Accueil Tags Toussaint

Tag: Toussaint

Toussaint 2017 : la presse ne s’est pas foulée

0
Toussaint 2017

Toussaint 2017, un malheureux retour aux prix

L’enquête de Familles Rurales, persiste et signe sur sa lancée de l’année dernière (enquête réchauffée ? Vos réactions 2016 ici) en pointant du doigt les écarts de prix constatés dans différentes sociétés de pompes funèbres en matière d’obsèques.

Le magazine fait également remarquer que les tarifs sont généralement moins coûteux chez les « artisans », que nous appelons généralement « entreprises familiales », comparés à ce que l’on (le magazine) peut sous-entendre aux groupes ou franchises. Une évidence aberrante : une franchise paie des droits pour l’enseigne qu’elle affiche, un coût que l’entreprise (car oui, une pompe funèbre est une entreprise) doit rentabiliser, et qui lui permet une certaine notoriété, de véhiculer une image etc.

Tout comme souligner que des obsèques sont plus chères à Paris que dans une petite commune de province (loyer, salaire), le débat que nous pensions pourtant derrière nous ne semble pas vouloir s’éteindre, il est pourtant dénué de sens.

Inutile de revenir sur le prix des obsèques selon moi, il s’agit d’un sujet stérile. En revanche, l’étude pointe un fait plus inquiétant, la non-conformité des devis délivrés aux familles, et là, je me permets de dire : attention à nos fesses ! Si toute entreprise reste libre de définir ses tarifs, elle ne l’est pas de délivrer des devis non conformes à la règlementation, et il est dommageable pour l’ensemble de la profession qu’une enquête pointe ce fait.

Ce n’est pas faute d’avoir essayé !

Nous publiions le 24 octobre dernier un communiqué de presse Toussaint 2017, communiqué largement envoyé à la presse généraliste pour son marronnier annuel. Il est dommage de constater que le premier sujet abordé, à savoir les soins de thanatopraxie sur les défunts porteurs du VIH et le nouvel encadrement des soins à domicile n’aient eus aucuns échos. Ceci malgré leur importance et les changements qu’ils vont engendrer, tant pour les thanatopracteurs que pour les familles.

Ce communiqué a également souhaité mettre en avant l’arrivée des technologies dans le funéraire, une avancée notable. Trois entreprises ont eu l’occasion de revenir dessus : En sa Mémoire qui a fait l’objet d’un reportage sur TF1, Comitam, pour qui le numérique doit prendre une part bien plus importante qu’à l’heure actuelle, et Simplifia.

Les fleurs, et quelques articles relatifs à l’écologie : crémation, entretien des cimetières ; les devis en ligne ; ont donc parus être plus pertinents. On a également trouvé de nombreux portraits : thanatos, fleuristes, pompes funèbres. Bien sûr : ces derniers sujets ne sont pas dénués de sens, (si ils ont pu profiter à des entreprises, tant mieux) et ont le mérite d’exister, cependant je trouve que la presse ne s’est vraiment pas foulée ! Ces sujets ont fait l’objet, pas plus tard que l’année dernière ou celle d’avant (au moment où les idées naissaient en fait), de beaucoup d’articles  et j’aurai aimé que la presse aille un peu plus loin dans ses recherches sur le secteur funéraire qui a largement bougé depuis.

De mon côté, le relai des médias pour cette Toussaint 2017 est raté.

Rendez-vous l’année prochaine…

 

Réveil funéraire du mardi 31 octobre 2017 : semaine spéciale Toussaint

0
réveil funéraire du mardi 31 octobre 2017
Damien Mammoliti - Portrait of a Dead Man

Réveil funéraire du mardi 31 octobre 2017 spécial Toussaint. Dans la presse et sur le web, la revue de presse du funéraire, des pompes funèbres, des crématoriums et des thanatopracteurs dans le réveil funéraire du mardi 31 octobre 2017. Revivez l’actualité dans le réveil funéraire sur Funéraire-Info.

Économie ou escroquerie ?

On commence par les sujets qui fâchent. Pour la presse, la Toussaint est LE marronnier pénible de l’année. Mais comme je dis régulièrement, le marronnier est le leitmotiv du journaliste, puisque chaque jour de l’année se répète invariablement. Bref. Pour le secteur funéraire en revanche LE marronnier pénible de l’année c’est lorsque les journalistes viennent parler d’économie d’arnaque d’escroquerie oubliant tout à fait le reste du secteur. Attention, j’espère que vous avez fini votre café, sinon vous risqueriez de le balancer sur votre tablette, smartphone etc. Ça serait dommage, vous ne pourriez plus lire Funéraire Info. Une étude, la même que l’an dernier et toujours par les mêmes, Familles Rurales. L’ensemble de la presse a repris à coeur joie cette étude, se dépêchant de la commenter. On la retrouve ainsi :

Dans le Figaro : « Selon une étude de l’association Familles Rurales, les prix varient de 1 à 5 pour une inhumation et de 1 à 3 pour une crémation. Les entreprises locales restent moins chères que les grands groupes. Le réseau Pompes funèbres de France réfute ce constat. »  Sur le lynx.fr , le Parisien, l’Express, le Huffington Post, Les Echos. 

Religion vers Laïque

Qui dit Toussaint, dit fête religieuse, c’est donc l’occasion de remettre la religion au coeur de la problématique des obsèques.

