Accueil Tags Orthometals

Tag: Orthometals

Revue de presse du funéraire du lundi 11 septembre 2017

0
revue de presse pompes funèbres

Dans la presse et sur le web, la revue de presse du funéraire, des pompes funèbres, des crématoriums et des thanatopracteurs du vendredi 8 septembre 2017. Revivez l’actualité sur Funéraire-info.

Ouragan Irma – RTL

Le bilan n’est toujours pas définitif. Quatre jours après le passage de l’ouragan Irma, Saint-Barthélémy et Saint-Martin pansent leurs plaies alors que les deux îles ont été fortement détruites. Des dégâts que pourront constater Emmanuel Macron dès mardi 12 septembre. À l’heure actuelle, « nous sommes à 11 ou 12 décès, mais on va être prudent« .

Classée sans suite – 20 minutes 

Le parquet de Paris a classé sans suite l’enquête qui avait été ouverte en novembre dernier, après le décès de trois patients, traités en chimiothérapie au CHU de Nantes…

Nancy Hatch Dupree – RFI

A la Une de la presse afghane, la mort de l’historienne et archéologue américaine Nancy Hatch Dupree, spécialiste de l’Afghanistan, auteur de nombreux ouvrages sur le pays. Elle s’est éteinte à l’âge de 90 ans dans la nuit de samedi à dimanche 10 septembre à Kaboul, la capitale afghane, où les autorités saluent la mémoire de celle qui était surnommée la «grand-mère» de l’Afghanistan

Accident agricole – La Voix du Nord 

À 69 ans, Len Wein a rendu son dernier souffle dimanche 10 septembre. Très influent dans le milieu de la bande-dessinée, c’est à lui notamment que l’on doit le personnage de Wolverine, devenu emblématique de l’univers X-Men.

Sans parole – Le Dauphiné

Il est mort à cause d’un hamburger : le 30 août à Lyon, un SDF de 52 ans serait mort après avoir reçu un coup dans l’abdomen, suite au vol d’un hamburger sur la terrasse d’un fast-food de la ville.

Noyade – LCI

Le corps sans vie d’un octogénaire a été retrouvé samedi dans le cimetière de Saint-Ferréol-Trente-Pas (Drôme). La victime a semble-t-il fait un malaise et est tombé la tête dans un bac à eau. L’autopsie pratiquée dimanche a confirmé la mort par noyade.

11 septembre – CNewsmatin

Seize ans plus tard, la peur d’un nouveau 11 septembre 2001 demeure, l’attentat le plus sanglant jamais commis aux Etats9Unis avec près de 3.000 personnes disparues dans l’éffondrement des tours du World Trade Center.

Funéraire Info – Hadès  

Qui dit rentrée, dit apprentissage en tout genre. Loin des cours de maths, je vous invite aujourd’hui à réviser vos classiques en mythologie. Halloween et la Toussaint approchent, nous voilà tout frétillant. Replongez avec moi au cœur du monde des morts, c’est moi, Hadès le Dieu des morts lui-même qui vous fait visiter.

La revue de presse vous est offerte par Orthometals
Nous recyclons les implants orthopédiques et tous les résidus métalliques selon les lois en vigueur. Nous les collectons périodiquement puis nous les transportons dans nos locaux pour les recycler. Nous fournissons gratuitement la logistique pour la collecte et le transport des résidus métalliques et des implants orthopédiques. Les métaux collectés par nos soins dans les crématoriums sont recyclés, et les bénéfices réutilisés pour soutenir des actions humanitaires choisies par nos partenaires.

Orthometals, le développement durable et la crémation humaine

0
OrthoMetals charity_hand_0

Orthometals est aujourd’hui une valeur sûre dans le recyclage des métaux issus de la crémation humaine. Pourtant, partie d’une idée pionnière et basée sur des fondamentaux humanistes et écologiques, ce n’était pas gagné d’avance. Recette d’un succès éthique et durable.

Les métaux précieux

Plaque de réparation osseuse pour les fractures, prothèses de hanche, de genoux, en acier médical ou en titane… Les métaux précieux et résistants à la crémation sont omniprésents dans les crématoriums.

