Accueil Tags Stèle

Tag: Stèle

Dublin : une pierre tombale aux objets trouvés

0
objets trouvés aéroport

Il manque quelque chose dans les cimetières et les centres funéraires : un bureau des objets trouvés ou oubliés. Un vrai manque pour ces édifices publics, alors qu’en sont pourvu bon nombre de lieux de passage, comme, un exemple au hasard, les aéroports. Et certains objets y restent longtemps…

Dublin son aéroport, son inventaire à la Prévert…

C’est une des stars des objets trouvés de l’aéroport de Dublin. La direction du site a récemment publié la liste des colis oubliés les plus surprenants, et deux dénotent tout particulièrement.

Le premier est massif, solide, lourd, encombrant, aussi. Il a surpris et fait rire les employés qui l’ont déballé de ses cartons de protections, dans l’espoir d’y trouver l’adresse d’un destinataire. Une magnifique pierre tombale, toute de granit poli.

En soi, rien de drôle, de trouver ainsi une tombale oubliée dans un aéroport, si ce n’est l’épitaphe qui y était gravée : « Nous ne t’oublierons jamais ». Pour le coup, on peut dire que c’est loupé. La pierre tombale, d’après la presse britannique, a néanmoins fini par aller couler des jours heureux dans un vert cimetière Irlandais.

Le porte-parole de l’aéroport a également précisé que ce dernier avait dû conserver une urne contenant des cendres humaines, « pendant les douze mois réglementaires ». Ce qui est inquiétant : l’attaché de presse n’a pas précisé, et aucun journaliste n’a pensé à demander, ce qu’il en était advenu par la suite.

Mystère et boule de gomme

La liste est longue et édifiante. Des animaux vivants, comme une tortue ou un poisson rouge, une pierre de quinze kilos ramenée par un touriste pour décorer son jardon, qu’il n’a pas pu embarquer, cet objet étant considéré comme une arme létale, et même un siège de toilettes.

Mais ce qui intrigue, c’est la longue liste de béquilles et de fauteuils roulants embarqués et oubliés au débarquement, qui posent la question : comment sont partis leurs légitimes propriétaires ? Y a-t-il des miracles en plein ciel ? C’est l’effet de l’avion, sans doute, allez, tous en chœur « Plus près de toi, mon Dieu… »

Funeral Concept et les particuliers : quand une stèle fait le buzz sur Facebook

0
Catalogues stèles Funéral Concept

Il faut de temps à autre se rappeler que le funéraire est un secteur qui travaille pour les familles. On a parfois tendance à l’oublier. Pour preuve, nous avons pris un post de Funeral Concept et les particuliers sur Facebook, et les commentaires de particuliers sur cette publication. De quoi faire réfléchir beaucoup de pompes funèbres.

Une simple photo

C’est une photo toute simple, celle d’une exposition de monuments, sur la page Facebook de Funeral Concept. Bon, connaissant les vendéens, ce ne sont pas des monuments tout à fait classiques, mais des tombales de granit avec les stèles « Silhouette » dont nous vous avons amplement parlé ici et par exemple.

L’ensemble est accompagné d’un petit texte, lui aussi tout simple :

« Funeral Concept imagine les cimetières de demain.
Qu’en pensez-vous? Merci pour les partages »

Rien d’extraordinaire, jusqu’ici. Ce qui est plus extraordinaire, c’est que le post a rencontré un vif succès auprès des particuliers, non professionnels du funéraire, et que les chiffres, en la matière, sont éloquents : 147 partages, 104 commentaires, 1400 « j’aime ». Ce qui, pour un post présentant des stèles et des tombales, frise l’exceptionnel.

Funeral Concept et les particuliers : des commentaires édifiants

La lectures des commentaires s’avère instructive sur la perception de monuments hors-norme par rapport au granit des cimetières.

« J’adore c est magnifique sa rend l’endroit beaucoup moins effrayant et plus reposant, je suis fan à 100%, moi qui voulait me faire incinéré, je ne sais plus ».

