Un vampire embauché en pompes funèbres… Mais pas longtemps

0
453
bela lugosi dracula vampires 1931

C’est un entrepreneur soucieux d’anonymat qui m’a raconté la tranche de vie suivante. Il faut dire que certains individus sont à eux seuls une mauvaise publicité pour les pompes funèbres. En tout cas, a conclu mon interlocuteur, c’est fini : il n’embauchera plus de jeune gothique exalté ou de mystérieux comte transylvanien.

Sagace Marcel s’agace

Marcel entra dans le bureau du directeur. Il avait demandé à lui parler le matin. Marcel était dans la boutique depuis trente ans, il avait travaillé avec le père et avait fait montre de la même fidélité au fils, aussi, ce dernier écoutait toujours attentivement ce que son Maître de Cérémonies avait à dire. Surtout quand ce dernier avait marmonné une phrase au sujet des « vampires ».

« Le nouveau pose problème » attaqua Marcel. Là encore, le patron dressa l’oreille. Marcel n’était vraiment, vraiment pas du genre à dézinguer des collègues pour rien. Quand il disait qu’un employé posait problème, ce n’est pas que le Maître de Cérémonies l’avait dans le nez, c’était qu’il posait problème. Marcel savait travailler avec des gens qu’il n’aimait pas, pour nécessite du service.

« Quel genre de problème ? » demanda le patron, en faisant signe à Marcel de s’asseoir. Le Maître de Cérémonies lui expliqua. Au terme de la discussion, le directeur des pompes funèbres convint qu’il serait nécessaire d’éclaircir certains points.

Le croque-morts des Carpathes

« Bon, Monsieur Vlad » commença le directeur, « on m’a rapporté certains faits qui me laissent interrogatifs. J’aimerai que nous puissions les éclaircir ensemble ».

« Bien entendu, Monsieur le Directeur ».

« Tout d’abord, on me dit que vous examinez tous les matins la dentition des défunts. »

« Oui, monsieur le directeur ».

« Et pourquoi ? »

« Pour voir s’il y a du sang, monsieur le directeur ».

« Oh, bien. » pensa le directeur « il n’a juste pas confiance dans les thanatos, voilà tout ; Qu’il ne leur dise pas, et tout ira bien ». Il poursuivit à haute voix « Par contre, on m’a également rapporté que vous faisiez des selfies avec les défunts. »

« Des selfies ? »

« Oui, tous les matins, vous vous prenez en photo à côté d’eux. »

« Pas du tout ».

« Ne niez pas : on vous a vus ».

« Mais non : je regarde juste dans le miroir à leurs côtés. Tenez, voici mon miroir, vous verrez qu’il n’y a pas d’autre dispositif, pas de photos ». Et il montra le miroir à son directeur.

« Mais alors » demanda ce dernier, « pour quoi faire ? »

« Comme pour l’examen des dents : je regarde s’ils ont un reflet et qu’ils ne se sont pas relevés pour aller boire du sang. »

« Euh… Pardon ? » demanda le directeur des pompes funèbres.

« Oui, je vérifie que ce ne sont pas des vampires. Les vampires boivent du sang, ce qui laisse des traces dans leur bouche, et ils ne se reflètent pas dans le miroir. Je me contrôle en même temps, pour vérifier qu’ils ne m’ont pas mordu. » le jeune homme semblait monter en pression au fur et à mesure de son discours « Il faut vérifier qu’il n’y a pas de vampires ! »

« Et… Pour quoi faire, si il y en a ? »

« Pour leur planter un pieu dans le cœur et leur couper la tête, pardi ! »

« Un pieu ? »

« Oui, un pieu en bois dans le cœur. J’en ai toujours dans le coffre de ma voiture. »

Les mordus de vampirisme

L’histoire s’arrête là, comme l’entretient, d’ailleurs. Le directeur remercia son employé pour ces éclaircissements, et le vira quelques jours plus tard, pour un motif quelconque, préférant ne pas l’encourager dans sa folie en entrant dans une argutie à ce propos. Il fit passer le mot à ses confrères de la région que le type était fou à lier.

« Heureusement », conclu-t-il en me racontant son histoire, que Marcel l’avait repéré, celui-là, avant la fin de sa période d’essai. Si je l’avais viré après, pour vampirisme, il aurait pu me traîner aux prud’hommes. Et me sucer tout mon pognon. »

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.