Accueil Tags OFPF

Tag: OFPF

Pompes Funèbres Philippe, retour aux sources du projet

0
Pompes funèbres philippe salon

Un article un brin chauvin aujourd’hui. Je vous emmène dans ma Lorraine natale. À 150 km de chez moi, précisément à Vittel, au cœur des Vosges. Vous connaissez tous la marque d’eau minérale mondialement connue. Et bien c’est ici que Loïc Philippe a décidé d’ouvrir son agence : les Pompes funèbres Philippe.

Pompes funèbres Philippe : aux sources du projet

Alors je vous vois venir là bas au fond, les Vosges => Le sapin => Le cercueil. Ahaha on est mort de rire ! Mais les Vosges c’est aussi une histoire de terre, de montagnes et d’eau. Vittel, Contrexéville, Epinal, les stations thermales, ici en Lorraine, c’est bien connu, le week-end on va se détendre dans les eaux bouillantes gallo-romaines. Une terre d’Histoire, pleine de légendes et de promesses.

Loïc Philippe, 34 ans, aurait pu s’installer n’importe où ailleurs, mais c’est là au cœur des massifs qu’il a acquis un terrain pour y construire non seulement son agence mais aussiPompes-funèbres-Philippe-deux-salons-1 Pompes Funèbres Philippe, retour aux sources du projet son funérarium, qui représente une plus-value indispensable pour le confort des familles. Le projet a été confié à l’architecte vittellois Stéphane Deloy. L’agence est à l’image de son dirigeant : entier. 125 m2 d’agence, garages et deux salons funéraires aux noms rafraîchissants : Salon Impérial et salon Grande Source, les noms des sources des eaux de Vittel.

La soif d’entreprendre

Pour Loïc, l’important était de ne pas avoir différents interlocuteurs, son expérience lui a permis d’être polyvalent et de pouvoir accompagner et suivre ses familles du moment où elles entrent dans son agence jusqu’à la fin des obsèques.

Lorsque j’ai rencontré Loïc pour la dernière fois, c’était le 9 février de cette année. Il était à la fois pressé, excité et stressé. Rien de plus normal puisqu’il venait de passer son examen pour devenir directeur d’agence. Une formation dispensée par l’OFPF- l’Office Français de Prévoyance Funéraire, dont le directeur général Meziane BENARAB avait fait le déplacement pour l’occasion. Et à ce moment là, j’écrivais cela à son propos :  « C’est que Loïc a un projet bien précis en tête : créer sa propre entreprise avec son funérarium à Vittel dans les Vosges d’ici la fin de l’année. Un projet bien étudié et une étude de marché faite, il se lance dans la grande aventure après des années d’expérience chez divers opérateurs funéraires. Ses expériences lui ont permis de « toucher à tout ». Entré comme porteur il s’est chargé ensuite de l’accompagnement des familles ainsi que des cérémonies. Ses valeurs ? « Le contact avec l’humain avant tout ». Il est très porté sur « l’accompagnement du deuil » et envisage de faire très peu appel à des sous-traitants hormis pour la marbrerie et la thanatopraxie qui seront effectués par un ami, lui-même directeur de sa propre agence à Colombey-les-belles. Il préférera ainsi continuer sa polyvalence dans le métier. Pour autant il cherchera à embaucher courant 2018 afin d’asseoir sa toute nouvelle entreprise. »

Pompes-funèbres-Philippe-espace-de-vente Pompes Funèbres Philippe, retour aux sources du projetJe suis donc tout à fait heureuse et fière de voir que son projet non seulement a abouti dans les délais qui étaient les siens, mais que les valeurs qu’il porte vont pouvoir être menées à bien.

C’est que depuis, pour en arriver aux Pompes Funèbres Philippe, Loïc en a fait du chemin et est même devenu lauréat du Réseau Entreprendre 2016 où il a eu non seulement l’appui financier dont il avait besoin, mais aussi le réseau et l’écoute nécessaires à la réussite de son projet.

Pompes-funèbres-Philippe-vue-extérieure Pompes Funèbres Philippe, retour aux sources du projetVittel, pour rester jeune

En 1936, le slogan publicitaire de l’eau minérale Vittel était « Il faut rester jeune ». Un slogan qui pourrait être repris aujourd’hui par les Pompes Funèbres Philippe, qui a su allier son expérience du terrain dans le milieu funéraire et les attentes des familles d’aujourd’hui.

La vie change, mais la mort aussi, et ça Loïc l’a bien compris en proposant dans son funérarium un équipement numérique adapté. Un écran mural piloté par une tablette a été placé afin que les familles puissent y mettre des photos ou des vidéos en toute autonomie. Idem pour le registre de condoléances qui, loin d’être obsolète constitue une richesse dans les témoignages de soutien apportés à la famille et nécessaire au travail de deuil. Afin de sublimer son utilité Loïc a eu l’idée de les numériser afin de pouvoir les diffuser sur l’écran du salon des familles. Pas à l’aise avec la nouvelle technologie ? Loïc se charge de tout piloter via son bureau.

Son agence a été inaugurée le 27 octobre dernier, retrouvez ci après l’intégralité du discours prononcé lors de l’inauguration par ce nouveau chef d’entreprise à qui l’on souhaite une bonne route.Pompes-funèbres-Philippe-inauguration Pompes Funèbres Philippe, retour aux sources du projet


Bonjour à tous, tout d’abord merci d’avoir répondu présent à cette invitation qui pour certains peut paraître atypique au vue du secteur d’activité qu’est le funéraire.

C’est pour cela que je vous remercie d’avoir dépassé (pour certains) vos préjugés afin de venir découvrir ce qu’est ce lieu que j’ai simplement voulu à mon (enfin à notre) image, car vous vous en doutez il s’agit d’un projet d’avenir qui implique ma famille.

