Vikings et Asatru : au coeur de la mystérieuse mythologie nordique

0
399
Floki
Floki dans la série Vikings

Il y a quelques années j’ai eu le plaisir de fouler les terres sacrées islandaises. Un privilège dont j’aimerais faire un aparté aujourd’hui. Loin de nôtre époque au cœur des dieux, le royaume d’Odin faisait foi pour les terres du Nord. Certains se revendiquent aujourd’hui comme faisant revivre la religion venue du froid, l’ Asatru de quoi ressusciter les Vikings.

En réalité on s’éloigne des mythes nordiques, pour entrer dans une véritable religion établie en 1973 en Islande. Depuis quelques années, son nom glacé se murmure en France et fait déjà un millier d’adeptes.

Odin et Thor

Un panel de dieux tels que Thor, Odin, Freyja – le nom de mon chat même si tout le monde s’en fiche – etc. Dans un cocon tout doux, l’on retrouve la magnificence des

Vikings-Odin Vikings et Asatru : au coeur de la mystérieuse mythologie nordique
Odin

Sagas Islandaises. Odin est au cœur de tout. Les mythes mais aussi les rituels rythment la manière de vivre.  L’ Asatru va trouver ses origines au cœur même des anciennes religions scandinaves.

L’ Asatru une religion de la parité hommes-femmes.

On le sait, les pays scandinaves sont en avance sur tout un tas de choses, l’éducation, mais aussi l’égalité hommes-femmes. Et c’est justement ce qui différencie l’ Asatru de toutes les autres religions. Odin fit l’homme et la femme de deux branches distinctes : Askr et Embla. Freya déesse de l’amour est également une déesse guerrière, (même si l’ Asatru n’est pas une religion guerrière en elle-même). On le voit assez bien dans toutes les représentations dans les Sagas, les films ou encore les séries que les hommes et les femmes sont amenés à se battre et sont considérés comme égaux à de nombreux égards.

La mortalité des Ases, Disis, et Vanes

Pour ceux qui suivent un peu le monde scandinave, Ragnarök doit également vous dire quelque chose. Il s’agit de la fin des dieux, une sorte d’apocalypse qui conduirait à un nouveau départ. Le fait que les dieux soient mortels est également un chose très rare. D’ailleurs on ne les appelle pas des dieux, mais les Ases, Disis et Vanes ( dieux principaux rattachés à Odin ).  Une approche de la mort qui réconcilie les individus et les dieux ainsi que la fin de l’homme en soi. C’est une religion qui permet d’accepter la mortalité de tout être.

Les Vanes, sont un des trois groupes de divinités les deux autres étant les Ases et les Dises. Ils sont associés aux cultes de la fertilité, de la fécondité, de la sagesse. Ils sont associés au monde de Vanaheim. Ce groupe de dieux est aussi associé à la magie puisque c’est Freyja qui enseigna le seiðr (« la magie ») aux Ases et aux géants, ainsi que l’art astral à Odin. Les Ases sont les dieux étant considérés comme les plus anciens.

Les Dises  forment, dans la mythologie nordique, un ensemble de divinités féminines, comparables aux Nornes, sur lesquelles peu de choses sont connues, à l’exception qu’elles sont associées à la mort et la déchéance.. Les Valkyries sont des divinités mineures appelées « les Dises qui servaient Odin ».

Les divinités ne sont pas des êtres infaillibles ni même immortels et on ne les adore pas avec soumission. Ils sont plus considérés comme des amis dont la sagesse et la puissance peuvent venir en aide dans un appel salutaire.

Lire aussi :  David Poisson, Faith No More... au menu du réveil funéraire du mardi 14 novembre 2017

Autrefois, il n’était pas rare qu’un Scandinave punisse le dieu qui l’avait trahi en lui retirant (pour un temps) son adoration et ses offrandes.

Vikings-boussole Vikings et Asatru : au coeur de la mystérieuse mythologie nordique
Boussole

L’ Asatru comme manière de vivre et non une doctrine

Un dieu pour un environnement bien précis. Que ce soit dans la mythologie nordique, grecque ou romaine, il n’y a pas de dieu unique si bien qu’il n’y a pas l’idée d’une idole et un certain dévouement occulte et opaque. Les religions ont  fait des dieux des êtres immortels qui nous éloignent chacun de la mort qui nous attend un jour ou l’autre. C’est une différence notable avec les autres religions. Chaque comportement vient d’un compromis entre liberté et responsabilité. Exit la rédemption et la perfection, deux notions totalement étrangères à l’ Asatru.

De même cette religion se revendique dans le monde plus « de gauche » si tentait qu’on puisse la cliver de cette manière contrairement à l’odinisme – les fils d’Odin- qui se revendique d’extrême droite.

La croyance de l’ Asatru

Voici les neuf piliers fondamentaux compris dans l’Asatru.

