Accueil Tags Ted bundy

Tag: ted bundy

L’histoire de Ted Bundy le tueur en série nécrophile

0
ted bundy

Après mon article qui avait suscité de vives réactions sur la nécrophilie quoi de mieux qu’une illustration historique ? Il y a peu je vous racontais l’histoire de Ted Bundy le tueur en série nécrophile

Le 24 janvier 1989, Ted Bundy est électrocuté suite à sa condamnation à mort, à la prison Raiford à Starke en Floride pour le meurtre d’au moins 30 jeunes femmes.

Ted Bundy, brillant et charismatique

Surnommé le « tueur aux femmes » Ted Bundy se décrit lui-même comme étant :

« le plus grand fils de pute sans cœur que t’auras jamais rencontré »

Pourtant Ted Bundy est un homme beau, brillant et charismatique. Il n’a pas vraiment le profil de celui dont on se méfie, et c’est justement grâce à ça qu’il va attirer à lui ses nombreuses victimes.

Peu avant son exécution, il avoue le meurtre d’au moins 30 personnes. Les spécialistes lui ont en attribué au moins 50…

La biographe Ann Rule le décrit comme « un sociopathe sadique qui prenait plaisir dans la douleur d’autres êtres humains et le contrôle qu’il avait sur ses victimes, jusqu’à leur mort, et même après. »

Ted Bundy revient de loin, son enfance est sujette à toutes les analyses par les psychologues de l’époque, les historiens, les biographes. Ce qui est sûr c’est que l’inceste et le mensonge prônent sur l’histoire de sa famille. La haine des femmes est également prégnante dans son parcours.

Il attire ses victimes dans les lieux publics en simulant un handicap. Ted Bundy agresse, viole ses victimes les assassine, et est volontiers nécrophile. Il revient d’ailleurs régulièrement sur ses scènes de crimes avec ses victimes pour pouvoir prendre du plaisir avec les cadavres de jeunes filles jusqu’à ce que la décomposition ne le lui permette plus.

Lire aussi :  Se faire remplacer pendant ses congés : on reste zen

Il est difficile de savoir où et quand à commencé sa folie meurtrière car Ted Bundy a raconté diverses choses à diverses personnes. Arrêté suite à un contrôle routier, il est incarcéré pour enlèvement en 1975 en Utah. C’est au fur et à mesure des années qu’il est suspecté de meurtres suite aux nombreux homicides non résolus aux Etats-Unis.

Années de prison

Il réussit à s’évader de manières spectaculaires au Colorado à deux reprises, et se fait à nouveau capturer en Floride en 1978. Cette même année, il est sur la liste des 10 criminels les plus recherchés par le FBI.

Grâce à ses études de droit et à l’assistance de cinq avocats, il assure sa défense lui-même et est reconnu coupable de plusieurs meurtres et viols. C’est le témoignage de Carol Da Ronch, une des ses rares rescapées qui va aider à sa condamnation.

Quelques heures avant son exécution, il accepte de répondre à une interview exclusive du Dr James Dobson. Il va lui expliquer que c’est la pornographie la responsable de sa folie sexuelle. Une sorte de perversion sociétale de l’extrême.

https://youtu.be/Vlk_sRU49TI

Près de 2 000 personnes viennent célébrer son exécution. Un monstre ? Non. Un homme, et c’est ça le pire car Ted Bundy, n’était pas irresponsable, n’était pas antisocial, ne vivait pas comme un ermite, c’était un homme que l’on pouvait croiser n’importe où, et en ça c’était un homme terrifiant.

Pour aller plus loin, retrouver l’histoire de Ted Bundy raconté par Christophe Hondelatte sur Europe 1.

Ted Bundy : Le tueur en série nécrophile

0
ted bundy

Le 24 janvier 1989, Ted Bundy est électrocuté suite à sa condamnation à mort, à la prison Raiford à Starke en Floride pour le meurtre d’au moins 30 jeunes femmes.

Ted Bundy, brillant et charismatique

Surnommé le « tueur aux femmes » Ted Bundy se décrit lui-même comme étant :

« le plus grand fils de pute sans cœur que t’auras jamais rencontré »

Pourtant Ted Bundy est un homme beau, brillant et charismatique. Il n’a pas vraiment le profil de celui dont on se méfie, et c’est justement grâce à ça qu’il va attirer à lui ses nombreuses victimes.

Peu avant son exécution, il avoue le meurtre d’au moins 30 personnes. Les spécialistes lui ont en attribué au moins 50…

La biographe Ann Rule le décrit comme « un sociopathe sadique qui prenait plaisir dans la douleur d’autres êtres humains et le contrôle qu’il avait sur ses victimes, jusqu’à leur mort, et même après. »

Ted Bundy revient de loin, son enfance est sujette à toutes les analyses par les psychologues de l’époque, les historiens, les biographes. Ce qui est sûr c’est que l’inceste et le mensonge prônent sur l’histoire de sa famille. La haine des femmes est également prégnante dans son parcours.

Il attire ses victimes dans les lieux publics en simulant un handicap. Ted Bundy agresse, viole ses victimes les assassine, et est volontiers nécrophile. Il revient d’ailleurs régulièrement sur ses scènes de crimes avec ses victimes pour pouvoir prendre du plaisir avec les cadavres de jeunes filles jusqu’à ce que la décomposition ne le lui permette plus.

Il est difficile de savoir où et quand à commencé sa folie meurtrière car Ted Bundy a raconté diverses choses à diverses personnes. Arrêté suite à un contrôle routier, il est incarcéré pour enlèvement en 1975 en Utah. C’est au fur et à mesure des années qu’il est suspecté de meurtres suite aux nombreux homicides non résolus aux Etats-Unis.