Nous proposerons ici , tout ce qu’il y a de plus traditionnel bien sûr , mais aussi des nouveautés voir exclusivités : des cercueils en cartons, des cercueils ardoise (pour y écrire ou dessiner), des urnes biodégradables …

Ce lieu se veut un lieu de souvenir, c’est pourquoi nous avons voulu une décoration sobre sereine et reposante, afin que chaque famille puisse faire ses adieux à sa manière. Nous avons également intégré des écrans et un système de sonorisation pour la Pompes-funèbres-Philippe-discours Pompes Funèbres Philippe, retour aux sources du projetdiffusion de photos (vidéos) et musiques. Tout cela est pilotable par la tablette mise à disposition, par votre smartphone, ou depuis notre bureau si vous ne savez pas comment faire il suffit de nous confier vos souhaits.

Cela peut paraître « trop » moderne mais cela se veut très simple d’utilisation.

Je voudrai donc remercier toutes les personnes qui ont participé à la réalisation de cette ambition.

Je ne vais pas procéder par ordre d’importance, mais chronologiquement car cela fait maintenant un an et demi que cette décision à été prise.

Tout d’abord, Merci à ma famille qui a tout de suite compris, accepté et soutenu ce projet jusqu’à aujourd’hui, qui a été présente dans les moments de doute et qui est toujours dans la bienveillance et le positivisme. Merci à mes amis pour ces mêmes raisons et leur coups de main !

Merci à mon formateur du début, devenu bien plus depuis, Mr Pierre ROBERT, pour son soutien sans faille, ses conseils pertinents et son réseau incroyablement constructif.

Merci à Méziane BENARAB de  l’OFPF (office français de prévoyance Funéraire), d’avoir assuré tout d’abord mes formations funéraires  (puis celle de Nadège) puis d’avoir accepté mon affiliation malgré le fait que je ne remplissais pas toutes les cases.

Merci à EGD (Epinal Golbey developpement), plus particulièrement Mr Lecomte qui a participé aux prémices de l’élaboration du premier prévisionnel et qui à tout de suite cru en son devenir.

Merci à la PFIL (plateforme d’Initatiative Lorraine), Mr PERRIN, pour son soutien financier.

Je disais tout à l’heure ne pas remplir les cases, alors Merci à réseau entreprendre, et Karine EBELMANN qui restera pour moi la personne qui a cru en ce projet presque autant que moi, merci à Rachel et Roselyne qui je l’espère continueront de défendre ces projets « hors norme » et Laurent Cuny mon accompagnateur pour ses conseils et sa bonne humeur.

Merci à la Ville de Vittel et son conseil municipal, pour la cession de ce terrain qui m’a causé tant de stress lors d’un conseil municipal qui s’est voulu plutôt sympathique finalement ! Merci à Jean Jacques Gaultier, à l’époque maire, élu député depuis, de m’avoir reçu afin d’étudier la faisabilité du projet avant sa présentation définitive en conseil.

Merci à Mr Jean Lou Vallée, du cabinet Batt et Associés de m’avoir reçu un soir d’octobre il y a un peu plus d’un an et ce à  19h après sa journée de travail , et d’avoir retravaillé de façon optimale le prévisionnel. Merci à son équipe pour le travail de conseil et la réactivité lors de mes appels.

Merci à Ma très chère Banque, et Charlène Veillon qui à tout de suite adhéré à ce projet et fait le nécessaire pour son financement. Merci aussi de sa réactivité exceptionnelle.

Merci à mon cabinet d’avocat ACD Epinal, plus particulièrement Charlène MANGIN, pour la réalisation des statuts et autres conseils très importants quand on débute !

Merci à mes fournisseurs qui ont vraiment joué le jeu !

Merci à la préfecture et la sous préfecture, plus particulièrement à Mme Bovigny et Mme Derché pour leur patience et leur conseils durant toutes les phases construction.

Merci évidemment au conseil départemental représenté par Claudie Pruvost, à la CCI  à l’association terre-eau de Vittel, et la communauté de commune terre d’eau, pour leurs réponses sur diverses questions d’ordre général à la création d’entreprise.

Merci à Stéphane Deloy, architecte , qui a réussi à réaliser un bâtiment bien mieux que ce que je pouvais imaginer (et il s’en souvient certainement) tout en respectant toutes les conditions obligatoires au métier…

Merci évidemment à tout les artisans que nous avons voulu locaux qui sont intervenus sur ce chantier et qui ont parfois eu à subir les colères de Nadège…

Merci à Adeline Guerrin, de la boutique So Bloom à vittel pour ses jolis bouquets, et pour son implication dans la vie des commerces vittellois.

Merci à la presse d’être ici aujourd’hui , plus particulièrement Adeline Asper de Vosges Matin qui avait eu nos confidences de réalisation de projet en off et qui (on peut le dire) sait ce qu’est un off !

Merci à Sarah Berri de Funéraire info pour sa présence, ses articles rédactionnels professionnels pertinents et intéressants et ses notes quotidiennes d’humour  (pas toujours noirs) !

Merci à la plaine des Vosges info, Agnès Jouannique, pour sa présence sur toutes les actus locales depuis plus d’un an et demi.

Je pense n’avoir oublié personne et si tel est le cas je lui prie de m’en excuser !

Comme vous pouvez le constater, j’ai rencontré énormément de personnes cette année et vous avez tous ce point commun qui fait que je suis agréablement surpris de la bienveillance dont vous avez tous fait part !

Si vous le souhaitez nous pouvons faire une visite, puis boire un verre ensemble. Si vous avez des interrogations n’hésitez pas !

Merci à tous de votre attention.

 

 

 

Formation Office Français de Prévoyance Funéraire à Pont-à-Mousson

0
Séverine et Céline
Séverine, à gauche et Céline à droite en passe de devenir assistante funéraire

Jeudi 9 février je me suis rendue au Centre d’Information et d’Orientation- CIO de Pont à Mousson afin de suivre sept candidats lors de leur passage devant le jury qui se présentaient pour le diplôme de conseiller funéraire ou de directeur d’agence. La formation était organisée par l’OFPF- l’Office Français de Prévoyance Funéraire, dont le directeur général Meziane BENARAB avait fait le déplacement pour l’occasion.