Jusqu’à il y a quelques années, ces derniers se débrouillaient de la situation. Devant le nombre de ces items, il est difficile de les stocker sur du long terme, faute de place. Ils ne peuvent être réutilisés pour être réimplantés ailleurs, puisque les normes sanitaires ne les agréent pas, et les réactions des receveurs comme de l’opinion publique seraient sûrement négatives dans le cadre d’une réutilisation sans recyclage. Faire appel à une société spécialisée dans le recyclage est donc une solution fréquente et acceptable.

Mais les crémations sont de plus en plus nombreuses, et les familles de mieux en mieux informées, tout en étant légitimement plus sourcilleuses quand à la destination de ces prothèses qui appartenaient aux défunts. Un  »simple » recyclage ne suffirait pas, d’autant que, compris comme un commerce, il pourrait être mal percu.

Aussi, si faire appel à une société de recyclage est essentiel, la choisir pour ses pratiques saines et assurer la transparence financière est un impératif.

L’exemple d’Orthometals

Si Orthometals n’est pas la seule société transparente et éthique sur ce secteur, son caractère pionnier et sa philosophie humaniste en font un exemple parfait de solution satisfaisante à court et long terme.

Ruud Verberne et Jan Gabriëls ont créé leur entreprise, Orthometals, pour récupérer ce qui pouvait encore servir de ces prothèses. Après le décès et la crémation de leurs propriétaires, ces pièces sont récupérées et triées par les employés de la société.

Orthometals récupère ainsi des tonnes de métal auprès des crématoriums. Une ou plusieurs fois par an fois par an, les prothèses sont envoyées à Zwolle, le siège de l’entreprise, pour y être triées. L’entreprise recycle 300 à 350 tonnes de métal en provenance d’Europe et plusieurs dizaines de tonnes en provenance des Etats-Unis, du Canada, d’Australie et de Nouvelle-Zélande. Une fois triées, ces pièces de métal reprennent de la valeur. Une fonderie spécialisée dans le travail du cobalt ne peut en effet rien faire avec des pièces contenant du titane.

Après déduction des coûts de transport, de personnel, de loyer, d’équipement et d’investissement, les bénéfices restants sont en partie reversés aux crématoriums, pour soutenir des actions caritatives. L’entreprise réalise plusieurs millions d’euros de chiffre d’affaires, mais sa marge est faible. Sur 100 euros de bénéfices, Ruud Verberne en reverse entre 60 et 75 euros aux crématoriums.

Les enfants de Ruud Verberne et Jan Gabriëls, qui gèrent aujourd’hui l’entreprise, gardent en effet de quoi vivre de leur activité, mais pas plus. Jan Gabriel est décédé, et Ruud Verberne consacre beaucoup de temps à parcourir le monde pour promouvoir le développement durable.

Un modèle utopique ?

Certains ont pu ironiser, au début, sur l’utopie écologique, pour ne pas dire baba cool, d’Orthometals. Plus personne, aujourd’hui, ne les prend à la plaisanterie : Orthometals a démontré qu’un modèle économique basé sur le développement durable et l’humanisme pouvait s’imposer sur le marché.

Une fois l’argent reversé aux crématoriums, ces derniers le reversent à leur tour à des associations de bienfaisance, locales ou nationales, encore une fois en toute transparence.

Le problème des métaux à recycler est ainsi résolu de façon parfaite : ils sont recyclés par une entreprise éthique, qui a pignon sur rue et explique en toute transparence la façon dont elle travaille. L’argent collecté est reversé, en toute transparence, pour des œuvres humanitaires. Le crématorium règle ainsi un problème de façon irréprochable, tout en bénéficiant de l’image favorable que crée le mécénat.

Si vous n’êtes pas encore au point avec le recyclage de vos métaux, songez-y : un jour ou l’autre, quelqu’un posera la question. Prévoyez dès aujourd’hui une réponse satisfaisante.

Le site internet d’Orthometals : www.orthometals.fr

Professionnels du funéraire, des engagements altruistes

0
poignée de main professionnels du funéraire

« C’est l’hôpital qui se moque de la charité » est le commentaire qui nous a été laissés l’autre jour sur l’article de Sarah à propos du nouveau service de la Poste. Sous-entendu, les professionnels du funéraire seraient cyniques et assoiffés d’argent. Caricature fort répandue, à laquelle nous ne manquons jamais de tordre le cou. En voilà trois nouvelles preuves.

