de la lumière joyeuse des illuminations festives, alors qu’en fin d’après-midi déjà la nuit est tombée, et que l’on déambule de vitrine en vitrine, les yeux écarquillés par les merveilles étalées dont certaines se retrouveront au pied du sapin, emballées dans des papiers jolis aux motifs de lutins, la grisaille sinistre de la vitrine des pompes funèbres.

Bien entendu, les croque-morts sont des gens comme les autres, ils ont un sapin chez eux, galèrent pour trouver à leurs bambins le dernier jouet à la mode en rupture de stock, ont besoin de pastilles digestives au lendemain du réveillon.

Mais, de par leur profession, ils doivent prendre des précautions importantes : le panier d’osier qui contient des papillotes en chocolat, sur le coin de la table ou le conseiller funéraire reçoit les familles endeuillées peut être perçu par certains comme incongru, si ce n’est maladroit.

Certes, une famille en deuil aura l’esprit ailleurs qu’à Noël, mais est-ce une raison pour ainsi négliger cette fête importante (et, rappelons-le, largement laïcisée) ?

Alors, chaque année, c’est la même chose : il faut jongler avec le casse tête de la décoration, festive, mais sobre, de la réjouissance respectueuse, afin de ne pas se retrouver, ni dans le rôle du rabat-joie triste, ni dans celui du gougnafier irrespectueux du deuil. En d’autres termes, de quelle taille doit être le sapin, et combien de guirlandes pour le décorer ?

Chaque année, c’est la même chose. Attendez, j’ai l’impression de l’avoir déjà dit, ça, non ?

Donc, cette année, Funéraire info lance le concours : « Noël chez les croque-morts ». L’idée, elle est simple : expliquer comment vous fêtez Noël, en tant que professionnel du funéraire, que vous soyez pompe funèbre, marbrier, thanatopracteur, en conciliant distance respectueuse et code des fêtes de fin d’année, ou en expliquant pourquoi vous faites l’impasse et comment.

porcher_1024x768-300x225 Editorial - concours de Noël Il y aura deux catégories : une catégorie « photo », avec la décoration ou mise en scène la plus originale, et une catégorie « texte », avec le texte le plus sympathique et argumenté.

Les gagnants de chacune des catégories emporterons chacun une journée spéciale de Funéraire Info dédiée à leur entreprise en janvier 2013. Une journée complète de publi-rédactionnel clefs en main gratuit sur le numéro un de l’information funéraire indépendant, c’est Noël !

Edito : c’est la rentrée !

0

rentree Edito : c'est la rentrée ! C’est la rentrée. Cette fois-ci, c’est la bonne, pas de doutes, il n’y a qu’à allumer le poste pour s’en rendre compte : des petits visages baignés de larmes qui disent adieu à leurs parents jusqu’au soir, tandis qu’à l’arrière plan l’institutrice déjà les jauges. N’allez pas expliquer aux enfants qu’ils vivent les plus belles années de leur vie : pour eux, vous êtes un grand, à savoir quelqu’un qui a la possibilité d’entrer dans un magasin et de s’acheter tous les jouets qu’il veut, et qui ne le fait pas : un idiot, en somme. Preuve s’il en faut que l’incommunicabilité vient de l’absence de référents communs.

Pas de larmes, mais la voix peut être un peu chevrotante de votre collègue qui contemple d’un air morne le ciel parisien en vous décrivant ses vacances au soleil. Aucun doute : c’est la rentrée.

Pas de larmes, mais un air préoccupé pour les politiques de tout bord qui viennent expliquer ce qu’ils vont faire et leurs opposants qui expliquent qu’il faudrait faire à peu près tout le contraire, sur le thème sempiternel « Je ne veux pas les critiquer, je les respectes, mais je le dis : ils sont nuls ». La rentrée, en somme.

Pas de larmes, mais cela ne saurait tarder, pour votre libraire qui déballe les 678 romans de la rentrée littéraire en pensant au 678éme, ce jeune auteur prometteur, le futur Victor Hugo, qui passera inaperçu, dont le livre partira au pilon, et qui disparaîtra à jamais du monde de l’édition. La rentrée littéraire, aussi.

Et chaque rentrée, le petit jeu des pronostics : qu’est-ce qui va prendre de l’importance dans les mois qui vont suivre ? Politique, économie, sport, société, le petit jeu est ouvert.

