Accueil Tags Urne

Tag: Urne

La remise d’urne au cimetière : un moment à fignoler

0
sac de depôt d'urne funeraire
Le sac de dépôt d'urne Funemarket, permet d'inhumer l'urne au cimetière avec élégance.

La remise d’urne au cimetière : conclusion des obsèques, parfois réduite à un simple geste technique. Pourtant, au même titre qu’une inhumation, c’est un moment qui doit être préparé et soigné. De plus en plus, des aides apparaissent pour soigner ce moment.

Un moment crucial

L’importance de la remise d’urne au cimetière est l’achèvement d’une séquence d’avènements commencée avec la mise en bière. C’est le dernier contact de la famille avec les pompes funèbres dans leur aspect cérémoniel, et il est donc essentiel qu’il soit réussi, parce qu’il sera également la dernière impression que vous laisserez.

Bien entendu, des contacts seront vraisemblablement encore noués avec la famille, pour des aspects administratifs ou des ventes accessoires, mais, dans leur esprit, ils ne reflètent pas votre savoir-faire. Vous serez jugé sur la cérémonie, et une remise d’urne réussie envoie le message que vous soignez tout jusqu’au bout.

Il est donc important que ce moment soit confié à un professionnel rompu au cérémonial : un Maître de Cérémonies.

Pensez à préparer

Le Maître de Cérémonies doit repérer et préparer les lieux. Découverte du lieu d’enfouissement, préparation d’un plan et d’une gestuelle pour le dépôt d’urne, repérage d’un endroit ou elle sera exposée.

Il faut en effet  tenir compte du fait que l’urne est plus petite qu’un cercueil, normalement, et que, de là ou vous la placerez, tout de monde devra pouvoir la voir. Non seulement la voir, mais également passer devant pour un geste d’adieu. Ne prévoyez donc pas de procéder entre deux tombes, dans une minuscule allée bordée de monuments massifs.

Préparez, mais uniquement le plan : l’urne ne doit être sortie qu’en présence de la famille, et  ne pas donner l’impression d’avoir été abandonnée là.

En route avec la famille

L’idéal est de proposer à la famille un rendez-vous à la porte du cimetière, d’aller les chercher et de vous acheminer avec eux à pied. Cela permet d’échanger, puisque la nature humaine a horreur du silence, et par là même d’affiner votre cérémonial. Si vous savez, en arrivant sur la sépulture, qu’un membre de la famille, et lequel, placera l’urne dans sa dernière demeure, qu’il souhaite dire quelque chose, et à quel moment, en un mot, si vous avez le plan millimétré du déroulement de la cérémonie, c’est que vous avez bien travaillé.

Une fois arrivé sur les lieux, placez l’assistance, et annoncez l’arrivée de l’urne avant d’aller la chercher.

La cérémonie

Sur la cérémonie en elle-même, nous dirons peu de choses : un Maître de Cérémonies professionnel doit développer son propre style. Une introduction, une lecture, quelques transitions, la recette est bien connue, et si non, travaillez.

Sur la durée, il n’y a pas de règle. Disons simplement que, de l’arrivée de la famille à la fin, urne placée, moins de dix minutes, c’est trop court, plus de vingt, c’est trop long. La bonne durée se situe entre ces deux temps.

Le geste d’adieu pour l’urne peut être le même, exactement, que pour un cercueil. Passer devant, poser la main, voir même procéder à une aspersion d’eau bénite, autorisée depuis Vatican II, sera laissée au desiderata de la famille.

Enfin, laissez la possibilité, à la fin, à un membre de la famille, de déposer lui-même l’urne, si la configuration des lieux le permet. L’idéal, dans ce cas, est de proposer au début, en cheminant vers la tombe, puis de reproposer à la fin : ils auront eu le temps de décider et se concerter, et vous éviterez un flottement.

Certains accessoires, comme le sac de dépôt d’urne proposé par Funémarket, peuvent s’avérer utile dans bon nombre de situations.

Il ne vous restera plus qu’à attendre le retour, questionnaire qualité ou lettre de remerciement, de la famille, en toute sérénité. Jamais, au grand jamais, je n’ai entendu une famille se plaindre d’une remise d’urne réussie.

La dispersion des cendres et l’immersion de l’urne en mer

0
bateau dispersion cendres immersion urne mer
(bateau : Antarès de Beneteau)

La dispersion des cendres en mer : un sujet qui suscite toujours de nombreuses questions, tant sur le site que sur la Page Facebook de Funéraire Info. Que peut-on faire ? Qu’est ce qui est interdit ? Avec Michel Chazottes, de Funéraire de France, nous répondons à vos questions.

