Trop bête : paraître à tout prix, quitte à en mourir

0
439
(capture twitter)

Hasard malheureux, ironie du sort, sombre destin. Dans le désir de paraître, le tragique est partout, comme pourraient le confirmer ces pauvres défunts… s’ils étaient encore vivants. Revue de détail.

Elle figure bien sûr en tête de gondole, Katie May. Et ça lui aurait forcément plu. L’ancienne Playmate de 34 ans, jeune mannequin américain qui exhibait ses formes sur les réseaux sociaux au plus grand bonheur de ses deux millions d’internautes fidèles, a succombé jeudi dernier après une séance photo le 29 janvier à Los Angeles.

La blonde sexy, maman d’une fillette, a chuté lors d’un shooting, se blessant au cou. On la mène à l’hôpital. Elle en sort le lendemain, avec une douleur persistante. Elle pense avoir un nerf pincé et réclame à se fans en ligne une recette de grand-mère. Elle est en réalité touchée à l’artère carotide. Un caillot de sang s’est formé, causant un AVC. Quand elle accourt à nouveau aux urgences, lundi de la semaine dernière, c’est pour faire constater une attaque massive. Le mercredi, dans le coma, en état de mort cérébrale, elle ne vit plus qu’avec l’assistance de machine. Jeudi, cette assistance a été levée.

Pas de chute, mais un pari pour un Gallois de 29 ans, père de trois enfants. Chez un ami, rapporte la presse locale, l’idée lui est venue d’avaler un hamburger plié en deux. « Regardez ça », a-t-il lancé amusé. Raté. Il s’est étouffé. Il en est mort.

Paraître encore, comme ce jeune comédien italien (27 ans) monté sur scène dimanche il y a une semaine à Pise, dissertant sur l’existence malheureuse de l’adolescence dans une pièce bien mal nommée : « Mirages ». La scène devait s’achever en beauté tragique sur une simulation de pendaison. Une simulation qui s’est malencontreusement muée en accident, spasmes à l’appui. Jeudi dernier, l’hôpital qui a pris en charge le comédien a annoncé qu’il n’avait pas survécu.

Lire aussi :  1er Salon du Funéraire Grand Sud, devenez exposant!

Bouclons cette boucle avec cette autre séance de photo mortelle. Chennal, au sud de l’Inde en début de semaine dernière. Un adolescent de 16 ans revenant d’un zoo descend sur une voie de chemin de fer pour se prendre en selfie avec un train à l’approche. Un peu trop à l’approche. La police ferroviaire locale connaît bien cette mode obsessionnelle du selfie. Elle a du interdire de photos certaines portions du réseau ferré.

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here