Accueil Tags UGCF

Tag: UGCF

Interview de Philippe Gentil, le boulimique du funéraire

1
Philippe Gentil, président de l'UGCF, bien entouré

Personnage incontournable des pompes funèbres, Philippe gentil nous a accordé cette interview, à l’occasion du rachat par sa société des Pompes Funèbres Rébillon. Entretien à bâtons rompus.

Un parcours exceptionnel

philippe-gentil-marie-ange-del-giovare-et-jennyfer-warin-de-pascal-leclerc-300x225 Interview de Philippe Gentil, le boulimique du funéraire
Philippe Gentil, président de Pascal Leclerc, entouré de Marie-Ange Del Giovare et de Jennyfer Warin, chargées de développement, au salon Funexpo de Lyon

A 48 ans, Philippe Gentil peut se targuer d’avoir parcouru les hautes sphères des pompes funèbres. Un parcours auquel cet ancien étudiant en commerce ne se destinait pas forcément, lorsqu’il passait son MBA à San Francisco. Il rejoint la Lyonnaise des Eaux, alors propriétaire des Pompes Funèbres Générales, en tant qu’analyste financier. Puis l’opérateur funéraire est racheté par Service Corporation International, et Philippe Gentil repéré « J’avais l’avantage, par rapport à d’autres, de parler très couramment Anglais, grâce à mes études. J’ai été chargé du développement du groupe, à l’étranger, en Belgique, Italie, Espagne, République Tchèque et Suisse » tout en dirigeant le groupe en Belgique. Il prend ensuite la direction de la stratégie du Groupe en Europe, jusqu’à fin 2002 « Les choses avaient changé, les américains voulaient se retirer, et de mon côté, je m’ennuyais un peu dans la nouvelle direction que prenait la société. ».

Philippe Gentil quitte alors le groupe, pensant avoir tourné la page des pompes funèbres. Erreur, comme il ne va pas tarder à s’en apercevoir. « J’ai pris mon temps pour chercher une nouvelle direction, en pensant sincèrement que les pompes funèbres, c’était fini » mais son expérience est requise par un groupe dans lequel il a investi pour mener à bien le rachat d’une société de pompes funèbres en franchise, Roc’Eclerc. « Ça a pris du temps » confie Philippe Gentil, « on a négocié âprement avec Michel Leclerc » sourit-il. Il prend alors la destinée du franchiseur en mains, pendant cinq ans. « Nous avions 307 franchisés quand je suis arrivé, et 450 quand je suis parti » souligne Philippe Gentil, qui quitte le groupe en 2009, « suite à un désaccord. Ce sont des choses qui arrivent, l’on ne peut trouver un terrain d’entente et l’on part ».

Cette fois-ci, c’est dit, Philippe Gentil quitte les pompes funèbres « Eh bien, non », rit-il. « Encore une fois, j’ai pris mon temps, encore une fois, je pensai avoir fait le tour de la question, et je me dirigeai vers l’agroalimentaire, un secteur qui m’intéresse aussi beaucoup. Mais l’évolution du marché n’était pas favorable ».

Naissance d’un groupe

180_pfpllogocarre Interview de Philippe Gentil, le boulimique du funéraire
Cliques sur l'image pour accéder au site

« C’est alors », poursuit Philippe Gentil, « que j’ai croisé deux investisseurs avec lesquels j’avais déjà travaillé, qui cherchaient une activité peu en prise avec les aléas de la crise ». Tiens, mais… « Je leur ai proposé de monter un groupe d’investissement dans les pompes funèbres » mais vous aviez pourtant juré qu’on ne vous y reprendrai plus ? « C’est un métier dont on ne se défait pas facilement » avoue-t-il, « qui apporte beaucoup d’un point de vue humain » et, pour cet infatigable travailleur, toujours sur le terrain « ou l’on rencontre de fortes personnalités, vraiment attachantes ». Les pompes funèbres le poursuivent, mais l’homme ne s’en plaint pas, finalement.

C’est ainsi que naît Funécap, société d’investissement qui part d’une idée limpide : « Avoir à la fois une offre de franchise, et une offre en nom propre ».

La marque en franchise, c’est Pascal Leclerc, Monsieur et Madame Leclerc étant alors désireux de vendre. Après des négociations, la marque est cédée et devient le porte-étendard de Funécap.