Années de prison

Il réussit à s’évader de manières spectaculaires au Colorado à deux reprises, et se fait à nouveau capturer en Floride en 1978. Cette même année, il est sur la liste des 10 criminels les plus recherchés par le FBI.

Grâce à ses études de droit et à l’assistance de cinq avocats, il assure sa défense lui-même et est reconnu coupable de plusieurs meurtres et viols. C’est le témoignage de Carol Da Ronch, une des ses rares rescapées qui va aider à sa condamnation.

Quelques heures avant son exécution, il accepte de répondre à une interview exclusive du Dr James Dobson. Il va lui expliquer que c’est la pornographie la responsable de sa folie sexuelle. Une sorte de perversion sociétale de l’extrême.

https://youtu.be/Vlk_sRU49TI

Près de 2 000 personnes viennent célébrer son exécution. Un monstre ? Non. Un homme, et c’est ça le pire car Ted Bundy, n’était pas irresponsable, n’était pas antisocial, ne vivait pas comme un ermite, c’était un homme que l’on pouvait croiser n’importe où, et en ça c’était un homme terrifiant.

Pour aller plus loin, retrouver l’histoire de Ted Bundy raconté par Christophe Hondelatte sur Europe 1.

Bande dessinée : TED BUNDY de Dobbs et Vitti

0

Théodore Robert Bundy. Meurtrier, violeur, fétichiste, nécrophile. Un être totalement désinhibé et manipulateur qui traversa l’Amérique des années 1970, et qui échappa aux forces de police à de nombreuses reprises grâce à son audace et sa ruse. Avant les meurtres de « Ted », personne n’avait entendu le terme de serial killer…

10322719_491796604283747_1505150637362019632_n-225x300 Bande dessinée : TED BUNDY de Dobbs et VittiLongtemps après son exécution, nul ne connait vraiment le nombre exact des jeunes femmes qui furent ses victimes…

Est-il vraiment besoin de présenter le monstre qu’est Ted Bundy, l’un des tueurs en série le plus tristement connu.

Le ton est donné dès l’ouverture. « En ce qui me concerne, je ne pouvais simplement pas me contenir… Je suis le salaud le plus insensible que vous ayez jamais rencontré. » – Ted Bundy »

Les éditions Soleil ont eu une curieuse idée, créer une collection de bandes dessinées sur des tueurs en série qui ont existé.

Idée par ailleurs pas si stupide que cela, le tueur en série fascine le public, toutes sortes d’ouvrages fleurissent sur les tables des libraires depuis des années. Des fictions, des études, des témoignages. Depuis que Stéphane Bourgoin a ouvert la brèche, moult auteurs, journalistes, soi-disant spécialistes ont écrit. Avec plus ou moins de succès.

Que dire sur Ted Bundy qui n’a pas encore été dit ?

Pas grand chose, sauf à prendre sa vie à contre pied, ne pas conter ce que l’on a déjà lu des tas de fois, le prendre sous un angle différent.

Des années plus tard des étudiants du FBI suivent un cours sur ce meurtrier. Les failles de l’enquête de l’poque sont soulignées aux futurs agents, on leur explique tout les dysfonctionnement, tout ce qui aurait pu être évité, tout ce qui aurait pu permettre d’arrêter Bundy plus tôt…

Un scénario de Dobbs très intelligent, qui n’entre pas dans les poncifs, les clichés maintes fois répétés sur Bundy. Le trait d’Alessandro Vitti est sobre, aucune scène gore nul besoin de montrer les massacres commis par Bundy, d’autres scènes suffisent à montrer quel monstre il était… Dobbs aborde de manière inédite des facettes méconnues de sa personnalité, de son caractère, les raisons de son comportement. Il tente de nous expliquer son mode opératoire, il cherche ce qui a pu faire de lui l’un des tueurs en série les plus sanglants de l’histoire du crime des États-Unis. Ce scénario et des les dessin de Vitti permettent de créer un malaise.

Un dégout face au monstre, sans pour autant tomber dans la surenchère de dessins sanguinolents.

Bundy a marqué l’époque par son apparence tout à fait banale, ce gendre idéal, ce gentil garçon serviable, c’est certainement cela qui fait le plus peur.Il fut le premier tueur pur lequel on a utilisé les termes « Masque de normalité et Serial Killer… »

Dobbs est un type sympa et bourré d’humour que j’ai eu le plaisir de rencontrer lors des halliénnales, il prévient son lecteur quand celui-ci lui cause un peu trop tueurs sériels : Des fois le sort s’acharne… On tente de stopper définitivement une thèse sur les tueurs en série afin d’avoir une vie sociale équilibrée… et puis vlan ! Les gens c’est évident, vont me regarder de travers dans certains festivals en me demandant : « Vous n’écrivez que sur des tueurs comme ça ? » Et moi de leur répondre : « Ben non, j’ai fait Ed Gein avant ». Merci à toute l’équipe d’avoir planté en beauté ma réputation sans tache de grand romantique idéaliste…

A noter l’illustration de couverture est d’Olivier Peru (Zombie, oracle, lancelot, etc.)

La collection comporte quatre autres titres : Zodiac Killer ; le vampire de Sacramento ; l’étrangleur de Boston, Ed Gein. Si vous avez un cadeau à faire à un chroniqueur, je peux vous refiler mon adresse, merci.

Sébastien Mousse,

L’atelier Mosésu

Sébastien-MOUSSE-150x150 Bande dessinée : TED BUNDY de Dobbs et Vitti
Sébastien MOUSSE (Photo : Benjamin Berdeaux)

 

636_P1 Bande dessinée : TED BUNDY de Dobbs et Vitti