Tueurs en série contre zombies, les livres du samedi

0
248

Il y a éditeur et éditeur. D’un côté, il y a les éditeurs qui publient des valeurs sûres afin de gagner l’argent qui leur permettra de financer de jeunes auteurs prometteurs. De l’autre, des éditeurs qui publient des valeurs sûres afin de se payer une plus grosse bagnole…

2334_12542_20130315191240 Tueurs en série contre zombies, les livres du samediAu milieu, il y a les petits libraires indépendants qui meurent la bouche ouverte et les lecteurs qui ont trop souvent l’impression de se faire flouer. Il ne faut pas s’étonner si, dans certains cas, les pirates arrivent pour proposer aux premiers de les achever, et aux seconds d’arrêter de se faire voler, en devenant eux-même des voleurs.

Orbit VS Ring

Pour illustrer notre démonstration, nous avons aujourd’hui convoqué un éditeur qui respecte ses lecteurs, d’un côté, et un autre qui se fiche ouvertement de leur tête. Nos deux coachs vont voir s’affronter, à l’insu de leur plein gré, leurs poulains respectifs.

A ma droite, sur le ring, nous avons… Ring, qui aligne Stéphane Bourgoin, écrivain, libraire, éditeur, 70 rencontres face aux tueurs en série les plus dangereux de la planète, vainqueur à chaque fois par succès d’édition. Bourgoin, c’est LE spécialiste.

A ma gauche, nous avons Orbit, dont personne ne sait d’où ça sort. Orbit manage Max Brooks, fils de Mel, auteur pour émissions humoristiques américaines, qui a vu sa vie changer depuis qu’il s’est mis à l’exercice : le matin, au réveil, il extermine deux douzaines de zombies, pour s’ouvrir l’appétit avant le petit-déjeuner. Brooks est un généraliste qui a eu une bonne idée.

A ma droite, « 999 ans de sérial killers », un almanach historique sur les personnages parmi les plus antipathiques de la planète, derrière les dictateurs et les starlettes de télé-réalité.

A ma gauche, « Zombie – l’intégrale », une entreprise commerciale et opportuniste méprisable au plus haut point.

Tout autour, un public obnubilé par une seule question « Lequel dois-je lire ? ».

Guide_de_survie_en_territoire_zombie.i-123x300 Tueurs en série contre zombies, les livres du samedi
Pour fans uniquement

Un match décevant

Au gong, les deux adversaires se font face. Tandis que Max Brooks a littéralement sauté sur ses jambes, Stéphane Bourgoin s’est levé sereinement, avec un air léger d’ennui profond. Brook tente deux crochets, trois jab et un uppercut, que Bourgoin esquive aisément, avant de riposter, en envoyant une pichenette sur le nez de Brooks, qui s’effondre. L’arbitre compte 10, KO ! Le match a duré deux secondes, et Stéphane Bourgoin vient de l’emporter haut la main. Ring  jubile.

Lire aussi :  Confidences d'un embaumeur Olivier Emphoux - Les Editions de Monseny

Analyse du match : le perdant

Les raisons de la défaite du poulain d’Orbit sont très claires : « L’intégrale zombie » est une grosse arnaque. Le principe du livre, publier un un seul et même tome « World War Z » et « Guide de survie en territoire zombie ». Démarche opportuniste : le film adapté du premier sort bientôt au cinéma. L’admirateur de Max Brooks, en la personne de votre serviteur, passe devant d’un air distrait : il a déjà les deux livres, achetés indépendamment. Il sourit devant la couverture en plastique et le papier bas de gamme, avant de lire le bandeau, qui précise que le bouquin contient quatre nouvelles inédites.

World_war_Z.i-123x300 Tueurs en série contre zombies, les livres du samedi
World War Z est une lecture indispensable pour les amateurs de fin du monde

Le fan, qui a déjà déboursé une quarantaine d’euros pour les deux livres, se voit donc obligé, s’il veut ce contenu, de dépenser à nouveau 17.50 euros, pour quatre histoires courtes, soit 50 pages inédites pour les 816 que compte le tome. Si éventuellement, il était prêt à débourser quelques euros pour ces lignes inédites en poche, l’alternative ne lui est pas proposée : soit il rachète tout, soit il se brosse.

Max Brooks est un auteur de talent, et « Worls War Z » est un classique, je persiste et signe. Mais je m’interroge : Monsieur Brooks ne serait-il pas également un fainéant ? Tout tourne autour de deux bouquins, que Brooks a décliné jusqu’à complet épuisement : les « Attaques répertoriées », par exemple, autre livre zombiesque de l’auteur, s’avère être un copier-coller du dernier chapitre de son Guide de Survie, avec des illustrations en plus.

Il ne faut pas s’étonner alors qu’un éditeur se demande comment faire encore plus d’argent avec les même livres.

Analyse du match : le vainqueur

Stéphane Bourgoin pouvait apparaître comme l’outsider de la compétition : cela fait trente ans qu’il nous ressert des histoires de Serial Killers, des types franchement décevants, pas un seul ne ressemblant même de loin à Hannibal Lecter. En plus, un almanach de tueurs en série du monde entiers à travers l’histoire… Pfff. Il est sympa, Stéphane, et tout, mais bon, on tourne en rond, au bout de trente ans, non ?

Lire aussi :  Confidences d'un embaumeur Olivier Emphoux - Les Editions de Monseny

Non. Parce que c’est Stéphane Bourgoin, que le bonhomme est passionné par le sujet, qu’il le connait sur le bout des doigts, mais ne cesse jamais de chercher. Un bosseur, un vrai, travailleur infatigable, qui n’est pas du genre à recycler un sujet aussi riche alors qu’il y a tant à dire.

Ring non plus, n’est pas un éditeur fainéant ou opportuniste. Quand on publie un livre aussi politiquement incorrect que « La France Orange mécanique » de Laurent Obertone, ou qu’on investit beaucoup d’argent dans des trailers, petits films de présentation des ouvrages, on ne recrute pas Stéphane Bourgoin pour en faire une cash machine. Déjà, il est éditeur chez Ring, ensuite, son bouquin est un vrai bel objet de bibliothèque, à la maquette soignée, en un mot, un contenant à la hauteur de son contenu.

18598-300x225 Tueurs en série contre zombies, les livres du samedi
Stéphane Bourgoin devant quelques jalons de sa longue carrière. Il est devenu, en trente ans, LA référence Française en matière de Serial Killers

Donc, j’achète le Bourgoin, c’est ça ?

Voilà, exactement. Parce que, d’un côté, chez Bourgoin, donc, vous avez, quelque part, une quête, un côté Sisyphe, qui consiste à toujours essayer d’en apprendre plus sur le côté obscur de l’esprit de ces Sérial Killers. Chaque livre de Stéphane Bourgoin réussit à parler de la même chose en vous apprenant à chaque fois quelque chose de nouveau. Le tout soutenu par un éditeur résolument moderne et respectueux du livre, courageux et exigeant.

De l’autre côté, vous avez une pure entreprise commerciale visant à trouver un moyen de vous faire acheter plusieurs fois le même produit, parce que l’éditeur considère finalement les ouvrages de Brooks comme des produits.

Lisez Bourgoin, lisez des livres de Ring éditions, si vous aimez l’idée de tenir entre vos mains des ouvrages d’auteurs et d’éditeurs qui respectent leurs lecteurs. Lisez Brooks, aussi, mais fuyez l’édition Orbit, par principe. L’achat de ses deux livres en poche vous reviendra moins cher, et les nouvelles inédites… Vous les trouverez bien un jour. Le tout chez le petit libraire de votre quartier, bien sûr.

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here