Accueil Tags Obsèques

Tag: Obsèques

AdVitam, comment se faire rembourser les frais d’obsèques ?

0

AdVitam, 1ère startup de Pompes Funèbres, propose un nouvel outil pouvant permettre de se faire rembourser les frais d’obsèques

AdVitam a développé un outil gratuit et accessible à tous, permettant de recenser les aides financières existantes couvrant les frais d’obsèques d’un proche et indiquant la procédure à suivre pour en bénéficier.

Partant du constat que les frais funéraires sont de plus en plus élevés pour la majorité des français[1], et qu’en même temps il existe pourtant des aides financières, Advitam est le 1er et seul opérateur funéraire à proposer gratuitement en ligne un outil permettant de connaître son éligibilité à des aides financières pouvant couvrir l’intégralité des frais d’obsèques.

Largement méconnues, ces aides financières peuvent pourtant être élevées, par exemple jusqu’à 37 000 € dans le cas d’une personne salariée SNCF[2], ou plus de 25 800 € dans le cas d’un ouvrier du bâtiment[3].

Après avoir pris en charge la résiliation de tous les comptes et abonnements du défunt, puis avoir été le 1er opérateur funéraire à prendre en charge la résiliation des réseaux[4] sociaux du défunt, Advitam continue d’innover et propose un service simple, gratuit et librement accessible à tous sur son site internet pour savoir à quelles aides sont éligibles les proches du défunt. Cet outil permet également d’indiquer la procédure à suivre pour bénéficier de ces aides.

Philippe Meyralbe, fondateur de AdVitam : « cet outil s’inscrit dans notre combat de toujours vouloir offrir un service plus simple, plus transparent et d’accompagner, en toute discrétion et dans un esprit de bienveillance les personnes confrontées au décès d’un proche ».

Essayer l’outil : https://advitam.fr/aides-financieres/

Le secteur en chiffres :

–          Le marché français représente 2,5 milliards d’euros

–          600 000 décès/an en France[5]

 

Advitam :

–          Plus de 1 000 familles accompagnées depuis la création

–          +100% de croissance chaque année depuis 2016

–          95% de satisfaction[6] des familles accompagnées

–          Ile-de-France, Alpes-Maritimes, Var, Bouches du Rhône, Gironde, Moselle, Meurthe et Moselle

Plus d’informations sur advitam.fr/presse

Contacts Presse :

Romain Grière : rgriere@image7.fr, 07 86 53 17 89 – Charlotte Mouraret : cmouraret@image7.fr, 06 89 87 62 17

[1] Rapport de la cours des comptes du 01/10/2018

[2] Simulation pour un salarié SNCF, avec un salaire de 1800€/mois, marié avec un enfant de moins de 20 ans

[3] simulation pour un ouvrier du bâtiment, marié avec un enfant de plus de 20 ans

[4] Communiqué de presse du 17 octobre 2017

[5] Source INSEE

[6] Avis vérifiés

IN MEMORIAM : La start-up au package complet pour les obsèques

0
IN MEMORIAM

Aude nous présente son entreprise, IN MEMORIAM, spécialisée dans les services funéraires. Les services proposés sont orientés vers le besoin des familles. Elle nous présente son entreprise via un dossier très complet donc je vous partage le contenu ci-après.

Portrait

Aude-in-memoriam IN MEMORIAM : La start-up au package complet pour les obsèques » Avant de créer IN MEMORIAM, j’étais conseillère funéraire diplômée. Passionnée par mon métier, j’avais néanmoins la certitude que nous aurions pu faire mieux pour les familles. Au fil du temps, j’ai donc identifié leurs besoins, leurs attentes. A force de discussions, nous avons mis des mots sur leurs regrets et ce qu’elles attendaient : une personne pouvant les guider dans leurs démarches.

Une idée est née : une entreprise s’occupant de l’organisation de tous les « à-côtés », et s’y consacrant 7 J/7, 24H/24. Entretien, fleurissement de sépultures, articles funéraires et carterie personnalisables furent un premier axe de réflexion. En analysant encore les besoins des familles, il m’est apparu que beaucoup regrettaient également de ne pas avoir eu le temps d’étudier plusieurs devis dans le cadre d’obsèques ou de travaux de cimetières. En effet, dans l’urgence, elles ont souvent fait au plus rapide sans avoir pu faire de comparatifs. Faute de temps et épuisées un devis était signé et plus tard, il leur laissait un gout amer.

Les familles auraient également souhaité qu’un service prenne en charge les démarches administratives en contactant les organismes (très nombreux) auxquels était rattaché le défunt et leur permette obtenir les aides financières auxquelles elles ont droit sans même le savoir. Devant la charge de travail que représentent les formalités certaines abandonnent, avoue ne pas s’attarder et passent parfois à coté de beaucoup de choses.

Ainsi, en juillet 2017 l’entreprise IN MEMORIAM est créée et accompagne les familles grâce aux services suivants :

  • Courtage funéraire (service gratuit) : Dans le cadre d’un décès ou de travaux de cimetière, IN MEMORIAM se charge de recueillir plusieurs devis pour les familles, qui n’ont plus qu’à choisir l’organisme de pompes funèbres offrant pour elles le meilleur service. – Aide administrative post obsèques,
  • Entretien et fleurissement de sépultures,
  • Articles funéraires et carterie personnalisés.

Aujourd’hui IN MEMORIAM se veut être plus qu’un prestataire de service, mais un véritable guide et médiateur dans le dédale que peut représenter la législation funéraire pour les familles.