Ainsi dans le magazine la Vie, on déclare que 70% des obsèques sont religieuses (d’après les PFG) « ’Église reste le principal lieu qui ritualise la fin de la vie terrestre. « Une situation qui peut amener certaines personnes à associer l’Église au décès de leurs proches » À méditer.

Discours à contre courant dans Centre Presse, qui revient sur les cérémonies civiles : Les cérémonies civiles lors des obsèques ont la préférence d’un nombre croissant de familles. Selon une étude Ifop de 2010, 45% des Français disaient souhaiter ce genre de cérémonie pour eux-mêmes, la demande de cérémonies civiles étant encore plus importante en cas de crémation qu’en cas d’inhumation. Et la demande ne cesse d’augmenter. Même genre de discours pour Rue89 avec la proposition de création d’une coopérative funéraire : « Pour parler librement de la mort sans passer par la case psy, Edileuza Gallet anime des « Cafés mortels » à Bordeaux. Cette psychanalyste travaille désormais à la création d’une coopérative funéraire, qui veut proposer des cérémonies laïques, des enterrements écologiques et un accompagnement des familles. »

La proposition du secteur

Patrick Lerognon, président de l’UPFP a déclaré qu’au vue des évolutions du secteur il était grand temps de le repenser :  » Le premier enjeu de la profession, c’est indubitablement la percée de l’assurance obsèques qui devrait représenter 40% de nos convois dans une quinzaine d’années, contre 20% aujourd’hui. Il nous faut donc nous armer en conséquence car les banques et les assurances, qui détiennent ces contrats, favoriseront les grandes entités. C’est pourquoi il nous est aujourd’hui indispensable de constituer un réseau afin de capter ces nouveaux canaux clientèles. L’offre funéraire doit être repensée. »

Administratif

Le Populaire du centre vous aide et vous explique tout sur les démarches après décès : Après la tenue des funérailles, on parle de « faire le deuil » mais avant… Il faut régler une montagne de formalités administratives dans les jours et les mois qui suivent le décès. Quelles sont ces démarches à entreprendre dans les jours et mois qui suivent le décès d’un proche ? Nous faisons le point avec Patricia qui a perdu son père il y a trois mois.

Portrait Outre-Atlantique

Caleb Wilde gère une entreprise de pompes funèbres dans la petite ville de Parkesburg, en Pennsylvanie. Comme d’autres font du vin ou construisent des maisons, sa famille enterre des gens depuis six générations.

Reportage au Père-Lachaise

Petite vidéo dans les allées sur Père Lachaise, pas tout à fait comme les autres : Sur une cinquantaine d’hectares, touristes et visiteurs, parfois étranges, se côtoyent au milieu des tombes du cimetière du Père-Lachaise, le plus vaste de Paris. Ce cimetière serait l’un des lieux les plus hantés de la capitale, selon des spécialistes de la question, mentaliste ou vampirologue.

Portrait Thanatopraxie :

La mort reste un sujet délicat et tabou. Et les soins prodigués aux défunts une activité un peu mystérieuse. Pour Nicole Siegenthaler, directrice de l’entreprise de pompes funèbres Flühmann-Evard-Arrigo, à Neuchâtel, il s’agit d’une vocation héritée de son tout jeune âge. Ses interventions ont pour objectif de rendre leur dignité aux personnes décédées.

Cimetière :

 » A l’occasion de la Toussaint, la fête des morts, nous avons passé 24 heures dans le cimetière municipal de Saint-Denis en Seine-Saint-Denis. » Un joli diaporama à regarder.

Deuil animalier :

4 éléments :

Si en France, seules l’inhumation et la crémation sont autorisées, ça n’est pas le cas ailleurs dans le monde. Vous êtes nombreux à plébisciter de nouveaux procédés pour faire disparaître votre corps après la mort, tels que l’aquamation ou encore la promession, et voilà qu’en Californie, vous pouvez désormais vous faire liquéfier.

La revue de presse vous est offerte par Efflam
Depuis 1874, la Ciergerie Desfossés fabrique et commercialise des cierges et veilleuses destinées au recueillement. Forte de son expérience, la Ciergerie Desfossés crée Efflam. Une gamme de bougies et veilleuses destinée à l’activité funéraire. Ce geste de la flamme pour les défunts permet de renouer avec une tradition dans de nombreux pays du nord.a

Occuper les enfants pendant les vacances de la Toussaint

0
vacances de la Toussaint

Ça y est, nous y sommes. Le changement d’heure qui arrive, les toiles d’araignée dans le brouillard, le taux de sucre qui augmente considérablement. Nul doute, nous débutons bientôt les vacances de la Toussaint. Pour vous, pompes funèbres et autres professionnels du funéraire, cela veut dire, beaucoup de travail. Mais pour vous, parents pompes funèbres et autres parents professionnels du funéraire, cela veut dire, beaucoup, beaucoup, beaucoup, de travail et trouver des solutions pour occuper vos enfants pendant les vacances de la Toussaint.

Heureusement avec un minimum de créativité, – ou de fainéantise ça marche aussi-, certains loisirs entrent parfaitement dans la composition du secteur. Allez…parce que moi aussi j’ai mes propres stratégies je veux bien vous donner quelques idées.