Ils étaient sept à se présenter ce jour, leur formateur Monsieur Pierre Robert des Pompes funèbres Robert de Pont-à-mousson était venu encourager la jeune session. Parmi elle, Loïc, 34 ans, qui se présentait au diplôme de directeur d’agence niveau VI, après avoir eu son diplôme d’assistant funéraire quelques mois plus tôt. C’est que Loïc a un projet bien précis en tête : créer sa propre entreprise avec son funérarium à Vittel dans les Vosges d’ici la fin de l’année. Un projet bien étudié et une étude de marché faite, il se lance dans la grande aventure après des années d’expérience chez divers opérateurs funéraires. Ses expériences lui ont permis de « toucher à tout ». Entré comme porteur il s’est chargé ensuite de l’accompagnement des familles ainsi que des cérémonies. Ses valeurs ? « Le contact avec l’humain avant tout » Il est très porté sur « l’accompagnement du deuil » et envisage de faire très peu appel à de sous-traitance hormis pour la marbrerie et la thanatopraxie qui sera effectué par un ami, lui-même directeur de sa propre agence à Colombey-les-belles. Il préférera ainsi continuer sa polyvalence dans le métier. Pour autant il cherchera à embaucher courant 2018 afin d’asseoir sa toute nouvelle entreprise.

J’ai recontré également Christine, actuellement hôtesse de caisse de 32 ans à Sainte-Marie-aux-Chênes. Christine passait quant à elle son diplôme d’assistante funéraire. Avec une belle mère qui travaille à la morgue, un beau-père au crématorium de Châlon et un compagnon qui travaillait comme marbrier on peut dire que le funéraire entoure littéralement son choix de vie. Pour elle c’est surtout la polyvalence qui l’intéresse loin de vouloir rester derrière un bureau où les temps de pause peuvent être long. D’ailleurs c’est au crématorium de Lexy qu’elle a effectué son stage. Avec une situation familiale stable et dans la région, Christine souhaite trouver un travail d’assistante funéraire dans le coin dès qu’elle aura son diplôme en poche.

La polyvalence c’est également ce que recherchent Séverine 38 ans, et Céline 22 ans. Séverine est en reconversion professionnelle. Assistante dentaire elle a profité du fongecif afin de financer sa formation et ainsi changer de vie. Elle a effectué son stage aux Pompes Funèbres Robert. L’avantage c’est qu’en plus de leurs deux agences, ils ont aussi un funérarium et un crématorium permettant ainsi à Séverine d’apprécier la pluralité du métier, du transport de corps à l’accueil des familles.

Quant à Céline, c’est par passion qu’elle est arrivée jusqu’ici. Malgré une famille hostile sur son choix de vie, elle a tenté tout d’abord de se conformer aux attentes de tous en s’engageant dans un BTS optique. Mais son rêve d’enfant est intact, car il faut bien le dire Céline souhaite être assistante funéraire depuis qu’elle est toute petite. Elle décide alors de franchir le cap et a passé son stage aux pompes funèbres Zavatti de Villerupt où elle espère une embauche.

La journée est longue pour nos candidats. Le matin ils ont passé l’écrit et l’après midi ils passent à tour de rôle devant les membres du jury composé d’une membre de l’administration de l’UDAF -Union Départementale des Associations Familiales-, d’un médecin légiste et du président du jury qui n’est autre que le maire de pont-à-mousson Henry LEMOINE. Sous l’œil protecteur de Meziane BENARAB le directeur de l’OFPF leur demande ce qui est le plus dur pour eux dans ce métier. Invariablement ils répondent  »les familles’’. Il est vrai que le poids de la responsabilité de leur accompagnement dans le moment le plus délicat de la vie d’une personne n’est pas de tout repos.

Vers 17H30 les candidats sont tous passés, leurs profils sont tous différents, entreprise familiale, ou reconversion professionnelle chacun a une bonne raison d’attendre dans ce couloir. Ils entrent ensuite devant le jury qui débriefera leur passage et les félicitera en validant ainsi leur diplôme. Ce sont de nouvelles personnes lorsqu’ils sortent de la salle bien décidé à faire de leur diplôme leur nouvelle vie.

Meziane BENARAB a la gentillesse de me présenter aux membres de jury où je peux diviser quelques instants avec le président, Henry LEMOINE. Le maire de Pont-à-Mousson qui préside cette formation depuis quatre années est sensibilisé à l’hétérogénéité des profils et constate que c’est souvent « face à un deuil » que  les personnes franchissent le cap de la formation. En tant qu’élu ça lui permet d’être sans cesse à jour sur toutes les nouvelles données du funéraire dont les lois changent et évoluent.

La semaine d’information des droits de la personne endeuillée

0

La semaine d’information sur les droits de la personne endeuillée est une initiative de l’Office Français de Prévoyance Funéraire et de

logo_favec La semaine d’information des droits de la personne endeuillée
Favec - La Fédération des Associations de Conjoints Survivants

la Fédération des Associations de Conjoints Survivants entrant dans le cadre du projet de programme de la « grande cause nationale du deuil ».

Constitués sous la forme de caravane, les partenaires des Forums Régionaux  se déplacent dans différentes villes de France afin d’aller à la rencontre des professionnels du funéraire et des associations d’accompagnement des personnes endeuillées et les sensibiliser à la nécessaire mise en place de réseaux locaux complémentaires résolument acquis à une meilleure prise en charge du deuil par notre société contemporaine.

Pour l’édition 2013, les Forums se tiendront dans les villes suivantes :

  •  4 Juin :   A Pau
  •  5 Juin:    A Toulouse
  • 13 Juin:   A Pont-à-Mousson
  •  27 Juin : A Lyon
  • 19 Septembre : A Lille

Organisés dans le contexte chaleureux d’un hôtel et autour d’un dîner, les Forums Régionaux créent les conditions de rencontres et d’échanges marqués par la convivialité et la proximité. Accessible dès 17h, le Show Room regroupant les différents partenaires vous permet de visiter les différents stands et de prendre le temps d’un entretien ou d’une explication autour des produits et services exposés.