Des pompes funèbres aux pompiers

Entrepreneur de pompes funèbres, l’Alsacien Benjamin Rivaud a aussi été pompier volontaire pendant douze ans. Avec neuf de ses amis, il s’est rendu au Népal, où il a mené du 15 au 25 mai 2015 en différents lieux une mission d’assistance humanitaire après les séismes d’avril et mai. Il se dit impressionné par ce qu’il a vu du pays ravagé. Nous avions recueilli ses impressions à son retour.

A noter que de nombreux professionnels du funéraire sont également pompiers volontaires. Charly Hennard, par exemple, a passé quelques années comme porteur dans une grande société, donnant une grande partie de son temps libre aux pompiers de sa commune. S’il a aujourd’hui dû laisser de côté son activité de pompier volontaire, c’est parce qu’ayant monté sa société, il n’en a plus le temps. A son grand regret.

Orthometals, humanitairement engagé

Société familiale, les employés étant les enfants des fondateurs, OrthoMetals développe un modèle économique original : une grande partie des bénéfices, moins les frais de logistique, sont redistribués aux crématoriums partenaires, pour financer des œuvres de bienfaisance. Ainsi, Crématoriums de France, partenaires Orthometals, ont choisi de travailler avec Mécénat Chirurgie Cardiaque, permettant à de nombreux enfants dans des pays en voie de développement, depuis des années, d’être opérés à cœur ouvert, transportés et hébergés.

L’idée a germé lorsque les fondateurs d’Orthometals, qui voulaient simplement faire du recyclage, se sont rendus compte que beaucoup de métaux collectés dans les crématoriums étaient précieux. Loin de vouloir augmenter leurs bénéfices, ils ont choisi de donner à leur entreprise un objectif éthique, voulant servir de modèle à l’entrepreneuriat de demain.

PFG, leader généreux

Créée en mai 2009 sous l’égide de la Fondation de France, la Fondation PFG, directement financée par les Pompes Funèbres Générales, poursuit la politique de mécénat engagée depuis de nombreuses années par le groupe OGF. La Fondation PFG soutient principalement des projets d’intérêt général relatifs à la mort, aux obsèques et au deuil en France, dans les domaines de l’accompagnement de la fin de vie et de l’aide aux endeuillés, mais également des projets relatifs à la protection de l’environnement.

Cela représente plus de 250 subventions accordées et près de 50 projets soutenus chaque année, près de 100 associations en France aidées, plus de 600 000 euros de dons versés à celles-ci. JALMALV, Vivre son deuil, Jonathan pierres vivantes et de nombreux autres réseaux peuvent ainsi, en partie grâce à l’aide des PFG, avoir les moyens de venir en aide aux familles qui font appel à eux.

Et tant d’autres

Ce ne sont que trois exemples choisis au hasard. De nombreux autres actions sont menées par beaucoup de professionnels à travers le pays. Les réseaux professionnels, en périodes d’événements tels que le Téléthon, pour citer le plus connu, débordent d’initiatives.

Un travail indispensable, tant au niveau individuel que collectif, puisque le funéraire sert autant à aider les proches à faire leur deuil qu’il a une utilité sanitaire, inutile de faire un dessin, et des engagements altruistes sur le temps libre. Bref, l’hôpital qui se moque de la charité, vraiment ?

Revue de presse du jeudi 15 juin 2017

0
Orthometals Revue de presse

Dans la presse et sur le web, la revue de presse du funéraire, des pompes funèbres, des crématoriums et des thanatopracteurs. Revivez l’actualité sur Funéraire-info.

Le Monde : Hervé Ghesquière

Le journaliste Hervé Ghesquière, grand reporter à France 3 et à France 2 qui avait notamment été retenu en otage dix-huit mois en Afghanistan, est mort mercredi 14 juin à l’âge de 54 ans, a annoncé le directeur de l’information de France Télévisions, Yannick Letranchant‏, dans un court message publié sur Twitter.

Le Huffington : Orage décès d’un agriculteur

Le corps d’un jeune agriculteur, emporté la veille par les eaux alors qu’il allait secourir une personne âgée, victime des violents orages sur le département, a été retrouvé ce mercredi 14 juin au Brignon en Haute-Loire.

