Transplantations d’organes, le rapport de l’OPECST

0
397

C’était le 10 juillet dernier,  la présentation des conclusions du rapport sur « LES GREFFES D’ORGANES : LES PRÉLÈVEMENTS SUR DONNEURS DÉCÉDÉS APRÈS ARRÊT CARDIAQUE » de l’Office parlementaire d’évaluation des choix scientifiques et technologiques (OPECST) et le compte rendu de l’audition publique du 7 février 2013. vous trouverez un extrait des conclusions et le lien du rapport complet.

M. Jean-Louis Touraine, député, rapporteur : Les transplantations d’organes ont été, sont encore, et seront pour longtemps une merveilleuse aventure humaine. Celle-ci a impliqué des performances médico-scientifiques remarquables pendant le XXème siècle. Au cours de la première moitié du XXème siècle, la recherche a rendu possibles d’éventuelles transplantations, puis lors de la seconde moitié du siècle, des transplantations réussies de reins, puis de coeurs, de foies et d’autres organes ont été effectivement réalisées chez l’homme.

….

Il convient d’informer le public qui, dans notre civilisation contemporaine, rechigne à penser à l’après mort. À la différence des hommes de l’antiquité qui se disaient « mortels », rappelant ainsi à chacun sa condition inéluctable, les contemporains ont plutôt tendance à se croire immortels et ne prennent pas le temps de formuler leurs volontés sur ce qu’il adviendra de leur corps, de leurs possessions, leurs obsèques, etc. Cela n’est pas préparé dans la plupart des cas et encore moins, évidemment, à propos de l’usage de leurs organes. Si, en majorité, on se dit être favorable, et même heureux, de pouvoir faire don de ses organes après sa mort, on ne l’indique pas clairement.

Or la question sera posée à la famille qui aura des doutes, car on est plus réticent pour le don des organes d’un proche que pour les siens. Ceci est particulièrement vrai pour le décès d’un enfant, quel que soit son âge, et on le comprend. Chacun d’entre nous a une certaine difficulté à intégrer l’idée suivante : « mon enfant est décédé et j’accepte qu’on lui prenne des organes ». Cette réticence est compréhensible car c’est un traumatisme majeur que de perdre un enfant et on a l’impression qu’un geste chirurgical est un deuxième traumatisme, alors même qu’en ayant posé la question au jeune décédé, il aurait répondu, dans 99,5% des cas, de manière positive.

Lire aussi :  Retrouvez la plaquette du planning 2018 d'EFFA formation

Il est difficile d’évoquer avec efficacité ces questions auprès de la population, on ne trouve ni écoute, ni réceptivité. Des expériences scientifiques ont démontré que les gens restent passifs devant leur télévision et qu’ils n’en parlent pas entre eux, après des émissions télévisées évoquant ces sujets. Il est traumatisant de débattre des prélèvements ; l’on se dit que le silence conjurera le mauvais sort. On se doit d’informer un public qui n’a pas très envie de l’être.

Sous l’empire de la loi du 22 décembre 1976 relative aux prélèvements d’organes, dite loi Caillavet, il n’y avait pas de registre de refus, personne ne pouvait exprimer son refus et, donc, tout le monde était prélevé. Cela a pu heurter car le consentement sans information était toujours présumé alors que le consentement n’est pas valable en l’absence d’information préalable. C’est pourquoi les lois successives plus récentes, même si elles ont introduit des difficultés pour les transplanteurs et ont aggravé la pénurie d’organes, sont nécessaires car on ne peut opérer sans s’assurer que la personne a été informée.

Nous devrons informer sur la possibilité de prélever des organes de la classe III de Maastricht. On pourrait s’inspirer de l’Espagne, où le taux de prélèvement est important et où les réticences sont moindres. Le grand metteur en scène espagnol Pedro Almodóvar, dans le film Tout sur ma mère (1999), décrit les conditions dans lesquelles l’héroïne perd son jeune fils dans un accident, elle-même étant infirmière, et donne son accord pour un prélèvement dans une réaction naturelle. Il ne semble y avoir aucun obstacle, ni psychologique, ni d’aucune nature. Les Espagnols qui, il y quelques dizaines d’années, effectuaient peu de transplantations, en font aujourd’hui bien plus car ils ont mis en place un système très efficient, objet d’une grande acceptation sociale.

Lire aussi :  Le soupir

Le lien vers le rapport complet!

JdF1-300x225 Transplantations d'organes, le rapport de l'OPECST
Votre actualité sur les pompes funèbres

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here