Vers 20h 00, un dîner-débat est alors engagé avec l’ensemble des participants autour des différents enjeux relatifs à l’entreprise indépendante.

la semaine d’information des droits de la personne endeuillée, en  partenariat avec La Fédération des Associations de Conjoints Survivants

A PAU (64) Le  4 juin 2013

HOTEL BEST WESTERN CONTINENTAL

2 rue du Maréchal Foch | 64000 Pau, FRANCE | Tel. 05 59 27 69 31

A TOULOUSE, Le  5 juin 2013

NOVOTEL TOULOUSE CENTRE COMPANS CAFFARELLI

5 place Alfonse Jourdain – 31 000 TOULOUSE


Participez à réunion et visitez l’exposition « Performances funéraires 2013 » Exposition ouverte de17h à 22h. Dîner débat à partir de 20h 00. Avec pour la première fois dans votre région, la participation de :

Rivaud Limousines, Guide Piron, Lomaco Informatique, Europe Metal Concept, Eihf Isofroid, Funepro, Bocap, Ofpf, Mppm Syscolor, Archimat, Bernier Probis, Hygeco

Information, Inscription, Renseignement:

OFPF – 76, rue de la Victoire – 75009 Paris Tél 01 55 50 22 42 Fax 01 40 16 94 21

 

 

OFPF-logo-300x111 La semaine d’information des droits de la personne endeuillée
OFPF - Office Français de Prévoyance Funéraire

 

Funexpo : André Chabot, écrivain heureux et érotisme des cimetières

0

André-Chabot-présente-son-ouvrage-etrotique-du-ciletière-eéditions-musardine2-300x225 Funexpo : André Chabot, écrivain heureux et érotisme des cimetières

André Chabot, c’est celui que les aspirants écrivains de ce pays vont haïr. Alors qu’ils rament à trouver un éditeur, ceux-ci, plus précisément les Editions La Musardine, ont sollicité Monsieur Chabot « Mon livre Erotique du Cimetière était indisponible depuis les années 80, et les Editions la Musardine m’ont contacté parce qu’ils l’avaient bien aimé et qu’ils souhaitaient le rééditer. » André Chabot est bien connu des amateurs pour ses livres iconographiques sur l’art funéraire, toujours richement illustrés et savamment commentés. Les Editions la Musardine est une maison bien connue pour ses publications polissonnes « La première fois que j’ai été à La Musardine, qui est aussi une librairie, à leur invitation, j’ai été un peu surpris » nous confie l’auteur. Nous lui souhaitons bonne chance pour le succès de son livre, et aux jaloux, nous diront « Au boulot ! »

Le site d’André Chabot se trouve ICI : http://andrechabot.com/

Le site de la Musardine se toruve ICI (+ 18) : http://www.lamusardine.com/accueil.php

Funexpo : ATI, un stand chaleureux !

1

IMG_1595-300x225 Funexpo : ATI, un stand chaleureux !

La crémation, ce ne sont pas que les urnes, il faut aussi un crématorium, et un four. C’est précisément ce que propose la société ATI, qui faisait la présentation de son système sur un stand aux couleurs à tout le moins chaleureuses, et pour cause. Le système présenté par ATI se veut écologique, respectueux des normes européennes, et permet même de faire de la récupération d’énergie. De plus, le tout est fait à Gien, totalement Made in France, donc. Alors que je quittai le stand, un grand gars en marinière s’y dirigeait d’un air décidé…

ATI : www.ati-environnement.com

Contact : jmerlin@ati-environnement.com

Funexpo : pauvre Natacha !

0
Natacha-hôtesse-du-Vieux-Domaine-et-des-marbriers-dégustent-le-beaujolais-300x225 Funexpo : pauvre Natacha !
Natacha, accorte hôtesse du Vieux Domaine et des marbriers venus en voisins dégustent le beaujolais

Funexpo s’ouvrant le même jour que le traditionnel dévoilement du beaujolais nouveau, un stand de vins trônait sur le salon, tenu par un sympathique jeune couple, Thomas et Natacha. Viticulteurs, ils avaient été invités par le salon, qui souhaitait un stand de beaujolais. « Ca nous faisait une opportunité de présenter nos produits, dans un milieu que nous ne connaissions pas du tout, on a accepté » explique Thomas, vigneron au Vieux Domaine. Bon, alors, et cette incursion dans le funéraire ? Les amoureux se regardent, embêtés. « C’est intéressant » avance Natacha, diplomate, « On a fait un petit tour, on a vu plein de choses, maintenant, on n’a pas forcément compris à quoi servait tout ce qu’on a vu… » On a omis, par exemple, de vous expliquer l’utilisation du trocart ? En un sens, tant mieux pour vous. « En tout cas, les gens sont très sympas, et on a été très bien accueillis ! » Lancent-ils en cœur. Tant mieux, à la bonne vôtre !

Le Vieux Domaine, Thomas Kuhnel : thomas.kuhnel@orange.fr

Journée nationale de la personne endeuillée, la proposition de loi

1

ASSEMBLÉE NATIONALE, CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958, QUATORZIÈME LÉGISLATURE

Enregistré à la Présidence de l’Assemblée nationale le 13 novembre 2012.

PROPOSITION DE LOI

visant à instaurer une journée nationale de la personne endeuillée, (Renvoyée à la commission des lois constitutionnelles, de la législation et de l’administration générale de la République, à défaut de constitution d’une commission spéciale dans les délais prévus par les articles 30 et 31 du Règlement.)

présentée par

MM. Jean-Pierre BARBIER, Jean-Luc MOUDENC et Alain MOYNE-BRESSAND, députés.