Europe 1 : 32 ans après, l’affaire Grégory

L’affaire Grégory n’est pas terminée. Trois personnes ont été interpellées et une autre entendue mercredi dans le cadre de cette enquête vieille de 33 ans. Le 16 octobre 1984, Grégory Villemin, alors âgé de 4 ans, était retrouvé pieds et poings liés dans la rivière Vologne, dans les Vosges. Depuis, l’enquête judiciaire patine et l’affaire Grégory est devenue l’une des grandes affaires criminelles non résolues du 20ème siècle.

Le Figaro  : la muse des Rolling Stones

Elle était surnommée la «sixième Rolling Stones», tant son influence sur le légendaire groupe de rock fut grande. Mais Anita Pallenberg, décédée ce mardi à l’âge de 73 ans de cause inconnue, fut surtout une égérie magnifique des années soixante-dix, au rythme de ses amours tumultueuses avec Keith Richards et de ses films, emblématiques de la folie libertaire qui marquait la fin des sixties.

Sciences et Avenir : procès Aubier

Combien de décès sont-ils dus à la pollution de l’air? Un sur neuf dans le monde, répond l’Organisation mondiale de la santé (OMS), alors que le pneumologue Michel Aubier est jugé mercredi pour avoir menti sur ses liens avec le groupe pétrolier Total.

L’écho Républicain : deuil collectif

Mercredi 14 juin 2017, juste après l’accident, l’ambiance est électrique à l’hôpital de Dreux. Une foule de gens se précipite dans le sillage de l’ambulance qui conduit Cegua Sissoko aux urgences.

Funéraire Info : le CGCT

Le CGCT, élémentaires sur la partie funéraire

Funéraire Info : Inhumation ou crémation ? quand la famille ne sait pas

Inhumation ou crémation ? Quand la famille ne sait pas

La revue de presse vous est offerte par Orthometals

Nous recyclons les implants orthopédiques et tous les résidus métalliques selon les lois en vigueur. Nous les collectons périodiquement puis nous les transportons dans nos locaux pour les recycler. Nous fournissons gratuitement la logistique pour la collecte et le transport des résidus métalliques et des implants orthopédiques. Les métaux collectés par nos soins dans les crématoriums sont recyclés, et les bénéfices réutilisés pour soutenir des actions humanitaires choisies par nos partenaires.

Orthometals, une solution humaniste à un problème éthique

0
OrthoMetals charity_hand_0

Quel rapport entre les métaux récupérés à l’issue de la crémation humaine et des associations solidaires ? La réponse est apportée par Orthometals. La société spécialisée dans le recyclage des métaux propose une solution ambitieuse à un problème éthique.

De la crémation à l’altruisme

Quel rapport entre une association qui a pour but de financer des opérations du cœur pour des enfants démunis atteints de graves pathologies, une société spécialisée dans le recyclage des métaux issus de la crémation, et une société gestionnaire de crématoriums ? A priori, aucun. Pourtant, ces trois partenaires ont permis de sauver de nombreuses vies.

A l’origine du projet, Orthometals, société qui repose sur une idée simple : récupérer et recycler les métaux issus de la crémation, provenant des prothèses. Cette récupération et ce recyclage débouchent ensuite sur la revente des métaux traités, ce qui dégage un bénéfice. Très engagés au niveau humanitaire et écologique, les dirigeants d’Orthometals ont alors pris une décision totalement en accord avec leurs idées, à savoir conserver simplement l’argent nécessaire au fonctionnement de la société, et reverser la plus grande part aux crématoriums, charge à eux de les réinvestir dans l’humanitaire.

C’est, par exemple, de cette façon que les dirigeants de Crématoriums de France ont choisi d’aider Mécénat Chirurgie Cardiaque. Le gestionnaire figure aujourd’hui en bonne place dans les partenaires de l’association.

Une question éthique

Tout est parti d’une question éthique : a qui appartiennent les métaux résiduels de la crémation humaine ? Prothèses diverses, plaques, sont souvent constituées de métaux et d’alliages de grande valeur, qui ne sont pas perdus : récupérés, ils sont retraités, et revendus sur le marché spécialisé.