Nul individu, et ce, faute de temps, de moyens ou de connaissances du milieu funéraire, ne devrait se priver de rendre hommage à ceux qu’il aime. L’humain doit reprendre toute sa dimension dans notre société et c’est avec force que je souhaite y contribuer, par le temps et les efforts consacrés aux familles afin qu’elles puissent se concentrer sur l’essentiel. Il nous faut repenser les rapports humains, les valoriser.

Concrètement, quels sont les services proposés ?

L’objectif est d’éviter aux familles de chercher partout des opérateurs différents pour chaque service et par conséquent d’y perdre un temps et une énergie considérables. De quel type par exemple ? Les démarchés après décès, mais aussi l’entretien de sépultures etc.  Tout devient vite très complexe, lorsque dans l’urgence et dans la pénibilité de la situation il faut régler ce genre de choses, et prendre de bonnes décisions dans un climat serein.

 » Chaque journée est différente avec son lot d’imprévus mais toujours passionnante. A peine avons-nous le temps de lever les yeux sur l’horloge qu’il est déjà tard mais la journée s’achève avec le gout du travail accompli et les remerciements des familles. C’est une réelle motivation pour nous et un précieux réconfort pour elles de savoir qu’elles peuvent nous confier absolument tout ce qu’elles souhaitent et que nous sommes disponibles 365 jours par an de jour comme de nuit. « 

Quelle position vis-a-vis des pompes funèbres ?

En réalité ce sont les pompes funèbres qui sont les clients d’IN MEMORIAM. Elles versent une somme fixe par devis signé qui n’est pas répercutée sur les familles. Le projet d’Aude a été très bien accueilli en Gironde où un partenariat à pu être conclu. Mais bien sur Aude ne compte pas s’arrêter là et étendre son concept à la région Aquitaine, et ensuite à la France entière.

Objectif : Mettre en relation les familles et les opérateurs de pompes funèbres tout en assurant une médiation.

Fonctionnement :

  • 1) La famille contacte IN MEMORIAM par téléphone, mail ou via notre formulaire de demande de devis sur notre site internet.
  • 2) Nous faisons ensuite le point sur leurs besoins et volontés.
  • 3) Nous contactons plusieurs pompes funèbres afin d’obtenir des devis.
  • 4) Nous transmettons les devis à la famille.
  • 5) La famille compare les devis et fait son choix puis nous en informe.
  • 6) Un rendez-vous est planifié entre la famille et l’opérateur sélectionné afin de procéder à l’organisation de la prestation.

Avantages pour la famille :

  • Elle n’a pas à se déplacer dans plusieurs agences de pompes funèbres.
  • Elle est informée dans les moindre détails de la procédure en matière d’obsèques ou de travaux de cimetières.
  • Elle bénéficie d’un éclairage sur chaque prestation et la législation funéraire.
  • Lorsqu’elle arrive au rendez-vous avec les pompes funèbres, elle a en sa possession tous les documents et informations nécessaires et évite ainsi plusieurs rendez-vous.
  • Elle est certaine de la régularité de l’entreprise de pompes funèbres avec la loi.

Avantages pour les pompes funèbres :

  • Gain de temps en évitant plusieurs rendez-vous.
  • Rapprocher d’elles des familles qui n’auraient peut-être pas pensé à faire appel à elles.
  • Garantie que la famille qui viendra dans ses locaux approuve et a choisi de faire appel à elles. Etre sûr que la famille qui se présente à elles dispose de tous les documents, informations et effets nécessaires à l’organisation de la prestation.
  • Les décharger des tâches liées à l’organisation des obsèques ou administratives.
  • Leur permettre d’avoir plus de visibilité et assurer la bonne réputation de leur établissement grâce aux familles orientées vers elles.

Démarches après décès

Les démarches administratives représentent sans conteste la tâche la plus anxiogène pour les familles:  Par où commencer ? Comment s’y prendre ? Quels organismes doivent être contactés et pourquoi ? Ai-je droit à des aides financières ?

21616253_789064741274332_8530023874542279159_n IN MEMORIAM : La start-up au package complet pour les obsèquesPour répondre à ces questions et sans que les familles passent à côté des aides auxquelles elles ont droit, IN MEMORIAM agit pour les aider.  Leur expérience leur permet de savoir suivant la situation des familles à quelles aides elles ont droit et par où commencer.  En plus Aude propose d’aider les familles en grande difficulté financière à réduire ses tarifs.

C’est pourquoi, Aude a écrit un Guide des démarches après décès, disponible dès à présent. 

Remettre de l’humain

 » Les courriers que nous fournissons aux familles ne sont pas générés automatiquement par un logiciel car comme nous l’avons dit chaque situation comme chaque individu est unique. A ce titre, nous rédigeons nous même chaque courrier selon la situation du défunt. »

Objectif : Décharger les familles des nombreuses et complexes tâches administratives postobsèques.

Fonctionnement :

1) La famille contacte IN MEMORIAM.

2) Nous faisons le point sur les organismes auxquels étaient rattaché le défunt et sa situation au moment du décès.

3) Nous proposons à la famille la solution la plus adaptée à ses besoins et ses moyens.

4) Nous assurons l’assistance téléphonique 24h/24 et 7j/7.

23120377_806591452854994_1233061608249007924_o IN MEMORIAM : La start-up au package complet pour les obsèquesFormules proposées : Toutes nos formules comprennent une assistance 7j/7 et 24h/24.

  • Formule simplicité : Guide des démarches administratives version numérique.
  • Formule simplicité + : Guide des démarches administratives format papier.
  • Formule confort : Guides des démarches administratives, rédaction des courriers version numérique.
  • Formule confort + : Guides des démarches administratives, rédaction des courriers version papier.
  • Formule sérénité : Guide des démarches, rédaction et envoi des courriers aux organismes.