Les films d’animation

Nous avons, bien sur, une bonne partie des films de Tim Burton, en tête L’étrange Noel de M. Jack, Sweeney Todd, Edward aux mains d’argent, et bien sur les Noces Funèbres. Dans les plus récents de Tim Burton sur ce sujet, on trouvera également Frankenweenie, l’histoire de Frankenstein version chien. Toujours tristement coloré, toujours musicalement délicieux. Coraline d’Henri Selick raconte l’histoire d’une jeune fille dans un monde parallèle imaginaire avec ses macabres secrets.

Un peu septique je m’étais pourtant laissée tenter, sans regret, par Paranorman, un petit garçon prénommé Norman peut voir les morts et discuter avec eux. Il tente d’empêcher la destruction de la ville par le fantôme d’une sorcière qui n’est en réalité qu’une petite fille – là je fais du spoiler- qui est aussi incomprise que lui.

Pour les plus petits il reste les classiques, type Casper, ça marche toujours et puis cela rend nostalgique les plus grands.

Dans les films d’animation que je plussoie mais que je ne conseille qu’à partir de la jeune adolescence, il y a le Magasin des Suicides par Patrice Leconte issu du livre du même nom dont j’ai consacré un article entier. Synopsis : Imaginez une ville où les gens n’ont plus goût à rien, au point que la boutique la plus florissante est celle où on vend poisons et cordes pour se pendre. Mais la patronne vient d’accoucher d’un enfant qui est la joie de vivre incarnée. Au magasin des suicides, le ver est dans le fruit…

Un délice macabre, à regarder sans modération et avec beaucoup de sourire.

Nous sommes d’accord les films d’animation étaient la solution numéro, celle de facilité, ou la solution finale une fois que l’on a épuisé les autres.

Il nous reste pourtant les loisirs créatifs. Il y a un an, j’ai acheté à ma fille un carnet de coloriage mandala tête de mort sur fond de fête des morts au Mexique. De quoi occuper un petit moment et de voir la magie du résultat. Modèles à télécharger en 2.3 secondes sur internet.

L’origami

Ça sauve de tout, tout le temps. Ça nous fait nous arracher les cheveux, un peu, aussi, mais surtout ça nous oblige à ralentir la cadence dans un monde qui va vite. En forme de cercueil, de chauve souris, ça ne sont pas les modèles qui manquent.

Et si tout ça ne vous suffit pas, vous pouvez toujours passer aux loisirs créatifs modèle géant. Personnellement petite, je passais beaucoup de temps au magasin de fleurs de mes parents, quelques tiges, un peu de mousse et le tour est joué. Cela stimule la création et l’imagination de jouer aux grands et je ne vous parle même pas de jouer avec la machines à impression pour les rubans…

Les citrouilles d’Halloween

Cette année le vacances arrivent un samedi et non pas un mercredi comme l’an dernier, et quelques jours avant le fameux 31 octobre. D’années en années, cette tradition venue d’outre-Atlantique, prend de l’ampleur en tête de gondole des supermarchés. Remarquez que, si aux États-Unis, l’on se déguise comme nous à carnaval, en France en revanche, nous ne gardons que le côté effrayant du truc. Allez comprendre. Une ineptie selon moi puisqu’il faut envoyer ses enfants le soir, dans le noir, frapper aux portes citrouilles-enfants-pendant-les-vacances-de-la-Toussaint Occuper les enfants pendant les vacances de la Toussaintd’inconnus, manger tout un tas de bonbons qui viennent d’on ne sait où et acheter un déguisement à seulement un mois et demi de Noël, qui va déjà ravager notre compte épargne maiiiiiiis bon.. Les citrouilles disais-je une activité, plutôt ludique, et utile si vous utilisez l’intérieur de vos potirons pour vos soupes automnales. Vous trouverez de merveilleux modèles sur internet, et notamment sur Pinterest, et des tutos à n’en plus finir sur youtube y compris pour ceux qui n’ont pas de citrouilles. De quoi occuper petits et grands un bon moment.

Le Feu Follet

J’adore prononcer ce mot là, et je crois que si j’aime autant regarder le dessin animé Rebelle, c’est pour le feu follet. Même si pour nous, adultes, la magie est levée depuis longtemps, il n’en reste pas moins teinté d’un certain mystère, et pour les enfants, cela reste du domaine du surnaturel. Le feu follet reste une simple manifestation de lumière qui ressemble à une petite flamme. Dans l’imaginaire, le feu follet représente les âmes errantes qui viennent hanter les lieux.- forêts et cimetières la plupart du temps. En réalité, un feu follet, qui apparait seulement quelques secondes est une manifestation de l’émanation du méthane à partir de la décomposition ( pour faire simple, mais ça mériterait un autre article). Entre les corps ayant reçus des soins de conversation et les cercueils hermétiques, les feux follets se font rares, mais dans certains endroits, l’on aime se balader dans les cimetières à la recherche des ces lumières froides. Une chasse au trésor macabre dans les allées du cimetière à la recherche des âmes enfuies, voilà une activité ludique, en plein air, qui a de quoi faire frissonner.

ATRIUM, tombe du père Noël, la rage, vol au cimetière…le réveil du funéraire du mercredi 11 octobre 2017

0
réveil funéraire mercredi 11 octobre

ATRIUM, tombe du père Noël, la rage, vol au cimetière…Dans la presse et sur le web, la revue de presse du funéraire, des pompes funèbres, des crématoriums et des thanatopracteurs du mercredi 11 octobre 2017. Revivez l’actualité dans le réveil funéraire sur Funéraire-Info.

