Accueil Tags Rentrée

Tag: rentrée

Avis de rentrée, parents et professionnels du funéraire, joyeux anniversaire

0
Avis de rentrée
Comment ça la rentrée ? non non, vous vous trompez, je m’en souviens très bien, la rentrée c’était l’année dernière.
Ahhh la rentrée, la foulure au poignet et le sang qui ne circule plus au bout des doigts pour avoir rempli 250 000 fiches de renseignements. Ça m’avait presque manqué.
Entre le fait de compter sur mes doigts pour me rappeler que je suis de la génération Y et autre le fait de légitimer notre goût pour le vin, à mes amis et moi, c’est fou à quel point mon anniv ne me fait – presque – plus rien.
Par contre la rentrée…. « Elle a quel âge ta fille ? » « Il rentre à l’école le dernier ? » (comme si j’en avais dix) Autant me demander directement pourquoi je ne me suis maquillée que d’un œil ce matin..
En voyant toutes les photos de parents qui mettent leur jolie petite fille en photo pour la rentrée, ça m’a rappelé à quel point je vais prendre des plombes à faire une coiffure à la mienne que de toute façon elle enlèvera d’ici midi. Pareil pour les mini beaux gosses qui tout à coup me rappellent que j’ai oublié d’acheter du détachant. Vite ! À rajouter sur la liste entre compote pour le goûter et baskets pour le sport.
Tiens d’ailleurs la liste ! Non non pas celle des fournitures, la vôtre celle qui vous rappelle que vous êtes vieux. Pourquoi ? Parce que vous radotez ( le mot en lui-même est symptômatique ) Comment ça la maitresse est malade ? T’es sur qu’il y a grève là ? Tention la route !!!!!! T’as mangé quoi ce midi ? Va te coucher demain il y a de l’école ? Dimanche ? Ben même c’est pour ton bien ( ou surtout le vôtre pour avoir cinq minutes de répit avant de vous endormir d’épuisement )
J’étais partie pour vous souhaiter une bonne rentrée, pis finalement je vous souhaite un bel anniv.
Joyeux anniversaire aux réunions de rentrée, aux vingt signatures que vous allez faire entre les activités sportives, la nounou, la cantine, la coopérative scolaire, en somme des chèques quoi.
Joyeux anniversaire au jeans pas lavé pas repassé, au sac de sport oublié, et au kilo de pansements achetés, aux fêtes de l’école et à votre agenda blindé jusqu’à Noël.
Joyeux anniversaire à la grippe, la gastro, la varicelle et au nez qui coule à partir de …3,2,1 maintenant ! Pour ne s’arrêter que fin juin.
Joyeux anniversaire aux grosses hontes « m’man t’es en pyjama là ? Tu m’emmènes pas à l’école comme ça hein ? » au nombre de fois incalculable où vous allez arriver en retard, aux premiers chargin d’amour, pas celui de votre petit, le vôtre quand il vous lâchera la main pour celle de sa copine.
Joyeux anniversaire aux gros fou rire, aux kilos de bonbons que vous allez leur piquer une fois qu’ils s’ront à l’école, à l’industrie de Kinder qui se porte bien.
Joyeux anniversaire à ceux qui connaissent ça depuis dix ans déjà et ceux qui font leurs premiers pas, parce qu’on le sait, la première rentrée est plus dure pour les parents que pour les enfants.
Joyeux anniversaire à ceux aussi qui essaient encore chaque année de créer dans ce monde des petits bouts pour nous rejoindre sur le banc des parents de mauvaises foi qui râlent autant qu’ils sont émus.
Je conclurai bien avec une citation d’un auteur pas connu mort depuis des siècles qui n’avait même pas d’enfant, mais franchement Mario Bros ( qui encore une fois vous rappelle l’âge que vous avez ) le dira bien mieux : « Here we go ! »
Allez juillet c’est pas si loin… mais ne vous en faîtes pas en ce moment il y a des promos sur le Lexomil 😉
Couchez-vous tôt, demain y a Tchoupi.