Avantages pour les familles :

  • Elles y voient plus clair dans les procédures post-obsèques.
  • Elles sont guidées dans des démarches très complexes.
  • Elles sont informées de leurs droits en matière d’aides financières.
  • Elles peuvent toucher les fonds auxquels elles ont droit (souvent versés uniquement sur demande) plus facilement et rapidement.

Entretiens de sépultures :

Objectif : Préserver les cimetières en matière de sécurité et d’esthétique tout en défendant les intérêts des communes et des familles.

  • Fonctionnement :
  • 1) La famille contacte IN MEMORIAM.22904763_805380172976122_1307653632334926015_o IN MEMORIAM : La start-up au package complet pour les obsèques
  • 2) Nous faisons le point avec elle sur les besoins en matière d’entretien.
  • 3) Nous proposons à la famille la solution la plus adaptée à ses besoins, moyens et à la nature de la sépulture.
  • 4) Nous procédons à l’entretien et au fleurissement selon la formule souhaitée.

Avantages pour la famille :

  • La sépulture est entretenue malgré son éloignement géographique ou toute autre raison (mobilité, temps, etc).
  • Elles dépensent moins en entretien qu’en exhumation et ré-inhumation dans un cimetière plus proche d’elle.
  • Entretenue, la concession n’est pas reprise et les mauvaises surprises sont évitées.
  • Elles sont informées de la législation en matière de cimetière et peuvent y répondre plus facilement.

Avantages pour les communes :

  • Les sépultures entretenues ne se dégradent pas ce qui évite tout danger.
  • Les sépultures entretenues préserve les communes des frais engagés lorsqu’une sépulture est en état d’abandon puis reprise.
  • L’esthétique du cimetière est préservée.
  • Les bordures des sépultures entretenues sont débarrassées des mauvaises herbes, feuilles, mousses, lichens, etc.… limitant ainsi leur propagation.
  • La dignité du cimetière, de ses monuments et de ses défunts est préservée.

https://www.inmemoriam-funeraire.com/boutique

22448624_799493303564809_3103396935201222546_n IN MEMORIAM : La start-up au package complet pour les obsèques

Quand les fleurs en céramiques n’étaient pas fanées

0
fleurs en céramique

Tous les professionnels du funéraire vous le diront : les fleurs en céramique, c’est passé de mode. Passé de mode, et trop vu. Les quelques items qui restent en agence se vendent mal, c’est le moins qu’on puisse dire. Bref, les fleurs en céramique, c’est compliqué. Et pourtant, un jour, les fleurs en céramique, ça a été nouveau.

Oh, les jolies fleurs

Le femme s’était éteinte paisiblement, entourée de ses proches. Dans cette France des années 1960, comme il était encore fréquent, il fut décidé qu’elle reposerait chez elle, et que ses proches la veilleraient.

Il se trouve que, parmi ses amies, se trouvait l’épouse d’un croque-morts récemment retraitée. Apprenant le décès, elle prit aussitôt contact avec la fille de la défunte, qui la convia naturellement à venir rendre hommage.

L’épouse du croque-morts retraité se rendit donc, à l’heure prévue, au domicile de la défunte. Toute sa famille y était déjà arrivé, à l’exception de la fille, retardée par quelque démarche urgente. S’étant présentée, la femme fut introduite dans la chambre de veillée, et resta là, silencieuse, un peu gênée, parmi les membres de la famille qu’elle ne connaissait pas.

Un petit moment de gêne s’installa, ou chacun cherchait un moyen d’entamer la conversation sans pour cela que ça paraisse incongru dans la situation.

L’épouse du croque-morts se lança « Elle est très belle. La présentation est très réussie. » La famille remercia, chaleureusement, mais pas trop, eu égard aux circonstances. L’épouse du croque-morts s’avança alors, présentant les fleurs qu’elle avait apporté, et on lui indiqua gentiment un endroit ou elle pouvait les disposer à sa convenance, tout près du lit de mort.

Elle installa donc la composition, complimentant au passage les bouquets et leur disposition autour de son amie, qui aimait tant les fleurs.

Sur un présentoir, elle avisa un bouquet étrange, de fleurs qui semblaient faites de porcelaine. Captant son regard, le frère de la défunte, qui avait entendu parler d’elle et connaissait la profession de son mari, expliqua » Ce sont des fleurs en céramique. C’est tout nouveau ! »

« Ah ? C’est très joli. Ca vous ennuie si je les regarde de plus près ? » naturellement, cela ne les dérangeait pas, et, tandis qu’elle examinait l’objet, le frère de la défunte, qui les avait apportées, en fit l’article.

« C’est tout nouveau, ça va changer des plaques tristes qu’on trouve dans les cimetières. Ca apporte une touche de couleurs, mais comme c’est un peu pastel, en même temps, ça n’offense personne. »

A nouveau, elle complimenta les fleurs en céramique, et, la belle-sœur de la défunte, ravie de son investissement, surenchérit « Oh , c’est très joli … Et puis au moins , ça , ça va faire toute une vie ! »

Boulette à la fermeture du cercueil : le maire a oublié les scellés

3
obseques mise en bière scellés

Un cafouillage a eu lieu lors d’une mise en bière près de Nancy : Madame le Maire, censée apposer les scellés sur le cercueil d’une mère de famille, est arrivée sans tampon ni cire. Si l’incident a failli avoir des conséquences dramatiques, on a pourtant du mal, en y réfléchissant, à blâmer l’édile.

