Accueil Tags Plaque

Tag: plaque

La plaque signature FunerArts, montrez votre savoir-faire au cimetière

0
Plaque FunerArts Signature

Le Diable se cache dans les détails, dit l’adage. Plus précisément, se demande FunérArts, pourquoi se priver d’un support de communication efficace sur un monument au seul endroit où c’est autorisé ? La réponse, c’est la plaque Signature, nouvelle idée brillante sortie des planches à dessin du Nord.

ROC-ECLERC-EXINCOURT--300x171 La plaque signature FunerArts, montrez votre savoir-faire au cimetièreLa plaque Signature

« Je ne sais pas vraiment comment est née l’idée » explique Cristelle, de FunérArts « Simplement, nous nous sommes rendus compte que, dans les cimetières, il y avait un, et un seul support de communication autorisé, et qu’il n’était pas suffisamment exploité par bon nombre de pompes funèbres et marbriers. »

Si FunérArts aime poser les bonnes questions, l’équipe de Wormhout, dans le Nord, aime encore plus y apporter d’excellentes réponses. Sous la forme, dans ce cas précis, d’une plaque à coller sur le monument, dans la nouvelle gamme Signature réservée aux professionnels.

« L’idée est que si une famille, au cimetière, voit un monument qui lui plaît, et qu’elle aperçoit, en dessous, quelque chose de joli, en couleur, elle regardera de quoi il s’agit ».

Lost-Funeraire-St-Martin-les-Tattinghem-01-300x171 La plaque signature FunerArts, montrez votre savoir-faire au cimetièreL’alternative

Jusqu’à présent, l’indication de la marbrerie ou de la pompe funèbre qui avait posé le monument était une gravure au bas, juste au-dessus de la semelle, qui, déjà difficilement visible, s’estompait avec le temps.

L’idée de FunérArts est de proposer une indication plus visible et plus durable de la société, sans pour autant envahir ou dénaturer le monument, bien au contraire.

« C’est une indication du nom et du savoir-faire de la société qui a posé le monument dans le cimetière. Et aussi une projection de son image. Ces plaques Signatures à coller, donc, sont complètement personnalisables. Que la société veuille quelque chose de neutre et sobre, ou une image plus chaleureuse et colorée, c’est elle qui décide. »

Plusieurs formats sont disponibles, et, si vous avez une idée précise, FunérArts peut concevoir des formes sur mesure.

2015-11-30-SENS-PF-Delassasseigne-signature-de-momuments-7x4-choix-5-300x180 La plaque signature FunerArts, montrez votre savoir-faire au cimetièreLa qualité FunérArts

Concrètement, comment ça se passe ? « Il suffit de nous adresser par mail les fonds, textes et logo. Nous proposons une maquette, puis nous concevons les plaques Signatures. Il est indispensable de bien réfléchir à la conception de votre Signature, c’est pourquoi nos graphistes travaillent avec le client. C’est une étape importante, parce que c’est une représentation extérieure des magasins. »

Les Signatures sont ensuite livrées, par cinquante minimum, et sont posées très facilement « Nous n’utilisons que des adhésifs de la marque 3M, qui sont les plus résistants du marché, les seuls capables d’endurer les conditions extérieures, chaleur, froid, pluie… et qui ont une durée de vie similaire à celle de la plaque Signature».

Celle-ci est réalisée ensuite selon les critères de qualité poussés de FunérArts, dont le produit est garanti transparence pendant trente ans, l’image est réalisée en quadrichromie, sur une plaquette de plexiglas de 3 mm d’épaisseur.

Facile à poser, durable, la Signature FunérArts répondra ainsi à la seule question qui compte vraiment : « Quel joli monument ! Ça vient de chez qui ? »

Le site de FunerArts : www.funerarts-express.com

Cercueils, capitons, urnes et plaques, Personifia personnalise

1

La société Personifia propose aux opérateurs de faire bouger les lignes, avec sa gamme de cercueils personnalisés. Serge Clapier nous détaille les nouveaux produits de la société et nous parle de son attachement à la personnalisation des obsèques.