MESDAMES, MESSIEURS,

Chaque année en France, plus de 540 000 familles sont frappées par un deuil. Ainsi, ce sont 175 000 femmes qui perdent leur époux ou compagnon, 60 000 hommes qui perdent leur épouse ou compagne. On dénombre, au niveau national, pas moins de 4 000 000 veufs et veuves et 800 000 orphelins de moins de 25 ans. Véritable fait de société, le deuil engendre des situations économiques, sociales et psychologiques lourdes de conséquences.

Malgré la signature de la Charte du respect de la personne endeuillée en 2009 ainsi que le recul de la perception de la complexité des formalités après décès qui était évalué à 40 % en 2008 contre 30 % en 2010 comme l’attestent les travaux de la Direction générale de la modernisation de l’État, la mort reste encore trop souvent, cantonnée à un véritable tabou. La situation des endeuillés s’aggrave même par le silence dans lequel notre société contemporaine les a plongés et par l’absence d’information autour des droits et aides que cette situation leur ouvre.

Le deuil n’est pas installé en tant qu’élément du débat national. Un énorme travail pédagogique et informatif reste par conséquent, à engager afin de permettre aux personnes endeuillées d’accéder aux droits ouverts dans le cadre de la législation, réglementation et accords collectifs en vigueur. Ce travail est d’autant plus nécessaire que le nombre de décès va s’accroitre dans les prochaines années eu égard à l’évolution de notre démographie. Les projections démographiques prévoient un passage de 555 000 décès en 2011 à 773 333 décès en 2049.

Les situations de deuil et la cristallisation du chagrin peuvent conduire à l’apparition de relations sociales conflictuelles. La société est quelquefois perçue comme indifférente et insensible aux difficultés quotidiennes des personnes endeuillées. Pour faire du deuil un fait social apaisé mettant en relief la solidarité de la société contemporaine, il convient d’instaurer une journée nationale de la personne endeuillée qui sera célébrée le 29 octobre de chaque année.

Le choix de cette date correspond à la date anniversaire de la signature de la Charte du respect de la personne endeuillée (29 octobre 2009). Cette décision aura le mérite d’engager une réflexion et sensibilisation d’envergure nationale autour de la situation des personnes endeuillées, tant sur le plan juridique, économique que social.

A l’occasion de cette journée nationale, les associations spécialisées dans l’accompagnement plaideront pour la mise en place d’un véritable statut répertoriant en un code l’ensemble des dispositions législatives, réglementaires, conventionnelles et internationales ouvrant des droits à cette catégorie sociale appréhendée dans le cadre d’une approche universelle regroupant les veuves et les veufs, les parents, les orphelins, ainsi que les personnes âgées ou isolées.

 

PROPOSITION DE LOI

Article 1er

La République française institue une journée nationale de la personne endeuillée.

Article 2

La date de cette journée, ni fériée, ni chômée, est fixée par décret, après consultations des associations concernées.

 

Note: Cette journée est à l’initiative de L’OFPF et des associations associées reconnues d’utilité publique comme l’Union Nationale des Associations Familiales (UNAF), les familles crématistes (FFC), la FAVEC (Fédération des Associations de Conjoints survivants) et la Fédération des Aveugles et Handicapés Visuels de France (FAF),  France ADOT,  PERCE-NEIGE, SPA, la Fédération Nationale des Centres de Lutte contre le Cancer….

journée-de-la-personne-endeuillées-300x185 Journée nationale de la personne endeuillée, la proposition de loi
Journée de la personne endeuillée

Le défenseur des droits, Dominique Baudis, propose de réformer le droit funéraire

0

Le défenseur des droits propose de réformer le droit funéraire

À quelques jours de la Toussaint, le défenseur des droits dresse un constat sévère : selon Dominique Baudis, régulièrement saisi dans ce domaine, la législation funéraire française « se révèle (…) parfois lacunaire ou inadaptée« , souvent « en décalage » par rapport aux besoins des citoyens.

Baudis-300x202 Le défenseur des droits, Dominique Baudis, propose de réformer le droit funéraire
Dominique Baudis, Défenseur des droits

Le défenseur a donc décidé de prendre le problème à bras-le-corps en procédant en deux temps : lundi 29 octobre, il a publié, dans un rapport d’étape, les conclusions d’un groupe d’experts qui planche depuis début septembre sur la question. Au vu des travaux menés, le défenseur des droits entend formuler plusieurs préconisations, relatives au régime juridique des concessions funéraires et sépultures, au respect de la volonté des personnes quant au devenir de leur sépulture après leur décès, à la gestion des espaces confessionnels, ainsi qu’à l’harmonisation des pratiques de soins de thanatopraxie. Pour Dominique Baudis, le défenseur des droits, la législation funéraire française s’avère « parfois lacunaire ou inadaptée ». Dans la perspective d’une évolution de la réglementation et d’identifier les bonnes pratiques (un guide devrait voir le jour au printemps prochain), il lance un appel à témoignages de particuliers et d’élus via le site internet de l’institution : www.defenseurdesdroits.fr /rubrique droit funéraire. Parmi les difficultés saillantes figurent le flou juridique entourant les conventions obsèques et les espaces confessionnels dans les cimetières municipaux.

Législation funéraire héritée du premier Empire

Alors qu’environ 500 000 personnes décèdent chaque année en France, la législation funéraire demeure largement héritée du premier Empire. En dépit d’efforts de clarification (à travers les lois de 1993 et de 2008), de nombreuses difficultés demeurent : manque d’information, multiplicité des acteurs (mairies, pompes funèbres, assurances), vision très restrictive de la famille, etc. Le défenseur des droits met en exergue deux problèmes récurrents. Le premier a trait au fl ou juridique entourant les « conventions » ou « contrats obsèques« , qui sont aujourd’hui un outil important pour organiser les funérailles et constituent un enjeu économique majeur.