Oubli dramatique

Tout commence comme une histoire tristement banale : une mère de famille et jeune grand-mère s’est éteinte d’un cancer, après avoir lutté courageusement, entourée de son mari et de ses enfants. Connue dans sa commune pour avoir travaillé 32 ans dans la boulangerie, c’était une personne appréciée.

Les obsèques étant prévues à Nancy, la pose des scellés, puisqu’il y avait changement de commune, était obligatoire. Les pompes funèbres ont donc convoqué la Maire du petit village de Malleloy, où reposait la défunte, puisque la commune était dépourvue de police municipale et située en zone gendarmerie.

Las ! Le jour dit, la mairesse arriva, donc, à l’heure dite, sans cire, sans le cachet Marianne, ni même sans savoir ce qu’elle avait à faire. Moment de gêne, les pompes funèbres lui expliquèrent ce qui étant censé se passer, et voilà l’élue repartie en mairie, pour rechercher le matériel, devant une famille consternée et des pompes funèbres les yeux rivés sur la pendule.

Aidée de son premier adjoint appelé à la rescousse, la Maire retourne tous les placards de l’hôtel de ville, avant d’enfin remettre la main sur le petit paquet contenant la cire et les scellés, et de retourner au pas de course procéder à la pose. Au pas de course également, les pompes funèbres chargèrent le cercueil dans le corbillard tandis que la famille fonçait ventre à terre vers l’église.

En excès de vitesse sur l’autoroute, le convoi arriva finalement deux petites minutes avant l’heure de début prévue de la cérémonie. La famille traversa à pas rapide l’église bondée, tandis que les pompes funèbres finissaient d’installer les fleurs sous l’oeil interloqué du prêtre.

Conséquences désastreuses

La famille de la défunte est, on le comprend, furieuse. Loin du moment de recueillement attendu, c’est un stress supplémentaire qu’ils ont vécu. Risque de voir annuler les obsèques, quasi-retard à l’église, avec une arrivée in extremis qui ne leur a pas permis de saluer l’assistance avant le début de la cérémonie.

Quoiqu’observant un silence plus diplomatique, on peut imaginer que l’équipe de convoi a essuyé un coup de stress comme il s’en présente quelques uns dans une carrière. La famille a d’ailleurs souligné que les pompes funèbres aient fait tout leur possible pour que le convoi ait lieu.

Madame le Maire a joué de malchance. Nouvellement élue, elle n’avait pas eu l’occasion, jusqu’ici, d’apposer des scellés. La défunte reposait à son domicile, choix rare alors que des chambres funéraire se trouvent dans des communes à proximité. La secrétaire de mairie avait récemment changé, en un mot, personne parmi les prédécesseurs ne s’était avisé d’informer les nouveaux de la procédure au cas où. La première magistrate de la commune avait, de surcroît, subi elle-même un deuil dans sa famille la veille, et on sait que ces événements nuisent à la concentration.

Peut-on en vouloir légitimement à l’édile ? Même si on comprend le courroux de la famille, difficile néanmoins de rejeter la faute sur Madame le Maire. Il n’existe pas de formation spécifique pour les élus, du moins, qui recouvre toutes les tâches qu’ils auront à accomplir durant leur mandat. Peut être aurait-elle dû passer un petit coup de fil aux pompes funèbres pour s’enquérir de ce qu’on attendait d’elle, mais, affectée par un deuil dans sa famille, sollicitée en tant qu’édile un peu partout, se débattant avec les problèmes dans sa commune, elle n’y a pas pensé. Qui peut affirmer qu’il aurait fait mieux ?

Mais cela remet sur le devant de la scène les obsèques laïques votées à l’initiative d’un député lors de la législature précédente. Alors que l’exemple de cette Maire est représentatif de la situation de nombreuses communes françaises, est il possible de leur demander de se substituer à un Maître de Cérémonie professionnel ? Il est permis d’en douter.

L’article original se trouve ici : www.estrepublicain.fr/edition-de-nancy-agglomeration/2017/09/12/cafouillage-a-la-mise-en-biere

Arrivée du convoi au cimetière : ça se prépare !

0
arrivée du convoi au cimetière

Avant l’arrivée du convoi au cimetière, organisation et souci des détails sont de mise.

Arrivée du convoi au cimetière : corbillard

Comme il est d’usage, le corbillard se stoppe à l’entrée du cimetière, en attendant l’arrivée de la famille et de l’ensemble des proches. Le maître de cérémonie s’assurera de la présence effective de tout le monde auprès de la famille avant de refaire partir le corbillard vers la concession. Dans les allées du cimetière, il conviendra de rouler au pas. Un porteur qui connaît le chemin ouvrira la route pour le chauffeur. Seront évitées les allées trop étroites ou ne permettant pas de braquer suffisamment pour faire tourner le corbillard sans monter sur les trottoirs ou risquer de heurter les monuments, quitte à faire un léger détour.

L’emplacement où s’arrête le convoi est d’une importance particulière. Le cercueil doit pouvoir être sorti sans être gêné par la foule qui se serait agglutinée à son train. D’où l’importance d’un autre porteur la précédant, entre la famille et le corbillard donc, et qui pourra l’arrêter à temps.

La place du cercueil est primordiale, mais pourrait devenir source de gêne si elle n’est pas choisie correctement. Dans les allées trop étroites, la foule sera éparpillée sur des dizaines de mètres de long, ne laissant pas la possibilité à tout le monde d’entendre le dernier hommage rendu. Le passage entre les tombes et le cercueil sera compliqué. Mieux vaudra privilégier une allée plus large, l’allée principale par exemple, même s’il ne s’agit pas de l’allée où se trouve le monument, tant qu’elle est à proximité. En s’assurant d’une circulation logique permettant l’accès pour tous dans une bonne fluidité, tout se passera pour le mieux.