La rentrée, professionnels du funéraire et d’ailleurs, détendez-vous.

0
la rentrée

Le réveil a sonné un peu plus tôt ce matin, il vous a fallu plus d’un café pour vous mettre d’aplomb et vous êtes arrivés en retard car vous aviez oublié les embouteillages du matin. Mais qu’est ce qui se passe ? Ah oui, c’est la rentrée. En classe M’sieur Dame, mais avant d’aller au tableau, laissez moi vous donner mon guide de survie à prendre avec dans votre sac.

Il suffit de passer dans le rayon magazine pour que vous ayez envie directement de filer vous acheter du Lexomil « rentrée » « fin de l’été » « préparez les fêtes de Noël« . Oulala tout doux, on rembobine.

Que vous ayez des enfants ou non, pris des vacances ou non, la rentrée du mois de septembre est un passage bien plus fort encore que le 1er janvier. Une sorte de rituel de passage auquel vous devez vous soumettre pour intégrer le fait que ça y est il va faire froid, et que vous pouvez vous préparez à sortir votre appareil à raclette. L’on vous donne des conseils en veux-tu en voilà, pour vous aider, vous et votre progéniture à reprendre le rythme.

Et bien pas moi. A contre courant, je vais vous dire comment faire pour rester en vacances tout en travaillant. Parce que oui, c’est ça qui compte, pas de ne rien faire, c’est impossible, et c’est tant mieux, mais c’est de récupérer toute la douceur et l’énergie que vous avez pendant vos vacances pour l’intégrer à votre travail au quotidien.

Professionnels du funéraire, du médical, particuliers, parents, SOURIEZ. C’est la base, je ne vais pas me lancer dans un guide d’éveil spirituel il y en a assez sur Facebook mais ça tient à ça. Si vous vous dites « il faut que je me dépêche, j’ai 2 familles qui m’attendent, mes démarches à faire, les livres à couvrir pour l’école, et le cours de gym du petit dernier » vous allez vous réveiller demain en vous rendant compte que c’est déjà Noël. Alors on ralentit. On prend le rythme des familles, des patients et des enfants que l’on élève, nous sommes attentifs à leurs besoins, leurs demandes, mais aux nôtres aussi.

Là encore, ça à l’air simple, mais pratiquer une activité qui nous plait, en solo ou en collectif, ça permet non seulement de sortir un peu de notre cadre de travail, social, mais aussi de s’aérer l’esprit, comme l’on pouvait le faire en vacances.

On l’a compris pour les parents la nouvelle année commence au mois de Septembre. Le mois de Janvier est définitivement relégué aux soldes et aux bonnes résolutions qui n’auront tenu que le temps où le taux d’alcool dans le sang était à son max.

C’est la rentrée, allez…soufflez !

Mais que vous soyez parents ou non, le mois de Septembre on y passe tous.
Après toutes vos photos de coups de soleil, d’avion sur le tarmac, de mojito au bord de la piscine, de cheveux aux vents imbibés de sel et de doigts de pied plein de sable, il est – presque – temps pour vous de poser votre monoï, et à moi de vous souhaiter une belle rentrée :

À ceux d’abord qui ne savent pas que ça l’est, tout simplement parce qu’ils ne se sont pas arrêtés et qu’hormis la clim ils n’ont pas vu la différence avec le reste de l’année.
Pour eux septembre = vacances pas cher sans les enfants qui courent sur la plage.

À ceux qui ont débuté leur entreprise cette année ou à ceux qui se sont lancés dans un gros chantier.

À ceux aussi qui ont arrêté, ceux qui ont raccroché, ceux qui changent de voie.

À ceux pour qui la fin de l’année est synonyme de surprises, naissance, mariage, renouveau.

