T’es mort et t’as pas ton passeport ?

0
187
L’automne est traditionnellement la saison des produits innovants, voire révolutionnaires dans le funéraire. Dernier en date, le Passport Universal Eternity, dont l’on dira qu’il cultive sa singularité.
Le concept

Une entreprise spécialisée dans l’art funéraire sur céramique, MPPM, a créé un nouvel élément de diffusion mondiale en cinq langues attribué à la mémoire d’un défunt : le Passport Universal Eternity.

Plus concrètement, ce passeport a deux objectifs : « identifier le défunt en quelques lieux que ce soit sur Internet » et « conserver son souvenir avec sa présence constante au sein de la famille ». On se demande alors s’il s’agit d’un mémorial, d’une plaque funéraire, d’un avion, d’un oiseau ou de Superman.

A quoi il ressemble ?

D’aspect similaire à un passeport classique, le Passport Universal Eternity (PUE…) est composé, selon le descriptif de son créateur, de trois éléments, deux rectos et un verso. A ce stade, on s’interrogera simplement sur ce mystère de la physique qui veut que tout élément en deux dimensions ait forcément un verso s’il a un recto. Ce verso unique reste donc un mystère.

Toutes ces pièces portent un même numéro d’identification. Le recto 1 accompagne le défunt le jour du décès dans son cercueil ou dans son urne pour l’éternité. Destinés à la famille, le recto 2 et le verso forment le Passport Universal Eternity qui, scellés par un puissant adhésif, incorporent en interne dans le « secret » des souvenirs précieux de petites tailles, cheveux, rognures d’ongle, petit tatouage… L’ensemble est constitué d’une céramique fine mais très solide, qui ne déforme pas la poche de votre veste mais risque de faire basculer la rigoureuse symétrie de votre tenue, vu son poids.
Le Passport Universal Eternity vise à créer un lien avec le proche décédé tout en conservant une trace physique et une matérialisation de son souvenir insérées dans le « secret », dans un monde ou les familles sont de plus en plus souvent éloignées géographiquement.

Lire aussi :  Une nouvelle méthode de dispersion des cendres avec WAY
Un mémorial sur internet

Sur Internet, un espace réservé à la famille (http://www.ciel-in.fr/) permet également de déposer textes, photos, films et ainsi de célébrer la mémoire du défunt. On appelle généralement cela un mémorial, mais celui-ci, comme vous avez pu vous en rendre compte si vous avez cliqué sur le lien, a une particularité par rapport à ses concurrents : il mène à une page d’erreur.

Dès lors, on s’interroge sur la signification dudit message d’erreur auquel nous a conduit le passeport. Est-ce une métaphore de la vie conçue comme un voyage et dont l’inéluctable fin, la mort, serait une erreur d’aiguillage ? Est-ce un message subtil adressé aux famille, leur signifiant que se complaire dans le deuil d’un disparu n’est pas une bonne chose ? Ou tout simplement, est-ce que cela signifie que l’informaticien doit procéder à quelques menus réglages ?

L’entreprise précise que le site permet à la famille de communiquer partout à travers le monde. C’est une idée en effet novatrice, assez peu exploitée, que l’on appelle Internet. Il paraît que c’est bien.

La saison des révolutions

Les créateurs présentent le PUE comme ayant été reconnu « Innovation du siècle » par la profession, laissant au rebut les cercueils en carton, la promession ou la thanatopraxie sans formol. Nous opinons, sans nous formaliser d’un léger détail : la profession n’a pas l’air d’être au courant.

Mais globalement, le produit présente une offre globale satisfaisante : un autel portatif qui permet à chacun de rester bloqué à la troisième étape du deuil (la meilleure, selon les experts), une plaque pour QR code sans QR code, l’accès à une page internet non fonctionnelle.

Lire aussi :  1er Salon du Funéraire Grand Sud, devenez exposant!

Nous ne doutons pas qu’avec tous ces atouts, le Passport Universal Eternity rencontrera le même succès que tous les produits révolutionnaires qui apparaissent juste avant la Toussaint. Nous oseront même dire , un peu trivialement, que pour le PUE, ça sent bon.

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here