La concession

Préalablement ouverte, ses abords seront propres, surtout lorsqu’il s’agit d’une inhumation en pleine terre. La terre est de préférence placée dans des grands sacs (big bag) et évacuées avec les éventuels engins de chantiers à l’abris descercueil-225x300 Arrivée du convoi au cimetière : ça se prépare ! regards.

Les cercueils précédemment inhumés, abîmés ou pas, sont recouverts d’une bâche de couleur neutre, noire de préférence.

L’utilisation de grilles antidérapantes autours de la fosse est préconisée, non seulement pour la famille, mais aussi pour les porteurs qui procéderont à la descente du cercueil. Certains utilisent des morceaux de pelouse artificielle, elles seront d’autant plus esthétiques sur la terre ou la boue en l’absence de grilles antidérapantes.

L’inhumation

Toutes les sociétés de pompes funèbres ne procèdent pas de la même manière, mais j’ai toujours pensé préférable que la descente du cercueil se fasse en l’absence de la famille. Cela permet de pouvoir réagir calmement et sans la pression des regards en cas de problème (entendez « problème léger » : un nouveau porteur n’a pas rabattu la poignée du cercueil par exemple). On peut inviter les proches à venir se recueillir avant la fermeture de la sépulture.

Le comblement de la fosse pleine terre se fait en l’absence de la famille. L’écho que provoque le bois du cercueil lorsque la terre vient cogner contre son couvercle est tout bonnement choquant pour qui sait une personne aimée dans la boîte.

Une fois la fosse comblée, la tombale ou la porte refermée, vous pourrez appeler la famille qui ne serait pas partie pour l’inviter à « vérifier » que tout lui convient, de la fermeture à la disposition des plaques et fleurs.

La famille fait-elle attention à tous ces détails ? Les plus proches du défunt, accablés par la douleur, peut-être pas. Les moins proches sûrement. Ceux qui ne louperont en aucun cas le fait que vous n’ayez rien prévu de tel, ce sera toute l’assemblée suite à un accident !

Arrivée du convoi au cimetière, aller plus loin :

La remise d’urne au cimetière : un moment à fignoler

Gestion des obsèques pour un indigent, côté pompes funèbres

0
obsèques pour un indigent

Comment gérer en tant que professionnels du funéraire sur le plan humain, personnel et professionnel des obsèques de personnes seules, sans famille ? Quelles sont les responsabilités qui vous incombent lorsque vous devez faire des obsèques pour un indigent ?

Le même respect pour tous aux obsèques pour un indigent

Pour Marc, ça passe par le respect, c’est une question de principe qui va au delà de tout « Le respect est le même pour tous, je ne fais pas de différence entre des obsèques pour un indigent ou pour quelqu’un dont les proches se seront déplacés en nombre »

Parmi les indigents l’on peut retrouver les sans domicile fixe, mais aussi des personnes qui n’ont plus ou pas de famille, certaines sont des personnes âgées, délocalisées et désocialisées. Le drame de la solitude comme on le nomme aujourd’hui. Le collectif mort dans la rue s’est indigné il y a quelques années sur le non respect de pratiques lors des obsèques d’indigents  : toilettes, habillement,dignité de la sépulture.

Le domaine du souvenir

« Ça n’est pas parce qu’il n’y a personne aux obsèques pour un indigent que ça ne veut pas dire que personne ne se souviendra de lui, c’est comme deux personnes qui se marient sans aucun invité est-ce-que pour autant que leur amour n’est pas authentique ? ».  La mort, on le sait renvoie souvent à la solitude. Pour les agents funéraires une cérémonie est dans l’esprit, un partenariat entre les agents et la famille, mais lorsqu’il n’y a pas de famille, le rôle des agents funéraires est incertain. Les voilà tout à coup dans l’intimité, spectateur de ce qui aurait dû être et de ce qui n’est pas.

Didier est gardien de cimetière est chaque année il le voit notamment au moment de la Toussaint il y a de moins en moins de personnes. Aujourd’hui il n’y a plus de fosse commune et heureusement, tout le monde doit pouvoir être enterré décemment sans distinction de culte ou de croyance. Mais Didier regrette ses « amas de terre sans visage, sans hommage, pourtant il y a des histoires là en dessous ».

Un indigent… qui ne l’est plus

Parfois une famille apprend des années plus tard qu’une personne de leur entourage ou de leur famille est décédée et enterrée là, sans sépulture. Certains paient pour les changer de place, Anne fait partie des marbriers de la ville de Lyon, elle explique que depuis quelques années des gens lui demandent où se trouve la tombe de telle ou telle personne, mais « je ne peux pas toujours leur répondre, il y a tellement de tombe sans plaque ».

Les obsèques pour un indigent, pour ne surtout pas oublier

Entre le tabou de la mort, et le nombre de personnes isolées, le risque est de voir augmenter le nombre d’indigents, –nommés aujourd’hui personnes démunies de ressources suffisantes –. Le nombre de personnes isolées est davantage conséquent dans les grande ville où le maillage communautaire est faible. Mourir dans l’anonymat le plus total peut arriver à chacun de nous. Les aléas de la vie nous mettent en garde contre cet oubli possible. Mais il est difficile de ne pas oublier lorsqu’on sait que c’est à la commune de payer les frais non seulement d’obsèques mais aussi tout ce qui a trait au souvenir. Les dotations de l’état diminuant, les cimetières ne sont plus prioritaires.  La ville de Bordeaux a néanmoins réussi il y a cinq maintenant à ériger une stèle en mémoire de ces personnes anonymes. Certains se recueillent devant elle chaque année, en mémoire de ces défunts qu’on oublie peu à peu.