À ceux qui ont décidé de souffler : année de césure, année sabatique, année d’association ou de voyage, année caritative ou d’hibernage, surtout ceux pour qui les mots « étude », « diplôme » et « dossier » provoquent immédiatement des insomnies.

Et surtout à vous qui finissez l’année avec moi. Pas encore prête pour les écharpes bonnets et gants, je reste néanmoins réaliste sur le fait que je vais venir vous souhaiter la bonne année dans à peine 4 mois.

Ma bonne résolution ? Vous garder près de moi.

Et puis dîtes-vous que nous ne sommes plus qu’à trois mois du Salon Funéraire, cela vous fait une bonne raison de rentrer.

Septembre mortel : les livres qu’on attend à la rentrée

0
obertone gilberti rentrée

Le 15 août arrive à grands pas, les cartables sont bien en place dans les rayons des supermarchés, pas de doute : la rentrée littéraire arrive. A Funéraire Info, aussi, on l’attend avec impatience. Revue non exhaustive des trois livres qu’on attend le plus pour cette rentrée, avec en prime un petit bonus.

« Le Diable du Ciel »,
le nouveau Obertone

Laurent Obertone est sans doute à la fois le plus controversé et le plus brillant auteur de sa génération. Dans son prochain livre, « Le Diable du Ciel », il propose d’entrer dans la boîte noire du vol sans retour de la Germanwings

Le 24 mars 2015, un enquêteur du Bureau d’Enquête et d’Analyses (BEA) est chargé de comprendre ce qui s’est passé lors du vol 9525 de la Germanwings en partance de Barcelone et à destination de Düsseldorf, qui vient de s’écraser dans les Alpes françaises avec cent-quarante-quatre passagers et six membres d’équipage. Nul n’a survécu. Pressé par le temps, fasciné par son sujet, dans un roman oppressant comme la carlingue d’un appareil plongeant vers la mort, l’enquêteur part à la découverte de la personnalité complexe de l’homme passé sous les radars des psychiatres allemands et qui a piloté le monstre d’acier vers la montagne, précipitant cent-quarante-neuf innocents dans une chute verticale de dix kilomètres. Il retranscrit les minutes du drame et établit le déroulé exact des faits, du début du vol jusqu’à l’impact.

Comme il l’avait fait pour le pétrifiant Utoya, ou il mêlait forme romanesque et investigation journalistique rigoureuse, en entrant dans la tête de Breivik, Laurent Obertone tentera de comprendre qui était finalement Andreas Lubitz, no pas en assénant une vérité indiscutable, mais en ouvrant la voie à des interrogations plus profondes. Le secret entoure encore le livre, mais son éditeur nous a glissés qu’il contenait des révélations inédites.

Attendu avec grande impatience le 21 septembre.

« Dernière sortie pour Wonderland »
le prochain Gilberti

 » Un pédophile se cache-t-il derrière le conte le plus célèbre du monde, Alice au Pays des Merveilles ? Lewis Carroll a-t-il brouillé les pistes pour masquer la véritable Alice, bien réelle, qui aurait été l’une de ses victimes ? Le roman gigogne de l’auteur français, Ghislain Gilberti, Dernière sortie pour Wonderland, remonte la piste d’Alice et de son bourreau à travers un puzzle effroyable et brillant. « 

Tel est le sujet du prochain livre de Ghislain Gilberti. Auteur de polar, auteur aussi du remarquable « Dynamique du chaos », l’auteur va ou on ne l’attendais pas. Et pourtant, ancien toxicomane de son propre aveu, ayant longtemps fréquenté les milieux interlopes, Gilberti a un point de vue imprenable sur la question.

Et, entre nous, il était temps de déboulonner de son piédestal le roman le plus malsain des classiques de l’enfance.

Attendu avec une énorme curiosité le 31 août.

marsault-212x300 Septembre mortel : les livres qu'on attend à la rentrée« Dernière pute avant la fin du monde »,
la prochaine rafale de Marsault

On va faire bref, ici : il y a ceux qui haïssent Marsault, et il y a ses fans absolus. Je suis un fan absolu. Une histoire complète de 120 pages, avec le style inimitable de Marsault, tout en douceurs, en poésie, en bières, clopes et Renault 21 Nevada, ça s’annonce bien.