« Très beau c’est moins triste qu’à l’heure actuelle, ça donne envie de se balader au cimetière, peut-être qu’il y aurait plus de passage ? »

« Je ne pensais pas dire cela un jour mais c’est très beau. C’est apaisant et ça ne me fait pas peur comme les cimetières actuels »

Ce ne sont que quelques exemples parmi d’autres.

Des pistes à creuser

Donner une vision positive du funéraire et apporter de la couleur et des matières au cimetière, c’est l’objectif que s’est fixée depuis ses débuts l’entreprise vendéenne Funeral Concept. Avec une idée, au final, simple : au lieu d’obliger la famille à écouter ce qu’on peut lui proposer, écouter ce que la famille souhaite.

Manifestement, si l’on en croit les statistiques Facebook, les familles, premières consommatrices de produits Funeral Concept, donnent raison aux vendéens. Funeral Concept et les particuliers, une affaire qui roule.

Si, pompe funèbres ou marbrerie, vous vous posez encore la question de la pertinence des monuments Funeral Concept, demandez-vous simplement quand, la dernière fois, avez-vous obtenu 1400 « j’aime » sur une de vos publications Facebook.

Le site de Funeral Concept : www.funeral-concept.fr

Buzz du funéraire à l’étranger, en Inde on porte son mort à vélo, pluie de stèle… 02/08/2017

0
Buzz du funéraire à l'étranger
capt. écran KOMONEWS

Buzz du funéraire à l’étranger. En Inde, les familles pauvres contraintes de ramener les corps par leurs propres moyens. USA, un vétéran retrouve sa stèle 116 ans après. Aux Etats-Unis toujours, un homme tente de déterrer le cercueil de sa grand-mère. En Irlande, il pleut des stèles sur la police. Au Kenya, une famille utilise le cercueil pour faire table à manger. Et enfin, un anglais avait filmé son propre assassinat.

Inde, les plus pauvres transportent eux-mêmes leurs morts

Inde, dans la province pauvre de  Bargarh, les familles qui ne peuvent pas payer le transport de corps de leur défunt sont contraintes de les ramener chez elles par leurs propres moyens.

La situation perdure depuis déjà plusieurs mois, bien que les autorités aient promis l’arrivée d’un corbillard destiné au transport des corps dont les familles sont les plus démunies. Certains ont dû transporter leur proches sur des pousse-pousse, des vélos, ou même sur leurs épaules en parcourant des dizaines de kilomètres ainsi.

Article en anglais

Un vétéran retrouve sa stèle 116 ans après (image à la une)

Etats-Unis, à Seattle, le mystère d’une pierre tombale confiée 30 ans plus tôt à un musée hanté a retrouvé sa place au cimetière, au dessus de la tête de son défunt propriétaire.

Richard Palmer n’était plus matérialisé que par sa stèle, découverte sous un porche et confiée au musée qui s’en était fait « un ami ». Après des recherches qui ont durée des décennies, la sépulture de Richard Palmer a été retrouvée au cimetière de Lake View.

Article en Anglais

Il tente de déterrer le cercueil de sa grand-mère

Etats-Unis, 15 ans après le décès d’une dame, ses enfants découvrent que la tombe a été creusée. Le cercueil n’a pas subi de dommages, mais la famille sans histoire s’interroge.

Après enquête, il s’est avéré que c’était le petit-fils de la défunte, sur les « conseils » d’un ami, qui a creusé la tombe afin d’y subtiliser d’éventuels bijoux ou objets de valeurs. Sa famille a précisé qu’il était sujet à de gros problèmes de drogue.