Une offre ciblée

Serge Clapier a une idée précise sur la feuille de route à tenir pour Personifia « Ce que nous voulons, c’est fournir aux opérateurs funéraires des solutions nouvelles et modernes dans l’organisation de funérailles ». Il précise « Nous faisons bouger les lignes. Ce n’est pas une utopie : les familles qui ont pu bénéficier d’une cérémonie personnalisée axée sur un thème en harmonie avec la vie du défunt sont unanimes sur l’hommage rendu et sur la symbolique de l’image qui perdure à l’issue. Devenir les référents dans la personnalisation, en proposant les outils et produits innovants dans toutes les phases d’accompagnement de la famille, tel est l’unique objectif qui ne se limite pas à l’unique personnalisation du cercueil. ».

Mais comment personnaliser ? « Pour personnaliser les obsèques, il faut sortir du schéma classique, surtout dans l’approche de la famille où un travail de découverte du défunt permet la construction d’une cérémonie en adéquation avec ce qu’il était.

Travailler sur la base d’une passion, d’un métier ou d’un thème qui colle au défunt permet la construction et le traitement événementiel de la cérémonie.»

D’événementiel ? « Oui. La cérémonie est faite en mémoire du défunt, pour ceux qui restent et souhaitent l’honorer. Sachant cela, il faut organiser des obsèques autour de ce qu’il était de son vivant, de sa personnalité, de ce qu’il aimait. C’est malheureusement dans ces rares moments que les familles se retrouvent. Combien de fois on entend, « il faut venir aux enterrements pour se retrouver… ». Dans des pays voisins, on organise même un repas avec traiteur avec toute la famille où le passé est généralement évoqué. Ressurgissent alors les bons moments partagés. C’est quand même plus méritoire de partir ainsi accompagné par les siens. Il ne s’agit pas de construire un événement festif, bien au contraire, mais simplement de respecter un vécu dans la dignité.

Les mœurs évoluent. Il suffit de regarder les plaques commémoratives à présent colorées qui reprennent les passions et où on identifie souvent ce qui animait l’être cher. »

Serge Clapier a puisé son inspiration dans des expériences personnelles « Particulièrement dans les obsèques d’un ami intime disparu le jour de ses 20 ans, d’un accident de moto. Pour lui rendre hommage, tous les jeunes du village, dont je faisais parti, ont organisé ses funérailles avec un cortège à moto entourant le corbillard, des textes et musiques évoquant ses passions de la moto et de la musique. C’était la meilleure façon d’évoquer sa mémoire, et quand je pense plus de 30ans après à ses obsèques, c’est cet image d’un hommage exceptionnel qui reste à jamais gravé dans ma mémoire avec le sentiment d’avoir organisé des funérailles à la hauteur de la représentation que nous avions de lui. »

Le PDG de Personifia a d’ailleurs un test pour montrer l’importance de la personnalisation « Nous avons tous enterrés des proches. Faites le test : essayez de vous rappeler du cercueil. Alors que les Personifia, maintenant qu’on a un peu de recul dessus, les familles ne les oublient pas. Je viens de vivre l’expérience avec mon beau Père avec un cercueil Lumière. Il ne passe pas une semaine ou ma belle Mère ne me remercie pour la beauté de l’image qu’elle garde. C’est aujourd’hui une approche moderne et colorée des funérailles. »

Une gamme complète

Ainsi, Personifia propose une offre très vaste gamme sur divers thèmes, en plus d’une offre de personnalisation totale. « Nos cercueils, bien entendu, commencent à très connus.

Nous constatons une montée en puissance de la signature de contrats de prévoyance avec des modèles PERSONIFIA retenus. Nous proposons également une gamme de capitons personnalisés, des urnes personnalisées et des plaques personnalisées, pour poursuivre le travail de mémoire. Nous travaillons également avec un compositeur interprète capable d’écrire une chanson personnalisé en moins de 48h qui peut être écoutée durant la cérémonie et pour laquelle un CD est remis à la famille en fin de cérémonie. ».