Qui dit revente, dit transaction financière, et donc profit. Profit qui, théoriquement, n’appartient à personne : ni aux familles qui ne peuvent pas venir réclamer de l’argent pour un bien financé par la Sécurité Sociale, ni par la Sécurité Sociale, parce que la législation ne le prévoit pas, ni par le crématorium, à qui ces prothèses n’appartiennent pas non plus et qui a déjà été payé pour sa prestation.

Une part de cette somme va à la société de recyclage, en règlement de son service de collecte, tri, traitement, transformation et revente.

La solution proposée par Orthometals est de reverser les fonds aux crématoriums, qui, à leur tour, les reversent à des associations. Internationales, nationales, locales, au choix, l’idée reste la même : faire en sorte que ces sommes soient utilisées pour le bien commun.

Une façon claire et simple de trancher un problème d’éthique, en y apportant une réponse humaniste et responsable.

Le site d’Orthometals : orthometals.com

Devenir des métaux après la crémation, la réponse Orthometals

0
orthometals recyclage metaux crematoriums

Que deviennent les métaux issus de la crémation humaine qui ne sont pas détruits durant celle-ci ? Prothèses, plaques, implants médicaux, sont souvent fabriqués en alliages de métaux rares qui représentent une charge pour les crématoriums, en terme de tri et de stockage. Des sociétés proposent de gérer ce recyclage, à l’image d’Orthometals.

Métaux issus de la crémation

Les métaux issus de la crémation proviennent d’appareillages médicaux. Prothèses, plaques pour réparation de fracture et consolidation, etc.

Ces métaux résistent à la crémation. Une fois celle-ci terminée, il reste dans le four les calcius et ces prothèses. Les calcius sont en fait les résidus carboniques du corps humain, les os, qui seront broyés, pour devenir les cendres, remises à la famille ou dispersées.

Les prothèses, elles, sont conservées par le crématorium. En effet, leur statut s’apparente à celui des DASRI, ils ne peuvent donc être ni réutilisés, ni restitués à la famille, ni jetés, tout simplement.

Ce qui pose deux problèmes. Le premier est un problème de stockage : au fur et à mesure du temps, ces déchets occupent de plus en plus de place, et cet espace finit par avoir un coût. Le second est un problème de valeur. Les matières concernées sont des alliages de métaux précieux, soigneusement sélectionnés pour leurs qualité intrinsèques, et qui, par leur rareté, ont une valeur marchande importante.

La problématique du crématorium

La problématique du crématorium est dès lors simple à cerner. Ou les problématiques, d’ailleurs : comment stocker ces métaux, à qui les confier pour retraitement, que faire de la somme d’argent obtenue vis à vis de cette transaction

En effet, si la famille ne peut pas prétendre à récupérer ces métaux, il est assez difficile pour le crématorium de se les approprier pour en tirer un bénéfice.

Une solution originale

La société Orthometals propose, depuis quelques années, une solution originale. Après avoir signé un contrat de partenariat avec le crématorium, Orthometals fournit une box de stockage des métaux bruts, qu’elle passe collecter régulièrement.

Ces métaux sont ensuite triés, transformés en lingots et revendus sur le marché. Sans spéculation : la société ne souhaite pas spéculer sur la valeur de ces lingots en les entreposant, ils sont revendus immédiatement au cours de l’argus officiel.

Orthometals prélève sur le fruit de cette vente l’argent nécessaire à assurer son fonctionnement, et restitue le reste aux crématoriums. Charge à ces derniers, comme il est convenu avec Orthometals, de l’utiliser à des fins de mécénat d’actions locales ou nationales dans le tissu associatif. Œuvres de bienfaisances, actions écologiques, l’idée est de donner du sens à l’expression « développement durable ».

De nombreux groupes ont accordé leur confiance à Orthometals, à l’exemple d’Atrium, qui vient d’inaugurer un crématorium à Noyal Pontivy.

Le site d’Orthometals : orthometals.com

Review 14-20 Nov : Ça s’est passé cette semaine sur Funéraire-Info

1

Bonjour à toutes et à tous. Eh oui déjà dimanche, ou enfin dimanche c’est vous qui voyez. Vous êtes au chaud sous la couette ? Bon oui d’accord vous êtes d’astreinte. Allez je vous soutiens – de loin, quand même ‘faut pas pousser- et vous sélectionne les articles qui ne fallait pas manquer cette semaine sur Funéraire-Info. C’est parti pour la review de la semaine du 14 novembre.