Attendu avec BREUM le 5 octobre.

« Le livre de la Mort »
de Guillaume Bailly

Oui, je sais, mais n’oubliez pas : on n’est jamais aussi bien servi que par soi-même. Et même si, en dehors de votre serviteur et son éditeur, personne ne sait encore de quoi parlera mon prochain livre, ni si il sera intéressant, ni rien, moi, j’attends sa sortie avec impatience.

3D_livremort-630x1024 Septembre mortel : les livres qu'on attend à la rentrée

Retour de vacances de Mélanie, conseillère funéraire

0

Après ces quelques semaines de vacances, nous voici déjà à la rentrée … Toujours trop courtes ces vacances ! D’autant que le funéraire a semblé me suivre, même là où je ne l’attendais pas !

Office du tourisme et funéraire

J’avais reçu un petit dépliant d’un sympathique vendeur sur le marché, m’invitant à passer au village de JENECÉPLUHOÙ pour un festival de taille de pierre. Fantastique, mon compagnon est tailleur de pierre, allons-y gaiment ! Le festival était triste à mourir, pas un chat, mais les sculptures plutôt intéressantes. Sur cette déception nous entrons à l’office de tourisme non loin pour essayer de nous rabattre sur une visite ou une activité plus réjouissante. Quelle ne fût pas ma surprise lorsque je vis un dépliant « Musée du Corbillard ». Je l’ai gardé, malgré le fait qu’il soit kitch au possible, j’irai quand même y faire un tour à l’occasion ! Les vacances sont trop courtes je vous dis !

Shopping et funéraireImage-18-219x300 Retour de vacances de Mélanie, conseillère funéraire

Quelques jours plus tard, je fais des emplettes pour l’anniversaire d’une amie dans une boutique qui importe des objets de décoration de style traditionnel mexicain. Un crâne pour la copine, pour moi ce sera un cactus en céramique (pas logique, c’es vrai !). Bref.  En ouvrant mon objet de retour à la maison, je m’aperçois que le papier journal qui l’entourait est mexicain, El Sol de San Luis, mais que le hasard a voulu que mon cactus soit emballé avec les pages nécrologiques !

IMG_0202-300x200 Retour de vacances de Mélanie, conseillère funéraire
Entrée du cimetière de Lasbouygues

Je constate que les mexicains rédigent leurs avis de décès tout autrement que chez nous. Lesdits avis prennent aussi une place considérable sur la page ! En espérant que les tarifs de chez eux ne sont pas les mêmes que chez nous !

Beau frère et funéraire

Pour finir, c’est mon beau-frère, habituellement plus causant à propos de la chasse, qui me parle d’un petit cimetière que j’apprécierai.

Et en effet, le petit cimetière de Lasbouygues (Lot) était très joli. Entourant une petite chapelle, s’y mêlaient vieux monuments en pierre, plus récents en granit et autres improvisés par les concessionnaires. Un lieu de repos à n’en pas douter puisqu’il est bien caché entre deux collines.

IMG_0216-300x200 Retour de vacances de Mélanie, conseillère funéraire
Visite en vacances, cimetière de Lasbouygues

IMG_0209-1-200x300 Retour de vacances de Mélanie, conseillère funéraireTout ça pour dire que finalement les vacances m’auront permis de rédiger ce premier article de rentrée. Programme des prochaines mercredis : les mairies authocratiques, lettre ouverte aux candidats à la présidentielle, règlement de cimetière et bien d’autres choses !

Bonne rentrée à tous !

La rentrée de tous les changements pour le funéraire ?