On peut ainsi faire des obsèques entièrement personnalisées avec ou sans cercueil personnalisé. « Oui, tout ou partie, d’ailleurs, à la famille de piocher dans l’offre ce dont elle a besoin, et aussi en fonction d’un budget maîtrisé ».

Parce que ça représente un budget « Un hommage personnalisé n’est pas à un tarif élevé par rapport à une cérémonie traditionnelle. Et la famille, comme je l’ai dit, pioche dans la gamme ce dont elle a besoin. Nous sommes une boîte à outils pour les pompes funèbres qui souhaitent se démarquer. »

Profitons de cette interview pour présenter les nouveaux modèles développés.

Personifia : www.personifia.com

FunérArts, de l’image à la vidéo

0

Funerarts, du Groupe Mazals, a dévoilé sa première vidéo de communication sur le thème des plaques funéraires personnalisées. Une vidéo « made in Funerarts », très professionnelles, basée sur l’émotion.

Le petit film dure 24 secondes : une petite fille joue sur une grande pelouse avec ses grands-parents. L’herbe est verte, le ciel est bleu, les protagonistes sont manifestement très heureux. Soudain, l’image se fixe, des inscriptions apparaissent, et l’image est projetée sur une plaque personnalisable Funerarts. Une idée à la fois simple et efficace.

« Je voulais exprimer de l’émotion » explique Blanche, de Funerarts « L’idée, c’est qu’une plaque sert a à immortaliser un souvenir. On peut imaginer que la petite fille a grandi, qu’elle est mère, et qu’elle fait réaliser la plaque pour les obsèques de son dernier grand-parent, en y plaçant l’image d’un souvenir qui est important pour elle. On peut imaginer beaucoup de suites à cette histoire. »

la vidéo a été réalisée maison, ce qui ne se voit pas. Pour être diffusée sur quel support ? « Elle sera placée sur la page d’accueil de l’OCP (Outil de Création de Plaques en ligne) sur le site. Ce sera plus parlant que l’actuelle, ou on me voit expliquer le développement économique… »

La vidéo sera insérée sur le site de Funerarts dans le courant de la semaine. « Nous travaillons sans cesse à l’amélioration du site, afin de rendre la navigation plus claire et agréable. » souligne Blanche.

Une amélioration supplémentaire, pour une entreprise en perpétuelle quête de la perfection.

Le site web de Funerarts : www.funerarts-express.com

Mail : funerarts.express@gmail.com

Groupe MAZAL – Funerarts

63 rue de la Kruys Straete
Z.I. de la Kruys Straete
59470 WORMHOUT

Adresse Postale :

BP 30 001
59726 WORMHOUT Cedex

Hotline Site :

De 8h30 à 17h30
Tél : +33(0) 3 66 72 52 87

L’hommage virtuel rendu façon vidéo Youtube

0

« Youtube, vaste cimetière virtuel » ? Le magazine L’Obs s’est promené parmi les vidéos du site, au fil des hommages postés par des proches de disparus, enfants, adultes. Et cet itinéraire virtuel intime s’avère aussi riche qu’émouvant.

Bien sûr, il faut écarter les premiers films, ceux des hommages qui ont suivi les attentats, et poursuivra la navigation au-delà. Bientôt, on y est. Des vidéos courtes, souvent des montages de photos, reflet de brèves existences. Celle d’un bébé de quelques jours mort à la maternité, trop fragile, célébré par ses jeunes parents. Celle d’une blonde adolescente de 15 ans percutée par un motard, d’une jeune femme qui s’est tuée dans une spirale dépressive, d’un ado harcelé au collège. Celle d’un père emporté par la maladie à l’hôpital, d’une compagne aimées.

