Toussaint 2014 : sourire et revue de presse

0
736

C’est la revue de presse de la Toussaint 2014, en lisant certains articles nous avons esquissé un sourire ou franchement rigolé. revue de web, de presse et de télé.

  • Évasion dans Métro

Profitant de l’enterrement de sa mère, un prisonnier détenu à la maison centrale de Poissy, dans les Yvelines pour une série d’escroqueries a réussi à s’échapper vendredi après-midi dans un cimetière des Hauts-de-Seine.
l’homme est parvenu à fausser compagnie à ses gardiens et a fui à bord d’une voiture qui l’attendait non loin de là. Il s’est finalement rendu dimanche…

  • Un bon fils ans la Voix du Nord

Un détenu de 24 ans s’est rendu le 30 octobre dans les locaux de la police municipale de Haubourdin, cinq jours après s’être évadé du centre de semi-liberté de la commune. Selon La Voix du Nord, qui rapporte l’information ce dimanche, il a expliqué aux policiers être «resté tous les jours sur la tombe de [sa] mère». Durant sa «cavale», il aurait même «dormi» sur la tombe.

  • Toussaint : le pire des meilleurs sujets proposés aux journalistes nordistes sur DailyNord

On les aime nos attaché(e)s de presse. Surtout quand ils proposent des sujets aux rédactions pour la Toussaint ! DailyNord s’est amusé à répertorier le pire des meilleurs proposés.
Tout commence toujours par une gentille formule de politesse. « Bonjour, je m’occupe des relations presse de Super Pompes, le numéro numéro un, blabla. » Sauf que très vite, ça se corse. L’attachée de presse souhaite à tout prix proposer des sujets, pour mieux « vendre » les services de son client. Car la mort est un business comme un autre. Et la Toussaint, un marronnier qui revient tous les ans… en charriant potentiellement des espaces de « rédactionnel » gratuits, en lieu et place de la très chère publicité. Alors pourquoi ne pas proposer des sujets aux journalistes en mal d’idées ?

  • Simplifia dans la Tribune
Lire aussi :  Premier monument funéraire 100% imprimé en 3D… L’actualité du 27 juin 2018

Simplifia a développé un annuaire de 4 000 pompes funèbres. Une sorte de « booking » de la pompes funèbres ou de « trip advisor » funéraire, « le guide Michelin » de la chambre funéraire. Je me demande comment les entreprises de pompes funèbres acceptent d’être noté sur leurs prestations ou les prestations de Simplifia…

La PME propose désormais également la mise en ligne d’avis de décès pour permettre au plus large entourage du défunt d’être informé, un nouveau service plein de perspective et complétement novateur. Les deux fondateurs n’excluent pas de poursuivre le développement de nouveaux outils, y compris des obsèques en streaming, pour des proches qui ne peuvent se déplacer. « Lors du dernier salon du funéraire à Nashville, nous avons constaté que cela démarrait doucement aux États-Unis. Nous devons vérifier si ce besoin existe aussi chez nous », conclut Maxime Nory. C’est beau comme du Emmanuel Macron cette confidence, mais nous savons que les fondateurs de Simplifia sont allés à Nashville, vous nous avez ramené un cadeau?

  • Le jour où je me suis vue morte dans la vitrine d’un magasin de pompes funèbres sur Rue89

Nous longions le mur du cimetière quand elle me dit, l’air de rien :
« As-tu déjà vendu ton droit à l’image à une agence ? »
Ben non, je ne suis pas mannequin. Mon amie pile alors devant la vaste vitrine d’un établissement de pompes funèbres : « Présence, services d’accompagnement funéraire ». Des fleurs, des pierres tombales, des sculptures…

Et moi. Moi dans un cube de plexiglas.

Lire aussi :  Croque-mort, Jean-François Parot, Playboy…l’actualité du 25 mai 2018

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here