« Sécuriser les conventions obsèques« 

Pour le défenseur, il est indispensable de « sécuriser » le régime de ces contrats qui, à l’heure actuelle, ne garantissent pas que le capital versé sera au moment du décès, automatiquement utilisé pour financer les obsèques. Si certaines conventions prévoient une clause spécifique, « ce n’est pas le plus répandu », regrette ainsi le rapport de Dominique Baudis. Ce dernier appuie la proposition de loi des députés Georges Colombier (UMP, Isère) et Philippe Gosselin (UMP, Manche) du 22 septembre 2011, qui prévoit que seuls les contrats incluant une clause d’affectation du capital versé pourront se prévaloir de la dénomination de « convention obsèques« , afin d’éviter toute confusion. Cette proposition de loi non votée, à ce jour, devrait être de nouveau soumise, en fi n d’année 2012, à la commission des lois. Le défenseur des droits y est favorable, ce qui permettrait de clarifier le statut des conventions obsèques.

Espaces confessionnels dans les cimetières municipaux

Le second concerne les espaces confessionnels dans les cimetières municipaux. Sur le papier, le Code général des collectivités territoriales impose un principe de stricte neutralité, interdisant de matérialiser des emplacements confessionnels dans les cimetières publics (hormis en Alsace- Moselle). En pratique, les arrangements locaux sont encouragés par les pouvoirs publics afin de répondre aux souhaits des citoyens de plus en plus nombreux. Ces espaces sont donc aménagés (on en compterait environ 300 dans tout le pays) mais sans statut légal, entraînant une « ambiguïté préjudiciable aux familles et aux maires« , déplore le défenseur. Un exemple : certains maires ont créé des carrés confessionnels avant de faire machine arrière devant l’afflux des demandes, un revirement « mal ressenti« , constate le rapport de Dominique Baudis. Ce dernier souligne l’urgence de renforcer le cadre juridique en la matière, « le nombre de ces demandes étant appelé à être croissant ».

Méziane Benarab, directeur général OFPF

Qu’est le médiateur des droits :

« En vertu de l’art. 71.1 de la Constitution et de la loi organique n° 2011-333 du 29 mars 2011, le défenseur des droits a repris les attributions ultérieurement dévolues : – au médiateur de la République, – au défenseur des enfants, – à la Commission nationale de déontologie de la sécurité, – à la Haute autorité de lutte contre les discriminations ».

Parmi les difficultés saillantes figurent le fl ou juridique entourant les conventions obsèques et les espaces confessionnels dans les cimetières municipaux

 

Lu dans Résonance – L’écho des professionnels du funéraires – N°85 – Novembre 2012

Pour plus de renseignements:

RESONANCE – (SLR EDITIONS & DESIGN)

Le Magazine Résonance est un mensuel, qui, par son contenu éditorial et sa large diffusion, est une véritable source d’informations de même qu’un outil de travail de référence, aussi bien pour les professionnels du secteur que les administrations territoriales.

Adresse: RESONANCE, BP 44, 77580 CRECY LA CHAPELLE
Le site web: résonance

Par e-mail: resonance-mag@wanadoo.fr

Promenade à Funexpo 2012

3

Le salon Funexpo se tenait à Lyon du jeudi 15 au 17 novembre. Bien entendu, nous y étions. Et nous avons vu plein de choses. Premier compte-rendu.

IMG_1617-300x225 Promenade à Funexpo 2012
Eric Foveau, d’Afterweb, rencontre un utilisateur conquis par son système de retransmission vidéo de cérémonies funéraire

Bien entendu, tout ne se résume pas en un article. Nous y reviendrons plus en détail dans les jours qui suivent, et les nombreux contacts noués nous permettront d’approfondir et d’enrichir l’actualité funéraire dans les prochains mois. Les douze, en fait, qui nous séparent de Paris.

Du centre ville, la navette va directement jusqu’à l’immense site Eurexpo. Première surprise, le bus se vide au premier arrêt, le bâtiment principal. D’un autobus double à soufflet bondé, nous passons à quatre. Oui, à Lyon, en même temps, se tient le salon de la piscine. Manifestement, il intéresse beaucoup plus de monde.

A neuf heures pile, nous pénétrons d’un pas décidé dans le salon. Récupération des badges, descente du grand escalier, coup d’œil affolé autour de nous : on s’est trompé d’endroit ? Le comité d’accueil est en effet constitué de répliques des statues de l’île de Pâques, mais un bref coup regard aux stands voisins nous rassures : des corbillards, des plaques, on n’est pas au salon du tourisme, mais bel et bien à Funexpo. Bon, certes : il est aussi question de voyage, mais celui-ci a un côté définitif.

Il y a peu de monde dans les allées. Notre premier tour de repérage en est facilité. De quoi entendre râler dans tous les coins.

Tempus fugit

« C’était mieux avant » semble la phrase la plus souvent prononcée, dans un élan réactionnaire qui ferait pleurer Eric Zemmour de bonheur. Une heure après le début du salon, les exposants sont déjà prêts à signer son certificat de décès. Pas de précipitation, on a trouvé l’explication. Le salon, habituellement programmé du vendredi au dimanche, a eu lieu cette année du jeudi au samedi, ce que beaucoup n’ont pas compris. Calme le jeudi, la fréquentation a été importante le vendredi et le samedi.

philippe-gentil-marie-ange-del-giovare-et-jennyfer-warin-de-pascal-leclerc-300x225 Promenade à Funexpo 2012
Philippe Gentil, président de Pascal Leclerc, entouré de Marie-Ange Del Giovare et de Jennyfer Warin, chargées de développement

Roc Eclerc est là, en position quasi-centrale, juste à côté du stand des organisateurs. Le numéro deux Français occupe un immense stand, parsemé de tables façon bar et de salons douillets. Rien à acheter, rien à vendre, mais un accueil très agréable : le groupe est venu rencontrer le monde du funéraire et entretenir les liens, et ils le font très bien.