L’article ici

Irlande : pluie de pierres tombales sur la police

Buzz-du-funéraire-à-létranger-capt.-écran-Belfasttelegraph.co_.uk_-300x289 Buzz du funéraire à l'étranger, en Inde on porte son mort à vélo, pluie de stèle... 02/08/2017
capt. écran Belfasttelegraph.co.uk

Irlande. A Belfast, le quartier sensible de la ville a fait pleuvoir des stèles sur un véhicule de police. Les jeunes impliqués auraient également déplacé des stèles au cimetière pour entourer un feu de joie. La police a lancé un appel aux propriétaires des tombes.

Article ici

Vous vous joindrez bien à nous pour déjeuner sur Pépé ?

Kenya. Pour rendre hommage à leur père, ses enfants décident que son cercueil, disposé chez eux en attendant les obsèques, servira de table de salle à manger. Apparemment, les voisins ont flippé !

Article ici

Il avait filmé son assassinat

Angleterre. Le meurtre d’un homme résolu 3 ans après sa mort. Un homme que sa famille et la police pensaient mort par accident avait en fait filmé son assassinat. C’est son neveu qui avait récupéré son ordinateur portable qui est tombé par hasard sur le film de la webcam pris par son oncle, dans lequel il a été ligoté et martyrisé par deux autre hommes.

Article en anglais

Funeral Concept : une offre exclusive pour les lecteurs de Funéraire Info

0
Cimetiere du futur Funeral Concept

Funeral Concept : tout le monde connaît désormais cette société, ne serait-ce que de nom. Les Vendéens ont décidé de proposer aux lecteurs de Funéraire Info, en exclusivité, une offre pour découvrir leur produit phare, et tous les services qui vont avec. La solution idéale pour découvrir en douceur l’univers du monument personnalisé.

Une stèle pour tout changer

Nous vous avions parlé dans cet article des stèles Funeral Concept.

« Certaines familles avaient envie de renouveler leur monument sans pour autant le changer intégralement, par exemple » explique Emilien, directeur commercial de Funeral Concept. « Et de l’autre côté, nous avions des demandes de marbriers, qui avaient envie de travailler avec nous, sans pour autant tourner le dos à leur métier, le granit. Ces stèles sont notre réponse ».

L’idée c’est une stèle en acier, qui vient se fixer aisément sur une pierre tombale en granit, grâce à un kit de fixation fourni. Ces stèles sont tout à fait dans l’esprit Funeral Concept, design, modernes et créatives, sobres et élégantes, en se mariant aisément avec le granit. Le monument, bien que toujours sur base minérale, en est totalement transformé.

Pour les lecteurs de Funéraire Info

Un certain nombre de pompes funèbres ont montré leur intérêt pour Funeral Concept, sans pour autant franchir le pas. D’ou cette offre découverte « Ce que nous proposons, c’est une remise de 20 % sur la stèle Pando arbre » explique Emilien.

Pourquoi ce produit ? « Parce que c’est le best-seller de la gamme. Il plaît beaucoup, déjà aux pompes funèbres qui l’ont dans leur vitrine ou leur magasin, parce qu’il apporte quelque chose de nouveau. Et le principal est qu’il plaît beaucoup aux familles. C’est un produit qu’elles se sont vraiment appropriées : sur plusieurs monuments où il est posé, les visiteurs ont pris l’habitude d’accrocher des petites mots aux branches, spontanément. Ce qui a donné l’idée à quelques uns de nos partenaires pompes funèbres, qui s’en servent en cérémonie, pour proposer à l’assistance d’y accrocher des mots, des souvenirs. Nous avons créé sans le vouloir une nouvelle pratique funéraire ».

Un produit éprouvé donc « Tout à fait. Nous le proposons comme modèle d’exposition pour permettre aux pompes funèbres de faire découvrir la gamme à la famille, mais bien entendu, il peut être posé sur un monument au cimetière. »

Pando-message-large-768x1024 Funeral Concept : une offre exclusive pour les lecteurs de Funéraire Info
La stèle arbre Pando

Découverte de l’univers Funeral Concept

L’offre permet donc de découvrir l’univers Funeral Concept, en acquérant à un tarif attractif un monument d’exposition qui peut facilement se vendre, et qui a largement fait ses preuves. Mais pas seulement.