La dispersion des cendres en mer : la législation

On voit de plus en plus de demandes de dispersions de cendres en mer, sur les communes littorales, par exemple. « C’est vrai. Depuis la loi de 2008 qui interdit de conserver les cendres au domicile, les désirs des familles en terme de destination des cendres ont beaucoup évolués. La dispersion des cendres en mer, par exemple, a connu un essor, mais ce procédé est régi par des règles précises » explique Michel Chazottes, directeur de Funéraires de France, contrôleur technique d’installations funéraires.

Mais alors, Michel, qu’est-ce qui est autorisé, et qu’est ce qui est interdit ? « La dispersion des cendres est interdite dans une rivière ou un fleuve. Elle peut se faire en mer, mais il convient de distinguer deux cas de figure. »

La dispersion des cendres et l’immersion d’une urne, c’est bien ça ? « Oui. Pour une dispersion des cendres, il faut s’éloigner au minimum de 300 mètres du rivage. Pour une immersion d’urne contenant les cendres d’un défunt, le minimum d’éloignement d’un rivage est de 3 milles marins, hors des voies et espaces publics maritimes clairement balisés ou délimités (port, chenal d’accès, parc de culture ou d’élevage marin …), ce qui représente un peu plus de 5500 mètres. »

Il y a un type de bateau précis qui soit exigé ? L’embarcation doit elle disposer d’une habilitation funéraire ? « Non, les dispersions de cendres en mer, que la famille use de sa propre embarcation ou passe par un prestataire disposant d’un bateau, entre dans le cadre du transport privé d’une urne, qui est autorisé. En revanche, un opérateur funéraire qui proposerait un tel service doit respecter la législation. Ce qui implique qu’il ne peut pas embarquer plus de passagers et membres d’équipages, le cas échéant, que le nombre pour lequel le bateau est homologué par son constructeur. La réglementation maritime doit être respectée, même si on ne s’éloigne que de 300 mètres, l’embarcation doit être à jour des équipements obligatoires. Enfin, l’activité doit être déclarée à la capitainerie du port d’attache. »

Être en règle administrativement

La famille doit-elle faire une déclaration ? Comme une dispersion en pleine nature ? « la dispersion en mer est un cas particulier. La famille (ou le prestataire) doit faire deux déclarations. La première est faite à la mairie du lieu de naissance du défunt. Elle mentionne la date et le lieu de dispersion. »

Enfin, pour faire les choses correctement, un prestataire de services « doit vérifier la présence d’un certificat de crémation, et délivrer un certificat de dispersion des cendres en pleine mer, ou d’immersion de l’urne selon les cas ».

Merci beaucoup, Miche Chazottes, et rappelons que Funéraires de France peut vous accompagner sur ces problèmes.

Le site de Funéraires de France : funeraires-de-france.fr

Strip tease aux obsèques : que peut on faire ou ne pas faire

0
pole dance obsèques strip tease

A l’étranger, on se lâche sur les obsèques : entre l’urne funéraire en forme de pilule de Prozac de Carrie Fisher, alias Princesse Leia, et le peeping show des obsèques d’un homme politique Taïwanais, on s’amuse aux enterrements. Mais, en France, cela serait-il possible ?

Strip tease aux obsèques

Une cinquantaine de danseuses de pole dance en tenue plus que légère noire sur les toits de pick-ups colorés… Il s’agissait bien d’un cortège funéraire, celui d’un homme politique local, et qui a été la cause d’embouteillages dans la ville taïwanaise de Chiayi.

Des images, postées sur les réseaux sociaux, ont montré la procession de pas moins de 200 véhicules, qui s’est étirée sur plusieurs kilomètres en la mémoire de Tung Hsiang, un conseiller local de Chiayi dans le sud de Taïwan. Partout, les passants interloqués se sont arrêtés pour prendre en photo l’étonnante parade, certains automobilistes décidant même de la suivre, bien que ne portant le deuil du défunt. Tung Hsiang est décédé en décembre des suites d’une maladie, à l’âge de 76 ans. Il était bien connu localement pour sa longue et riche carrière politique.

Sa famille a expliqué que le défunt avait toujours été un joyeux drille, et que les obsèques étaient destinées à refléter cet état d’esprit. Son frère Tung Mao-hsiung a d’ailleurs justifié son choix par la volonté exprimée du défunt. Le fait que ce dernier l’ait détaillée dans un rêve de son frère n’a pas sembler nuire à la crédibilité de l’ensemble.