  • La croyance en l’existence des neuf mondes représentés par l’arbre Yggdrasil, soit Ásgarðr, (le monde des Ases), Ljösláfheimr (le monde des Elfes lumineux), Vanaheimr (le monde des Vanes), Jötunheimr (le monde des géants), Miðgarðr (le monde du Milieu, c’est-à-dire la Terre), Muspellsheimr (le monde du feu), Nilfheimr (le monde des brumes), Svartalfheimr (le monde des Elfes sombres), Helheimr (un des royaumes de la mort)
  • La croyance en de « nobles vertus » en guise de code d’éthique, pour certains pratiquants
  • La croyance en un panthéon majeur propre aux peuples scandinaves (Ases et Vanes)
  • La croyance en un panthéon mineur (les elfes dit Alfar, les Valkyries, les Landvættir, etc.)
  • Le culte des ancêtres
  • Une relation privée avec les divinités Ases et Vanes
  • L’étude et l’utilisation des runes (le nombre de runes utilisées peut varier)
  • L’utilisation de symboles spécifiquement scandinaves : le marteau de Thor, le valknut, Irminsul, le fylfot, la croix odinique, cœur de Hrungnir, etc.

Les neufs mondes de la mythologie nordique

Aux niveaux les plus hauts surplombent :

  • Ásgard ou Godheim, le royaume des Ases où on retrouve la Valhöll – le Valhalla
  • Vanaheim, le royaume des Vanes ;
  • Ljösalfheim, la terre des Elfes

Au niveau central se trouvent :

  • Midgard ou Mannheim, le royaume des hommes ;
  • Nidavellir, le monde des nains.
  • Jötunheim ou Utgard, le royaume des Géants ;

Aux niveaux les plus bas gisent :

  • Svartalfheim, le royaume des Elfes sombres
  • Muspellheim, le monde du feu, gardé par le géant Surt ;
  • Helheim, le domaine des morts, aussi appelé Niflheim, le monde des Glaces.

Vous remarquez que c’est un peu les mêmes strates que dans l’article que je vous avais consacré sur Hadès.

Mythologie nordique, la fragilité de l’histoire

Cette mythologie est la plus méconnue, notamment du fait de la fragilité des sources dont on dispose en comparaison à la mythologique grecque ou romaine. Et pour cause, la mythologie nordique, était transmise de manière orale. Ce n’est qu’à partir de la christianisation que l’on a commencé à découvrir toute l’étendue de la mythologie nordique. Elle est à étudier avec délicatesse, car souvent racontée de manière erronée par le christianisme, qui l’a poussé à sa fin. Si le Christianisme a le nouveau et l’ancien testament, la mythologie scandinave a quant à elle, l’Edda, comme je vous l’écrivais plus haut.

Lire aussi :  Les limousines RIVAUD, élégantes et accessibles

–          L’Edda poétique : est un recueil de poèmes anonymes mythologiques et héroïques.

–          L’Edda en prose est un manuel de mythologie et de poésie rédigé vers 1220 par Snorri Sturluson, poète et diplomate chrétien islandais.

–          L’Edda de Snorri est essentiel pour la compréhension de la mythologie nordique, qui sans elle nous serait restée obscure et inachevée.

–          La Völsunga saga, rédigée également au XIIIe siècle, raconte le mythe du clan héroïque des Völsungs, dont Sigurd est le personnage le plus célèbre. Son mythe est également raconté dans les poèmes eddiques héroïques, et brièvement dans l’Edda de Snorri.

Le Valhalla, le royaume des morts

Le Valhalla est le lieu où les valeureux guerriers défunts sont amenés. Il se trouve à l’endroit même où règne Odin. C’est sur les champs de bataille que les Valkyries que valhalla-symbole Vikings et Asatru : au coeur de la mystérieuse mythologie nordiquej’évoquais plus haut, choisissent et emmènent les hommes les plus braves et les plus valeureux afin de les ramener à Ásgard, où Odin les attend pour les préparer à la bataille finale, le Ragnarök.

Loin d’être le royaume des morts d’Hadès, le Valhalla est un endroit plus communautaire et familial. Chaque soir, les guerriers vaincus, qu’on nomme ici les Einherjar se nourrissent de la chair du sanglier. Ce sanglier revient à la vie tous les soirs et sera mangé de nouveau le jour suivant. Seul Odin ne se nourrit pas, donne sa nourriture à ses loups et boit seulement du vin en guise de repas. Les Einherjar, eux, boivent le lait de la chèvre Heidrun, qui est en fait de l’hydromel. Chaque jour, tous les guerriers s’habillent, revêtent leur armure et partent combattre les uns contre les autres dans un enclos. Ils s’entretuent sans crainte, car à l’heure du premier repas de la journée, tous ressuscitent et reviennent du combat à cheval pour un nouveau banquet, qui durera donc la majeure partie de la journée :

« Tous les Einherjar

dans le pré d’Odin

chaque jour se pourfendent.

Ils désignent les morts,

puis, du combat, à cheval ils reviennent.

Ensemble ils siègent ensuite, réconciliés. »

Tous attendent le jour où sortant des six cent quarante portes de la Valhalle, ils combattront dans une dernière guerre contre Loki, le loup Fenrir, et de nombreux autres ennemis, lors du Ragnarök.

DSC_1232 Vikings et Asatru : au coeur de la mystérieuse mythologie nordique
Islande

Il faudrait un article de milliers de mots, rien que pour effleurer la mythologie nordique, pratiques, runes, divination, protection de la nature, nains et elfes font de ces croyances venues du froid un univers qui encore aujourd’hui attire et est teinté de mystère. En Islande, il existe en 62% de la population qui croient en l’existence des elfes, et encore récemment, une construction d’autoroute a été abandonné au profit de la protection « du peuple invisible ».

 

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here