Abracadabra

Frédéric Dupont, ancien gérant de pompes funèbres à Montreuil et au Touquet avait disparu l’an dernier. Au début de l’année 2017, sa famille et ses proches n’avaient plus eu de nouvelles de l’ancien gérant installé à Montreuil rue Pierre Ledent et au Touquet dans la zone d’activités économiques avenue Georges Besse. On se souvient qu’au début de l’année 2017, ce sont les employés qui avaient alerté de la disparition de leur patron. Une sombre affaire d’escroquerie à l’origine de sa disparition…volontaire. 

Tombe du Père Noël

Saint Nicolas était un évêque du 4e siècle qui inspira le mythe moderne du père Noël. De nouvelles allégations suggèrent que la tombe de cet ecclésiastique se situe sous une ancienne église du sud de la Turquie, dans la province d’Antalya.

La rage

Un enfant de dix ans habitant le Rhône souffre de la rage après avoir été mordu par un chiot au Sri Lanka, un cas extrêmement rare en France. 

Dégradation

Un caveau du cimetière municipal de Bastia a été dégradé et un cercueil profané. Trois plaques de la façade d’un caveau ont été descellées. L’un des cercueils a été en partie sorti de son logement et forcé.

Peine de mort

Aujourd’hui, quatre-vingt-sept pays appliquent encore la peine de mort. Les militants contre la peine capitale Florence Bellivier et Dimitris Christopoulos expliquent, dans une tribune au « Monde », qu’elle vise surtout les plus démunis.

Cimetière et tombes numériques 


Les tombes du cimetière sont désormais géolocalisables grâce à une borne numérique à Saint-Amand-les-Eaux. Cela permet désormais aux visiteurs de retrouver tous les défunts inhumés au cimetière central, et de localiser leur sépulture. Les deux autres cimetières de la ville devraient bientôt être équipés.

Vol au cimetière de Granon

La statuette de bronze a été volée au cimetière de Granon, sur le caveau appartenant à une Marmandaise. La statuette était posée sur la tombe où repose sa fille une petite fille de 9 ans. 

Toussaint

On en parle déjà dans la presse, la Toussaint approche et avec elle son lot de tradition. Au fil des siècles, le caractère religieux de la Toussaint s’est estompé au profit de la tradition populaire. Une pratique toujours vivace mais en recul.

Assurance décès

Même si les personnes en bonne santé ont rarement l’habitude de prévoir le pire, elles commettent sans doute là une grave erreur, qui pourrait coûter à leur famille, à leurs enfants, à leur conjoint ou conjointe. Ainsi, combien de fois peut-t-on entendre qu’une assurance-décès n’est pas nécessaire, alors qu’elle peut sauver financièrement votre famille .

ATRIUM

Le 16 octobre 2017, Julien SANCHEZ, Maire de Beaucaire et Conseiller régional d’Occitanie participe 14h à la pose de la première pierre du crématorium de Beaucaire, en présence de nombreux élus, de la Société ATRIUM, le délégataire, représentée par Valérie HUET, Directrice de projets, Jean-Antoine GOURINAL, Directeur des crématoriums et de l’environnement du Groupe OGF, et Philippe BARNOLE, Directeur Délégué Région Sud-Est d’OGF.

 

Le marronnier de la Toussaint : à qui profite le crime ?

0
Toussaint

Pas à vous, ça c’est certain, vous allez devoir prendre une dose maximale de Lexomil pour vous calmer des inepties délivrées contre les pompes funèbres. Pas aux familles non plus qui seront tiraillées entre les « c’est trop cher ! » et les « je veux ce qu’il y a de mieux pour ma famille » et certainement pas à moi, qui vais devoir faire le tri dans le flot d’articles pré et post Toussaint.

Joyeux anniversaire

« Temps de Toussaint », « qu’allez-vous faire pour les vacances de la Toussaint ? » Pas moyen d’y échapper, à chaque fois que je regarde quelque part tout me rappelle le temps gris, brumeux et sinistre du mois de Novembre. Vous allez être sollicités, et vous l’avez peut-être déjà été : « On peut vous interroger pour la Toussaint ? Vous pourriez nous parler de votre entreprise ? Bonnnnn aloooors y a des morts cette année ? » Excusez les journalistes, les marronniers ça n’est pas leur tasse de thé. Pourtant, vu notre calendrier grégorien, si l’on y regarde de près, des marronniers, il n’y a que ça. Pour le reste il suffit de changer deux trois choses, séisme au Mexique au lieu de l’Italie ou du Japon, attentat à Londres, au lieu de Paris ou d’ailleurs, etc., finalement ceux qui parlent le plus des morts, ce sont ceux qui détestent en parler.

« Pourquoi diable les obsèques ne sont pas gratuites ? »

Le véritable marronnier il est là, c’est cette question où tout à coup la pompe funèbre se doit d’être un ecclésiastique à la bonté d’âme charitable, et encore pas un de chez moi, puisqu’ici avec le concordat ces derniers sont rémunérés. On oppose souvent la vie et la mort, en réalité c’est la naissance que l’on doit mettre de l’autre côté de la balance. Les obsèques en France s’élèvent à un coût moyen de 3500 €, tandis que pour la naissance l’on passe… directement au double ! Mais on ne le voit pas, alors on ne dit rien.