1
C’est la rentrée ! Il faut s’y faire, remiser sardines de tente et barbecues, et revenir aux choses sérieuses. A quoi s’attendre cette année ?
Le chemin des écoliers

C’est la rentrée, c’est officiel : Bison futé n’indique plus le noir que dans le sens des retours, et les supermarchés mettent déjà en rayon les chocolats de Noël. C’est à peine exagéré : les commerces ont mis les premiers articles de la rentrée en rayon début juillet…

Bien entendu, on ne passera pas directement à Noël, il y a Halloween, avant… Vous rendez-vous compte que, alors que vous tentez d’allumer votre barbecue pour profiter des derniers jours d’aout, dans à peine plus de deux mois, c’est la Toussaint ? Que dans moins de trois mois, nous serons en train de parcourir les allées du salon, chaudement couverts ? Vous imaginez vous, dans votre bermuda à fleurs, que dans un mois on ressortira les manteaux de laine pour les cérémonies au cimetière ?

Ne tournons pas trop vite le dos à l’été : il s’y est passé des choses importantes, et ce n’est pas fini.

La tectonique des plaques

A moins que vous n’ayez coupé tout lien avec votre journal préféré durant l’été, il ne vous aura pas échappé qu’un mouvement majeur a eu lieu dans le funéraire : Funecap, société qui possède, entre autres, Pascal Leclerc, a acquis Roc-Eclerc. Jusqu’à présent, les deux société se disputaient âprement la seconde place des entreprises du funéraire en France, cette opération a clarifié les choses.

Une nouvelle qui n’a pas manqué de poser de nombreuses questions, surtout chez les petits indépendants, qui se demandent quelle concurrence demain face aux gros groupes ? Plus que jamais, les unions, coopératives et syndicats professionnels seront sollicités et joueront un rôle crucial dans le portrait à dessiner de la filière de demain.

Les nouveaux géants

D’autres bruissent de l’arrivée dans le funéraire des mutuelles. Des groupes d’assurance se pencheraient actuellement sur la possibilité d’acquérir à grande échelle des pompes funèbres afin d’écouler et d’exécuter leurs contrats obsèques.

Une nouvelle à suivre avec attention : les groupes d’assurance ne manquent pas de capitaux, peuvent s’installer partout, et s’implanteraient sur le secteur avec leur portefeuille client déjà colossal. Voilà qui rendrait les choses bien plus compliquées pour les indépendants.

Une rentrée animée

Alors, la rentrée 2015 – 2016 verra-t-elle une refonte totale du modèle économique funéraire ? L’apparition de nouveaux acteurs qui changeront la donne ? Des produits révolutionnaires qui vont bouleverser les habitudes ? Le suspens est à son comble. En tout cas, cette année sera passionnante à observer, et nous, nous prendrons plaisir à vous la décrypter dans Funéraire Info.

Mais d’ici là, faites chauffer le barbecue aux derniers rayons de soleil de l’été.

Guillaume Bailly

Edito : c’est la rentrée !

0

rentree Edito : c'est la rentrée ! C’est la rentrée. Cette fois-ci, c’est la bonne, pas de doutes, il n’y a qu’à allumer le poste pour s’en rendre compte : des petits visages baignés de larmes qui disent adieu à leurs parents jusqu’au soir, tandis qu’à l’arrière plan l’institutrice déjà les jauges. N’allez pas expliquer aux enfants qu’ils vivent les plus belles années de leur vie : pour eux, vous êtes un grand, à savoir quelqu’un qui a la possibilité d’entrer dans un magasin et de s’acheter tous les jouets qu’il veut, et qui ne le fait pas : un idiot, en somme. Preuve s’il en faut que l’incommunicabilité vient de l’absence de référents communs.

Pas de larmes, mais la voix peut être un peu chevrotante de votre collègue qui contemple d’un air morne le ciel parisien en vous décrivant ses vacances au soleil. Aucun doute : c’est la rentrée.