A chaque fois « parti bien trop vite », comme le soulignent les sous-titres. « Sache qu’on oubliera jamais tous nos fous rires, toutes nos photos, nos moments passés ensemble », peut-on lire ailleurs, comme une plaque funéraire numérique. La vidéo est souvent annotée de commentaires attristés racontant d’autres histoires, d’autres destins brisés, d’autres disparus. Une chanson triste souligne le propos, entretient l’émotion.

L’Obs a ainsi repéré la chaine Youtube d’un peintre en bâtiment, alias lover8100, dont la fille de 16 ans a succombé à un accident de la route en 2015. Depuis un an, il poste régulièrement de courtes vidéos, photos ou films de l’absente, « poussé par le manque », « détruit à tout jamais », dans l’espoir incertain que « peut-être là-haut, elle ressente ce qu’on fait pour elle ». Il a déjà mis en ligne 30 vidéos.

L’émergence de services en ligne mémoriaux, nouvelle tendance gratuite ou payante du funéraire, a trouvé ses fondements dans les diasporas. Notamment la dispersion dans le monde de la communauté chinoise, raconte au magazine la psychologue Marie-Frédérique Bacqué. « Une manière de construire la mémoire d’un défunt » de l’autre bout de la planète, explique-t-elle, qui passe par l’envoie sur le net de photos, de films, de poèmes, d’épitaphes. Encadré au sein de sites spécialisés ou ouvert sur les réseaux sociaux, l’hommage virtuel passe dans nos mœurs, et très souvent dans la dignité.

Sansone, nouveau logo pour un retour aux origines

0
Construction du nouveau logo de Sansone, la perfection des proportions

Parmi les nombreuses cartes de vœux reçues en ce début d’année 2016, l’une d’entre elles a retenu particulièrement mon attention, d’abord pour son originalité sous forme d’un livre animé, puis par le message qu’elle délivrait, la disparition d’un ancien logo et l’apparition d’un nouveau, l’annonce d’une nouvelle identité visuelle ? J’ai décidé d’en savoir plus, c’est avec David Sansone président du groupe Sansone que je me suis entretenu à ce sujet.

Funéraire Info : Je vous remercie d’avoir choisi Funéraire Info pour présenter votre nouvelle identité visuelle !

David Sansone : C’est avec plaisir. Si vous me permettez, une petite entorse à la tradition, puisque nous sommes début février, pour vous présenter ainsi qu’à vos lecteurs une belle et grande année 2016, santé, joie et réussite personnelle et professionnelle pour chacune et chacun !

FI : Merci, pour vous et vos équipes aussi.

DS : Je vous remercie, si nous avons choisi de présenter notre identité visuelle à vos lecteurs, c’est que votre journal correspond en tous points à la vision que nous nous faisons de la communication d’aujourd’hui, courte, efficace, essentielle. Notre entreprise est basée sur ces principes d’efficacité et particulièrement notre mode de distribution, la vente à distance pour notre département Sansone Collection.

FI : Merci pour votre soutien et vos compliments sur le journal ; cela nous encourage, revenons à votre nouvelle image.

DS : Oui, mais nous ne nous sommes pas éloignés, vous allez vite comprendre pourquoi. Début 2015, nous nous étions posés des questions quant à l’image de Sansone dans le paysage qui est le nôtre, dans l’époque qui est la nôtre, dans l’histoire de l’entreprise, et nous en avons déduit le mot « Origine » : le travail graphique de notre nouvelle identité a été travaillé à partir de ce mot.

FI : C’est une approche intéressante, et un mot fort de sens, dans la définition du mot « Origine » il y a commencement… alors un commencement, un recommencement ou un retour aux origines de l’entreprise ?

DS : Un vrai retour aux origines de l’entreprise.

Avec l’agence chargée de la création, nous l’avons voulu simple et monochrome pour coller à notre époque.

Le logo représente un « S » stylisé, première lettre de notre marque et d’un « point » qui est en fait le « O » première lettre du mot origine. Tout est dit dans ce logo, l’histoire de l’entreprise est liée à l’histoire des femmes et des hommes qui en ont fait ce qu’elle est devenue au fil du temps : une entreprise vivante, qui grandit, change, mais reste fidèle au fondement de son créateur, le respect, la créativité, la vision, fidèle aux origines.