Efflam, la bougie personnalisable de la Ciergerie Desfossés

0
1 bougies personnalisées Efflam Desfossés

La recette du convoi réussi est souvent à chercher dans les détails, les attentions qui vous différencient de vos concurrents. Pour cela, Efflam propose l’arme absolue : une bougie personnalisable. Revue de détails qui font chaud au coeur.

La Ciergerie Desfosses, un acteur historique

L’entreprise de Carquefou, près de Nantes, est quasiment inconnue du grand public. Et pourtant, depuis 142 ans, la Ciergerie Desfossés fabrique, comme son nom l’indique, des cierges. Plus spécifiquement, le cirier est leader en France sur la fabrication de bougies liturgiques, travaillant avec le clergé catholique, entre autres. L’entreprise s’est imposée auprès de ses interlocuteurs exigeants grâce à la qualité toujours stricte de ses réalisations, et sa compréhension fine de la symbolique attachée à ses produits.

Réfléchissant sur la portée universelle de la symbolique de la flamme, la Ciergerie Desfossés a réfléchi à un produit destiné aux professionnels du funéraire. Au sérieux de la fabrication et à l’aspect universel de la flamme, ils ont ajouté une touche contemporaine, correspondant à la demande des familles : la personnalisation.

Efflam, les bougies du deuil

Dans de nombreuses cultures de l’hémisphère nord, la flamme revêt une importance symbolique, et se voit utilisée pour de nombreuses cérémonies. Elle s’imprime dans l’inconscient collectif comme symbole de la vie, de l’espérance, d’un guide dans l’obscurité.

C’est tout le sens de la bougie personnalisée d’Efflam. L’idée, simple et réfléchie, est de proposer aux familles de matérialiser le deuil dans ce symbole de la flamme vive. La lumière fait directement appel à l’imaginaire. La personnalisation permet dans le même temps d’incarner le souvenir du défunt dans la bougie elle-même.

Le symbole idéal pour évoquer le souvenir de ses chers disparus, lors des obsèques, d’une cérémonie d’hommage, ou de moments particuliers.

La bougie personnalisée

La bougie personnalisée Efflam se présente sous la forme d’une bougie, enchâssée dans un récipient sur lequel la famille peut choisir d’apposer la photo et la citation de son choix.

Rien n’est imposé, et la famille dispose d’une totale liberté pour personnaliser sa bougie. Ce que propose Efflam, c’est d’abord un support vierge que chacun personnalisera en fonction de son souhait, et que la Ciergerie fabriquera dans son atelier de Carquefou près de Nantes.

Retrouvez les sur efflam.eu

Coups de feu aux obsèques, bienvenue en Irlande !

0
Coups de feu aux obsèques
Capture écran newsletter.co.uk

 

Les obsèques de Barry McMullan se sont déroulées lundi 26 mai à Belfast. En Irlande, on tire des coups de feu aux obsèques pour « l’hommage » !

Coups de feu aux obsèques, une tradition ?

Heureusement non, on ne tire pas des coups de feu aux obsèques de tous les irlandais. Cet enterrement là, était celui d’un membre important du Parti Socialiste Républicain Irlandais (IRSP). Le parti créé en 1974 est considéré comme un parti politique marxiste nord-irlandais, partisan du militarisme. Les coups de feu aux obsèques donc, étaient un « hommage » à ce défunt. Bien que tirés en l’air, et approuvés par la foule acclamant le fracas, et par les klaxons des voitures alentours, on ignore s’il s’agissait de balles réelles ou non.

Les autorités n’ont pas apprécié, non seulement les coups ont été tirés en pleine ville, mais l’on peut apercevoir sur une des vidéos de l’avènement circulant sur le net, deux écoliers en uniforme se tenant juste derrière les tireurs. Tireurs, sans aucun doute appartenant à l’IRSP, qualifiés de paramilitaires par les autorités. Le gros « hic » c’est que ledit parti politique a affirmé s’être totalement désarmé il y a sept ans…

L’Irlande …

On le saura donc, dès qu’un avis d’obsèques de partisan paramilitaire tombe : prenez un petit billet d’avion pour l’Irlande, vous assisterez à un enterrement festif et dangereux à la fois !

Notez : on ne met pas de sirop dans la Guinness, on ne crie pas « God Save The Queen » et on ne dit jamais, JAMAIS à un irlandais qu’il est anglais (ceci étant valable aussi pour les écossais).

Pour le petit cours d’histoire, l’Irlande a obtenu son indépendance avec des guerres civiles violentes, sur fond de conflits religieux notamment.

La rédac’ vous conseille à ce sujet l’excellent film Au nom du père avec Daniel Day-Lewis,  ou Michael Collins avec Liam Neeson.

En dehors des pays en conflit, les coups de feu aux obsèques sont également la tradition pour l’hommage à un militaire, notamment aux Etats Unis (21 tirs, en référence à la bible).

Ne pas se rendre aux obsèques, doit-on culpabiliser ?

1
ne pas se rendre aux obsèques

Dans la vie, nous faisons tous un tas de choses que nous n’aimons pas. Ça commence dès le biberon avec la soupe infâme aux légumes que l’on vous a amoureusement, préparée. Puis en grandissant on se retrouve à aller dormir alors qu’il ne fait même pas nuit. Puis les maths, passer à l’oral devant tout le monde, porter ce vêtement vraiment pas terrible et sans faire attention, nous voilà à dire bonjour avec un sourire qui sent bon l’hypocrisie à nos collègues de bureau ou dîner avec ce rencard complètement à côté de la plaque. Ne pas se rendre aux obsèques d’un proche, fait il de nous une mauvaise personne ?