Pas d’OGF, en revanche : le groupe ne voit pas l’intérêt d’avoir un stand sur les salons, peut être, ce qui peut se comprendre : pas de franchisés, pas ou peu de vente en B to B, la maison mère des PFG n’a rien à en retirer. Mais pas totalement absents, néanmoins : ici et là, avec un badge visiteur, on croise une directrice de marque ou un directeur de secteur opérationnel du mastodonte, venus en curieux.

photo-300x224 Promenade à Funexpo 2012
Michel Leclerc et son fils Florian, directeur du Sublimatorium

Au détour d’une allée surgit une véritable rock star, Michel Leclerc, qui jette un regard circulaire tandis que son Fils Florian négocie le référencement d’un fournisseur. Après un échange de saluts, le tombeur du monopole nous explique qu’il vient d’arriver, et compte bien faire le tour du salon, prendre un petit peu le pouls de la profession.

Il sera déjà tard le soir, lors du discours d’ouverture, ou Alain Hoffarth et Roger Schvartsman, coprésidents de la FFPF et Florence Fresse, déléguée générale de la Fédération Française des Pompes Funèbres (FFPF) accueilleront les visiteurs lors d’une petite cérémonie de bienvenue, suivie d’un verre de l’amitié bercé par un orchestre de chambre.

Cedric-Ivanes-président-du-syndicat-des-thanatopracteurs-1-300x225 Promenade à Funexpo 2012
Cedric Ivanes président du syndicat des thanatopracteurs (SPTIS)

Un salon, c’est aussi l’occasion de rencontrer des personnes avec lesquelles on correspond, avec qui même parfois se tissent des liens d’amitié, et que l’on n’a, paradoxalement, jamais rencontrées « en vrai ». C’est le cas par exemple de Cédric Ivanes, le président du SPTIS, prêt à arpenter le salon durant ses trois jours. Encore frais et dispo, on n’est que le matin du premier jour, et ce Lyonnais d’adoption joue à domicile. Il ignore encore qu’il fera, dans les 72 heures à venir, une consommation de café propre à faire exploser le prix de la matière première, ainsi que la désagréable expérience d’aller chercher sa voiture en fourrière pour avoir oublié, en rentrant chez lui, que le vendredi est jour de marché. Il est tout à fait pardonnable : un salon, c’est un peu en dehors du temps.

C’est également le cas de Nathalie Maurand, de BelleStèle33, qui ne s’attendait certainement pas en faisant l’aller-retour Bordeaux-Lyon dans la journée, à se retrouver habillée en veuve du siècle passé dans un corbillard d’époque, magnifique pièce de la collection personnelle d’Yvan Lavallade, venu faire la promotion de son excellent ouvrage sur les véhicules funéraires anciens.

L’ancien est d’ailleurs au rendez-vous : comme l’explique un commercial en matériel pour marbriers à qui j’ai demandé de me montrer ses nouveautés, « Des nouveautés, on n’en a pas vraiment. On a des versions améliorées de matériels bien connus. ». C’est vrai que les réelles révolutions ne courent pas les allées, et attirer les clients potentiels pour lui expliquer les spécificités de son produit s’avère compliqué.

Les jupes des filles

Une loi de mauvaise foi est d’ailleurs maugréée par notre rédacteur en chef, que l’augmentation progressive du poids de sa sacoche s’emplissant de documentation et un mal de pieds persistant suite aux kilomètres de piétinement ont mis de mauvaise humeur « Moins il y a de nouveautés sur un stand, plus la jupe des hôtesses est courte ». Faux dans les faits, toutefois.

photo1-300x224 Promenade à Funexpo 2012
Benjamin Rivaud frappe fort, déjà, pour Paris 2013

Certains ne comptent pas sur d’accortes hôtesses pour alpaguer le chaland. FAPE Obsèques frappe fort avec son circuit de petites voitures (des cercueils), sur lequel des courses sont organisées. Chaque soir, le plus rapide remporte un chèque. Amusant, original, vraiment sympathique, Mario Metta, directeur général adjoint ne cache pas sa satisfaction « Nous essayons de trouver quelque chose de différent à chaque fois ». On a hâte de voir ce qu’ils imagineront pour la prochaine édition.

Inutile de chercher à alpaguer des clients pour les vendeurs de corbillards. Déjà, au vu de l’espace occupé, ensuite parce qu’ils avaient sorti l’artillerie lourde avec des modèles sublimes, enfin parce qu’ils avaient même prévu la piqûre de rappel avec un espace occasion très bien pensé. A presque 140 000 euros certains modèles neufs, c’est gentil de leur part de penser à la crise. Benjamin Rivaud, patron de l’entreprise de limousines Rivaud, lance une petite bombe en exclusivité à Funéraire Info : il va faire gagner, au salon de Paris en 2013, une limousine sur son stand. Du jamais vu.

Funexpo, c’est aussi l’occasion de rencontrer des personnages importants ou en devenir de l’industrie funéraire. Philippe Gentil, président du groupe Pascal Leclerc, nous reçoit aimablement, pose quelques questions sur Funéraire Info avant un échange de vues sympathique et décontracté sur le funéraire. Sandrine Thiéfine, présidente de Roc Eclerc, nous accorde un entretien alors que nous la croisons dans une allée, après avoir précisé très gentiment qu’elle nous lisait. A l’heure dite, elle nous impressionne par son calme et son attention au soir du second jour de salon, alors que, constamment sollicitée, elle n’a pas eu une minute pour souffler. Dans les deux cas, quelques questions sur notre journal avant de rentrer dans le vif du sujet. Clairement, nous avons eu l’impression de passer un examen de passage, et de le réussir. Funéraire info est adoubé, nous sommes désormais un média avec qui on peut parler.

La plupart des réseaux sont là. Olivier Hecquet du Voeu, dans les allées, cherche le nouveau produit qu’il distribuera dans son réseau, Jean-Pierre Guillermin de Facultieve Technologies (HYGECO) est heureux du succès rencontré par l’atelier animé par ses thanatopracteurs et pas les contacts récoltés. Nous saluons Pierre Vidallet de l’UGCF que nous avons eu l’occasion d’interviewer en nos colonnes. Souriant sur leurs stands, accueillants et disponibles, les grands professionnels du funéraires sont ravis de présenter leurs sociétés et leurs projets, comme Philippe Martineau du choix funéraire ou Thierry Ceotto de Funéris.