Alors, parions. Mais pas pour perdre, ou le plaisir du jeu : parions pour anticiper.

Certitude de la victoire, rien de tel que parier sur un marronnier. Un marronnier, vous savez, c’est un sujet que la presse ressort régulièrement, à peu près chaque année à la même époque, et qui est sûr de faire de l’audience, comme par exemple les régimes dans les magazines féminins en juin. Ou la rentrée scolaire.

Le marronnier qui nous intéresse est bien sûr celui de la Toussaint. Comme chaque année, beaucoup de journaux vont s’emparer de ce sujet qui nous concerne au premier chef, « le marché de la mort » et nombre d’entre eux vont le traiter sur le thème « comment les vilains croque-morts profitent de votre tristesse pour piquer vos sous ». Chaque années, c’est pareil. Et si l’on note de ci, de là, une heureuse surprise (mention spéciale à nos confrères du Télégramme de Brest qui avaient réalisés un dossier objectif et bien documenté l’an passé), l’on remarque plus les mauvais. Un titre comme « le scandale des pompes funèbres » fait vendre.

Cette année, toutefois, une chose change : l’an dernier, à la même époque, Funéraire Info n’existait pas. Affirmation peut être un brin prétentieuse, mais voilà : l’an dernier, il n’y avait pas de média objectif, réalisé par des professionnels du funéraire sous la supervision de professionnels de la presse, accessible à tous et gratuit.

Nous n’avons pas la prétention de faire changer les choses : le scandale fera toujours vendre du papier ; mais nous avons la prétention d’informer sur la réalité de la profession, de servir d’interface entre le public et les professionnels, en restant crédibles et objectifs. Pour la diffusion, c’est notre notoriété. C’est vous qui la faites.

Deuxième point d’actualité qui dominera l’année. L’argent. La crise est partout, les habitudes de consommation des usagers des pompes funèbres ont déjà commencé à changer. L’offre low cost s’étend à peu près partout. Qu’on le veuille ou non, le phénomène reviendra souvent dans l’actualité, sauf changement radical de la conjoncture. On ne pariera pas là dessus. Mais il est des raisons d’espérer : l’énergie créatrice s’en trouvera multipliée. Le public voudra continuer à honorer dignement son défunt, même s’il a moins d’argent pour le faire. Trouver des solutions personnalisées sera l’apanage des petits indépendants. Nous les suivrons de près, autant que les grandes sociétés qui vont mettre des moyens importants dans leur développement.

rentrée-300x209 Edito : c'est la rentrée ! D’autres encore seront certainement présents dans nos pages : la création d’un syndicat de thanatopracteurs va sensiblement, on le pense, modifier le visage de la profession. De nouvelles techniques, de nouveaux produits, aujourd’hui expérimentaux, vont apparaître sur le marché. Vous les découvrirez chez nous. Des lois seront proposées, votées, appliquées : nous vous en informeront, les analyseront et vous en informeront.

Sur tout cela, on prend le pari.

Allez, séchez vos larmes : vous voyez bien qu’avec tout cela, l’année qui vous sépare de l’été prochain sera vite passée.

www.revolution-obseques.fr, 789 euros, le Low Cost à Paris

9

titre-revolution-obseques.fr_-300x28 www.revolution-obseques.fr, 789 euros, le Low Cost à ParisLes Services funéraires de la Ville de Paris lancent aujourd’hui leur site www.revolution-obseques.fr. Celui-ci est tout entier dédié à un nouveau service low-cost, mais sans être pour autant au rabais. A un prix unique de 789 euros, ce prix comprend un corbillard avec chauffeur, un cercueil biodégradable, un capiton, et le transport du corps du lieu de mise en bière jusqu’au cimetière.

Des options sont proposées, comme le Maître de Cérémonies ou les fleurs. Le tarif voir s’adjoindre diverses prestations, comme le prix d’une concession, l’ouverture d’une concession existante par un marbrier, les taxes et vacations, voire éventuellement une crémation, les soins de conservation, etc…

Mis en ligne il y a quelques minutes ce 21 juin, l’ensemble des fonctionnalités du site ne seront opérationnelles qu’à partir du 2 juillet.

Plus d’informations très prochainement sur Funéraire Info.

 

www.revolution-obseques.fr