70-rebillon-pompes-funebres-services-funeraires-creation-site-internet-v Interview de Philippe Gentil, le boulimique du funéraire
Cliquez sur l'image pour accéder au site

La marque Pascal Leclerc est ainsi proposée en franchise. « Nous avons fait une étude », note Philippe Gentil, « qui la place seconde, en notoriété, derrière PFG ». En parallèle, Funecap acquier des sociétés « La stratégie consiste à posséder un réseau de sociétés en nom propre dans les grandes agglomérations, et sur les centres urbains de taille moyenne, déployer un réseau de franchisés ». Ainsi, des acquisitions sont faites sur la Côte d’Azur, dans la Vallée du Rhône, en Bretagne et dans le Nord. Dernière acquisition en date, les Pompes Funèbres Rébillon, en région parisienne.

Ce qui place Funécap en deuxième position sur le marché Français en terme de chiffre d’affaire sur les sociétés succursalistes. « Il nous reste une belle marge de progression » annonce Philippe Gentil, avant d’annoncer les chiffres plus que satisfaisants de la franchise « 4,5 entreprises nous rejoignent en moyenne chaque mois » se félicite-t-il, « qui font confiance à notre expertise. Nous nous donnons les moyens d’assurer le succès de nos franchisés. Ce sont des clients, c’est vrai, ils paient pour un service, mais il ne faut jamais oublier qu’ils peuvent nous demander des comptes ».

Grâce à tout cela, Funecap c’est aujourd’hui 12 000 convois à l’année, 500 salariés, 15 chambres funéraires, et les crématoriums de Cuers, Manosque et Beaurepaire.

Philippe Gentil dirige également Alliance Funéraire, un groupe de prestations, proposant du personnel et des véhicules de pointe pour les convois haut de gamme, qui gère également un crématorium, qui vient s’ajouter aux trois déjà gérés par Funécap. Avec tout cela, Philippe Gentil trouve encore le temps de présider aux destinées de l’UGCF. L’on se dit, devant ses activités et la passion qu’il met à parler de son travail, que si le funéraire le poursuit, il est aussi d’accord pour se laisser rattraper.

UGCF, la maison brule?

0

Selon nos informations la société des crématoriums de France aurait quitté l’Union des Gestionnaires de Crématoriums Français

Plus d’information à venir!

logo-UGCF-300x175 UGCF, la maison brule?
Actualité de l'UGCF

 

UGCF, un nouveau président, Philippe Gentil (PF Pascal Leclerc)

1

Le vendredi 16 novembre 2012 à Lyon, pendant Funexpo, les membres de l’UGCF étaient réunis dans le cadre d’une assemblée générale visant à renouveler les membres du conseil d’administration et du bureau, M. Pierre Vidallet avait évoqué cela lors du colloque de Toulouse en septembre 2012

Les nouveaux membres du Conseil d’Administration et du Bureau sont les suivants:

Philippe Gentil assume aujourd’hui, au sein du bureau les fonctions de Président de l’UGCF (Philippe Gentil est président des Pompes funèbres Pascal Leclerc, gestionnaire de 4 crématoriums en France)
Yves Guizard, Jérôme Uguen et Jean-Pierre Comtet intègrent le bureau (ou y poursuivent leurs missions)

image001 UGCF, un nouveau président, Philippe Gentil (PF Pascal Leclerc)
UGCF

Association loi 1901, l’UGCF est composée d’une Assemblée Générale, d’un Conseil d’Administration et d’un Bureau

Plus d’information à venir!

Colloque de l’UGCF à Toulouse, de la terre au ciel

1

Pour notre seconde participation au colloque de l’UGCF, le mercredi 26 septembre 2012, nous sommes à Toulouse, la ville rose.

Nous avons décidé de prendre la métaphore  » de la terre au ciel » pour titrer ce papier pour la raison suivante:

L’an dernier nous étions à Beaune pour cette réunion, Beaune son terroir, son vin et cette terre où nous vivons, mais cette année nous sommes dans la capitale européenne de l’aéronautique  et de l’espace et j’aime l’image que nous donnent les patrons de crématoriums : celle de se réunir dans cette ville qui nous rapproche du ciel, ce ciel que l’on contemple les nuit d’été en pensant à nos proches disparus.