La culture Taïwanaise est ouverte à ce type d’obsèques, mêlant vie spirituelle et plaisirs terrestres. La désapprobation exprimée des autorités chinoises, avec lesquelles les rapports sont, à tout le moins, compliqués, n’a pas dû freiner l’enthousiasme des participants, bien au contraire.

Mais en France ?

Dans la législation, rien n’empêche d’organiser ce type de funérailles… En théorie. En pratique, le maire de la ville peut interdire ou verbaliser le convoi, parce qu’il serait susceptible de causer un « trouble à l’ordre public », notion très vague et laissée à l’appréciation des édiles. Ainsi, on peut estimer que des danseuses en tenue légère sont un trouble, mais on voit bien pire dans les techno-parade, de ce point de vue. La famille organisatrice devrait donc se préparer à un combat judiciaire compliqué.

En revanche, il est possible de privatiser une salle aux fins d’obsèques, et d’y faire ce que l’on souhaite.

L’urne Prozac

L’actrice Carrie Fisher, mondialement connue notamment pour son rôle de Princesse Leia dans Star Wars, décédée pendant la période des fêtes, a été portée à son dernier repos dans une urne funéraire bien particulière : une pilule de Prozac géante. L’actrice a toujours parlé ouvertement de ses problèmes de santé mentale comme la dépression et la bipolarité.

«Je sens qu’elle est où elle veut être», a expliqué son frère Todd Fisher à Entertainment Tonight. Au lendemain des funérailles conjointes de Fisher et de sa mère Debbie Reynolds, décédée juste après sa fille, Todd a expliqué que la pilule géante a été choisie comme urne parce qu’il s’agissait d’une des possessions favorites de sa soeur. Le Prozac, aussi connu sous le nom de fluoxetine, est un puissant antidépresseur.

Et en France ?

L’urne funéraire… Vaste sujet. La loi stipule que l’urne peut être fournie par la famille. Mais n’importe quelle boîte ne peut pas faire l’affaire : elle doit être étanche. De surcroît, elle doit être de taille adaptée, quoique cela veuille dire. Compter une contenance de quatre litres pour un homme adulte, en laissant un litre de marge.

En réalité deux cas de figure se posent sur une urne originale et un tantinet provoc’ : si il s’agit d’un scellement sur la tombe, c’est ce bon vieux « trouble à l’ordre public » qui peut s’appliquer. Le maire peut sommer la famille d’inhumer l’urne ou de la remplacer par un modèle plus conventionnel. Mais, et si l’urne est inhumée ? Le cimetière peut inscrire dans son règlement que l’urne doit pouvoir résister cinq ans dans l’optique d’une éventuelle exhumation. Vain ? Très certainement, mais légal. Dès lors, impossible de se faire inhumer dans, par exemple, une boîte de gâteaux en fer blanc.

Funéraire Info, aux cotés des professionnels en 2017

0
Sarl Senegats

La recette d’un journal réussi, qu’il soit funéraire ou non, tient à trois composantes essentielles : une équipe soudée, des lecteurs réguliers et fidèles, et des annonceurs confiants. Et sans ces derniers, tout particulièrement, rien ne serait possible. Ce début d’année est le moment idéal pour le leur redire.

L’annonceur Funéraire Info

Les annonceurs de Funéraire Info sont représentatifs de tout ce que représente le funéraire aujourd’hui : non pas un, mais plusieurs métiers, qui demandent chacun des spécialités et des compétences spécifiques : fabricants, de cercueils, de plaques, d’articles funéraires, de monuments, de produits de thanatopraxie, de corbillards… Pompes funèbres et marbriers, utilisateurs et revendeurs de ces produits qui viennent appuyer leur offre de service sur le terrain, ou bien techniciens et juristes aux compétences pointues, en contrôle techniques, rapatriements, recyclage, mais aussi associations, fédérations, la liste est longue.

Dans cette auguste assemblée, la notion de taille ne compte pas. Les plus grands comme des sociétés de taille plus contenue ont opté pour Funéraire info.

Un grand merci

A tous nos annonceurs, nous souhaitons, à l’occasion de cette nouvelle année, adresser un grand merci. Voire même plusieurs.

Merci, tout d’abord, parce que votre confiance nous honore. Communiquer sur Funéraire Info, ce n’est pas seulement appliquer son logo sur un site web, c’est associer son image à un média. Ceci ne peut se faire si l’annonceur n’a pas confiance dans la solidité et le sérieux de son support. Annoncer sur Funéraire Info est une reconnaissance de la fiabilité et du sérieux de notre journal. Merci.