FI : C’est passionnant de vous entendre, vous avez donné vie à ce qui pour beaucoup peut apparaître comme un simple dessin, mais connaissant un peu votre belle maison, je m’attendais à quelque chose de puissant, c’est une belle image autour d’une belle histoire.

DS : Merci, cela me va droit au cœur, et nous encourage.

FI : Lors de la préparation de notre entretien vous m’avez fait part de votre volonté aussi d’accompagner le lancement de la nouvelle identité visuelle avec de nouveaux services, une nouvelle communication, qu’en est-il ?

DS : 2016 sera sous le signe de la simplification pour nos clients, nous souhaitons communiquer plus directement, et leur mettre à disposition des outils commerciaux plus personnels et encore plus simples, je ne vous en dis pas plus et vous laisse découvrir au fil de toute cette année 2016.

FI : Je vous remercie vivement d’avoir accepté de nous parler de votre nouvelle image, je sais que vous vous exprimez rarement, mais je sais aussi que c’est un sujet important pour vous, car non seulement c’est la marque de votre entreprise, mais c’est aussi le nom que vous portez, ce n’est pas un secret : Sansone est une entreprise familiale.

DS : C’est exact et cela nous oblige, deux fois plutôt qu’une à progresser et à transmettre aux générations futures cette belle entreprise qui nous a été léguée par nos parents.

FI : Un vaste sujet l’entreprise familiale, peut être aurons-nous l’occasion d’en parler une autre fois, merci encore.

 Logo-Sansone-HD Sansone, nouveau logo pour un retour aux originesSANSONE

eMail : info@sansone-collection.com
Site Web : www.sansone-collection.com

470 rue de Tourcoing
59420 MOUVAUX

Téléphone : 03 20 01 01 90

Fax : 03 20 26 88 20

Salon de Villepinte : Gilba, l’œuvre d’art unique

0

Pour embellir le deuil et le souvenir, l’artiste peintre Gil’s et sa société Gilba Création décorent et personnalisent cercueils (carton, bois), plaques funéraires et pierres tombales en métal. Ils montrent leur travail au salon de Villepinte, sur le stand C149.

Funéraire-Info : Pouvez-vous tout d’abord nous présenter votre société ?

GILBA CREATION : L’activité de notre société est la décoration sur tous supports par le biais de l’aérographie et du chromage. Nous matérialisons en œuvre d’art, pièce unique, la pensée, le vœu de nos clients.

F.I. : Vous participez au Salon Funéraire Paris 2015, est-ce votre première participation ou êtes-vous un habitué ? Comment définiriez-vous ce rendez-vous du marché du funéraire ?

GILBA CREATION : Nous participons pour la première fois au salon Funéraire Paris 2015. C’est un événement capital qui nous permettra de rencontrer les différentes professions liées au marché funéraire.

F.I. : Qu’allez-vous présenter sur votre stand ? Tout particulièrement, quelles nouveautés, quels produits phares ?

GILBA CREATION : Nous présentons des œuvres d’art, pièces uniques, au travers des articles funéraires.

F.I. : Un célèbre publicitaire aurait dit « Si tu n’as pas de Rolex à 50 ans, tu as raté ta vie. ». Pour quelle raison pourriez-vous dire « Un visiteur qui n’est pas passé par mon stand a raté son salon » ?

GILBA CREATION : Le visiteur qui n’est pas passé par notre stand a raté son salon car il a suivi la tradition et n’a laissé aucune place à l’innovation, à l’imagination….

A noter :

  • Nom de l’entreprise : GILBA CREATION
  • Nom du dirigeant : Gilles BAZENET
  • Adresse courriel de la société : gilbacreation@gmail.com
  • Adresse de l’entreprise : 1895 rue Julien Panchot – 66000 PERPIGNAN

Le graveur Miki Tica exposera au salon de Villepinte

0
Extrait de l'affiche de Miki Tica

Artiste de l’art funéraire, graveur sur plaque ou sur monument, Miki Tica exposera quelques une de ses lithogravures originales au salon parisien du Funéraire, à Villepinte. Ce sera sur le stand de France Funéraire (D70).

