Accueil Tags Michel kawnik

Tag: michel kawnik

L’AFIF est-ce facultatif ?

1

Le 8 décembre dernier sur le site de Paris-Match, un article, non signé, était publié avec un titre choc : « Attention aux contrats obsèques ». Claire Sarazin, thanatopractrice a souhaité apporter son point de vue.

Après une journée de dur labeur, je décide de prendre une pause bien méritée et de me détendre un peu en allumant mon ordinateur… Sauf que non, pour la détente il faudra repasser. Devant moi, une énième interview de Michel Kawnik, président de l’Afif, Association française d’information funéraire, dans laquelle il débite toujours consciencieusement les mêmes propos.
Bien-sûr, la tentation est grande de reprendre ses arguments un par un pour les démonter mais c’est déjà fait et refait. De toute façon, il ne répond jamais et ressert inlassablement sa soupe réchauffée partout où on le laisse s’exprimer.
Il m’apparaît donc plus productif de prendre le problème différemment en m’adressant plutôt aux journalistes.

Posons-nous LA bonne question :
Michel Kawnik est il obligatoire ?

Non, vous obtiendrez aisément une analyse aussi pointue et éclairée en faisant un simple micro-trottoir au hasard des rues. Sinon, s’il s’agit réellement de rechercher de VRAIES informations, il faut aller les prendre sur le terrain en interrogeant d’authentiques professionnels du secteur et pourquoi pas des familles touchées par un deuil ?
Michel Kawnik a visiblement des comptes à régler avec les pompes funèbres. Peut-être a-t-il mal vécu son passage « éclair » dans la profession ? Peut-être a-t-il été mordu par un Thanatopracteur durant cette période ? Je ne suis pas psy et je ne me permettrai pas d’aller « creuser » plus loin. Moi-même, je dois avouer que j’ai un gros contentieux avec une dentiste qui m’a traumatisée dans mon enfance. Mais je n’ai pas créé d’association française d’information sur les dentistes pour me venger.

Effectivement, la plupart des prestations proposées par les opérateurs funéraires sont facultatives. Lorsqu’un décès survient, la loi impose seulement de faire procéder à une inhumation ou une crémation dans un cercueil équipé d’une cuvette étanche, de quetre poignées et d’une plaque d’identification. Tout le reste est en option. Les obsèques sont un hommage et non une obligation légale.

Il en est de même pour toutes les autres cérémonies… Il n’est pas interdit par exemple de se marier en tenue de ville, sans alliance et sans invités, ni de remplacer les toasts au foie gras du réveillon par des tartines de pâté de campagne… Vous qui vous apprêtez à fêter Noël, savez-vous que le sapin est facultatif? Ne vous faites pas avoir !
Oui, les tarifs varient d’une entreprise à l’autre tout comme ils varient d’un restaurant à l’autre. Il existe une offre assez large et c’est une bonne chose pour les familles. Il n’est pas malhonnête de facturer très cher une prestation haut de gamme.
Bref, chacun est libre de choisir son entreprise selon ses propres critères et de décider du bien-fondé de chaque option proposée. Partant de ce constat, interviewer Michel Kawnik pour mettre en garde les familles n’est donc pas obligatoire.
Michel Kawnik est facultatif et si c’est juste pour se choper des aigreurs d’estomac quand on lit ses déclarations, on peut tout-à-fait le remplacer par une pincée de glutamate.

Claire Sarazin

Vous pouvez lire le papier de Paris-Match en suivant ce lien.

Michel Leclerc répond à Michel Kawnik

1

La semaine dernière, nous avions publié une interview de Michel Kawnik, président de l’AFIF (à lire ICI), qui avait fait grand bruit. Interpellé, Michel Leclerc a tenu à répondre.

Fleurets mouchetés

Michel-115-225x300 Michel Leclerc répond à Michel Kawnik
Michel Leclerc

Michel Leclerc n’est pas en colère, ni n’a bondi de sa chaise : ce n’est pas le genre de l’homme. « Je connais Michel Kawnik, qui est un homme charmant. Lorsque nous nous rencontrons sur les salons, nous nous serrons la main et nous échangeons quelques mots. Mais ça s’arrête là. » Ce que nous disions dans notre article : quoique courtois tous les deux, ils ne partiront pas en vacances ensemble.

« Michel Kawnik critique beaucoup. Mais qu’à-t-il fait ? C’est quelqu’un qui n’a jamais rien fait dans le domaine du funéraire. » la première expérience de Monsieur Kawnik remontant à Roc’Eclerc « Il a passé deux mois chez nous, et nous ne nous sommes pas entendus. Peut être qu’il m’en veut, je ne sais pas. » Mais c’est l’inexpérience de son attaquant qui amuse Michel Leclerc « Il a fait quoi, concrètement ? Citez moi une loi qu’il a fait voter, un projet qu’il a mené et qui a changé le secteur ? » quand au monopole « Il dit que j’ai eu de la chance. Moi, je veux bien. J’en ai peut être eu. Mais vingt ans et 1700 procès pour faire tomber le monopole, je n’appelle pas ça de la chance. Il ne faut pas qu’il oublie que, si je n’avais pas mené ce combat, il ne serait pas là. Aujourd’hui, il revendique presque la liberté du funéraire. Je ne l’ai pas vu, à l’époque ».