UGCFtoul-300x210 Colloque de l'UGCF à Toulouse, de la terre au ciel
UGCF, Ensemble, Fédérons un Métier

 

L’ensemble des participants ont convergé vers Toulouse le mardi dès 17h30, car le colloque, placé sous le signe de l’échange, de l’information et du sérieux, est aussi un moment de convivialité avec la visite des installations du stade Toulousain commenté par Didier Lacroix, joueur du Stade toulousain jusqu’en 2002 et patron de l’agence A-La-Une (www.a.la.une.fr) qui a organisé la logistique de la manifestation de l’UGCF de main de maître.

Cette visite du temple du Rugby était l’occasion de revenir sur les valeurs et les fondamentaux du ballon ovale, à savoir solidarité, esprit d’équipe, respect, valeurs que l’UGCF et ses membres partagent en plaçant ce séminaire sous le slogan : « Ensemble, Fédérons un métier ».

 

Le mercredi matin, participants, exposants et intervenants étaient présents pour participer à cette manifestation réunissant quelques 80 personnes. Pierre Vidallet a lancé la manifestation à l’heure dite avec un un mot de bienvenue et est revenu sur le programme et l’organisation de la journée avant de donner la parole au premier intervenant.

 

UGCF-salle-studieuse-300x224 Colloque de l'UGCF à Toulouse, de la terre au ciel
UGCF, le colloque de Toulouse

« Comment réduire la facture de gaz en faisant jouer la concurrence »

Retour d’une expérience réussie (20% d’économies) et suggestions pertinentes par Jean-Michel Philip DGA du SIGEIF (Syndicat Intercommunal pour le Gaz et l’Electricité en Ile de France).

Une intervention technique mais nécessaire pour aborder un aspect financier de la gestion d’un crématorium et donc sa rentabilité.

 

« L’impact de la crise sur la transformation ultrarapide du métier en Espagne. Un destin inéluctable pour la France ? »

Juan Antonio Zarco, Directeur d’Hygeco Espagne, qui a vu le funéraire et en particulier la gestion des crématoriums se privatiser systématiquement sous la pression de la récession.

Un panorama complet de la situation en Espagne avec les acteurs, des chiffres, et les évolutions du marché, c’était vraiment passionnant.

 

Récréation devant un café et rencontre des exposants.

 

Jean-Pierre Sueur, Président de la commission des lois du Sénat, nous a parlé de sa vision du secteur funéraire par vidéo interposée, c’est exclusif pour l’UGCF !

ITW-UGCF-Sueur-224x300 Colloque de l'UGCF à Toulouse, de la terre au ciel
Intervention de Jean-Pierre Sueur

 

« Le lobbying : Un atout pour notre profession ? »

Un spécialiste, Stephan Denoyes, est venu présenter ses expériences, les bonnes et les mauvaises, et nous dévoile une partie des secrets de son métier pour nous éclairer sur les possibilités qui s’offrent à nous.

Un sujet certes méconnu, mais qui montre la volonté du bureau de l’UGCF de peser à terme au niveau des pouvoirs publics et de devenir incontournable pour anticiper les évolutions législatives (France/ Europe) pesant sur les gestionnaires de crématorium.

 

« Comment gérer la charge émotionnelle du personnel dans nos établissements ? »

Une psychologue reconnue, Cynthia Mauro, vient nous apporter des pistes de réflexion inexplorées pour soutenir et former nos personnels.

Comment prévoir, anticiper le mal être du personnel qui travaille dans des conditions émotionnelles fortes dans ce métier qui ne peu se  contenter « d’à peu près »  du fait de sa dimension sacrée.

 

Pause déjeuner sur place autour des stands, avec par des ateliers gastronomiques

 

Reprise des débats avec « Le point sur la technique de filtration »

Dernières évolutions du matériel, récupération de chaleur, les possibles et les impossibles, par Andrew Mallalieu, Expert de l’Institut Britannique de Combustion.

Sujet parfois polémique mais toujours important, l’Angleterre est en avance sur nous, mais sommes-nous prêts à chauffer une piscine avec la récupération de la chaleur de nos fours ?

 

 

« La gestion du crématorium, un service public »

Une réflexion et un débat que nous propose Corinne Loiodice, Présidente de l’UPFP (Union du Pôle Funéraire Public)

Une belle intervention sur un thème « brûlant », le crématorium est un service public… souvent géré par le privé !

 

L’heure du goûter, rencontre des exposants.

 

Séquence « Retour vers le futur » autour de la crémation chimique

Sandy Sullivan, créateur de la crémation chimique, revient cette année nous montrer ses appareils en fonctionnement au Etats-Unis, ses résultats et une approche qui est loin d’être dogmatique…

La liquéfaction des corps, plus écologique que la crémation (la resomation) et le concept d’obsèques vertes nous interpellent avant les nécessaires évolutions législatives pour l’imposer en France.