Merci, ensuite, parce que le soutien de nos annonceurs nous permet de poursuivre, jour après jour, l’aventure Funéraire Info, de nous y consacrer à temps plein, et nous conforte dans l’idée que lancer un grand média d’information funéraire sur internet était une idée qui saurait trouver sa place et son utilité dans notre profession. Merci.

Merci, enfin, parce que nos rapports ont toujours été à la fois très professionnels et toujours empreints de cordialité.

Et en 2017 ?

Cette nouvelle année nous verra poursuivre la collaboration avec l’immense majorité de nos annonceurs, qui nous ont dores et déjà renouvelés leur confiance. D’autres nous ont rejoint, d’autres encore s’apprêtent à le faire. Peut être vous ?

Mais surtout, pour cette année 2017, à nos annonceurs et futurs annonceurs, toute l’équipe de Funéraire Info présente ses vœux pour une année 2017 pleine de succès. Nous y seront présents pour vous comme vous l’êtes pour nous.

Pif Paf Plouf, promession, aquamation, sublimation , résomation

0

Promession, aquamation, résomation, sublimation. Des mots que vous voyez passer régulièrement sur les pages de Funéraire Info notamment lorsque l’on traite de sujets internationaux. Certains procédés, je le sais, vous séduisent, pourtant en France seules la crémation et l’inhumation sont autorisées. On refait un petit tour d’horizons de ces techniques réelles ou fantasmées.

Oh mon beau miroir

10 % c’est la promesse d’énergie nécessaire aquamation par rapport à l’énergie d’une crémation. Aucune particule dans l’atmosphère contrairement aux 200 kilos de CO2 émis par le four crématoire. L’idée c’est de plonger le corps du défunt dans un bassin prévu à cet effet dans une eau chaude à 93°C ++ de carbonates et ++ d’hydroxydes.

Vous mélangez tout ça, secouez un peu. Entre la température de l’eau et l’alcalinité vous obtenez une accélération de la décomposition des tissus.

4 heures, ça c’est encore une promesse, celle du temps nécessaire à votre recette. L’eau restante est riche en matière organique et fait un formidable engrais, Monsanto n’a qu’à bien se tenir.

À l’issue de cette transformation il reste des os, que l’on broie et que nous mettons dans une urne, à partir de la nous reprenons le même processus que la crémation « classique ».

Pourquoi nous adorons ?

Dès qu’il y a le mot « écologie » fatalement il y a un peu d’étoiles dans les yeux. Si on peut faire quelque chose d’utile pour la planète en plus avec notre corps, pourquoi pas ? Et curieusement l’eau fait moins peur que le feu dans l’esprit collectif. Note à Guillaume : Il va falloir trouver une autre chanson qu’allumez le feu de Johnny pour la cérémonie.

Oui ! …Mais…Non

Le problème avec les promesses, c’est que c’est un peu comme pour les élections, nous avons une fâcheuse tendance à ne pas les croire et même à ne plus les entendre. Planète paranoïa oblige, on va fouiller un peu, l’aquamation existe au Canada par exemple et en réalité on passe de 4 heures pour mamie qui fait 45 kilos tout mouillé à près du double pour papi qui fait lui même le double du poids. Lorsqu’on voit qu’une crémation qui dure entre une ou deux heures et que parfois il y a une liste d’attente dans certains créma il faudrait de nombreux et nombreux et nombreux centres d’aquamation pour pallier à ce problème.

L’eau c’est bien ça fait de l’engrais, n’empêche il faut en remettre ensuite, écolo pas écolo ?

Et surtout … Vous qui souhaitez voir apparaître ce procédé, sachez pour ceux qui l’ignorent et n’oubliez pas pour ceux qui le savent déjà que l’aquamation nécessite de plonger le corps du défunt seulement, c’est-à-dire sans cercueil. Alors soit on divise, multiplie et monte en coefficient 6 le prix de l’aquamation pour rentrer dans ses frais – ce qui voudrait dire que chaque agence et son propre centre d’aquamation-, soit on fait une croix sur sa marge sur le cercueil. Eh oui…on ne peut pas tout avoir.

Promesse de promession

Ça, ça vient de Suède, donc ça, ça m’intéresse. Ici il s’agit de plonger le tout dans de l’azote liquide et de le refroidir à -196°C. Ensuite, nous posons tout ça sur une table vibrante, le corps devient friable et POUF tombe en fines particules. Par un procédé de lyophilisation, l’eau est éliminée, il reste de la poudre. Là on recommence, on met ça dans une urne, et l’idée c’est de l’enfouir et de planter un arbre dessus.