Après ces deux dernières semaines d’hommage et de recueillement, nous sommes retournés voir ce qu’il se passe dans vos entreprises. Entre nouveautés et conseils, cette semaine ce sont les professionnels du secteur qui sont mis en lumière.

Et si on vous facilitait la vie ?

Mélanie va chercher auprès des meilleures entreprises du secteur les solutions qui vont vous faciliter la vie dans la gestion de vos installations dans les cimetières. Cette semaine, elle nous présente Fonda Pieux et le chariot motorisé d’Hydrosystem.

Il y des solutions à tout et si en plus par la-même cela permet de faire une bonne action. C’est ce que fait Orthometals, la solution des crématoriums présentée par Guillaume.

Chez FunérArts non seulement il y a de l’innovation mais il y a aussi des partenariats solides et précieux. C’est tout en finesse et à la pointe de la mode, que FunérArts nous dévoile sa collection de personnalisation de cercueils adaptée aux cercueils Bernier et FUNICO.

Assises du Funéraire

C’était le 3 octobre dernier, les premières Assises du funéraire en France qui révélaient les attentes des français en matière de deuil. Marc Manzini, président honoraire de la Chambre Syndicale Nationale de l’Art Funéraire revient pour nous sur cet événement.

Conseils

Survivre aux impayés ? C’est possible il suffit d’anticiper au mieux les besoins de vos familles et de savoir les conseiller et les orienter. Certes ça n’est pas toujours facile, alors on détend et on va lire ce que j’ai écrit pour vous.

Mourir à l’étranger ça arrive, et d’autant plus dans un pays comme le nôtre frontalier à de nombreux endroits. Comment gérer le rappariement des corps ? C’est à cette question que je m’intéresse cette semaine.

Technique

Vous êtes nombreux à vous posez la question des nouveaux procédés cérémonieux et rituels. Je reviens pour vous sur le tour d’horizon de ce qui existe dans le monde telles que l’aquamation, la promession ou encore la résomation.

Réquisition, ça commence comme ça. Vous vous rendez sur place et là vous vous rendez compte qu’il y a un espace de vide non négligeable entre le défunt et le sol. Eh oui…vous voilà face à un suicide par pendaison.

Insolite

Parfois, l’actualité est bien mieux que la fiction, cette semaine à Saint-Tropez une voiture qui visiblement allait beaucoup, beaucoup, beaucoup trop vite, est arrivée en plein cimetière marin de Saint-Tropez.

La semaine prochaine je vous emmène dans l’univers des thanatopracteurs, ne manquez pas tous les jours un article sur mesure qui concerne chaque aspect de ce métier si particulier. Granit ou marbre ? Mélanie vous expliquera tout. Quant à Guillaume il vous présentera une entreprise que tout le monde aime ; Pilato et il vous expliquera également comment faire face aux découvertes de corps avancées.

Vous avez des questions, des réclamations, des revendications ? Partagez-les-moi. Je vous laisse profiter de ce dimanche où que vous soyez, et quoique vous fassiez et je reviens vous chercher dès demain. Merci de m’avoir laissé rentrer chez vous.

Funéraire-Info, pour vous, par vous.

Orthometals, les réponses au recyclage dans les crématoriums

0
Jan Gabriëls et Ruud Verberne

Orthometals : le nom est connu de tous les visiteurs des salons funéraires, de Paris et Lyon, mais leur activité reste peu connue en dehors des crématoriums. Quelques réponses aux questions que l’on se pose sur Orthometals et le devenir des prothèses après la crémation.

Orthometals, c’est qui ?

La société a été fondée en 1997 par deux personnes, Jan Gabriëls, chirurgien orthopédiste, aujourd’hui décédé, et Ruud Verberne, qui travaillait dans le recyclage des métaux. Ils se sont lancés dans l’aventure OrthoMetals en se posant une simple question : que devenaient les métaux des prothèses après la crémation ? Ainsi naît l’idée de les récupérer pour les recycler.

Ruud a décidé de prendre du recul et de laisser la main, maintenant que l’entreprise est sur les rails. Une direction en binôme s’est mise en place avec les enfants des créateurs. Quant à Ruud « Ce que j’aime, ce sont les conférences et les salons. C’est tout aussi utile de faire les choses que de les expliquer pour convaincre que c’est possible » explique cet infatigable défenseur du développement durable.