Imaginez qu’en allant chez une pompe funèbre au lieu de faire un chèque on donnait directement la carte vitale, il n’y aurait plus de gros titre à la Toussaint. Chambre privée, premiers biberons, couches et produits pris en charge, visite de contrôle, etc etc. La naissance entre dans le financement de la Santé, la mort non. Une ineptie si on y réfléchit bien, c’est même une escroquerie puisqu’à partir du moment où l’on naît, la seule chose certaine c’est que l’on va mourir. Un psychiatre est pris en charge, mais pas des obsèques. Si tout à coup l’on commençait à vous faire un devis détaillé de tout ce que vous allez devoir payer quand vous en venez à votre troisième échographie, il y a fort à parier que vous réfléchissiez à deux fois lors de votre prochaine partie de jambes en l’air.

Dis-moi, combien tu coûtes ?

Toujours est-il que derrière le sacrosaint – oui je suis très spirituelle aujourd’hui- cercueil, il y a tout un tas de choses qui ont un coût réel et qui heureusement d’ailleurs méritent d’être payées à commencer par les professionnels du funéraire eux-mêmes. Peu ou pas de vacances, à voir la douleur, à sentir le chagrin, et à encaisser tout un tas d’histoires familiales des plus nobles au plus tordues, faire ce métier ça n’est pas donné à tout le monde et pourtant vous ne verrez pas de Porsche Carrera garée sur le parking de la chambre funéraire.

Ce qui dérange la société c’est l’argent SUR la mort, or l’angle est erroné. Quelle valeur peut bien avoir une vie ? Combien d’argent coûte un défunt ? C’est un raisonnement absurde que d’année en année il faut pourtant démonter, réajuster et faire comprendre.

Courage chers amis et professionnels du funéraire, ça n’est qu’un (sale) (petit) moment à passer.

Review : Ça s’est passé cette semaine sur Funéraire-Info

0

Bonjour à toutes et à tous, un petit dimanche cocooning ou un convoi à préparer ? Dans tous les cas, venez avec moi dans la review de la semaine qui présente les articles écrits et sélectionnés pour vous.  Commémorations. C’est le mot d’ordre en cette semaine. Si la semaine passée était faite de recueillement, nous restons cette semaine encore quelque peu silencieux, hommages en perspective.

Commémorations

Si le 11 novembre fait partie de l’ADN de l’histoire de notre pays, le 13 novembre fait désormais partie de notre mémoire collective. Je m’interroge cette semaine et vous interroge par la-même sur la nécessité ou non de célébrer ce 11 novembre. Quant au 13 novembre, derrière les attentats, nous nous rappelons des noms, des sourires et des visages.

Toujours dans le recueillement je vous ai amené au crématorium de Metz où s’est déroulée la cérémonie du souvenir le 1er novembre dernier.

Toujours dans le cadre des cérémonies, Mélanie vous emmène dans l’histoire des monuments aux morts, suivez cette exposé en deux parties.

On fait le point !

Mélanie nous explique, caveau, enfeu, fosse, quelles différences ?

La mise aux normes des crématoriums c’est pour bientôt, Guillaume a interrogé Michel Chazottes de Funéraires de France, du contrôle technique des crématoriums qui revient pour nous sur ces nouvelles dispositions.

L’urne funéraire; et si vous souhaitez/devez la transporter dans votre voiture ? Y-a-t-il des règles à suivre ? Quelles sont les formalités ? Que dit la loi ? Guillaume nous explique.

Ils sont près de 500 000 en France, ce sont les orphelins, je vous dresse un constat de la situation de ces milliers de jeunes qui ont vu s’arrêter leur enfance.

Économie

Le blood marketing ? Mais qu’est-ce-que c’est que ça ? Je vous dis tout.

Guillaume vous donne son point de vue, l’ubérisation, ce mot à la mode semble se propager au milieu funéraire, notamment à l’entretien de sépultures. Qu’en-est-il exactement ?

Côté pro

Côté urnes funéraires, je vous présentais Hadès collection il y a quelques temps avec ses urnes novatrices en plexiglas et personnalisables. Je vous présente leur nouvelle collection.

Efflam c’est votre spécialiste de bougies personnalisées.

Côté culture, on retourne sur le sujet des crématoriums, Guillaume à interrogé Valentin Bodenghien pour Funéraire Info, architecte il a écrit un mémoire sur l’évolution théâtrale des crématoriums.

De mon côté je vous emmène dans le Bayou à la découverte du Vaudou.

La semaine prochaine on continue de faire le point, on continue de se cultiver, et on continue de vous mettre en lumière.

Vous avez des idées ? Des réclamations ? Des revendications ? Partagez-les-moi. Bon dimanche à vous, merci de m’avoir laissé rentrer chez vous. On repart ensemble dès demain.

Funéraire-Info, pour vous, par vous.

Le tendre hommage au crématorium de METZ

0

Hommage au crematorium de Metz

Publiée par Funéraire Info, le journal du funéraire sur Mardi 1 novembre 2016

Mardi 1er Novembre je me suis rendue au crématorium de Metz afin d’y vivre la cérémonie du souvenir organisé par son directeur Gilles Bongiovanni , comme chaque année. Car oui, il s’agit bien de « vivre » la cérémonie. Un temps d’hommage et de recueillement empli de douceur.