Pendant trois jours, il présentera à la fois des originaux ((Gabin, Gainsbourg, Brassens, …) mais aussi une soixantaine de reproductions. Miki Tica présentera aux visiteurs et aux professionnels ses outils et sa technique manuelle de gravure à la pointe diamant. Les curieux pourront bénéficier d’une démonstration.

Le graveur n’est pas un inconnu dans ce salon. Il y exposait pour la première fois ses œuvres en 1989. Il y est revenu plusieurs fois depuis lors. Sur le stand de France Funéraire, il montrera également une affiche de portraits de gens anonymes, un « échantillon de la population de France » qui sera la pièce maîtresse de sa présence et de son savoir-faire au salon.

Sansone : l’obsession du beau, mais pas seulement…

0
« C’est véritablement utile, puisque c’est joli», écrit Antoine de Saint Exupéry, dans Le Petit Prince, c’est la première phrase qui m’est venue après l’interview de la responsable de l’offre produits de Sansone Collection.
LA0120-HIM-200x300 Sansone : l'obsession du beau, mais pas seulement…
LANTERNES :
– Bougie adaptée pour l’extérieur.
– Technicité ouverture, fermeture + transparence pour voir la lumière.
– Stabilité du produit.
– Utilisation d’inox de très haute qualité : résistance exceptionnelle en extérieur

Nous avions découvert en avant-première il y a quelques mois le nouveau catalogue SANSONE Collection, je souhaite en savoir plus sur la création des produits. Pouvez-vous me décrire le processus de création ?

Depuis de nombreuses années, nous ne nous contentons pas de créer pour créer, la simple valeur ajoutée esthétique n’est pas suffisante, certes nous avons l’obsession du beau, mais le produit est aussi pratique et surtout technique.

AMBIANCE_V183T-T5_NF-300x171 Sansone : l'obsession du beau, mais pas seulement…Vous parlez de technique ; en quoi vos produits sont techniques ?

Ils sont techniques à bien des égards, d’abord ils sont réalisés pour répondre à un besoin spécifique, je peux prendre l’exemple de nos lanternes :

Elles répondent à de nombreux critères : utile, il faut que la bougie puisse se consumer sans s’éteindre, pratique il faut que le verre puisse sortir pour être nettoyé, en même temps il faut que l’accès à la bougie et au verre soit sécurisé pour éviter les vols et les dégradations. Nous avons répondu à ces critères en créant une fermeture unique qui pivote.

Et pour les matériaux, l’exigence est aussi au RDV ?

Nous accordons énormément d’importance aux matériaux utilisés, toujours pour la lanterne, les verres retenus résistent aux variations et aux fortes températures, et pour la fermeture nous n’utilisons que les meilleurs aciers inoxydables.

Si je comprends bien, vous ne faites pas de compromis sur la qualité ?

Exactement pas de compromis, si nous devons mal faire, alors nous ne faisons pas !

AMBIANCE-U20D-U23D-225x300 Sansone : l'obsession du beau, mais pas seulement…Les produits cinéraires sont aussi très techniques chez vous, vos urnes par exemple, je remarquais que vous aviez des urnes doubles dans votre collection; en quoi Sansone a apporté une valeur ajoutée technique à ces produits ?

Notre gamme est très large, je vous parlerais particulièrement de deux modèles d’urne double U23D et U20D, là aussi nous avons tout pensé, même ce qui ne se voit pas a été particulièrement soigné. En effet, elles sont munies de 2 urnes en Polypropylène étanche. Ces urnes ont été créées par notre équipe et répondent à tous les critères Sansone.

Ces deux références d’urnes sont conçues pour être posées en extérieur, sur une concession familiale par exemple, nous les avons munies de deux ouvertures, pour faciliter les inhumations successives.