Orthometals, ils font quoi ?

Tous les métaux qui subsistent après la crémation sont récupérés, surtout, les prothèses qui contiennent des métaux rares. Beaucoup des métaux récupérés sont précieux, et suscitent des convoitises. Ortometals les récupère, les trie, les recycles et les revend. La collecte de métaux est faite en moyenne deux fois par an, plus pour les crématoriums de grande taille.

Une fois les métaux récupérés, ils sont triés, et refondus. Les prothèses ne sont jamais réutilisées en tant que telles, les métaux sont transformés en paille, ou en briques, pour être revendus et réutilisés, mais toujours refondus. Orthometals ne travaille qu’avec des fonderies qui ont pignon sur rue, et offrent des garanties très précises.

Orthometals ne cherche pas le meilleur prix, mais les sociétés qui offrent le plus de garantie de transparence. Les métaux sont traités dans les dix jours, aucune spéculation n’est faite sur leurs cours.

Où va l’argent ?

Société familiale, les employés étant les enfants des fondateurs, OrthoMetals développe un modèle économique original : une grande partie des bénéfices, moins les frais de logistique, sont redistribués aux crématoriums partenaires, pour financer des œuvres de bienfaisance.

Ainsi, ce sont 80 % des bénéfices qui sont reversés aux crématoriums partenaires, qui les utilisent ensuite pour aider des associations humanitaires locales, nationales ou internationales. Plusieurs crématoriums se sont, par exemple, associés à Mécénat Chirurgie Cardiaque, et de nombreux enfants ont pu être transportés, hébergés et opérés.

Orthometals s’est construite autour d’un modèle de développement durable. Un modèle qui devrait inspirer, on l’espère, d’autres sociétés dans le futur.

Le site internet d’Orthometals : orthometals.com/fr

OrthoMetals à Funexpo, de nouvelles perspectives!

0
orthometals funexpo 2016

ORTHOMETALS est entreprise familiale basée aux Pays-Bas depuis 20 ans. Leader et seule entreprise mondialement reconnue spécialisée dans la récupération et le traitement des métaux uniquement issus des crématoriums. Avec 750 références dans le monde dont 90 en France. La société est active dans 15 pays en Europe, Canada, États-Unis, Amérique du Sud, Australie et Nouvelle Zélande. L’équipe d’Orthometals était à Funexpo, retour du salon!

Funéraire-Info : Changement de Hall, changement de date, finalement qu’en avez-vous pensé ?

Miriam Briss pour Orthometals : Un peu réticents au départ car le mois de septembre est un mois habituellement chargé, cela nous a permis de profiter de l’été indien Lyonnais… Lieu tout à fait acceptable, très bonnes prestations. Nous nous sommes sentis un peu ‘relégués‘ dans un coin, mais par sa petite taille le salon s’est avéré facilement accessible partout.

Funéraire-Info : Quelles sont vos impressions globales sur la fréquentation du salon ? Et sur la fréquentation de votre stand ?

Miriam Briss : Fréquentation moindre, par contre un public avisé de qualité et intéressé. Moins de clients existants sont passés comme nous en avons l’habitude, ce qui nous a permis de consacrer plus de temps aux clients potentiels. Beaucoup d’enthousiasme et de témoignages de confiance. De nouvelles perspectives se sont présentées à nous.

Funéraire-Info : Avez-vous vendu ? Avez-vous identifié de nouveaux clients potentiels ?

Miriam Briss : Très satisfaits des nouveaux contacts.

Funéraire-Info : Le salon est l’occasion de rencontrer ses clients, les visiteurs, mais est ce aussi l’occasion de nouer des partenariats avec d’autres exposants, vous avez fait de belles rencontres ?

Miriam Briss : Bonne ambiance, les animations/ateliers de qualités organisées sur le stand de la FFPF, la musique live, la sympathique parade de clowns etc.

Funéraire-Info : Avez-vous atteint les objectifs que vous vous étiez fixés en venant, ou ce que vous espériez ?

