Un cercueil peut il tomber d’un corbillard ?

0
1066
cercueil tombe du corbillard
Le pire cauchemar d’une équipe en convoi : la porte du corbillard s’ouvre en roulant et le cercueil choit sur la chaussée. Est-ce possible ? Comment ? Que faire ? Funéraire Info répond à vos angoisses.
Le cauchemar

Alors que le corbillard roule paisiblement sur le tronçon de départementale qui relie l’église ou vient de se dérouler la cérémonie au crématorium, un choc sourd ébranle la caisse du véhicule. Intrigué, le Maître de Cérémonie a à peine le temps de se tourner vers le chauffeur pour lui demander ce que c’est, que l’enfer se déchaîne : la porte arrière du véhicule s’ouvre, le cercueil tombe sur la route, est percuté par la voiture qui suivait, éclate, libérant le défunt qui finit, en vol plané, sur le pare-bris d’une autre voiture, derrière.

Seul, au milieu du chaos qui s’ensuit, le défunt reste stoïque. Les plaintes s’enchaînent en cascade, la presse régionale en fait ses gros titres, Gilles Bouleau ouvre son 20 Heures dessus, Manuel Valls donne un coup de menton, le préfet supprime l’habilitation de la société de pompes funèbres, les employés, licenciés pour faute lourde, sont jetés dehors sans indemnités et ne parviennent pas à retrouver une emploi, le directeur de la pompe funèbre passe le reste de ses jours à payer les indemnités accordées aux victimes. On passe à un doigt d’une journée de commémoration.

Bon, allez, ce n’était qu’un mauvais rêve. Mais peut on perdre son cercueil en roulant ?

Sécurités

La rampe du catafalque, dans le corbillard, est généralement glissante. C’est prévu pour : après tout, l’utilisation normale de ce type d’objet est quand même de permettre aux porteurs d’introduire te de sortir le cercueil en toute fluidité, ce qui permet d’avoir un beau convoi et de ne pas se casser le dos.

Lire aussi :  Inscrivez-vous gratuitement au 1er Salon du Funéraire Grand Sud

Fort heureusement, tous les corbillards sont équipés d’un frein. Obligatoire, l’absence ou le non-fonctionnement de celui-ci est un motif d’interdiction de rouler pour le véhicule, qui perd son habilitation.

C’est, à ce propos, la seule sécurité réelle prévue pour le blocage du cercueil. Un choc violent sur le fermoir de la porte, comme celui d’un cercueil assez lourd qui le percute de plein fouet, et c’est le drame. Ces fermetures ne sont pas prévue pour résister à des chocs importants.

Heureusement

Fort heureusement, la vision d’un cercueil décrivant une courbe majestueuse au dessus du bitume après un décollage non planifié, même si ce genre de choses existe, requiert une combinaison d’évènements que l’on peut difficilement qualifier autrement que de « poisse du siècle ».

Il faut en effet un freinage brutal sur une route présentant une déclivité prononcée et un cercueil relativement lourd pour qu’un seul et unique choc ne vienne détruire le fermoir de la porte arrière du corbillard et permette au défunt une ultime tentative d’évasion.

Le cas le plus probable est celui de percussions répétées sur la porte suite aux accélérations et freinages qui font tout le sel de la conduite urbaine ou périurbaine, au terme desquelles la serrure finit par céder. Là, trois solutions se présentent : soit le catafalque est parfaitement insonorisé, et il faudra que vous m’expliquiez pourquoi avoir pris cette option inutile. Soit le chauffeur est seul à bord et sourd comme un pot. Soir le chauffeur est avec l’équipe à bord, et tous vos porteurs sont sourds.

Lire aussi :  PFG, première marque du funéraire pour les Français

Dans le cas inverse, il vous suffira de vous arrêter sur le bas côté, doucement et sans à-coups, d’aller voir et de mettre en place le frein du cercueil. Sachant que déjà, il y a faute : en convoi, il y a celui qui met le frein, et celui qui vérifie que le frein est bien mis.

Rassurez-vous

Donc, rassurez-vous, si vous faites votre travail correctement et que vous avez une équipe de porteurs qui savent eux aussi faire leur travail correctement, vous ne risquez pas de perdre votre cercueil en route.

Si vous le perdez, c’est soit que vous et votre équipe avez été très perturbé par un convoi qui s’est vraiment mal passé (et il faut le dire, ça arrive) puis joué de malchance, soit que vous avez servi, à votre insu, de cible d’exercice au salon des sorciers, envoûteurs, marabouts et jeteurs de mauvais sort. Auquel cas, nous ne saurions que vous conseiller de vous mettre en rapport avec l’exorciste de votre diocèse.

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.