Thanatopraxie, l’objectivité de l’IGAS en cause ?

1
568

Une conséquence inattendue de deux affaires récentes pourrait susciter quelques interrogations sur l’IGAS. Du moins pour les esprits les plus soupçonneux et mal tournés. Nous en avons justement un à la rédaction.

dominique-voynet-300x300 Thanatopraxie, l’objectivité de l'IGAS en cause ?
Dominique Voynet

Inspection Générale des Affaires Sociales, vaste programme

L’IGAS, Inspection Générale des Affaires Sociales, est un organisme important. Important par l’étendue de ses prérogatives, la santé, la solidarité (protection sociale), l’emploi, le travail, la politique de la ville, la formation professionnelle et la modernisation de l’État. Grand corps d’Etat, l’IGAS dépend de huit ministres, pour « le contrôle et l’évaluation de la mise en œuvre des politiques publiques de la sécurité sociale et de la prévoyance sociale, de la protection sanitaire et sociale, du travail, de l’emploi et de la formation professionnelle » et, sur son temps libre, du contrôle des organismes faisant appel à la générosité du public.

Une pieuvre, donc, comparaison plutôt flatteuse lorsqu’on connaît l’intelligence des céphalopodes. L’IGAS est partout, surveille, contrôle et préconise, et c’est bien cet aspect qui nous intéresse. Récemment, donc, l’IGAS a émis un rapport sur la thanatopraxie, portant particulièrement sur la levée des soins aux patients atteints du HIV, sujet sensible et passionnel. Quelques semaines plus tard, éclatait l’affaire Morelle, puis, concomitamment, plus discrète, l’affaire Voynet. Pour résumer, un conseiller du président de la République accusé d’avoir manqué à son devoir de neutralité en tant que membre de l’IGAS au profit de l’industrie pharmaceutique, et une militante, ancienne alliée politique du pouvoir en place, qui y trouve une refuge confortable à peine battue à une élection.

L’IGAS, place au soleil ?

Le cas de Dominique Voynet est presque le plus simple. Médecin de formation, elle s’est illustrée longtemps comme femme politique, chef de file des Verts, et membre de la « gauche plurielle » chère à Lionel Jospin. Maire de Montreuil, elle ne se représente pas lors de le dernière élection, officiellement pour protester contre « le climat délétère de la vie politique actuelle », officieusement pour éviter une défaite annoncée.

Lire aussi :  Inscrivez-vous gratuitement au 1er Salon du Funéraire Grand Sud

Une semaine après la passassion de pouvoir à la mairie de Montreuil, elle se voyait offrir un poste d’inspectrice à l’IGAS. Claude Bartholone, président de l’Assemblée Nationale, a déploré un « golden parachute politique ».

Que Madame Voynet ait été nommée à l’IGAS pour ses compétences et sa probité, soit. Nous pouvons l’envisager. Si vous souscrivez à cette thèse, vous pouvez arrêter de lire ici, nous vous remercions pour le temps passé.

Mais si Madame Voynet a été nommée à l’IGAS en remerciement de sa fidélité et des services rendus à la majorité actuelle, une question se pose alors : dans quelle mesure continue-t-telle ou non de rendre des services politiques, donc partisans, dans ce poste qui serait, théoriquement, dédié à la neutralité au profit de la science ?

chaussures-cirees-2-640x334-300x156 Thanatopraxie, l’objectivité de l'IGAS en cause ?
Aquilino Morelle

L’IGAS, lobby de l’intérieur ?

Plus étonnant est le cas d’Aquilino Morelle, conseiller de François Hollande démissionné suite à ces révélations. Médecin, il devient membre de l’IGAS, ou il corédige, entre autres, le rapport sur le Médiator. Devenu conseiller d’Arnaud Montebourg, puis de François Hollande, l’homme fait un parcours aussi brillant que ses chaussures, avant que Médiapart ne révèle qu’il aurait émargé, lors de ses fonctions à l’IGAS, auprès d’un laboratoire pharmaceutique.

Son travail, à l’IGAS, étant justement de surveiller, entre autres, les laboratoires pharmaceutiques et de prendre des mesures ayant des conséquences directes sur l’activité de ces derniers, on se demande comment Mr Morelle a pu exercer à la fois les fonctions de juge et d’avocat de la défense…

Bref, me direz-vous, l’affaire Morelle se finit bien, puisque l’homme a été démissionné et que, le lendemain, quatre otages ont été libérés, ce qui n’a certainement aucun rapport, si ce n’est que les précédents otages avaient été libérés le lendemain de la démission de Monsieur Cahuzac, pardon, je m’égare, je médis…

Mais reste une question…

Mais reste une question : combien de Voynet, combien de Morelle à l’IGAS ? Puisque, sans le travail du moustachu Edwy Plenel, pour ce dernier Morelle, la règle en vigueur semble être le « pas vu, pas pris ».

Dans quelle mesure les rapports fournis par l’IGAS sont ils neutres, et comment peut on avoir la certitude qu’ils n’ont pas été écris par des personnes motivées par des considérations politiques, soit directement militantes, soit simplement à l’écoute de leurs bienfaiteurs, ou bien simplement motivées par le chèque de fin de mois ?

Lire aussi :  Pourquoi le prix des cercueils va augmenter ?

L’on peut sérieusement se poser la question à la lecture du rapport de l’IGAS sur les soins de conservation, qui, d’après les réactions qui nous sont parvenues, à Funéraire Info, n’est pas exempt de critiques, de la part des professionnels concernés principalement.

Ainsi, l’on s’étonnera que les préconisations du rapport de l’IGAS sur la thanatopraxie coïncident très précisément avec les revendications d’associations et de représentants proches du pouvoir, tout en maintenant un silence obtus sur des modalités pratiques ou scientifique essentielles. Par exemple, combien de temps le HIV survit-t-il au décès de son porteur et ne présente-t-il aucun risque pour le thanatopracteur ? Quid du surcoût engendré par les transferts de corps dans des laboratoires homologués pour les familles ? Et qu’en serait-t-il du droit de retrait des thanatopracteurs qui estimeraient le risque trop élevé pour leur vie ?

Soyons clairs : nous ne sommes pas, par principe, opposants aux soins de conservation sur les patients atteints du virus du SIDA. Nous avions même sollicité des associations pour qu’elles s’expriment à ce sujet, sans réponse. Simplement, nous sommes opposés à tout ce qui mettrait délibérément la vie et la santé des professionnels du funéraire en danger au profit d’intérêts particuliers. C’était le travail de l’IGAS de veiller à ce genre de choses : le problème, c’est qu’aujourd’hui, une ombre est jetée sur sa fiabilité…

1 commentaire

  1. Ok ok ok… Mais c’est quoi les services rendus par Dominique Voynet à la majorité actuelle ? Avancer un tel argument (sans l’étayer), c’est oublier l’important épisode montreuillois : Dominique Voynet élue Maire de Montreuil en 2008 en battant le PC et le PS, Hollande préférant alors soutenir un vieux stalinien élu depuis 25 ans (en échange de contreparties électorales…) ; puis un nouveau désaccord avec le PS de Razzy Hammadi et Claude Bartolone en 2014. Vous pensez vraiment que la saillie récente du président de l’Assemblée Nationale est désintéressée ?…

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.