« Les pompes funèbres et marbreries qui commanderont seront référencées sur le site Funeral Concept en tant que correspondants locaux. Cela n’engage à rien, de leur part, mais permet aux familles désireuses de commander un monument Funeral Concept de s’orienter vers le magasin près de chez eux. Et cela permet également de profiter de notre référencement internet pour faire monter en puissance votre propre visibilité. »

Emilien souligne « Nous avons des témoignages, j’en ai d’ailleurs inclus dans notre catalogue, de partenaires qui ont gagné des clients parce que, justement, ils proposaient la gamme Funeral Concept. Des familles qui, autrement, ne seraient pas venues chez eux. A notre propre show-room, l’autre jour, j’ai reçu une famille qui venait de Bourges exprès, ça représente cinq heures de route. »

C’est le moment ou jamais de découvrir les monuments Funeral Concept à travers cette offre qui vous ouvre de vastes possibilités au prix d’un investissement minime. Cette offre est valable jusqu’au 30 juin 2017.

Modalités : par mail, envoyez vos coordonnées complètes (adresse ou sera présenté le modèle d’expo, tel, mail)  avec le code promo FUNERAIREINFO à : service-pro@funeral-concept.fr.

Dans les 24h, vous recevrez une offre avec 20% de réduction sur l’achat d’une stèle arbre Pando 90cm. Si vous acceptez l’offre, avant le 30 juin, vous serez référencé comme distributeur Funeral Concept, et votre colis sera expédié sous 48h *  (selon disponibilité des stocks).

Le site de Funeral Concept : www.funeral-concept.fr

La stèle dans le monument funéraire

0
stèle monument funéraire

Elle fût probablement le premier élément du monument funéraire de l’histoire, la stèle est en constante évolution au fil des siècles.

La stèle, son histoire

Déjà dans l’Egypte antique, on trouve des stèles, commémoratives et funéraires entre autres fonctions.

Elément représentatif par excellence du monument funéraire, elle est, aux Etats Unis par exemple, le seul élément le constituant (en grande majorité).

Bien représentée dans les films d’horreur, peut-être même plus que le cercueil, c’est elle qu’on aperçoit le mieux dans les cimetières, dressée de toute sa fierté.

(Et il n’est jamais bon d’en prendre une sur la tête !)

Cet élément, le seul vertical ne s’appuyant que sur son assise figure dans sa fonction première comme un repérage de l’endroit où est inhumée une personne, et permet surtout d’identifier le ou les défunts en étant le support privilégié pour les gravures.

La stèle est en forme !

Dans sa fonction de stèle funéraire, elle est, dans les premiers temps historiques, plus semblable à une colonne carrée massive, ornée de sculptures (voir extrait vidéo ci-dessus). La stèle, dans le terme entendu de nos jours, est d’épaisseur moindre. La volonté de personnalisation aidant, elle se présente aujourd’hui sous d’innombrables formes et matières : granit, fer, verrre trempé, plexi, calcaire …

Stèle-Funeral-concept-300x186 La stèle dans le monument funéraire
Stèle en acier de Funeral Concept

D’abord rectangulaire et haute, elle rétrécie au fil du temps, et se façonne avec un pan coupé, son pan supérieur arrondi ou se galbe dans ce que l’on appelle une « vague » ou « doucine ».

En forme de cœur, scindée en deux parties, sculptée, peinte… on en trouve pour tous les goûts. Si les dernières tendances tendent à la faire rétrécir au maximum, voir à la faire disparaître chez certains fabricants, il n’en demeure pas moins qu’elle est essentielle pour bon nombre de familles.

Elle sera aussi porteuse d’indications quant à la religion du défunt, ses passions, son visage.

Pose

De par sa verticalité, la stèle est la partie du monument funéraire la plus susceptible de tomber, sa pose nécessite donc une attention particulière.