 

Et pour terminer, Jean-Luc Richon du Ministère de la Santé nous a présenté par l’intermédiaire de Pierre Vidallet (car il était retenu ailleurs) un diaporama sur les réglementations à venir et leur calendrier et… c’est dense.

Et pour finir le mot du président, Pierre Vidallet, a savoir,  « L’UGCF cherche à étoffer son bureau pour être à même d’embrasser toutes les tâches qui se profilent. Le Président en a esquissé les chantiers et fait appel aux bonnes volontés prêtes à s’engager sur cette voie en rappelant l’Assemblée Générale qui en décidera le 16 novembre  2012 vers 17h00 dans le cadre de Funexpo à Lyon. »

La journée se termine et l’ensemble des personnes présentes vont se retrouver le soir pour un dîner et continuer à discuter des évolutions de cette profession.

 

L’ensemble des conférences ont été filmées et vous pourrez les retrouver sur le site de l’UGCF si vous êtes à jour de cotisation. Si vous n’étiez pas présent et si vous souhaitez voir l’ensemble du colloque, adhérez !

 

Camera-UGCF-150x150 Colloque de l'UGCF à Toulouse, de la terre au ciel
La caméra qui a filmé le colloque

Un grand merci aux organisateurs, au bureau de l’UGCF, pour cette journée ! Vous retrouverez des informations complémentaires chez nos amis de  Resonance qui couvraient l’événement.

La terre, le ciel… Vivement l’an prochain pour une nouvelle rencontre rassemblant les opérateurs du secteur, les syndicats professionnels du funéraire, les conférenciers et, bien sûr, les fournisseurs de la filière, pourquoi pas à la mer, à La Rochelle ?

 

« La terre, le ciel, la mer, quatrième colloque de l’UGCF », je tiens mon titre pour l’an prochain moi !

Stand-AWV-UGCF-150x150 Colloque de l'UGCF à Toulouse, de la terre au ciel

UGCF, Colloque de Toulouse, le programme

0

PROGRAMME  du COLLOQUE DE L’UGCF

MERCREDI 26 SEPTEMBRE 2012

TOULOUSE

8h30: Accueil & inscriptions

9h00: Comment réduire la facture de gaz en faisant jouer la concurrence.

Retour d’une expérience réussie (20% d’économies) et suggestions pertinentes par Jean-Michel Philip DGA du SIGEIF (Syndicat Intercommunal pour le Gaz et l’Electricité en Ile de France)

9h40: L’impact de la crise sur la transformation ultrarapide du métier en Espagne. Un destin inéluctable pour la France ?

Juan Antonio Zarco, Directeur d’Hygeco Espagne qui a vu le funéraire et en particulier la gestion des crématoriums se privatiser systématiquement sous la pression de la récession.

10h20: Pause & rencontre des exposants

11h00: Le lobbying : Un atout pour notre profession ?

Un spécialiste, Stephan Denoyes, vient nous présenter son expérience, les bonnes et les mauvaises, et nous dévoile une partie des secrets de son métier pour nous éclairer sur les possibilités qui s’offrent à nous.

11h40: Comment gérer la charge émotionnelle du personnel dans nos établissements ?

Une psychologue reconnue, Cynthia Mauro, vient nous apporter des pistes de réflexion inexplorées pour soutenir et former nos personnels.

12h20: Déjeuner sur place autour des stands par ateliers gastronomiques

14h00: Le point sur la technique de filtration

Dernières évolutions du matériel, récupération de chaleur, les possibles et les impossibles, par Andrew Mallalieu, Expert de l’Institut Britannique de Combustion. Conférence en Anglais en traduction simultanée

14h40: La gestion du crématorium, un service public.

Une réflexion et un débat que nous propose Corinne Loiodice, Présidente de l’UPFP (Union du Pôle Funéraire Public)

15h20: Pause & rencontre des exposants

16h00: Séquence « Retour vers le futur » autour de la crémation chimique

Sandy Sullivan, créateur de la crémation chimique, revient cette année nous montrer ses appareils en fonctionnement au Etats-Unis, ses résultats et une approche qui est loin d’être dogmatique… Conférence en Anglais en traduction simultanée

16h40: Les dernières évolutions à attendre de la réglementation suivi d’un débat avec la salle pour faire un point d’étape sur la mise en conformité avec 2018 pour horizon

Jean-Pierre Sueur nous parlera de sa vision par une vidéo, Jean-Luc Richon du Ministère de la Santé nous présentera un diaporama sur les réglementations à venir et leur calendrier.

