Toussaint 2015 : bilan et ressenti après la revue de presse

0
116
revue de presse pompes funèbres
La Toussaint 2015 est passée, et s’est bien passée. Ressenti personnel après une revue de presse marathon.

S’il y a bien un poste qui permet d’avoir un aperçu global de ce qu’ dit la presse généraliste sur les métiers du funéraire à la Toussaint, c’est bien celui du chargé de la revue de presse de Funéraire Info. Poste que j’occupe, entre autres. Et ce jour est particuliers : alors qu’une revue de presse me prend entre une demi heure et une heure, certains jours, le lendemain de la Toussaint, elle prend la journée.

Curieusement, hier, j’ai été surpris : les articles étaient variés, les portraits dominaient de la tête et des épaules, les articles sur les devis en caméra cachée étaient au nombre de deux, sur plusieurs centaines, donc. Au moment de faire le bilan, il était bien difficile de définir la thématique qui ressortait, alors qu’elles apparaissaient assez clairement les années précédentes.

La crémation, les cimetières, le numérique, le deuil, les travailleurs du funéraire, donc, tout était survolé, décortiqué, et analysé.

Alors, quelle conclusion tirer de cette Toussaint ? Sans doute la confirmation du mouvement esquissé les années précédentes : la presse s’est rendue compte que le funéraire ne se résumait pas à une profession opaque qui prenait de l’argent aux gens en période de malheur, mais au contraire, se trouvait être un ensemble de profession en quête d’innovation et de respect des traditions, d’entreprises en plein dans les thématiques de leur temps, religion, identité, environnement, technologie…

Et, plus que tout, dans l’immense majorité des articles, on a senti le plaisir que les journalistes avaient pris à enquêter et à rencontrer les professionnels. Qu’ils ont réalisé que des sujets comme les devis d’obsèques en mairie ou l’interdiction des soins de conservation au domicile touchaient un public bien plus vaste que les professionnels de la profession. Que nos métiers étaient souvent en pointe sur les sujets de société.

Lire aussi :  Du muguet en mai, des chrysanthèmes en novembre

Bref, la Toussaint 2015 a fait du bien. Parce que si nous savons, nous, professionnels, depuis longtemps que nous avons des métiers passionnants, c’est bon de l’entendre dire par des gens qui ont du recul, et donc, une certaine objectivité. La revue de presse de la Toussaint 2015 en une phrase ?« Un métier nécessaire et difficile, fait avec compétence et passion par des gens biens ». Je sais pas vous, mais je resigne de suite pour la même l’année prochaine, pas vous ?

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here