Elle devra être percée sur le chant constituant sa base afin de recevoir un goujon (10 à 12mm de diamètre pour une stèle de 8 à 10cm d’épaisseur), qui sera inséré dans le support de la stèle (socle ou tombale), lui aussi percé. Le tout sera préalablement garni d’un produit de scellement. Pour finir il faudra jointoyer entre la stèle et son support, soit avec du silicone (plus souple) soit avec du mortier en fonction de la matière dont elle se compose.

Nombreuses sont les familles qui, après la pose de leur monument vont s’assurer de sa solidité, et reviennent inquiètes « la stèle bouge !« . En effet, en forçant un peu dessus et en la poussant d’avant en arrière, elle bouge légèrement. Rassurez vos clients :

Plus sérieusement, c’est le goujonnage qui fera qu’elle n’est pas près de tomber, à moins d’une force herculéenne ou d’un vent à 300km/h.

Funéral Concept souhaite une bonne année aux professionnels

0
FUNERAL CONCEPT Freddy pineau

Janvier est la période des vœux pour la nouvelle année, et Funeral Concept ne voulait pas manquer ce rendez-vous. Les fabricants de monuments funéraire souhaitent une bonne année aux lecteurs de Funéraire Info, pleine de projets et d’ambitions.

Funeral Concept, la Vendée à la conquête du monde

Le chemin parcouru par Funeral Concept ne donne pas le tournis à Freddy Pineau, le fondateur de la société vendéenne. Il y aurait de quoi, pourtant : depuis qu’il a réalisé quasiment seul son premier monument, une sépulture en métal en hommage au créateur du Manège Enchanté, Freddy s’est retrouvé au cœur d’une ruche de concepteurs, de graphistes, de métallurgistes, grâce à l’appui de ses clients, d’un réseau de pompes funèbres conquis, et d’un catalogue produit qui correspond parfaitement à la demande.

Les secrets ? Des monuments design, personnalisables, entièrement fabriqués en France, et des matériaux de qualité.

Si Funeral Concept s’est en effet fait remarquer pour ses monuments entièrement en acier, à ses débuts, les créatifs ont depuis élargi la palette, ajoutant des matières minérales et végétales à leurs créations. La longévité des matériaux est assurée par un traitement spécifique à Funeral Concept.

2017, l’année de tous les possibles

« Nous ne voulons pas être oubliés, après notre mort » explique Freddy, « mais il faut reconnaître que les monuments uniformément gris dans les cimetières ne donnent pas envie de venir s’y recueillir. Notre concept permet de proposer des monuments qui correspondent à la personnalité des défunts. Les matières, les formes de monuments, leurs couleurs sont différentes. »

Emilien, directeur commercial, souligne « Les familles nous donnent raison. Ce sont souvent elles qui parlent de nous aux pompes funèbres ou aux marbreries et leur donnent envie de proposer nos produits. »

Alors, les projets de l’entreprise pour cette année ? « Continuer de nous développer. Funeral Concept est une belle société aujourd’hui, mais le plus important reste à venir. »

Freddy, Emilien et toute l’équipe de Funeral Concept présentent aux lecteurs de Funéraire Info et à l’ensemble des professionnels du funéraire une bonne et heureuse année 2017.

Le site internet de Funeral Concept : www.funeral-concept.fr

Funeral Concept, nouvelle infographiste et offre pour Funexpo

0

Funeral Concept renforce ses effectifs. La société vendéenne qui fabrique des monuments funéraires design vient d’embaucher Gwenaelle, infographiste, qui jette un regard neuf et enthousiaste sur le monde funéraire. Freddy et Emilien préparent également le salon Funexpo, et nous en disent plus sur leur offre.