Miriam Briss : Un Salon est toujours pour nous une occasion privilégiée de passer un moment conviviale avec nos clients existants, clients potentiels et co-exposants : nous y apprenons beaucoup sur l’actualité funéraire en France et ailleurs, les potins, les buzz etc. Quand nous effectuons une tournée pour collecter les métaux nous n’en avons pas toujours l’occasion.

Funéraire-Info : Quel bilan tireriez-vous de cette édition, et quel conseil pourriez-vous donner aux organisateurs pour une meilleure édition 2018 ?

Miriam Briss : Plutôt un bon bilan. Pour l’édition 2018 continuer l’organisation des conférences/ateliers avec encore plus d’intervenants.

Miriam-Briss-Orthometals-France OrthoMetals à Funexpo, de nouvelles perspectives!
Miriam Briss Orthometals France, assiste à un atelier

Funéraire-Info : Et en 2018, vous serez présents ?

Miriam Briss : Oui, nous serons fidèles au poste.

Pour aller plus loin et connaitre OrthoMetals

Deux nouveaux Dirigeants: Jan-Willem Gabriëls et Hidde Verberne

Assistante de Direction en France: Miriam Briss

Adresse: Eekhorstweg 32, 7942 KC Meppel aux Pays Bas

Téléphone:Pour la France: 06 15 48 01 08

YouTube:  https://www.youtube.com/watch?v=PSC8SMz61C8

Funexpo : Écologie et personnalisation chez les exposants

0

Au-delà de la convivialité du salon, c’était l’occasion de découvrir de nombreux produits. Beaucoup se sont appliqués à innover afin de mieux répondre non seulement à la réalité du marché mais aussi aux demandes des familles. Ces dernières influent plus fortement qu’auparavant la manière de « vivre le funéraire ». Écologie, personnalisation, les exposants étaient à l’écoute.

L’écologie en perspective

C’est une préoccupation transversale dans de nombreuses professions, comment adapter ses produits tout en réduisant son impact écologique ? C’est la question que se pose sans cesse Orthometals, société spécialisée dans la réutilisation de matériaux permettant d’économiser de l’énergie et de réduire l’impact sur l’environnement. La société qui travaille avec 500 crématoriums dans le monde reverse une partie de ses bénéfices aux crématoriums partenaires afin de financer des oeuvres de bienfaisance. EMC – Europe Metal Concept – a animé une conférence dans laquelle il expliquait le devenir et la réglementation des déchets et faisait aussi un bref rappel sur les DASRI – déchets d’activités de soins à risque infectieux -. En ce qui concerne la société de granits de Michel Maffre, le fait de concevoir leur prototype de manière numérique permet de sortir du 100% papier. Le fabricant de cercueils CoffinoBois vient de moderniser son process en fabricant des cercueils totalement hydro répondant ainsi aux nouvelles normes des crématoriums. C’est également le cas des cercueils Bernier dont les dirigeants innovent sans cesse pour être respectueux de l’environnement. Éco-urne innove en proposant une gamme totalement personnalisable et écologique qui s’adapte à la fois aux besoins des familles, que ce soit pour un monument cinéraire, d’un jardin de mémoire ou même d’une immersion l’a rendant biodégradable.

coffinoBois Funexpo : Écologie et personnalisation chez les exposantséco-urne- Funexpo : Écologie et personnalisation chez les exposants

Personnalisation des produits liés aux obsèques

La personnalisation est le nouveau credo du funéraire. C’est davantage grâce à la demande des familles que les sociétés ont été amenées à innover sur ce terrain. Je pense particulièrement à Funeral Concept dont le design des créations en aluminum permettent aux familles de personnaliser leur monument et d’associer toute la famille. Une jolie découverte aussi du côté de Maurice Thomas et Fils, qui propose une nouvelle gamme de plaque gravée d’un blanc immaculé auquel est accroché un porte-clé du même motif que la personnalisation de la plaque. Une idée originale pour avoir un souvenir de cet hommage et de la personne que l’on aime sur soi.  Maurice-thomas-et-fils- Funexpo : Écologie et personnalisation chez les exposantsFuneral-concept-2 Funexpo : Écologie et personnalisation chez les exposants

Les produits sont de plus en plus innovants, et personnalisés permettant d’être au plus proches des réalités du marché funéraire d’aujourd’hui. Une chose est certaine, au salon FUNEXPO, les exposants ont redoublé d’efforts afin de satisfaire les attentes de chacun.