« Je voudrais juste que Monsieur Kawnik fasse cinq propositions. Pas des choses sorties du musée, des idées concrètes qui feraient avancer le secteur. Moi, j’en ai fait et je continue d’en faire : ce n’est pas bien à chaque fois, je peu me tromper, comme tout le monde. Mais j’essaie. Si Monsieur Kawnik n’a rien à proposer, qu’il cesse de critiquer ceux qui essaient de faire avancer les choses. »

Florian Leclerc

« Il a aussi attaqué mon fils » (Florian Leclerc, accusé d’être un prête nom de son père, NDLR) « Je peux vous dire qu’il a 22 ans, qu’il est seul aux commandes, et qu’il a déjà signé 47 nouveaux contrats. Ce qui va porter le nombre de Sublimatoriums, lorsqu’ils seront ouverts, à 80, des gens qui viennent de tous horizons. » pas mal « Il a 22 ans, toute la vie devant lui, il vaut mieux pour lui n’être pas qu’un simple prête nom… »

« Il a sa philosophie, et maîtrise les fondamentaux du secteur. » Michel Leclerc est clair, son fils vole de ses propres ailes, et ses succès en sont la preuve.

Le progrès

« Michel Kawnik attaque également le salon. Bien, il est vrai que, lorsqu’il a été créé, c’était nouveau. Aujourd’hui, il manque un d’innovation. » Michel Leclerc pousse l’analyse plus loin : « Il faudrait proposer de nouvelles choses. Chez les marbriers, par exemple. Certains expliquent que la crémation, c’est pour le futur, mais dans certaines régions, on atteint déjà des taux de crémation de 60, jusqu’à 80 pour cent » phénomène qui modifie la demande « Vous avez peut être noté que de plus en plus de personnes dispersent les cendres. C’est dangereux, pour la perte des racines, pour notre civilisation. Il est vrai qu’on leur propose des columbariums, des empilements de cases HLM. Certes, on en fait de beaux, aujourd’hui, mais ça fait quand même penser un peu à la fosse commune, non ? » Michel Leclerc explique que les marbriers doivent chercher quelque chose de neuf, de plus adapté, « et cesser de raisonner en terme de kilos de marbre ».

Pareillement pour les crémations « Le prix des crémations augmente inexorablement. Pour cela aussi, il faut de nouvelles solutions. » Il croit en l’hydrogène « On a fait baisser son coût de 40 euros à 2 euros. C’est une énergie d’avenir. » le problème vient des lobbys, explique-t-il. Et son appareil de crémation, que Michel Kawnik a moqué ? « Ça avance, nous avons résolu de nombreux problèmes techniques. J’aimerai pouvoir le montrer au salon du Bourget, l’année prochaine. »

Toujours, Michel Leclerc garde en tête l’intérêt des familles et le progrès du secteur. « Michel Kawnik va encore dire que je radote… Mais si c’est cela, radoter, alors oui, je veux bien radoter. En attendant, moi, je fais quelque chose ».

Interview : Michel Kawnik, Association Francaise d’Information Funéraire (AFIF)

3

L’Association Française d’Information Funéraire, l’AFIF, est pour certains un acteur incontournable de la profession, et pour d’autres, un empêcheur de tourner en rond. Une chose est certaine : l’AFIF, aujourd’hui, est incontournable. Nous avons interrogé Michel Kawnik, son président, sur l’actualité des pompes funèbres.

Le syndicat des thanatopracteurs

photomk-231x300 Interview : Michel Kawnik, Association Francaise d'Information Funéraire (AFIF)
Michel Kawnik

Michel Kawnik voit d’un très bon œil la création du SPTIS (Syndicat Professionnel des Thanatopracteurs Indépendants et salariés). « C’est très bien que les thanatopracteurs s’organisent en acteurs responsables de la profession. Il est important de présenter et faire connaître cette activité. » Michel Kawnik reproche un peu aux entreprises de pompes funèbres leur mainmise sur l’ensemble des prestations « Les familles devraient pouvoir faire appel directement à un thanatopracteur de leur choix, indépendamment de l’entreprise de pompes funèbres » en ligne de mire, les grands groupes de pompes funèbres associés à de grands groupes de thanatopraxie, qui faussent la liberté de choix.

Michel Kawnik est d’ailleurs ouvert à la discussion « Nous avons mis en place, avec l’AFIF, une charte de qualité pour les pompes funèbres. Une charte similaire pour les thanatopracteurs serait envisageable. » En tout cas, l’AFIF soutient l’initiative, partant du principe que les thanatopracteurs sont des acteurs majeurs de la profession, et qu’il est indispensable qu’ils puissent défendre leur profession et leur point de vue et deviennent un interlocuteur à part entière des familles.