Un parcours de graphiste

Gwenaelle, nouvelle venue chez Funeral Concept, depuis le premier septembre, va apporter un soutien bienvenu à l’équipe « J’occupe de nombreuses fonctions, puisque je vais m’occuper d’infographie, pour la conception et le design des produits et des supports publicitaires et marketing, et je vais également apporter du renfort au niveau de l’assistanat commercial et de l’administratif. »

Une polyvalence qui ne fait pas peur à la jeune femme « J’ai commencé dans la presse, à Pariscope, ou je m’occupais déjà de création graphique, mais aussi de publicité, et de journalisme, plus spécialement à la rubrique gastronomie. Après quinze années passées dans la société, j’ai perdu mon emploi, et, avec ma famille, nous avons décidé de quitter Paris pour aller nous installer à Nantes. Là, j’ai effectué des missions, dans une agence de publicité, tout d’abord, puis en tant que chargée de communication pour un institut de la fonction publique hospitalière. »

Et donc Funeral Concept. Comment ça s’est passé ? « J’ai répondu à une annonce. Freddy m’a rappelée. » pas trop surprise d’arriver dans le funéraire ? « Un peu, au début. En fait, j’avais répondu à l’annonce sans vraiment m’interroger sur la société, c’est quand Freddy m’a rappelée que j’ai vu ce qu’ils faisaient. Mais ça ne m’a posé aucun problème, au contraire : l’activité de Funeral Concept est vraiment intéressante. »

Et comment votre famille a pris votre virage vers le funéraire ? « Mes enfants, avec beaucoup d’humour, passer du milieu hospitalier au milieu funéraire, ils trouvaient cela amusant. Mon mari a trouvé l’idée intéressante, et lors d’un barbecue auquel Freddy nous a invités avant mon arrivée, il m’a dit que l’équipe était vraiment sympathique. »

Et que pense-t-elle des produits Funeral Concept ? « Je n’ai pas vraiment d’expérience du funéraire, mais au vu des cimetières que j’ai été amenée à fréquenter lors de décès, leurs produits changent radicalement, et très bénéfique ment, de tout ce qui se fait. Ils sont modernes et contemporains. Il y a une nuance entre les deux, et on peut être moderne sans être contemporain. Funeral Concept réussit à être les deux. »

Bienvenue dans le funéraire, donc, un métier qui devient pour beaucoup une passion.

Prêts pour Funexpo

Gwenaelle ne viendra pas à Funexpo, parce que l’entreprise a trop de travail pour pouvoir y emmener tout le monde. Le commercial, Emilien, y représentera l’entreprise vendéenne avec un technicien. Et une offre.

« Nous proposons notre monument stèle arbre à – 50 % sur le salon » explique Emilien . Comment, concrètement ? « Les visiteurs intéressés rempliront une fiche de contact sur le salon, et nous les recontacteront ensuite pour finaliser. Ils bénéficieront alors du tarif. »

Le monument choisi est la stèle « arbre », pourquoi ce choix « Pour de multiples raisons. C’est notre best seller, une stèle qui se marie aussi bien avec nos monuments contemporains qu’avec des plus classiques. Elle est représentative du savoir-faire de Funeral Concept, et pour les pompes funèbres et marbreries, elle donne l’assurance d’avoir un produit de qualité, qui interpelle les familles positivement, et se vend rapidement, à un tarif, avec notre offre, canon. »

Pour trouver Funeral Concept sur le salon, ce n’est pas dur : juste à côté du stand Funéraire Info.

Le site internet de Funeral Concept : www.funeral-concept.fr

Le site internet de Funexpo : www.funexpo-expo.com

Avis de décès, gravures, éviter des erreurs sur les noms

0
Avis de décès et nécrologie dans la presse

Le funéraire passe par l’écriture. Les noms, notamment, n’y échappent pas, et toute erreur peut avoir des conséquences désastreuses. Il est donc impératif de lire, relire, et faire relire. Évident ? Pas tant que cela, manifestement.