Pas de larmes, mais un air préoccupé pour les politiques de tout bord qui viennent expliquer ce qu’ils vont faire et leurs opposants qui expliquent qu’il faudrait faire à peu près tout le contraire, sur le thème sempiternel « Je ne veux pas les critiquer, je les respectes, mais je le dis : ils sont nuls ». La rentrée, en somme.

Pas de larmes, mais cela ne saurait tarder, pour votre libraire qui déballe les 678 romans de la rentrée littéraire en pensant au 678éme, ce jeune auteur prometteur, le futur Victor Hugo, qui passera inaperçu, dont le livre partira au pilon, et qui disparaîtra à jamais du monde de l’édition. La rentrée littéraire, aussi.

Et chaque rentrée, le petit jeu des pronostics : qu’est-ce qui va prendre de l’importance dans les mois qui vont suivre ? Politique, économie, sport, société, le petit jeu est ouvert.

Alors, parions. Mais pas pour perdre, ou le plaisir du jeu : parions pour anticiper.

Certitude de la victoire, rien de tel que parier sur un marronnier. Un marronnier, vous savez, c’est un sujet que la presse ressort régulièrement, à peu près chaque année à la même époque, et qui est sûr de faire de l’audience, comme par exemple les régimes dans les magazines féminins en juin. Ou la rentrée scolaire.

Le marronnier qui nous intéresse est bien sûr celui de la Toussaint. Comme chaque année, beaucoup de journaux vont s’emparer de ce sujet qui nous concerne au premier chef, « le marché de la mort » et nombre d’entre eux vont le traiter sur le thème « comment les vilains croque-morts profitent de votre tristesse pour piquer vos sous ». Chaque années, c’est pareil. Et si l’on note de ci, de là, une heureuse surprise (mention spéciale à nos confrères du Télégramme de Brest qui avaient réalisés un dossier objectif et bien documenté l’an passé), l’on remarque plus les mauvais. Un titre comme « le scandale des pompes funèbres » fait vendre.

Cette année, toutefois, une chose change : l’an dernier, à la même époque, Funéraire Info n’existait pas. Affirmation peut être un brin prétentieuse, mais voilà : l’an dernier, il n’y avait pas de média objectif, réalisé par des professionnels du funéraire sous la supervision de professionnels de la presse, accessible à tous et gratuit.

Nous n’avons pas la prétention de faire changer les choses : le scandale fera toujours vendre du papier ; mais nous avons la prétention d’informer sur la réalité de la profession, de servir d’interface entre le public et les professionnels, en restant crédibles et objectifs. Pour la diffusion, c’est notre notoriété. C’est vous qui la faites.

Deuxième point d’actualité qui dominera l’année. L’argent. La crise est partout, les habitudes de consommation des usagers des pompes funèbres ont déjà commencé à changer. L’offre low cost s’étend à peu près partout. Qu’on le veuille ou non, le phénomène reviendra souvent dans l’actualité, sauf changement radical de la conjoncture. On ne pariera pas là dessus. Mais il est des raisons d’espérer : l’énergie créatrice s’en trouvera multipliée. Le public voudra continuer à honorer dignement son défunt, même s’il a moins d’argent pour le faire. Trouver des solutions personnalisées sera l’apanage des petits indépendants. Nous les suivrons de près, autant que les grandes sociétés qui vont mettre des moyens importants dans leur développement.

rentrée-300x209 Edito : c'est la rentrée ! D’autres encore seront certainement présents dans nos pages : la création d’un syndicat de thanatopracteurs va sensiblement, on le pense, modifier le visage de la profession. De nouvelles techniques, de nouveaux produits, aujourd’hui expérimentaux, vont apparaître sur le marché. Vous les découvrirez chez nous. Des lois seront proposées, votées, appliquées : nous vous en informeront, les analyseront et vous en informeront.

Sur tout cela, on prend le pari.

Allez, séchez vos larmes : vous voyez bien qu’avec tout cela, l’année qui vous sépare de l’été prochain sera vite passée.