Un brin chauvine, j’aime à me rendre à ce crématorium de France de Metz – groupe Funécap – et qui est un très beau crématorium. Un intérieur tout en bois, une ambiance douce, zen et qui invite au recueillement mais pas à un recueillement triste plutôt à une méditation.

La crémation est un point particulier à Metz, et ce d’ailleurs pour toute l’Alsace-Lorraine. En effet, alors que le taux de crémation en France est de 35 % en Lorraine il est ici de près de 55 %. Le recul de la religion catholique est-il en cause ? Il y a en effet beaucoup de protestants en Lorraine – qui ont accepté la crémation dès 1887 -. Pourtant près de la moitié de ces crémations sont religieuses. Une raison écologique ? Économique ?. En tout cas le constat est là. L’Alsace-Lorraine est aussi équipée de 15 crématoriums ce qui est bien supérieur aux autres régions de France.

Musique, c’est ce qui nous attendait pour cette cérémonie du souvenir afin de se recueillir pour les défunts crématisés ici, mais aussi pour l’ensemble des défunts.

cérémonie-souvenir-2 Le tendre hommage au crématorium de METZLa cérémonie débute sur l’histoire des quatre bougies la Paix – la Foi – l’Amour – l’Espoir :

Quatre bougies brûlaient lentement. Il régnait un tel silence que l’on pouvait entendre leur conversation. La première dit « Je suis la Paix ! Cependant, personne n’arrive à me maintenir allumée… je crois bien que je vais m’éteindre… »

Sa flamme diminua peu à peu, et disparut.

La seconde dit « Je suis la Foi ! Mais dorénavant, le monde pense que je ne suis plus indispensable… Ca n’a pas de sens que je reste allumée plus longtemps ! »

Et sitôt qu’elle eut fini de parler, une brise légère souffla sur elle et l’éteignit. 

La troisième bougie se manifesta à son tour « Je suis l’Amour ! Mais je n’ai plus de force pour rester allumée. Les gens me laissent de côté et ne comprennent pas mon importance. Ils oublient même d’aimer ceux qui sont proches d’eux… »

Et sans un bruit, elle s’effaça à son tour.

Alors entra un enfant, qui vit les trois bougies éteintes.

« Mais pourquoi avez-vous cessé de brûler ? Vous deviez rester allumées jusqu’à la fin ! »

Et une larme glissa le long de sa joue…

Alors la quatrième bougie murmura « N’aies pas peur. Tant que j’ai ma flamme, nous pourrons rallumer les autres bougies. Je suis l’Espérance ! »

Alors, les yeux brillants, l’enfant prit la bougie de l’Espérance et ralluma les trois autres.

cérémonie-souvenir- Le tendre hommage au crématorium de METZLa cérémonie est douce, sans faute note. La maitre de cérémonie fait bien attention de ne pas faire de bruit à chaque prise de parole et elle alterne ses discours avec le directeur lui-même. Tour à tour ils parleront aux familles, mais aussi au nom des défunts. À mi-chemin entre une cérémonie religieuse et une cérémonie civile, tous s’y sont reconnus. Chaque discours étaient ensuite entrecoupés d’interludes musicaux au violon afin de permettre d’apprécier les paroles prononcées précédemment et de se recueillir.

J’y suis allée pour raison professionnelle, je connaissais ce crématorium et je souhaitais vous faire partager avec moi la douceur de cet hommage. Mais bien vite ce n’était plus la rédactrice qui était là sur ces bancs, mais celle qui venait aussi être submergée par le souvenir. Je n’avais jamais pris le temps de me recueillir pour un décès dont je peine encore à parler aujourd’hui. Les mots justes et posés de ce jour m’ont permis d’ouvrir la première porte du chagrin et de ce deuil rétroactif. Une cérémonie sans prise de position dans laquelle je me suis reconnue.

 

Review : Ça s’est passé cette semaine sur Funéraire-info

0

Bonjour à toutes et à tous, vous avez les yeux ouverts ? Allez je vous emmène dans cette review de la semaine un peu spéciale puisqu’il s’agit de la semaine de la Toussaint. Nous nous sommes déplacés, nous avons rendu hommage, nous nous recueillis. Retour sur cette semaine particulière faites de mémoire et de silence.

Polémique

Retour un instant sur le point polémique de la semaine. Chose promise, chose due, je vous avais dit que l’article en réponse à RTL/Familles Rurales serait à la review de la semaine, le voici. En cause, des clients mystères qui ont effectué des devis auprès de plusieurs pompes funèbres dans le Doubs et dont le résultat tendrait à révéler que les pompes funèbres proposent des prestations optionnelles abusives aux familles.

La Toussaint

Pour commencer, si vous souhaitez jeter un œil à l’ensemble des articles sélectionnés pour vous dans les médias français, Guillaume a préparé un sommaire des différentes revues de presse.

Positif ! C’est le mot qui revient dans nos différentes impressions à la rédaction. Chacun y va de son point de vue, de son angle. On a lu et revu pour vous cette Toussaint 2016.