L’avis de décès

La procédure pour un avis de décès est simple : on le rédige avec la famille, on imprime la feuille, si l’on travaille sur ordinateur, la famille le relit, et on le lui fait signer. Ce document vaudra « Bon à tirer ». Il existe deux solutions : soit vous avez l’habitude d’envoyer vos avis de décès par fax, auquel cas, ce n’est pas compliqué, vous faxez le bon à tirer, soit vous l’envoyez par mail. Dans ce cas, refaites une sauvegarde sous un autre nom. Par exemple, si votre document s’appelle « AD Chombier » (pour Avis de Décès), enregistrez le sous le nom « AD Chombier BAT1 ». Vous aurez alors deux documents, « AD Chombier » et « AD Chombier BAT-1 ». Le premier sera celui qui servira aux modification ultérieures, s’il y en a. Le second, le BAT, ne devra plus être modifié.

De cette façon, vous devrez avoir trois avis BAT, celui sauvegardé sur votre ordinateur, celui sauvegardé dans la boîte d’envoi des mails en pièce jointe, et enfin, celui en papier signé, et ces trois devront être identiques.

Chaque document possède son journal interne, qui indique la date de dernière modification. Voilà pourquoi les dates devront correspondre, et celle du BAT ne devra pas être ultérieure à celle du mail.

Fastidieux ? Pas tant que cela, en fait. Et cela vous sauvera le jour ou une famille refusera de payer la facture sous le prétexte que vous avez fait une faute dans l’avis de décès. Ca arrive. Si vous pouvez prouver qu’ils ont relu et validé ce que vous avez envoyé au journal, alors la faute leur reviendra entièrement.

S’ils ne sont pas capable de savoir comment s’écrit le nom de leur être cher, ce n’est certainement pas votre problème.

Le monument

« Une faute d’orthographe sur un monument, c’est une boulette gravée dans le marbre » ais-je dit moi-même, un jour ou j’étais d’humeur sentencieuse.

Inutile de revenir sur la relecture par la famille : n’envoyez pas un graveur au cimetière sans un BAG (Bon à Graver) signé par la famille. Mais il peut être utile de vous déplacer en personne au cimetière pour jeter un œil sur cette gravure avant d’aviser la famille qu’elle est faite. Pourquoi ?

Il est arrivé à un collègue la mésaventure suivante : la famille passe commande d’une gravure sur un monument tout neuf. On y envoie un graveur, qui revient, tout fier, annoncer que c’est fait. Le collègue prévient la famille, laquelle se précipite au cimetière admirer l’œuvre, et rappelle, furieuse : le graveur a fait une faute dans le prénom. Plus plates excuses de la direction, qui promet de rectifier le tir, et qui renvoie le graveur en urgence poncer le monument, et refaire une gravure correcte.

Histoire terminée ? Non. Cette fois-ci, c’est dans le nom de famille que le graveur s’est trompé. Mon collègue, heureusement, n’avait pas, cette fois-ci, prévenu la famille, et rappelle l’atelier pour signaler cette nouvelle catastrophe. C’est le chef de la marbrerie lui-même qui ira poncer le monument une seconde fois pour re-graver le nom, correctement cette fois-ci. Ces effaçages successifs étant visible, la famille a accepté de conserver la pierre en échange d’un rabais de 50 % sur le prix du monument.

Vous n’y êtes, certes, pour rien, mais passez vérifier les gravures. Noms, et dates. Je connais un cimetière ou on rigole encore des dates sur la tombe d’un jeune homme « parti trop tôt » à l’âge de 237 ans…

Les documents

Enfin, dernière chose : les documents et pièces d’état-civil. Lorsqu’on remplit la déclaration de décès, les déclarations et demandes d’autorisation diverses, on a tendance à s’appuyer, pour l’orthographe d’un nom, sur les pièces d’état-civil. L’erreur classique du débutant, c’est de s’appuyer sur une seule de ces pièces, le livret de famille par exemple. L’état-civil aussi fait des erreurs.

Il convient, lorsque la famille fournit plusieurs pièces, de comparer toutes les orthographes, et de demander, à la moindre divergence, laquelle est la bonne.