Quoique parfois, parler soit difficile. Certains exposants arrivaient de l’étranger, et eu d’entre eux avaient prévu un interprète. Anglais hésitant, pantomimes pour se faire comprendre, pas simple.

Rumeurs

Le funéraire est un microcosme, et il bruisse de rumeurs. Nous rions avec la directrice de Résonance, Maud Batut, du prétendu rachat de son magazine par le nôtre, alors que nous avons entendu exactement l’inverse. Bien entendu, personne n’a racheté personne. Plus tard, j’entends que Guillaume Bailly, de Funéraire Info (c’est moi, ça !) est marié avec la fille d’un cadre dirigeant d’un grand groupe funéraire. Mince, moi qui croyait que Beau-papa travaillait dans les travaux publics du Nord Pas de Calais, c’est un choc.

A la cantine, autre lieu de rencontres, nous saluons Meziane Benarab, de l’OFPF, qui salue la bonne tenue du salon. Le vendredi soir, nous dînons avec Claire Sarazin et son équipe, tout juste arrivés sur Lyon alors que nous sommes sur le départ. Nous n’avons pas eu le temps de voir tout le monde, à notre grand regret.

Voilà. Quoi, c’est tout ? Non, évidemment. Nous n’avons pas parlé des marbriers, des fabricants de cercueils, des assureurs, des génies parfois qui, avec un simple bout de carton, font une merveille, des démonstrations de thanatopraxie, et du vin, puisque la FFPF avait invité un producteur de Beaujolais à l’occasion du troisième jeudi de novembre. Mais cette semaine sera spéciale salon, on prendra le temps de vous parler de tout ça, alors, restez avec nous, vous saurez tout avant tout le monde.

Le deuil grande cause nationale en 2013, Le 27 septembre à l’Assemblée Nationale

0

Premiers états généraux du deuil et de la personne endeuillée

assemblée nationale le jeudi 27 septembre 2012 – 6ème Bureau (104 pl.) Palais Bourbon – 126, rue de l’Université (1er étage)

« Pour un statut de la personne endeuillée dans la société contemporaine »

testdeuil Le deuil grande cause nationale en 2013, Le 27 septembre à l'Assemblée Nationale

Le programme

13h 30 :                   Accueil des participants

14h00 :                   Les enjeux de la « Grande cause nationale du deuil »

Par Philippe GOSSELIN, député de la Manche et président en 2009 du collectif « Grande cause nationale du don de vie ». Co-auteurs de la proposition de loi du 22 novembre 2011 visant à faire du deuil la Grande cause nationale en 2013.

14h 00 :                  Présentation des travaux des Premiers Etats Généraux du deuil et de la personne endeuillée

Par Christiane POIRIER, Présidente de la Fédération des Associations de Conjoints Survivants FAVEC) et Coordonnatrice du Collectif « Grande cause nationale du deuil »

14h 45 :

  •                                Présentation du Collectif « Grande cause nationale du deuil » et de ses orientations
    Par le Docteur CHAVAGNAT, Président de la Fédération Européenne Vivre son Deuil
  •                                Présentation des résolutions issues du groupe de travail « Mesures de simplification administrative »
    Jo LE LAMER, Président de la Fédération Française de Crémation (FFC)
  •                                Présentation des résolutions issues du groupe de travail « Mesures et avantages tarifaires »
    Par Jean-Paul GADAUT, Trésorier de la Fédération des Associations de Conjoints Survivants (FAVEC) et
  •                                 Présentation des résolutions issues du groupe de travail « Plan de communication »
    Par le Docteur CHAVAGNAT et Centre soins palliatif
  •                                Présentation des résolutions issues du groupe de travail «Mesures d’accompagnement »
    Par Sylvie PINQUIER-BAHDA, directrice de l’Association Daliogue&Solidarité

deuil-2013 Le deuil grande cause nationale en 2013, Le 27 septembre à l'Assemblée Nationale

15h 15 :                  Le Livre Blanc Pour un statut de la personne endeuillée et son rôle de feuille de route de la « Grande cause nationale du deuil ».

Par George-Edward LE ROY, Trésorier de l’Association de coopération « Deuil-Famille-Solidarité ».

 

15h 30 :                  De la nécessité d’une codification des droits de la personne endeuillée ou comment mettre fin au silence de la société contemporaine face au deuil

Par Méziane BENARAB, Secrétaire général de l’Association de coopération « Deuil-Famille-Solidarité ».

 

15h 45 :                  Débat autour de la validation du dossier de présentation de la « Grande cause nationale du deuil 2013 »

 

Divulgation du logo de la « Grande cause nationale du deuil 2013 »

Présentation du site internet

Les orientations du dossier

Le collectif des 1000 associations portant la « Grande cause nationale »

Les parrainages et soutien obtenus

Le budget

 

16h 30 :                  Conclusions des travaux des Premiers Etats Généraux du deuil et de la personne endeuillée

Pour télécharger l’invitation:

Les associations composant le collectif grande cause nationale

•             fédération des associations de conjoints survivants (favec)

•             spama soins palliatifs et accompagnement en maternité

•             fédération européenne « vivre son deuil »

•             apprivoiser l’absence

•             la porte ouverte

•             agapa

•             adep 56 – deuil périnatal

•             lait sans ciel

•             l’étoile de mer deuil périnatal

•             l’enfant sans nom-parents endeuille deuil périnatal

•             jalmalv haut doubs

•             fédération jalmalv

•             vivre son deuil Île-de-France

•             bénévole de l’équipe d’accompagnement du deuil du cndr soins palliatifs

•             centre national de ressources soins palliatifs

•             France adot

•             fédération des aveugles et handicapes visuels de France

•             société de thanatologie

•             favec 78

•             fédération française de crémation

•             dialogue&solidarité

•             association de coopération deuil-famille-solidarité

•             deuil et espoir

•             jonathan pierres vivantes