Chacun de vos produits est pensé avec précision, je comprends mieux le succès grandissant de vos collections, je souhaite aborder une autre gamme de produits Sansone « les vases » : là aussi vous avez apporté des changements, dites m’en plus?

Les vases sont depuis toujours le cœur de notre métier, même si notre gamme est aujourd’hui très large, nous n’oublions pas que l’entreprise est née il y a 57 ans en produisant des vases en granito (Marbre aggloméré avec du ciment)

AMBIANCE_V183T-T5_NF-300x171 Sansone : l'obsession du beau, mais pas seulement…Merci pour cette apparté historique, revenons aux vases,

Oui, pour les vases, notre réflexion a été de répondre aux besoins actuels, techniques et pratiques : le vase V183T est muni de trois percements de petit diamètre pour recevoir trois petit bouquets

c’est donc économique à fleurir

Absolument c’est économique, et moderne, vous pouvez remplacer les bouquets par une petite plante grasse, très en vogue et avec un besoin limité en eau.

Je vous remercie vivement pour toutes ces explications, c’est toujours très intéressant de comprendre les produits, je sais que nous pourrions passer en revue toute la collection Sansone tant le travail effectué par votre équipe est remarquable.

image002 Sansone : l'obsession du beau, mais pas seulement…

SANSONE 470 rue de Tourcoing 59420 MOUVAUX

 

 

 

Suicide aux pompes funèbres

0
Suicide de Judas
Les tranches de vie sont de retour ! Pour fêter le printemps, quelques mésaventures arrivées à des professionnels, collectées sur le vif et strictement authentiques.

L’après-midi était déjà bien avancée lorsque la dame poussa la porte de l’agence. Un mot aurait suffit à la caractériser : triste. La cinquantaine éprouvée, les vêtements ternes, le regard éteint, tout cela se retrouvai dans ce seul vocable.

Elle fit le tour du magasin, détaillant chaque article exposé. La croque-morts la laissa faire, puis, lorsque la dame semble s’être arrêtée devant un rayon précis, lui proposa son aide. La jeune femme avait déjà une solide expérience, puisque elle et son époux dirigeaient cette société familiale. Ils s’étaient répartis les tâches en fonction de leurs affinités : à elle, les pompes funèbres, à lui, la marbrerie.

La dame désigna un plaque « Je voudrais ça, s’il vous plaît ».

C’était un ornement funéraire qui avait été très à la mode dans les années 70 et devait être resté là depuis. Ravie de s’en débarrasser, la croque-morts décida de faire un geste.

« Celle-là, c’est une fin de séries. Je vous fait 50 % sur le prix ».

La cliente la fixa un instant du regard, interloquée, puis eu une réaction qui décontenança la conseillère : elle éclata en sanglots.

« Vous êtes tellement gentille ! C’est pas comme ma fille, toujours une remarque, toujours une méchanceté à me dire, jamais contente, et parfois, elle me tape ! ». Puis, reniflant, elle se reprit « oui, je vais prendre cette plaque, elle me plaît beaucoup ».

Gênée, la croque-morts préféra garder le silence, et déposa la plaque sur le comptoir de l’accueil, attendant la dame. Qui ne vint pas, et refis le tour de la boutique. Elle finit par désigner une composition de fleurs en plastique « Ca aussi, je prends »

Plus le temps passait, et plus la conseillère se disait que la cliente n’était pas forcément un modèle d’équilibre. Elle lui glissa doucement « Sur celle-ci, malheureusement, je ne peux rien faire… » se disant que la somme montait et qu’elle ne souhaitait pas profiter de la faiblesse de la dame.

« Ne vous en faîtes pas, j’ai largement de quoi payer ! » réussit à sourire la cliente avant de se diriger vers le présentoir à croix.

Il y en avait de toutes sortes, à fixer sur les tombes, les plaques, les stèles de granit, et la dame les examina toutes soigneusement avant de diriger son choix ers l’une d’elles.

