Thanatopraxie et VIH : le SPTIS avance avec le Ministère et Jean-Luc Roméro

0
579

C’est après un salon funéraire particulièrement réussi et qui a même dépassé les attentes en terme de nouvelles adhésions que le SPTIS est reparti dans son marathon de rencontres interministérielles afin de se positionner clairement sur de nombreux dossiers et notamment celui qui concerne les soins sur les personnes atteintes du VIH.

sptis-logo-bleu-1-300x127 Thanatopraxie et VIH : le SPTIS avance avec le Ministère et Jean-Luc Roméro

En effet, nous avons tous pu constater que les dernières semaines ont été ponctuées par des actions ciblées dans les différents médias et que le sujet a même fait l’objet d’une pétition, laquelle a été reprise par plus de 75.000 personnes.

Le Président du SPTIS, Cédric Ivanes et la Déléguée pour la région Nord-Est, Martine Bichet se sont donc rendus à la Direction Générale de la Santé (DGS) au Ministère de la Santé le mercredi 15 janvier pour évoquer cette problématique et faire remonter les résultats du sondage soumis auprès de l’ensemble de leurs membres.

Ces derniers ont également interrogé leur interlocutrice sur l’avancement du projet et des conclusions que l’Inspection Générale de l’Administration (IGA) avait établie après avoir consulté la majeure partie des représentants des différentes organisations professionnelles du funéraire au mois de juin 2013.

Le Ministère de la Santé ne souhaite, pour l’heure, pas faire état de ce rapport car le dossier est particulièrement lourd et qu’il ne concerne pas seulement le problème des soins thanatopraxiques sur personnes atteintes de maladies contagieuses mais bien d’autres questions et notamment sur la modification du certificat médical de décès.

La position des différents ministères concernant le problème des soins sur personnes atteintes de maladies contagieuses et particulièrement le HIV est simple et compréhensible car même si la demande des associations peut paraître légitime aux yeux de certains il n’en demeure pas moins que le risque « zéro » en cas de coupures ou de piqûres n’existe pas et qu’il n’est donc pas question de remettre en cause la sécurité des thanatopracteurs dans le cadre de leur profession.

Et le moins que l’on puisse dire est que les trois Ministères de tutelle sont au moins d’accord sur un point, celui de sécuriser la profession, d’harmoniser les protocoles de protection de chacun d’entre eux selon qu’il travaille à son compte ou pour le compte de société privée et nous savons tous que d’une entreprise à l’autre, les moyens mis en œuvre pour la protection du thanatopracteur ne sont jamais identiques, faute de moyens, de priorité ou tout simplement de professionnalisme pour ne citer que les cas les plus graves, qui, on l’a déjà constaté, n’utilisent même pas de gants même si cette pratique reste heureusement marginale.

Le Gouvernement s’est aussi positionné sur un encadrement des soins dans des lieux dédiés, autrement dit des Locaux Techniques Adaptés à la pratique des soins et des toilettes et non des domiciles où rien ne permet une hygiène et une asepsie suffisantes que ce soit pour le thanatopracteur ou la famille elle-même.

Il a donc été demandé au SPTIS de réfléchir sur différents points évoqués lors de cette réunion afin de travailler sur les principales interrogations car le but ultime est de proposer une refonte globale de la profession en prenant en compte l’aspect éthique, moral et déontologique sans négliger bien entendu les demandes des associations qui souhaitent voir lever cette interdiction.

Dans un deuxième temps, Régis Narabutin, le Secrétaire Général du SPTIS s’est rapproché de Mr Jean-Luc Roméro lundi 20 janvier 2014 lors d’un entretien téléphonique afin d’éclaircir les positions de chacun et de débattre dans un climat tout à fait serein et enclin à l’envie commune d’avancer rapidement et concrètement dans ce dossier.

L’entretien qui a duré environ une demi-heure a permis d’avancer sur bien des points noirs et s’est soldé par une proposition de rendez-vous avec Mr Roméro, qui, il faut bien le reconnaître, s’implique particulièrement dans ce combat mais aussi avec les différents représentants d’associations pour la lutte contre le Sida et les discriminations.

On pourra donc noter que le SPTIS avance à bien des niveaux et que sa consultation privilégiée ainsi que les missions qui lui sont proposées par les plus hautes autorités de l’État , lui confèrent à présent un statut incontournable d’acteur majoritaire de la profession de thanatopracteur.

 Et si le SPTIS avance aussi vite avec les différents partenaires c’est aussi grâce au soutien de ses membres, toujours plus nombreux et plus impliqués que jamais, grâce aux rapprochements et au dialogue entrepris dernièrement dans le but d’unifier les thanatopracteurs en une force vive et réactive pour que la thanatopraxie du futur soit à la hauteur de la confiance que les familles leur portent, alors ensemble construisons la thanatopraxie de demain…

Communiqué de Régis Narabutin, Secrétaire Général du SPTIS

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.