18h00: Clôture du Colloque et dernière rencontre avec les Exposants

19h00:

image001 UGCF, Colloque de Toulouse, le programme
UGCF

Fermeture de l’espace d’exposition

Interview : Pierre Vidallet, président de l’UGCF (Union des Gestionnaires de Crématoriums Français)

0

Pierre Vidallet, président de l’UGCF (Union des Gestionnaires de Crématoriums Français ), nous a accordé cette interview, à l’occasion de la mise en ligne du nouveau site internet du groupe. Un entretien passionnant avec ce grand nom de la crémation en France.

Parcours

P.-VIDALLET_GAZ41 Interview : Pierre Vidallet, président de l'UGCF (Union des Gestionnaires de Crématoriums Français)
Pierre Vidallet

Pierre Vidallet n’était pas destiné à devenir un grand nom de la crémation en France. Ingénieur de formation, au sortir de l’école, il trouve un emploi dans une société qui commercialise des appareils de crémation. Il reste dans cette société jusqu’à ce qu’elle rencontre des difficultés, et le reprend en main. Sa société est rachetée en 1994 et il la quitte en 1996.

Entre temps, il aura assisté au développement en France de cette pratique funéraire, fondé la société des Crématoriums de France et finalement présidé aux destinées de l’UGCF. La question de la voie qu’il s’était choisi ne s’est, semble-t-il, plus posée. Demander à cet homme passionné par son sujet s’il regrette son orientation professionnelle serait comme demander à un poisson s’il regrette l’existence de l’eau.

La crémation en France

Pierre Vidallet jette un regard assez positif sur la crémation en France, même si tout n’est pas parfait. « Il y a 150 crématoriums en France, contre 270 en Angleterre. La crémation ici est beaucoup moins développée que dans les pays scandinaves ou d’Europe du Nord, mais elle progresse. Culturellement, elle est arrivée plus tard. Ce qui nous confère un avantage » C’est paradoxal.

Lequel ? « Notre parc de crématorium est beaucoup plus récent, les équipements sont en meilleur état, et surtout, nous avons bénéficié de l’expérience de nos voisins en matière d’aménagements. Les crématoriums ne sont pas des lieux de mort, ils sont des lieux ou les vivants viennent rendre hommage aux défunts. C’est dans cette optique que beaucoup de crématoriums sont conçus. Un exemple : une famille doit pouvoir sortir par une autre porte que celle par laquelle elle est entrée. Et deux familles ne doivent pas avoir à se croiser. On trouve des aménagements réfléchis pour cela dans les crématoriums les plus récents »

Mais la couverture de notre pays est elle bonne ? « Avec des populations à peu près équivalentes, l’Angleterre possède 270 crématoriums pour 70 % de crémations, alors que nous en sommes à 150 pour 30 %. Faites le ratio : proportionnellement, notre territoire est bien couvert, avec des installations plus récentes, et beaucoup moins d’obsolescence ». S’ensuit une séquence nostalgie, ou nous évoquons le temps ou il fallait faire des dizaines, parfois des centaines, de kilomètres pour trouver un crématorium. « Aujourd’hui, beaucoup d’équipements sont construits, ce qui va contribuer au développement de la crémation ».

Les affaires

Lorsqu’on demande à Pierre Vidallet de s’exprimer sur les affaires des crématoriums, sa réponse est simple et claire « Je ne peux pas prendre position, tant que la justice suit son cours. Je ne suis pas là, en tant que président de l’UGCF, pour dénigrer ou défendre qui que ce soit sans savoir de quoi il retourne. Laissons donc l’enquête se faire et la justice faire son travail. » Mais c’est un sujet qui lui tient à cœur « Sans évoquer qui que ce soit, d’une manière générale, on ne peut pas, en tant que professionnel de la crémation, rester indifférent face à un scandale qui touche notre métier. L’image négative que provoque un seul rejaillit sur toute la profession, elle est préjudiciable à tous. Le public reste encore méfiant, vis à vis de la crémation. C’est d’ailleurs pour cela que beaucoup veulent voir le départ du cercueil dans l’appareil, après la cérémonie. Pourtant, on fait sortir le défunt par une porte pour symboliser le départ, la fin, le changement d’état. Mais les gens veulent voir, et c’est le signe que le confiance n’est pas encore tout à fait totale. Une affaire qui implique un crématorium est donc toujours néfaste, même si au final il n’y a rien ».