« Je prends-celle-ci ». Elle y ajouta encore un petit pot de fleurs en tissu, puis se dirigea vers le comptoir pour régler ses achats.

La conseillère funéraire encaissa le montant des achats, constatant, au passage, qu’effectivement la dame avait une carte de crédit qu’on ne confie qu’à une catégorie de personnes dotées de moyens financiers conséquents, puis, s’efforçant à sourire malgré un malaise persistant, s’enquit innocemment

« Dans quel cimetière souhaitez-vous que je vous les livre, Madame ? »

La cliente la fixa, interloquée

« Mais, mais… Je les emmène chez moi. C’est pour moi ».

La croque-morts resta interloquée.

« C’est pour moi, » poursuivit la cliente « parce que ce soir, je vais mourir ! Je vais me suicider ! Je vais quitter cette vallée de larmes ! »

La conseillère stupéfaite tenta « Mais… Vous n’allez pas faire ça ! » puis, sentant que cela ne suffirait pas, passa l’heure suivante à expliquer à la femme que, oui, la vie pouvait être belle, que non, la mort était vraiment moche, et qu’il y avait encore sûrement une raison d’espérer. A un moment, elle se fit la réflexion qu’elle manquait vraiment de pratique sur ce genre de discours. Mais cela sembla fonctionner.

La dame insista pour emporter ses articles que la vendeuse avait offert de lui rembourser, pour la tombe de sa famille. La croque-morts la raccompagna jusque sa voiture, tenta encore une fois de la réconforter, et ne laissa finalement la dame partir qu’en échange de la promesse solennelle de ne pas commettre l’irréparable.

« Et alors, au final, elle a mis sa menace à exécution ? » lui demandais-je lorsqu’elle me raconta l’histoire.

« Aucune idée » me répondit-t-elle. « Dans ce cas, elle n’est pas venue chez moi ».

Guillaume Bailly

Corrèze : le pari du cercueil en carton

2

Installée à Brive (Corrèze), la jeune société de pompes funèbres Brial née en novembre fait à son tour le pari du cercueil en carton. Elle est la seule de ce département à avoir inscrite à son catalogue ce service, présenté comme « écologique et économique ».

Pour ce faire, elle a noué un contrat d’exclusivité locale avec sa consœur nîmoise AB Crémation, pionnière du carton et protagoniste incontournable du genre en France. Sa gérante Isabelle Brial a d’ailleurs une autre casquette qui peut aider : celle de distributrice en France des produits d’AB (cercueils, urnes…). Un métier qui conjugue ses expériences professionnelles précédentes dans le funéraire et la décoration.

Pour l’instant, ce ne peut être qu’une offre d’appoint, qui s’ajoute à la vente traditionnelle de cercueils en bois, reconnaît la gérante. Son agence (qui propose par ailleurs les habituelles plaques et autres accessoires funéraires plus classiques) en a mis un en vitrine, qui intrique, assure t-elle. « Depuis l’ouverture, il y a des curieux. Une famille endeuillée s’est même présentée, intéressée. Mais ils n’étaient pas tous d’accord. Alors on s’est rabattu sur le bois. On s’adapte.»

Personnalisable, fabriqué en France, aux normes, vendu à partir de 260 euros (le bois commence à 600 euros), le cercueil en carton, pour elle, « est innovant. Les prix sont attractifs car les temps sont durs, et puis il y a l’écologie qui s’y met aussi ».

Elle doit toutefois dépasser les blocages du monde du funéraire. Car malgré l’obligation légale, « aucun crématorium de Corrèze » n’accepte ses cercueils. « Je dois aller en Dordogne, proche. Je n’ai plus qu’à subir, et me dire que le temps fera son chemin, en attendant que le gouvernement fasse appliquer les règles.»

Pompes Funèbres Brial

147, avenue du Président John Kennedy

19100 Brive-la-Gaillarde

Fabricant des cercueils en carton : AB Cremation – 5 Rue des Rolliers – 30820 Caveirac
Mail : abcremation@orange.fr
Tél: 06 23 18 48 38