Pourquoi nous adorons ?

Qui n’aime pas les noisettes ? Donc qui n’aime pas les écureuils ? Donc qui n’aime pas les arbres ? CQFD, le message écologique passe et on aime ça. En plus, cette fois c’est 0% – comme dans les yaourts- d’émission de CO2 et de mercure.

Parce que l’idée de finir comme une glace solero – vous vous souvenez de ces petites boules vertes délicieuses ? – est plutôt amusant.

Avantage : Là nous gardons le cercueil.

Oui ! … Mais … non ! 

Les petites boules vertes sont un mythe, on finit plutôt en sachet lyophilisé pour astronautes. Planter des arbres c’est bien mais homologuer tout ça risque d’être compliqué. Combien coûte l’équipement donc à combien cela va être répercuté sur la famille ? Là encore, nous savons que tout ce qui est écologique coûte cher.

Et puis arrêtez-moi si je me trompe, mais l’azote liquide ça n’est pas hyper archi écologique si ?

Abracadabra

La sublimation est le fait de passer un corps de l’état solide à l’état gazeux donc sans passer par une fusion – état solide à liquide – ni de vaporisation – liquide en gaz – ni de condensation ni l’inverse, ‘fin bref, suivez un peu. Quelques minutes suffisent pour cette transformation contrairement à une heure ou deux heures pour une crémation. L’énergie utilisée est de l’hydrogène.

Pourquoi nous adorons ?

Parce que c’est possible enfin hypothétiquement tout est possible et je n’ai pas grand chose d’autre à dire côté positif.

Oui ! …. Mais… Non !

À voir, honnêtement je ne vais pas vous dire de bêtises… à voir.

Disparition

Là encore procédé sommes toutes semblables aux autres déjà en place dans quelques état d’Amérique notamment en Floride. La Résomation consiste à plonger et dissoudre les dépouilles des corps dans de l’eau à 180°C –tout de même ! – avec de l’hydroxyde de potassium.

Pourquoi nous adorons

Là encore c’est nouveau, c’est tout beau, c’est tout chaud – et c’est le cas de le dire – parce que tout ce qui vient des Etats-Unis a fatalement une onde de résonance un jour ou l’autre par ici.

Oui !… Mais… non

Niveau énergie ça ressemble à quoi ? Parce que pour faire chauffer de l’eau à 180°C il faut y aller quand même et puis là encore l’hydroxyde de potassium…pas joli joli tout ça.

Il y a aussi l’humusation par ici, et la plastination par . Éric et Cassandra vous présentent ces choses là bien mieux que moi.

Alors oui des nouvelles techniques existent, maintenant le temps qu’elles passent par notre système ubuesque de complexifications administratives et d’homologations on aura le temps de mourir trois fois. Alors quoi ? on ne s’intéresse à rien parce que ça ne nous concerne pas ? Si, le mérite derrière tout ça c’est de proposer et surtout de mettre réellement en place de nouvelles techniques qui sont à la fois dans une vraie démarche d’écologie mais qui apportent également une nouvelle ritualité dans un monde funéraire sans cesse en évolution.

Transport routier d’une urne par la famille : ce qui est autorisé

0

Récemment, nous avons vu passer un message sur le transport des urnes funéraires par la route. Les réponses apportées à cette question nous ont fait prendre conscience de la nécessité d’un article pour clarifier les choses. Formation, donc, sur le transport d’urnes funéraires par la route en France.

La famille arrive dans le bureau…

Une famille entre dans le bureau, disons, à Brest, pour demander des obsèques, une crémation, et une remise d’urne afin de la transporter à Marseille pour l’inhumer dans le caveau familial avec l’aide d’un marbrier du coin. Situation somme toutes assez classique. La famille vous demande ce qu’elle doit faire. Là, c’est simple, deux situations s’offrent à vous.

La première, vous leur expliquez que l’urne contenant des cendres est l’équivalent d’un cercueil et ne peut être transportée que par un véhicule habilité, service que vous êtes disposés à leur rendre en échange de quelques milliers d’euros. Dans ce cas, vous êtes très, très malhonnête, et ce n’est pas bien, parce que c’est absolument faux.

La seconde consiste à être honnête et leur dire la vérité : la famille a trois solutions qui lui sont autorisées par la législation. La première, faire effectivement appel à vous, mais ça leur coûtera des sous, et pas qu’un peu. La seconde, l’urne funéraire peut parfaitement être transportée par un service postal ou de messagerie, nous avions écrit un article à ce sujet. La troisième, la famille, si elle se rend à Marseille, peut parfaitement emmener l’urne avec elle, dans sa voiture.