Que faire, alors ? « Beaucoup d’erreurs sont d’origine humaine, dans tous les domaines. Pour y pallier, il faut instaurer des processus. Nous le proposons, à l’UGCF, avec une certification du bureau Véritas. Mais ce n’est pas pour cela que nous voulons l’imposer : d’autres travaillent différemment, ils ont mis en place une façon de faire qui leur convient, mais c’est quand tout le monde, au sein d’une même entité, ne travaille pas de la même façon, que les problèmes arrivent. Il faut un référentiel commun et des contrôles. » Ce pilote prend un exemple aéronautique « Dans un avion, il y a un pilote et un copilote. Mettons que le pilote dis au copilote de mettre les volets à dix degrés. Le copilote met les volets en position, puis le pilote vérifie que les volets sont bien à dix degrés. Ce n’est pas une question d’ego, c’est une question de sécurité. C’est le référentiel. ».

Une autre problématique surgit « Certains peuvent également avoir des comportements limites. Sans les excuser ou les justifier le moins du monde, il faut peut être interroger le système. Un crématorium en France en délégation de service public, ça va de vingt à trente ans. Quand j’interviens dans des colloques, avec des collègues de l’étranger, et que je dis ça, ils tombent de leur chaise. Ailleurs, c’est minimum 99 ans. Quelqu’un qui construit un crématorium, quand on sait à combien cela revient, et qui n’a que vingt ans pour l’amortir, a une pression supplémentaire qui pousse certains à la faute. Le seuil d’amortissement est très haut, il en être conscients. » Mais son discours est fort et clair : « tout manquement à l’éthique est impardonnable ».

L’UGCF et l’avenir

Quels sont les projets de l’UGCF ? « Après le succès de notre édition 2011, nous organisons un colloque en septembre prochain. Ce sera cette fois-ci à Toulouse, avec une journée chargée : conférences, exposants, une journée complète et l’occasion pour les gestionnaires de crématoriums de se rencontrer, de rencontrer des fournisseurs, et de se connaître dans une ambiance à la fois studieuse et conviviale. » C’est déjà bien « Et nous mettons en place notre nouveau site internet. Nous en avions déjà un, un peu daté, et nous allons le remplacer par un espace convivial et interactif, qui s’enrichira au fur et à mesure de contenus et d’informations utiles. Il sera en ligne très prochainement »

Le plus simple est alors directement d’aller le découvrir. Funéraire Info ne manquera pas de vous tenir au courant.

image001 Interview : Pierre Vidallet, président de l'UGCF (Union des Gestionnaires de Crématoriums Français)
UGCF

(Cliquez sur le lien pour arriver au site)

Flash: un nouveau site pour l’UGCF

0

Nous allons avoir l’occasion d’en reparler pendant la semaine, l’UGCF, l’Union des Gestionnaires de Crématoriums Français, qui regroupe des opérateurs publics et privés, vient de sortir son nouveau site internet.

Ce site, qui représente une évolution importante par rapport à V1, apporte pour les adhérents de l’association plus de services et plus d’informations sur la législation, sur l’actualité de l’association et sur le secteur funéraire en général.

logo-UGCF-300x175 Flash: un nouveau site pour l'UGCF
Actualité de l'UGCF

Pourquoi l’UGCF?

  •     Une information du public, des associations et des professionnels.
  •     une représentation des gestionnaires de crématorium auprès des pouvoirs public.
  •     Animation d’un réseau d’opérateurs de crématoriums, publics ou privés, partageant les mêmes préoccupations de professionnalisme et d’éthique.

 

Les annonces:

Le deuxième colloque annuel de l’association, qui se déroule à Toulouse le 25 et 26 septembre 2012. Un accueil à 15 heures au Novotel Centre Wilson, puis vous découvrirez  les installations du Stade Toulousain, où vous sera servi un apéritif de bienvenue. Le 26 sera consacré à des conférences et à des rencontres avec les exposants.

L’ensemble des rubriques sont en accès libre jusqu’au 15 juin 2012

 

Pour aller plus loin

L’UGCF, une association régie par la loi du 1er juillet 1901

23 rue du Départ – BP 37 – 75014 PARIS

Mail: ugcf.crematoriums@gmail.com