Tout ça, se sont des considérations individuelles, cette nuance fine philosophique entre l’obligation (de soi) et la contrainte (sociétale, morale et étatique). En revanche, ne pas vouloir se rendre à un enterrement, c’est autre chose, les gens disent, les gens chuchotent, les gens racontent, les gens… bref, les autres.

Petit rappel de déculpabilisation à l’usage de la bienséance :

« En résumé ma mère va bientôt décéder en laissant seule ma grand-mère de 91 ans.
Je me rendrai aux obsèques pour soutenir ma grand-mère qui m’a élevée mais je refuse de faire semblant d’être triste. Je ne souhaite pas lire quoique ce soit à la cérémonie etc…
Trouvez vous cela choquant? Avez-vous déjà vécu cette situation? Je suppose que c’est mal perçu…. »

Vous avez été tous été très gentil à l’égard de ces questionnements. Pourtant, ailleurs, j’ai pu lire des choses d’un tout autre registre. « Tu y vas », « tu t’en occupes », « ça s’appelle le respect ». Oui… mais non. Le respect, tient au devoir, et le devoir c’est de pourvoir aux funérailles, voilà pourquoi la loi va chercher tous les héritiers d’un défunt. Après, se rendre aux obsèques, c’est autre chose.

La cérémonie : le rituel des vivants

Il y a deux trois trucs que je vous martèle sans arrêt, que les deuils sont tous différents, que j’adore la barbe à papa et que la cérémonie est pour les vivants. Donc si l’on suit le syllogisme, si la cérémonie est pour les vivants, nous ne sommes pas obligés d’y aller. C’est exactement comme un mariage finalement, si l’on a pas de proximité envers la personne au cœur de la cérémonie, n’est-ce-pas un profond irrespect de s’y rendre ? Pourquoi ? Pour qui ?

Pour faire plaisir à quelqu’un d’autre

Dans le cas précis  cette personne se rendra aux obsèques, pour sa grand mère, la cérémonie tient alors lieu d’hommage à quelqu’un d’autre. Le cœur du rituel bat et se déplace du défunt à un proche, un substitut. Votre présence devient alors un moyen d’accompagnement, un soutien, et non plus une vision personnelle et identitaire à l’égard du défunt.

C’est une question à laquelle j’ai déjà été confrontée. « Je sais que tu ne l’aimais pas, mais pour moi est-ce-que tu viendras ? » J’ai répondu non, et pourtant je n’y suis pas encore confrontée, peut-être changerais-je d’avis d’ici là, l’empathie prenant le pas sur tout le reste. Pas croyante pour un sous, je pense paradoxalement, que me rendre aux obsèques de quelqu’un pour lequel, non seulement je n’avais pas d’affection, mais au contraire beaucoup de colère est une sorte de blasphème. Je place l’hypocrisie en tête des défauts du monde, à quoi ressemblerais-je si j’y vais, si ce n’est à cette personne que je déteste.

Pour soi

S’il y a bien une chose qui est difficile à vivre dans la vie, ce sont les regrets, ils nous hantent si bien que beaucoup on fait du carpe diem un vrai leitmotiv pour ne pas avoir à subir leur propre conscience. Dans tous les cas, que vous vous décidiez à vous rendre aux obsèques ou non, sachez que cette question très intime vous appartient, nulle personne autour de vous, nul regard moralisateur ne doit interférer dans votre choix. La mort cachée, la mort tabou, crainte, exposée, et ici la mort devant laquelle on se met à genoux pour une question qui relève plus du fantasme religieux et historique qu’autre chose. Il y a à peine quelques années, il y avait des veillées partout et aujourd’hui lorsqu’on ose se demander si l’on se rend aux obsèques ou non, fatalement le décalage et l’irrespect moralisateur ne sont jamais loin.

Une mauvaise personne ?

Ne pas y aller, fait-il de nous une mauvaise personne ? le « toi tu n’es même pas venu », « toi tu n’as pas pleuré » -parce qu’il s’agit de ça finalement d’une marque de chagrin publique – qui nous rend vulnérables. Le pire dans tout cela c’est qu’on assiste à une mise en abîme du problème, non seulement nous ne souhaitons pas nous y rendre parce que nous n’aimons pas la personne, mais alors même qu’elle est morte, qu’elle n’est plus là pour nous dire quoique ce soit, son silence et sa seule présence dans la salle, vous font passer pour une mauvaise personne lorsque vous brillez par votre absence. N’est-ce-pas le comble ? Non vous n’êtes pas une mauvaise personne si vous ne faites pas semblant de pleurer devant le cercueil de quelqu’un qui vous a fait du mal à vous, ou à vos proches, ou même de quelqu’un qui vous indiffère.

Ne culpabilisez pas d’avoir plus de peine pour votre voisine que pour votre propre mère. Ne culpabilisez pas d’aimer un inconnu plus fort qu’un de vos proches. La famille n’a pas le même sens pour tous, « les liens du sang sont plus forts que tout ? » Non, l’amour est plus fort que tout. N’allez que dans des endroits où règne l’amour. Ça fait très Roi Lion, mais personne n’est là pour vous juger, alors soyez indulgents avec votre cœur, il le mérite.

 

125 jours au funérarium, la facture passe mal

0
code general collectivites territoriales

C’est une question soumise à nos confrères de la Nouvelle République qui nous a fait bondir sur nos chaises : une femme se voit soumettre une facture de 6500 euros pour 125 jours de funérarium. En cause : la mairie ne parvenait pas à la localiser. Et pour cause, elle ne connaissait pas son père.