Côté pro

Interviews exclusives pour Funéraire-Info

Jean-Ruellan Review : Ça s'est passé cette semaine sur Funéraire-info

OGF : Jean Ruellan, directeur marketing et communication pour OGF revient sur l’actualité du groupe et l’avenir du leader en France.

photo-Thierry-Gisserot Review : Ça s'est passé cette semaine sur Funéraire-info
Thierry Gisserot

FUNECAP : Thierry Gisserot co-président exécutif du groupe, revient sur les ambitions du groupe et ses perceptives d’avenir.

Cette semaine on vous a parlé aussi

De l’actu : Jeudi était la journée nationale de lutte contre le harcèlement scolaire, nous revenons dessus.

Des pompes funèbres : Du service, du service, du service.

De l’information : Suite à l’incendie qui a touché l’usine SAPI, le fabriquant est déjà au travail.

De culture : Je vous ai fait voyager cette semaine, ma chronique vous emmène au quatre coins du monde afin de voir comment se fête les morts dans les autres cultures.

De mystère : Guillaume est perplexe, des disparus qui publient sur Facebook ? Il suit cette enquête qui à l’air de vous passionner, et qui n’est pas finie…

La semaine prochaine, je vous emmène au cœur de la cérémonie du souvenir à Metz. On parlera aussi de vous, pompes funèbres et des problèmes que vous rencontrez avec les factures impayées. On vous parlera aussi du transport d’une urne funéraire, interdit ? Possible ? Le point sur la loi. L’ubérisation ça vous parle ? Guillaume vous donnera son point de vue.

Vous avez des idées ? Des réclamations ? Des revendications ? Partagez-les moi. Bon dimanche à vous, merci de m’avoir laissé rentrer chez vous. On repart ensemble dès demain.

Funéraire-Info, pour vous, par vous.

Chronique toussaint du monde : Mexique, Dia de Muertos

0

Dernier jour de la chronique consacrée à la toussaint dans le monde. Après le Japon, les Antilles, la Sicile et la Bolivie, bien évidemment je ne pouvais pas clore cette chronique sans vous emmener au Mexique. Vous vous souvenez du dernier James Bond et cette magnifique ouverture sur la fête des morts ? Alors c’est parti, on y retourne.

 « la muerte es un paso a la vida »

 « la mort est un passage vers la vie ».

La semaine passée je vous parlais du film d’animation, la légende de Manolo, une jolie histoire sur fond de fête mexicaine.  « Dia de Muertos », autrement dit La fête des morts, se déroule les 1er et 2 novembre. Il s’agit de l’une des fêtes  les plus importantes du pays.

Pour bien différencier, le 1er novembre est consacré aux âmes des enfants, et le 2 novembre à celles des adultes.

Un peu comme dans les autres pays où nous sommes allés cette semaine, c’est la tradition populaire qui domine. Elle veut que l’âme des morts revienne visiter sa famille durant toute la journée. A ce titre, les vivants font des offrandes. Tout comme au Japon, des autels sont installés à l’intérieur des maisons. On y retrouve de la nourriture bien sûr, mais aussi des cigarettes comme en Bolivie, propres à la culture latine. Des photos du défunt accompagnent les offrandes et bien sûr des fleurs, beaucoup de fleurs, surtout de  Cempasúchil.

On parle on parle mais…ça vient d’où ?

Ou plutôt…ça date de quand ? Et bien le rituel du dia de los muertos est vieux de plus de 3 500 ans bien avant l’arrivée des européens.  Il a en effet été pratiqué par les Mixicas, les Mayas ainsi que les Totonèques. Lorsque les espagnols ont conquis le Mexique, la fête existait déjà, elle était célébrée le neuvième mois du calendrier solaire mexica (durant le mois d’Août) et elle ne durait pas deux jours, mais un mois complet. Mais pour la faire coïncider avec leur fête des morts chrétiennes, la date a été changé pour le 1er novembre.

On y trouve quoi ?

Des « calaveras » ! Ce sont des figurines qui ont pour but de se moquer de la mort au travers de crânes, squelettes. Elles servent de décoration, certaines sont en sucre ou en chocolat. Tout est coloré et représentatif de la culture mexicaine.

calaveritas Chronique toussaint du monde : Mexique, Dia de MuertosD’ailleurs la culture populaire a vu arriver ces dernières années l’influence des États-Unis et donc d’halloween, il n’est donc pas rare de voir des enfants déguisés ce jour là mais au lieu des bonbons, ils vont chercher…des calaveras.

Des autels

Ils ont plusieurs niveaux, là encore, comme au Japon. Ces niveaux représentent les différents lieux traversés par l’âme des défunts.

On y retrouve :

  • Des photos du défunt
  • des objets personnels qui lui appartenaient
  • des bougies
  • un crucifix
  • du papier coloré et découpé ( un peu comme de la dentelle mais qui donne des motifs )offrandes-autel-mexique- Chronique toussaint du monde : Mexique, Dia de Muertos
  • des fleurs, en particulier des œillets d’Inde(« cempasúchil »)
  • de l’encens qui symbolise le passage de la vie à la mort
  • de la nourriture, en particulier du pain de mort(« pan de muerto »), des têtes de mort en sucre (« calaveras de alfeñique ») des fruits et du maïs qui symbolise la récolte.

