Téléphone dans les funés, secret professionnel oublié

0
449

La technologie est quelque chose de formidable. On arrive même à faire tenir des appareils photos dans des téléphones pas plus grands qu’une carte de crédit. C’est bien là le problème.

telescope-appareil-photo-iphone-3ggs Téléphone dans les funés, secret professionnel oubliéC’est le mot à la mode, celui dont tout le monde parle : le selfie. Le selfie, c’est tout simple : vous prendre en phot vous-même en situation, c’est à dire en posant dans le décor ou vous êtes. Vous visitez Paris ? Prenez une photo de vous devant la tour Eiffel. Ces clichés dénotent l’importance que le photographe donne à l’objet : lui toujours au premier plan, et le reste du monde comme décor.

Cette mode a vu le jour grâce à la miniaturisation toujours plus importante des choses. C’est simple : aujourd’hui, les appareils photos dans les téléphones portable n’ont plus un, mais deux objectifs, un de chaque côté. Ainsi, on n’a plus à retourner l’appareil pour se prendre en photo.

Et tout le monde en a un. Votre serviteur, qui voulait le téléphone le plus simple, mais immédiatement, après que mon précédent ait connu quelques déboires, a été obligé de prendre un appareil futuriste. Grâce à mon téléphone, je peu surfer sur le web, regarder des films, prendre des photos et même filmer. Téléphoner ? Vous ne pensez tout de même pas utiliser un tel joujou à quelque chose d’aussi vulgaire.

Mon téléphone est si petit que je l’oublie souvent dans la poche de ma veste. Comme tout le monde.

Téléphone dans les funés…

Le souci, en vérité, il est là. Tout le monde a un téléphone portable, y compris au travail, et tout le monde a donc un appareil photo en permanence sur lui. C’est tout bête, mais, surtout dans le travail des pompes funèbres, on voit parfois des choses tellement extraordinaires, tellement curieuses, que l’on est tenté d’en prendre un cliché, pour soi, pour son usage personnel.

C’est tout bête : l’équipe est sympa, tout le monde se connaît depuis des années, aujourd’hui, c’est le dernier convoi de Bébert qui prend sa retraite ce soir, chacun y va de sa photo souvenir, Bébert qui prépare le corbillard pour la dernière fois, la dernière mise en bière de Bébert… Et, tellement habitués, on vient de photographier un cadavre, violer l’intimité d’un défunt, porter un coup de canif au secret professionnel. Bref, une grosse boulette.

Certes, cette photo est à usage privé, mais le restera-t-elle ?

Les thanatopracteurs auraient bien une excuse. Après tout, passer sept ou huit heures sur une reconstruction de corps particulièrement compliquée, ou simplement un soin qui s’annonçait mal et qui a été particulièrement réussi, et n’en garder aucun souvenir, c’est frustrant. On prend une photo, elle est professionnelle, on ne la montrera qu’aux collègues, tenus également au secret professionnel, pour parler technique. C’est le boulot, c’est justifié…

… Secret professionnel oublié

Puis on rentre chez soi le soir, on range ses affaires, on nettoie, avant d’aller s’assoir dans son canapé pour un bon repos bien mérité. Là, on se rend compte qu’on a oublié de mettre son portable à charger. On se relève, on va le chercher, plus de portable !

Ou est il ? A-t-il chu dans la rue, la voiture, le métro, le restau, le funé, le café, est il tombé, échappé, enfui, perdu ? L’a-ton volé pour le revendre ou s’en servir de détonateur dans une vaste entreprise terroriste ?

Bref, on a piqué son téléphone. Avec tout, son répertoire, ses adresses, ses contacts, tout… Y compris les photos de défunts. On ne sait pas ou il est, par définition, ni avec qui il est. Ni ce que la personne va en faire.

appareil-photo-iphone-2-298x300 Téléphone dans les funés, secret professionnel oubliéIl y a quelques années sévissait un site internet, Rotten, qui avait pour seul but et objectif de montrer des cadavres, ou des blessures sérieuses sur des vivants. Ignoble, le site semble mort depuis longtemps. Mais en le découvrant, je me suis demandé quel genre de malades pouvaient regarder ce genre de photos, et quel genre de grands malades pouvaient les diffuser.

Nul besoin de Rotten aujourd’hui : une photo fait le tour du net en quelques secondes.

Imaginez ce qui pourraient advenir de celles que vous avez prises avec les meilleurs intentions du monde dans le téléphone, ce petit bidule qu’on perd aussi facilement.

Vous notez que je présuppose ici que le lecteur de Funéraire Info est quelqu’un de bien qui prend des photos avec des intentions louables. Tout le monde, hélas, ne nous lit pas, comme le montre la tranche de vie qui suit.

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here