Tempête Xynthia : entre devoir de mémoire et droit d’oubli.

0
1542

Avec le procès qui s’est ouvert aux Sables d’Olonne le 16 Septembre 2014, les familles des victimes se souviennent, près de cinq ans après le ras de marée, de cette terrible nuit du 28 Février 2010. Entre souffrance et incompréhension, l’heure est au positionnement quant à l’attitude des magistrats et des prévenus dans cette affaire.

Le Pays de La Faute sur Mer est un territoire blessé.

Dans cette petite enclave de ce pays né de la Mer, la zone noire où s’est produit ce terrible drame dans la nuit du 28 au 29 Février 2010 n’est plus qu’un sinistre et silencieux no man’s land.

Surnommée « La cuvette de la mort » par les habitants, livrée au pillage et à l’abandon avant que les maisons ne soient abattues et rasées, on peut voir à l’entrée de cette parcelle en friche un monument commémoratif érigé en la mémoire des 29 martyrs des caprices de l’Océan.

Aux Sables d’Olonne, c’est le Tribunal et son président qui font feu de tout bois dans des audiences parfois explosives, où comparaît l’ancien maire de la petite commune, René Marratier, ainsi que 4 autres personnes, afin de faire la lumière sur cette affaire tragique.

Le monument aux morts a divisé les esprits. Pour ou contre son érection ? Doit-on honorer la mémoire de ces victimes de manière publique ou bien faut-il cesser le culte de la mémoire et avoir le droit de « passer à autre chose » ?

Certains habitants, les nerfs encore à vif quatre ans et demi après la catastrophe, sont désormais affectés eux aussi par ce procès, qui va peut-être durer trop longtemps et remuer inlassablement le couteau dans la plaie.

Lire aussi :  Alerte sécurité et réglementation sur le matériel de levage

Comment a-t-on pu en arriver là ? Seule la dune de sable, consolidée et renforcée, en garde les douloureux stigmates.

Le travail de deuil de toutes ces familles meurtries commencera certainement à la fin du procès pour les uns, mais peut-être jamais pour les autres.

xynthia-2 Tempête Xynthia : entre devoir de mémoire et droit d'oubli.

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here