« Tu devrais voir ça ! Des couleurs et de la musique partout. C’est très festif, on mange et s’amuse, tout est dans l’exagération pour aider à se moquer de la mort. Notre culture est comme ça, et je crois que le monde l’a bien compris. Aujourd’hui on observe un tourisme à cette période de l’année, les gens sont curieux, ils viennent voir comment on réussit à défier la mort, et on a coutume de dire  » No se puede negociar con la muerte, pero sí se puede hacer negocio con ella » autrement dit : On ne peut négocier avec la mort mais on peut faire des affaires avec elle. »  Marco pour Funéraire-Info

Mais encore ?

Les personnes qui malheureusement décèdent durant le mois précédent la fête ne reçoivent pas d’offrande. En effet elles n’ont pas encore eu le temps de demander la permission de retourner sur Terre.

Le 1er novembre, pour les enfants morts avant d’avoir été baptisés, les mexicains offrent des fleurs blanches et des cierges. Pour les autres enfants ils leurs apportent des jouets.

Pour les adultes en revanche il est apporté des bouteilles de tequila. – Je vais de ce pas me renseigner pour être enterrée là-bas

Comme en Bolivie, on retrouve des crânes un peu partout. Ils sont décorés, gravés du nom du défunt, mais on peut aussi manger dedans. Ne faîtes pas beurk, vous êtes nombreux à avoir des choppes de bières ou des shooter en forme de crâne chez vous, l’idée est la même.

Très poétique, afin de guider les âmes, un chemin de pétales de fleurs est réalisé de la rue jusqu’à l’autel. Les Mexicains, sont presque tous catholiques, et ils débutent ainsi leur journée en priant les défunts, et la terminent en buvant à leur santé.

Pourquoi on aime tant ça ?

L’UNESCO a classé cette fête au patrimoine Mondial en 2003. Les mexicains ont un rapport avec la mort on ne peut plus surprenant pour nous, occidentaux. Derrière le respect pour leur défunt, il y a surtout un beau pied de nez à la mort. La vie…résolument.

Merci à tous mes contributeurs, et si vous aussi vous voyagez pendant les fêtes de la Toussaint, ou si votre culture fête autrement cette fête des morts, n’hésitez pas à me communiquer tout ça. On laisse les défunts tranquille, et on les retrouve l’année prochaine.

Toussaint : revue de presse des divers et de l’ailleurs

0
presse papier
Presse papier en France

La Toussaint, c’est partout. Revue de presse de ce dont on parle chez nos voisins et amis francophones. Et les divers, on ne savait pas où les classer, alors on les a mis là. Il y a un peu de tout, le meilleur et le pire, mais c’est aussi ça, la Toussaint.

Dans La Capitale.be – Demi pensions pour polygames

Des femmes vivant en Belgique et dont les maris ont contracté un deuxième mariage au Maroc doivent partager la pension de survie de l’époux décédé avec l’épouse qui est au Maroc. Ces femmes ne sont pas d’accord mais cette mesure est prévue dans une convention belgo-marocaine. Un article à lire ici.

Dans Le Temps – Née un jour de Toussaint

Naître à la Toussaint, c’est prendre le contre-pied dès son arrivée. Tant mieux. Mais il y a des limites aux attentes déjouées… Un article à lire ici.

Sur Culturebox – Raoul Wallenberg déclaré mort

Sa trace s’est perdue dans les geôles soviétiques à la fin de la Deuxième Guerre mondiale : le diplomate Raoul Wallenberg , sauveur de milliers de juifs hongrois, a finalement été déclaré mort lundi par la Suède, son pays natal. Un article à lire ici.

Dans Le Monde.fr – Décès par cancer du sein en forte hausse

Deux rapports, l’un de la Société américaine du cancer (ACS – American Cancer Society) et l’autre paru dans la revue scientifique The Lancet, alertent sur l’explosion du nombre de décès par cancer chez les femmes, liée en particulier au cancer du sein. Un article à lire ici.

Sur LCI – Allumer le feu, le hit parade des obsèques

Lors des cérémonies de crémation, les proches des défunts passent une chanson. Et il est des chansons qui reviennent souvent. Le journal L’Union en a fait une playlist. Avec du Johnny dedans ! C’est à découvrir ici.

Sur Ouest France – Escrocs et un peu idiots

Une fleuriste de la région de Saint-Brieuc vendait des chrysanthèmes, ce mardi, près du cimetière de Cesson. Sur l’étal d’à côté, les fleurs portaient l’étiquette de sa propre boutique ! Elles ont probablement été volées sur des tombes. Les deux hommes qui voulaient les vendre sont en fuite. Un article à lire ici.

Dans la Voix du Nord – Boulette, tomber sur un os

La découverte faite par cette habitante du Valenciennois l’a un peu dégoûtée, surtout en cette période de Toussaint. En se rendant au vieux cimetière de Denain, elle est tombée sur un bout de mâchoire posé sur une tombe. Des ossements qui refont surface, ça peut arriver nous explique-t-on à la Ville. Un article à lire ici.

Dans le Huffington Post – Préparer sa mort

Trois ouvrages pour la préparer (pas la fête, mais sa mort), enquêter (au pays de la mort) et accompagner (une personne mourante). C’est à lire ici.

Dans ChevalMag – Hommage aux animaux disparus

A la Toussaint, nombreux seront ceux qui auront aussi une pensée pour leur animal disparu. Sensible à leur peine, la Fondation 30 Millions d’Amis a mis en place un espace dédié, permettant de rendre hommage aux animaux qui nous ont quittés : en-memoire-de-mon-ami.fr. Un article à lire ici.