Banalement extraordinaire

C’est une histoire qui peut sembler extraordinaire, mais qui, pourtant, est banale : une jeune femme se voit contacter par une pompe funèbre et présenter la facture des obsèques de son père. Frais : 1905 euros, ce qui peut sembler raisonnable, mais, nous le verrons, est carrément exagéré, et une seconde partie de 6589 euros pour frais d’hébergement. Oui, vous avez bien lu. Ceci s’explique sans doute par le fait que le défunt est resté 125 jours en case réfrigérée.

Surprise et consternation de la jeune femme, qui n’a pas les moyens de payer cette somme, surtout pour un père, détail qui a son importance, qu’elle n’a jamais vu. Elle a par ailleurs renoncé à la succession. De la descendance, il ne reste qu’elle, avec des petits moyens, et une sœur qui perçoit le RSA. Mettons fin au suspense : aucune des deux n’aura à payer cette facture, du moins en totalité.

L’explication est assez simple : le défunt a été amené, dans des circonstances qui restent floues, à cette maison funéraire, sans doute avec le statut d’indigent, et la mairie s’est mise en quête de descendants pour payer les obsèques, ce qui a pris un peu de temps.

Les mauvaises habitudes ont la vie dure

J’ai personnellement fréquenté un défunt pendant huit mois, dans une case réfrigérée. Fréquenté est un grand mot, évidemment. En discutant de ce cas, rapidement, avec quelques collègues, force est de constater que tous ont connu, à des degrés plus ou moins important, des cas similaires.

C’est une mauvaise habitude des mairies, et, disons-le tout net, une habitude franchement illégale. Il y a un délai maximum d’inhumation en France, qui est de six jours ouvrés. Il peut être prolongé au-delà de ce délai, uniquement pour deux raisons : obstacle médico-légal, mais, dans ce cas, au terme des examens, le médecin légiste délivre un nouveau certificat de décès et c’est ce dernier qui fait foi. Ou bien bonne raison, terme flou, mais dont la demande doit être déposée par une personne ayant qualité pour organiser les obsèques auprès de la préfecture, qui, après examen, accepte ou non la demande.

En aucun cas, un maire n’a le droit de sa propre initiative d’outrepasser ce délai.

Ce qui est censé se passer

Les choses, telles qu’elles sont censées se dérouler, suivent une procédure assez simple : les services municipaux, et la police ou la gendarmerie, après découverte du décès, doivent essayer de joindre la famille, et vérifier dans le même temps qu’un contrat obsèques ou des volontés particulières n’ont pas été laissées par le défunt.

Si il s’avère que la famille ne pourra être jointe au-delà du délai légal, alors le maire endosse la qualité de personne ayant qualité pour pourvoir aux funérailles, et fait procéder à l’inhumation, aux frais du contribuable.

Ses droits : se faire rembourser par l’intermédiaire du Trésor Public les frais engagés pour les obsèques, ou de donner mandat, si le compte du défunt est approvisionné, à la pompe funèbre de demander directement à la banque, ou bien, autre solution, de prélever les frais sur la succession du défunt s’il y en a une. Il peut également, lorsque la famille est retrouvée ultérieurement, ou n’a pas donné, exprès, de signe de vie, de leur demander de rembourser la facture au titre de l’obligation alimentaire qu’ont les descendants et descendants les uns vis à vis des autres.

En revanche, il n’a pas le droit : de prolonger, on l’a vu, le délai légal dans l’espoir de se soustraire à ses obligations, ni d’engager des demandes ou frais inutiles et excessifs, à moins qu’ils ne fussent à sa charge. Un maire a parfaitement le droit de décréter qu’un indigent, dans sa commune, sera inhumé dans un cercueil en acajou massif, mais ne peut pas obliger la famille à le payer.

Dans ce cas précis

Dans l’affaire qui nous occupe, la jeune femme n’aura donc pas à payer les frais de funérarium : ils sont la résultante d’une initiative tierce, qu’elle n’a pas à assumer, d’autant plus que le maire, on l’a vu, a violé la loi. Elle devra, en revanche, payer la facture des pompes funèbres, sauf si elle parvient à démontrer que, soit elle n’en a pas les moyens, soit elle peut se faire dispenser de ce droit pour indignité du père, ce qui est tout à fait envisageable, son père ayant manqué à toute obligation envers elle, et elle-même ayant renoncé à la succession.

Et si ça m’arrive ?

En tant que pompe funèbre, si vous êtes réquisitionnés pour héberger un défunt et que la mairie, incapable de vous fournir des coordonnées d’ayant-droit, fait durer les choses au-delà du délai légal, la solution est simple : en aviser immédiatement la préfecture, et/ou engager une action judiciaire contre la mairie au titre de l’article L2213-7 du CGCT. Ah, et soyons clair : renoncer à tout espoir de décrocher un marché public tant que le maire reste en place…

L’article de la Nouvelle République (lien)

Pour en savoir plus :

Article L2213-7 : « Le maire ou, à défaut, le représentant de l’Etat dans le département pourvoit d’urgence à ce que toute personne décédée soit ensevelie et inhumée décemment sans distinction de culte ni de croyance »

Article 806 du code civil : « Le renonçant n’est pas tenu au paiement des dettes et charges de la succession. Toutefois, il est tenu à proportion de ses moyens au paiement des frais funéraires de l’ascendant ou du descendant à la succession duquel il renonce. »

Article 207 alinéa 2 du Code Civil : « Les obligations résultant de ces dispositions sont réciproques. Néanmoins, quand le créancier aura lui-même manqué gravement à ses obligations envers le débiteur, le juge pourra décharger celui-ci de tout ou partie de la dette alimentaire. »