Notez que l’orthographe sur l’acte de naissance est toujours celle considérée comme exacte par l’état-civil si un doute survient. Si vous avez ce dernier, c’est parfait. Mais ce cas de figure est rare…

Voilà pour ces conseils qui peuvent sembler évidents, mais restent indispensables. Et maintenant, je vais relire mon article, parce que, si il y a des fautes, j’aurais l’air malin.

Russie : une pierre tombale pour des accros du smartphone

0

A l’origine, il ne s’agissait que d’attirer l’attention des professionnels sur une petite entreprise exposant dans un salon funéraire de Sibérie, via un exemplaire de démonstration. La démarche dépasse désormais son créateur, le Russe Pavel Kalyuk et sa société Autograph. Accros à votre smartphone, offrez vous donc son nouveau produit : votre stèle ou votre pierre tombale en forme d’IPhone.

La jeune société a pour activité principale la gravure sur pierre au laser. Est-ce parce que, avance-t-il, de plus en plus de gens se font enterrer avec leur téléphone (au cas où), ou parce que l’appareil est devenue une sorte d’objet familier détenteur de tant de données personnelles ? Il a eu cette idée de styliser une pierre tombale en basalte ukrainien, d’en faire un accessoire funéraire.

Ainsi, il est possible d’y faire graver des éléments qui y apparaîtront comme s’ils se trouvaient à l’écran du smartphone.

Il en coûte tout de même un millier de dollars américains pour s’offrir ce petit plaisir, qui n’existe pour l’heure qu’en version téléphone IPhone. Le modèle Samsung devrait bientôt être disponible, succès commercial oblige.

Commémoration de la bataille de Verdun qui a cent ans

0
L'Ossuaire de Douaumont

Cent ans après où pas moins de 300 000 personnes ont péri lors de la bataille de Verdun, la chancelière allemande Angela Merkel et le président français François Hollande ont tenu à être présents lors de cette commémoration, via une cérémonie à Douaumont, cette bataille.

Même si cette grande journée a été marquée par une pluie abondante, les deux chefs d’État n’ont pas manqué de se donner rendez-vous au cimetière allemand de Consenvoye.

Les sonneries de la Lyre ont retenti pendant cette journée de commémoration, puis l’ordre de jour, élaboré par le secrétaire d’État aux anciens combattants, Jean-Marc Todeschini a été lu devant tout le monde, par le maire adjoint, Alain Alonso. La traditionnelle gerbe a enfin été déposée au pied du monument.

Du 21 février au 19 décembre 1916, la bataille de Verdun, comme son nom l’indique, a eu lieu en Lorraine, dans la région de Verdun, où armées Allemandes et Françaises se sont pendant la Première Guerre mondiale, brutalement affrontée.

Cent ans après, un grand recueillement a eu lieu le 29 mai. Une date symbolique, car c’est également celle que le général de Gaulle avait choisie en 1966 pour le cinquantenaire. Le général de Gaulle était présent pendant toute la journée du 29 mai 1966 ainsi qu’une nuit, dans la capitale de la Paix. Cette année, les cérémonies ont été présidées par François Hollande.

Avant l’hymne national qui vient s’ajouter à la sonnerie aux morts, une minute de silence a été observée dimanche 29 mai 2016, devant la stèle où les noms des Armissanais sont gravés. Pas moins de 300.000 morts, de 400.000 disparus et blessés, tels sont le bilan de cette bataille. Pour clôturer la cérémonie, la maire de la ville a offert un vin d’honneur à l’Hôtel de Ville de Verdun pour y prononcer, un siècle après l’affrontement, un discours.

Avec la participation de 4 000 jeunes français et allemand et en marquant cette commémoration par la transmission de la mémoire, les deux dirigeants ont souhaité, plus de 30 ans après que Helmut Kohl et François Mitterrand se sont tenus main dans la main à Douaumont, rappeler la grandeur de la relation franco-allemande.