Le transport routier par la famille

En effet, tant que l’urne ne franchit pas les frontières, le transport de France à France par la route dans un véhicule particulier est parfaitement légal. L’article 16-1-1 du Code civil l’autorise, en émettant néanmoins quelques consignes. L’urne doit ainsi être transportée avec respect, dignité et décence.

Respect, dignité et décence, si ces intentions sont louables, sont des mots qui laissent toutefois beaucoup de place à l’interprétation. Conseillez à la famille de transporter l’urne, bien calée, dans un carton ou un récipient fermé. Il importe que l’urne soit bien protégée et ne soit pas visible par une tierce personne de l’extérieur – ceci pour éviter toute récrimination inopportune.

D’autre part, éviter de transporter l’urne sur le sol du véhicule, calée entre les pieds d’un passager. Pour le coup, un policier ou un gendarme serait à juste titre en droit d’estimer que les conditions du transport ne sont pas décentes.

Démarches

Il n’y a pas de démarches particulières à accomplir. Mais… Deux précautions sont à observer.

La première est que, au moment de la remise d’urne, la famille devra en indiquer la destination. Et si la famille change d’avis, il est impératif que la famille le signale et que les pompes funèbres l’enregistrent. Le formulaire sur lequel est porté la déclaration de destination des cendres pourra en effet servir en cas de contrôle si les autorités ont un doute.

Enfin, la famille se voit remettre un certificat de crémation. Lors du transport, elle devra impérativement l’avoir avec elle. Il atteste que ce que la famille prétend avoir en sa possession, à savoir une urne contenant les cendres de Monsieur Untel, correspond bien à une crémation de Monsieur Untel. D’accord, cela offre peu de garantie… Mais avoir un document attestant que, dans l’administration, quelqu’un est au courant fait des miracles.

Pour conclure

On le voit, le transport d’une urne funéraire par la route dans un véhicule particulier est absolument légal, à condition de respecter quelques précautions élémentaires. Les pompes funèbres doivent, sur ce sujet, jouer leur rôle de conseil.

Toussaint : le bilan de la presse 2016

0
La Toussaint dans la presse

La Toussaint est passée, ça y est. L’équivalent pour les pompes funèbres de Noël pour les magasins de jouets est toujours une célébration épuisante et prenante. La presse n’est pas en reste, mettant notre profession à l’honneur. Fort heureusement, nous avons compilé pour vous les tendances et articles, opinion et sommaire.

Sommaire des revues :

Revue de presse des portraits

Bois et carton, revue de presse du cercueil

Revue de presse du nettoyage de sépulture

Revue de presse des cimetières

Revue de presse des thanatopracteurs

Revue de presse de la crémation et des crématoriums

Revue de presse de l’Art funéraire

Revue de presse des nouvelles technologies dans le funéraire

Revue de presse de l’argent du funéraire

Revue de presse des corbillards

Revue de presse du deuil

Revue de presse de la société et des associations

Revue de presse de la religion

Revue de presse des divers et de l’ailleurs

Globalement positif

La tendance, dans la presse, cette Toussaint 2016, a été globalement positive. Les journalistes se sont beaucoup intéressés aux personnes dans le costume de croque-morts, ce qui a donné une galerie de portraits assez intéressante.

Le seul bémol a été l’article assassin de RTL sur les devis. Basé sur une étude de familles rurales, la profession en a pris pour son grade… Sauf que les critiques formulées se basaient sur un postulat irréaliste. Ces fameuses prestations minimum sont hors de propos. Un cercueil et un véhicule habilité, point barre. Qui va porter le défunt ? Conduire le véhicule ? Ouvrir le monument ? Faire les démarches ? J’en passe. Certes, la loi est du côté de Familles Rurales, mais théoriquement uniquement. Parce que la législation ne tient pas compte du savoir-faire. Le chapitre est donc clos.

Les grands vainqueurs, les nettoyeurs de tombe

Chaque année, un sujet se trouve mis en avant, et cette année, les nettoyeurs de tombe décrochaient la timbale.

Personne n’explique vraiment le phénomène. C’est un peu comme quand vous parlez d’une couleur de voiture qu’on ne voit jamais, et que, le lendemain, vous ne cessez pas d’en croiser. Bon, plus plausiblement, soit un journaliste a eu l’idée, et les autres se sont dit qu’ils allaient la reprendre à leur compte, soit ils ont erré comme des âmes en peine dans les cimetières et ont rencontré ces fameux nettoyeurs.