La « mode » du low cost

Sur le low cost, Michel Kawnik est nettement plus réservé. « Toute chose a un coût. La vendre trois fois plus cher, ce n’est pas bon, mais la vendre deux fois moins cher, ce n’est pas bon non plus, c’est du dumping, cela a toujours des conséquences néfastes. ». Surtout, selon lui, on est dans des  »coups » qui n’ont plus grand’chose à voir avec le métier des pompes funèbres « Le métier des pompes funèbres, c’est avant tout l’accompagnement de la famille, ce sont des métiers de services. est le service quand la famille passe commande sur internet, doit faire elle-même la mise en bière de leur défunt ? est l’écoute ? » Michel Kawnik prend pour exemple le nouveau service mis en place par une filiale des pompes funèbres de la ville de Paris « Pourquoi, à votre avis, le service est uniquement proposé sur internet ? Imaginez-vous un conseiller funéraire qui explique en face à face à la famille qu’elle va devoir se débrouiller pour faire les démarches, la mise en bière, voire le creusement ? Il se ferait casser la figure ».

De surcroît, Michel Kawnik voit d’autres effets sociétaux « Pour ce service, il faut mourir dans certains hôpitaux, et se faire inhumer dans certains cimetières. C’est quoi cette histoire ? Si vous mourez chez vous ou dans le mauvais hôpital, vous payez plus cher ? Si vous voulez un autre cimetière, vous payez plus cher ? Où est-elle, l’égalité face à la mort ? »

L’homme, calme et poli, lance un « c’est un attrape-c… » qui en dit long. « Les familles attendent un professionnel sérieux, compétent et à l’écoute » avec des prix raisonnables et justifiés, adaptables en fonction des moyens de chacun, il est vrai que l’on peut faire aussi compétitif et plus souple que le low cost « l’essentiel, c’est l’accompagnement des familles » insiste-t-il. Un mot résume sa vision du low cost « Tout cela est malsain ».

Le funéraire aujourd’hui

Sur les sujets d’actualité du monde funéraire, Michel Kawnik est égal à lui-même : d’une franchise imparable, sans jamais se départir de sa courtoisie. Sur les Sublimatoriums Leclerc « Ça fait vingt ans que je connais Michel Leclerc, son discours est rôdé, mais depuis tout ce temps, il répète la même chose. Florian Leclerc est un très gentil garçon, mais il est le préte-nom de son père. Je ne vois pas l’intérêt aujourd’hui pour un franchisé de prendre son enseigne ». Quand au four à crémation révolutionnaire, Michel Kawnik éclate de rire « Il y a quelques années, il expliquait avec un bout de tuyau trouvé dans la rue qu’il allait le faire avec du carburant de fusées. Aujourd’hui, vous me dites qu’il est passé à l’hydrogène ? Eh bien, demain ce sera le nucléaire. Et puis, quand bien même, il y a des réglementations. Michel Leclerc peut bien essayer d’avoir des milliers d’années d’avance sur tout le monde, au final, la réalité le rattrapera ».

L’on comprend vite que Michel Kawnik et Michel Leclerc ne passerons pas leurs vacances ensemble « Toutes ses propositions, ses déclarations, il ne dit rien de neuf. Certes, il y a 25 ans, il y avait le monopole, il était au bon endroit au bon moment. Mais aujourd’hui, son discours, ça rime à quoi ? ».

Le rachat de Roc’Eclerc par Daniel Abittan n’est pas primordial « Tout cela, c’est de la finance. Un groupe est racheté par un fond de placement, qui va le développer et le revendre cinq ans plus tard avec un bénéfice. Regardez, tous les groupes changent de main tous les cinq ans. Au final, ça ne change rien au niveau des consommateurs ».

Et, à contre-courant des oiseaux de mauvaise augure, Michel Kawnik se montre rassurant à propos des petits indépendants « Les pompes funèbres sont avant tout une activité de service de proximité. Une famille ira chercher un professionnel près d’elle, pas une enseigne à 300 kilomètres. Un indépendant peut devenir un acteur majeur sur son secteur, sa zone de chalandise, puisqu’il faut l’appeler ainsi, en proposant de bons services et une bonne écoute. Après, une petite société familiale n’a pas les même moyens de communication qu’une grande au niveau financier. Il y a d’autres solutions, par exemple l’AFIF. En adhérant à notre charte de qualité, une société donne des gages de confiance, et c’est important. »

Le mot de la fin est plus réservé. « Depuis 1992, je n’ai jamais manqué un salon du funéraire, que ce soit à Paris ou Lyon. Cette année, je me demande si ça en vaut la peine ». Pourquoi ? « Le salon est proposé par une fédération qui ne propose rien de nouveau. Ils sont dans le discours  »tout est pour le mieux dans le meilleur des mondes », mais non. Et je n’ai pas l’impression qu’ils soutiennent justement les petits indépendants. Si c’est pour entendre la même chose, quel intérêt ? »

L’AFIF a une vision globale et attentive du milieu du funéraire aujourd’hui. Un point de vue clair, tranché et argumenté, que nous vous feront régulièrement partager dans Funéraire info.

Le site Web de l’AFIF se trouve ICI