Ceci dit, il en existe deux catégories. Les ultra-professionnels et les bricoleurs. Au niveau ultra-professionnels, on citera évidemment En Sa Mémoire, très présents, surtout au travers de leur application.

Au niveau moins professionnel… Bon, je ne cafterai pas, mais le type qui nettoie les tombes au nettoyeur haute pression, il n’y a que moi qui suis tombé de ma chaise ? Bon, l’inspection de travail a sifflé la fin de la récréation, un certain tri sera fait…

Petite polémique l’air de rien…

L’autre mot à la mode, c’était Uberisation. Des start up ambitieuses (j’en ai compté trois) veulent uberiser le funéraire pour faire baisser les coûts. Noble intention, mais, pourquoi est-ce que je m’énerve ? Ah, oui, voilà pourquoi : en uberisant, comme vous dites, le funéraire, vous allez vous débarrasser en premier d’un truc qui coûte des sous, mais qui me paraît, moi, assez essentiel : le professionnalisme.

Mais bon, si les familles préfèrent faire appel à un uber croque-morts qu’à un vrai professionnel, formé, équipé de matériel agréé, expérimenté, qui a pignon sur rue, qui a fait ses preuves, et dont l’honnêteté peut être certifiée rien que par le fait qu’il a son habilitation, grand bien leur fasse.

Par contre, qu’elles ne s’étonnent pas d’en avoir pour leur argent.

Je reste persuadé que les pompes funèbres sont un métier qui perdra à être uberisé, dans le sens où les familles y perdront, et je suis tout à fait disponible pour expliquer aux journalistes sur quoi je base cette affirmation.

Mais bon, déjà, voyons combien de ces start-up qui veulent révolutionner le funéraire existeront encore dans trois mois, et on en reparlera.

A part ça, c’était une bonne Toussaint.

Toussaint : revue de presse de la crémation et des crématoriums

0
presse papier
Presse papier en France

La crémation a conquis sa place dans le paysage funéraire français de haute lutte. Aujourd’hui, c’est un phénomène sociétal, passé dans la vie courante, mais scrutée de près. Revue de presse de la crémation et des crématoriums.

Cérémonie du souvenir au Père Lachaise

Pour la 7ème année consécutive, le crématorium du Père Lachaise a organisé pour toutes les familles qui ont organisé une crémation au Père Lachaise, dans l’année, une cérémonie collective et laïque le 1er novembre 2016. C’est à voir sur You tube, ici.

Dans La Voix du Nord – A Boulogne, trois défunts sur dix sont crématisés

Le nombre de crémations continue d’augmenter dans le Boulonnais. Ouvert depuis 2013 à Saint-Martin, le Rivage a assuré 955 cérémonies en 2015 (sans doute moins cette année à cause d’une panne de l’appareil). En ce jour de Toussaint, son directeur Patrick Gomel met l’accent sur l’importance de l’accueil des familles. C’est un article à lire ici.

Dans NordLittoral – Un crématorium à Calais ?

Fusion d’associations, extension de la région pour leur Fédération et besoins en matière d’équipements : les crématistes restent mobilisés pour faire entendre leur voix. Et c’est une association de quelque 700 adhérents qui est représentative dans le Calaisis. Un article à lire ici.

Sur RTBF Info – Agent de crématorium, un métier difficile

Ils organisent les cérémonies funéraires, accompagnent les familles dans la peine en répondant au mieux à leurs attentes. Les agents d’accueil du crématorium de Robermont exercent une profession souvent éprouvante qui requiert d’indéniables qualités humaines. Un article à lire ici.

Sur France Bleu – La crémation en Limousin

La crémation représente désormais 35 % des obsèques en France. Une moyenne dans laquelle se situe le Limousin. Il n’y a pour l’instant que deux crématoriums dans la région. Mais deux autres vont ouvrir début 2017. Un article à lire ici.

Solitaire Créations, première participation à FUNEXPO en 2016

0
urne solitaire création

Solitaire Créations est un fournisseur d’articles funéraires, urne funéraire, plaque, jardinière, vous pourrez les découvrir en E26 à l’occasion de Funexpo 2016 à Lyon.

Funéraire-Info: Bonjour, pouvez-vous vous présenter et présenter votre société, vos produits, vos activités ?
Solitaire Créations: Nous sommes fournisseur d’articles funéraires, plaques, vases, urnes, jardinières et croix, depuis plus de 20 ans. Notre granit vient d’Inde, il est de qualité et bien poli, et nous avons des prix très attractifs et nous créons des nouveautés régulièrement.

Funéraire-Info: Vous avez déjà participé à Funexpo, pouvez-vous évoquer votre histoire avec ce salon et les raisons de votre fidélité ? Et si c’est une première participation pourquoi exposez vous cette année?
Solitaire Créations: Non, c’est la première fois. Nous exposons pour nous faire connaître des professionnelles

Funéraire-Info: Qu’attendez-vous du salon Funexpo 2016 ? Quels sont critères qui vous permettront de juger que l’édition 2016 est une réussite?
Solitaire Créations: Ce que j’attends du salon est de nous faire mieux connaître par les professionnels du funéraire. Les critères de réussite, pour moi, seront le nombre de professionnels rencontrés, de commandes, de pré-commandes ou proposition de prix que nous aurons fait.

Funéraire-Info: Le salon Funexpo de Lyon se déroulera cette année en septembre, comment percevez-vous ce changement ?
Solitaire Créations: La date est tout à fait inappropriée, car nous sommes en pleine période de vente. Effectivement, 1 mois 1/2 avant la date du 1er Novembre, La Toussaint représente un énorme travail durant cette période. Cela nous désorganise dans notre travail, et idem pour mes commerciaux, qui réalisent, eux aussi leur plus gros chiffres de vente de l’année.

Funéraire-Info: organisation, préparation et mise en valeur de votre espace,  méthodes pour montrer la pertinence de vos produits, faire savoir à vos contacts / clients avant le salon que vous  exposez, comment allez-vous assurer du trafic ?
Solitaire Créations: Tout cela est parfait au niveau de l’organisation et des méthodes pour se faire connaître. Les personnes qui gère chaque niveau de l’organisation, sont là pour nous conseiller et en plus elles sont sympathiques.

Funéraire-Info: Des nouveautés, des commerciaux, des bornes interactives, des écrans, de la documentation, des animations, des événements, des goodies pouvez-vous évoquer ce que le visiteur va découvrir?
Solitaire Créations: Il va découvrir nos articles avec tous ces support.

Funéraire-Info: Quels sont vos best-sellers ? Quel sera le produit phare sur votre stand ?
Solitaire Créations: L’urne tournée

N° de stand = E26
Nom commercial: SOLITAIRE CRÉATIONS
Nom du responsable: MYRIAM PAILLER

Adresse: ZA CANA – 19100, BRIVE LA GAILLARDE

Téléphone: 0964157730
Adresse  mail: solitaire-creations-brive@orange.fr

Site Internet: en cours
Page Facebook: en cours

Funexpo (hall 4 du Parc des Expositions EUREXPO) vous donne rendez-vous les 22, 23 et 24 septembre pour optimiser les rencontres d’affaires avant la date clé de la Toussaint.
Un évènement co-organisé par la Fédération Française des Pompes Funèbres (FFPF) et INFOPRO Digital. Toutes les informations et inscriptions sur le site : www.funexpo-expo.com

Caen : dans le butin du cambriolage, une urne funéraire

0
L'urne dérobée. (capture site Normandie-actu)

« Rendez-moi ma mère » ! Relayé par le site Normandie-actu, un médecin de Caen (Calvados) a lancé un appel public émouvant pour qu’on lui rendre les cendres de sa mère. L’urne a été volée chez lui lors d’un cambriolage le 6 juillet. Il s’en est aperçu en rentrant du travail. Elle devait être inhumée en septembre.

Au-delà de la plainte déposée pour le vol de plusieurs objets par effraction à son domicile, ce médecin du Centre hospitalier universitaire local mise sur la générosité de ses cambrioleurs. Il espère que quelqu’un viendra déposer l’urne devant chez lui. Car cette dernière n’a aucune valeur autre que sentimentale. « Un grand trésor pour nous », précise-t-il.

La mère de Gérard Babatasi est décédée à Caen le 10 juin dernier, âgée de 85 ans. Le praticien se trouvait alors au Cambodge, bénévole pour l’association humanitaire La Chaîne de l’espoir. Une organisation qui soigne des enfants partout dans le monde. Il est rentré d’urgence pour prévenir ses proches et organiser les obsèques. D’origine vietnamienne, issue d’une famille nombreuse, elle-même s’était dévoué aux autres. Et voilà son urne volée. « Elle ne méritait pas ce triste sort», confie au site ce fils éploré. « Même les policiers n’avaient jamais vu ça. » Il se dit aujourd’hui « totalement désemparé ».